Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 08 décembre 2019

FAÇON DE REGARDER

photographie

Photo prise quelque part en Bretagne en 1938, tirée d'un album de famille. La plupart des autres photos qu'on y trouve sont, y a pas à tortiller, de qualité "album-de-famille". Je veux dire : pas de quoi se relever la nuit pour la réussite esthétique.

Mais je trouve celle-ci remarquable à tout point de vue.

samedi, 07 décembre 2019

FAÇON DE REGARDER

MON ARCON (temporain) ...

photographie

... OU MON CÔTÉ ZEN ?

vendredi, 06 décembre 2019

FAÇON DE REGARDER

PLAQUE.jpg

La géométrie urbaine contrariée par divers aléas de matière et de texture, mais ainsi impeccablement soulignée.

jeudi, 05 décembre 2019

FAÇON DE REGARDER

photographihe,marmotte

Là, quelque part en Vanoise, nous avions joué à "Un, deux, trois, Soleil" ! Et la marmotte, gentiment et pas trop effarouchée, n'avait pas été trop regardante sur le respect des règles du jeu.

On dirait presque un exercice de peinture, vous ne trouvez pas ?

mercredi, 04 décembre 2019

VENTE AUX ENCHÈRES

J'ai trouvé la photo ci-dessous dans le catalogue de ventes aux enchères d'une maison lyonnaise. Je trouve tout à fait intéressante, malgré la mauvaise qualité du scan, la répartition des lignes et des couleurs. La campagne, la ruralité authentique, ça nous change des superbes objets, meubles et tableaux hors de prix vendus d'habitude, faits pour de grands salons richement décorés. Le mur de pisé, avec son dégradé de bistres, de lumière et de pénombre, entre dans une discrète résonance avec le bleu qui s'accroche encore aux pièces détachées du "tombereau" mis en vente.

TOMBEREAU DE BEACQUE.jpg

Ce vestige d'une agriculture d'un autre temps a été adjugé 100€. Après tout, vu le poids total probable, si l'acquéreur s'en fait du bois de chauffage, ça ne le met pas si cher que ça.

Note : Ce "tombereau" est en réalité un "char" (plus de 5 mètres de long sur un seul essieu). Pour moi, un tombereau, ce n'est pas du tout ça, mais une charrette courte à ridelles pleines qui servait, par exemple, à transporter le fumier jusqu'au lieu d'épandage. Il faudrait informer "l'expert".

TOMBEREAU.jpg

mardi, 03 décembre 2019

FAÇON DE REGARDER

007.JPG

Au cimetière de Francheville (Rhône), autour du 15 novembre, en pensant à P.

dimanche, 01 décembre 2019

LA GUEULE OUVERTE DE GÉBÉ

Dans La Gueule ouverte, à laquelle il a donné quelques pages, Gébé pouvait être un auteur de science-fiction presque pédagogique, quoique catastrophiste. 

***

N°4 1.jpg

N°4 2.jpg

Ça, c'est la dernière page du n°4 de La Gueule ouverte : après le cataclysme, l'humanité s'est réfugiée dans "Les Cavernes d'acier" (cf. Isaac Asimov, l'inventeur des "trois lois de la robotique"). Des voyages "touristiques" sont organisés pour le dépaysement, le plaisir et l'effroi des citadins du futur. Gébé était un vrai militant de la défense de l'environnement.

***

N°2 1.jpg

N°2 2.jpg

Ça, c'est la dernière page du n°2 de La Gueule ouverte. Gébé aime bien construire du "narratif" à partir d'une idée qui nous semble improbable. Ici, sa "pendule rationnelle" pousse le "rationnel" (à la sauce Gébé) dans ses derniers retranchements. Le rationnel en ressort tortillonné à mort, vampirisé, irrespirable.

***

N°5 1.jpg

N°5 2.jpg

Dans la dernière page du n°5 de La Gueule ouverte, Gébé imagine un drôle de printemps : « Voici le printemps, mettez vos masques ». Les deux gars annoncent à leur mère qu'ils "vont au muguet". « Attention à pas vous faire trocuter », se contente de répondre la mère.  Arrivés à l'emplacement supposé du Bois de Chaville, ils creusent à la pioche pour récupérer deux beaux fossiles de muguet. Mais au retour, le deuxième se fait "trocuter". Qu'est-ce qu'on rigole !

***

N°10 1.jpg

N°10 2.jpg

Dans le n°10 de La Gueule ouverte, Gébé imagine le plaidoyer du P.-D. G. d'une entreprise qui a pollué la Garonne (22 tonnes de poissons morts). Le discours est caricaturé, on s'en  doute, mais pas tant que ça, finalement : la mauvaise foi du patron est intacte. Et si la secrétaire fictive, à la fin, annonce au bonhomme que "des gens" viennent pour le pendre, c'est juste Gébé qui rêve. Le nom de Ceyrac est celui du patron du C.N.P.F. (le MEDEF de l'époque).

***

Note : désolé pour la lisibilité des textes dessinés, mais La Gueule ouverte étant imprimée dans un format improbable, j'ai déjà dû m'y prendre à deux fois pour scanner les pages. Faire mieux aurait été trop "gourmand".

samedi, 30 novembre 2019

GÉBÉ : FILMER SA VIE

Pour clore cet hommage à un grand dessinateur assez oublié, voici l'histoire qui a peut-être inspiré Peter Weir pour son film The Truman show. Le titre de la double page est vraiment "Filmer sa vie". Bon, la problématique est très différente : il n'y a aucune duperie dans la BD de Gébé, alors que dans le film, Truman est le dindon d'une farce à l'échelle mondiale, dont tout l'entourage fictif qui lui sert de cadre de vie est complice.

Avec Gébé, l'homme arrive librement à quarante ans, quoique sous l’œil de caméras à la fois très présentes et dessinées comme des fantômes. Un bilan médical s'impose : tout dépendra de ce que dira le docteur. « Vous avez encore quarante ans à vivre. – Quarante et quarante ... Je suis à la moitié de ma vie. Il est temps ».

Le jour où tout bascule, le jour de la dernière image qui sera prise de sa propre vie et où il va s'asseoir pour le restant de ses jours pour voir sur l'écran défiler le film de son existence depuis le moment où il est sorti du ventre de sa mère (se voir naître : quel fantasme ! Voir l'avant-dernière vignette : ce n'est pas cette "photo" que je garde de ma mère). Je regrette presque que Gébé n'ait pas, dans sa petite histoire, placé une caméra dans la salle de projection pour enregistrer le personnage pour immortaliser ses quarante ans de visionnage ininterrompu. Vous vous rendez compte ? Un film qui durerait quatre-vingts ans ! 

Dans le film de Peter Weir, le jour où tout bascule, c'est celui où Truman, après quelques minuscules incidents (un projo qui tombe du faux ciel = du plafond), se met à réfléchir et à se dire que, finalement, s'il rencontre chaque matin au même endroit ce même couple de voisins qui le salue chaque matin de la même manière, ce n'est pas normal.

Et s'il finit par échapper à l'émission de télé-réalité dont il est la vedette, c'est parce qu'il a compris qu'il était l'acteur principal d'un film qui se tournait à son insu, et dont aucun élément n'était "naturel", mais était précisément prévu dans le scénario écrit. Le film reste intéressant, et sa problématique assez juste : notre monde fait d'images, d'écrans où chacun est avide de se médiatiser n'est-il pas devenu le plateau d'une gigantesque émission de télé-réalité ?

L'idée de Gébé est beaucoup plus foutraque et nonsensique. Il ne s'embarrasse pas d'une problématique : il est ailleurs. Mais ça ne l'empêche pas d'anticiper notre présent : les quarante premières années du personnage ne sont rien d'autre qu'un long, très long, interminable "SELFIE" (dont nous lecteurs ne saurons rien d'autre que la première image).

Je recommande particulièrement la dernière vignette : en marge du spectacle de la vie, la vie réelle continue (les machinistes ont-ils le secret de la "vraie vie" qui, comme on sait depuis Rimbaud, est toujours ailleurs ?). 

FSV3.jpg

FSV4.jpg

FSV5.jpg

FSV6.jpg

FSV7.jpg

FSV8.jpg

FSV9.jpg

FSV10.jpg

FSV11.jpg

FSV12.jpg

FSV13.jpg

FSV14.jpg

 

vendredi, 29 novembre 2019

GÉBÉ ET LE RAYON NOIR

Gébé était doté d'une imagination visuelle vertigineuse, phénoménale, torrentielle, capable de formuler graphiquement des idées d'une grande abstraction (en théorie), mais qui constituaient pour lui un questionnement d'ordre vital. Ici, il énumère tout ce qui détourne l'homme de l'essentiel : de la pierre à briquet jusqu'à la théorie de la relativité d'Einstein (cet "esprit cosmique"), tout y passe, les préoccupations banales, les activités ordinaires, les nécessités pratiques, la création artistique, et même le génie scientifique. Gébé est impitoyable.

001.jpg

La phrase qui résume cette introduction est évidemment : « Au terme de la trajectoire est la connaissance absolue ». Et c'est là que commence le mystère. "La connaissance absolue" ? Pour moi, ce qui préoccupe Gébé tout au fond est tout à fait intéressant, voire séduisant, mais constitue une énigme. Vous avez dit "connaissance absolue" ? Qu'entendez-vous par là ? Parce que de mon côté, "par là, j'entends pas grand-chose" (citation). Pour résumer ma position  : fasciné mais perplexe.

002.jpg

C'est indéniable : Gébé a l'art de mettre en images ses obsessions.

Gébé se réfère-t-il à la définition que donne André Breton du surréalisme dans son Premier Manifeste ? « SURRÉALISME, n.m. Automatisme psychique pur par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale ». Cela cadrerait plus ou moins, mais ce serait bien décevant. Certes, historiquement le surréalisme continue à fasciner des tas de gens, mais quelle barbe, cette façon de pontifier et de prétendre légiférer par sentences !

003.jpg

Gébé était-il tenté par tout ce que l'extrême-Orient a construit autour du vide, du mouvement du monde, de l'appartenance au Grand Tout des petites fourmis humaines ? Etait-il Tao ? Etait-il Zen ? Satori ? Nirvana ? Epectase ? Etait-il du côté du Bouddha ? 

004.jpg

Si tout ce que nous pensons, voulons, disons, faisons est pour nous une échappatoire, une dérobade devant l'obstacle, un détour lâche pour éviter d'affronter l'inconnu, franchement, qu'est-ce qui reste ? J'avoue que cette quête de Gébé me fascine (le dessin y est pour beaucoup, c'est sûr), mais je n'arrive pas à la comprendre, et encore moins à la partager. 

005.jpg

Gébé éprouve, et visiblement avec une grande force, une aspiration à l'ascétisme. Son idée de L'An 01 vient probablement de là. Peut-être la vie recluse, la vie monacale l'aurait-elle comblé ? J'en doute un peu : voir les personnages de Michel Houellebecq dans Soumission et Sérotonine.

006.jpg

Dans la liste des "faux buts" figurant ci-dessus sur l'affiche : un thème de roman,  une idée de film, une trouvaille poétique, un thème original de campagne publicitaire, un argument politique de poids, etc.

On trouve sans cesse dans son oeuvre des colères contre l'invasion de la vie humaine par des objets souvent inutiles, et plus généralement par l'univers matériel. On trouve aussi ce constant mouvement de l'esprit en direction du dépouillement.

007.jpg

Qu'est-ce qu'il lui faut, à Gébé ? "Einstein cherchait autre chose". C'est là que je me dis que le père Gébé ne touchait pas terre. En français : il planait. Ce qui est sûr, c'est que peu d'artistes planent avec une telle force.

008.jpg

La double page "Le Rayon noir" figure dans Qu'est-ce que je Fous là ? (Editions du Square, 1976), mais "les forceurs de barrages", quarante ans après, on les attend toujours.

jeudi, 28 novembre 2019

GÉBÉ ET LA PENSÉE SANS POINT D'APPLICATION

La renommée de Cabu n'est pas à faire : elle plane au firmament des dessinateurs de presse, qui rêveraient d'avoir un jour léché le bout de sa bottine, qui devait forcément contenir et répandre un peu du génie de leur possesseur. Son assassinat l'a propulsé bien malgré lui au panthéon des héros définitifs : ceux qui ne peuvent plus rien dire sur eux-mêmes et sur le monde tel qu'il va mal, et qui sont obligés de subir tous les hommages posthumes, du meilleur jusqu'au pire..

La renommée de Reiser, elle, est plus clandestine et peut-être, chez certains, honteuse. Lui c'est le sale gosse qui cultive sur sa fenêtre, dans son bac à fleurs hideuses, un "Gros Dégueulasse" qui montre ses couilles qui pendent sur un slip sale qui bâille, une "Jeanine" qui le vaut bien, puisqu'elle pète, fume des Tampax et ne se fait plus aucune illusion sur les efforts (principalement féminins) pour soigner les apparences. Le goût pour les dessins de Reiser s'affiche avec moins d'évidence que l'adhésion spontanée à ceux de Cabu.

La renommée de Gébé, c'est une autre paire de manche. Il fait figure de glorieux méconnu. Les œuvres de Cabu sont accessibles à tout le monde. Des efforts ont été faits pour publier le travail de dessinateur de presse de Reiser (merci Delfeil de Ton). Pour Gébé, sauf erreur de ma part, c'est makache bono, nib de nib, rien, que dalle. Pourtant, sur le plan graphique (je veux dire "esthétique"), Gébé est, je crois supérieur à Reiser. Cabu, je ne peux pas le comparer : ce sont deux mondes trop différents. Cabu ne perd jamais de vue les vrais décors et les vrais paysages, la société concrète et les personnages de la réalité (voir la frise du Canard enchaîné en pages intérieures). Gébé, au contraire, la déteste, la société concrète. Ses personnages et ses décors sont en général stylisés.

Gébé, c'est Novalis, vous savez, ce "Romantique allemand" qui voyait au sommet de la plus haute montagne la "blaue Blume" qu'il devait consacrer sa vie à aller cueillir. L'abstraction pure. Gébé, c'est la quête effrénée, angoissée, quasi-obsessionnelle de l'ABSOLU. La réalité triviale de la vie ordinaire des millions de gens qui font une population française (mondiale) est tellement à vomir qu'il préfère regarder plus loin, et surtout plus haut. 

1976 QU'EST-CE QUE JE FOUS LA.jpg

Page après page, volume après volume, Gébé enfonce le même clou : qu'est-ce qu'on fout là, tous tant que nous sommes, forcément ensemble et forcément seuls ? En posant cette question, Gébé montre qu'il éprouve avec intensité quelque chose qu'on est obligé d'appeler le sens du tragique. L'exemple qui va suivre, pour illustrer cette idée qui dépasse les dimensions humaines, se sert de la chaise, cet objet quotidien d'une belle banalité, cet outil du repos mérité du travailleur, qui devient pour l'auteur une figure typique de la déviation qui fait manquer le chemin de la Vérité. La chaise, cet objet si pratique, marque de l'ingéniosité humaine, n'est qu'une dérision du possible dont il entrevoit la silhouette au loin. Il y a une vraie inquiétude dans cette préoccupation.

002.jpg

Aujourd'hui donc, une planche tirée de L'An 01 (Editions du Square, 1972). L'auteur raconte à sa façon l'histoire du progrès technique. Selon lui, toute l'ingéniosité, toute l'énergie, toute l'inventivité humaine n'est qu'un pur gaspillage de trésors, au détriment de la seule interrogation qui vaille, la seule question à laquelle il est authentiquement vital de répondre : qu'est-ce que je fous là (Editions du Square, 1976) ?

PLANCHE CHAISE.jpg

Ça commence par Cromagnon, parti pour se reposer après ses activités de plein air : 

1 CROMAGNON.jpg

Gébé ne dénonce ici rien d'autre, dans le progrès technique, que le refus d'un progrès proprement humain. Il y aurait presque, dans ces aspirations au dépassement de toutes les contingences matérielles, dans ces appels à s'élever au-dessus de sa pauvre condition humaine, quelque chose qui ressemble à ce qu'on appelle aujourd'hui le "développement personnel". Je ne suis pas sûr d'adhérer à ce projet (litote).

2 PRIONS.jpg

Ci-dessus, j'aime assez cette idée de la religion comme refus de "penser librement".

3 LA SCIENCE.jpg

Gébé, dans le fond du fond, est un véritable extrémiste, qui va beaucoup plus loin, en matière de négation, que des gens comme Günther Anders ou Philippe Muray. Car pour lui, la question qui remplace toutes les autres et qui les vaut toutes est :

« Qu'est-ce que je fous là ? ».

4 L'ART.jpg

On a reconnu Picasso. Voir ici (21 novembre) le "Tac au tac" où Gotlib met en scène son copain Reiser.

5 PENSEE SANS POINT D'APPLICATION.jpg

Là est le point de l'énigme. Car la question se pose de savoir ce que Gébé entendait par "pensée sans point d'application". "La pensée pour la pensée", n'est-ce pas la même chose que "l'art pour l'art" ? L'idée est séduisante : tout ce que je pense, s'il prend corps dans un objet réel (concret, social ou autre), devient un gâchis. Tant que la pensée reste "pure", elle échappe au dérisoire qui est le destin de toutes les réalités fabriquées par l'homme.

Je me dis que ce "concept" (si c'en est un) ressemble à une déclaration d'amour pour le rêve, la rêverie, voire la rêvasserie. Si toutes les activités humaines ordinaires sont à considérer comme des "diversions", que reste-t-il ? "Le silence éternel des espaces infinis m'effraie" ? A cette assertion pascalienne, la 'pataphysique répond avec pertinence : « Le vacarme intermittent des petits coins me rassure. »

6 PENSEE DIVERSION.jpg

Liste non exhaustive de "diversions" dénoncées par Gébé et présentées comme des voies de garage. Je n'ai aucune compétence en psychanalyse, mais je me dis que Gébé aurait tâté de la psychanalyse lacanienne que je n'en serais pas trop étonné. Vous savez, cette histoire de l' « objet petit a » qui, en tombant, laisse advenir quelque chose de la "vérité du Sujet". Gébé était-il prisonnier de ce fantasme ?

On comprend la raison de l'inactualité du travail de Gébé : il était avant tout un cérébral. Attention, je n'ai pas dit "intellectuel", et encore moins "intello", cette sale race de gens qui font passer la réalité réelle dans la moulinettes des sciences humaines pour la réduire en concepts, notions, idées, chiffres de statistiques. S'il est "cérébral", c'est de façon tellement charnelle, vécue et souffrante que le lecteur le croit proche de lui à pouvoir le toucher.

***

Note : on trouve dans le volume Qu'est-ce que je Fous là ? une amorce de réponse à la question que je me pose au sujet de ce qui préoccupe Gébé : un planche double intitulée Le Rayon noir. Tout y est fait pour aboutir à ce qu'il appelle la "Connaissance Absolue". J'y reviendrai peut-être.

mercredi, 27 novembre 2019

L’IDÉALISME DE GÉBÉ

Il s'appelait Georges Blondeaux.

FOU PLANCHE.jpg

La planche est tirée de Il est Fou, Editions du Square, 1971 : en apparence, le petit bureaucrate passif et anesthésié est un modèle de soumission à son supérieur, à sa hiérarchie, au système. Mais il suffit que Gébé braque son microscope sur ce qui se passe à l'intérieur de ce travailleur modèle pour que l'eau dormante se transforme en geyser brûlant. Le petit employé de bureau se transforme alors en une furie au potentiel révolutionnaire. Heureusement, l'éruption n'est que velléitaire et le volcan qui menaçait de tout détruire retrouve rapidement le sommeil.

FOU2.jpg

FOU3.jpg

FOU4 1.jpg

FOU4 2.jpg

Tout est dans le « Il suffirait que ... ». Gébé était un idéaliste inguérissable. En 1971, il n'avait pas encore imaginé L'An 01, cette rêverie adolescente où se manifeste le fantasme enfantin de la toute-puissance. L'An 01 aujourd'hui apparaît pour ce qu'il était déjà à l'époque : une rêverie niaise, vaine et sans conséquence. Le pire, c'est que pas mal de gens, à l'époque se sont laissé bercer par ce qui n'était, à tout prendre, qu'une fable intéressante, un conte de fées. Mai 1968 n'était pas loin : « Il est interdit d'interdire. », et autres fadaises attestant l'immaturité de leurs auteurs.

Un enfantillage en tout point semblable à ce qu'on trouve dans une BD directement destinée cette fois aux enfants : Benoît Brisefer, le petit garçon inventé par Peyo, l'auteur des Schtroumpfs, doué d'une force herculéenne (sauf quand il a le rhume), dans l'épisode (n°1, Dupuis, 1962) des Taxis rouges. A cause des méchants, il débarque dans une île où un ex-directeur de banque a trouvé le "paradis terrestre". Suit l'énumération par celui-ci de tous les inconvénients de la vie ordinaire dont il est désormais débarrassé. La liste des plaintes du petit bureaucrate de Gébé n'en diffère pas de grand-chose.

LES TAXIS ROUGES.jpg

FOU4 3.jpg

Sans doute Gébé ne prenait-il pas à ce point ses désirs pour des réalités, mais ce qui est sûr, c'est que la réalité telle que les gens la vivent en temps ordinaire était pour lui, en soi, une blessure terrible. Il était habité, que dis-je, il était hanté par l'idée de tous les possibles auxquels on renonce dans la vie ordinaire. Il était sincèrement révolté et humilié par la résignation morale et l'avachissement intellectuel qu'il observait chez des populations qui consentent massivement au pauvre sort qui leur est fait par le système.

Et ce dessinateur hors pair était en mesure de donner à sa cruelle insatisfaction existentielle une visibilité d'une grande force : son trait puissant, pictural et impeccable va à l'essentiel. Gébé savait insuffler à ses rêves un "effet de réel" saisissant. Ils prenaient corps avec une intensité telle qu'ils étaient capables d'amener le lecteur à croire en leur concrétisation prochaine. Il va de soi que le mirage s'évanouit au moment où l'on croit le toucher.

FOU5.jpg

FOU6.jpg

Le récit d'une aspiration profonde, d'une frustration, et finalement d'une résignation.

Mais l'idée de L'An 01 est déjà en germe. 

mardi, 26 novembre 2019

FAÇON DE REGARDER

001 1.JPG

lundi, 25 novembre 2019

FAÇON DE REGARDER

003 1.JPG

dimanche, 24 novembre 2019

UN POISON EST UN POISON

LA SCANDALEUSE, L'INSUPPORTABLE CHARGE DE LA CHARGE DE LA PREUVE : UN POISON EST UN POISON.

Un des trucs les plus ahurissants, dans les « questions de société » tournant autour des problèmes d’environnement, est la sommation qui est faite aux défenseurs de l’environnement d’apporter la preuve juridique, donc la preuve scientifique, que c’est bien LE produit qu’ils incriminent qui est à l’origine de la grave maladie qui touche le technicien agricole qui a été payé pour le répandre.

En toute logique un peu humaniste, on attendrait plutôt que ce soit à l'inventeur de substances chimiques potentiellement dangereuses que devrait incomber l'obligation d'apporter la preuve scientifique (j'insiste : scientifique) que son produit n'a pas d'effets indésirables en dehors de son action sur la "cible" visée, en particulier qu'il ne représente pas une nuisance pour le reste de l'environnement ou une menace pour la santé des humains.

La logique et le simple bon sens, avant toute recherche de causalité entre un produit donné et une maladie contractée à son contact, commanderaient qu'on exige du producteur de chimie une preuve d'innocuité de son produit pour tout ce qui n'est pas la cible visée. Il faut imposer la charge de la charge (si si !) de la preuve à l'auteur du mal, selon le principe "pollueur-payeur". Oui, je sais, dire ça, c'est rêver tout debout.

Car j'ai tout faux : dans notre système où tout est fait pour favoriser le développement industriel, c'est à la victime potentielle ou éventuelle du produit mis sur le marché de prouver scientifiquement la nocivité de celui-ci et le lien de cause à effet qui existe entre celui-ci et la maladie dont il souffre. Un vrai scandale. Cette logique soi-disant juridique, c’est le comble du cynisme, de la perversion intellectuelle et de la mauvaise foi : celui qui fabrique le poison sait que c’est un poison.

Alors bien sûr, il vous affirme que, attention, c’est un bon poison, tout à fait capable d’éviter au cultivateur de courber l’échine pour arracher les mauvaises herbes ou de monter la garde devant ses champs le fusil à la main pour en interdire l’accès aux insectes ravageurs. Moi je dis : un poison est un poison.

On aura beau enrober la réalité de toutes les chamarrures les plus rutilantes, je reste accroché à ce truisme comme un morpion à son poil : un poison est un poison. Quoi, me réplique le chimiste, mais vous n’avez rien compris : ce n’est pas un poison destiné à exterminer les humains. Merci bien, que je lui rétorque, mais pouvez-vous fournir la preuve qu’il tue ce qu’il doit tuer à l’exclusion de tout autre être vivant ? Vous avez peut-être entendu parler de Marie-Monique Robin, qui a écrit Notre Poison quotidien (La Découverte-Arte éditions, 2011-2013). Voici ce qu’elle affirme : « Les pesticides ratent largement leur cible, mais n’épargnent pas l’homme » (p.113).

ROBIN MARIE MONIQUE NOTRE POISON QUOTIDIEN.jpg

Le livre de Marie-Monique Robin vous dit tout.

Alors là, le chimiste est un peu embêté pour répondre : il faut savoir ce qu’on veut. Vous voulez nourrir les humains ? C’est que le chimiste sait ce qu’il a fabriqué : il n’a aucune envie qu’on lui rappelle le chaudron du diable d’où sont sortis tous ces charmants produits qu’on regroupe aujourd’hui sous le nom de « pesticides ». Ce que le chimiste n’aime pas trop qu’on rappelle, c’est que toutes ses belles inventions « agricoles » proviennent d’une seule et même matrice : les gaz de combat.

Et il faut rendre à César, je veux dire à Fritz Haber, la paternité de ces petits joyaux qui ont vu le jour au cours de la guerre de 1914-1918 : « Le 22 avril 1915, l’armée allemande lâche 146 tonnes de gaz à Ypres (Belgique) sous la direction du scientifique, qui n’hésite pas à se déplacer sur le front pour superviser les attaques chimiques. C’est lui qui a organisé l’installation secrète des 5.000 fûts de chlore, sur une distance de six kilomètres, et ordonné qu’on ouvre les robinets, à 5 heures du matin. » (Marie-Monique Robin, p.37). C’était pousser bien loin le patriotisme et la conscience professionnelle.

Non content d’avoir procuré aux militaires allemands de quoi éliminer sans effort leurs ennemis, il a théorisé l’action de ces substances, en établissant une équation, connue sous le nom de « loi de Haber » : « Pour chaque gaz de combat, la quantité C présente dans un mètre cube d’air est exprimée en milligrammes et multipliée par le temps T exprimé en minutes qui est nécessaire pour obtenir un effet létal sur l’animal expérimental inhalant cet air. Plus le produit C x T est petit, plus la toxicité du gaz de combat est grande » (id., p.39).

A noter que l’académie Nobel n’hésite pas à remettre en 1920 son prix de chimie à Fritz Haber, au titre de l’année 1918 « pour la synthèse de l’ammoniac à partir de ses éléments », ce qui suscite, selon M.-M. Robin, un « tollé dans la communauté scientifique internationale », outrée de voir récompensé un criminel de guerre.

Quoi qu’il en soit, le monsieur reste connu pour avoir, après la guerre, voué son énergie à venir en aide aux pauvres cultivateurs, confrontés à des ennemis implacables dans leur effort de production d’aliments pour les vivants : les herbes folles et les insectes ravageurs. Le sinistre Zyklon B lui-même est au départ un insecticide (breveté par Walter Heerdt, ancien collaborateur de Haber).

Pour retracer l’historique de la façon dont l’industrie chimique a imposé sa marque de fabrique à toute l’agriculture, je renvoie au livre absolument indispensable de Marie-Monique Robin. Je ne veux retenir ici que deux points : 1 – l’origine des pesticides agricoles est à chercher dans les gaz de combat inventés par l’industrie chimique allemande à partir de 1914 ; 2 – les pesticides agricoles ont été inventés à la base par un CRIMINEL DE GUERRE. Il faudrait que cela soit inscrit sur tous les bidons des saloperies que les agriculteurs actuels, de gré ou de force, répandent sur leurs cultures : CECI EST UN GAZ DE COMBAT INVENTÉ PAR UN CRIMINEL (vous verriez le succès sur les bidons de glyphosate).

La question suivante concerne les modalités d’arrivée dans les circuits commerciaux de ces substances dont tout le monde sait qu’elles sont faites pour tuer, en général de façon indiscriminée. Parce qu’il en faut, théoriquement, des autorisations officielles, pour mettre sur le marché des produits destinés à tuer. C’est sûr que la machine industrielle de la chimie dispose d’outils de persuasion sur les autorités politiques et administratives avec lesquels les sciences médicales ne sont pas en mesure de rivaliser. D’abord il faut du fric pour mener des études sérieuses et incontestables. Ensuite, il faut avoir laissé au temps le temps de produire ses effets sur les organismes vivants pour qu'on puisse éventuellement les mesurer. Enfin, il faut que quelqu'un ait eu l'envie, l'énergie et les appuis nécessaires pour s'engager dans la voie pénale s'il estime avoir été physiquement lésé.

De leur côté, les autorités politiques et administratives ne s’opposeront jamais à des innovations présentées comme apportant un progrès décisif dans les moyens de nourrir des masses de plus en plus massives de populations. D’une part, elles voient ce qu'elles considèrent peut-être comme l’intérêt général, de l’autre elles supputent les atouts nationaux dans la grande compétition économique internationale, où il serait stupide de se priver de cartes maîtresses. Elles se répètent peut-être ce vieux dicton : « Un petit mal pour un grand bien ». C’est pour ces deux raisons que les autorités autorisent.

Il y a, je crois, une dizaine d’années, on a parlé au sein des instances européennes de régulation d’un projet qui portait le doux nom de REACH. L’affaire consistait à établir une « carte d’identité » pour chacune des cent mille (100.000) molécules chimiques qu’on peut trouver sur le marché, histoire de mettre un peu d’ordre dans le merdier, je veux dire de classer les molécules en fonction de leur innocuité ou de leur nocivité sur la qualité de l’environnement et sur la santé humaine.

L’intention était belle et bonne : on allait enfin y voir un peu clair et savoir à quoi s’en tenir ! On allait enfin pouvoir se fier à une grille d'évaluation de l'efficacité de toutes ces molécules en libre circulation, à commencer par leur toxicité et leur éventuelle nocivité en dehors du cercle prescrit de leurs applications. Résultat de l'accouchement de la montagne promise : un souriceau malingre.

C’est là qu’intervient la puissance de feu de l’industrie chimique, en matière d’influence et d’entrisme dans les circuits administratifs et politiques européens qui mènent à la décision : interdire ou autoriser ? Et c’est là que la lâcheté des circuits administratifs et politiques va se donner libre cours : c’est vrai qu’il faut penser à la bonne santé des populations qui nous ont élus ("nous ne pensons qu'à ça"), mais d’un autre côté, si l’industrie est en bonne santé et si les affaires marchent, c’est aussi bon pour notre pays, serinent-ils la main sur le cœur.

Alors ? C'est ce qu’on appelle un « dilemme ». D’autant que les industriels ne manquent pas d’ « arguments » sonnants et trébuchants (ça dépend du niveau de responsabilité : « Une petite salle des fêtes ? », « Un terrain de sport ? », etc., difficile de refuser : c’est pour vos électeurs, donc tout bénef pour vous).

Ensuite ? C’est le problème de tous les vendeurs au porte-à-porte : savoir se présenter, trouver les mots, persuader. En français : habiller la chose réelle d’un costume impeccable pour la rendre présentable. Et si ça ne suffit pas, un chouïa d’intimidation, un doigt de chantage, un zeste de manœuvres en coulisse, et le tour est joué.

En l’occurrence, l’argument-massue consiste en une formule imparable et bien connue du temps du Général : moi ou le chaos ! Les paysans français le clament à tous les vents : sans glyphosate, on court à la catastrophe ! Et dans les circuits administratifs et politiques, en France et en Europe, ça marche ! Il n'est pas impossible que ce soit vrai, mais tout est dans la conception générale de l'agriculture (à taille industrielle ou humaine ?) et dans l'idée que l'on se fait de l'alimentation humaine.

A la fin des fins, qu’est-ce qui reste ? La réponse est brutale et sans ambiguïté : il reste les poisons. IL RESTE LES POISONS. La chose fait d'ailleurs les titres régulièrement dans les bulletins d'information : dernièrement, on a vu que 100% des volontaires ayant participé à une étude ont des urines parfumées au glyphosate (et qu'en est-il dans les cheveux ? Dans le sang ? Dans les glandes ? Dans l'intestin ? etc.).

Tout le travail de l’agriculture industrielle et de la chimie qui l’alimente consiste en ceci : faire admettre à la « société » un empoisonnement général, au prétexte que les doses sont infinitésimales. Autrement dit, il faut que les populations acceptent de se laisser empoisonner à petites doses si elles veulent continuer à manger.  Tout le reste est littérature. Aucune civilisation avant la nôtre n'avait autant, je crois, fondé son existence sur la consommation universelle de poisons. Notre civilisation a innové en inventant l'empoisonnement général consenti

Car pour les autorités et les industriels de la chimie, y a un « seuil d’admissibilité psychologique ». Les populations y étaient déjà prêtes, shootées à toutes sortes d'objets, de produits concrets et virtuels et de substances plus ou moins volatiles. Sachant cela, le concept a été vendu (efficacement) par l’industrie chimique aux responsables administratifs et aux décideurs politiques sous l’appellation flatteuse de « Dose Journalière Acceptable » (ou D.J.A. : les curieux peuvent trouver la preuve de l’imposture en lisant le chapitre 12 de Notre Poison quotidien de Marie-Monique Robin, pp.235-259). Mais les vigilants ont beau dire ça aux populations, celles-ci s'en foutent : il leur faut leur dose journalière (D.J.A.) de poison. Ce n'est pas pour rien qu'une nouvelle discipline a pris de l'ampleur au point que le mot s'est banalisé : l'addictologie (cannabis, casino, jeux vidéo, alcool, etc.).

Extension floue du dogme bien commode hérité de Paracelse « Seule la dose fait le poison », la D.J.A. a le gros défaut de faire abstraction de trois facteurs que les chimistes trouvent bien embêtants et qu’ils s’efforcent de glisser sous le tapis : 1 – l’action des très faibles doses (par exemple du Bisphénol A : M.-M. Robin, chapitre 18) ; 2 – le moment et la durée de l’exposition (femmes enceintes, techniciens agricoles, …) ; 3 – les interactions entre substances, dont la seule étude serait en soi un casse-tête méthodologique pour les scientifiques (on appelle aussi ces interactions « l’effet cocktail »).

Moralité : non seulement les industriels font tout pour mentir (minimiser et déguiser les risques qu’ils font courir à la santé des gens), mais en plus, ils gardent le silence le plus religieux sur les « menus détails » qui constituent autant de trous dans le tissu de la connaissance scientifique. Et ce sont ces imposteurs, appuyés en cela avec enthousiasme ou résignation par tous les responsables et décideurs, qui exigent de leurs accusateurs qu’ils fournissent une preuve irréfutable du lien de causalité entre leur produit et le cancer apparu vingt ans après chez le technicien agricole qui l’a consciencieusement répandu pendant toute la durée.

J’en conclus, avec maintenant pas mal de gens, qu’il y a dans cette façon de procéder quelque chose qui s'apparente au crime contre l’humanité. Mais un crime contre l'humanité commis avec le consentement des victimes.

Il faut trouver le moyen de criminaliser l'empoisonnement des sols et des populations par une industrie chimique innocentée avant tout examen de sa responsabilité. Un beau procès de Nuremberg en perspective. Dans combien de siècles ? Et combien d'accusés ?

Voilà ce que je dis, moi.

vendredi, 22 novembre 2019

LES ANNÉES REISER

Pour mettre un terme à ce modeste hommage à un grand dessinateur de presse, voici les couvertures des neuf volumes publiés par Albin Michel et présentés par l'irréprochable D.D.T. (Delfeil de Ton).

1 LES ANNEES REISER 1974.jpg

1 LES ANNEES REISER 1975.jpg

1 LES ANNEES REISER 1976.jpg

1 LES ANNEES REISER 1977.jpg

1 LES ANNEES REISER 1978 1.jpg

1 LES ANNEES REISER 1979.jpg

1 LES ANNEES REISER 1980.jpg

1 LES ANNEES REISER 1981.jpg

1 LES ANNEES REISER 1982-1983.jpg

Inutile, sans doute, en ces temps de "société de vigilance", de recommander aux gens avertis la lecture de ces volumes. Mais peut-être pas si inutile que ça en fin de compte : à chaque page, Reiser, en maître des lieux rigolard et terriblement acéré, donne à tous les policiers de la pensée (une espèce qui prolifère) et à tous les gendarmes de l'expression (un genre de plus en plus invasif) une formidable leçon de

LIBERTÉ.

jeudi, 21 novembre 2019

REISER VU PAR GOTLIB

Jean Frapat, un illustre inconnu aujourd'hui, eut l'excellente idée, au tout début des années 1970, de produire une émission de télévision absolument marrante et originale, « qui n'eut jamais d'exemple et n'aura pas d'imitateur » (Rousseau, début des Confessions) : ça s'appelait "Tac au tac".

L'idée était de réunir un quadrille de "dessinateurs humoristes" et de les faire agir, réagir et interagir en direct sur les idées graphiques de l'un ou de l'autre. Le résultat devait être un dessin collectif, création hautement improbable née des "pièges" successifs tendus par les uns et des "solutions" consécutives inventées par les autres pour en sortir.

J'avais donné ici, le 6 janvier 2014, une idée de ce que ça pouvait donner en matière d'allégresse graphique chez des dessinateurs à l'invention débridée. Les invités s'appelaient – excusez du peu – Roba, Peyo, Franquin et Morris : devant la planche à dessin, vous aviez Boule et Bill, les Schtroumps, Spirou-Fantasio-Gaston et Lucky Luke !!!! Ce jour-là, le résultat dépassait toutes les espérances. Ci-dessous le dessin final.

tac au tac.jpg

Juste pour donner une idée : le point de départ est un fer à cheval. Bon courage à ceux qui entreprendraient de s'y retrouver dans l'enchevêtrement, et de reconstituer, avec la succession des "pièges" et des "solutions", le cheminement des quatre mousquetaires du dessin (Roba, Peyo, Franquin, Morris). J'aurais voulu voir (et entendre) l'ambiance qui régnait sur le plateau. On trouve ce dessin dans le bouquin (très mal fabriqué et siglé ORTF) que Frapat a tiré de toutes ses émissions (Balland, 1973).

bande dessinée,gotlib,la rubrique-à-brac,reiser,bernard buffet,salvador dali,pablo picasso,art contemporain,émission tac au tac,télévision française,jean frapat,ortf

Gotlib a un jour voulu rendre hommage à Reiser (La Rubrique-à-brac, l'intégrale, Dargaud, 2002, pp.316-317 et "Tome 4", Dargaud, 1973). Histoire de se marrer un bon coup, il place cet anarchiste du dessin dans la situation (trop "civilisée" pour lui) de l'émission de Jean Frapat.

Mais le fripon fait semblant d'inviter, pour lui tenir compagnie (et la dragée haute), trois collègues alors très peu connus pour être d'éminents  "dessinateurs humoristes" : Pablo Picasso, Bernard Buffet et Salvador Dali.

Pour aller vite : Picasso, l'Attila du vingtième siècle qui a dévoré tous les styles croisés sur sa route. Buffet, l'esthète qui surligne à la règle tous les contours de ses figures. Dali, perfectionniste de la forme, vite devenu (1935) le marchand de lui-même.

1 DESSINATEURS HUMORISTES.jpg

Je ne résumerai pas la double page : les trois grands sont finalement présentés comme ce qu'ils sont : des copains dans la cour de récréation qui finissent par se foutre sur la gueule, après avoir méthodiquement élaboré dans la joie apparente leur "cadavre exquis" (jeu surréaliste : « Le cadavre exquis boira le vin nouveau »).

Seul, au-dessus de cette mêlée misérable, Reiser, impassible, attend son heure, se lève enfin, se précipite sur la table à dessin, y crache son art d'un trait et s'en retourne. Tout est dit.

2 CONCERTATION.jpg

Noter l'échange de regards pleins d'aménité entre Dali et Reiser. Noter aussi la présence d'une bouteille "non identifiée", de trois verres pleins avec des glaçons et de plusieurs petites fioles dont on se demande un peu ...

6 REISER SE CURE LA NARINE.jpg

En attendant le moment d'intervenir, le distingué Reiser s'introduit l'auriculaire dans la narine pour un petit curage.

7 REISER SE LEVE.jpg

Il se lève.

8 REISER DESSINE.jpg

Il dessine.

9 REISER REGAGNE SA PLACE.jpg

Il regagne sa place sans se préoccuper du reste.

10 LE RESULTAT.jpg

Le "dessin" final.

Tout le monde a compris le message.

016.jpg

bande dessinée,gotlib,la rubrique-à-brac,reiser,bernard buffet,salvador dali,pablo picasso,art contemporain,émission tac au tac,télévision française,jean frapat,ortf

mercredi, 20 novembre 2019

REISER ET LES GRANDS SUJETS

LE CHÔMAGE

1974 CHÔMAGE ET VIE CHERE.jpg

***

LE DEFICIT DE LA SECU

 

bande dessinée,reiser,charlie hebdo,les années reiser albin michel

***

LE RACISME

1974 RACISTE COURAGEUX.jpg

***

LES BÉBÉS PHOQUES

1976 BB ACCOUCHE D'UN PHOQUE.jpg

***

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

1974 MANIF SOLAIRE.jpg

***

LA PORNOGRAPHIE

1975 BITES TRISTES.jpg

***

LE FÉMINISME

bande dessinée,reiser

***

LA POLITIQUE

1974 GAUCHE DROITE.jpg

On dirait Sarkozy, non ? Non : c'était en 1974.

***

LA RELIGION

bande dessinée,reiser,charlie hebdo,les années reiser albin michel

***

LES CHAMBRES A GAZ

1979 PETER CHAMBRE A GAZ.jpg

ETC.

ETC.

ETC.

***

Reiser est mort en 1983, à l'âge de quarante-deux ans.

Ça, c'était un vrai dessinateur de presse, et pas un vulgaire Plantu. 

Reiser est impossible aujourd'hui : à combien de procès intentés par toutes sortes de chiens de garde aurait-il à faire face ?

mardi, 19 novembre 2019

REISER : VARIATIONS SUR UN THÈME

Pas besoin de commentaires.

***

bande dessinée,reiser,humour,delfeil de ton,charlie hebdo,hara kiri hebdo

Dans "Les Années Reiser", 1975.

***

1976 12 02 N°316.jpg

Couverture du 2 décembre 1976.

***

1976 02 05.jpg

Dessin de couverture Charlie Hebdo, 5 février 1976.

Le titre : "Viol : sachez vous défendre !"

***

1976 VIVEMENT LA QUILLE.jpg

Dans "Les Années Reiser", 1976 (éditions Albin Michel, 1996, merci Delfeil de Ton).

***

1977 CRECHE VIVANTE.jpg

Dans "Les Années Reiser", 1977.

***

1977 JESUS GROSSE BITE.jpg

Idem.

***

1978 BÊTE IMMONDE.jpg

Dans "Les Années Reiser", 1978.

***

1978 TRUCS.jpg

Idem.

***

bande dessinée,reiser,humour,delfeil de ton,charlie hebdo,hara kiri hebdo

Dans "Les Années Reiser", 1980.

***

bande dessinée,reiser,humour,delfeil de ton,charlie hebdo,hara kiri hebdo

Dans "Les Années Reiser", 1981.

***

Note : Les Années Reiser (1974 à 1982-83), collection de neuf volumes regroupant les "dessins d'actualité" de Jean-Marc Reiser, ont été publiées aux éditions Albin Michel de 1994 à 2001. Chaque volume est présenté par l'impeccable Delfeil De Ton (D.D.T). En dehors d'être l'homme qui a giflé Cabu lors des magouilles du deuxième Charlie Hebdo (voir Mohicans, de Denis Robert, Julliard, 2015, et mon billet du 26 janvier 2016), D.D.T. a écrit Ma Véritable histoire d'Hara Kiri Hebdo (Les Cahiers dessinés, 2016) : chouette bouquin. 

lundi, 18 novembre 2019

L'ARCON, MAFIA DE BAC A SABLE

VAUTIER BEN.jpg

Le trop connu Ben Vautier.

L'Arcon, c'est les sales gosses qui font la loi, exactement comme ce qui se passe dans tous les territoires où circule la drogue. Il se passe dans le domaine de l'art, dans la société actuelle, un phénomène qu'on pourrait rapprocher de ce qui se passe dans certaines banlieues pourries,

BARRE MARTIN.jpg

Le minimalisme zen de Martin Barré, qui porte bien son nom.

où ce sont les jeunes générations qui imposent leur loi aux plus âgés, je veux dire aux gens normaux, parce que c'est leur commerce illicite qui est le principe organisateur des forces actives des lieux,

FONTANA LUCIO.jpg

Une fente (parmi d'autres) de Lucio Fontana.

et qu'il vaut mieux pour les braves gens ne pas mettre de bâtons dans les roues à tous ceux qui participent à la « chaîne de valeur » (comme disent les distingués économistes).

CURLET FRANCOIS ART CON SPAGHETTI.jpg

Art conceptuel spaghetti.

François Curlet.

Les rôles sont distribués un peu de la même manière, du cerveau qui finance (quelle différence entre le mécène et le "parrain" ?) et qu'on ne voit jamais, jusqu'aux petites mains en bout de chaîne (quelle différence entre le critique d'art et le dealer ?). La différence de l'Arcon avec les produits illicites qui empuantissent l'esprit de ceux qui s'y adonnent et garnissent les poches des commanditaires,

MANZONI MERDA.jpg

Mai 1961, l'indémodable Merda d'artista (Artist's shit, il paraît que l'hermétisme du métal des boîtes ainsi confectionnées souffre du passage des ans : dans quel état sont-elles aujourd'hui ?).

Piero Manzoni.

c'est que le commerce de l'art contemporain est tout à fait autorisé, voire encouragé par toutes les autorités administratives au nom de la "culture", et très bien vu de toutes les élites les plus cultivées, qui se précipitent en grande tenue aux vernissages pour s'y faire photographier.

MCCARTHY PAUL.jpg

Autre merde d'artiste, obtenue cette fois par gonflette.

Paul McCarthy (qui avait fait un truc dans le même genre, en vert, sur la place Vendôme à Paris).

Une autre différence est que, dans les deux milieux, la terreur qui règne parmi tous ceux qui ne sont pas, à un titre ou à un autre, inscrits dans le cercle des bénéficiaires et des parts de marché ne s'exerce pas de la même manière : dans les milieux de la drogue, on le voit régulièrement dans les journaux, les affaires se règlent brutalement à coups de plomb ou autre.

BEUYS PAPIER.jpg

Un tas de papiers froissés du Suisse Joseph Beuys, le pape d'une tendance d'art dont j'ai heureusement oublié l'appellation.

Dans les milieux de l'art, cela se passe de façon beaucoup plus feutrée, on dira plus "civilisée" : d'un côté la secte des thuriféraires, qui a ses entrées dans toutes les officines médiatiques sans cesse à l'affût de l'événement ;

MAUGER VINCENT.jpg

La corbeille à papiers de Vincent Mauger.

de l'autre, l'immensité des plèbes ignares qui ne comprendront jamais rien, et qu'on laisse d'un air dédaigneux patauger dans la grossièreté de leur esprit épais. L'élite n'a rien à voir avec le vulgaire.

TSYKALOV DIMITRI.jpg

Une des pastèques sculptées de Dimitri Tsykalov, animateur d'activités périscolaires en milieu éducatif.

A noter qu'au sein de celle-là, il n'est pas si rare d'assister à des flingages en règle entre coteries concurrentes : l'écurie Damien Hirst n'a rien à voir avec la bande à Jeff Koons, même si leurs guéguerre ne laisse jamais de morts sur le terrain.

BOLTANSKI CHRISTIAN TAKE ME.jpg

Take me.

La friperie de Christian Boltanski : on n'apportait pas son manger, mais on pouvait partir habillé (si l'on peut dire).

Finalement, Reiser n'a pas si tort que ça de parler d' « Art rigolo » (voir hier, ici même), car ce qui se passe entre bandes rivales de malfrats qui se disputent des "territoires" fait des dégâts concrets infiniment pires que le spectacle dérisoire de gens qui se prennent pour le dessus du panier.

RAYNAUD JEAN-PIERRE.jpg

L'univers "salle de bains" de Jean-Pierre Raynaud.

Dans les milieux de l'art contemporain, qu'on se le dise, c'est toujours

POUR DE RIRE.

***

Note : la sélection ci-dessus est d'un arbitraire absolu et assumé. J'ai bien dit "sélection". J'ai bien dit "arbitraire". J'ai bien dit "assumé".

dimanche, 17 novembre 2019

REISER ET L'ARCON

En 1977, Reiser publiait (sans doute dans Charlie Hebdo) une grosse page de dessins pour rendre compte de sa visite à la dixième Biennale de Paris. Pour lui, les œuvres présentées ne relevaient pas de ce que j'ai appelé "l'Arcon (temporain)", mais de

1.jpg,

ce qui révèle l'attitude du bonhomme face à beaucoup d' "inventions" de la "modernité" triomphante, dans lesquelles il ne voyait que des concrétisations grandioses et minables de la BÊTISE.

2.jpg

3.jpg

4.jpg

Je me rappelle, au cours de la visite d'une ancienne Biennale d'Art à Lyon (Halle Tony Garnier), avoir vu une petite collection de sacs en plastique transparent cloués à une planche verticale : dans chacun des sacs flottait un petit poisson anciennement vivant, et ça puait, et ça puait (il faisait très chaud). Des histoires comme ça, je pourrais en raconter des tonnes, étant donné le nombre de ces expositions visitées dans une vie antérieure.

008.jpg

Vignette ci-dessus : ce ne sont pas seulement les "bourgeois" qui viennent "phosphorer" devant leurs œuvres, mais également les critiques d'art patentés, payés pour étaler dans des revues faisant autorité (Art press, bien sûr) des morceaux de prose extraordinaires de comique (involontaire ?) à force de cérébralité abstruse et de créativité non-sensique (j'ai conservé quelques témoignages de proses particulièrement "intéressantes"). J'ajoute qu'à mon avis, les "artistes" se fendent moins la gueule qu'ils ne se prennent très au sérieux. Ils attendent fiévreusement, en réalité, qu'un intellectuel reconnu vienne plaquer sur leur "travail" l'estampille "philosophique" qui le validera.

Est-ce bien de l'art "rigolo" ? On a le droit de ne pas être aussi indulgent. Son spectateur a bien l'air rigolard, mais ceux qui se marrent à se secouer la bedaine, y compris sous son crayon, ce sont les "artistes" eux-mêmes (pardon, il faut dire "artistes-plasticiens" : où va se nicher la prétention ?). La réaction de Reiser est celle – qu'on me pardonne cet archaïsme indigne – du bon sens populaire.

Elle me fait immanquablement penser à celle de Libellule (ci-dessous), personnage de BD (Maurice Tillieux), dans Popaïne et vieux tableaux. Ce gars dont la culture est des plus rudimentaire essaie d'apprendre vite fait sur le gaz, en prévision de l'opération prévue pour le soir, comment il convient de parler d'art contemporain.

reiser,bande dessinée,charlie hebdo,humour,art contemporain,arcon,mac lyon,biennale d'art contemporain lyon,lyon halle tony garnier

Autre personnage d'artiste contemporain imaginé par Maurice Tillieux (dans Carats en vrac) : son atelier sur les toits de Paris vient d'être traversé par la R8 Gordini des bandits en fuite.

reiser,bande dessinée,charlie hebdo,humour,art contemporain,arcon,mac lyon,biennale d'art contemporain lyon,lyon halle tony garnier

Dans mon billet du 19 juillet dernier, je faisais état d'une Chronique de La Montagne où Alexandre Vialatte renvoyait la musique contemporaine qu'il avait sans doute entendue peu avant à l'incompressible catégorie des BRUITS.

Reiser de son côté, renvoie les bousilleurs de l'art à une autre catégorie, beaucoup plus vaste et indéfinie, la catégorie dont le centre est partout et la circonférence nulle part, je veux dire celle du "N'IMPORTE QUOI". C'est très bien vu et tout aussi pertinent. 

Je m'en tiens pour ma part à ma catégorie de "l'Arcon" qui, selon moi, apporte une précision au concept de "n'importe quoi", tout en rejoignant les intentions de Reiser : les tâcherons et besogneux de "l'art contemporains" sont avant tout des militants du FOUTAGE DE GUEULE.

Je l'ai déjà dit ici (j'ai la flemme de chercher, mais c'est à de multiples reprises, ça finit par être fatigant) : chez les tenants victorieux de l'art contemporain (je veux dire les imposteurs qui ont les faveurs des milliardaires : "n'importe quoi pourvu que ça rapporte"), ce qui compte le plus, ce n'est pas la valeur proprement artistique de l'œuvre produite, ce n'est pas l'effet sur la sensibilité des spectateurs, c'est l'IDÉE qui sous-tend cette œuvre, c'est la théorie qui lui sert de soubassement, c'est le terreau conceptuel qui lui sert de nutriment, c'est la substance intellectuelle qui l'enrobe, et qui finit par l'introduire dans le paysage des gens ordinaires, auxquels ils s'impose (en rhétorique, on appelait ça l'argument d'autorité). Reiser lui-même le dit.

LA TECHNIQUE ET L'IDEE.jpg

« Depuis ces individus, il ne s'agit plus de se rendre maître d'une technique mise au service de visions personnelles, il s'agit d'avoir des idées vendables. » C'est ce que j'écrivais ici le 19 juillet 2019 à propos de "musique contemporaine".

Ce qu'écrit ci-dessus Reiser pour se marrer (quoique), ce n'est ni plus ni moins que la théorie formulée avec le plus grand sérieux, au début du vingtième siècle, par Marcel Duchamp, devenu le pape, l'ancêtre, l'inspirateur de tout ce qui s'est fait plus tard en matière d'art contemporain. Plus besoin de se donner un mal de chien pour apprendre à maîtriser des outils techniques pour s'efforcer de produire des effets esthétiques capables de toucher la sensibilité des spectateurs. Il suffit d'avoir l'idée que nul n'a eu le toupet d'avoir avant vous.

Ce n'est ni plus ni moins que la sacralisation de l'innovation, qui répand ses ravages partout dans le monde actuel : dans l'économie, dans la technique et jusque dans le fonctionnement des sociétés et les relations entre les gens.

J'en reviens toujours là : le vingtième siècle, en soi inhumain, a fait sortir les activités humaines des plus nobles bornes de la raison humaine.

samedi, 16 novembre 2019

SISMOGRAPHES

SEISME 2 2019 11 12.jpg

Bauer, Le Progrès, mardi 12 novembre 2019.

SEISME 1.jpg

Reiser, 1976.

En l'état actuel des choses, rien en ce qui concerne les alertes attentats.

vendredi, 15 novembre 2019

PERLE DE (FRANCE) CULTURE

« L’INDUSTRIE DE L’INFOBÉSITÉ TITILLE NOTRE TALON D’ACHILLE. »

Entendu sur France Culture à l'été 2019, noté sur le moment, mais date, heure et identité de l'auteur non relevées.

La phrase attend toujours son traducteur (de volapük en français).

jeudi, 14 novembre 2019

DEVANT / DERRIÈRE

photographie

Arrêtés (sans doute sur l'ordre du mâle dominant).

photographie

En marche. A 2 ou 3 km/h., c'est bientôt la République E.M.

mercredi, 13 novembre 2019

7 JANVIER - 13 NOVEMBRE

DE CHARLIE HEBDO ...

7 janvier 2015,charlie hebdo,cabu,wolinski,bernard maris,13 novembre 2015,bataclan

... AU BATACLAN.

NOIR.jpg

MA COLÈRE IMPUISSANTE EST INTACTE.

mardi, 12 novembre 2019

LA TERRE COMME UNE USINE 2

LA TERRE COMME UNE USINE.

Le projet d'Edgar Pisani, célèbre ministre de De Gaulle ? Envoyer un gros bulldozer pour tout araser et pour transformer la campagne française en usine à produire des aliments. La terre comme une usine : voilà l'essence du projet. C’est aussi simple que ça.

Et quels que soient les discours des présidents, quelques sympathiques que soient les Salons de l'Agriculture, quels que soient les résultats des Grenelle de l'environnement ou des Etats Généraux de l'alimentation, année après année, on le voit se réaliser, le projet de Pisani, comme une mécanique bien huilée poussée par un moteur en parfait état alimenté par un carburant performant. Quoi qu'il arrive, la logique industrielle étend son emprise, inexorablement. Parce que c'est elle qui est au cœur de tout le système. C'est elle, le moteur.

Il paraîtrait que Pisani ait fini par éprouver quelques remords. Trop tard !

4 ALF 0.jpg

Christin et Mézières, dans Bienvenue sur Alflolol (Valérian n°4, Dargaud, 1982), ne sont finalement pas tant que ça dans la science-fiction (c'est de la bande dessinée). Comparer avec ci-dessous la production bien actuelle des tomates bio en Andalousie (c'est une vraie photo publiée dans Le Monde le 3 septembre 2019).

2019 09 03 TOMATES ANDALOUSIE.jpg

Edgar Pisani ! Encore un qui ne s’est pas remis de son voyage aux USA (je parlais récemment des maires Pradel et Degraeve de retour de Los Angeles pleins de projets en béton pour leur ville) et qui, sans se poser de questions sur l’adaptabilité du système, a utilisé son pouvoir politique pour obliger l’agriculture à s’industrialiser – que dis-je : à devenir une industrie ! La mécanisation à outrance comme solution miracle ! Et à la cravache !

Pour cela, il faut de très grandes surfaces (remembrement, destruction des haies, ...), de très grosses machines qui coûtent très cher, donc de très gros emprunts (en français : un très gros endettement auprès du Crédit Agricole). Pour l'élevage bovin, la France traîne heureusement un peu la patte (la "ferme des 1.000 vaches" fait débat, alors qu'ailleurs - Chine, Canada, etc. - on parle d'établissements de 10.000 bovins, voire plus). Big is beautiful. Ne parlons plus de « fermes », mais d' « entreprises à vocation agricole » (on peut remplacer "agricole" par "nutritionnelle", biberonneuse", etc.). Hors du gigantisme, point de salut.

Je laisse la parole à Michel Houellebecq (ex-ingénieur Agro) : « Je connaissais parfaitement cet élevage, c'était un élevage énorme, plus de trois cent mille poules, qui exportait ses œufs jusqu'au Canada et en Arabie Saoudite, mais surtout il avait une réputation infecte, une des pires de France, toutes les visites avaient conclu à un avis négatif sur l'établissement : dans des hangars éclairés en hauteur par de puissants halogènes, des milliers de poules tentaient de survivre, serrées à se toucher, il n'y avait pas de cage c'était un "élevage au sol", elles étaient déplumées, décharnées, leur épiderme irrité et infesté de poux rouges, elles vivaient au milieu des cadavres en décomposition de leur congénères, passaient chaque seconde de leur brève existence – au maximum un an – à caqueter de terreur » (Sérotonine, p.160).

Pour couronner le tout, il faut une « organisation » qui englobe tout le personnel employé sur les terres agricoles. Ce sera la FNSEA, seul interlocuteur du gouvernement en matière agricole, sorte d’Etat dans l’Etat, qui fait la pluie et le beau temps, qui négocie avec le ministère de puissance à puissance, qui envoie à l’occasion un commando dévaster impunément les bureaux de la ministre de l’écologie (il me semble que c'était Voynet). Et qui est capable dernièrement d'organiser une manif de tracteur pour protester contre l' "agribashing" (encore une trouvaille de journaliste, je parie !) dont souffrent les agriculteurs. Situation absurde et rocambolesque quand on regarde l'évolution sur le long terme : qui a voulu cette industrie agricole ?

On comprend bien que les paysans de l’ancienne France aient fini par disparaître : pris entre 1 - les mâchoires de l’étau politique d’un ministère qui propageait une vision totalitaire de l’agriculture du futur ; mais aussi 2 - entre les mâchoires de l’étau financier du Crédit agricole qui prêtait en masse pour inonder de machines les exploitations agricoles et pour tenir les exploitants dans le nœud coulant de leurs dettes ; et enfin 3 - entre les mâchoires de l’étau d’un « syndicat » monopolistique regroupant désormais des « entreprises agricoles », où les gros chefs d'entreprise pouvaient dicter leur loi aux petits.

Dans cette histoire de gigantismes juxtaposés (et soigneusement coordonnés), j'ai failli oublier 4 - le gigantisme de la distribution qui, soi-disant dans l'intérêt du consommateur, tire vers le plus bas possible ses prix d'achat aux producteurs, pour mieux les asphyxier et leur faire rendre gorge. Ce système répond à l'exigence capitaliste : produire en masse et au plus bas prix possible. 

Je n'ai pas développé ici le côté "tout-chimique" impliqué par le choix de l'agriculture industrielle : la chimie est le corollaire forcé de l'option industrielle. Pour lutter contre les infestations de nuisibles qui font baisser les rendements à l'hectare, il est parfaitement logique de recourir à tous les poisons inventés par l'industrie chimique, cette frangine de l'industrie agricole. Et pour empêcher les rendements à l'hectare de baisser du fait de la raréfaction des nutriments naturels, il est parfaitement logique de recourir à tous les « intrants » providentiellement fournis par la même frangine. Quitte, comme le montrent les travaux de Claude et Lydia Bourguignon, à transformer le sol des terres agricoles en matière totalement inerte et stérile.

Alors dans ce paysage dominé par « du mécanique plaqué sur du vivant » (pardon, Bergson, pour le détournement, mais pour le coup, l'expression est à prendre au sens propre), dominé par le productivisme, par le quantitatif, par la standardisation, quelle place pour la bonne bouffe ? Oh c'est sûr, dans les discours, elle occupe une très belle place : Macron organise en grand tralala des "Etats Généraux de l'Alimentation" où les plus belles intentions s'étalent et font le spectacle. Résultat des courses ? Une guirlande multicolore de pets de lapin : Seigny Joan, le fou de Rabelais (Tiers Livre, 37), fait tinter la pièce du faquin pour payer « au son de son argent »,  la fumée du rôtisseur, au parfum de laquelle le faquin avait mangé son pain.

Le problème ne change pas. On a beau tourner autour en poussant des cris incantatoires et déchirants, c'est toujours le même. Je le formulerai ainsi : les initiatives individuelles, aussi nombreuses, courageuses et opiniâtres qu'elles soient, peuvent-elles infléchir la trajectoire globale d'une masse d'éléments étroitement interdépendants, et solidement organisés en SYSTÈME ? Je réponds clairement "non". En dehors de la satisfaction de pouvoir se dire qu'on est dans le vrai, on en reste aux pets de lapin.

écologie,michel houellebecq,sérotonine,paysannerie française,agriculture,fermiers,paysans,fnsea,edgar pisani,charles de gaulle,permaculture,agriculture biologique,lydia et claude bourguignon,bande dessinée,mézières et christin,valérian et laureline,bienvenue sur alflolol,louis pradel lyon,jean degraeve chalons sur marne,crédit agricole,dominique voynet

Reiser 1976.

Prenons la biodiversité alimentaire : elle existe, oui, mais à quel prix ? Êtes-vous prêts à payer 3,85€ le délicieux pain de "petit épeautre" plein de qualités diverses (on trouve ça chez Caclin) ? Combien de variétés de pommes, il y a soixante ans ? Essayez de trouver des pommes "Calville" sur les marchés lyonnais, vous savez, ces excellentes pommes jaunes pleines de bourrelets sur le cul. Même chose pour tous les légumes et fruits.

Demandons-nous ce qui entraîne l'uniformisation des modes de vie, l'uniformisation des comportements, l'uniformisation des habitudes, l'uniformisation de l'alimentation. Certains appelleront ça la "mondialisation". Pas faux, mais la mondialisation est elle-même le résultat d'un processus plus vaste et plus ancien : l'industrialisation. Qu'est-ce que c'est, en réalité, la "grande distribution" ?

C'est la logique industrielle appliquée au principe du magasin de vente : automatisation des tâches, standardisation des produits, etc. Votre magasin de proximité s'agrandit, se rationalise, s'uniformise : vous y êtes presque. Nous sommes les fruits de cette logique industrielle, c'est elle qui nous a façonnés, corps et esprit, jusqu'à nous apparaître comme une évidence, comme une autre nature. C'est de la production industrielle que notre vie dépend, comme celle du drogué dépend de son dealer.

Or entre la logique écologique et la logique industrielle, il n'y a pas d'entente possible. C'est rigoureusement incompatible. A l'ère industrielle, il y a les gentils "gestes" qu'on peut faire (bientôt les pots de yaourt dans la poubelle jaune : quel progrès!), pour se donner bonne conscience. Il y a les petites intentions louables qui nous font "trier nos déchets". Qu'est-ce que ça change à l'essentiel ? Et ça pèse quoi, le "zéro déchet" ?

Bravo à toutes les petites fourmis qui s'activent pour "vivre autrement" et de façon plus proche de la nature, mais je ne vois pas bien comment nous pourrions renier cet état de fait et changer de SYSTÈME.

Voilà ce que je dis, moi.