Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 juin 2019

LYON 1992

L'ancien Palais de la foire juste avant disparition.

PALAIS FOIRE 1992.jpg

Ci-dessous, au début des années 1960, le Palais de la Foire au temps de sa splendeur, entre Rhône et Tête-d'or, avant même la création de la Roseraie sous le maire Pradel. Au fond, le sublime et défunt pont de la Boucle.

photographie,lyon,palais de la foire

Ci-dessous, les lieux entièrement et luxueusement privatisés (sauf - et encore ! - le vaisseau spatial de la "salle 3.000", tout en bas), tels qu'ils se présentent aujourd'hui, sur une image gogol polluée par plein de hideuses petites crottes sans doute fort lucratives.

photographie,lyon,palais de la foire

mercredi, 12 juin 2019

DU PAYSAGE MULTICOUCHE

SATHO22.jpg

Quelque part à Sathonay-Camp (banlieue de Lyon).

PUY SAINT V ENTIERE.jpg

Quelque part à Puy-Saint-Vincent (Hautes-Alpes). Photo prise face à la montagne, le dos au coin cuisine.

mardi, 11 juin 2019

RÉTRO-ÉCLAIRAGES

Photos prises à la nuit tombée, sur le plateau de la Croix-Rousse (sauf celle du lit-parapluie, prise de jour).

EPICERIE COMPTOIR CHARIOT 2.JPG

MAST 4.JPG

INT CELU 1.JPG

photographie

PHOTO 4.JPG

lundi, 10 juin 2019

PAYSAGES EN COULEUR

Dans la série « Après la fermeture », quelques commerces de la Croix-Rousse.

45.JPG

9.JPG

27.JPG

85.JPG

18.JPG

76.JPG

dimanche, 09 juin 2019

PAYSAGE

1 1.JPG

vendredi, 07 juin 2019

DU GRAND BLEU

MON ARCON (TEMPORAIN)

007.JPG

photographie

09:00 Publié dans L'ARCON | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photographie

dimanche, 02 juin 2019

TOUJOURS SOPHIE

photographie

"Toujours" : voir 6 avril, 4 et 22 mai.

samedi, 01 juin 2019

PHOTOGRAPHIE

photographie

Monsieur F.

mercredi, 22 mai 2019

LUMIÈRE EN MOUVEMENT ...

... DANS TOUTE CETTE OBSCURITÉ.

006.JPG

samedi, 18 mai 2019

MOMENT ARRÊTÉ

TENDRESSE A L'ESPACE.jpg

Photo prise sans flash, avec les moyens du bord, en 2002 dans l'arrière-salle du café L'Espace, place Bellecour, à Lyon.

Je suis heureux d'avoir pu, un jour, voler cette image à des gens que je ne connais pas.

Merci à eux.

samedi, 04 mai 2019

LA LUMIÈRE DANS L’ŒIL DE SOPHIE

003.JPG

C'est la Sophie de Richard.

A sa façon très particulière de retenir la lumière, je me dis que ce morceau de matière (noble), artistement façonné de main d'homme, recèle quelque mystère inaccessible, et c'est ce qui me ravit.

Merci à M.C. d'avoir rendu cette photo possible.

vendredi, 19 avril 2019

LA MARGUERITE TRANSPARENTE

029 1.JPG

Tu m'aimes un peu, beaucoup, passionnément ...

 

mardi, 16 avril 2019

LA LARME TRANSPARENTE

photographie

Une larme de verre pour Notre-Dame de Paris.

A tort ou à raison, j'ai pensé à Charlie Hebdo, j'ai pensé au Bataclan, j'ai pleuré.

Je pense aussi au Bourdon de Notre-Dame, Emmanuel (eh oui !), qu'on peut entendre tous les jours à 12 heures tapantes. Une expérience qui ne s'oublie pas (1'03"). Il faut se placer à l'aplomb des abat-sons, pas trop près de la façade (clocher de gauche, si je me souviens bien).


 

Et pour les passionnés (20') : il faut être patient, car le batail (le mot a disparu, mais c'est comme ça qu'on disait dans les autres fois, cf. Rabelais, qui fait parler Maître Janotus de Bragmardo (Gargantua, XIX) : « ... il désiroit qu'elles [les cloches] feussent de plume et le batail feust d'une queue de renard », c'est-à-dire des cloches qui ne réveilleront jamais personne) met pas mal de temps à se mouvoir. L'autre bourdon s'appelle, dit-on, La Savoyarde.


samedi, 13 avril 2019

L’ŒIL TRANSPARENT

025 1.JPG

 

vendredi, 12 avril 2019

TRANSPARENCE

photographie,brexit,purcell,dido and aeneas,didon et énée,jupiter,emmanuel macron,philippe sands,france culture

003.JPG

La lumière du jour à travers la carafe (vide).

photographie

Photos en couleur.

***************************

Dans l'actualité.

photographie,brexit,purcell,dido and aeneas,didon et énée,jupiter,emmanuel macron

Brexit or not brexit ? Si vous avez compris ce qui se passe, c'est qu'on vous a mal expliqué. Je pense à l'opéra de Purcell Didon et Enée, et plus précisément au moment où Didon, qui vient d'apprendre le prochain départ de son amant pour l'Italie sur ordre de Jupiter, maudit Enée qui, devant le désespoir et la colère mêlés de la reine, veut désobéir au dieu, et abandonner sa mission de fonder la future capitale du monde pour mieux demeurer fidèle à la parole donnée à la belle reine. Réaction terrible de Didon : 

« By all that good, no more !

All that good you have forswore.

To your promised empire fly.

And let forsaken Dido die. »

(Par tout ce qui est bon, tais-toi ! Tout ce qui est bon, tu en as fait un parjure. Vers l'empire qui t'est promis, fuis. Et laisse Didon abandonnée mourir.)

Et le pauvre héros versatile a beau déclarer qu'il reste auprès d'elle, c'est Didon qui, en fin de compte, le chasse : aux "I'll stay" lamentables d'Enée, elle répond, fière et résolue : "Away ! Away !" ("Fous le camp", ci-dessous 13'08", y compris le célébrissime "Dido's lament").


Dans le débat anglo-européen sur le divorce, qui est Didon ? Qui est Enée ? Et qui dit à l'autre "fous le camp" ? Mais que fait notre Jupiter national dans le bateau ivre ? Et combien de milliards (sur France Culture, Philippe Sands, le juriste international parlait ce matin de plusieurs BILLIONS d'euros) a d'ores et déjà coûtés le Brexit en frais d'avocats (l'accord signé par May et l'Europe fait 600 pages, et 600 pages rédigées par des juristes, dont je doute qu'ils travaillent à l’œil), en salaires de négociateurs et de hauts ou bas fonctionnaires ?

Et c'est moi qui crache au bassinet ?

Ben merde !

jeudi, 11 avril 2019

PULCINELLA

photographie

mercredi, 10 avril 2019

LA PETITE NOBLESSE ...

... DES PETITS OBJETS.

001 1.JPG

Le pied de lampe.

samedi, 06 avril 2019

QUAND LA MATIÈRE ...

QUAND LA MATIÈRE EST NOBLE

ET TRAVERSÉE PAR LA LUMIÈRE,

002.JPG

MON ŒIL S’ÉPANOUIT

ET DEVIENT VOLUBILE.

ALORS J'AI DU BONHEUR :

JE SAIS QUE C'EST POSSIBLE.

photographie

Détails de photos prises face au soleil.

Merci à M. pour ce possible.

mercredi, 03 avril 2019

AU TEMPS DE MA JEUNESSE FOLLE

MON ARCON (temporain).

001.jpg

Voilà la seule trace photographique de ce que j'ai laissé un jour sur le papier d'un appartement du Boulevard des Provinces à Sainte-Foy-lès-Lyon. Ça ressemblait vaguement à un "Grand-Flambé" voletant au-dessus de diverses fleurs et plantes aquatiques - on ne voit pas les poissons. J'étais plutôt content de moi. Hélas, le syndic (M. Bodécher, qui baladait toute sa régie dans une Ami-8 bourrée de dossiers jusqu'à la gueule) ne le voyait pas de cet œil : compté comme "dégradation" (une infamie), le dessin me coûta la caution. J'ai constaté avec une certaine satisfaction que les locataires suivants avaient posé à la place un papier peint du noir le plus intense.

Ils avaient du goût, eux !

jeudi, 21 mars 2019

LES BEAUX MANÈGES DISPARUS

On est sur la place de la Croix-Rousse en 1977.

photographie,lyon,croix-rousse,vogue de la croix-rousse,vogue des marrons

Six ans maximum (ici, dans l'ombre, entre quatre et cinq) pour monter dans le train.

photographie,lyon,croix-rousse,vogue de la croix-rousse,vogue des marrons

La vieille dame du stand tenait à ce que ce soient les enfants en personne qui lui remettent le billet de train.

photographie,lyon,croix-rousse,vogue de la croix-rousse,vogue des marrons

Elle tenait aussi à souffler dans sa petite trompe pour donner le signal du départ. On s'y serait cru. En arrière-plan, on aperçoit le manège des avions, qui est toujours là, lui, à la même place, du 1er octobre au 11 novembre.

Mais oui, la vogue de la Croix-Rousse a bien changé, multipliant les "machines à sous", je veux dire les pinces à trois doigts ou les jeux de "pousse-pousse" : non seulement l'objet que vous avez pincé ou fait tomber est minable mais il vous aura coûté les yeux de la tête par rapport à ce qu'il vaut.

Et il n'y a presque plus de marrons chauds (et il faut voir le prix ) !

dimanche, 17 mars 2019

PAVÉS

MON ARCON (TEMPORAIN).

PAVES.jpg

Lyon, place de la Comédie, début des années 2000.

vendredi, 08 mars 2019

QUAI DE SAÔNE, 2003

PETALES.jpg

Vu dans une cagette, sur le marché Saint-Antoine.

vendredi, 22 février 2019

EMPREINTE 5

EMPREINTE5.jpg

jeudi, 21 février 2019

EMPREINTE 4

EMPREINTE3.jpg

*********************************

Dans l'actualité.

Deux parutions du moment font particulièrement mal aux institutions officielles de l'Eglise catholique : le film de François Ozon (Grâce à Dieu) et le livre de Frédéric Martel (Sodoma). 

S'agissant du film, où les noms des victimes sont modifiés, mais où figurent les vrais noms des protagonistes diocésains (ça se passe à Lyon), je ne pensais pas, le 12 janvier dernier, être aussi près de la vérité en évoquant ironiquement ici le rôle d' « agence de recrutement de pervers sexuels » que jouerait l'Eglise catholique.

Comme le mal est mondialement partagé (Allemagne, Irlande, Chili, Etats-Unis, etc.), on se demande s'il n'y a pas lieu de généraliser la perversion à tout ce qui se présente comme "clergé catholique" ("catholique" veut dire "universel"). L'habileté du cinéaste est de s'être contenté, pour le scénario et les dialogues du film, du "verbatim" publié jour après jour dans la presse au fur et à mesure du développement de l'affaire Preynat : la justice n'a rien pu trouver à y redire, et le film est en salle.

Le livre de Frédéric Martel, quant à lui, ouvre la porte d'un sacré placard jusque-là secret : de la crème du haut clergé qui administre l'Eglise catholique mondiale au Vatican, jusqu'au curé "de base", le plus petit Etat du monde (594 habitants) présente la plus forte concentration d'homosexuels. Mieux que San Francisco !

Bon, Martel déconne quand il attribue l'extrême raréfaction des prêtres au fait que les homosexuels disposent aujourd'hui de bien d'autres moyens que la prêtrise pour trouver des "âmes sœurs" (l'efficacité de leur propagande suffit à entretenir la "visibilité" d'une minorité qui est à l'origine des lois qui l'arrangent) : la déchristianisation ne date certainement pas de la dépénalisation de l'homosexualité, et tous les curés ne sont pas forcément homosexuels (j'en ai connu d'excellents, et il y en a même qui se marient avec des femmes !).

Le livre du monsieur, qui se revendique homo (si j'ai bien compris), est le fruit d'une enquête de quatre ans en "immersion" dans les eaux troubles du Vatican. C'est dire le sérieux et le fouillé de la documentation. A sa seule lecture, Henri Tincq, l'intègre ancien chroniqueur religieux au journal Le Monde, en est resté baba-sur-le-cul-comme-deux-ronds-de-flan : à l'entendre l'autre jour aux "Matins" de France Culture, il est tombé de la lune ! Cela se peut-il ? Je n'ai pas de réponse. Le livre de Frédéric Martel s'appuie de toute évidence sur la réalité : Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique du pape, ne vient-il pas de faire parler de lui en mettant la main aux fesses d'un employé de la mairie de Paris en pleine cérémonie ?

Quoi qu'il en soit, quoi qu'il arrive, tout ça ressemble à un furieux symptôme : non seulement l'Eglise catholique a un problème avec le sexe, ça on le savait (célibat des prêtres, culte de la chasteté, de l'abstinence, interdiction du préservatif : une négation de l'humanité, quoi), mais le sexe est aujourd'hui, au sein de l'institution, une splendide tumeur cancéreuse qui contamine tout ce qu'elle touche. Et la conclusion qu'on en tire, c'est que l'Eglise est dans un état avancé de décomposition : ça commence à sentir la charogne. L'Eglise catholique pue par où elle a péché !

Avec elle, c'est une clé de voûte de notre civilisation qui, en se descellant, voit s'effondrer sur elle-même une cathédrale. Fin de règne. Un bon sujet pour les "collapsologues" (étude "scientifique" des effondrements chère à Pablo Servigne).

Mais il y a d'autres clés de voûte et d'autres cathédrales. Quelle sera la prochaine à s'effondrer ?

De profundis morpionibus ! 

« A l'exception des plus trapus ! »

mercredi, 20 février 2019

EMPREINTE 3

EMPREINTE4.jpg

***************************************

Dans l'actualité.

L'agression dont Alain Finkielkraut a été l'objet samedi dernier donne une image enfin réaliste de ce qu'est, sous son masque pacifique et "modéré", "l'islam de France". Cette image fait froid dans le dos.

Les cris de haine de ce salafiste ont montré le vrai visage de ce soi-disant "islam de France" : derrière la bonhomie tranquille des braves pépères, inoffensifs retraités qui bavardent sur les bancs de la place de la Croix-Rousse, il faudrait que nos "responsables" politiques acceptent enfin d'apercevoir les silhouettes noires et barbues (et barbares) qui se démènent, infatigables et invisibles, et dont les femmes en robes de bure terne et en cagoule qui se répandent dans les rues ne sont que l'affiche de propagande.

Le salafiste parisien a beau se déguiser en gilet jaune (rien de plus facile en effet), il suffit d'un peu de lucidité pour se rendre compte que lui et ses comparses (combien de divisions ?) sont à l'offensive. Le but de l'offensive ? Guère de doutes là-dessus : le salafiste qui rugit sa haine de Finkielkraut l'a crié : « La France est à nous ! ». Les salafistes ont recyclé un slogan qui courait en mai 1968 au sein d'un groupuscule rétrospectivement ridicule (Was Wir Wollen), mais aussi prémonitoire : « Ce que nous voulons : TOUT ». Ce salafisme-là a des visées totalitaires.

photographie,islam,antisémitisme,islam de france,alain finkielkraut,salafisme,croix-rousse