Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 avril 2024

DES HOMMES ET DES FEMMES

HERMANN BARNEY JORDAN.jpg

Cette image empreinte de délicatesse et de courtoisie montre que même les hommes les plus suspects de masculinisme patriarcal, de virilisme exacerbé ou de goujaterie rébarbative sont capables de se conduire, quand ils sont mis en présence d'une dame, avec le plus pur esprit chevaleresque, digne des temps anciens.

On trouve ce dessin à la page 5 de Objectif Cormoran, épisode des aventures de "Bernard Prince", héros inventé par l'immense Hermann.

 

samedi, 30 mars 2024

UNE AVENTURE DE SANTÉ

Je viens de vivre une aventure de santé brutale, dangereuse et débilitante. Je ne m'en vante pas. Je tente de revenir en bon état de cet aléa vital. Pour le reste, je ne change rien à mes sujets de prédilection. En voici, j'espère, une preuve convaincante. On admirera l'inventivité, la créativité de Bianca Castafiore quand elle est mise en présence du nom du capitaine Haddock. J'adore pour ma part "Harrock'n roll, Madame Castafiole". On voudra bien excuser le désordre.18 AFFAIRE TOURNESOL P.53 1 HODDACK HADDADA.jpg18 AFFAIRE TOURNESOL P.53 2 PADDOCK.jpg19 COKE EN STOCK P.40 KARBOCK HARROCK.jpg

21 BIJOUX P.6 BARTOCK.jpg21 BIJOUX P.8 KAPPOCK.jpg21 BIJOUX P.9 KODDACK.jpg21 BIJOUX P.10 1 MASTOCK.jpg21 BIJOUX P.10 2 KOSACK.jpg21 BIJOUX P.21 HAMMOCK.jpg21 BIJOUX P.22 1 KOLBACK.jpg21 BIJOUX P.22 2 KARBOCK.jpg21 BIJOUX P.23 KARNACK.jpg21 BIJOUX P.24 HOCLOCK.jpg21 BIJOUX P.28 KORNACK.jpg21 BIJOUX P.32 BALZACK.jpg21 BIJOUX P.55 MAGGOCK.jpg21 BIJOUX P.56 1 MEDOCK.jpg21 BIJOUX P.56 2 KAPSTOCK.jpg23 PICAROS P.61 KARBOCK.jpg 

 

jeudi, 29 février 2024

UN JOYEUX ANNIVERSAIRE ...

... FRANÇOIS-BAPTISTE-EPHRAÏM !!!

Joyeuse cent-quatre-vingtième année, cher sapeur !

Ben oui, ça fait cent-quatre-vingts ans jour pour jour (le 29 février 1844, je vous laisse calculer ce que ça fait en nombre d'années bissextiles — autour de 45 à vue de nez, non ?) que la naissance de François-Baptiste-Ephraïm Camember a été déclarée en la mairie de Gleux-lès-Lure (Saône-Supérieure) par son père Anatole, époux de Polymnie Cancoyotte.

2 FIXE.jpg

J'ignore cependant si le pantalon rouge du sapeur comporte un "trou de Lamoricière". Mais il est vrai qu'Alexandre Vialatte n'évoque cette particularité qu'à propos de la culotte des zouaves. Le trou de L. permettait d'après lui à la culotte de se vider après la traversée d'un oued. Camember, lui, n'est qu'un humble, quoique fier, sapeur.

Et ci-dessous, en prime, ce que n'a pas vu Anatole Camember sous le bureau du secrétaire de mairie de Gleux-lès-Lure. Georges Colomb, alias Christophe, professeur de sciences naturelles de son état, n'est pas très gentil avec ce fonctionnaire, sûrement consciencieux.

004.jpg

lundi, 19 février 2024

A BAS LES HOMMES !

J'ai commencé à acheter le journal Le Monde en 1968, plus précisément après le choc qu'ont été pour moi les "événements de mai". Si je me souviens bien, c'étaient encore les 24 pages voulues par le fondateur Hubert Beuve-Méry pour que n'importe quel homme curieux de s'informer puisse en venir à bout dans la journée.

Presque 100% de texte sur une surface de papier nettement supérieure à ce que le journal est devenu, question de format. C'est ça, le "Journal de Référence", certes un peu austère, mais du sérieux, du solide et du nourrissant.

Aujourd'hui, ce n'est plus qu'un souvenir. Il faut paraît-il au public des dessins, des photos, des couleurs, des publicités, de la mode, du luxe, bref : toutes sortes de meubles visuels qui satisfassent le besoin de futilité qui anime l'homme moderne.

Il a bien fallu que je subisse et que je m'habitue à toutes les évolutions, car Le Monde, ça restait quand même Le Monde : une référence. Mais est-on bien sûr que cette situation somme toute enviable perdure ?

2024 02 09 VIOLEUR BENOÎT JACQUOT.jpg

2024 02 10 VIOLEUR JACQUES DOILLON.jpg

La réponse n'est plus aussi évidente. Car la France est bien malade. Vous voulez un symptôme ? Je croyais que ce genre de pratique journalistique était réservé aux journaux "people", aux feuilles à scandales et autres torchons. Eh bien pas du tout ! Même le journal Le Monde s'y est mis : le "journal de référence" est en voie de torchonnisation accélérée. Pensez, sans remonter très loin (je pense, entre autres, à la spectaculaire  rage d'Adèle Haenel au simple prononcé du nom de Roman Polanski), à l'offensive massive contre Gérard Depardieu, pour cause de.

Le Monde s'est apparemment fait le partenaire et le relais actif des milices hargneuses dont l'unique raison sociale est désormais : « Vengeance ! ».

 

2024 02 08 JUDITH GODRECHE.jpg

Regardez-la, l'oiselle, comme elle est belle, avec les yeux perdus dans le ciel. A regarder cette photo de Florence Brochoire (Le Monde du 8 février), je lui délivre spontanément le diplôme d'oie blanche, d'immaculée conception et de virginale entité supraterrestre. Une photo qui, mise en regard des titres d'articles (voir plus haut), hurle : « Innocente ! » aux oreilles des immondes salauds qui ont osé flétrir la jeunesse de la jolie fleur au moment même où ses charmes ne demandaient qu'à s'épanouir. « How dare you ? », disait en d'autres circonstances la petite Greta Thunberg : comment osez-vous ?

Eh bien moi, je trouve précisément que l'ordure, l'immonde et l'excrément, ici, sont du côté du journal qui ose publier une image qui, en soi et confrontée aux titres des articles, est une claire mise en accusation publique des prédateurs mentionnés comme tels. J'en conclus que le journal Le Monde s'est converti à la délation, putasserie ordinaire  qui gangrène des pans de plus en plus larges de la société, façon réseaux sociaux.

Regardez bien cette formulation : « Benoît Jacquot : la prédation sous le couvert du cinéma ». "Sous le couvert" ! Oui, mesdames et messieurs, ce déchet humain qui se dit cinéaste ne fait pas des films pour célébrer l'art cinématographique, mais pour procurer à ses appétits bestiaux la chair fraîche de brebis trop ignorantes encore pour se méfier des horribles penchants des messieurs qui "pervertissent la jeunesse" (cf. Socrate). 

Pourtant, à y regarder de plus près, j'ai l'impression que l'affaire est un peu plus compliquée que ça. Que Jacquot (comme Doillon) ait été sensible au charme juvénile de la donzelle, c'est indéniable, et ce n'est pas nouveau. Mais en général, tout se finit dans la correction et le respect, il y a les freins, le surmoi, le qu'en-dira-t-on, et puis il y a surtout la loi. Tout ça dit : « Pas touche ! ». C'était en d'autres temps. L'époque présente a dérivé allègrement vers la libre expression des désirs par des individus affranchis des antiques contraintes.

Ecoutez Brassens : « ... et je ne suis pas chaud pour tâter de la paille humide des cachots » (La Princesse et le croque-note). Ecoutez Ferré : « Quand sous ta robe il n'y aura plus le Code Pénal » (Petite). Ecoutez Serge Reggiani : « Il suffirait de presque rien pour que je te dise "je t'aime" » (Il suffirait de presque rien). 

Les vénérables de la chanson française savaient se tenir et ne pas céder trop facilement à la tentation. Jacquot, Doillon et consort, c'est une autre génération. Je pense aussi à Patrick Font qui, quand il faisait des colos, laissait les adolescentes lui monter sur les genoux (« ... et même pire ... »). Il a payé pour ça. 

Mais avant de condamner, je veux en savoir plus. Par exemple, on me dit que la petite Judith Godrèche a vécu en couple avec le cinéaste. Ah bon ??? En couple ??? Une fille de quatorze ou quinze ans ??? Avec un mec âgé de trente-neuf ans ??? Ah bon ???

Alors moi je demande la comparution des parents : ont-ils porté plainte pour détournement de mineur ? J'espère au moins qu'il leur a fallu de solides raisons pour ne pas le faire. Et elle, Judith, pourquoi n'a-t-elle jamais pensé à porter plainte contre ses propres parents, qui l'ont laissée errer, abandonnée au milieu des flots ? Qu'ils soient plus ou moins psys, qu'ils se soient séparés, que la jeune Judith en ait été déboussolée, je veux bien. Mais  cela ne les dégage en aucun cas de leurs responsabilités de parents, que je sache !

Ben non : qu'est-ce qu'ils ont fait, les parents de Judith Godrèche ??? Ils ont laissé faire !!! Voilà !!! Va, ma fille, vis ta vie à ta guise ! Tu veux faire du cinéma ? Mais vas-y franco ! Et fais ce qu'il faut pour faire carrière !!! Nos voeux t'accompagnent. Vous les trouvez pas sympas comme tout, les parents ? Ouverts à toutes les perspectives, à toutes les expériences, à toutes les aventures ? En voilà, du parent moderne !

Et puis je vois autre chose : Judith Godrèche (avec la meute qui est en train de se former derrière elle) crache aujourd'hui sur Benoît Jacquot et Jacques Doillon ? La belle affaire, vraiment ! Si cette dame a pu imposer son nom dans le monde du cinéma et devenir une actrice fêtée et récompensée dans les festivals et autres cérémonies, n'est-ce pas aussi parce que ces vilains lui ont donné sa chance ? Mis le pied à l'étrier, comme on dit ?

Sa carrière, elle la doit sans doute à son talent, c'est entendu. Mais pas que : elle la doit à des personnes. Or comment se faire choisir par les bonnes personnes ? Il faut bien faire quelque chose, non ? Taper au moins dans le bon œil ? C'est incontournable : sur le marché des jeunes actrices, la concurrence est extrêmement rude. Qu'est-ce qu'on n'est pas prêt(e) à faire pour avoir une chance de percer ?

Pensez seulement à toutes ces filles (les "starlettes") qui se mettaient très volontiers à poil sur les plages du festival de Cannes sous l'œil d'une meute de photographes, dans l'espoir de décrocher un contrat : personne ne les contraignait. C'est ce que reproche le gros mafieux russe (géorgien ?) Rachmiel Dekanidzé à son ami Josif, tombé raide amoureux de l'hystérique, schizophrène et droguée Béa, au point de mettre tout le réseau en danger. Cela finira dans un bain de sang.

JOSIF IL PLEUT DES PETITES ACTRICES.jpg

Bon, je sais bien que c'est de la fiction (série Luka, de Mezzomo et Lapière, vol.6, "Les actrices ne font pas le printemps"), mais on ne peut pas dire que c'est tout à fait faux.

Et puis il y a encore un autre aspect à examiner : qu'est-ce que c'est, le cinéma, finalement ? J'espère que tout le monde tombera d'accord pour dire que c'est une extraordinaire usine à fabriquer du rêve, le merveilleux instrument qui nous sert à façonner nos autres vies, une énorme machine à projeter sur grand écran les désirs de toutes sortes qui sommeillent en chacun de nous.

Le voilà, le moteur, le carburant et le pilote, le maître et le valet, le remède et le poison, le tyran et l'esclave : DÉSIR, et pas besoin pour ça du tramway de Tennessee Williams. Ôtez le désir, il n'y a plus de cinéma. Et même pire : plus de littérature, plus d'art, plus d'amour, en un mot : plus grand-chose. Allez, autant dire plus rien, quoi ! Une telle humanité vous donnerait envie de vivre ? Eh ben pas moi. Or, qu'est-ce qu'il fait, principalement, le désir ? Ben c'est un peu ballot : il circule. Toutes les cultures du monde sont une démonstration permanente de cette vérité. 

Alors vous l'imaginez, à l'arrivée au studio, l'écriteau sommant tous les gens intervenant sur le film : « On est prié d'accrocher manteaux et désirs à la patère avant d'entrer sur le plateau » ? Oui, je sais, faut pas confondre la personne et la fonction, mais qui dira où passe la ligne de démarcation à l'intérieur d'un bonhomme. Non, c'est trop idiot. Il faut faire avec, voilà tout. Comment elles feront, maintenant qu'un puritanisme sourcilleux est en train de gagner la France, les "petites actrices", pour se faire attribuer des rôles ? Comment ils feront, les cinéastes, casteurs et autres chasseurs de talents cachés, pour trouver la perle rare ?

Ensuite, qu'il se passe des trucs, des machins, des bidules entre les êtres vivants ici présents, quoi de plus compréhensible ? J'ajoute : quoi de plus normal ? Même Judith Godrèche, j'ai un peu de mal à gober son histoire : n'a-t-elle tiré de ses expériences aucun épisode lumineux ? N'a-t-elle pas été un peu contente, heureuse de vivre son aventure à certains moments ? Peut-on croire à ce noir absolu ? Qu'est-ce qu'ils comprennent à tout ça, les amateurs d'autodafés ? Ce qui me choque le plus dans toute cette histoire, c'est le caractère tranchant et tranché des réactions. Vous la voyez, la foule debout, dans l'amphithéâtre romain, hurlant sa haine, le pouce en bas ?

Encore un mot, au sujet du chœur des inquisiteurs, y compris ceux qui battent leur coulpe (Télérama, Cahiers du cinéma) parce qu'ils ont fermé les yeux sur les turpitudes des mâles dominants. Je trouve incroyable et inadmissible l'unanimité du jury médiatique qui cloue Jacquot et Doillon au pilori : où et quand est-ce qu'on entendra prononcer le mot de cet immense principe, pilier de l'état de droit : « La parole est à la défense » ? Même Klaus Barbie, un criminel d'une autre dimension, y a eu droit (c'était en 1987).

Mais non, dans ce consensus terrorisé, personne n'ose plus bouger une oreille et ouvrir une bouche qui s'inscrirait en faux face au Niagara des forces dominantes. Les uns sont tout blancs, les autres sont tout noirs !!! Vous l'entendez, le George W. Bush, l'intégriste qui se cachait derrière le président U.S. ? « Je ne veux voir que deux têtes : l'Axe du Bien et l'Axe du Mal. Celui qui n'est pas avec nous est contre nous. Pas d'entre-deux : si t'es pas ami, t'es ennemi. »

Plus de débat entre adversaires courtois et démocrates, mais un état de guerre entre ennemis cherchant à détruire l'autre, vécu comme une menace. C'était la logique de Carl Schmitt, un des penseurs du nazisme. Il m'arrive cependant de me rassurer (on fait ce qu'on peut) en me disant qu'après tout, cette unanimité de la vox populi émane probablement d'un groupe de personnes assez homogène et fonctionnant dans le bocal médiatique parisien, où tout le monde respire le même air. Mais de quels pouvoirs ne disposent-ils pas !!! Et quelle propagande !!!

Je laisse à d'autres le soin de s'interroger sur les mirobolantes « nouvelles masculinités » chères à l'écrivain Ivan Jablonka, et de promettre le fer et le feu aux affreux attardés « masculinistes », aux infâmes « mâles blancs suprémacistes », « virilistes », « prédateurs ». Et vous ne pouvez pas savoir à quel point d'hilarité désopilée me porte la seule idée de passer moi-même pour un de ces monstres.

mercredi, 14 février 2024

L'ENFER DE MATIGNON

Ce n'est pas moi qui ai inventé l'expression "L'Enfer de Matignon". Qui fut le premier ex-premier-ministre à le dire ? Peu importe. Seule compte la réalité.

Ce qui est sûr, c'est que les témoignages se sont accumulés au fil du temps : des nuits blanches, raccourcies ou interrompues en plein milieu du sommeil paradoxal (le meilleur, paraît-il) ; jamais un moment à soi ; et pour couronner le tout, une collection de subordonnés indisciplinés pour qui être nommé ministre ne signifie pas servir dans une équipe pour servir le pays, mais mettre les doigts dans une prise qui, si le rocher est bon et franc, permettra de grimper plus haut et, pourquoi pas, d'atteindre le sommet.

On l'a donc compris, pour briguer le poste de premier ministre, il faut appartenir à la catégorie des masochistes amateurs de l'extrême, ou à celles des naïfs intégraux, des utopistes incorrigibles, des exaltés sourds à tous les conseils avisés, des apprentis-dictateurs aveugles sur leurs propres capacités, des humoristes catastrophistes, etc.

Et cela explique que la longévité du "locataire" (ironie : un des très rares locataires en France à être richement rétribué pour occuper les lieux) de l'hôtel Matignon soit en général très très très mesurée. Toujours est-il que le poste de premier ministre use prématurément le titulaire.

Ce qui fait que l'actuel occupant de l'Elysée, M. Emmanuel Macron, est constamment à la recherche de l'homme au profil impeccable, c'est-à-dire assez fort pour tenir bon face au stress ou aux agressions pendant une durée pas trop ridicule (façon Edith Cresson, de célèbre mémoire) ; mais aussi pas assez fort pour que lui vienne l'idée saugrenue qu'il pourrait prendre la place du président.

La photo ci-dessous, prise en secret par Brigitte Macron, montre Emmanuel Macron dans un de ces moments où la presse n'est pas invitée, où les nerfs du président le trahissent un bref instant, et où il confie son désarroi de façon émouvante contre l'épaule de Jacques Attali, l'homme aux cent plumes qui sait tout, qui a tout compris mais qui, dans les circonstances les plus difficiles, sait trouver les mots qui essuient les larmes les plus grosses.

VALLEE COBRAS P.49 DEFINITIF.jpg

Hergé, "Les Aventures de Jo, Zette et Jocko", La Vallée des cobras, p.49 (texte à peine retouché).

vendredi, 26 janvier 2024

LE PLUS GRAND PLAN SOCIAL ...

... L'AGRICULTURE.

« Ce qui se passe en ce moment avec l’agriculture en France, c’est un énorme plan social, le plus gros plan social à l’œuvre à l’heure actuelle, mais c’est un plan social secret. » 

Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019. 

Voilà pour les données de base du problème : un vulgaire plan social comme tous les autres plans sociaux, avec cette différence que, jamais annoncé officiellement par quelque responsable que ce soit (politique, syndical et que sais-je ?), il se sera étalé sur des dizaines d'années.

Soit dit par parenthèse, on peut quand même s'étonner que pendant que la France se désindustrialisait massivement en vendant ses principaux moyens à la Chine (et à quelques autres pays misérables à l'époque : salaires tendant vers zéro, profits tendant vers l'infini, sans compter les "transferts de technologies"), elle entreprenait de faire entrer toute son agriculture dans une ère modernissime et archi-industrielle. Les responsables de ce choix envisageaient sans peur l'extermination sociale de toute une classe d'individus jugés passéistes et rétrogrades pour un péché mortel que j'appellerai : « les pieds dans la glèbe ». Et pourquoi pas des "paysans aux mains soignées, propres et manucurées", devait-on se dire en haut lieu?

Partant de là, on peut déjà parler d'un plan massif de licenciement dans les entreprises agricoles, fermes familiales, petites exploitations et petits paysans. Compression drastique de personnel. Il n'a jamais été question d'autre chose que de faire de la production de l'alimentation humaine une entreprise industrielle compétitive sur le marché mondial.

Pour cela, un marxiste pointerait un processus de concentration des moyens de production. En clair et en français : calquer l'entreprise agricole française sur son modèle américain, qui est fait de gigantisme entrepreneurial, d'appel massif aux investisseurs gourmands (banques, fonds de pensions, etc.), de mécanisation à outrance et d'usage abondant des ressources procurées par l'industrie agrochimique.

Toute autre considération lancée par Macron, Fesneau, voire Darmanin, et même Arnaud Rousseau en direction des agriculteurs en colère peut être qualifiée de pipeau, fumée,  mensonge, fadaise, calembredaine, faribole et foutaise. Arnaud Rousseau ? Mais si, vous savez bien, c'est lui qui a succédé à Christiane Lambert à la tête de la F.N.S.E.A. 

F.N.S.E.A. ? Quèzaco ? C'est un « syndicat » qui regroupe les agriculteurs, paraît-il. C'est même LE syndicat (c'est pas vrai, mais que pèsent les "Jeunes Agriculteurs", la "Confédération Paysanne" et autres ?). Officiellement, il se charge de défendre les intérêts des dits agriculteurs, et de tous les agriculteurs, petits ou grands. En réalité, le projet des gros pontes de la F.N.S.E.A. (ceux qui tiennent fermement la vérité du pouvoir dans le syndicat) est de faire de l'agriculture française dans son ensemble une entreprise industrielle performante. Ah ? Tiens donc !!! J'ai déjà entendu ça quelque part (voir plus haut). Pourquoi voudriez-vous que la F.N.S.E.A. échappe à la logique du capitalisme le plus débridé ? 

J'entends justement à l'instant à l'antenne de France Culture (26 janvier 2024 à 7h. 08-09) une agricultrice dénoncer l'action pernicieuse du syndicat, qui, selon elle, « fait semblant de défendre les paysans ». Ben oui, on a compris ; la F.N.S.E.A. n'aura atteint son but que lorsque toute l'agriculture française ressemblera à une énorme et immense machine à produire de la bouffe. La terre comme une usine, quoi.

Ainsi s'accomplira le vœu d'Edgar Pisani, autrefois ministre de l'agriculture qui était rentré de sa visite aux U.S.A. ébloui et fasciné par la façon dont les Américains traitaient la terre, et qui avait mis en œuvre une grande politique de remembrement (cf. "concentration"), de destruction de centaines de kilomètres de haies, d'investissement-endettement (avec la complicité du Crédit Agricole), de machinisme, de productivisme. Dans une telle vision du monde, on est prié de considérer la terre, y compris agricole, comme un énorme et quasi inépuisable gisement de richesses sonnantes et trébuchantes.

Cela n'a aucun rapport, évidemment, mais je pense à la relation du Hamas avec le peuple palestinien : le groupe terrorisant brandit le chiffre de 25.000 morts dans la bande de Gaza. Mais ce bilan faisait exactement partie du plan des chefs du Hamas quand ils ont lancé leur pogrom sur les kibboutzim aux abords du territoire, puisqu'ils peuvent à présent se présenter comme des victimes du bourreau israélien. Pour atteindre l'objectif (détruire Israël), tous les moyens sont bons, y compris le meurtre par ennemi interposé d'un quota jugé satisfaisant de morts civils, enfants, femmes et vieillards offerts en sacrifice à la "cause" soi-disant palestinienne. 

Eh bien pour les paysans français, c'est la même chose, la mort en moins (quoique) : 2.500.000 en 1955, 496.000 en 2020. Qu'est-ce que s'est-il passé ? L'évolution est inexorable, la concentration est en marche, la petite exploitation est appelée à se fondre et à être mangée par une entreprise plus grosse qu'elle et par ses machines. Pour la F.N.S.E.A., cette fonte des effectifs (appelons ça des licenciements massifs) fait précisément partie du plan d'ensemble. Pour atteindre l'objectif, tous les moyens son bons. On peut appeler ça un processus historique. On peut aussi appeler ça une extermination sociale d'une classe.

Inscrivez cela dans le grand tableau européen fait de tracasseries diverses, de contrôles tatillons, de normes pesantes et de "rationalisation" des productions agricoles, et vous aurez une petite idée des raisons de la colère qui a jeté les tracteurs en travers de nos autoroutes.

Maintenant demandez-vous, face à l'inéluctable, ce que peuvent faire les responsables politiques français. C'est facile à deviner : pérorer, gesticuler, aller faire un tour à la campagne et sortir le carnet de chèque. Quant à agir sur les causes et à arrêter le processus, c'est tintin, fantoche, marionnettes et compagnie. 

france,politique,société,agriculture,f.n.s.e.a.,edgar pisani,agriculteurs,michel houellebecq,houllebecq sérotonine,plan massif de licenciements,emmanuel macron,marc fesneau,gérald darmanin,arnaud rousseau,christiane lambert,france culture,crédit agricole,hamas,palestiniens,israël,kibboutz,europe

Là, on est bien sûr dans la Rubrique-à-Brac de Marcel Gotlib (Intégrale Dargaud, 2002, RàB taume 3, p.261, "Deux poids, deux mesures").

 

lundi, 01 janvier 2024

JOYEUSE ENTRÉE DANS 2024

LE MONDE 2023 12 21.jpg

Je me suis permis d'ajouter à l'explosible et terrible crèche vide que le dessinateur algérien Dilem a dédiée en "une" du Monde du 21 décembre à ce qui se passe en Israël-Palestine (je me mouille pas) un bœuf et un âne "à la lyonnaise", le seul authentique Guignol, en compagnie de son acolyte, l'unique Gnafron de noble lignée ("noble" signifiant qu'il n'y a que du vrai beaujolais qui circule dans ses veines).

samedi, 30 décembre 2023

DES FEMMES FORTES ...

... EN SITUATION.

DESSIN JUILLARD.jpg

DESSIN MORRIS.jpg

On ne présente plus la Calamity Jane de Goscinny et Morris (1967). Mais il arrive une aventure une peu cousine au pianiste Arno Firenze, héros de la trilogie du Pique Rouge, créée sous le crayon de Juillard et la plume de J. Martin en 1984. Je précise que l'armure du soldat cache un corps féminin du plus bel effet. On constate que, de Lucky Luke à Arno, les commissions de censure des "publications pour la jeunesse" ont mis beaucoup d'eau dans leur vin.

jeudi, 28 décembre 2023

GLOIRE A DEPARDIEU !!! ...

... ET MERDE À TOUTE LA MEUTE QUI PLANTE SES DENTS AIGUISÉES DANS SES MOLLETS EN ACIER !!!

MULATIER 1 DEPARDIEU.jpg

Indécrottable. Je n'arriverai jamais à hurler avec les loups. La chasse à l'homme n'est pas pour moi. Je deviens muet quand il s'agit de crier avec la foule : « A mort ! » : je trouve ça un tantinet répugnant, et même carrément ignoble. C'est peut-être une infirmité. C'est comme ça. J'énonce un fait. Je n'y peux rien. Pas besoin d'arguments.

Portrait par Mulatier.

mardi, 12 décembre 2023

TROIS B.D. REMARQUABLES 3

III

2003-2004, deux volumes aux éditions Glénat.
EUROPA, par TOMAZ LAVRIC TBC au dessin et au scénario.

EUROPA TBC DEUX VOL..jpg

Un des plus terribles récits en bandes dessinées que j'aie jamais lus.

La Brique prend en charge Mordu, le neveu de maître Mïlé (ci-dessous), le cerveau qui dirige un réseau mafieux redoutable spécialisé dans la prostitution et la drogue : un monde de l'entreprise, certes, mais où la rudesse de la concurrence fait pas mal de morts dans les rangs du personnel, et une bonne dose de corruption dans ceux des fonctionnaires chargés de la répression des trafics.

bande dessinée,tomaz lavric tbc,éditions glénat,tbc europa,

Au centre du récit, le personnage que l'on suit dans tous ses aléas, ses ratages, ses illusions et ses désespoirs, c'est le Mordu. D'où il vient (ex-Yougoslavie), il a déjà vécu des horreurs. Il est tellement animé par la haine, augmentée d'une solitude plus dure que la pierre, qu'il ne connaît que la force, la brutalité, la violence. La Brique, quant à lui, reste un comparse, une petite main, un coursier de la drogue et des filles à livrer. Le Mordu, quant à lui, ne connaît qu'un seul mouvement : la fuite en avant. Et sa trajectoire elle-même aura les traits accusés de son visage.

bande dessinée,tomaz lavric tbc,éditions glénat,tbc europa,

Les seules douceurs qu'il va croiser au cours de sa brève aventure lui sont procurées par Sladjana, une prostituée prise dans le réseau et qui a pris l'escogriffe en affection. Tout ça finira évidemment très mal, avant même qu'il puisse se venger de maître Milé, son "cher tonton". Et tout cela servi par un dessin sec comme un coup de trique, net, sans bavure, sans tendresse et sans concession.

***

On aura peut-être noté que les trois B.D. citées dans cette série (voir Les Corruptibles, de Pendanx et Brezeaux - 13 novembre et Mister George, de Labiano, Le Tendre et Rodolphe - 15 novembre) ont paru autour de 2003. Mais je n'ai pas fait exprès, et ça ne veut sans doute rien dire.

mardi, 05 décembre 2023

THE BRAND-NEW GASTON ?

"Brand-new", ça veut dire "tout neuf". Ben il paraît qu'ils ont osé, les cloportes, donner une suite au Gaston de Franquin. Vous rendez compte ? Non, messieurs-dames, cela ne se fait pas !!! Pas touche à mon Gaston !!! L'humour, faut pas plaisanter avec ça !!!

Voici comment il convient de l'accueillir, le prétendu "nouveau Gaston" !!!

0 N2 P5 2 V0.jpg

bande dessinée,franquin,gaston lagaffe,delaf,des gaffes et des dégâts,gare aux gaffes d'un gars gonflé

vendredi, 17 novembre 2023

UNE BELLE BROCHETTE

BRAVO L'ARTISTE !!!

Il signe KIRO,
il dessine dans Le Canard enchaîné,

c'est formidable.
Le génial Cabu, virtuose du trait, faisait autre chose.

Mâtin, quel trombinoscope !!! aurait dit RENÉ GOSCINNY, directeur du défunt et regretté Pilote, qui s'y connaissait en talents de graphistes, puisque c'est lui qui avait recruté les grands et irremplaçables JEAN MULATIER (qui a fait le n°1 de la revue Mormoil qui en eut 7, comme tous les éphémères de l'époque : Tousse-Bourin, Surprise, Le Canard sauvage, Le Cri qui tue, etc.) et PATRICE RICORD, créateurs de la série des « Grandes Gueules», dont beaucoup de fabuleuses et inoubliables.
JEAN-CLAUDE MORCHOISNE leur a bientôt emboîté le pas. Grands hommes sortis de notre Grande Ecole Française du Dessin-Charge. L'Ecole du Grand Art. Dans l'ordre : Mulatier, Ricord, Morchoisne. Admirez le travail !

presse,journalistes,le canard enchaîné,caricature,pilote,rené goscinny,les grandes gueules,mulatier,ricord,morchoisne,trombinoscope,bernard laporte,gérard larcher,jean-luc mélenchon,christophe castaner,gérald darmanin,olivier dussopt,xi jin ping,ilham aliyev,azerbaïdjan,ramzan kadyrov,tchétchénie,humour

Et longue vie à KIRO, digne porteur du flambeau !

1 LE TROMBINO.jpg

Comme j'ai prévu un peu trop radin pour l'identification, les amateurs reconnaîtront, de gauche à droite et de haut en bas : Bernard "Tumcherchesmec ?" Laporte, Gérard "MiamMiam" Larcher, Jean-Luc "Jevousdismerde !" Mélenchon, Christophe "Tenfaispasjassure" Castaner, Gérald "Fidiantresabrezlacanaille" Darmanin, Olivier "Ravidlacrèche" Dussopt, Xi "SaSuffisance" Jin Ping, Ilham "Cestmoilmeilleur" Aliyev (Azerbaïdjan) et Ramzan "Salafisteüberalles" Kadyrov (Tchétchénie).

***

Oui, Cabu faisait autre chose. Lui, c'était le trait, magique, magnifique, rapide, souverain. C'était le croquis sur le vif, l'instantané, le geste.

KIRO et les grands portraitistes que j'évoque aujourd'hui, c'est davantage gravure, burin, taille-douce, eau-forte, et jusqu'à la peinture. Allez, on se fait plaisir avec son Monsieur Xi.

presse,journalistes,le canard enchaîné,caricature,pilote,rené goscinny,les grandes gueules,mulatier,ricord,morchoisne,trombinoscope,bernard laporte,gérard larcher,jean-luc mélenchon,christophe castaner,gérald darmanin,olivier dussopt,xi jin ping,ilham aliyev,azerbaïdjan,ramzan kadyrov,tchétchénie,humour

mercredi, 15 novembre 2023

TROIS B.D. REMARQUABLES 2

II

2003-2004, deux volumes aux éditions Le Lombard, collection "Signé".
Par LABIANO au dessin et LE TENDRE et RODOLPHE au scénario.

bande dessinée,éditions le lombard,dessin labiano,scénario b.d. le tendre et rodolphe,mister george,science-fiction,fantastique,usa,politique,président américain,fbi,cia,maison blanche

Une histoire abracadabrantesque de conseiller super-extra-spécial du président américain, dont celui-ci ne saurait se passer en vue de sa réélection. Le problème, c'est que le dit conseiller roule très vite sur une petite route dans sa très belle et très grosse bagnole.

Quand les "Services" apprennent l'accident où le dit conseiller est en train de passer de vie à trépas, c'est l'affolement et le branle-bas. La consigne est : ne laisser à aucun prix mourir les masses de données contenues dans la boîte crânienne du monsieur. Quand on cherche, on trouve.

La solution — je veux dire : une boîte crânienne disponible tout de suite — elle se trouve dans la pièce où l'on exécute les condamnés à mort. L'individu est particulièrement répugnant. Il a commis des horreurs. Il est sur le point d'y passer. Personne ne le regrettera. Mais tant pis pour la morale : il faut une boîte crânienne !

La raison d'Etat permet à celle-ci d'échapper au verdict au dernier moment, mais moyennant une petite opération, toute simple quoique bien improbable : remplacer le cerveau du criminel par celui, infiniment plus précieux, du conseiller, puis placer l'individu dans une nouvelle situation qui ressemble furieusement à une réalité sociale plausible, quoiqu'entièrement fabriquée. 

Le cerveau d'un surdoué de la politique dans le crâne d'un abominable assassin, deux mondes qui ne se rencontrent jamais, il fallait y penser, il fallait oser. C'est finalement une "expérience" à laquelle se livrent ici les "Services". Mais ils y ont mis les grands moyens : recréer une petite localité peuplée d'Américains moyens et normaux. L'ensemble étant placé sous la surveillance permanente et vigilante d'agents déguisés.

Sous une identité de fantaisie, ceux-ci sont chargés de noter toutes les réactions du personnage en jouant le rôle de l'entourage familier (le "tonton", l'"épouse", le "balayeur"), et de suivre les "progrès" du cobaye, jusqu'à ce que, le cobaye ayant assimilé tout le potentiel du cerveau implanté, on puisse le réintégrer dans le tout petit cercle politique où le conseiller déployait ses talents auprès du président.

On pense au film The Truman show de Peter Weir : le petit monde dans lequel évolue "George" est complètement factice. Tout va bien, les jours s'écoulent sans heurt, jusqu'au jour où le cobaye prend conscience du rôle qu'on lui fait jouer dans ce jeu de rôle grandeur nature : qui suis-je vraiment ? se demande-t-il avec un certain à-propos. Il fausse compagnie à ses anges gardiens. S'engage alors une course-poursuite dans laquelle il est aidé par une journaliste. On se retrouve alors dans Les trois jours du condor, de Sidney Pollack.

Mais je ne vais pas raconter l'histoire. Le dessin de Labiano est tout à fait à la hauteur, en se mettant au service de l'excellent scénario de Le Tendre et Rodolphe. Une B.D. originale, servie par un dessin au diapason d'un récit fondé sur une idée finalement glaçante.

lundi, 13 novembre 2023

TROIS B.D. REMARQUABLES 1

I

2002-2003-2004, trois volumes aux éditions Glénat.
LES CORRUPTIBLES, par PENDANX au dessin et BREZEAUX au scénario.

bande dessinée,pendanx,brezeaux,les corruptibles,bonne arrivée patron,afrique,éditions glénat

Un dessin aux couleurs flamboyantes, un commissaire de police (Jean-Bedel Yapo) et son assistant (Shérif), disons, très couleur locale (sans mauvais jeu de mots), mais fonctionnant un peu "à l'américaine". Et ça grouille de personnages qui magouillent sans arrêt sur un fond apparent de foire permanente qui donne l'impression très forte d'un désordre indescriptible, mais dans un récit finalement très "guidé". Comment font les acteurs pour s'y retrouver dans ce fatras ? Mystère, mais ça présente toutes les facettes du Bengali (capitale Kamassoukro, président Papy Bastos), où il se passe quelque chose toujours et partout.

Attendez-vous à tomber dans un chaudron africain où grouillent et bouillonnent les passions humaines, les ethnies, les luttes pour le pouvoir, les bavures d'une force plus ou moins publique, les comptes qui se règlent, le parti unique tout-puissant, etc. Et puis ces deux flics qui pataugent dans la boue d'une société prise de vertige, mais où ceux qui détiennent les vraies commandes du vrai pouvoir (dans l'ombre, évidemment) arrivent toujours à leurs fins. 

Total et passionnant dépaysement garanti. Une B.D. truculente, joyeuse, violente et sauvage, qui permet un peu de comprendre pourquoi la volonté des anciens Etats coloniaux d'implanter en Afrique la forme de l'Etat politique tel que l'Occident l'a inventé pour lui-même (état de droit, procédures politiques définies par la loi, administration neutre, enfin bref, tout le sac d'embrouilles limpides que nous connaissons) n'a guère de chances d'y voir vraiment le jour. 

vendredi, 27 octobre 2023

TOUT UNE MORALE

TANGO P.10.jpg

J'ai, je l'avoue, les mêmes antipathies que Corto Maltese. Cette aversion pour les "rédempteurs" (j'entends chevaliers blancs, redresseurs de torts, justiciers et autres policiers sans uniforme), je l'éprouve et je la fais mienne.

J'ai en horreur tous ceux qui s'intronisent inquisiteurs des opinions des autres et des paroles qu'ils prononcent et qui, bien qu'ayant le culot de se réclamer de la gauche soi-disant « progressiste », ont réussi, à coups de réseaux d'influence et de propagande claironnante°, à faire inscrire dans le Code Pénal toutes sortes de néo-phobies naguère inconnues des autorités médicales, pour museler toutes les cervelles égarées qui pensent et disent en dehors des clous qu'ils ont eux-mêmes plantés.

° Exemple d'une telle propagande : ce matin même, autour de 5h20, j'ai entendu la rediff. d'une chronique de l'émission "zoom-zoom-zen" d'hier, consacrée à l'enseignement de l'éducation sexuelle en milieu scolaire. Pour critiquer la façon dont la matière était dispensée, le petit chroniqueur de mes douilles a distinctement prononcé l'expression :

« tristement hétérosexuelle ».

Et allez donc !!! Faut-il vous l'envelopper ? On n'a aucune raison de se gêner !!! Je dis à cet ignare et témoigne ici qu'une sexualité normale apporte toutes les satisfactions qu'une personne normale peut désirer. Gens normaux, joignez-vous à moi et affirmons ensemble notre fierté, puisque c'est seulement comme ça qu'on peut exister dans cette époque abracadabrantesque, tout au moins si l'on écoute  certains glapissements.

***

Les amateurs de l'œuvre d'HUGO PRATT peuvent retrouver cette vignette dans Tango (Casterman, p.10 dans mon édition de 2012), une fable fascinante et déconcertante.

jeudi, 12 octobre 2023

ISRAËL EST UN PAYS EN GUERRE ...

... DEPUIS QU'IL EXISTE.

BUSINESS BLUES 1993 P.39.jpg

Cette B.D. (Business blues, n°4 de la série Largo Winch, de Philippe Francq et Jean Van Hamme) date de 1993. Je me refuse à entrer de nouveau dans le débat de savoir pour qui il faut prendre parti. Pas que je renvoie les deux camps dos à dos. Pendant longtemps irréconciliable avec les Arabes - auxquels la création de l'Etat d'Israël piquait du territoire, l'Etat désormais juif (du fait de Netanyahou) a su pacifier ses relations avec quelques voisins et pays plus éloignés (Egypte et Jordanie puis, récemment, le Maroc, l'Arabie Saoudite, le Qatar, ...). Ce serait donc possible, si .........

Si seulement Israël ne faisait pas face à quelques ennemis irréductibles qui ne rêvent que de l'anéantir, à commencer par l'Iran, pour qui il fait figure de "Petit Satan", augmenté de quelques tentacules qu'il se charge d'armer et de former (Hezbollah, Hamas, Djihad islamique). Dans les derniers événements, je vois un très savant calcul inspiré par l'Iran à ses feudataires : faire en sorte que l'énorme opération montée par le Hamas, qui se solde par un massacre aveugle (quoique pas si aveugle que ça), attire une réplique de l'armée israélienne tellement disproportionnée que c'est elle qui s'attire maintenant toutes les réprobations de la "communauté internationale". Opération réussie, apparemment.

C'est d'ailleurs curieux comme cette réplique me fait penser à la méthode des Américains pour triompher (croient-ils, les benêts) de leurs ennemis (Vietnam, Afghanistan, Irak, ...) : le tapis de bombes, qui ne sait pas distinguer un combattant d'un civil. L'opération meurtrière du Hamas en territoire israélien suscite mon horreur (ne parlons pas des prises d'otages, y compris des gosses de 12 ans et des mémés de 80 ans).

Mais je regrette que la réponse d'Israël manque à ce point de discernement. Quand on ne parle que de « détruire » le « monstre » qui est en face, on se gargarise de propagande, et on a toutes les chances de rater l'objectif. Car je n'imagine pas que pendant tout le temps passé à mettre au point son attaque jusque dans le moindre détail, le Hamas n'a pas anticipé la réaction d'Israël et préparé tout ce qu'il faut de béton, de souterrains fortifiés et d'armement pour recevoir une probable offensive terrestre. Tout est prêt de ce côté, n'en doutons pas. On peut déjà s'attendre à un carnage épouvantable, si cette offensive a lieu.

Je remarque que dans les médias français, il est parlé autant, si ce n'est davantage, du malheur qui s'est abattu sur les habitants de Gaza, que sur les kibboutzim et localités proches de cette frontière. Si ce que je perçois n'est pas complètement absurde, il faut alors reconnaître que les fous de dieu du Hamas — et avec eux l'Iran — ont marqué un sacré point. 

***

Alors dans tout ça, le Hamas, terroriste ou pas terroriste ? Récapitulons.

Il s'agit d'une action violente par surprise, destinée à semer une terreur immédiate, sans préjuger des calculs à plus long terme.

Il s'agit d'un ensemble massif de meurtres indiscriminés commis à l'encontre non de guerriers professionnels, mais de civils, c'est-à-dire de non-belligérants, c'est-à-dire d'innocents.

Il s'agit de prises d'otages indifférenciées. 

Il s'agit au surplus d'un groupe qui, sur le territoire qu'il contrôle, fait régner la terreur sur la population qui lui servira, le cas échéant, de bouclier : les habitants de la bande de Gaza ont-ils les moyens ou l'envie d'ouvrir la bouche, d'élever la voix, de s'insurger, de protester contre les conditions de vie que leur fait le jusqu'au-boutisme imbécile des autorités du Hamas ?

Il s'agit enfin d'une milice formée de fous de dieu fanatiques et qui se fiche comme de sa première chemise du sort des Palestiniens, et dont le but ultime, le Graal en quelque sorte et l'unique raison d'être consiste en la destruction de l'Etat d'Israël.

Alors oui, les tueurs du Hamas peuvent à très bon droit être qualifiés de terroristes. N'en déplaise à l'olibrius Mélenchon et aux sbires qui l'entourent. 

« Car on accepte à la rigueur d’être accusé d’avoir tué son père, on ne peut pas s’exposer au reproche d’être moins "à gauche" que son voisin. Même s’il faut pour cela soutenir l’assassinat : l’assassinat n’est pas la guerre ; on peut assassiner en restant pacifiste ; l’assassinat ne devient blâmable que pratiqué par des méchants. » Alexandre Vialatte, dans Le Spectacle du monde en 1962.

jeudi, 14 septembre 2023

MALI, BURKINA-FASO, NIGER, GABON, ...

... ET LA FRANCE !?!?!?

La réponse de Reiser en 1978 est directe et péremptoire.

1978 LAISSONS L'AFRIQUE AUX AFRICAINS.jpg

mercredi, 13 septembre 2023

USA : ON VA VOUS RE-TRUMPER !

TRUAND PRÉSIDENT !!!

1978 USA TRUAND PRESIDENT.jpg

Dessin de Reiser en 1978. C'était Carter le président, et les Américains le trouvaient trop mou. Je me suis juste permis de simplifier le texte (très sommaire et daté au demeurant) de Reiser. 

mardi, 15 août 2023

DONALD TRUMP ET LA JUSTICE

Ci-dessous, le facteur apporte à l'ancien (et futur ?) président des Etats-Unis d'Amérique sa énième convocation devant un juge.

BRISE DE MER 2 P.109.jpg

A force de répétition, le facteur a été en mesure d'apprendre à sa moto à appeler le destinataire par son nom dans le but de gagner du temps.

***

Note : on trouve cette vignette à la page 109 de Brise de mer (Hugo Pratt, Casterman, 1994). Comme on le voit ci-dessous, j'ai à peine remanié, pour les besoins de la cause, les onomatopées dessinées par le maître en personne.

BRISE DE MER PRATT.jpg 

dimanche, 06 août 2023

DES NOUVELLES D'ADÈLE HAENEL

Non, elle n'est pas morte, Adèle ! La preuve, c'est qu'elle nous a passé un coup de téléphone à la rédaction pour nous dire où elle en était et quels étaient ses intentions et ses projets d'avenir. Que des nouvelles encourageantes et rassurantes !!! Si si !!! On vous jure !!! Ben regardez plutôt cette photo si vous nous croyez pas.

ELISE P..jpg

Roman Polanski, Gérard Depardieu et autres cibles de toute une police morale extrémiste vont pouvoir dormir tranquilles et vaquer de nouveau à leurs petites affaires en toute quiétude. Le commerce de boissons fortes et l'industrie du cinéma dans leur ensemble ne pourront que s'en porter infiniment mieux.

***

Note

On trouve la vignette ci-dessus à la page 31 de Élise et les nouveaux partisans, où Jacques Tardi retrace le parcours — je devrais dire les aventures et méchantes tribulations — de la chanteuse et militante d'extrême gauche Dominique Grange, qui est devenue sa compagne. J'ai un peu "arrangé" à ma sauce le texte de Tardi : j'espère qu'il ne m'en voudra pas trop de ce détournement.

vendredi, 30 juin 2023

DU CHIRAC DANS LE (PRÉ-)TEXTE ...

... OU CHIRAC REVU  ET CORRIGÉ.

Tout le monde se souvient : 

« Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs »,
(Johannesburg, 2002).

Vingt ans après ce constat d'une lucidité térébrante, je me permets d'apporter un léger rectificatif en forme d'actualisation du propos.

P.38 FEU.jpg

« Notre maison brûle, et nous ne courons pas assez vite ».

***

Note : Toute référence, toute allusion à quelque événement tout récent impliquant des forces de polices et des bandes de jeunes soucieuses de passer entre vieux copains quelques soirées animées autour du feu, de renouveler ici et là le mobilier urbain et de remplir gratuitement le réfrigérateur familial serait évidemment, purement et entièrement fortuite.

 

jeudi, 22 juin 2023

LES SOULÈVEMENTS DE LA TERRE

Ainsi, notre valeureux ministre de l'Intérieur, monsieur Gérald Darmanin, a fini par le débusquer, le redoutable ennemi public de notre bien-aimée République Française. Les têtes pensantes de ce groupuscule de dangereux activistes s'appellent par exemple Philippe Descola, obscur et détestable anthropologue à la bibliographie universitaire longue comme le bras.

On trouve aussi, parmi ces individus louches qui menacent la paix de nos foyers tout en s'apprêtant sans aucun doute à « égorger nos fils et nos compagnes », des gens aussi peu recommandables que le nommé François Jarrige, qui se dit historien pour avoir co-écrit La Contamination du monde - Une histoire des pollutions à l'âge industriel (Seuil, 2017), redoutable brûlot anti-progressiste.

On trouve enfin et surtout toute une nébuleuse de groupes, organisations et autres rassemblements qui osent s'élever contre l'audacieuse et intrépide volonté d'inaction climatique du président français, de sa première ministre et de son gouvernement.

Quoi qu'il en soit, il n'en menait pas large, notre ministre de l'Intérieur, quand il s'est aventuré, pour annoncer leur dissolution immédiate, dans la tanière où ont coutume de se rassembler les comploteurs avant de s'abattre en rangs serrés, comme un nuage de criquets pèlerins, sur les fertiles champs de nos généreux agriculteurs — je veux parler de ces patrons des industries agro-alimentaires réunis au sein de la F.N.S.E.A., vivier où bouillonnent les innombrables innovations qui permettront - n'en doutons pas un seul instant, voyons ! - à tous les Français de se nourrir au moindre coût et dans le respect absolu des normes environnementales en vigueur.

 

CORSE P.32.jpg

dimanche, 11 juin 2023

LA BATAILLE DES RETRAITES ...

... REVUE ET CORRIGÉE PAR GAZZOTTI.

Ce qui suit se voudrait une Allégorie : le rôle de la loi portant l'âge légal à 64 ans serait ici incarné par le cobaye, que l'on voit mettre en pièces (n°2) l'ancienne loi, avant d'être poursuivi et sauvagement agressé en plusieurs épisodes épiques par la haine de tous ceux qui ne voulaient pas d'une réforme « inutile et injuste », mais sauvé des griffes de cette opposition par l'obstination imperturbable du président Macron et du gouvernement de Mme Borne.

1
Mise en place du complot anti-64 ans.

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 2.jpg

2

L'ancienne loi sur les retraites a déjà volé en éclat.

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 3.jpg

3

Dépôt brutal d'un millier d'amendements.

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 4.jpg

4

Gros effort d'obstruction du travail parlementaire par l'opposition.

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 5.jpg

5

L'opposition ne recule devant aucun moyen pour parvenir à ses fins.

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 6.jpg

6

Même les moyens les plus brutaux.

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 7.jpg

7

La loi va-t-elle être votée ?

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 8.jpg

8

Apparition de l'article 49-3 dans le paysage.

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 9.jpg

9

Force reste à la volonté du gouvernement, qui a réussi à imposer sa loi.

FUREUR CHEZ LES SAINTS P.10 10.jpg

***

Toutes les vignettes ici présentes sont issues de l'excellente page 10 du volume 5 des aventures du lieutenant Soda (vous savez, le flic dont la mère persiste à croire qu'il est pasteur), Fureur chez les saints, de Tome au scénario et Gazzotti au dessin. 

jeudi, 25 mai 2023

MORT DE TINA TURNER


Oui, définitivement, Tina Turner, c'est Proud Mary ! en 1969, avec au second plan la belle voix mâle de son Ike — son découvreur et persécuteur — et les tenues super-extra-mini de la chanteuse et des choristes.
Oui mais, Tina Turner, c'est surtout et à jamais le Proud Mary sorti de la plume de Gotlib, dans les pages du mémorable Echo des savanes de la grande époque (1972, fondé avec ses complices Bretécher et Mandryka), avec la tumescence (puis détumescence) du micro de la dame. 

013.jpg

mardi, 23 mai 2023

DANS LA CUISINE DE M. MACRON ...

... L'ÉQUIPE DES RÉDACTEURS S'ACTIVE FÉBRILEMENT POUR FABRIQUER LE PROCHAIN DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.

N11 P44 V756.jpg

POUR CELA, UNE RECETTE INFAILLIBLE : L'ENVOLÉE LYRIQUE ET ENFLAMMÉE DES CERTITUDES PRÉSIDENTIELLES, GARANTIES PUR LATEX ET BAUDRUCHE, GONFLABLES A VOLONTÉ, DÉGONFLABLES D'UN SIMPLE COUP D'ÉPINGLE.

***

Puisqu'il s'agit ici de "montgolfières", je dédie ce billet à Sylvain, pilote.