Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 août 2012

REFERMONS L'OLYMPISME A JAMAIS !

Pensée du jour : « Il y a deux sortes d'hommes : ceux qui pensent qu'il y a deux sortes d'hommes, ... et les autres ». CHARLES DE GAULLE

 

 

 

Nous en étions restés à la performance hallucinée du relais 4 x 100 féminin, gagné par l’équipe américaine, et au triomphe de l'industrie chimique dans le sport.

 

 

Et les quatre clowns Jamaïcains du 4 x 100 messieurs ? BOLT, BLAKE, CARTER et FRATER, ils s’appellent. Record du monde pulvérisé, là encore. Enfin, de seulement 16 centièmes, mais quand même. Bon, c’est vrai que YOHAN BLAKE a été contrôlé positif en 2009. Mais là, trois médailles pour lui, pas une de moins. Et, certes, avec les pieds, mais sans les mains, admirez le travail de bipède ! Chapeau l’artiste ! C'est bien le moins, pour un qui a sûrement renoncé à se doper. Sûrement. 

 

stéphane hessel,indignez-vous,charles de gaulle,jamaïque,usain bolt,sprint,4 x 100,record du monde,dopage,le nouvel observateur,américains,justin gatlin,performance,alberto contador,tour de france,vuelta,espagne,david rudisha,exploit sportif,jeux olympiques,cio,olympisme,humanité,société,culture,rabelais,ong,patrick clastres,sciences-po,bertrand delanoë,arabie saoudite,attila,jean guisnel,corruption,propagande,optimisme

 

 

 

De toute façon, soit dit par parenthèse, à propos d'USAIN BOLT, j'aimerais qu'on m'explique à quoi ça sert de courir à plus de 36 kilomètres à l'heure si c'est pour s'écrouler au bout de 100 mètres. Qu'est-ce qu'il apporte à l'humanité ? Plutôt qu'aux sprinteurs, bourrés de muscles aptes à exploser, intéressons-nous aux athlètes du demi-fond et du fond, bien plus utiles, parce que plus près d'une physiologie normale (je ne parle pas de leurs performances). Passons.

 

 

L’ancien champion CARL LEWIS, lui-même asticoté naguère par les autorités antidopage, émet quelques points d’interrogation à propos d’USAIN BOLT. Pudiquement, Le Nouvel Observateur (le site) pose la question : « Faut-il douter des performances de BOLT ? ». C'est retors, pour le moins. D'une pierre deux coups : on répond subtilement à la question qu’on fait semblant de poser. Tout en évitant un procès en diffamation.

 

 

Derrière les Jamaïcains, qui trouve-t-on ? Les Américains. Tiens donc. Avec 37,04 secondes, ils égalent l’ancien record du monde. Quoi de plus normal, après tout ? L’ancien est fait pour être dépassé par le nouveau. C’est même inscrit dans la définition des mots. Parmi les Américains, un certain JUSTIN GATLIN. Un jeune homme de 30 ans.

 

 

Quoi, il a purgé quatre ans de suspension pour dopage ? Il a purgé sa peine, oui ou non ? Tout homme a droit au rachat, tout de même ! Quoi, 30 ans, c’est l’âge où les performances diminuent ? Mais c’est qu’il a su se maintenir au  top de la condition, voilà tout ! Regardez ALBERTO CONTADOR. Eh bien il les a faits, ses deux ans de suspension pour taux excessif de clenbutérol dans le sang. Qui oserait douter de la pureté de son retour dans la Vuelta (tour d'Espagne) ? Mais le public, lui, est un juge indulgent, tant qu'on n'a pas égorgé ou violé une enfant (cela veut dire : on a des valeurs, NOUS !) : il a déjà oublié, puisqu'il applaudit.

 

 

Pendant ce temps, les nageurs olympiques ont battu neuf records du monde. Pendant ce temps, DAVID RUDISHA, Kenyan de métier, se contente quant à lui de transformer le 800 m. en sprint : il bat son propre record du monde. Pendant ce temps, les foules énamourées se prosternent devant la divinité nommée « EXPLOIT SPORTIF». Je n'en reviens pas.

 

 

Les milliards de pions humains, vous savez, ces petites machines aux performances productives sinon  douteuses, du moins ordinaires, endoctrinés à coups de slogans du genre : « Indignez-vous ! », « Engagez-vous ! », « Surpassez-vous ! » (le dernier prout éditorial, la dernière bouse de vache éructée par l'anus de STEPHANE HESSEL (un « moteur à injonctions », selon le mot génial de PATRICK BESSON, dans Le Point) porte le titre hallucinant de : Vivez !), sont béats de vénération devant des machines humaines optimisées, applaudissent à tout rompre les mutations génétiques chaque fois que les mutants battent un record, et se peignent les moustaches en bleu-blanc-rouge. Tout cela est très seyant.

 

 

Conclusion : les Jeux Olympiques sont bien la fête par excellence de la fraternité humaine, n'en doutons plus. C'est prouvé par le carnet de chèque, le compte en banque et les contrats d'exclusivité. Sans compter les « à-côtés ». Comme quoi une entreprise privée peut apporter le bonheur à l’humanité entière. L'idéologie ultralibérale vous l’avait bien dit.

 

 

 

Le pire n’est pas toujours sûr, mais le COMITÉ INTERNATIONAL OLYMPIQUE est le sublime signe annonciateur du Progrès Humain : la GRANDE PRIVATISATION DE L’HUMANITÉ. Je traduis : faire enfin (après 200.000 ans d'homo sapiens gratuit) de l'entreprise humaine quelque chose de rentable. Jusque-là, homo sapiens sapiens travaillait à fonds perdus. Être homme, mes bien chers frères, deviendra PAYANT. On mettra des péages à la sortie de tous les utérus. Gare aux fraudeurs !

 

 

Déjà qu'à l'autre bout de la vie, les Grecs avaient Charon pour traverser le Styx vers le royaume des morts, contre monnaie. Chacun sera aussi désopilant que la Soeur Anne de GOTLIB (c'est dans le "Barbe-bleue" de La Rubrique-à-brac) : « Soeur Anne aux deux berges raque ». Je ne donne aucun indice.

 

 

 

C'est une condition de survie de l'humanité nantie. Car on a bien compris, dans l'affaire des Jeux Olympiques, qu'il y en a deux, d'humanités : les lites et l'émasse. Euh non, je me trompe : l'élite et les masses. Et attention, quand je parle de l'élite, c'est 200.000 personnes grand maximum dans le monde, qui sont capables de payer les armées chargées de les protéger. La vision olympique de l'humanité a quelque chose à voir avec une double perspective : BANCAIRE et MILITAIRE.

 

 

 

J'aime bien, chez RABELAIS, l'histoire suivante : un portefaix est assis dans la rue, mangeant son pain après l'avoir laissé s'imprégner des fumées qui sortent de chez le rôtisseur. Celui-ci s'avise de lui faire payer sa fumée. Une altercation s'ensuit. Joan le fou arrive, et accepte de rendre sa "justice" au moyen de la pièce d'or du portefaix.

 

 

Il fait sonner celle-ci et prononce sa sentence : « La Cour vous dit que le portefaix qui a mangé son pain à la fumée du rôti a payé le rôtisseur au son de son argent ». Ce fou est un nouveau Salomon. J'aimerais que l'humanité paie les Jeux Olympiques avec cette monnaie incroyable : AU SON DE SON ARGENT. Vous l'imaginez, une corruption accomplie au SON de l'argent ? Moi je suis pour ce bling-bling-là.

 

 

Le Comité Olympique, vous savez, cette ONG désintéressée et même philanthropique, remplie d'un idéal humain de toute pureté, est en réalité une société privée, une simple entreprise juridiquement assujettie aux règles du droit privé suisse. Je l’ai déjà dit, je me répète, mais c’est exprès. Car il faut que ça se sache.

 

 

Et ce n’est pas le solennel (mais pathétique) appel que PATRICK CLASTRES (chercheur rattaché au Centre d’histoire de Sciences-Po) adresse au CIO pour lui demander de modifier ses fondements mêmes qui va y changer quoi que ce soit. Il ne l’ignore sans doute pas, et ne se fait guère d’illusion sur la faculté du CIO de se réformer lui-même. Il fait ça « only for fun ». Ou alors pour justifier un budget alloué. Je ne sais pas. De toute façon, pour réformer le CIO, il faut commencer par le détruire. Avant sans doute de ne pas le reconstruire.

 

 

PATRICK CLASTRES critique le fonctionnement actuel du CIO. Entendons-nous bien : il n’accuse personne. C’est vrai qu’il a affaire à forte partie. Une partie qui peut le réduire en bouillie en moins de rien. Il aurait vite fait de se faire corriger le portrait. Et pas sur photoshop. Il la joue donc en douceur. Son angle d’attaque repose sur le souhaitable et le désirable. Sur le « il faudrait », c’est assez dire qu’il rêve tout éveillé.

 

 

Il s’efforce de ne pas piquer trop fort le monstre qui sommeille (c'est juste une image, pas une réalité). Mais enfin, il émaille son texte de mots qui finissent par dessiner un tableau assez nettement crasseux, pour ne pas dire puant, de l’univers olympique : « corruption, scandales des athlètes dopés, tricheries récurrentes, menacé de gangrène par les mafias, … ».

 

 

Ses propositions de réforme (vouées aux oubliettes) contiennent en creux des critiques féroces du fonctionnement actuel. Il faudrait changer le mode de recrutement (opaque ; je traduis : les membres actuels sont-ils corrompus ? notez que je garde la tournure interrogative), modifier la charte (sans dire sur quels points ; là, j'ai du mal à traduire), rendre les comptes financiers transparents (tiens, tiens !). En bref, il faudra changer la façade une fois qu'on aura fait disparaître l’intérieur.

 

 

Le CIO actuel ? Payez, et on vous déroule le tapis rouge. Tiens, qu’a payé l’Arabie Saoudite pour faire admettre la judokate en bonnet de bain islamique (qui vaut le burkini, ci-contre) ? stéphane hessel,indignez-vous,engagez-vous,vivez,patrick besson,le point,charles de gaulle,jamaïque,usain bolt,sprint,4 x 100,record du monde,dopage,le nouvel observateur,américains,justin gatlin,performance,alberto contador,tour de france,vuelta,espagne,david rudisha,exploit sportif,jeux olympiques,cio,olympisme,humanité,société,culture,rabelais,ong,patrick clastres,sciences-po,bertrand delanoë,arabie saoudite,attila,jean guisnel,corruption,propagande,optimisme,gotlib,rubrique-à brac Ce serait une information intéressante. Le CIO, cette machine à profits, est devenu sensible à un seul argument : avoir les moyens de toucher sa « sensibilité ».

 

 

Je vais vous dire ma conviction : si le Paris de BERTRAND DELANOË n’a pas eu les Jeux Olympiques 2012, c’est parce que DELANOË n’a pas assez arrosé. Et je le remercie pour cette raison même. Vous imaginez l’état de la France aujourd’hui, après trois semaines de cette chevauchée d’Attila ? De ce rouleau compresseur aveuglé et fanatisé par l’enthousiasme ?

stéphane hessel,indignez-vous

LA PLUS BELLE AVENUE DU MONDE, VRAIMENT ? 

 

Pourquoi croyez-vous que la France n’a pas vendu un Rafale depuis qu’elle a signé je ne sais plus quel protocole de moralisation du commerce mondial des armes, et surtout qu’elle le respecte ? Fini, les « commissions », les « rétrocommissions » et autres outils d’enrichissement personnel (lisez, pour en savoir plus, Armes de corruption massive, de JEAN GUISNEL (La Découverte, 2011), je vous assure que ça, c’est du journalisme d’excellence).

 

 

Soit dit en passant, JEAN GUISNEL révèle que l’Allemagne, la si vertueuse Allemagne, corrompt à tout va les individus capables d’influer sur les décisions des gouvernements acheteurs. Pour exporter, il faut arroser. Si la France veut les Jeux, il va falloir qu’elle accepte d’enchérir. Sur fonds secrets. Les Jeux Olympiques ? D’abord et avant tout, une affaire, de gros intérêts, de grosses affaires à faire. Avec risques et périls : voyez la Grèce et ses Jeux Olympiques, en 2004, et puis huit ans après.

 

 

En fait, et pour être franc, en plus et en dehors de l'horrible fable olympique, je n’aime AUCUN des bobards que les médias déversent à tombereaux ouverts dans nos yeux et nos oreilles, jour et nuit : si l’on fait un peu attention, on en arrive à comprendre comment fonctionne la nouvelle dichotomie « MYTHE / RÉALITÉ ».

 

 

Plus je regarde la réalité, plus je suis effrayé de ce qui attend l’humanité (je ne reprends pas l'énumération, je n'entonne pas la litanie des calamités observées et attendues). Plus je regarde la télé, plus je deviens optimiste (tout le monde rit, tout le monde est heureux, sauf aux informations, et encore ...). Vous ne trouvez pas ça bizarre ? Ah bon ? C’est donc ça qu’on appelle PROPAGANDE ? Bourrage de crâne ? Endoctrinement ? Eh bien dans quel état sont nos esprits, les amis ?

 

 

Conclusion : LA PESTE SOIT DES OPTIMISTES ! Il faudrait les amputer de la télé. C'est à bon droit qu'on pourrait alors les traiter de : « Amputé de ta mère ! ». Parce que les amputés aussi ont droit aux Jeux Olympiques !

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

samedi, 18 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (5/5)

Pensée du jour : « Concluons qu'il faut croire en une trinité une, en une unité trine. Une et unité à cause de l'essence une, trine et trinité à cause des trois je ne sais quoi (propter tres nescio quid) » Saint Anselme

 

 

« Tout ça qui a commencé, Il faut bien que ça finisse ! », écrivait JEAN TARDIEU. C'est certain, il faut savoir finir par terminer un parcours, fût-il théologique, et pour ainsi dire métaphysique (à moins qu'il ne fût 'pataphysique, puisque tout est 'pataphysique).

 

 

Cette petite série sur les hérétiques qui ont empoisonné l'air des centaines de théologiens romains dans les siècles des siècles (amen), disons-le tout de suite, doit s'achever. Aussi ne dirai-je rien des agonistiques, des circuiteurs, des catropites et autres coropites, que sais-je, des donatistes et des semidulites, des barallots et des barboriens, des lampétiens et des latitudinaires.

 

 

Que voulez-vous ? Des clanculaires et des cléobiens ? Des calixtins (qui sont de vulgaires luthériens mitigés) et des sampséens ?  Allez, pour faire bon poids, des scotopites et des caïnites (Cush, l'ami de Corto Maltese, et Corto Maltese lui-même, font partie de cette branche : « Nous autres caïnites cherchons toujours le paradis perdu pour le rendre à notre Mère », il y aurait pourtant bien des belles choses à dire des caïnites).

 

religion,société,croyance,catholique,hérésie,poésie,littérature,doctrine,foi,théologie,hérétique,corto maltese,jésus christ,prophètes,stercoraire,communion,digestion,bousier

CUSH DIT : "CORTO MALTESE EST UN BENI KAÏN" 

 

Il y en a d'autres, comme les hésitants, simple variante d'eutychiens acéphales, les hélicites, simples moines relâchés qui dansaient en rond, d'où leur nom (hélice), les danseurs, simple secte apparue en 1373 à Aix-la-Chapelle, les protoctistes, pour qui l'âme a précédé le corps (dieu du ciel, faut-il être bête !), et même les prophètes, rendez-vous compte. Les infernaux, convaincus que l'âme de Jésus-Chist, durant son séjour sépulcral, descendit aux enfers et y fut tourmentée (a-t-on idée !). Cette fois, j'arrête.

 

 

 

Pour ainsi parler, l'hérésie buissonne à perte de vue, prolifère comme la vermine, foisonne, pullule, fourmille, pleut, grouille. Plus on en tue, plus il en vient. Heureusement, l'époque moderne a résolu ce problème une fois pour toutes : elle a éradiqué le religieux. Plus de religion ? Plus d'hérésie. CQFD. Nous voilà bien débarrassés. Fini les hérésies ! A pu, hérésies !

 

 

 

N'est-ce pas un progrès définitif, d'être débarrassés des hérésies, que ce soit dans la peinture, dans la musique, dans la sexualité, dans les institutions ? C'est pourquoi nous devons rendre grâce à notre ultra-modernité (« C'est l'Ultra-Moderne Solitude », chante ALAIN SOUCHON) d'avoir fait disparaître le diable de l'intolérance, et pour cela inventé la dilution du paradis et de l'enfer, l'abolition du Bien et du Mal dans le grand chaudron du N'IMPORTE QUOI.

 

 

 

Cependant, je ne voudrais pas clore cette modeste incursion dans le domaine des problèmes épineux que ne cesse de soulever toute croyance religieuse, sans manifester une tendre et respectueuse révérence à l’égard d’une hérésie dont le bien-fondé ne semble pourtant, sur le plan doctrinal, devoir susciter aucune réprobation apostolique et romaine. Je veux ici célébrer l’hérésie stercoraniste (de stercus (= caca) : le bousier est stercoraire).  

 

 

Ici, sachez quand même que je vous épargne un développement sur la chaise papale qu'on appela la chaise stercoraire (« Duos habet et bene pendentes », disait le cardinal chargé de vérifier, à la fin du conclave et de la main, la virilité du nouvel élu, en lui tâtant les couilles), car ça nous entraînerait un peu loin. 

 

 

Le stercoranisme offre un superbe exemple magistral de l'ingéniosité créative et poétique développée par toutes sortes de catholiques au cours de l'histoire pour frapper la VRAIE FOI au défaut de la cuirasse, à coups de détournements incontrôlés d'articles dûment estampillés par la marque DELAFOI (dont le siège est à Rome (Italie), seule habilitée à les propager (s'adresser en cas de besoin à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, filiale de Vatican, la maison mère). En somme, transcrite en termes commerciaux, une hérésie est une vulgaire CONTREFAÇON.

 

 

Qu'on se le dise, pour être sûr que l'article de foi que vous achetez a été visé par les autorités chargées de la VRAIE FOI dans l'Eglise Apostolique et Romaine, vérifiez qu'il porte bien l'estampille officielle DELAFOI. Le Comité International Olympique (CIO) a bien retenu la leçon, qui a interdit, dans l'enceinte olympique londonienne, les préservatifs non contractuels.

 

 

La raison ? Il paraît qu'ils étaient trop généreusement dimensionnés par rapport à ce qu'est devenu au fil du temps l'organe du sportif mâle de haut niveau, du fait même de sa pratique. Cela reste bien sûr à vérifier, même si l'évolution et la sélection naturelle rendent la chose plausible. Ces propos n'engagent que ceux qui les entendent. Revenons au « geotrupes stercorarius », autrement dit au bousier mange-merde.

 

religion,société,croyance,catholique,hérésie,poésie,littérature,doctrine,foi,théologie,hérétique,corto maltese,jésus christ,prophètes,stercoraire,communion,digestion,bousier


 

IL EST PAS BEAU, MON BOUSIER ? 

IL PART JUSTE FAIRE SES COURSES AU SUPERMARCHÉ (IL A REPÉRÉ UNE BELLE BOUSE) POUR REMPLIR SON GARDE-MANGER.

 

Pour renouer avec l'hérésie des stercoranistes. La question qu’ils soulevèrent est délicate : que devient le corps du Christ dans la Communion, quand l’hostie (hostia = la victime) a été ingérée par le fidèle ? Subit-elle, comme tous les aliments, le destin digestif de finir dans une cuvette de chiotte, mélangée à l’étron profane expulsé par les parties les plus basses du croyant ? La conscience du croyant s'insurge, se cabre et se révulse devant une perspective aussi infâme.

 

 

L’abbé Guyot saisit bravement la question à bras-le-corps et le taureau par les cornes. Il n’esquive pas, il attend l’adversaire en faisant front crânement. Certains égarés, dit-il, ont prétendu que « le corps de J.-C. dans la sainte Eucharistie, reçu à la communion, était sujet à la digestion et à ses suites, comme tous les autres aliments ». C’est là que le croyant sincère frissonne, qu'il n'ose se représenter les "suites" dont il est question, et que l’homme pieux se signe aux quatre points cardinaux.

 

 

Heureusement et le plus tranquillement du monde, l’abbé GUYOT, à qui il ne faut pas la faire, ajoute : « les Pères savaient bien qu’à la première altération éprouvée par les espèces eucharistiques dans l’estomac, la présence substantielle de J.-C. cesse ; que, par conséquent, son corps est à l’abri de toute décomposition, puisqu’il s’évanouit ».

 

 

Passons sur le « J.-C. », qui pourrait passer pour une familiarité déplacée. Restons-en au fait qu'on ne saurait plus fortement planter la dignité de la vérité dans le cadavre de l’erreur. Nous resterons donc sur cette image définitive, puissante et sans réplique d'un Jésus Christ qui s'évanouit. Dans l'estomac du croyant. C'est comme je vous le dis.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Fin.

vendredi, 17 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (4)

Pensée du jour : « Frappé d'une balle qui, pénétrant dans la poitrine, traversait le poumon et sortait par le dos, cet officier a survécu à cette mortelle blessure ». Général Trochu 

 

 

On apprend qu’un certain VIGILANCE fut condamné parce qu’il condamnait le culte des saints, la vénération de leurs reliques et le célibat. Cet homme devait se tenir honorablement quand il était à table ou au lit. On apprend qu’il ne faut surtout pas confondre les « vaudois » et les « valésiens » : alors que les premiers, très banalement, exécutent à l’instant même où ils le prononcent leur vœu de pauvreté, les seconds n’admettent dans leurs rangs que des eunuques, sauf quelques hommes « entiers », à qui ils interdisaient l’usage de la viande jusqu’à ce qu’ils se fussent mutilés.

 

 

Je ne vais pas insister sur les appellations fleuries dont Notre Sainte Mère l’Eglise Apostolique et Romaine a affublé les innombrables croyants de la VRAIE FOI (ils se déclaraient tous catholiques) qui avaient le malheur, soit d’ajouter, soit de retrancher, soit encore de modifier si peu que ce fût le moindre cil, la virgule la plus modeste ou l’accent le moins grave au plus mince article de la dite foi.

 

 

Car ce sont, sachons-le, les théologiens officiels de l’Eglise qui ont baptisé chaque hérésie du nom qu'elle porte. Et leur imagination lexicale fut sans bornes, comme essaie de le montrer la présente série de notes, qui pourtant ne donnent de l’ensemble que la minuscule partie émergée de l’iceberg théologique et doctrinal. Ils ont fait montre, au cours de siècles, d'une véritable constance dans l'invention poétique.

 

 

Je me demande s’il n’y a pas un germe du petit père STALINE (JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI) dans le centralisme catholique. Ou alors du jacobinisme. A force de larguer à grands coups de conciles et de tatanes dans le derrière, hors de la communauté des croyants, les Coptes (ou Cophtes), les Syriaques, les Orthodoxes, et autres variantes locales de ce que les autorités appelaient la VRAIE FOI, le catholicisme romain ressemble à un arbre qui se serait élagué lui-même.

 

 

Jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un moignon de tronc, avec certes quelques racines, mais dépourvu de tout branchage et de tout feuillage. Jusqu’à devenir un arbre sec. Un arbre mort. Certes, cette vigilance dogmatique et doctrinale a donné à l’appareil clérical une puissance nonpareille à une certaine époque (entre autres, en faisant affluer les picaillons dans les coffres de la maison-mère). Mais elle a fini par assécher la source même de son esprit.

 

 

Reste qu’il est amusant de penser que des foultitudes de petites gens se sont ingéniées à faire chier la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (naguère présidée par Monsieur RATZINGER, alias BENOÎT XVI), à justifier la rémunération d’un innombrable et compact agrégat de fonctionnaires aussi pontificaux que sourcilleux, et à donner du boulot pendant des siècles aux dizaines de milliers de membres d’une corporation qu’on pourrait appeler des « contrôleurs de conformité » (autrement dit des flics de la pensée et de la conscience), ne serait-ce qu'en stimulant leur créativité poétique.

 

 

Car il y a indéniablement une force poétique dans les noms de baptême accordés par Rome à tout ce qui faisait mine de s'écarter de la ligne. Que pensez-vous de caucaubardite, nom qui fut donné à une branche des eutychiens ? Des manifestaires, ainsi nommés parce qu'ils croyaient criminel de dissimuler leur doctrine quand ils étaient interrogés ? Des tropites, pour qui le Verbe divin, du fait de son incarnation, cesse d'être une personne divine ? Des rebaptisants, qui renouvelaient le baptême de gens déjà baptisés, mais par des gens qu'ils considéraient comme hérétiques ?

 

 

N'y a-t-il pas une authentique imagination poétique pour nommer psatyriens les égarés qui pensaient que Jésus Christ n'était pas Dieu, mais une créature ? Parherméneutes, ceux qui interprétaient à leur guise les Ecritures en faisant foin « des explications de l'Eglise et des docteurs orthodoxes » ? Aquatiques, ceux qui « regardaient l'eau comme un principe coéternel à Dieu » ? Et les pneumatiques ? Et les condormants ? Et les familistes ? Et les jovinianistes ? Et les ethnophrones ? Tout ça déborde d'une inventivité poétique proprement héliconienne, ne trouvez-vous pas ?

 

 

Passons sur les naturalistes, qui expliquent les miracles par des causes naturelles ; sur les mutilés de Russie, qui pratiquaient l'automutilation, et dont les lubies menaçaient les marins de la flotte impériale ; sur les métangismonites, qui soutenaient que « le Verbe est dans son Père comme un vaisseau dans un autre ». On reste confondu devant des extravagances, je devrais dire des vésanies aussi manifestes.

 

 

Le tort des hérétiques, donc ? Leur imagination. Car il en fallait, pour imaginer que la Sainte Trinité est formée de trois substances égales (trithéistes) ou que les sacrements sont inutiles, au motif que « des effets incorporels ne peuvent être communiqués par une cause matérielle et sensible » (ascodroupites). Les inquisiteurs ne furent que le paroxysme fanatisé de cette POLICE CATHOLIQUE chargée de faire le ménage dans le troupeau.

 

 

La réflexion que m’inspire la notion d’hérésie définie par les autorités catholiques, c’est qu’elle suppose un sentiment très aiguisé de la hiérarchie, quasi-militaire, parmi les croyants. Grosso modo, l’Eglise ne peut faire aucune confiance dans les fidèles de base (le vulgum pecus) pour ce qui est de la vérité de la foi : dès qu’on leur laisse la bride sur le cou, les croyants partent dans tous les sens et, surtout, ils se permettent d’improviser des articles de foi qui n’ont pas reçu le visa des autorités romaines. Il ne faut pas rigoler : il y a la brebis de base, qui n'a qu'à suivre, puis les brebis en chef, puis les chef-brebis, etc. ... jusqu'au pape.

 

 

Car si on laissait faire, ce serait l’anarchie. Il est donc nécessaire, pour guider tout le troupeau mondial dans la même direction, de fixer d’en haut le contenu de la foi. C’est d’ailleurs la question du « libre examen » qui (entre autres) va creuser le fossé le plus profond entre catholiques et protestants, en accordant à tout croyant le droit de décider lui-même de sa relation à Dieu.

 

 

Quand chacun peut décider pour son propre compte du contenu et des modalités de sa foi, on assiste à l’atomisation de la grande Eglise en petites chapelles éparpillées et autonomes. Exactement ce qui s’est passé avec la prolifération des sectes protestantes. C'est un certain JOSEPH SMITH qui a fondé la secte des mormons. Un certain CHARLES TAZE RUSSELL la secte des témoins de Jéhovah (vous savez, ceux qui vont toujours par deux, mais qui n'entrent jamais, tout comme les testicules). Un certain LAFAYETTE RONALD HUBBARD la scientologie, la secte mercantile qui voudrait passer pour une Eglise, et qui tente de se faire admettre comme religion. 

 

 

En fait, je vais vous dire, c'est la multiplication des Papes qu’a reçu pour mission de prévenir et d’empêcher la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Et la besogne n’a pas manqué. La multiplication des pains suffit aux catholiques.

 

 

Les aphthartodocètes furent-ils d’authentiques eutychiens ? L’hérésie colarbasienne eut-elle tort de considérer l’alphabet grec comme la perfection et la plénitude de la Vérité (à cause de : « Je suis l’α et l’ω » (l’alpha et l’oméga)) ? Les saccophores n’étaient-ils qu’une bande d’hypocrites ? En tout cas, personnellement, j’assure qu’aucun conflit de m’oppose aux corrupticoles, aux hétérousiens, aux gomaristes, et autres métangismonites, pas plus qu’aux hypsistariens, aux infralapsaires et autres mammillaires, chez qui le jeune homme qui voulait épouser une jeune fille n’avait pourtant qu’à lui « mettre la main sur le sein », une véritable incitation à peloter les jolies femmes dans la rue.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Suitetfin demain.


 

samedi, 11 août 2012

METEO DES JEUX

Pensée du jour : « Les Sioux ont l'accent chinois, leur manière de vivre est celle des Tartares.» (ABBE FLEXIER DE REVAL, 1735-1802).

 

 

Résumé : nous disions donc : « La chaussure, voilà l’ennemi ».

 

 

C’est ce que se disait DENIS DUFOUR, compositeur attachant que j’ai rencontré du temps où je ne manquais rien de ce qui se faisait en musique contemporaine. Lui, son truc, c’était la musique électro-acoustique. Ne pas confondre avec HUGUES DUFOURT, adepte d’une musique moins contemporaine, puisqu’elle se joue avec de vrais instruments fabriqués par des ébénistes. DUFOUR 1 DENIS.jpg

 

 

 

DENIS DUFOUR marche pieds nus, qu'on se le dise (Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, extraordinaire texte de KNUT HAMSUN, Dix portraits, …). Parce que, m’a-t-il dit – et ce n’est sans doute pas dénué de vérité –, ne pas avoir de semelle permet de ressentir des vibrations physiques que ne perçoit pas l’oreille. L’avantage, c’est que, vu la couleur de ses pieds le soir, il ne risque pas qu’un quelconque lèche-bottes vienne lui faire des compliments sur sa musique, puisqu’il n’en a pas, de bottes. Le pied nu constitue, en quelque sorte, le fin du fin du retour à la nature.

 

 

Ce qui prouve par a + b que l’homme, en inventant la chaussure, s’est séparé de la nature il y a 4000 ans, quand il interposa entre lui et le sol une lamelle de cuir plus ou moins épaisse. De plus en plus perfectionnée. Pour s’épargner les injures faites à son pied par les cailloux du chemin. Nous sommes devenus trop sensibles, voire hypersensibles.

 

 

 

Un rien (qu’est-ce que 15 cm de neige ?) nous pousse à l'émeute contre nos dirigeants. Plus nous avons perfectionné et accru notre confort, plus nous sommes devenus vulnérables, craintifs et vindicatifs. Peut-être voudrions-nous reconstituer les conditions de la maternation originaire. Attendons-nous, dans ce cas, à quelques déconvenues funestes.

 

 

Ce qui prouve accessoirement que les travaux d’Hercule (qui vainquit Antée, en le privant de tout contact avec la Terre, qui n'était autre que sa mère Gaïa, et on considère encore aujourd'hui que ce fut un progrès) HERCULE ANTEE JEAN DE BOLOGNE.gif ont accéléré le mouvement de rejet de la Nature. A mon avis, Hercule avait  des chaussures aux pieds. Ah, qui dira le joli temps des écuries d’Augias (« les deux pieds les deux mains dans la merde ») ? Hydre de Lerne, reviens parmi nous !

 

 

Cela nous en dit long, soit dit en passant, sur les chances que l’homme industriel a de se réconcilier avec sa planète. C’est vrai que j’ai perdu pas mal de mes capacités à lover mes côtes et mes vertèbres entre les cailloux et les racines des terrains de camping. J’ai noté, en particulier, que les racines de pin sont résolument invincibles.

 

 

C’en est même un brin paradoxal, vous ne trouvez pas ? Ben oui, quoi, plus nous nous fleurbleuisons, plus nous nous écologisons, plus nous nous renaturisons sous l'égide de MAMÈRE NOËL (je ne peux pas croire que les parents ne lui ont pas joué un tour en lui donnant ce prénom) et CECILE DUFLOT (qui ne s’est pas risquée à accepter un poste de ministre de la Nature), plus nous avons peur que la Nature nous fasse du mal (tsunami, éruption, cyclone …).

 

 

Mais allez marcher pieds nus sur les trottoirs de nos villes, aujourd’hui ! Nos trottoirs rendraient indispensables et obligatoires, d’une part, le pédiluve (dans le temps, on disait « bain de pieds »), du fait de la caniphilie urbaine généralisée, et d’autre part la boîte à pharmacie, pour réparer les dégâts commis par les débris de bouteilles de bière. Il faut savoir que la merde de chien et la bouteille cassée sont le principal apport de la modernité au trottoir urbain macadamisé. Vivre sans chaussures en milieu aussi hostile, c’est accepter de vivre dangereusement. La Nature s'éloigne de l'homme inexorablement. A moins que ce ne soit l'inverse.

 

 

N’empêche que, quoi qu’on dise, courir sans semelle entraîne une flexion accrue : l’amorti en devient articulaire ! Je n'invente rien. Courir pieds nus permet d’éviter les ampoules et de limiter les risques de tendinites. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est scientifique. Les mêmes scientifiques affirment que si la fantaisie vous prend de vous mettre au « freedom running », mieux vaut y aller doucement.

CHAUSSURE 32 FIVE FINGERS.jpg

 

 Progressivement. Fiez-vous aux marques : elles ont d’ores et déjà inventé la chaussure minimaliste, semelles fines comme des crêpes et « five fingers » pour ganter les doigts de pieds.

 

 

PIED 2.jpg

MAIS POUR CE PIED, QU'EST-CE QU'ON FAIT, DOCTEUR ?

ON APPELLE CELA POLYDACTYLIE : IL Y A ENCORE PLUS FORT

 

chaussure,société,france,jeux olympiques,musique contemporaine,denis dufour,acousmatique,knut hamsun,hercule et antée,gaïa,écologie,nature,noël mamère,cécile duflot,alexandre vialatte,le progrès fait rage,godasse,progrès,société,culture,five fingers,barefoot runners,freedom running

SEIZE ORTEILS A LA NAISSANCE : QUI DIT MIEUX ?

 

En six ou douze mois, quand vous aurez usé huit paires de semelles fines et de « five fingers », vous pourrez passer au « barefoot » et au « freedom running ». Les marques ont même inventé les « barefoot shoes ». Comme disait ALEXANDRE VIALATTE, « le progrès fait rage ».CHAUSSURE 16.jpg

 

 

Vous pourrez même, suprême raffinement, vous passer de toute chaussure. Après avoir, nous l’espérons, contribué de vos deniers au redressement productif des entreprises spécialisées dans la semelle fine et dans la « barefoot shoe ». Pendant six à douze mois. Mais restez prudent. Oui, à ce moment, il est alors possible d’effectuer quelques sorties pieds nus. Et rendez-vous compte, vous verrez de la corne, carapace naturelle de la peau, se développer autour du pied afin de le protéger. Comme disait ALEXANDRE VIALATTE : « On n’arrête pas le progrès : il s’arrête tout seul ». C’est fort bien dit.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

mercredi, 18 juillet 2012

LE BAC : UN COURONNEMENT ?

Ainsi donc, le Baccalauréat a encore eu lieu cette année. Il n’y a pas de quoi s’étonner, quand on constate que le niveau des élèves de terminale ne cesse de se hausser à des hauteurs de plus en plus vertigineuses. Le Ministère de l’Education Nationale n’a-t-il pas en effet trouvé la force (en poussant comme un malade, il est vrai) de nicher, en les serrant bien dans d’innombrables cases pas trop larges, 85 % d’une « classe d’âge » (je raffole de la formule).

 

 

Bon, c’est vrai qu’à la sortie, il y a eu un peu de déchet, puisque la proportion de la « classe d’âge » à obtenir le sésame pour l’enseignement supérieur tombe à 77,5 %. Il n’empêche que le niveau de nos jeunes ne cesse de progresser, puisque cette proportion ne cesse de progresser. C’est logique, non ? Et il faut s’en réjouir. Allez, reprenons en chœur : « Alléluia ! Gloria ! ».

 

 

C’est sûr, le niveau des élèves bat d’une année sur l’autre son record précédent. Vous voulez une autre preuve ? Ben, regardez les mentions. En 1967, on comptait, en tout et pour tout, 0,7 % de mentions TB. Qu’est-ce qu’ils étaient mauvais, quand même ! Et les autorités n’avaient pas honte ! Regardez en 2012 : 7 % !!! Un taux dix fois supérieur. Enfoncés, les ancêtres ! LE NIVEAU MONTE, je vous dis. « Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? », aurait demandé finement COLUCHE.

 

 

Et les mentions, en général, vous allez me demander, comment ont-elles évolué, entre 2002 et 2012 ? J’allais justement vous le dire : toutes confondues, elles sont passées de 33,1 % à 54,3 %. Un gain d’un tiers (à vue de nez et au doigt mouillé). Plus de la moitié des lycéens français obtiennent le bac avec mention. S’il y en a encore parmi vous qui doutent que LE NIVEAU MONTE, c’est à désespérer.

 

 

Voilà donc le refrain qu’entonne le « journal de référence » (alias « journal du soir », alias Le Monde), avec un gros titre de « une », qui dit bien haut tout le bien qu’il faut penser de la chose : « Objectif atteint : 85 % d’une génération au niveau du bac ». Chacun de nous est évidemment transporté d’aise et « ne se sent plus de joie » (c’est dans quelle fable, déjà ? allez, on se remue les méninges).

 

 

Notez cependant l’hypocrisie du Monde dans son titre : « au niveau du bac ». C’est vouloir à tout prix voir le verre à moitié plein. J’avais une grand-mère qui, à force de vouloir arriver à cent ans, confondait allègrement « 97 années accomplies » et « dans ma 98ème année ». En comptant comme ça, elle avait fini par arriver à quasiment 99. Les cent ans, c’était comme si c’était fait. On n’allait pas avoir la mesquinerie de mégoter là-dessus, quand même : elle était quasiment « au niveau 100 ». Mais oui, Mamie, je t’embrasse. Tu aurais mérité d’y arriver.

 

 

Les 85 % du journal, c’est la même chose : ça tient du coup de pouce. Donc du coup de bluff. Maintenant, trêve de plaisanterie, j'arrête de faire comme si. Naturellement (j'espère), tout le monde a compris que JE ME GAUSSE, que je parle en pouffant (essayez, tiens), que j'ironise : tout le monde, quand il est de bonne foi, sait que tout ça relève de la FARCE.

 

 

Pour une raison simple : la performance globale de l’école française, de moins en moins bien placée dans la « compétition internationale ». Le système éducatif français, pris dans son ensemble, tombe en ruine. Et je le sais : j'y suis entré quand les premières lézardes ont commencé à fendiller les murs.

 

 

Je veux bien sûr parler de la REFORMITE, cette maladie gouvernementale qui a consisté à inlassablement déstabiliser l'édifice et à vouloir mieux démolir tout en prétendant reconstruire. Ce résultat vaut mieux que toutes les eaux de rose et tous les rubans fleuris dont les ministres de l'Education (droite comme gauche) ont enrobé et emballé leur action quand ils étaient « aux affaires » (quand Louis XIV était "à ses affaires", il faut le savoir, il était assis sur sa chaise percée).

 

 

Ce n’est pas pour rien que 140.000 élèves par an, entre 2005 et 2007 sont sortis sans aucun diplôme du système éducatif. Ce n’est pas pour rien que le temps effectif de cours, sur une séance de cinquante minutes (la norme), diminue inexorablement (temps de mise au travail, bruit de fond permanent (basse continue ou ostinato, je ne sais pas)dû aux bavardages, élèves de plus en plus incontrôlables et imperméables, …).

 

 

Tiens, rien que pour rire un peu et only for fun, et si on faisait passer aux élèves d'aujourd'hui (supposons la formation et les programmes identiques) les épreuves d'il y a quarante ans ? Non ? Vous croyez que ce serait trop cruel ? Bon, tant pis pour mon idée fumeuse.

 

 

JEAN-PIERRE CHEVENEMENT avait une bonne intention (l’enfer en est pavé, paraît-il) en fixant, avec son idéal d’ « élitisme républicain », la barre à 80 % d’une classe d’âge au bac. Mais tout le monde a fort bien compris que, s’il y a, proportionnellement, dix fois plus de mentions Très Bien en 2012 qu’on 1967, ce n’est pas parce que le niveau a monté : c’est parce qu’on a descendu la barre, il n’y a pas à sortir de là.

 

 

Sinon, comment expliquer qu'entre l'activité des élèves constatée par les professeurs et les résultats au baccalauréat, s'est progressivement creusé un abîme insondable qui, au vu des "mentions" accordées, fait se tordre les boyaux aux observateurs les plus neutres, je veux dire ceux qui ne tordent pas la réalité pour qu'elle colle à leur doctrine ?  

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.


 

samedi, 14 juillet 2012

DES EMPLOIS, S'IL VOUS PLAÎT

Tiens, avant de commencer, à propos de MOHAMED MEHRA : je n'ai aucun scoop à diffuser, seulement une question. Les flics qui étaient sur place étaient des superflics, surentraînés, supercompétents. Les plus pointus, n'est-ce pas ? Comment se fait-il qu'aucun tireur d'élite, un sniper, vous savez, ces gars capables de percer une pièce d'un euro à 1000 mètres, n'a été en mesure de BLESSER MEHRA (épaule, jambe, ou autre) ? Ma question, c'est : quelqu'un a-t-il donné l'ordre d'abattre MOHAMED MEHRA ? Fin du préambule.

 

 

Résumé de l'épisode précédent : les contrats industriels avec « transferts de technologie », signé avec la Chine (et d’autres) ont vidé la France d’une bonne part de sa capacité de « production de richesses ».

 

 

Les (ir)responsables politiques et industriels français ont ainsi rêvé d’une division mondiale du travail : les boulots de pauvres (production, fabrication, saleté) dans les pays pauvres. Les boulots nobles (= col blanc, créativité à fortes retombées sonnantes) devaient continuer à enrichir les pays riches. Le boulot noble, ce n’est pas celui qui salit les mains, n’est-ce pas ? C’est celui qui trace sur le papier les équations, les lignes, les projets. On appelle ça la CONCEPTION. Des industries sans usines, on vous dit. Et des usines sans ouvriers.

 

 

Toutes les entreprises d’une certaine taille ont un Bureau de Recherche et Développement (abrégé en R & D). C’est là qu’on pense le futur. C’est là qu’il y a de l’espionnage industriel (pardon, il faut dire « intelligence économique »). Mais les Chinois, ils ont compris : ils produisent (ainsi que les Indiens) dix ou trente (ou cent, ou mille) fois plus d’ingénieurs que la France. Et la France n’a plus les moyens (mais a-t-elle seulement l'envie ?) d’éduquer correctement ses jeunes. Vous devinez l’avenir ? Moi, oui, et pourtant je ne suis pas devin.

 

 

Moralité, les richesses, il faut les PRODUIRE. Je ne sors pas de là. Si vous ne les produisez pas, vous devez les acheter (pour les besoins vrais, mais aussi les « besoins » que les publicitaires nous ont fait découvrir qu'on avait). La France doit acheter ce qu’elle ne produit pas, et dont elle a cependant besoin (ou « besoin »). Exemple, le pétrole, les ananas, l’huile (oui !), mais aussi, les écrans plats, les iphones et tout le toutim.

 

 

Or, tout tend à prouver que la France a renoncé à produire. Je connais quelqu’un (vaguement apparenté) dont le métier a consisté, pendant des années, à vendre des machines-outils à la Bulgarie, à la Turquie, voire plus loin. Je peux vous dire que ça a bien marché, et pendant des années, et qu'avec ça, il a bien gagné sa vie. Des machines-outils qui venaient d’usines parfaitement françaises, mais dont plus personne ne voulait. Il y a bien eu un choix du renoncement à produire de la richesse.

 

 

Alors revenons à la Grande Conférence Sociale de FRANÇOIS HOLLANDE et au souriceau fripé dont la montagne va accoucher. Qu’est-ce qui va se passer ? Ceux qui ont RAISON, c’est ceux qui disent qu’il faut réindustrialiser la France. Il faut remettre en route les hauts fourneaux. Il faut que les usines automobiles Peugeot, Citroën et Renault produisent en France. Il faut …, il faut …, il faut … Enfin, il faudrait. Même qu'il faudrait peut-être. Va savoir.

 

 

Vous avez compris. Qu’est-ce qui va se passer ? Mais c’est tout vu, voyons ! Monsieur LAKSHMI MITTAL, milliardaire indien qui possède pas mal de hauts fourneaux en Europe, a décidé d’en arrêter pas mal, dont celui de Florange, qui a cessé depuis longtemps d’alimenter les poches de sa famille des 30 % de bénéfices qu’il avait décidé d’y déposer régulièrement. A votre avis, est-ce qu’il a très envie de le voir redémarrer ? La réponse est NON.

 

 

Un haut-fourneau, attention, en soi, c’est une usine verticale, avec ses 70 mètres de hauteur, qui fonctionne 24 heures sur 24, et avec des dimensions pareilles, ça manque de souplesse : on ne peut pas l’arrêter et le remettre en route comme une plaque de cuisson. Il réclame des délais respectables pour les changements de régime.

 

 

Ça se conduirait plutôt comme un super-porte-containers : pour prendre le prochain virage, il convient d’anticiper quelques dizaines de kilomètres avant (j’exagère sûrement). Et les virages industriels, ça prend plusieurs dizaines d’années. Il vaut mieux ne pas se tromper d’angle d’attaque. Et là, je regrette qu’on n’ait plus la possibilité juridique de brandir la tête des « responsables » au bout d’une pique. Si possible avec du persil dans les narines.

 

 

Parce que, franchement, vous ne sentez pas un peu de moutarde vous les chatouiller, les narines, quand vous vous dites que la situation actuelle, vous la devez à des décideurs d'il y a vingt et trente ans. Pour eux, c'était un rêve : une industrie sans usines, des usines sans ouvriers. Et qui dit "sans ouvriers", dit "sans emmerdeurs syndicaux". La solution ? Elle tenait dans trois mots : ROBOTISATION, INFORMATISATION, DELOCALISATION. En disant aux pays alors pauvres : démerdez-vous avec la production et les mains sales, nous gardons toutes les tâches de conception. A haute valeur ajoutée.

 

 

Moralité : nous avons perdu les ignobles tâches de production de richesses. Mais ça ne nous a pas empêché de perdre les nobles tâches de conception, conditions de la production de richesses. Enfin, pour le moment, pas toutes.

 

 

Car, pour pousser le pion de la conception généralisée et arriver au Graal d'un emploi noble pour tout le monde, il faut un énorme effort collectif pour élever le niveau de formation des jeunes. Or, j'exagère à peine en affirmant que le système éducatif français n'est plus que l'ombre de ce qu'il fut, et qu'il menace ruine. A commencer par les filières techniques, qui ont été passées au lance-flammes. Quand ce n'est pas au lance-flammes qu'on les a passées, c'est au broyeur, voire au sani-broyeur.

 

 

 

La preuve de la déconfiture nationale ? Cette année, 85 % des jeunes français ont suivi une classe de terminale (certains ont suivi de très loin). Et 77 % des jeunes français ont obtenu ce que l'on n'appelle plus depuis très longtemps une "peau d'âne". Je plains, certes, les 23 % qui ne l'ont pas obtenue, mais je pense qu'ils étaient très, très, très NULS. Qu'est-ce qu'il faut être, et qu'est-ce qu'il faut NE PAS FAIRE, pour rater le cadeau Bonux ? Disons : pour rater le Père Noël (c'est plus consensuel, le cadeau Bonux ne survivant que dans le sketch de COLUCHE) ?

 

 

 

J'ai gardé une oreille dans le système éducatif, et j'y en reçois quelques échos qui me font dire qu'il faut vraiment être très, très, très CON pour ne pas avoir le bac. Avec de futures pareilles recrues (qui n'ont acquis à l'école qu'un goût très, très, très modéré pour le travail et l'effort), la future industrie productive française, que le monde entier nous envie, n'a qu'à bien se tenir. Ce qui en reste debout ne s'en remettra pas.

 

 

Subséquemment et par voie de conséquence, c'est très logiquement le moment de redresser la tête, de bomber fièrement le torse, de se dresser sur ses ergots, les pieds dans le tas de fumier, d'inspirer un grand coup, et de chanter à tue-tête un retentissant COCORICO. Avant d'entonner martialement une Marseillaise endiablée. Ben oui quoi : c'est le QUATORZE JUILLET. C'est le moment d'être fiers de notre grande nation. Et moi, qu'on se le dise, j'ai la fibre patriotique. Enfin, je l'ai eue.

 

 

C'est pourquoi, chers concitoyens, je vous dis : Vive la République, Vive la France ! Et le reste.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Suitetfin demain.


 

mardi, 10 juillet 2012

DES GOGUES ET DES GAGS

Pensée du jour : « Le vrai est trop beau ou trop triste pour qu’il ne faille pas lui donner l’air d’une plaisanterie. » ALEXANDRE VIALATTE

 

 

Résumé de l’épisode précédent : une société de masse est une énorme usine à produire de la fiente, de la crotte, de la déjection, de la fèce, de la selle, voire de la scybale ou du fécalome, pour ne rien dire du colombin, du pruneau, du rondin ou de la tartissure.

 

 

Et en même temps, la solution de l’évacuation industrielle de toute cette matière humaine fait disparaître celle-ci aux yeux de tous, au point que, excepté les chiens sur les trottoirs bien aimés de nos villes, nul n’est prêt à offrir en spectacle public son derrière en pleine action expulsatoire, et que chacun prend soin, au contraire, de verrouiller la porte.

 

 

C’est d’ailleurs cette espèce de tabou qui ouvre la voie à quelques joyeux transgresseurs, professionnels ou non. La scatologie, tout le monde sait ce que c’est, et tout le monde a tendance à mépriser. Il n’en a pas toujours été ainsi, et il suffit de se tourner vers RABELAIS ou BEROALDE DE VERVILLE pour se rendre compte que le caca faisait partie du quotidien. La merde faisait partie intégrante de la vie de tous les jours. Le tuyau d'évacuation, l'égout, le collecteur et la station d'épuration ont expédié ce moyen âge dans les poubelles de l'histoire.

 

 

Tout le monde, de nos jours, sait que le Versailles de Louis XIV était dépourvu de toilettes et que toute la cour qui y déambulait baignait dans des arômes qui nous feraient fuir. Je n’ose imaginer ce que cela pouvait être les jours de grande chaleur. Mais au moins, c’était une odeur familière, à laquelle on était bien obligé de s’habituer. Nous sommes devenus hypersensibles. C’est le Tarzan de GOTLIB, dans le n° 1 de L’Echo des savanes (1972), qui le dit : « Hommes civilisés bien délicats ».

 

 

C’est certain : on a fait un chemin prodigieux, depuis Versailles, où les mieux équipés possédaient une « chaise d’affaires », encore appelée « chaise percée » ou « cabinet d’aisance ». Le meuble, qui pouvait être luxueux, couvert de laque du Japon, était rangé dans la « garde-robe », d’où, par métonymie, cette curieuse appellation (« Monsieur est à sa garde-robe »). Au moins, on savait manier les images et les figures de rhétorique.

 

WC CHAISE AFFAIRES.jpg

CHAISE D'AFFAIRE, OBSERVEZ LE STYLE LOUIS XVI

 

Et je ne suis pas remonté aux Romains, qui ne se formalisaient guère de quelque atteinte à la bienséance, et allaient sans façon dans des lieux collectifs, où chacun pouvait, en quelque sorte « faire son trou ».

 

WC OSTIE.jpg

LE DERNIER SALON OÙ L'ON CAUSE 

 

Aujourd’hui, nous sommes devenus à cet égard d’une pusillanimité presque drôle, et le moindre remugle de toilettes sales nous chatouille les narines désagréablement et nous fait déserter un établissement dont l’installation laisse à désirer pour ce qui est de l’hygiène et de la propreté. J’ai connu une personne qui, quand elle entrait dans un restaurant, n’avait rien de plus pressé que de vérifier l’état des lieux et, en cas de répugnance, de partir en courant. Je l’ai dit : il y a comme du tabou dans la chose. Et ce ne sont pas les directives de la Commission (la grosse ?) Européenne qui vont arranger les choses.

 

 

C’est ce tabou qui permet, par exemple, à COLUCHE de faire hurler de rire son public qui se lâche (« Respirez par le nez, madame ! »), en racontant, dans La Publicité, à sa façon, la « campagne jumelée » des dragées Fuca et d’Ajax WC. Je n’y reviens pas, tout le monde connaît ça par cœur. J’ajoute seulement que le vraiment scato n’arrive qu’à la 6ème minute dans la vidéo Youtube (8’25).

 

 

Moins connue peut-être, une scène du Fantôme de la liberté, de LUIS BUÑUEL. Le cinéaste ne se bouscule pas l’intellect : en bon surréaliste, il se contente d’inverser les perspectives et le code des convenances, un peu comme des ethnologues africains ou amazoniens (formés dans des universités européennes ou européennes, je le note en passant) viennent aujourd’hui étudier les peuplades européennes et leurs coutumes – forcément exotiques en diable, puisqu’elles se sont étendues à toute la planète.

 

 

 

 

Voici la scène en question (pas trop longue) qui, à la reniflée à plusieurs dizaines d’années de distance (1974), sent terriblement son mai 68. J’y vois quant à moi l’extraordinaire et veule facilité du procédé hérité de l’Oulipo, qui consiste à poser comme hypothèse : « Et si on inversait tout ? ». Oui, on peut tout inverser, sauf dans la réalité.

 

 

Avant d’en finir avec ces modestes considérations sur les « matières » et sur les « lieux », je propose un petit détour par le Japon. Ce pays, en effet, est célèbre pour sa vénération profonde des questions d’hygiène, ainsi que pour les recherches poussées qu’il a menées s’agissant des questions d’évacuation.

 

 

 

Commençons par ce  petit film d’animation merveilleusement conçu, destiné à habituer l’enfant à déposer son obole quotidienne dans un lieu réservé à cet effet, mais aussi à consentir à s’en séparer chaque fois à jamais (les psychologues sont passés par là). C'est pédagogique et moderne en diable.

 

 

 

 

Poursuivons avec un aperçu, certes non exhaustif, mais néanmoins pittoresque des toilettes justement renommées qu’on trouve aujourd’hui sur l’archipel, du rustique moderne … 

 

WC JAPON.jpg

ET IL FAUT SE TOURNER VERS LE CÔTE INCURVE

 

WC JAPO.jpg

ET AVEC LE MODE D'EMPLOI, S'IL VOUS PLAÎT

(y compris la mise en garde contre les pertes d'équilibre) 

 

Jusqu’au dernier cri du « high tech ».

 

 

 

WC JAP.jpg

JUSTE APRES, C'EST LE TABLEAU DE BORD DU CONCORDE 

 

Et pour finir, quelques gags amoureusement concoctés par quelques facétieux nippons, 

 

 

 

 

Qui, comme on le voit, n’hésitent pas, dans certaines occasions, à déployer des moyens logistiques considérables.

 

 

 

 

 

Certains pensent que le Mal n’est pas dans la technique, mais dans l’usage qu’on en fait. Ils oublient que le drôle peut faire partie des acquis de la technique. Bon, c'est vrai que ça va un moment, pas trop plus. On n'est pas obligé d'y passer autant d'heures que les types qui ont imaginé et réalisé tout ça. Au fond, la technique n’a pas que des mauvais côtés et offre parfois quelque menue compensation.

 

 

Voilà ce que je dis, moi. 

 

 

 

lundi, 28 mai 2012

SAUVEZ LE SOLDAT DOSIERE

Il ne fait pas bon être un ami des « socialistes » en période électorale, surtout si vous avez pris au pied de la lettre le mot d’ordre lancé par FRANÇOIS HOLLANDE de la « République Exemplaire », et que vous vous êtes efforcé de le mettre en pratique avec ténacité, en traquant par exemple l’argent public englouti dans l’institution présidentielle.

 

 

Monsieur RENÉ DOSIÈRE est un député « apparenté socialiste ». A priori, pas de quoi en faire un fromage. En général, je n’ai guère d’estime pour la faune politique, la grenouille parlementaire, la tortue sénatoriale et autres bestioles peu appétissantes. Mais il se trouve que certains individus trouvent grâce à mes yeux. Monsieur ETIENNE PINTE, élu sous l’étiquette UMP, est de ceux-là. En compagnie, donc, de Monsieur RENÉ DOSIÈRE.

 

 

 

 

DOSIERE R.jpg

 

 

 

C’est vrai que la logique partisane, au Parlement, oblige l’élu du peuple, la plupart du temps, à voter, comme un mouton, pour la couleur sous laquelle il s’est fait élire. Et quand un individu se fait repérer dans ce troupeau d’ovins, en général, son horizon politique se borne à la fin de son propre mandat, car il y a bien des chances que ses « amis » ne lui pardonnent pas les infidélités partisanes qu’il aura pu commettre à l’occasion de certains votes.

 

 

RENÉ DOSIÈRE est donc parti à la recherche de tout ce qui concernait le financement de l’Elysée. Il en a tiré un ouvrage instructif : L’Argent caché de l’Elysée. Il y raconte l’incroyable et presque indémêlable écheveau qui a été tissé de main de maître autour de tout ce qui touche aux finances de la présidence française, et les incroyables obstacles qu’il a trouvés sur son chemin avant de faire un peu de lumière sur cette question tabou.

 

france,politique,société,argent,république,rené dosière,françois hollande,parti socialiste,corruption,jacques chirac,nicolas sarkozy,jean-marie le pen,jean-noël guérini,kucheida,dominique strauss-kahn,canard enchaîné,élysée,l'argent caché de l'élysée,l'argent de l'état

 

Entre autres trouvailles qu’il a faites dans ce labyrinthe, il a montré que les sommes dépensées par et pour l’Elysée sous la présidence de JACQUES CHIRAC avaient augmenté, au cours des douze années de ses mandats (1995-2006), de 798 %. Parfaitement : sept cent quatre-vingt-dix-huit pour cent, ce qui autorise l’auteur wikipedia à parler de « forte progression ». L’euphémisme confine ici au mensonge. Ah, vraiment, la peste soit du "modérateur" de wikipedia.

 

 

798 % !

 (en douze ans)

 

Histoire de ne pas dire 800 %. Un chiffre, donc, si je compte bien, multiplié par huit. Pour un peu, je regretterais presque de ne pas avoir voté pour JEAN-MARIE LE PEN en 2002. Les manifestants anti LE PEN de 2002 n’avaient-ils pas quelque raison de traiter CHIRAC d’escroc ? Comment ne pas comprendre que certains entonnent le refrain du « tous pourris » ?

 

 

Les « socialistes » sont pour une « République Exemplaire », mais faut pas pousser, quand même. Il y a des limites à l’intégrité, quand même. C’est sans doute la raison pour laquelle RENÉ DOSIÈRE s’est vu, pour les prochaines législatives, retirer l’investiture du Parti « Socialiste » dans la première circonscription de l’Aisne. Je précise que je ne connais pas ce monsieur, et ne suis pas en mesure d'évaluer le taux d'intégrité personnelle qu'il serait en droit de se voir accorder.

 

 

 

DOSIERE RENE.jpg

 

Sans remonter au déluge (l’affaire Urba), c’est sans doute en vertu de la R. I. (« République Irréprochable ») qu’a pu éclater l’affaire DOMINIQUE STRAUSS-KAHN. C’est sans doute en vertu de la vertu (républicaine, cela va sans dire) qu’a pu éclater l’affaire des frères JEAN-NOËL et ALEXANDRE GUERINI. Y a-t-il eu ou non une affaire (corruption) KUCHEIDA dans la fédération socialiste du Pas-de-Calais (au sujet de cette affaire KUCHEIDA, on lira avec profit la chronique de DANIEL SCHNEIDERMANN dans Libération daté du 28 mai) ?

 

 

Remarquez que NICOLAS SARKOZY a mis aussi de la poussière sous le tapis : à propos des conditions d’attribution d’un permis de construire à un promoteur pour un immeuble à l’île de la Jatte à Neuilly, quand il en était maire, et sur la curieuse moins-value dont il a bénéficié pour l’achat d’un appartement dans le dit immeuble (doublée d’une belle plus-value à la revente), l’enquête préliminaire a été fort opportunément interrompue, malgré les investigations embarrassantes du Canard enchaîné.

 

 

Moralité : il ne fait pas bon, pour la « vertu républicaine », de voisiner de trop près avec le pouvoir. En attendant, malgré mon abstentionnisme militant, j’en suis arrivé à souhaiter que Monsieur RENÉ DOSIÈRE soit réélu, malgré le Parti « Socialiste ».

 

 

Voilà ce que je dis, moi. 

 

 

P. S. (je vous assure que ce PS n'a rien à voir avec le Parti "Socialiste") dernière minute : je n'achète jamais Marianne. Le dernier numéro paru offre pourtant un article croquignolet sur l'usage et l'abusage que les députés font de leur IRFM (indemnité représentative de frais de mandat). Quelqu'un a déniché (sûrement grâce à un gros jaloux) les relevés bancaires d'un député magnanimement laissé anonyme.

 

 

Résultat : escapades en plein mois d'août en Espagne, à l'île de Saint-Barth, au parc Disney, etc. Tout ça, c'est moi qui lui paie, alors que j'ai pas vraiment envie. Et ça, c'est de la petite turpitude courante, quotidienne, banale, entrée dans les moeurs. Tous partis confondus. TOUS PARTIS CONFONDUS, qu'on se le dise.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

PPS (post-post-scriptum, je dis ça pour rassurer) : on trouve en p. 14 du même numéro de Marianne le propos suivant : "Pourtant s'il fallait élargir la règle appliquée à AUDREY PULVAR [compagne d'ARNAUD MONTEBOURG] à tous les journalistes entretenant des relations de très grande proximité, voire de connivence affichée, avec les politiques (il n'y a pas besoin de partager leur couche pour ça), les rédactions des grands journaux seraient dévastées". C'est signé F. D. Mais c'est en tout petit, en bas de la page 14, alors que ça devrait être en gros et gras, en UNE. Vous êtes rassurés, sur la racaille journalistique ?

 

 

 

 

jeudi, 17 mai 2012

LA SECTE POLITIQUE

Pourquoi CHARLES PASQUA n’a-t-il été embêté que pour de la broutille, de la babiole, de l'amusette, du brimborion et pour tout dire, du rien ? Parce qu’il a été assez habile pour créer autour de lui une impressionnante chaîne de « solidarité ». On peut dire, dans le cas de PASQUA : plus solidaire, tu meurs. Pourquoi a-t-il fallu attendre que se produise un fait divers au Sofitel de New York pour qu’on en apprenne un peu sur la pathologie de DOMINIQUE STRAUSS-KAHN ?

 

 

Pour avoir échappé, pour l’essentiel, aux foudres de la justice, il est probable que PASQUA dispose quelque part d’un fabuleux trésor de guerre constitué de petites fiches, de petits ou de grands papiers, peut-être des photos, avec des dates, des noms, des signatures, bref : des « traces ». Pure supposition, me dira-t-on. Certes, je ne fournis pas de preuve, et n’émets que des hypothèses, mais autorisées, me semble-t-il, par ce qu’on appelle une déduction, un raisonnement logique. En effet, on se demande pourquoi la justice passe sur CHARLES PASQUA comme la pluie sur les plumes d'un canard.

 

 

 

politique,front national,société,marien le pen,élection présidentielle,france,charles pasqua,dominique strauss-kahn,solidarité,jacques chirac,nicolas sarkozy,alain juppé,édouard balladur,escroc,omerta,mafia,secte,tour de france,chevènement,boulin,grossouvre,bérégovoy,gérard collomb,cumul des mandats

 

 

 

Une telle « solidarité » repose sur les traces laissées par les acteurs. Elle repose sur un faisceau inextricable de crédits et de dettes qui assure la cohérence et la solidité du réseau. Pourquoi croyez-vous que JACQUES CHIRAC (celui que les pancartes appelaient « l’escroc » entre les deux tours de la présidentielle de 2002, face au « facho ») a pu compter sur l’indéfectible « loyauté » d’ALAIN JUPPÉ ? Miser sur BALLADUR en 1995 a failli coûter cher à la carrière de SARKOZY, et il faut bien dire qu’il a su y faire pour revenir dans la partie (sans doute beaucoup de gens ont misé sur lui parce qu'ils en avaient aussi soupé de pépé CHIRAC).

 

 

La « solidarité », la « loyauté » manifestées dans le milieu dont nous parlons – une sorte de « famille » –, et fondées sur l’existence de « traces » et de croisements de « services rendus », c’est tout ce qui forme la base d’une règle absolue, qu’on trouve à l’œuvre dans le peloton du Tour de France et parmi ceux qui s’appellent eux-mêmes les « hommes d’honneur », à Palerme, en Sicile. C’est l’omerta.

 

 

Pour entrer dans ce cercle fermé, il faut d’une part être adoubé (présenté par un déjà membre, comme chez les francs-maçons), et d’autre part prêter serment d’allégeance (qui implique que ce qui se passe et se dit au-dedans ne doit en aucun cas être divulgué au-dehors).

 

 

Cette « solidarité » tissée de dettes et de crédits produit plusieurs effets : la « discipline » de parti (« un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne », disait CHEVENEMENT), la « langue de bois » (dite à présent « éléments de langage ») et, pour finir, l’omerta, ou loi du silence. Et plus on s’approche du sommet de la pyramide, plus est implacable cet impératif de « solidarité » (de quoi sont morts BOULIN, GROSSOUVRE, BEREGOVOY ? Je ne parle pas du moyen létal, mais de la cause profonde : quelle règle avaient-ils enfreinte ?).

 

 

Ainsi se dessinent les « carrières » dans les deux « familles » qui se partagent le gâteau politique français. Au sortir de l’ENA ou de HEC, on « déguille », façon « dessus-dessous », je ne sais pas si ça se pratique encore, vous savez, pour faire l’équipe de foot, les deux « chefs » sont face à face, ils avancent, et celui qui pose son pied sur celui de l’autre a l’avantage décisif de choisir son second, et ainsi de suite. Une manière comme une autre de choisir son camp.

 

 

Car des deux côtés, il ne s'agit que de faire carrière. C’est juste pour entrer dans l'entreprise « droite », ou dans l'entreprise «  gauche », avec l'intention d'arriver le plus haut possible. Il s’agit, évidemment, pour tout le monde, de « faire carrière ». Accessoirement, de se répartir les postes. Pour ça, rien ne vaut un bon fichier bien tenu et une bonne liste de « services rendus » (la colonne "débit" face à la colonne "crédit").

 

 

Voilà le tableau. Compte tenu du fait que j’exagère sûrement, il faudrait tempérer. Mais voilà à peu près comment sont sélectionnées les élites politiques. Il s’agit d’introduire un doigt dans quelque chose qui ressemble à une belle mécanique. Quand c’est fait, on a fait le plus dur. Le milieu que produit l'ensemble des processus (cooptation, etc.) est remarquablement homogène, mais aussi hermétique. Ce sont à peu près les caractéristiques d'une secte. 

 

 

Demandez-vous maintenant pourquoi, par exemple et au hasard, Monsieur GERARD COLLOMB peut cumuler trois fonctions dirigeantes (s’il ne cumule pas les trois salaires). Pas touche au cumul des mandats (cas de 85 % des parlementaires français, contre 20 % en Allemagne). Pour une raison simple, en dehors de la désolante baisse des revenus qui s’ensuivrait : imaginez qu’on ouvre toutes grandes les portes des responsabilités. Vous voyez la foule des nouvelles têtes ? Des gens dont on ne sait rien ? Le cumul des mandats est une clé de l'homogénéité indispensable du système.

 

 

Et comment cette homogénéité résisterait-elle à l'afflux de nouvelles têtes ? Des gens – horreur ! – sur lesquels on ne pourrait rien. Vous vous rendez compte le nombre de parts à découper dans le gâteau ? De plus en plus maigres. Sans compter que ça risquerait de devenir démocratique, rendez-vous compte. 

 

 

Entre parenthèses, je ne sais pas si la réforme des collectivités territoriales s’avèrera positive ou négative, mais réfléchissez à ce qu’elle divisera le nombre d’élus par presque deux (3493 au lieu de 5657) : autant de gras en plus à se faire pour les heureux élus. Pour savoir s’il n’y aura plus ainsi le gaspillage qu'entraîne le mille-feuille administratif, attendons de voir.

 

 

Le logique, en effet, est : moins on est nombreux à table, plus chacun peut s’empiffrer. L’intérêt de chacun est de bien veiller à ce qu’aucun convive indésirable ne vienne jouer les pique-assiette. Rien de tel pour cela que la surveillance mutuelle (colonne "débit" et colonne "crédit"). Rien de plus efficace pour que tout continue comme avant. C’est à ça qu’il sert, le bipartisme UMPS : maintenir le couvercle en place. On pourra toujours encourager la participation des citoyens à des « comités de quartier », pour décider des jours de collecte du papier ou du réaménagement d’une place. Tant que l’essentiel est préservé.

 

 

C'est contre cette anomalie, ce vice de forme et de fond, cette consanguinité des élites politiques que s'élèvent les voix qui partent au Front National.  Contre l’accaparement des leviers du pouvoir par deux appareils partisans, deux machines à conserver les commandes bien en main, deux entreprises qui s’entendent comme larrons en foire pour mettre le pays en coupe réglée. Là, j'exagère. Disons : pour contrôler.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

mercredi, 16 mai 2012

VOTE FRONT NATIONAL (suite)

La vie politique française est donc congelée, confisquée, fossilisée. Tout est fait pour que la « volonté du peuple » (ça c’est beau tant que ce ne sont que des mots) reste lettre morte. Le « gros » score de MARINE LE PEN au premier tour de la présidentielle, qui scandalise tant de « belles âmes », s’explique largement par le « ciel bas et lourd » du couvercle que le tandem Parti « Socialiste » – UMP (que MARINE LE PEN a bien raison de fusionner en « UMPS ») s’efforce de faire peser sur la marmite politique du pays.

LE PEN FILLE.jpg

LES BALCONS SONT DECORES. C'EST LA FÊTE.  

 

En termes économiques, on appellerait ça un quasi-monopole, ou un abus de position dominante, avec à la clé un truc rigoureusement interdit, qui s’appelle « ENTENTE ILLICITE », et qui est sanctionné – tout au moins quand on est pris la main dans le sac – d’amendes astronomiques de la part des autorités. Il s’agit tout simplement d’interdire à des petits concurrents de venir jouer dans la « cour des grands » comme dit le mauvais journaliste normal.

 

 

A quoi comparer le phénomène LE PEN ? Au filet de vapeur qui sort, d’abord à petit bruit, de la cocotte-minute quand la pression monte. En réalité, le phénomène politiquement informe qu’on appelle les « indignés » n’est pas autre chose. MARINE LE PEN est une expression identique, mais dans l’ordre politique, officiel, structuré – et qui plus est légitime (puisque le Front National n’est pas interdit, que je sache). Certains feraient bien de se méfier de la cocotte-minute dont ils s'efforcent de boucher la soupape. Car on ne me fera pas croire que six millions d'adultes sont devenus fachos.

 

LE P COCOTTE.jpg

 

A force de construire l’Europe sans, voire contre les peuples, à force de gouverner la France sans le peuple, à force de faire passer, au Parlement un texte préalablement rejeté par référendum (tout le monde voit, ou faut-il un dessin ? Allez, un dessin.), il ne faut pas s’étonner.

 

 

LE P REFERENDUM.gif

 

Je ne fais aucune confiance à MARINE LE PEN pour ce qui est des solutions, en particulier économiques (mais aussi politiques : pas plus de carrure pour ça que le papa JEAN-MARIE). Mais j’en fais encore moins au couple UMPS, bien que ce soit pour des raisons différentes : le personnel politique émane presque en entier de grandes écoles où tout le monde est fondu dans le même moule intellectuel et quand il sort de la fabrique des élites, il est identique à tout le monde. Ils sont beaucoup à bien se connaître (Science-Po, ENA et maintenant HEC) et à se tutoyer, à « dîner en ville » ensemble, et à faire semblant de s’affronter quand les caméras sont là.

 

 

Vous voulez l’ENA ? Prenez la promotion Voltaire (1980) : HOLLANDE, ROYAL, VILLEPIN, JOUYET, SAPIN, BREDIN, CAMBACÉRÈS, DONNEDIEU DE VABRES, et quelques autres. Vous préférez HEC ? HOLLANDE (encore lui), PECRESSE, LAMY (OMC), PROGLIO (qui a dégommé LAUVERGEON à Areva), CLAIRE CHAZAL, RICHARD (France Télécom) et le milliardaire PINAULT.

 

 

Ah c’est sûr qu’ils réussissent, les premiers de la classe. Cela devrait être d’ailleurs un sujet d’inquiétude, que nous soyons gouvernés rien que par des premiers de la classe. Voilà qui rendrait presque SARKOZY, je ne dis pas sympathique, il ne faut pas exagérer, mais moins antipathique. Car un premier de la classe a tendance à se montrer plein d’arrogance et de certitude. Regardez un type comme JEAN-FRANÇOIS COPÉ. Et vous l'avez déjà entendu parler ?

 

 

Vous trouvez vraiment que c’est normal de donner le pouvoir aux premiers de la classe ? Bon, je veux bien, à la rigueur, que de temps en temps, ça arrive. Mais vous ne vous posez aucune question, quand ça FAIT SYSTÈME ? Quand plus aucun des moins bons n’arrive en tête ? Ne disons pas « des moins bons », disons des scolaires « moins éminents », si vous voulez. HOLLANDE, avec toutes ses grandes écoles, vous le trouvez normal ?

 

 

A partir de ce constat, quel est le mode de sélection des futurs gouvernants ? Un seul : la COOPTATION. Pour les autres pays, je ne sais pas, mais pour la France, c’est sûr, on croit que c’est démocratique, mais c’est le contraire qui se produit. Parce que si on croit que ça se passe « au mérite », on se met le doigt dans l’œil jusqu’au trou de balle (quatre doigts de sérieux, un doigt de vulgarité, pour garder la forme). Vous allez voir où je veux en venir.

 

 

Bien sûr, il faut manifester quelque aptitude et quelques compétences. Quelqu’un qui exerce un pouvoir n’a besoin de « gras-du-bulbe » que pour les toutes basses besognes (passer la serpillière après le sang versé). Le secret de la cooptation, c’est la capacité qu’on montre à « rendre des services ». De façon efficace, mais aussi et surtout de façon docile et discrète. Et plus on est efficace, docile et discret, plus nombreuses sont les marches qu’on est en droit d’espérer gravir.

 

 

Et cela pour une raison assez évidente : cette façon de procéder est une formidable machine à créer de la « solidarité ». Une solidarité très spéciale, comme vous allez voir, et très difficile à saisir, en dehors des procédures judiciaires : aurait-on appris quoi que ce soit des affaires BETTENCOURT, si BANIER n'avait pas voulu s'en mettre plein les fouilles jusqu'à l'indigestion ? FRANÇOIS-MARIE BANIER a seulement eu le tort d’exagérer. S’il s’était montré « raisonnable » et avait su se contenter de milliers au lieu de millions, on n’aurait jamais rien su des enveloppes BETTENCOURT aux politiciens.

 

 

 

BANIER.jpg

"ELLE PORTAIT SUR SA TÊTE TROIS POMMES DANS UN BANIER"

(ENFIN "TROIS POMMES", LA CHANSON OUBLIE QUELQUES ZEROS) 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.

 

 

 

 

 

mardi, 15 mai 2012

VOTE FRONT NATIONAL ? FAITES-LE TAIRE !

Ceux qui viendraient lire ce billet parce qu’ils pensent trouver l’expression d’une horreur absolue à l’égard des thèses du Front National doivent être prévenus : ils seront déçus. Ceux qui espéreraient au contraire y trouver un éloge des mêmes thèses en seront pour leurs frais. Mon propos est ailleurs.

 

 

Si MARINE LE PEN a des convictions et des « théories », ce que je peux en connaître me fait dire que tout ça manque de sérieux. En revanche, la muselière que le système politique, paraît-il républicain, accroche au museau de ces chiens d’électeurs du Front National me semble une grave anomalie.

 

 

Je veux ici m’étonner contre cette anomalie incompréhensible, s’agissant de ce qu’il faut appeler, faute de mieux, la démocratie. Ma question est la suivante : « Qu’est-ce que la représentativité ? ». Le principe par lequel le représentant représente. C’est bête, va-t-on me dire. Oui et non. Est-ce que les électeurs du Front National sont représentés politiquement ? Non. Ce n’est pas normal.

 

 

On est d’accord, MARINE LE PEN, c’est salissant, c’est vilain, c’est sûr que ça ne se fait pas, une immondice pareille. PIERRE MARCELLE, le beau démocrate de Libération, proposait même très récemment de l'interdire. Charlie Hebdo, roi de la bonne conscience et de la bien-pensance « de gauche », se contente, au milieu d'une page, de dessiner une grosse merde légendée MARINE LA PEN. Bel exemple de lucidité, sans doute « de gauche ».

 

 

Mais bon, c’est comme ça, et n'en déplaise à tous ces démocrates de bazar : MARINE LE PEN, ça fait 17,9 % au premier tour de la présidentielle. Je signale doucement que trois semaines après le premier tour, silence radio, c’est comme si MARINE LE PEN n’avait jamais existé. « Je vous assure, mon cousin, vous avez dit "bizarre, bizarre". – Moi, j’ai dit "bizarre" ? Comme c’est bizarre ».

 

 

Vomir le Front National, c’est devenu aujourd’hui le PGCD (plus grand commun dénominateur) de ceux qui forment le cordon sanitaire contre la « peste brune » appelé « front républicain ». JEAN-LUC MELENCHON participe à l’enfumage : admirez le héros de caméra que je suis, qui ose aller défier MARINE LE PEN dans son fief (le mot « fief », prononcé par un journaliste, a un délicieux parfum de moyen âge).

 

 

La fable, comme a raison de le susurrer MARTINE AUBRY, est évidemment destinée à occuper les petits enfants dans le bac à sable des médias (qui détestent le « populisme » d’où qu’il vienne, comme on sait, mais qui raffolent de son effet extraordinaire sur l’Audimat, et donc sur les tarifs imposés aux publicités).

 

 

L’hypothèse des « démocrates », c’est que les gens qui ont voté pour la LE PEN ne sont que des dégénérés. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’ils ne sauraient être considérés comme des vrais et bons Français. Et c’est vrai qu’à l’arrivée, on peut se demander. Le consensus. Zéro député Front National. On a tiré la chasse d’eau. Six millions de gens, d’abord traités en « citoyens » (avant l’élection), disparaissent dans la trappe. Escamotée, la « démocratie ».  

 

 

Réfléchissons un peu : comment les commentateurs expliquent-ils les 17,9 % de MARINE LE PEN au premier tour ? Primo – Par l’angoisse sociale de gens précarisés. Secundo – Par la peur de la mondialisation et le besoin de repli sur soi. Tertio – Par le sentiment du déclassement identitaire face à des populations venues d’ailleurs, avec des mœurs inassimilables (autrement dit, la xénophobie, il paraît).

 

 

Ce n’est peut-être pas faux. Mais il n’y a pas que ça. Pourquoi, en 2007, NICOLAS SARKOZY a-t-il réussi à « siphonner » les voix des électeurs de JEAN-MARIE LE PEN ? Parce qu’en utilisant ses thèmes dans ses discours, il a, en quelque sorte, promis de les traiter dans la réalité s’il était élu. Quoi d’étonnant à ce que ces électeurs se soient sentis trahis par le petit homme, cinq ans après ? Et le lui fassent payer ? Ça marche une fois, pas deux.

 

 

Si les gens qui veulent se faire élire se contentent d’être des hypermarchés, sur les rayons desquels ils promettent à toutes les catégories de la population qu’elles trouveront l’intégralité des variétés de yaourts, et qu’à l’arrivée, au lieu de la diversité des produits, on se retrouve dans un magasin soviétique, avec seulement des yaourts aux morceaux de mûres (« c’est comme ça et pas autrement », variante du célèbre « there is no alternative » de MARGARET THATCHER), c’est forcé qu’ils le désertent, l’hypermarché.

 

 

Les électeurs du Front National qui ont voté SARKO en 2007ont bien vu qu’il n’était qu’un de ces « camelots bavards qui vous débitent leurs bobards » (YVES MONTAND, Les Grands boulevards). Et ils n’ont aucune envie des morceaux de mûres. La vie politique française, c’est exactement ça.

 

politique,société,france,démocratie,chambre des députés,front national,élections législatives,marine le pen,jean-marie le pen,élection présidentielle,jean-luc mélenchon,martine aubry,parti socialiste,françois hollande,populisme,extrême droite,nicolas sarkozy,margaret thatcher

POUR L'EXPLICATION, VOIR CI-DESSOUS

 

On croit être dans « la vie Auchan ». En réalité, on est devant la vitrine de ce magasin de chaussures pour femmes contemplée avec stupéfaction au centre de Bucarest à l’été 1990, juste après la fin de CEAUCESCU et du « communisme » : à des dizaines d’exemplaires, rangés comme un bataillon de Coréens du Nord à la parade (ou comme les croix militaires du cimetière de Douaumont), un seul et unique modèle à haut talon, recouvert d’une sorte de papier à motifs roses. Une sorte d’uniforme, quoi.

 

politique,société,france,démocratie,chambre des députés,front national,élections législatives,marine le pen,jean-marie le pen,élection présidentielle,jean-luc mélenchon,martine aubry,parti socialiste,françois hollande,populisme,extrême droite,nicolas sarkozy,margaret thatcher

VOIR CI-DESSUS

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.

 

 

 

 

 

 

mercredi, 09 mai 2012

SARKOZY DANS SON BEAU MIROIR

Allez, une dernière sur SARKOZY, avant de tourner la page.

 

 

« Miroir, mon beau miroir, qui est le plus beau du pays ? » Vous avez reconnu, j’espère, la question qu’a posée NICOLAS SARKOZY, presque tous les jours, au miroir du sondage du matin, tout frais éclos, tout chaud sorti du cul de la poule IFOP ou de la cane SOFRES. Il aurait aussi bien pu lui dire : « Miroir, mon beau miroir, dis-moi que je suis plus grand que moi ».  

 

SARKO NABOT.jpg

"LE PAUVRE HOMME!" (MOLIERE, Tartuffe, I, 4)

 

 

 

C’est tout à fait curieux, cette hyperinflation de sondages, cette hyperinflation de conseillers ministériels (+ 21 % entre 2007 et 2009, selon un rapport de RENÉ DOSIÈRE) et de conseillers présidentiels. Le sondage d’opinion n’est en aucun cas le fouet permettant de dompter la réalité, parce qu’il permet tout juste – et encore, de manière éminemment fantaisiste et déformante – de refléter une certaine réalité : les sondages sont les sables mouvants de l’opinion publique. Belle formule, n'est-il pas ? 

 

 

« Dompter » et « refléter » : voyez la marge abyssale. Personne ne saurait dompter la réalité en se contentant de la refléter. Finablement, comme on dit chez moi, le cancer du sondage n’est le symptôme que d’une maladie tragique : l’angoisse à l’idée d’être incapable de gouverner quoi que ce soit, de changer en quoi que ce soit le cours des choses, puisqu’on n’agit que dans la perspective de tester l’effet de l’action – ou plutôt de son annonce médiatisée – sur l’opinion publique, en mesurant cet effet par le sondage. NICOLAS SARKOZY a remplacé l’action politique par le discours de l’action, puis la mesure de l'effet du discours. Quant à l'action sur la réalité, elle s'est perdue en route dans les dits sables mouvants.

 

 

Comment pourriez-vous agir sur le réel en ne vous servant que des sondages ? On en a fait sur tous les sujets (donc montrant tout et son contraire), et ce qu’ils révèlent – à condition de leur faire confiance – ce sont des tendances, elles-mêmes sujettes à variation. Comme si c'étaient les sondages qui avaient ordonné les incessants virages à 180° accomplis par le désormais ancien président.

 

 

GERARD COURTOIS, journaliste au Monde, dessine un des meilleurs portraits de NICOLAS SARKOZY et de ses cinq ans de présidence, où il réussit à synthétiser brillamment le personnage : « Les masques innombrables dont il s’est affublé depuis cinq ans, ses sincérités successives, ses convictions contradictoires, son volontarisme par trop narcissique, ses transgressions et ses rodomontades ont lassé ou exaspéré ». J’aime beaucoup « sincérités successives ».

 

 

Au sujet de l’action, je suis injuste : SARKOZY est un homme qui a su prendre des décisions. Passer à l’action. Le monde lui doit effectivement la disparition de MOUAMMAR KHADAFI, ce dictateur sans doute compromettant pour lui.

 

 

 

KADHAFFI 1.jpg 

C'EST TRES CURIEUX, SARKOZY A PRESQUE L'AIR NORMAL, A CÔTÉ

 

Grâce à lui, l’Islam a pu prendre en Lybie toute la dimension et l’envergure auxquelles il a droit. Grâce à lui, le Mali a pris son essor vers un destin éclatant, éclaté et islamique garanti grand teint. Un avenir sûrement radieux. Grâce à lui, les pays limitrophes (Algérie, Niger, Burkina) se sentent rassurés et consolidés sur leurs bases et leurs frontières. Grâce à lui, l'arsenal énorme accumulé au cours des ans par le despote a été libéré des prisons militaires où il était injustement retenu et peut désormais circuler librement dans toute l'Afrique saharo-sahélienne et se jeter dans les bras des terroristes islamistes d'AQMI.

 

politique,élection présidentielle,société,france,nicolas sarkozy,sondages,ifop,sofres,rené dosière,rapport dosière,gérard courtois,le monde,kadhafi,lybie,rgpp,jacques attali,françois mitterrand,jacques lacan

JOLI CALIBRE, NON ?

 

 

Dans la réalité, essayons d’être juste, l’action de NICOLAS SARKOZY a produit tout et le contraire de tout. La seule continuité que je vois dans sa politique, c’est : « Il faut serrer le kiki à tout ce qui est service public ». C’est ce qu’il a appelé coquettement « Révision Générale des Politiques Publiques », ou RGPP. Pour, à l’arrivée, faire des économies de bout de chandelle, moyennant 160.000 fonctionnaires rayés de la carte, et autant de futures pensions de l’Etat financées par l’emprunt ainsi économisées.

 

 

NICOLAS SARKOZY sait peut-être tout ça. Auquel cas, je qualifierai son état de désespéré. Car c’est être misérable ou désespéré que de monter inlassablement à l’assaut d’une réalité qui, soit se dérobe, soit résiste dur comme fer. Il y a du désespoir dans la consommation absolument effrénée de sondages à laquelle s’est livré le président.

 

 

Quand on gouverne, il ne faut pas se demander « ce qu’attendent les Français », comme le disent la plupart des politiciens, la bouche démagogique en ♥, parce que, évidemment, les Français, ils attendent tout et le contraire de tout, suivant la place qu’ils occupent. Il ne faut même pas demander ce qu’attend le réel. Il faut y aller, tout simplement.

 

 

Oh, il y est allé, SARKOZY, et crânement, mais il y est allé précédé et suivi par le puissant service de sécurité d'une armée de sondages. Il a fait exactement comme les musiciens qui jouent de la guitare électrique sur scène : ils ont besoin d’un baffle de "retour", pour entendre le vrai son qu’ils produisent, et qui, au fond, s’écoutent jouer. NICOLAS SARKOZY s’est écouté jouer. Au moins pendant cinq ans. Peut-être depuis toujours, si j’en crois ce qu’on dit.

 

 

Dès l’âge de dix ans, paraît-il, il déclarait : « Je veux faire président ». On me dira que beaucoup d’enfants mâles le disent (mais c’est aussi souvent pompier, pour passer au feu rouge, ou pilote de ligne, pour tomber le maximum de filles). On aura raison, sauf que l’idée s’est enracinée en lui.

 

 

JACQUES ATTALI – vous savez, l’homme qui peut tout, même banquier ou chef d’orchestre, si, si – raconte quelque part que, lorsqu’il était secrétaire général de l’Elysée, sous MITTERRAND, il avait vu un jeune homme de 23 ans entrer dans son bureau pour lui demander des conseils sur ce qu’il fallait faire pour devenir président. Le jeune homme portait le doux nom de NICOLAS SARKOZY.

 

 

 

politique,élection présidentielle,société,france,nicolas sarkozy,sondages,ifop,sofres

"JE VOUS DIS QUE SAIS QUE JE NE SUIS PAS BEAU"

 

 

 

Cette fascination sidérante explique peut-être le rejet brutal de la politique, sitôt annoncée sa défaite : il a brutalement perdu la carotte qui l’avait fait avancer jusque-là (JACQUES LACAN avait appelé ça « l'objet petit a) ».

 

 

Il a perdu tout ce qui faisait le sens de sa vie. Moi je dis : « Requiescat In Pace » (RIP). C’est vrai ça : qu’il repose en paix. Je dis ça pour le cas où il serait tenté par le suicide. Ben oui, quoi, je le comprendrais. Qu’est-ce que vous feriez si toute votre raison de vivre avait été contenue dans cette carotte : devenir président ? Moi je sais bien ce qu’il me resterait à faire : 10 grammes de plomb dans la cervelle. J'en conclus que j'ai donc du temps devant moi.

 

 

 

RIP.jpg

C'EST UNE BELLE PHOTO, NON ?

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.  

 

mardi, 08 mai 2012

LE MYSTERE SARKOZY

Parmi les défauts qui ont été reprochés à NICOLAS SARKOZY, le plus incompréhensible pour moi, c’est une de ses obsessions : le SONDAGE. Il sniffe (peut-être entre autres), du sondage, jusqu'à l'overdose. Le sondage érigé en méthode de gouvernement.  Jamais on n’avait gouverné comme ça. Cela reste un mystère.

SONDAGE FMURR.jpg

DESSIN DE F'MURR

(le "génie des alpages", vu autrement)

 

RAYMOND AVRILLIER est un élu (étiquette écolo, est-il conseiller municipal ?) de Grenoble. Il a fini par obtenir (il a fallu pour cela que le tribunal administratif en adresse l’injonction à l'Elysée) communication d’un dossier où sont comptabilisés tous les sondages commandés par NICOLAS SARKOZY entre juin 2007 et juillet 2009. De la folie.

 

 

 

Et il n'y a pas de raison pour que le rythme se soit ralenti depuis. Le jour 1, c'est le fait divers qui se produit, le jour 2, c'est la loi votée en urgence, le jour 3, c'est le sondage pour mesurer l'effet du vote dans l'opinion.

 

 

Il y en a exactement 264, des sondages. Deux cent soixante-quatre. Un tous les trois jours. J’hallucine. Pour un montant de 6.350.000 €. J’ai beau essayer de me rendre compte, je n’y arrive pas. Des sondages sur tous les sujets, non, sur n’importe quel sujet, y compris, entre beaucoup d’autres, sur « l’observation d’une minute de silence dans les établissements scolaires en hommage au dernier poilu » (LAZARE PONTICELLI). On rêve, non ?

 

 

 

PONTICELLI LAZARE.jpg

JE SALUE LAZARE PONTICELLI, LE DERNIER POILU

DE LA GUERRE QUI MARQUA LE SUICIDE DE L'EUROPE

 

Pas moins de 264 sondages en deux ans, là je dis, c’est une maladie. A la rigueur, c’est un symptôme. Je pense sincèrement que NICOLAS SARKOZY est atteint. Voilà un psychopathe, un fou, un malade mental, et le sondage est un symptôme de sa maladie. Comme s’il avait besoin de mesurer en temps réel l’effet qu’il produit, et même pas sur la réalité, mais sur l’esprit des gens.

 

 

Qu’est-ce qu’il faut, pour mériter de gouverner ? La première chose à avoir, c’est une conception du monde. Elle vaut ce qu’elle vaut, mais enfin, elle dessine un horizon, un lendemain meilleur que l’aujourd’hui pour les vivants. Un monde meilleur.

 

 

On s’interrogera évidemment sur ce que ce « meilleur » recouvre – et ça diverge sacrément, selon l’idéologie – mais à la base, il faut au minimum une « vision ». SARKOZY n’a pas de « vision ». Et ce défaut a une conséquence : il n'agit pas, il réagit. En dehors de vouloir devenir président de la république et de tout faire pour y parvenir, il n'a jamais su le but politique qu'il poursuivait, parce qu'il n'en avait pas. Politiquement, cet homme sonne creux.

 

 

 

Ne pas avoir de doctrine peut avoir quelque chose de rassurant aux yeux des échaudés du 20 ème siècle, mais cela implique ipso facto que le pouvoir se contente de GERER les affaires, en avouant qu'il n'est plus en mesure de les DIRIGER. Il suffit pour cela d'avoir un BTS de comptabilité-gestion.

 

 

Le recours pathologique au sondage est hélas une preuve que la personne qui se présente aux suffrages pour gouverner ses semblables n’en a aucune, de vision. Rien. Nada. Nix. Car le gars qui a une vision, il y va, sans se préoccuper du qu’en dira-t-on. Il avance. Il calcule, il manœuvre, il prévoit le coup d’après, comme aux échecs. La partie qu’il joue, elle est sur le terrain.

 

 

SARKOZY, lui, ne joue pas sur le terrain. Il joue devant un miroir. Il se regarde jouer. L’échiquier sur lequel il joue est un échiquier électronique, vous savez, ces KASPAROV virtuels que vous pouvez domestiquer le soir, sur votre table, à force de retours en arrière sur les coups déjà joués, jusqu’à ce que vous ayez trouvé la faille dans le jeu de l’adversaire. Je me demande si la conception que NICOLAS SARKOZY se fait de la politique n’est pas qu’elle consiste à régner sur les esprits, et pas sur les choses. En 2007, il se montra le meilleur raconteur d'histoire. Pas davantage. Et la suite l'a prouvé.

 

 

La faiblesse de NICOLAS SARKOZY, je vais vous la dire : c’est un ANGOISSÉ. Il tremble à l’idée de ne pas maîtriser. Il tremble surtout à l’idée que les gens se rendent compte qu’il ne maîtrise pas. Il a une sainte trouille que ça se sache. Imaginez NAPOLEON demandant à sa concierge ce qu’elle penserait s’il engageait une bataille à proximité d'une ville nommée Austerlitz.

 

 

Sa maladie du sondage (264 en deux ans, je rappelle) est exactement le symptôme de son angoisse. En réalité, il ne sait pas quoi faire pour gouverner le réel. Pourquoi croyez-vous qu’il s’entoure de plus de « conseillers » qu’il n’y en a jamais eu à l’Elysée ? Plus je ne comprends rien à ce qui se passe, plus j'ai besoin qu'on me conseille.

 

 

Pourquoi croyez-vous que tous les ministères ont pratiqué à fond l’inflation du nombre des « conseillers » (qui coûtent un pognon fou) ? Mais tout simplement parce que, au plus haut niveau, plus personne ne sait quoi faire pour avoir l’air de dompter la réalité et de pouvoir la modifier.

 

 

Alors qu’est-ce qu’il fait, SARKOZY ? Il se demande ce que les gens pensent qu’il faudrait faire. Que pense ma concierge ? J’ai laissé de la terre sur le tapis de l’entrée. Je suis rentré bourré en gueulant l’autre soir de la fête chez Paulo. Il faut que je lui demande ce qu’elle en pense.

 

 

Cela s’appelle le « sondage d’opinion ». Mais le problème du sondage, c’est qu’il ne vous donnera jamais la solution du problème. Le sondage pathologique, une maladie du mode de gouvernement, fait de l’ « opinion publique » le conseiller en chef de l’Elysée. SARKOZY a en réalité enrôlé 45.000.000 de conseillers, à travers des instruments de la plus haute fantaisie scientifique : les sondages.

 

 

Or, s’il existe un exécrable conseiller, c’est bien l’opinion publique. Pourquoi ? Mais tout simplement parce que ce qu’il dit, ce conseiller, c’est ce que tout le monde sait, alors même qu’agir sur le réel, c’est inventer quelque chose qui n’existe pas encore. Donc quelque chose que personne ne sait. Agir sur le réel, c’est inventer le réel. « Wâh ! Cette parole est forte. », déclare RED CLOUD, le chef Lakota Oglala.

 

 

 

RED CLOUD 4.jpg

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

lundi, 07 mai 2012

FIN DE LA RECREATION ELECTORALE

Oui, je sais, ça fera du bien de ne plus entendre NICOLAS SARKOZY, de ne plus voir NICOLAS SARKOZY, de ne plus entendre parler de NICOLAS SARKOZY. Exit NICOLAS SARKOZY. A la trappe NICOLAS SARKOZY.

PIED AU C GARFIELD.jpg

 J'espère malgré tout que la joie et l'allégresse de la foule rassemblée ce soir Place de la Bastille ne seront pas douchées trop vite par les premières réactions de FRANÇOIS HOLLANDE face au réel face auquel il se trouve et à la panade dans laquelle nous risquons de nous trouver.  

EAU DORMANTE.jpg

AUTOPPORTRAIT DU NOUVEAU PRESIDENT

 

Lui qui, à force de temporiser, de négocier, de louvoyer, de ne pas trop s'imposer, a réussi à se maintenir pendant dix ans à la tête du Parti « Socialiste », et qui a donné à certains l'idée de formules chocs (flamby, capitaine de pédalo, un éléphant derrière une fraise des bois, pirouette cacahuète, monsieur on verra, tortue à mèche lente, édredon, ...), qu'est-ce que nous avons à en attendre ? J'espère que le réveil ne sera pas trop brutal. Mais franchement, je ne vois pas ce qui pourrait lui donner les moyens de nous éviter la catastrophe.

 

Et par ailleurs, comme HOLLANDE ne serait rien sans toutes les équipes qui l'entourent et qui grenouillent et frétillent comme des crabes dans leur panier, à quels forfaits contre la population devons-nous nous attendre de la part des poignards spadassins du Parti « Socialiste » ?

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

dimanche, 06 mai 2012

L'ENIGME SARKOZY

Je profite de ce qu’on va parler de NICOLAS SARKOZY encore pendant quelques jours (puisqu’il paraît que l’élection est pliée) pour commenter un aspect du personnage qui reste pour moi une énigme.

 

 

NICOLAS SARKOZY est la preuve vivante qu’être profondément et viscéralement haï peut devenir une raison de vivre. Enfin, je me pose la question. C’est exactement, sur le plan humain, le contraire de FRANÇOIS HOLLANDE. Non, rassurez-vous, je n’annonce pas une déclaration d’amour au candidat socialiste, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit, Dieu m’en préserve, et Dieu me garde en Sa Sainte Grâce ! Pour mon compte, dimanche, ce sera NI l’un, NI l’autre.

 

 

HOLLANDE, que voulez-vous, il est tellement propre et lisse qu’il n’y a strictement rien à en dire. « Normal », « sans charisme », neutre, couleur de muraille gris terne. Franchement, FRANÇOIS HOLLANDE est tellement inodore, incolore et insipide que ça me rend terriblement méfiant. Le proverbe le dit bien : « Il faut se méfier de l’eau qui dort ».

 

 

 

nicolas sarkozy,politique,france,société,élection présidentielle,françois hollande,parti socialiste,ena,mitterrand 

 

Si l’on se fie aux apparences, j’aurais bien vu FRANÇOIS HOLLANDE exercer la fonction de principal de collège. Mais un modeste fonctionnaire qui serait sorti de l’ENA (promotion Voltaire, 1980). Donc ça cache forcément quelque chose, et sans doute du louche.

 

 

Vous n’avez pas l’impression qu’avec un tel président, les Français peuvent s’attendre à TOUT ? Y compris au pire ? Il n’a rien promis. C’est peut-être un indice.  Rappelez-vous la vague rose de 1981, l’enthousiasme à la Bastille, MITTERRAND au Panthéon.

 

 

Puis rappelez-vous le déchantement brutal et stupéfiant de 1983, la conversion du Parti « Socialiste » au libéralisme de marché, son abandon de sa « clientèle » populaire, au son du refrain « il n’y a pas d’alternative ». A la place des électeurs, j’y réfléchirais à deux fois, avant de mettre le bulletin HOLLANDE, parfumé à la trahison, qui ne vaut certes pas « Barbouze de chez Fior » (Zazie dans le métro), le parfum de Gabriel qui amène le premier mot du livre : doukipudonktan.

 

nicolas sarkozy,politique,france,société,élection présidentielle,françois hollande,parti socialiste,ena,mitterrand 

 

NICOLAS SARKOZY, que j’ai entendu traiter de fasciste à une terrasse de café (mieux vaut entendre ça que d’être sourd), au fond, n’avait pas tort de prétendre qu’il était seul contre neuf, avant le premier tour. Mais il n’y a peut-être pas de hasard. Peut-être même qu’il a tout fait pour arriver à ce brillant résultat.

 

 

Ce qui m’épate d’ailleurs, après cinq ans de présidence SARKOZY, c’est qu’il y ait encore une vingtaine de millions de Français prêts à voter pour lui (pour être précis, 21,6 millions s’il obtient 48 % des voix). Pourquoi ça m’épate, me direz-vous ?

 

 

Pour une raison finalement simple. J’ai rarement eu l’occasion d’observer une telle habileté, une telle virtuosité de grand artiste dans la capacité d’un homme à cristalliser la haine sur sa personne. Comme s’il y avait en lui une haine qui émanait, provoquant en quelque sorte une haine en retour (« casse-toi, etc. » en est un bon exemple). Un vrai tour de force.

 

 

nicolas sarkozy,politique,france,société,élection présidentielle,françois hollande,parti socialiste,ena,mitterrand

 

Il a même, paraît-il (mais peut-on se fier aux sondages ?), réussi à tellement braquer les électeurs de Madame LE PEN, y compris après avoir pillé le programme de celle-ci, que beaucoup reporteront leurs voix sur FRANÇOIS HOLLANDE. Non seulement, comme on dit d’un boxeur, il « encaisse » bien, mais en plus, il donne l’impression d’aimer ça, l’hostilité et les coups. De les chercher. C’est un peu normal qu’il les trouve, non ?

 

 

La HAINE. On ne sait pas bien ce qui arrive en premier dans ce rejet, qui a, quoi qu’on en pense, quelque chose d’extraordinaire. Il doit bien y avoir des explications. Dans le cas de NICOLAS SARKOZY, elles sont plusieurs, sans doute même une pile, voire un gros tas. Ce qui est le plus curieux, c’est qu’on les connaît toutes. Tout est sur la table. Tout a été abondamment dit et commenté.

 

 

Personnellement, je ne le cache pas, il y a quelque chose qui me révulse dans la façon dont NICOLAS SARKOZY exerce le pouvoir. Mais en même temps, sa façon de faire tout ce qu’il fait en ayant l’air (voir plus bas) de se foutre éperdument des réactions, je dirai au moins que ça m’amuse, parce que je trouve ça culotté.

 

 

Je n’ai pas de haine pour la personne. C’est sa façon de s’y prendre avec la réalité qui heurte en profondeur ce que je crois avoir de sens commun. Peut-être sa façon de rouler des mécaniques à la face du monde, et de proclamer, avant d’avoir fait quoi que ce soit, qu’il est plus fort que la réalité. « La réalité ? Je lui rentre dans le chou ! » On comprend qu'il la prenne dans la figure.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.

 

 

mercredi, 02 mai 2012

DES NOUVELLES DE L'EUROPE

Oui, je sais, je ne parle toujours pas de la présidentielle. Mais ça vous amuse encore, ce cirque ? Moi, ça a plutôt tendance à me sortir par les trous de nez, ce match disputé par CAPITAINE MENSONGE et COLONEL BLUFF.

 

 

Blague à part, le n'importe quoi européen continue, s'aggrave.

 

 

Bon, on le savait déjà, que l’Europe est un « machin » ingérable, que sa construction cacophonique et sans queue ni tête aboutit à un édifice qui ressemble à ce dont est capable Numérobis, l’architecte ami de Panoramix, dans Astérix et Cléopâtre. La baraque est vermoulue, biscornue et bancroche et, comme dans l’aventure d’Astérix, elle part en morceaux qui tombent sur la tête des habitants.

 

BD ASTERIX MAISON.jpg 

AH OUI, ELLE EST BELLE, L'EUROPE DE NUMEROBIS !

 

Le moellon espagnol va sans doute suivre le moellon grec dans sa chute, et il y a de fortes chances pour que le crâne des Européens sorte de cette histoire aussi cabossé que celui d’Amonbofis, l’architecte rival de Numérobis, ou comme la carrosserie de ma voiture, après une mémorable averse de grêle du côté de Saint-Claude, dans le Jura. Cette Europe qui s’est faite sans les peuples écrase maintenant les peuples comme une averse de grosse grêle ou comme les moellons des maisons construites par Numérobis.

 

 

Est-il encore seulement possible pour la France de dénoncer les traités que tous ses gouvernements ont imperturbablement signés, depuis cinquante ans, sur la base sacro-sainte, intouchable, irréformable de la haïssable et démente CONCURRENCE LIBRE ET NON FAUSSEE, qui a déjà détruit l’essentiel de ce qui s’appelait, en France, les Services Publics, et qui n’a pas fini de semer son souk dans les lambeaux qui restent encore de ce qui fut l’Etat français ? 

 

 

Vous êtes au courant de la dernière trouvaille de la Kommission de Bruxelles ? C’est un véritable éclair de génie : puisque les politiques publiques impulsées par l’Europe ont été incapables de lutter contre la surcapacité des flottes de pêche européennes et la raréfaction de la ressource, elle (madame MARIA DAMANAKI, commissaire européen de la pêche) propose de transférer aux professionnels les quotas gérés jusqu’à maintenant par les Etats.

 

 

 

DAMANAKI MARIA.jpg

MADAME DAMANAKI

ELLE AVAIT POURTANT L'AIR GENTIL

 

Ce genre de proposition, qui va dans le sens de tout ce qui a déjà amoché en profondeur le visage de la France qui était la nôtre, de la France qu’on aimait, ce genre de proposition porte un nom et un seul : la PRIVATISATION (voir ma note du 13 avril). Mais on ne va pas dire ça : il faut parler de « concessions transférables ». Elle est pas jolie, ma formule européenne ? La Kommission européenne persiste et signe, dans son orientation économique de fanatisme ultralibéral intégriste. Il n'en serait pas autrement si le PERE UBU avait été le père fondateur de l'Union Européenne.

 

 

 

PATAPHYSIQUE UBU.png 

A LA TRAPPE, LES MAGISTRATS !

UBU ROI, ACTE III, SCENE II

 

Tous les acteurs (écolos, Etats membres, pêcheurs eux-mêmes) sont opposés à ce projet de privatisation des quotas de pêche. Tous sauf un : l’Espagne, grand pays pêcheur devant l’éternel, qui n’a pas envie d’ajouter à ses malheurs la disparition de sa flotte et des emplois qui vont avec.

 

 

Pendant que le bateau coule, le naufrage continue. Sursum corda, mes frères, comme on disait quand la messe était en latin (« sans le latin, sans le latin, la messe nous emmerde », chante Tonton GEORGES).

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

 

 

dimanche, 29 avril 2012

LA POLICE QUI FAIT PEUR

Moi qui suis un honnête citoyen, je vous le jure, monsieur le commissaire, la police française me fait peur. Regardez ça, ils se mettent à manifester contre les juges. Et pourquoi, je vous le demande ? Parce qu’un juge s’est permis d’accuser l’un des leurs d’homicide volontaire. De meurtre, quoi. Et pourquoi, je vous le demande ? Parce que l’homme qu’il voulait arrêter ne voulait pas se laisser arrêter.

 

 

En un mot comme en cent, il s’enfuyait. Bon, il a fini par l’arrêter. Pas parce qu’il courait plus vite. Une balle dans le dos, c’est beaucoup plus efficace, parce que c’est beaucoup plus rapide (467 mètres / secondes pour une balle blindée de marque SJ, calibre 357 magnum, vous pouvez vérifier ; mais le policier était peut-être doté du Beretta 92 en calibre 9 mm parabellum, je ne sais pas). Vous auriez fait la même chose à sa place, non ?

 

 

La police française, le monde entier nous l’envie. Madame MICHÈLE ALLIOT-MARIE proposait même son aide à BEN ALI pour le faire bénéficier de son savoir-faire hors-norme dans les troubles de l’ordre public. Mais gare à ceux qui feraient mine de s’en prendre à elle. C’est ça, monsieur le commissaire, qui me fait peur.

 

 

Les juges de Bobigny l’ont appris à leurs dépens : ils n’ont pas compris que tuer dans le dos un suspect qui s’enfuit est un acte de légitime défense, les benêts. Blague à part, fini de rire, j’arrête de plaisanter. Car il y a de quoi se poser quelques questions sur le fonctionnement actuel de la police française. Il y a de quoi se demander s’il n’y règne pas une sorte de « culture de l’impunité ».

 

 

Y a-t-il des policiers français qui sont républicains ? Bien sûr que oui. Du moins pour ce que je peux en savoir, de loin et de l’extérieur. Mais prise collectivement, en tant que corps d’Etat bénéficiaire d’une formation spécifique, ayant appris à obéir au supérieur et recevant ordres et consignes de sa hiérarchie, la police française est-elle encore républicaine ? Je n’en suis pas sûr.

 

 

Le « délit de faciès » existe-t-il ? Oui. Les contrôles d’identité privilégient les peaux noires et basanées, et ça commence à se savoir, quelles que soient les dénégations des responsables policiers ou politiques, et celles des petits soldats de la base. Il est de notoriété publique que le vote « Front National » a des bases solides au sein de la police. Supposons un commissaire qui a besoin de « faire du chiffre », comme il en a reçu la consigne de Monsieur NICOLAS SARKOZY, dès qu’il a été sinistre de l’Intérieur.

 

 

Il lui suffit de faire interpeller par ses hommes quatre ou cinq types en « dreadlocks » portant un béret vert, orange et rouge : ce serait bien le diable si l’on ne tombait pas sur deux ou trois grammes de « shit », et voilà le « taux d’élucidation » qui grimpe en flèche (exemple puisé dans la réalité, c’est ce qu’on appelle la « politique du chiffre »). C’est tout bon pour la prime. Bon, on dira aussi que le type en dreadlocks avec son béret n’a qu’à ne pas porter l’uniforme du fumeur de joints, et qu’en quelque sorte il l’a bien cherché. Que c’est bien fait pour lui.

 

politique,société,police,forces de l'ordre,justice,michèle allio-marie,ben ali,tribunal de bobigny,délit de faciès,nicolas sarkozy,front national,ministre de l'intérieur,claude guéant,garde à vue,fouille au corps,avocat,procédure pénale,outrage et rébellion,délinquance

LES DREADLOCKS DE BIG BOB MARLEY

(PAR OPPOSITION A LITTLE BOB STORY)

 

La police abuse-t-elle de la garde à vue ? Oui : quand on met en garde à vue, en un an (2010), 800.000 personnes, il est évident qu’il y a de l’abus. Les témoignages de cette femme de 80 ans, de ce médecin et de quantité d’autres individus le montrent. La Cour Européenne des droits de l’homme s’en est elle-même alarmée.

 

 

Le tutoiement systématique des « suspects » par les policiers est-il normal ? Non. Qu’est-ce qu’il perdrait, le prestige des policiers, s’ils pratiquaient une courtoisie minimale, un respect des personnes ? Si c’est aussi systématique, c’est bien qu’ils obéissent, qu’ils reçoivent l’ordre de tutoyer. Est-ce pour humilier d’entrée ? Un conditionnement ?

 

 

La « fouille à nu » (avec inspection de l’anus) systématique des « suspects » est-elle normale ? Non, et non seulement ça : elle est illégale (Maître KLUGMAN, avocat). Selon le même avocat, le menottage en garde à vue, largement banalisé, est lui aussi illégal (l’article 803 du Code de Procédure Pénale le restreint aux cas de danger pour autrui ou pour soi-même et aux risques de fuite).

 

 

 

politique,société,police,forces de l'ordre,justice,michèle allio-marie,ben ali,tribunal de bobigny,délit de faciès,nicolas sarkozy,front national,ministre de l'intérieur,claude guéant,garde à vue,fouille au corps,avocat,procédure pénale,outrage et rébellion,délinquance 

 

Et le délit d’ « outrage et rébellion » ? Parlons-en. Maître ANTHONY BEM, avocat, relève qu’en 2007, l’Observatoire national de la délinquance a compté 31.731 faits d’outrage à agents dépositaires de l’autorité ont été relevés. En 1996, il y en avait 17.700. Cela fait une augmentation de 79 % en une décennie. Le message envoyé aux « justiciables » est parfaitement clair. Je traduis en français courant : « Circulez ! Y a rien à voir ! ». Ou encore : « Viens pas m’embêter, ou je te mets dedans ! ».

 

 

Le délit d’ « outrage et rébellion » est en soi une trouvaille géniale, principalement parce que la libre appréciation en est laissée aux « agents dépositaires de l’autorité », et que, à cause de ça, la lutte est inégale, parce que les agents en question sont assermentés. Devant un juge, ça fait obligatoirement la différence.

 

 

Je n’appelle pas à la sédition, on aura compris j’espère. Je me demande seulement, modestement, si ne circule pas dans les rangs de la police nationale, inspirée par l’attitude de toute la structure hiérarchique, une sorte de culture de l’impunité et de la supériorité, qui élève une sorte de mur entre la population et les forces de l’ordre, comme si la population était a priori à considérer comme un ensemble de suspects en puissance.

 

 

Qu’est-ce qui, en dehors d'une « culture » interne, empêche les policiers d’avoir envie de se considérer eux-mêmes comme des membres, certes un peu à part, mais des membres à part entière, de cette population ? Qu’est-ce qui en fait des adversaires ? Qu'est-ce qu'on leur raconte, pendant leur formation, sur la population normale ? Qu'est-ce qui fait que la perception qu'on a de la police soit à ce point empreinte de brutalité ? Qu'est-ce qui fait d'elle une troupe de cow-boys dans je ne sais quel Far West ? Reçoivent-ils un enseignement de chevaliers blancs ? De justiciers ? De redresseurs de torts ?

 

 

 

Les deux candidats au fauteuil présidentiel rivalisent de salamalecs devant l'attitude putschiste des policiers manifestants. SARKOZY joue carrément les carpettes. HOLLANDE s'incline modérément, mais enfin il s'incline. Elle est belle, la République.

 

politique,société,police,forces de l'ordre,justice,michèle allio-marie,ben ali,tribunal de bobigny,délit de faciès,nicolas sarkozy,front national,ministre de l'intérieur,claude guéant,garde à vue,fouille au corps,avocat,procédure pénale,outrage et rébellion,délinquance

VOUS TROUVEZ ÇA NORMAL ? 

 

Il est proprement ahurissant que des policiers manifestent, en uniforme et dans leurs véhicules professionnels, gyrophares allumés, sur les Champs Elysées, pour protester contre la décision d’un juge qui, sur la base d’une autopsie et d’un témoignage, dit que l’un d’entre eux a sans doute commis un « homicide volontaire » en logeant un balle dans le dos d’un homme qui fuyait.

 

 

Je signale d'ailleurs que le procureur de Bobigny a déclaré qu'il ne fera pas appel de la décision du juge d'instruction. Pour être respecté, il convient d’être respectable. Et de ne pas se croire tout permis.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

 

 

 

 

samedi, 28 avril 2012

MONTAIGNE ? UNE PREMIERE TRANCHE

MONTAIGNE – ESSAIS LIVRE I – Chapitre XXVI : De l’institution des enfans.

 

 

Bon, comme c’était promis, je suis bien obligé de tenir parole. MONTAIGNE, en voici la première tranche. Comme c’est une viande assez dense, il faut y aller à petite dose. Et puis, l’assaisonner. Aujourd’hui, vous aurez droit à un assaisonnement « spécial école France 21ème siècle ».

 

 

Si ce disciple se rencontre de si diverse condition, qu’il aime mieux ouyr une fable que la narration d’un beau voyage ou un sage propos quand il l’entendra ; qui, au son d’un tabourin qui arme la jeune ardeur de ses compagnons, se détourne à un autre qui l’appelle au jeu des batteleurs ; qui, par souhait, ne trouve plus plaisant et plus doux revenir poudreux et victorieux d’un combat, que de la paume ou du bal avec le pris de cet exercice : je n’y trouve autre remede, sinon que de bonne heure son gouverneur l’estrangle, s’il est sans tesmoins, ou qu’on le mette patissier dans quelque bonne ville, fust-il fils d’un duc, suivant le precepte de Platon qu’il faut colloquer les enfans non selon les facultez de leur pere, mais selon les facultez de leur ame.

 

 

Là, j’ai laissé l’orthographe telle quelle. En gros et pour résumer, MONTAIGNE propose d'abandonner le cancre à son sort : si, en toute chose, il préfère l'amusement aux choses sérieuses, qu'il aille au diable.

 

 

montaigne,littérature,société,éducation

LA TOUR OÙ MONTAIGNE AVAIT SA "LIBRAIRIE" 

 

J’aime beaucoup ce passage méconnu, que j’ai déjà cité ici (ce n’est pas dans Lagarde et Michard qu’on le trouverait). MONTAIGNE y va très fort, qui déclare sans sourciller que l’élève rétif à tout enseignement est un bon à rien, que le cancre absolu n’a rien à faire à l’école et qu’il serait absurde de faire quelque effort que ce soit pour lui apprendre quoi que ce soit. On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif. Il n’y a plus qu’à tirer l’échelle.

 

 

Espérons qu’« étrangle » est une boutade (l'auteur est prudent : "s'il est sans témoin" est délicieux). Quant au « pâtissier », MONTAIGNE ne pouvait certes prévoir que s’il nous fallait aujourd’hui orienter vers la profession tous les élèves incivilisables, il faudrait instaurer un « ordre des pâtissiers », chargé de faire respecter un strict « numerus clausus », sous peine d’avalanche pâtissière.

 

 

Jetons à présent un œil sur le paysage éducatif actuel, et sentons ce qu’il nous reste de cheveux se dresser sur nos têtes. Que voyons-nous ? Que penserait MONTAIGNE de ce qu'est devenue l'instruction publique ? Autrement posé : combien d'élèves actuels faudrait-il étrangler ?

 

 

Un système où – je crois que c’est LIONEL JOSPIN qui avait popularisé la formule – l’élève « est au centre du système », où l’on parle de « communauté éducative », où les enseignants sont sommés de « prendre en compte le projet de l’élève », où ils sont sommés de plaire à leur classe, où le cours commence par une négociation qui consiste à obtenir de la classe, d’une part le silence, d’autre part l’autorisation de lui faire cours, si elle le veut bien.

 

 

Où l’élève qui lance une craie sur l’enseignante et celui qui en traite une autre de « pute » peuvent attendre tranquillement que le conseil de discipline se réunisse, dans six mois, peut-être pour prendre éventuellement, après avis de toute la « communauté éducative », une sanction, assortie du sursis pour commencer.

 

 

 

Bref, appelons tout ça, si vous le voulez bien, « le voyage dans la lune ».

 

 

Et si l’on compare la façon dont un cours se passe dans les systèmes éducatifs européens à ce qu’on voit, par exemple, au Congo Brazzaville, en Chine ou au Japon (selon des témoignages directs), non seulement on comprend, mais on explique aussi de façon lumineuse pourquoi l’enseignement français fait lentement et inexorablement naufrage.

 

 

La France oublie, ce faisant, qu’elle a dû sa relative primauté parmi les nations, entre autres, à l’ambition éducative démesurée qu’elle a manifestée à travers les lois sur l’instruction obligatoire (1881-1882). Mais nul n'arrive à la cheville des réformateurs de tout poil pour ce qui est d'emballer et d'enrober le dit naufrage dans la rutilance somptueuse de discours sur les missions sacrées de l'école. Ah, pour ce qui est de l'enrobage dans le sucre des discours, ils sont forts. Tiens, un exemple. Vous savez comment, dans ce langage, il faut appeler un cancre ? « Un apprenant à apprentissage différé ». Je vous laisse savourer cette trouvaille extraordinaire.

 

 

 

Je ne vois pour eux qu'une issue : LE PAL. 

 

 

 

montaigne,littérature,société,éducation,instruction publique,éducation nationale,lionel jospin,communauté éducative,la crise de la culture,hannah arendt,astérix,le tour de gaule d'astérix,rgpp,nicolas sarkozy

 

 

 

On aura beau me bistourner dans tous les sens les boyaux de la tête, personne n’arrivera à me convaincre que l’élève est à l’école pour faire autre chose qu’apprendre (voir le chapitre « la crise de l’éducation » dans La Crise de la culture, d’HANNAH ARENDT, je vous épargne la digression, mais vous avez compris l'esprit). Qu'il soit souhaitable que le jeune s'épanouisse, rien de plus vrai, mais que cela doive se passer au sein de l'école, dans le cadre même de l'instruction publique, rien de plus scandaleusement faux.

 

 

Les philosophes « déconstructionnistes » auront beau déconstruire le principe d’autorité, sans lequel il n'est pas d'éducation possible ou envisageable, le juger historiquement arbitraire, psychologiquement abusif, sociologiquement intolérable … « et moralement indéfendable » (Le Tour de Gaule d’Astérix, p. 21, citons nos sources), ils n’empêcheront pas l’autorité, une fois qu’elle aura été définitivement mise hors d’état de nuire au sein de l’école, de régner plus despotiquement, plus tyranniquement à l’extérieur, dans la société, partout. Une fois sorti de l'enceinte scolaire, le jeune aura à faire face à la tyrannie du « principe de réalité », et il est facile de prédire que le contact sera rude.

 

 

En France, les gouvernements successifs, toutes tendances confondues, ont sciemment instrumentalisé les doctrines égalitaristes d’idéologues fanatiques (l’élève est l’égal du maître, d’ailleurs, il n’y a plus de « maîtres », l'élève doit construire lui-même son propre « parcours d’apprentissage », et autres « fariboles sidérales » (excellent et méconnu album de BD d'ALIAS, alias CLAUDE LACROIX) et sidérantes, comme « il faut apprendre à apprendre », il faut donner la priorité aux méthodes sur les contenus, etc.).

 

 

Et puis surtout, depuis 1975 en particulier, les gouvernements n’ont pas cessé de réformer, de réformer la réforme précédente, de réformer au carré et de réformer au cube, au point qu’aujourd’hui, plus personne ne sait par quel bout prendre l'animal monstrueux qu'est devenu le système éducatif français. Et certains vertueux font mine de s’étonner que le classement de la France (puisqu’on raffole des classements) régresse d’année en année, au plan international.

 

 

La RGPP (alias Révision Générale des Politiques Publiques, euphémisme alambiqué, masque et faux nez de la hache chargée de tailler en pièces ce qui s'appelait la Fonction Publique d'Etat, police, armée, enseignement, etc.) de NICOLAS SARKOZY (60.000 postes non renouvelés après départ en retraite depuis 2007) n’est pas négligeable, dans le processus, mais elle n’est que la dernière paire de banderilles allègrement plantée dans l’animal monstrueux gravement blessé, qui se démène de plus en plus faiblement face à ses multiples matadors, et qui avait pour nom « Instruction Publique ». « Requiescat in pace ».

 

 

Quoi ? Mais oui, je le sais, que récriminer comme ça est totalement vain. En plus, ça fait ringard, réactionnaire, et tout et tout. Moi, je dis que c’est moins réactionnaire que conservateur. Au vrai sens du mot « conservateur », comme on est conservateur de bibliothèque, de musée, des eaux et forêts ou des hypothèques. Ça s’appelle : conserver pour éviter que l’essentiel ne meure.

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Vous avez aussi compris que MONTAIGNE n’était qu’un prétexte. Promis, demain, ce sera plus frivole.

 

 


 

vendredi, 27 avril 2012

LA BÊTISE FEMINISTE

MARIE DARRIEUSSECQ écrit des livres. Elle a commencé par Truismes en 1996. J’avais lu ça, en son temps. Pas franchement mauvais, pas épastrouillant non plus.

 

 

Tiens, à propos d’ « épastrouillant », savez-vous que le mot se trouve dans A la Recherche du temps perdu ? On le trouve à la page 892 du tome III, dans la collection de La Pléiade. Mais attention, la première Pléiade, l’édition de PIERRE CLARAC en trois volumes, pas celle de JEAN-YVES TADIÉ, en quatre volumes. 

 

 

Notons en passant que, d’une édition à l’autre, La Recherche a vu doubler son embonpoint (bondissant de 3558 à 7408 pages), à cause des bondieuseries de sacro-saintes « notes et variantes », pondues très sérieusement et très laborieusement par des universitaires cavernicoles et binoclards, dont on se demande ce qui les pousse à allonger à ce point la sauce, vu la maigreur squelettique de la rémunération qu’ils en tirent. La gloire, peut-être ? A moins que ce soit l’idéal ? Autre hypothèse : ça fait bien sur un Curriculum Vitae.

 

 

Je reviens à la petite DARRIEUSSECQ. Son histoire de transformation en truie (c’était une coiffeuse, si je ne me trompe) était somme toute assez mal bâtie. Rien à voir en tout cas avec La Métamorphose de FRANZ KAFKA, qui se déroule à une altitude pour le moins métaphysique, totalement inaccessible à la petite MARIE (comme dit la chanson : « La petit'Marie M'avait bien promis Trois poils de ... Pour faire un tapis »).

 

 

Si je me souviens bien, il n’y avait, sur le plan romanesque, presque aucune interaction entre les mutations physiques de la fille et les gens de son entourage. Un vrai défaut de conception. Un vice de forme, quoi. Mauvais signe, pour un « écrivain », je trouve. Et puis, la fin, avec la libération de tous les cochons et leur fuite dans la nature, c’est quand même ce qui s’appelle « finir en queue de poisson », non ?

 

 

La petite DARRIEUSSECQ a réussi à s’introduire dans une certaine intelligentsia parisienne. Visiblement, elle sait y faire, puisqu’après avoir un peu pompé un livre autobiographique de CAMILLE LAURENS, elle a réussi à l’évincer des éditions POL, PAUL OTCHAKOVSKY-LAURENS ayant pris parti pour elle dans la bisbille, que la deuxième avait, hélas pour elle, rendue publique. Je ne dis pas pour autant que CAMILLE LAURENS est un véritable écrivain, qu'on se rassure.

 

 

Aux dernières nouvelles MARIE DARRIEUSSECQ est parvenue à recycler une pointe de sa plume devant un micro de France Culture, où elle lit hebdomadairement un papier en général incolore, inodore et sans saveur, couleur de muraille, c'est-à-dire digne de passer inaperçu, parfois non dénué cependant d’une modeste pertinence, et d’une voix, comment dire, sans caractère. mais sans aucun caractère. Une voix d’une platitude parfaite et présentable. Les malveillants diront que la forme est conforme au fond. Dont acte.

 

 

Qu’est-ce qui lui a pris, l’autre jour, d’aller chercher des poux dans la tête d’une publicité ? Et quelle publicité ? Une invitation à aller faire de la randonnée dans le Jura. On se demande vraiment ce qui lui a pris d’aller y dénicher du sexisme.

 

 

Il faut vraiment que « les chiennes de garde » n’aient plus rien à se mettre sous les crocs et regrettent le beau temps où elles pouvaient se les aiguiser sur les mollets de DOMINIQUE STRAUSS-KAHN, en se déchaînant contre ses fureurs sexuelles. Ah oui, c’était un bon « client ». C'était le bon temps, en quelque sorte. Le venin coulait tout seul, ça venait bien.

 

 

Qu’est-ce qu’elle dit, cette publicité ? On peut voir le spot de 10 secondes sur internet (tapez "jura publicité") : « Tu veux des rencontres ? Vivre une aventure ? Goûter mes spécialités gourmandes ? Alors viens chez moi. Hmmm ! Je suis le Jura. Rejoins-moi sur jura-tourisme.com. Je t’attends ». Voilà, c’est tout. Enfin presque. Le message est comme susurré à l’oreille par une voix féminine qu’on peut trouver sensuelle (mais sensuelle comme une voix synthétique).

 

 

Dernier détail : comme c’est un message radiophonique, pas d’image. Mais le spot, sur internet, se déroule sur fond de photo de paysage verdoyant : un charmant village au pied d’une belle falaise, à l’entrée d’une vallée resserrée. Je suggère à MARIE DARRIEUSSECQ d’aller au bout de son obsession, et d’interpréter (au secours, la psychanalyse !) le paysage présenté comme le pubis offert d’une femme étendue sur le dos, où le promeneur est invité à pénétrer. Comme ça, le tableau sera complet.

 

 

Blague à part, cet aspect n’était sans doute pas absent des cogitations publicitaires quand il s’est agi de choisir la photo. Ce serait d’ailleurs fort intéressant, d’assister à ce genre de séance de « brain-storming », où l’on traduit des désirs subconscients en signes visuels précis, le plus connu étant la forme en V dans les affiches mettant en scène des femmes (deux doigts ouverts sur une épaule nue, par exemple).  

 

 

Voilà donc le message qui fait dresser les féministes sur leurs ergots, flamberge au vent, outrées que la publicité utilise une fois de plus impunément le corps des femmes (donc elles ont bel et bien identifié le pubis) pour vendre des produits ? Elle est là, la bêtise féministe. D’abord faire de la publicité à une publicité, bien sûr. Ensuite, monter en épingle un message somme toute bien anodin. Enfin, se tromper de cible.

 

 

Qu’y a-t-il dans ce message ? Une pute qui vend ses charmes, un point c’est tout. « Tu viens, chéri ? », c’est du racolage actif. Mais que fait la police ? Mais que fait SARKOZY, serait-on en droit de demander ? Mais des racolages comme ça, c’est à chaque instant, partout qu'on en voit. S’en prendre à cette pub-là, parmi cent mille autres, ce n’est rien d’autre, finalement, qu’une lubie.

 

 

Le problème ? C'est le problème que les féministes ont avec le désir masculin. Mais quel homme n'a pas un problème avec son propre désir ? Peut-être les féministes doctrinaires ont-elles un problème avec le désir féminin ? Peut-être, finalement et en fin de compte, les féministes doctrinaires ont-elles un problème avec le désir? En soi ?

 

 

Tout le monde a un problème avec le désir. Le féminisme constitue une des techniques pour y parvenir. Ce n'est pas donné à tout le monde, d'exprimer ça par un symptôme.

 

 

L’obsession victimaire d’un certain féminisme fait oublier à ces dames que la publicité est par nature perverse. Par nature, la publicité pervertit les signes, elle fait feu de tout bois pour attiser le désir (le premier étant sexuel), qu’elle met en scène dans des formes, couleurs, etc. qui objectivent en termes visuels les phénomènes qui se produisent à l’intérieur de la bouilloire humaine.

 

 

Il faut bien se convaincre que, pour vivre, la publicité fait les poubelles. Que la publicité se nourrit exclusivement des déchets de la civilisation. Des crottes de l'imaginaire humain. Que la publicité est l'inverse de la civilisation, puisque son boulot est de sublimer de vulgaires objets, de simples marchandises.

 

 

C’est en soi que la publicité serait à dénoncer.  Et les hommes devraient autant s’insurger que les femmes. Ce n’est pas pour rien que, dès les années 1960, la revue Hara-Kiri (dont l'équipe était constituée d'hommes, presque exclusivement) clamait à tous les vents : « La publicité nous prend pour des cons. La publicité nous rend cons ». J’ajoute qu’elle n’a peut-être pas tort de le faire, vu les performances de notre système éducatif. Passons.

 

 

MARIE DARRIEUSSECQ a donc perdu une belle occasion de se taire. Franchement, vous voulez que je vous dise ? Dans la publicité Jura, il n’y a pas de quoi fouetter une chatte, fût-ce dans le cadre d’une Pospolite Castigatrice, réunie, conformément aux statuts, par le Vice-Curateur du Collège de ’Pataphysique (n'oublions pas l'apostrophe, obligatoire depuis Faustroll).   

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jeudi, 26 avril 2012

DU MONTAIGNE ? COMBIEN DE TRANCHES ?

Aujourd'hui, promis, on se rapproche de Montaigne, dont on va apercevoir une oreille à l'horizon.

 

Je ne suis pas encore atteint par le mal inventé par Alois Alzheimer. Je me souviens que lorsque quelqu’un que j’aime bien, sans avoir conscience de ce qu’elle faisait, m’a dit que la boîte en bois qui était au grenier, avec les vieux papiers de famille dont certains remontaient à trois siècles, eh bien cette boîte, elle l’avait jetée au feu, je suis devenu fou, pendant un bon moment, j’ai vu noir, tout noir. 

 

C'est comme si un ours m'avait arraché brutalement un membre, comme dans Le Concile de pierre, de Jean-Christophe Grangé. Comme si j'avais été amputé par surprise, à peu près comme ce que nous avions tous ressenti lors du cambriolage de la maison. Comme si on jetait de vieilles photos de choses et de gens qui furent familiers.

 

Alors moi, pour me préparer à attaquer Montaigne, voilà comment je m’y suis pris : j’ai commencé par le Rabelais de la Pléiade, avec les notes en bas de page. Certes, les notes de bas de page ralentissent la lecture, mais l’éclairent de façon bien plus pratique que celles renvoyées en fin de volume. Je déconseille formellement les « traductions » en français moderne, qui dévitalisent, qui anesthésient tout ce qui fait la force et le « jus » de Maître Alcofribas.

 

Quoi qu’il en soit, je peux vous dire que ça décrasse, comme galop d’essai. Si vous aimez le délire verbal, je conseille la harangue de Maître Janotus de Bragmardo (Gargantua, 19), l’émissaire chargé de demander à Gargantua de rendre les cloches de Notre-Dame, qu'il a piquées pour en faire des sonnettes au cou de sa jument, après avoir noyé 260.418 Parisiens (« sans les femmes et petitz enfans ») sous les flots de son urine (ce passage n'est pas dans Lagarde et Michard, je peux vous l'assurer).

 

Mais je conseille aussi et surtout la plaidoirie de Baisecul et Humevesne (« kiss my ass » = baise mon cul, et « sniffer of farts » = renifleur de pets), ainsi, évidemment, que la réponse tout à fait à la hauteur que leur fait Pantagruel (Pantagruel, 11 à 13) : André Breton et autres surréalistes, en plus de se prendre au sérieux comme des pontifes, auraient mieux fait de se cacher, avec leur pseudo-invention de l’ « écriture automatique ». Tiens, en voici un petit exemple (allez, je modernise l’orthographe, c’est Humevesne qui parle) : 

 

« Mais, à propos, passait entre les deux tropiques, six blancs vers le zénith et maille par autant que les monts Riphées, avaient eu cette année grande stérilité de happelourdes, moyennant une sédition de balivernes mue entre les Baragouins et les Accoursiers pour la rébellion des Suisses, qui s’étaient assemblés jusqu’au nombre de bons bies pour aller au gui l’an neuf le premier trou de l’an que l’on livre la soupe aux bœufs et la clef du charbon aux filles pour donner l’avoine aux chiens ».

 

Enfoncés, Les Champs magnétiques, de Breton et Soupault, ce b-a-ba de l’écriture automatique, sacralisé par quelques ignares et collectionneurs spéculants, enfantillage laborieux, infantilisme et puérilité auprès de la prouesse de Rabelais dans ces trois chapitres.

 

Je signale en passant que le Docteur Faustroll, inventeur de la 'Pataphysique (« Tout est dans Faustroll », disait le satrape Boris Vian), possède dans sa bibliothèque 27 ouvrages qu'il est convenu d'appeler « Livres pairs », et que Rabelais est le seul a avoir l'insigne honneur de figurer sous son seul nom, sans la limitation à un seul titre de ses oeuvres, qu'Alfred Jarry inflige aux 26 autres. C'est bien tout Rabelais qu'il faut lire. 

 

Après Rabelais, j’ai mis le nez dans Béroalde de Verville et son Moyen de parvenir. C’est déjà une autre paire de manches. Mais Michel Renaud, qui a dû tomber dedans quand il était petit, en a donné une édition jouissive (et remarquablement lisible) dans la collection « folio ». On ne peut pas vraiment résumer ce bouquin, qui fait figure d’OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) dans la littérature française. 

 

Disons que, de cette immense conversation désordonnée, qui se déroule autour d'une table plantureuse, lourdement garnie de plats et de dives bouteilles, je retiens le profond réservoir d'anecdotes truculentes, principalement sexuelles et scatologiques, et la guirlande des propos irrévérencieux à l’égard de toutes les autorités. 

 

Je suis alors passé à Histoire d’un voyage en terre de Brésil, de Jean de Léry (au Livre de Poche). Ce calviniste grand teint raconte son équipée maritime jusque chez les Toupinambaoults, qui font, entre autres joyeusetés, cuire les morceaux de leurs ennemis sur leurs « boucans » (cf. boucanier). Il faut lire les propos du prisonnier qui sait qu'il va y passer et qui défie ses futurs bourreaux en se vantant de leur donner bientôt à manger la chair même de leurs propres parents, qu'il s'est, après une précédente bataille, fait un plaisir de dévorer.

 

« Vous les trouveriez couverts [les boucans] tant de cuisses, bras, jambes que autres grosses pièces de chair humaine des prisonniers de guerre qu’ils tuent et mangent ordinairement ».

 

Là on commence à pouvoir s’aventurer sur la haute mer de la vieille langue française. On est fin prêt.  On peut attaquer la montagne de Montaigne (au fait, vous avez remarqué que lorsque Marcel Proust décrit la mer, il s’acharne, d’un bout à l’autre de La Recherche, à en faire un paysage de montagne ?). 

 

Voilà ce que je dis, moi. 

 

A suivre.

mercredi, 25 avril 2012

DU MONTAIGNE ? COMBIEN DE TRANCHES ?

Oui, j'en étais à la difficulté culturelle que représente aujourd'hui la syntaxe d'un auteur vieux de bientôt cinq siècles : MONTAIGNE. Une syntaxe riche, complexe et fleurie qui nous rend sa lecture difficile d'accès, à nous dont les phrases sont devenues tellement sèches, plates et pauvres. Notre époque semble donc éprouver de la haine pour la complexité.

 

Bon, autant vous prévenir, MONTAIGNE viendra, mais pas tout de suite. En attendant, voici au moins sa photo, prise autour de 1577.

 

littérature,société,montaigne

 

Plus le réel échappe à notre emprise, je veux dire à notre emprise à nous autres, individus, plus notre langue s’appauvrit, plus nos phrases s’étiolent et cèdent à la marcescence qui accompagne la fleur dans sa procession du matin jusqu’au soir (vous savez, « la rose qui ce matin avait déclose sa robe de pourpre au soleil a point perdu cette vesprée les plis de sa robe pourprée et son teint au vôtre pareil », même que ça commence par « Mignonne allons voir si »). Sauf que notre langue, ce n’est pas une fleur.  

 

 

Et puis, si un individu ne peut plus grand-chose sur le monde qui l’entoure, il faut dire aussi que nous nous sommes laissés gagner par l’impression, peut-être la certitude que nous sommes de moins en moins des individus. Trop d’individus tue l’individu, en quelque sorte. J'ajoute que trop d'objets et trop de marchandises, ça vide aussi l'individu de sa substance. Comment voulez-vous, dans ces conditions, entrer dans MONTAIGNE, lui qui représente l’essence même, que dis-je : l’âge d’or de l’individu ? 

 

 

Ce décharnement, qui donne leur épouvantable aspect étique de grandes filles anorexiques, voire cachectiques, aux phrases qui sortent de nos bouches, de nos plumes ou de nos pouces (eh oui !), certains l’attribuent à tous ces menus objets, devenus des prothèses de nos corps, que l’on dit porteurs de la crème des progrès techniques : le texto, le SMS, le tweet feraient selon eux subir une terrible cure d’amaigrissement à la syntaxe disponible dans les cerveaux actuels, dans l’état où les a laissés Monsieur PATRICK LE LAY, de TF1. C’est possible. 

 

 

Je me demande quant à moi si la raison de cet appauvrissement n’est pas à la fois beaucoup plus simple et beaucoup plus inquiétante, pour ne pas dire tragique. Si on ne fait plus de la syntaxe à la petite scie d’artiste, de la phrase complexe au burin subtil de graveur, c’est peut-être qu’on n’a plus grand-chose à y mettre, dans la syntaxe. Pour articuler des idées au sein d’une phrase un tant soit peu complexe, encore faut-il en avoir, des idées.  

 

 

Quand la matière du contenu du pot a séché, fût-elle fécale, elle devient dure et cassante, et tout à fait impropre à s’incurver dans les méandres sinueux d’un flux verbal (il fut un temps où l’on disait « raisonnement ») tant soit peu élaboré (je ne dis même pas « raffiné », notez bien). Quelque chose qui ressemble à du vivant qui sait vivre, quoi. 

 

 

Ce qui découle de tout ça, c’est que notre passé nous devient étranger. Nous perdons la mémoire. Et je ne parle pas de l’orthographe (adjectifs de couleur, mots composés, consonnes doubles, etc.) ou de l’accord du participe passé. Je parle de la syntaxe. La syntaxe, qu'on se le dise, met de l’ordre dans la pensée, parce qu’elle met de l’ordre dans les phrases.  

 

 

Nous sommes en mesure, à l’ère du numérique, d’archiver et de dater à la seconde près le moindre pet de notre pensée, ou de traquer une fourmi dans sa fourmilière, nous sommes matériellement capables de mémoriser tout ce qui arrive, et nous perdons notre langue, qui est tout simplement l’âme, la mémoire et le socle de notre civilisation.  

 

 

De même que le christianisme fut, selon MARCEL GAUCHET (Le Désenchantement du monde, 1985), « la religion de sortie de la religion », dira-t-on que notre civilisation est celle de la sortie de la civilisation ? 

 

 

N’y a-t-il pas quelque chose de symbolique dans le succès mondial grandissant remporté depuis vingt ans par la maladie d’Alzheimer, qui « vide » la personne de sa personne ? Car cette maladie de civilisation n'est pas une maladie de la mémoire, c'est une maladie de la personne. C'est autrement plus grave. Plus central. Plus terrible.

 

 

Les « maladies de civilisation » ne sont pas très nombreuses : il y eut le « tabès dorsalis » à partir du 16ème siècle. Tout le monde a reconnu le « mal français », ou « napolitain », dû à l’infection par le « tréponème pâle », autrement dit la syphilis, ou « grosse vérole » (par opposition à la « petite », celle qui touche Madame de Merteuil à la fin des Liaisons dangereuses, autrement dit la variole).  

 

 

Le 19ème siècle fut celui de la tuberculose (voir SUSAN SONTAG, La Maladie comme métaphore (1978)). Le 20ème a vu émerger, croître et embellir le cancer. Sur la fin, il a produit le sida. N’oublions pas le nombre des cas d’autisme, qui a été multiplié par 17 en cinquante ans. Il n’y a donc aucune raison pour dénier à la maladie d’Alzheimer le droit de se développer massivement.

 

 

 

littérature,société,montaigne

IL A L'AIR CONTENT, LE DOCTEUR

ALOIS ALZHEIMER,

D'AVOIR INVENTE UNE SACREE MALADIE 

 

L’affaire est en marche : la France compte à peu près 900.000 malades (dont certain, illustre, occupe gracieusement un appartement de la famille HARIRI, 3 quai Voltaire, à Paris). Une telle adhésion au processus d'enrichissement pathologique ne saurait être considérée autrement que comme un encouragement pour l’avenir. La maladie d’Alzheimer est bien partie pour réaliser la promesse du chant, bien connu sous le titre de L’Internationale : « Du passé faisons table rase ». Comme on dit en Espagne : « Alegria ! Alegria ! ».

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

A suivre.

 

 

 

mardi, 24 avril 2012

CAMPAGNE DEUXIEME TOUR

Oyez, oyez, braves gens, le président-candidat (en même temps que candidat-président, c'est subtil, faut suivre) va donc organiser une GRANDE MANIFESTATION le premier mai, jour de la fête du Travail (avec majuscule). Il espère réunir des foules considérables pour célébrer, tenez-vous bien, à la une, à la deux, à la trois : LE VRAI TRAVAIL.

 

Alors, je vois qu'il faut lui rafraîchir la mémoire. Rappelez-vous : « Je ne vous mentirai pas, je ne vous trahirai pas », qu'il disait ; rappelez-vous : « Travailler plus pour gagner plus ».

 

 

Je lui propose donc de relire un classique de la grande littérature française.

 

 

MARTINE TRAVAILLE PLUS.jpg

Dans son cas à lui, c'est aussi bien que La Princesse de Clèves, non ? Et au moins, c'est à sa portée.

 

 

Voilà ce que je lui dis, moi. 

 

DU MONTAIGNE ? COMBIEN DE TRANCHES ?

Je préviens tout de suite, MONTAIGNE, ça va venir, mais pas tout de suite. Patience et longueur de temps, comme on dit.

 

 

Bon, je ne vais pas la ramener et faire le fier, car il n’y a pas de quoi, mais un jour, j’ai hardiment décidé de me colleter avec les Essais de MONTAIGNE. Je ne dirai pas que c’est un Everest. Je dirai plutôt que c’est une île, voire un archipel situé à quelque distance du continent, et que pour faire la traversée, il faut accepter de se mettre à l’eau et de faire le voyage. Et il se trouve qu’un jour, j’ai décidé de m’embarquer pour de bon.

 

 

Ce n’est pas un Everest, parce que pour l’Everest, les choses sérieuses commencent à 6000 mètres. Bien trop haut pour MONTAIGNE, qui n’aime guère quitter le plancher des vaches, si ce n’est pour monter à cheval. Ne parlons pas d’archipel. Je comparerais plutôt les Essais avec la carcasse du bœuf de boucherie : il y a les morceaux nobles : filet, aloyau, rumsteack, …, et les morceaux ignobles (désolé, c’est le contraire de noble ; bon, disons : « moins nobles » pour les amateurs d’euphémisme) : plat de côte, paleron, jarret …

 

 

 

BOEUF MORCEAUX.jpg

 

Chez MONTAIGNE, on va dire qu’il y en a pour tous les goûts, qu’il y a à boire et à manger,  qu’il y a les pleins et les déliés,  les hauts et les bas, les jours avec et les jours sans. Il y a les essais tout petits, et puis il y a les essentiels. Et puis il y a l’éléphantesque chapitre 12 du Livre II, faussement intitulé « Apologie de Raimond Sebond » (174 pages à lui tout seul, en Pléiade).

 

 

En fait, c’est une très longue visite de ce qui, sur terre, tend à prouver que tout est relatif, à commencer par l’homme, comparé aux animaux, dont les performances, réelles ou fantasmées, y sont longuement vantées. Cette variété est d’autant plus délicate à saisir que mon essentiel à moi ne sera pas forcément celui de mon voisin. Il y a les petites choses, et puis il y a les grandes.

 

 

Et puis je vais vous dire autre chose : il y a les bondieuseries de passages obligés, les extraits « lagardémichardisés », « les cannibales », « de l’institution des enfants », « des coches ». La « tête plutôt bien faite que bien pleine » (je signale d’ailleurs que la phrase continue par « et qu’on y requît tous les deux », contrairement à ce que le lycéen moyen a d’habitude enregistré). Ça, c’est, en quelque sorte, le MONTAIGNE congelé, et réchauffé au four à micro-ondes.

 

 

« Des coches », parlons-en. Monsieur GENDROT (des manuels GENDROT et EUSTACHE) m’avait collé l’explication de texte. Je n’y avais strictement rien compris. Mais rien entravé, que dalle, que pouic. Et pour cause : le chapitre en question parle de tout sauf des « coches », mais ça, je l’ai su bien après. Les ai-je maudits, ces « coches » ! Pourtant, j’avais l’impression d’être normal, je vous jure.

 

 

Et puis ne nous voilons pas la face : il y a la langue, la grammaire, l’orthographe. Oh, MONTAIGNE ne s’affolait pas du tout, pour l’orthographe. Il ne s’embêtait pas, quand il voulait écrire « à cette heure », ça donnait « asteure », voire « asture ». Même VOLTAIRE, 200 ans après, écrivait le même mot différemment à quelques pages de distance. Reste que la langue du 16ème siècle, si on ne peut pas dire que c’est de l’ancien français (« Ha, Galaad, este vo ce ? – Sire ce sui je » ou « Au departir, andui son mornes », ça, c'est du 12ème siècle), ça reste ardu.

 

 

D’autant qu’il y a aussi les phrases. Important, les phrases. Contournées, ondulantes, sinusoïdales. Et il faut bien reconnaître que ça réclame un entraînement, une habitude. Quand on en manque, il se peut qu’arrivé au bout d’une, il faille revenir au début. La raison en est horriblement simple : c’est que nos phrases à nous, de nos jours d’aujourd’hui, sont désespérément simples, d’une platitude effrayante, d’une petitesse abyssale. Nos phrases privilégient le segment de droite, et le plus court possible, voire le point.

 

 

L’onomatopée, l’apocope font régner leur terreur : il faut élaguer, raccourcir, on vous dit. Pas de longueur : 140 signes au maximum. Pourquoi croyez-vous que les jeunes ne lisent plus les romans de BALZAC ? Des longueurs, on vous dit. Dès qu’on ajoute à la proposition principale une subordonnée relative, ça commence à s’agiter nerveusement dans les rangs. Quand on entre dans les complétives et les circonstancielles, on ne peut plus compter sur personne. Alors je ne vous dis pas la panique d’horreur d’affolement quand une participiale pointe une oreille. Et je n’ai même pas abordé le subjonctif imparfait.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.

 

 

dimanche, 22 avril 2012

PRESIDENTIELLE, C'EST JOUR DE FÊTE

« Le jour de la présidentielle,

Je reste dans mon violoncelle.

Une élection qui marche au pas,

Cela ne me regarde pas. »

 

D’après TONTON GEORGES

 

 

 

Quand je vois passer une ELECTION PRESIDENTIELLE, qu’est-ce que je fais ? Je l’ignore superbement.

 

JE M’ABSTIENS

 

Vous ne voudriez quand même pas que je vote pour ça ?

 

PUNAISE.jpg

 

 Ou même pour ça ? 

 

 

LIMULE 1.jpg

Alors vous, vous voteriez pour ça ?

 

 

BLOBFISH.jpg

 

 

 

Non, ne me dites pas que vous voteriez pour PASQUAL PINON, pas vous, pas ça, quand même ?

 

 

monstre extratête.jpg

 

Je n'ose pas imaginer que quelqu'un pourrait apporter son suffrage à cette bête-là ?

 

 

 

dinde rotie.jpg

 

 

 

Entre deux étrons, il faut choisir le moindre, comme disait presque l’ennuyeux PAUL VALERY.

 

 

 

ETRON 1.jpg

 

 

Et quelque virulentes que soient les vociférations des 

 

 

 

élection présidentielle,politique,société,france,georges brassens,dimanche,littérature,paul valéry,anders breivik,norvège

 

ou des  

 

 

élection présidentielle,politique,société,france,georges brassens,dimanche,littérature,paul valéry,anders breivik,norvège

 

sachez-le, je m'abstiens ! Hyène je suis, hyène je reste, et je ricane. 

 

élection présidentielle,politique,société,france,georges brassens,dimanche,littérature,paul valéry,anders breivik,norvège

 

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Mais quand je vois passer le procès de

 

Monsieur ANDERS BEHRING BREIVIK,

 

qu’est-ce que je fais ?

 

 

 

BREIVIK.jpg

 

 

 

J’applaudis la Norvège, qui a le courage de donner à un fasciste, peut-être même un nazi, et au surplus un grand criminel, le droit de s’exprimer publiquement. Ce n’est pas en France qu’on verrait ça.

 

Je dis : « Bravo la Norvège. Ça au moins, c’est de la liberté d’expression ».

 

 

Pour moi, c'est ça, la démocratie. C'est même de la démocratie de grande classe. En France, pays des « droits de l'homme », qu'ils disent, heureusement, on a adopté le couvercle hermétique du POLITIQUEMENT CORRECT. Et les bonnes âmes s'étonnent des presque 20 % de Madame LE PEN. On n'est pas au bout des surprises.

 

 

Voilà aussi ce que je dis, moi.

 

 

 

jeudi, 19 avril 2012

N'AYEZ PAS PEUR ! (fin)

Résumé : il était question d’un certain NICOLAS SARKOZY, qui passe sa vie à faire semblant de s’occuper de tout.

 

SARKO QN DANS LE VISEUR.jpg

TU ME CHERCHES, TOI  ? 

 

Ce qu’il réussira peut-être, au point qu’on peut se demander si ce n’est pas là sa seule véritable stratégie, sa seule « pensée profonde » (sic !), c’est l’entreprise à laquelle il se consacre depuis cinq ans avec sérieux, application et persévérance, inspiré par ses amis milliardaires, je veux dire le parachèvement de la destruction de l’Etat, tout en proclamant : « N'AYEZ PAS PEUR ! ».

 

 

La destruction de l'Etat, comme tu y vas, blogueur effréné ! Je réponds que c’est ma conviction, mais que je ne suis pas tout seul, et qu'il y a même des gens très bien qui le disent, et qui écrivent des livres pour le dire. Lisez pour vous en convaincre L’Etat blessé, de JEAN-NOËL JEANNENEY (Flammarion, « Café Voltaire », 138 pages, 12 €). L’auteur a peur que SARKOZY soit réélu, car dans ce cas, l’Etat, tel « un arbre dont sont rongées les racines », pourrait « s’affaisse[r] dans un craquement affreux ».

 

 

De toute façon, ce ne sont plus les dirigeants français qui gouvernent la France. Les deux autorités qui la gouvernent en réalité, c’est d’une part les intérêts économiques et financiers (les « marchés », les agences de notation, la City, les « investisseurs », l'autre nom des fonds de spéculation financière, etc.), et d’autre part, la Commission Européenne, qui ne comporte, comme par hasard, aucun élu, et qui, au surplus, est la passoire (le porte-voix, si vous préférez) des groupes d’intérêts économiques et financiers.

 

 

Tiens, au sujet des intentions les plus certaines de SARKOZY, prenez l’affaire Areva. Eh bien il semblerait que tous les micmacs sarkozystes autour d’ANNE LAUVERGEON et d’HENRI PROGLIO aient précisément à voir avec la privatisation de l’Etat. Quels sont au juste les liens exacts, entre NICOLAS SARKOZY et HENRI PROGLIO ? Quelles sont leurs véritables intentions ?

 

 

 

SARKO PROGLIO.jpg

LES COPAINS ? OU LES COQUINS ? 

 

Mais tout simplement, en ligne de mire, ils ont la privatisation de toute la filière nucléaire française et sa transformation en juteux bénéfices. Il y a un certain intérêt à écouter ce que dit ANNE LAUVERGEON. Vous voulez que je vous dise ? Sa façon de s’exprimer rend le même son de vérité (inaudible ?) que celle de NICOLAS DUPONT-AIGNAN. A priori.

 

 

PROGLIO et SARKOZY, c’est clair, sont favorables au démantèlement de tout ce qui s’appelle l’Etat et de tout ce qui dépend de lui. Cela passe par le détournement à des fins privées de la puissance étatique, seule instance porteuse de justice et capable de redistribution.

 

 

Le démantèlement de ce qui reste de l'Etat français (pas d'Etat sans souveraineté nationale, or celle-ci appartient au passé), c’est le seul fil conducteur véritable que je vois dans l’activité vibrionnante, incohérente et anarchique du petit mec qui gouverne depuis cinq ans.

 

 

Les Français, en 2007, ont élu à la tête de l’Etat un type qui veut la mort de l’Etat, et dont la seule pensée profonde, la seule stratégie à long terme se rapproche de ce que souhaitent les « libertariens » aux Etats-Unis, qui disent : « L’Etat n’est pas la solution, c’est le problème ».

 

 

Quand SARKOZY dit, avec son imperturbable aplomb : « N’ayez pas peur », je pense à cette réplique du bourreau nazi qu’on voit dans Marathon man (avec DUSTIN HOFFMAN), qui s’apprête, avec tout le matériel adéquat, à s’en prendre aux dents du héros attaché à un fauteuil de dentiste : « N’ayez pas peur. C’est sans danger ». « C’est sans danger », vraiment ?

 

 

 

MARATHON DENTISTE.jpg

L'ETAT FRANÇAIS ? OU LE PEUPLE FRANÇAIS ? LES DEUX, MON GÉNÉRAL !

 

Voilà ce que je dis, moi.