Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 mai 2017

DÉTAIL

012.JPG

jeudi, 25 mai 2017

DÉTAIL

006.JPG

005.JPG

mercredi, 24 mai 2017

DÉTAIL

001.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

samedi, 20 mai 2017

DÉTAIL

011.JPG

jeudi, 18 mai 2017

DÉCOR

003 1.JPG

mardi, 16 mai 2017

NATURE PAS MORTE

FRUITS2.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

mardi, 02 mai 2017

RELIEF INFIME

001.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

dimanche, 30 avril 2017

ARCHE, etc.

Au tympan du portail principal.

ARCHE.JPG

L'Arche de Noé de la cathédrale de Strasbourg.

ISAAC.JPG

L'ange arrive juste au moment où Abraham s'apprête à sacrifier son fils Isaac. A droite, le bélier substitué.

CRUCIFIX.JPG

La crucifixion de Saint Pierre.

mercredi, 26 avril 2017

IVOIRE CLAIR

Les dessous virtuoses d'un bouton de ceinture.

« L'essentiel est invisible pour les yeux. » (Saint-Exupéry, qui n'était pas japonais.)

022 1.JPG

28 x 22 mm.

Photographie Frédéric Chambe.

dimanche, 23 avril 2017

REFLUX DE VOTE

Aujourd'hui 23 avril, je reste chez moi. Je suis occupé : j'ai de la lecture.

BUENO ANTOINE NO VOTE.jpg

******************************************

PAYSAGE

RUE CUIRE 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

Ceci est mon bulletin de vote.

Et bonne fête à tous les Georges. Et un très joyeux anniversaire à tous ceux qui sont nés un 23 avril, date indubitablement appelée à un avenir brillant, vu les circonstances politiques présentes, pour ce qui concerne la France, la Française, le Français et autres animaux étranges. 

samedi, 22 avril 2017

IVOIRE CLAIR

019 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

vendredi, 21 avril 2017

IVOIRE CLAIR

003 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

jeudi, 20 avril 2017

STRATIFICATION

004 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

mercredi, 19 avril 2017

RELIEF VERMICULAIRE

026 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

mardi, 18 avril 2017

NUTS !

« Nuts ! » fut la fière et elliptique réponse que fit le général McAuliffe,

photographie,nuts,bastogne,mcauliffe,101è division aéroportée,101st airborne

qui commandait la 101ème division aéroportée, aux Allemands qui l'assiégeaient à Bastogne en décembre 1944. A part le mot, aucun rapport avec la photo ci-dessous.

FRUITS1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

dimanche, 16 avril 2017

AQUARIUM

Comme dit Paul Jorion : « Le dernier qui s'en va éteint la lumière ».

002.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

samedi, 08 avril 2017

AU DIABLE LES VARICES !

PPEINT.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

mercredi, 05 avril 2017

POÉSIE MARINE

Poésie "marine", certes, mais pas celle qu'on pourrait croire.

Je n'ai aucune envie de commenter les actualités. Je tente en ce moment, on l'aura peut-être remarqué, de me nourrir de substances moins ignobles, quoique plus inactuelles.

002.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

*************************************************

Ode à l'angirolle.

 

Toi, l'auguste palan 

Frappé sur la pantoire

Capelée à son mât de tréou,

Tu en portes fièrement la vergue !

 

(presque) François-Edmond Pâris.

lundi, 03 avril 2017

POÉSIE MARINE

Mon art abstrait.

CARAFE.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

**************************************

Le cache-adent

est une entaille

au talon des varangues

qui couvre l'adent

correspondant

de la contrequille.

 

François-Edmond Pâris

jeudi, 30 mars 2017

DRÔLE DE VITRE

S4 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

mercredi, 22 mars 2017

SURNOM : "LE BEAU MOUSQUETAIRE"

littérature,littérature française,duc de saint-simon,mémoires de saint-simon,louis xiv,ségur,duc de saint-aignan

Si le signet voulait s'éterniser,

il demanderait d'avoir une ombre.

Mais le temps seul a le droit d'exaucer.

L'ombre est la trace,

un fantôme d'existence.

 

Photographie Frédéric Chambe.

 

On trouve dans les Mémoires du duc de Saint-Simon maintes anecdotes. Beaucoup permettent au lecteur d’aujourd’hui de voir en couleur cette époque qui, du fait de l'écoulement du temps, lui apparaîtrait en noir et blanc, de façon presque abstraite. La mésaventure qui atteignit indirectement M. de Saint-Aignan est assez distrayante pour retenir notre attention. C’est M. de Ségur, alors dans sa jeunesse, qui est à l’origine de l’affaire. L’auteur le présente ainsi (on est à la veille d’une guerre en Italie) :

« Le roi fit donc partir les officiers généraux. Tallard, qui en fut un, avait fait de l’argent des petites charges que le roi lui avait données à vendre en revenant d’Angleterre, entre autres le gouvernement du pays de Foix, que la mort de Mirepoix avait fait vaquer, à Ségur, capitaine de gendarmerie, bon gentilhomme de ce pays-là, et fort galant homme, qui avait perdu une jambe à la bataille de la Marsaille [Marsaglia, 4 octobre 1693].

Il avait été beau en sa jeunesse, et parfaitement bien fait, comme on le voyait encore, doux, poli et galant. Il était mousquetaire noir, et cette compagnie avait toujours son quartier à Nemours pendant que la cour était à Fontainebleau. Ségur jouait très bien du luth ; il s’ennuyait à Nemours, il fit connaissance avec l’abbesse de la Joie, qui est tout contre, et la charma si bien par les oreilles et par les yeux qu’il lui fit un enfant. Au neuvième mois de la grossesse, madame fut bien en peine que devenir, et ses religieuses la croyaient fort malade. Pour son malheur, elle ne prit pas assez tôt ses mesures, ou se trompa à la justesse de son calcul. Elle partit, dit-elle, pour les eaux, et comme les départs sont toujours difficiles, ce ne put être que tard, et n’alla coucher qu’à Fontainebleau, dans un mauvais cabaret plein de monde, parce que la cour y était alors. Cette couchée lui fut perfide, le mal d’enfant la prit la nuit, elle accoucha. Tout ce qui était dans l’hôtellerie entendit ses cris, on accourut à son secours, beaucoup plus qu’elle n’aurait voulu, chirurgien, sage-femme ; en un mot, elle en but le calice en entier, et le matin ce fut la nouvelle.

Les gens du duc de Saint-Aignan la lui contèrent en l’habillant, et il en trouva l’aventure si plaisante, qu’il en fit une gorge chaude au lever du roi, qui était fort gaillard en ce temps-là, et qui rit beaucoup de madame l’abbesse et de son poupon, que, pour se mieux cacher, elle était venue pondre en pleine hôtellerie au milieu de la cour, et, ce qu’on ne savait pas, à quatre lieues de son abbaye, ce qui fut bientôt mis au net.

Monsieur de Saint-Aignan, revenu chez lui, y trouva la mine de ses gens fort allongée ; ils se faisaient signe les uns aux autres, personne ne disait mot ; à la fin il s’en aperçut, et leur demanda à qui ils en avaient ; l’embarras redoubla ; et enfin, M. de Saint-Aignan voulut savoir de quoi il s’agissait. Un valet de chambre se hasarda de lui dire que cette abbesse dont on lui avait fait un si bon conte était sa fille, et que, depuis qu’il était allé chez le roi, elle avait envoyé chez lui au secours pour la tirer de là où elle était. Qui fut bien penaud ? ce fut le duc qui venait d’apprendre cette histoire au roi et à toute la cour, et qui, après en avoir bien fait rire tout le monde, en allait devenir lui-même le divertissement. Il soutint l’affaire comme il put, fit emporter l’abbesse et son bagage, et, comme le scandale en était public, elle donna sa démission, et a vécu plus de quarante ans depuis, cachée dans un autre couvent. Aussi n’ai-je presque jamais vu Ségur chez M. de Beauvillier, qui pourtant lui faisait politesse comme à tout le monde ».

On trouve dans un ouvrage excessivement savant des informations sur "Mlle de St-Aignan", qui, étant "abbesse de la Joie près de Nemours", aurait selon une certaine Mme Desnoyers, écrit des lettres "à M. de Ségur, surnommé le Beau mousquetaire". Ce qui renforce le soupçon que Saint-Simon est bien informé. L'histoire en devient d'autant plus plausible. Et, comme disent les Italiens : si non è vero, ben trovato.

mardi, 21 mars 2017

RAYONS

008.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

lundi, 20 mars 2017

ÉPITAPHE A L'EMBRASURE

001.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

****************************************

Je ne sais plus si j'ai déjà cité le très court texte qui clôt les Contes et nouvelles en vers de La Fontaine, et j'ai la flemme de vérifier. Ces six petites lignes rimées me sont si plaisantes que je ne résiste pas.

« ÉPITAPHE DE M. DE LA FONTAINE,

faite par lui-même.

 

Jean s'en alla comme il était venu,

Mangeant son fonds après son revenu ;

Croyant le bien chose peu nécessaire.

Quant à son temps, bien sut le dépenser :

Deux parts en fit, dont il soulait passer

L'une à dormir, et l'autre à ne rien faire. »

 

Note : "souler", c'est proprement "avoir l'habitude", "avoir pour agréable".

samedi, 11 mars 2017

PENDANT LES TRAVAUX

Ce qui fut historiquement le premier local de l'association Agend'arts (de l'histoire ancienne : maintenant, ils sont au large). 

AGEND2.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

jeudi, 09 mars 2017

L'ATELIER

002 2.JPG

Photographie Frédéric Chambe.