Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 avril 2024

DES HOMMES ET DES FEMMES

HERMANN BARNEY JORDAN.jpg

Cette image empreinte de délicatesse et de courtoisie montre que même les hommes les plus suspects de masculinisme patriarcal, de virilisme exacerbé ou de goujaterie rébarbative sont capables de se conduire, quand ils sont mis en présence d'une dame, avec le plus pur esprit chevaleresque, digne des temps anciens.

On trouve ce dessin à la page 5 de Objectif Cormoran, épisode des aventures de "Bernard Prince", héros inventé par l'immense Hermann.

 

09:00 Publié dans HUMOUR | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 12 avril 2024

THÉORÈME DE L'ÉCOLOGIE

L'ÉCOLOGIE EST AUSSI ANTICAPITALISTE QUE LE CAPITALISME EST UNE NÉGATION DE LA NATURE.

jeudi, 11 avril 2024

DRÔLES DE MORTS SUR ...

... CE MONUMENT.

Version corrigée (12 avril) après vérification des sources.

La scène se passe dans une petite ville rurale du centre de la France. Nous sommes le 11 novembre : rassemblement imposant autour du monument aux morts de la Grande Guerre. On chante la Marseillaise avec entrain et conviction. Et puis Madame le Maire, après lecture d'une brève adresse à la population invitée à se souvenir, entreprend de lire chacun des noms gravés des paysans envoyés au casse-pipe il y a un siècle et qui n'en sont pas revenus debout. La petite fille (quatre ans) qui est à côté de moi me glisse dans l'oreille : « C'est tous les rois de France qui sont morts à la bataille d'Alésia ! » Je n'ai pas le cœur de la détromper. 

09:00 Publié dans HUMOUR | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 09 avril 2024

PARTICULIÈREMENT DOUÉ

PETITE REVUE DE PRESSE.

Le Président Macron ne s'est pas trompé dans le choix de son Premier Ministre, comme le montrent ci-dessous quelques titres parus dans la presse du 22 février au 7 avril, dont je n'ai gardé que le sujet et le verbe pour mieux en faire jaillir la pure énergie telle qu'elle s'affiche.

 

ATTAL 2024 02 22 DONNE DES GAGES.jpg

ATTAL 2024 03 03-04 ANNONCE.jpg

ATTAL 2024 03 28 S'ATTAQUE.jpg

ATTAL 2024 03 31-04 02 S'IMPOSE.jpg

ATTAL 2024 04 05 OUVRE.jpg

ATTAL 2024 04 05 SAIT TRES BIEN.jpg

ATTAL 2024 04 06 DEFEND.jpg

ATTAL 2024 04 07 ENVISAGE.jpg

***

CE N'EST PAS UN HOMME : C'EST UN COUTEAU SUISSE !!!

****

Heureusement, le titre suivant, paru dans le journal Le Monde dans son numéro daté 31 mars au 2 avril, relativise dans une certaine mesure l'étendue et l'épaisseur des compétences de la personne.

ATTAL 2024 03 31-04 02 LE COUP DE COM.jpg

Allons, tout cela n'était donc que des paroles, paroles, paroles ... Vous reprendrez bien un petit verre de cet excellent "Tête de Bélier" ?

lundi, 08 avril 2024

CHOSE VUE

Plateau Croix-Rousse, une rue commerçante, un matin. Une jeune femme et un jeune homme se tiennent fort proches l'un de l'autre. Ils discutent (je n'entends pas ce qu'ils disent), puis se touchent et, pour finir, s'enlacent étroitement, avant de se séparer et de s'éloigner chacun de son côté.

Je me suis approché. La jeune femme s'adresse à un homme entre deux âges : « Monsieur, je peux vous poser une question ? » Et sans attendre : « J'aimerais vous prendre dans mes bras ! » Refus courtois mais ferme du monsieur, qui entre en même temps que moi dans le magasin "Tabacs-Journaux".

Dans la rue, la jeune femme continue son manège, avec succès cette fois, auprès d'un homme âgé qui se fait un peu chambrer par les autres clients en entrant pour acheter ses cigarettes. Il s'explique : la démarche de la fille l'a déconcerté, alors il l'a laissé faire. Encore sous le coup de l'étonnement, il conclut avec bénignité qu'il s'en remettra.

dimanche, 07 avril 2024

DES SPÉCIALISTES COMME ...

... S'IL EN PLEUVAIT !!!

Aujourd'hui, nous plaignons le praticien d'un métier trop souvent vilipendé : le journaliste. Car à l'instant où il naît professionnellement à son métier, je veux dire : le jour de la remise solennelle de son diplôme en véritable parchemin d'âne (ben si : on dit précisément "peau d'âne"), le journaliste reste un être profondément, essentiellement, définitivement et cosmologiquement embryonnaire, imparfait, incomplet. Bref, le journaliste fait partie de ces groupes humains que l'on désigne en novlangue, avec un zeste de distance mêlée de commisération, « en situation de handicap ».

C'est humain : quelle que soit la spécialité à laquelle il se destine, il ne peut pas tout savoir. Mieux : il n'a pas le droit de sortir de lui-même l'intégralité des informations qu'il est chargé de délivrer.

C'est la raison pour laquelle les organisateurs de la profession recommandent au futur journaliste de cultiver l'art de s'entourer, je veux dire de donner de la légitimité au thème et aux contenus qu'il développe en ne s'exprimant pas en personne, mais par le truchement d'un professionnel qualifié dans le domaine du savoir dont il traite.

Celui-là, appelons-le, si vous le voulez bien, le SPÉCIALISTE. J'ignore si le journaliste dispose d'un budget qui lui permette de rémunérer l'intervention du spécialiste. Ce qui m'intéresse ici, c'est l'infinie biodiversité qui règne dans les rangs de cette famille animale, de l'espèce la plus banale et la plus générale (mettons "historien", ou à la rigueur "sociologue") à la plus surprenante, en passant par toute une guirlande bigarrée de branches improbables.

Ci-dessous, quelques exemples picorés au hasard de mes écoutes radiophoniques (je fournis toutes les références pour permettre aux curieux de vérifier que je n'invente rien).

*

Spécialiste de la gouvernance des migrations (France Culture, 11 novembre 2022 à 12h30).
Spécialiste des îles Andaman (France Inter, 11 novembre 2022, vers 13h24).
Spécialiste des relations armées / société (France Inter, 11 novembre 2022, vers 18h39).
Spécialiste de la morphogénèse (France Inter, 13 novembre 2022, vers 19h46).
Spécialiste des Jeux Olympiques (France Inter, 14 novembre 2022, vers 6h15)
Spécialiste de la Chine contemporaine (France Culture, 14 novembre 2022, vers 12h38).
Spécialiste des droits des médias (France Culture, 25 juillet 2023, vers 7h23).
Spécialiste des droits de l'enfant (France Culture, 25 juillet 2023, vers 7h34).
Spécialiste de la grande distribution (France Culture, 1 août 2023, vers 7h25).
Spécialiste des punaises au Muséum National d'Histoire Naturelle (France Culture, 5 octobre 2023, vers 7h05).
Spécialiste des actions anticorruption (France Culture, 28 décembre 2023, vers 7h07).
Spécialiste de la littérature russe (France Culture, 28 décembre 2023, vers 7h45).
Historien spécialiste de l'édition (France Culture, 29 décembre 2023, vers 8h14).
*

Bon, j'arrête ici, avant l'indigestion. Il va de soi que ne figure dans cette liste qu'un minuscule échantillon de l'impressionnante panoplie offerte à l'auditeur par les ondes radios du service public. Il va de soi que j'éprouve un peu de pitié pour les gens qui font profession de journalisme : vous vous rendez compte ? Obligés d'effacer leur présence derrière les savoirs dûment estampillés de gens qui ont fait leur pré carré d'un petit champ du savoir, précisément délimité et cloisonné ? C'est la dure loi du métier de journaliste : s'absenter de lui-même, ne pas exister par lui-même, disparaître.

Que la profession journalistique dans sa globalité et sa diversité veuille bien trouver ici l'expression de ma plus profonde compassion.

samedi, 06 avril 2024

CHOSE VUE (ET ENTENDUE)

Plateau Croix-Rousse. Je marche dans une rue très calme. Tout d'un coup, j'entends miauler, quelque part très haut dans le ciel. Je lève les yeux, et je les aperçois, les deux buses ("buteo buteo", L., 1758). Elles piquent droit au sud, elles planent, se rejoignent, se tournent autour, les ailes largement déployées, et poussent de temps en temps leur miaulement caractéristique, loin au-dessus de la Croix-Rousse. Combien sommes-nous à entendre ces cris ?

vendredi, 05 avril 2024

QUE DES BONNES NOUVELLES !!!

Le Molnupyravir bloque la polymérase virale.
*
La villa de Silvio Berlusconi en Sardaigne compte 126 pièces.
*
L'artiste Joanna Vasconcelos a renoncé à présenter à Versailles son grand lustre en Tampax : ç'aurait été une provocation inutile.
*
La Comédie Française compte 3.000 pièces à son répertoire.
*
Les "Variations Goldberg" de Jean-Sébatien Bach ont été enregistrées dans 600 versions différentes. 
*
La dernière mouture du D.S.M. (Disease Statistical Manual) publié par l'A.P.A. (American Psychiatric Association) — D.S.M. 5 — inventorie 450 troubles mentaux. Le D.S.M. 1 (la première version) en comptait 60.
*
Les spécialistes des sciences humaines, toutes disciplines confondues, appliquent avec rigueur les méthodes de la zoologie à l'espèce humaine (individus, groupes, ethnies, sociétés, etc.). « On n'arrête pas le progrès : il s'arrête tout seul » (Alexandre Vialatte). Répétez après moi : « Les Sciences Hume-Haine ».
*
Le pape François a envoyé à l'occasion de Pâques sa bénédiction turbide et morbide.
*
En langage journalistique, un pseudonyme s'appelle un "perruquier".
*
La série télévisée "Tchernobyl" a fait exploser le "tourisme de catastrophe". (France Culture, 13 juin 2019, autour de 8h50, Mathilde Serrell).
*
Ils sont environ 200 : ce sont les grands journalistes, responsables de presse, éditorialistes, chefs de service, etc. Ils font la loi, la pluie, le beau temps et le reste à la tête des médias français.
*
Les Peuls sont présents dans 22 pays en Afrique.
*
Recensement en Chine : 7.000.000 d'agents recenseurs.
*
« L'humanitaire, c'est le Service-Après-Vente des marchands d'armes » (une belle et horrible vérité entendue sur France Culture le 2 juillet 2020 vers 18h58, dans la bouche de madame Monique Chemillier-Gendreau).
*
Il a grandi, le bébé tout nu nageant devant un gros billet vert qui figure sur la pochette du disque "Nevermind" du groupe Nirvana (Curt Cobain). Aujourd'hui adulte, il a porté plainte contre le groupe. Selon les sources, pour cause de "détresse émotionnelle" ou pour "pédopornographie".
*
Un quart de la production française de livres va directement au pilon.
*
Graffiti dans un urinoir où il est demandé de ne jeter aucun papier : « DAKO MESSI OVOA ».
*
La B.D. se porte très bien en France : en 2020, les éditeurs ont produit 16 albums par jour = 5.840 B.D. dans l'année. Cela dit, je doute que tous les auteurs mangent à leur faim grâce à leur seul travail de bédéastes.
*
Entendu sur l'antenne de France Culture le 18 septembre 2018 : 
« Des Parisiens viennent de s'installer dans un village du Var. Au bout de quelque temps, ils demandent au maire de faire cesser le chant des cigales. Refus du maire. »

« Des Parisiens s'installent dans un village du Cantal, près d'une installation bovine. Ils intentent un procès à l'éleveur pour "nuisances olfactives". Le tribunal, puis la Cour d'Appel leur donne raison ».
*
Donald Trump réagit aux méga-feux qui ravagent la Californie : « S'il y avait moins d'arbres, il y aurait moins d'incendies ».
*
Entendu sur l'antenne de France Culture (11 janvier 2021 vers 12h30) : « Les violences conjugales pendant le confinement ont connu une véritable explosion par rapport à la normale ».
*
Les héritiers et ayants droit d'Antoine de Saint-Exupéry peuvent être contents : 350 marques se disputent le marché des produits dérivés estampillés "PETIT PRINCE".
*
L'expression « Nacht und Nebel » (Nuit et Brouillard), utilisée par les nazis pour désigner le projet d'extermination des juifs, tsiganes, etc., figure dans le texte de L'Or du Rhin, opéra-prologue de la Tétralogie de Richard Wagner. C'est Alberich, roi des Nibelungen, qui, coiffé du casque magique ("Tarnhelm"), disparaît à la vue en chantant : « Nuit et brouillard, plus personne ».

jeudi, 04 avril 2024

CHOSE VUE

Plateau Croix-Rousse, une petite place, un groupe de S.D.F. L'une d'entre eux semble plus atteinte, bouffie avec son éternelle canette de 50 cl. à la main. Une autre, jeune à la peau lisse, la tête sur son sac à dos posé par terre. Un type un peu excité s'adresse violemment à une toute jeune, peut-être une mineure, qui reste à l'écart du groupe avec sa casquette à longue visière : « Dis, quand on a niqué tous les deux, l'autre jour, tu étais contente, on était heureux tous les deux. Alors je comprends pas pourquoi tu me fais la gueule en ce moment ! »

09:00 Publié dans LYON | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 03 avril 2024

DEUX RÊVES

« Alors nous allons mettre à mort le mot "chenapan" ». Un homme en longue chasuble brillante brandit un gros marteau muni d'une lourde masse. Une punaise à trois pointes est posée sur un porte-documents en cuir très mince et une planche.  L'homme frappe un grand coup, tout le monde constate, et moi je dis : « C'était peut-être un mot sans sang : ça ne coule pas ! »

***

Je viens de passer un examen. Un homme en costume trois-pièces vient me trouver : « Ça va, quand ça rumine ? — Oui ! » Il reprend : « Il va falloir dégueuler. Vous avez un cadavre à l'intérieur ! ».

***

mardi, 02 avril 2024

CHOSE VUE

J'arrive à l'accueil pour un épisode de mon aventure de santé au long cours. Auprès des deux secrétaires, je récupère ma pochette aux étiquettes. Derrière moi arrive une jeune femme poussant un fauteuil dans lequel est assis un monsieur qui a l'air dans un sale état : il laisse traîner ses pieds, gênant le mouvement.

Je vais pour m'éloigner, quand j'entends la jeune femme s'écrier, s'adressant aux secrétaires, mais d'une voix curieusement douce que j'ai encore dans l'oreille : « Eh, les filles, j'ai un souci ! ». Je me retourne. Les secrétaires sont debout, regardant l'homme du fauteuil renversé en arrière et vomissant du sang.

Il m'est alors donné d'assister à une scène absolument prodigieuse et grandiose : l'alerte générale est lancée, et voilà tout l'étage mobilisé, pris dans une course effrénée. Tous les personnels, des médecins jusqu'aux agents d'entretien, en passant par les infirmières et les aides-soignantes, se mettent à converger vers la salle où l'homme a été conduit. On peut suivre sa trajectoire de sang sur le sol.

L'étage entier résonne des mouvements pressés des blouses blanches qui courent en tout sens. Evidemment, plus un seul médecin n'est disponible pour les consultations ordinaires. L'attente durera deux heures.

J'apprendrai, en laissant traîner mes oreilles, que l'homme a subi un arrêt cardiaque. On l'emmène maintenant sur un long brancard vers une autre chambre, alors qu'un agent d'entretien pousse la machine à nettoyer le sol pour effacer la longue trace rouge sur le sol.

Comme s'il ne s'était rien passé.

09:00 Publié dans LYON | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon

dimanche, 31 mars 2024

CHOSES VUES (ET ENTENDUES)

Plateau Croix-Rousse. Dialogue à la caisse du Mini Market. C'est un couple, lui, un gros massif, elle, une petite boulotte qui porte un mini-chien sur un bras: « Non, ne donne pas de sucre au chien, il va devenir aveugle. – Mais je lui donne pas de sucre. ». Puis le gars, s'adressant directement à l'animal : « Hein que je te donne pas de sucre. Dis la vérité. »

Plateau Croix-Rousse. La rue est déserte. Une jeune femme promène un petit chien au bout d'une laisse. Le chien éternue. La dame : « A tes souhaits, Roméo ! ».

Plateau Croix-Rousse, dans notre bar habituel. Deux asiatiques sont assis à une table voisine. Un type sort des toilettes, les aperçoit, se tourne vers eux les mains jointes et s'incline en disant quelque chose comme : « Mi Han ». Les deux asiatiques se récrient dans un français irréprochable : « Nous sommes Coréens ! » Le gars s'en va la queue entre les jambes.

samedi, 30 mars 2024

UNE AVENTURE DE SANTÉ

Je viens de vivre une aventure de santé brutale, dangereuse et débilitante. Je ne m'en vante pas. Je tente de revenir en bon état de cet aléa vital. Pour le reste, je ne change rien à mes sujets de prédilection. En voici, j'espère, une preuve convaincante. On admirera l'inventivité, la créativité de Bianca Castafiore quand elle est mise en présence du nom du capitaine Haddock. J'adore pour ma part "Harrock'n roll, Madame Castafiole". On voudra bien excuser le désordre.18 AFFAIRE TOURNESOL P.53 1 HODDACK HADDADA.jpg18 AFFAIRE TOURNESOL P.53 2 PADDOCK.jpg19 COKE EN STOCK P.40 KARBOCK HARROCK.jpg

21 BIJOUX P.6 BARTOCK.jpg21 BIJOUX P.8 KAPPOCK.jpg21 BIJOUX P.9 KODDACK.jpg21 BIJOUX P.10 1 MASTOCK.jpg21 BIJOUX P.10 2 KOSACK.jpg21 BIJOUX P.21 HAMMOCK.jpg21 BIJOUX P.22 1 KOLBACK.jpg21 BIJOUX P.22 2 KARBOCK.jpg21 BIJOUX P.23 KARNACK.jpg21 BIJOUX P.24 HOCLOCK.jpg21 BIJOUX P.28 KORNACK.jpg21 BIJOUX P.32 BALZACK.jpg21 BIJOUX P.55 MAGGOCK.jpg21 BIJOUX P.56 1 MEDOCK.jpg21 BIJOUX P.56 2 KAPSTOCK.jpg23 PICAROS P.61 KARBOCK.jpg 

 

mardi, 12 mars 2024

CHOSE VUE

Croix-Rousse. Un très vieil homme entre dans le magasin Orange avec son téléphone à la main. L'objet, d'après lui, est en panne, et il demande qu'on le répare. Le technicien s'empare de l'appareil, lui fait subir toutes sortes d'examens, branchements, mesures, etc. Il conclut que le téléphone est en parfait état de fonctionnement. Le vieux éclate alors en sanglots : « Alors pourquoi mes enfants ne m'appellent pas ? ».

mercredi, 06 mars 2024

CHOSE VUE

Plateau de la Croix-Rousse, une petite rue sombre. Je marche derrière une dame qui promène son chien. Elle a les cheveux très roux. Le chien est petit, a de longs poils et un museau fin. Tout d'un coup, il lève la patte, se soulage contre le mur mais, au moment de reposer la patte pour repartir, voilà qu'il se dresse sur les pattes de devant le cul en l'air, fait plusieurs pas dans cette posture, puis repose le tout et suit sa maîtresse. Amusé et curieux, je m'approche de celle-ci et l'interroge : « Je vous assure, monsieur, répond-elle, que personne ne lui a appris à faire ça. »

 

09:00 Publié dans HUMOUR | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon, croix-rousse, humour

mardi, 05 mars 2024

CHOSE VUE

Plateau de la Croix-Rousse. Je marche dans la rue. Soudain, j'entends de grands cris venant d'une rue perpendiculaire, comme une engueulade carabinée. Une voiture arrêtée, puis un piéton, qui s'engage précipitamment dans une autre rue. J'arrive là, entre la librairie et la boulangerie. Longue file d'attente devant cette dernière. Le piéton marche vite. La voiture s'engage, stoppe, et le chauffeur en jaillit et hurle : « Ho ! Viens là si t'es un homme ! T'as même pas de couilles ! Moi j'en ai, des couilles, et des grosses ! » Puis, regardant la file d'attente devant la boulangerie : « Oui, madame, j'ai des grosses couilles ! »

09:00 Publié dans HUMOUR | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon, croix rousse

dimanche, 03 mars 2024

UNE SALLE D'ATTENTE ...

... TRÈS HOSPITALIÈRE.

Arrive une femme en compagnie de son fils. Ils viennent d'une campagne profonde, comme le montre la suite. Il marche en tongs, pantalon large élimé par le bas. Il désigne un siège libre à sa mère. Elle a tout de la "gueule cassée" façon guerre de 14-18 : le visage complètement de travers, les mâchoires pas dans l'axe, bouche tordue. Cela ne l'empêche nullement de s'exprimer. Ce sont des onomatopées, voyelles et consonnes informes et totalement incompréhensibles, des "hon-hon" expulsés à coups de souffle. Le fils, lui, comprend tout ce que veut dire sa mère et lui répond de façon parfaitement intelligible. Elle n'arrête pas de parler. Quand elle s'arrête, c'est à son fils de se lancer dans un monologue. J'ai noté quelques-unes de ses expressions : « Les gens de la ville sont tous malades. Les gens de la ville, ils savent pas vivre. C'est tous des abrutis. »

jeudi, 29 février 2024

UN JOYEUX ANNIVERSAIRE ...

... FRANÇOIS-BAPTISTE-EPHRAÏM !!!

Joyeuse cent-quatre-vingtième année, cher sapeur !

Ben oui, ça fait cent-quatre-vingts ans jour pour jour (le 29 février 1844, je vous laisse calculer ce que ça fait en nombre d'années bissextiles — autour de 45 à vue de nez, non ?) que la naissance de François-Baptiste-Ephraïm Camember a été déclarée en la mairie de Gleux-lès-Lure (Saône-Supérieure) par son père Anatole, époux de Polymnie Cancoyotte.

2 FIXE.jpg

J'ignore cependant si le pantalon rouge du sapeur comporte un "trou de Lamoricière". Mais il est vrai qu'Alexandre Vialatte n'évoque cette particularité qu'à propos de la culotte des zouaves. Le trou de L. permettait d'après lui à la culotte de se vider après la traversée d'un oued. Camember, lui, n'est qu'un humble, quoique fier, sapeur.

Et ci-dessous, en prime, ce que n'a pas vu Anatole Camember sous le bureau du secrétaire de mairie de Gleux-lès-Lure. Georges Colomb, alias Christophe, professeur de sciences naturelles de son état, n'est pas très gentil avec ce fonctionnaire, sûrement consciencieux.

004.jpg

mercredi, 28 février 2024

LA FLEUR AU FUSIL ...

... D'EMMANUEL MACRON.

P.42 2 ARMEE RUSSE.jpg

Un seul mot : il est indécrottable ! Au point d'en devenir inquiétant. Notre président ne peut s'empêcher de parler, ça on le savait déjà. Une devise lui colle même à la peau : « Tu causes, tu causes, c'est tout ce que tu sais faire ! » (Raymond Queneau). Il lui arrive, quand il se sent en forme, je veux dire quand son imaginaire s'échauffe et s'enflamme sous l'effet de circonstances parfois obscures, de partir dans des rêveries qu'il ne tarde pas à prendre pour la réalité.

Pas besoin de l'avis de ses conseillers ! Pas besoin de se concerter avec les partenaires européens ! Pas besoin de prévenir les Alliés de l'OTAN ! Flamberge au vent ! Bille en tête ! J'y vais et qui m'aime me suive ! Résultat ? Macron prend toutes sortes de projectiles venus de son propre camp, sur un thème unique : « Faites-le taire, quelqu'un ! »

Car cet homme, qui est aussi un président, un mari, un enfant gâté et diverses autres spécificités, est un malade. Je l'ai diagnostiqué de façon sûre, sur la base des sept années qu'il vient de passer à la tête de l'Etat : Macron est malade de lui-même. On se souvient de son Conseil National de la Refondation. On n'a pas oublié son Grand Débat National. On garde en mémoire toutes les occasions qu'il s'est données de briller par sa maîtrise (indéniable) de la parole.

Le seul petit problème, quand on fait le bilan de toutes ces admirables performances, c'est quand on fait passer ces kilomètres de discours à la pesée : rien, il ne reste rien du verbe présidentiel, qu'il s'agisse de l'immortel "plan massif d'investissement pour l'hôpital public" ou autres initiatives lancées au gré des agitations et des interventions. S'il y avait un championnat du monde de "paroles verbales" (formule géniale proposée autrefois par Le Canard enchaîné), Emmanuel Macron serait déclaré médaille d'or haut la main. Quand il tient le Verbe, il a l'impression de tenir le monde. C'est dire la confusion qui règne dans son esprit.

Aujourd'hui, en déclarant qu'en Ukraine, face à la Russie, « aucune hypothèse n'est exclue, en particulier des troupes au sol », il parvient à mettre en danger la sécurité de la France. Et non seulement la France, mais encore l'Europe, sans oublier les alliés du Traité de l'Atlantique Nord. 

Je rappellerai simplement à notre va-t-en-guerre présidentiel et national les quelques mots que le général Pierre de Villiers a prononcés suite à sa mise à la retraite d'office par Macron quand il a osé émettre un avis personnel sur la façon dont le président considérait les forces armées françaises.

« Qu'est-ce que c'est, un chef ? C'est quelqu'un qui commande et donne les ordres, c'est entendu. Mais une fois qu'on a dit ça, on n'a rien dit. Car le chef doit ensuite s'assurer qu'il n'est pas tout seul à sortir de la tranchée, et que ses ordres sont suivis d'effet. Et si les ordres du chef restent lettre morte, c'est que celui-ci n'a pas veillé à suscité l'adhésion de ses subordonnés. L'adhésion ! Car seule l'adhésion de tous peut donner au chef la certitude qu'il emmène effectivement ses troupes en direction de l'objectif. » (En substance.)

Malade de lui-même, Emmanuel Macron, ai-je dit. Et cette maladie porte un nom : la solitude. Le premier de la classe qui s'affirmait, se voulait, se rêvait "jupitérien" au début de son sacre commence à entendre l'écho produit par ses gesticulations orales de par le vaste monde. Il apparaît à présent aux yeux de tous pour ce qu'il est en définitive : un bonhomme Playmobil (ci-dessous portrait en pied du président de la France).

france,politique,société,président de la république,emmanuel macron,ukraine,russie,vladimir poutine,otan,nato,conseil national de la refondation,macron grand débat national,le canard enchaîné,paroles verbales,traité atlantique nord,général pierre de villiers

samedi, 24 février 2024

SALON DE L'AGRICULTURE

C'EST LA F.N.S.E.A. QUI GOUVERNE

J'entends ce matin que le président Macron a prévu de monter sur le ring lors de sa visite au salon de l'agriculture pour débattre avec ... disons ... "les agriculteurs". Il avait prévu d'inviter quelques associations écologistes pour garantir le pluralisme de la vision qu'il veut offrir aux Français de l'action qu'il entend mener en matière agricole.

Mais quand le président de la F.N.S.E.A. lui a dit que si l'association écologiste "Les Soulèvements de la Terre" (les "écoterroristes" de M. Gérald Darmanin) participait aux échanges, lui-même boycotterait l'invitation présidentielle. Apprenant cela, Macron a obtempéré à la commination venue de la puissante centrale syndicale.

Breaking news : aux dernières nouvelles, la position d'Arnaud Rousseau, le dit président de la dite F.N.S.E.A., s'est radicalisée, peut-être sous la poussée de la "base", au point que le "Grand Débat" à la mode Macron (un de plus, dira-t-on) a été remis à des jours meilleurs. Certains se gaussent de ce président qui, en cette occasion, s'est pris un râteau.

Bon, quoi qu'il en soit, le message de ce petit pas-de-deux mal chorégraphié est clair : "On ne veut pas des écolos, qui sont les ennemis de la vraie agriculture française. On ne veut pas de leur obsession anti-pesticide et de leurs rêves d'espaces ruraux à nouveau peuplés d'authentiques paysans exploitant des surfaces modérées."

Les désirs des industriels de l'agro-alimentaire sont des ordres pour le président et pour le gouvernement chargé de mettre en œuvre sa "politique" (si tant est qu'il en a une). Et les derniers remous à la tête de l'Etat (Gabriel Attal, Bruno Le Maire, voir les titres ci-dessous) montrent de quel côté de la balance — Economie contre Ecologie — penchent avec force les faveurs des autorités politiques du pays. Voilà, fermez le ban. 

Dans les pages "Economie & entreprise"  du journal Le Monde daté 22 février 2023, on lit la confirmation de l'inféodation de nos gouvernants aux diktats du lobby agro-industriel. Je trouve d'ailleurs que placer ce titre et cet article dans les pages Economie & entreprise résonne comme un aveu un peu honteux de la façon purement quantitative dont il convient de considérer la question agricole (titre seulement remaquetté pour les besoins de ma mise en page). 

2024 02 22 ATTAL ET LA FNSEA.jpg

Alors sachant cela, quelques voix peuvent bien s'élever pieusement (dans les pages débats du même numéro du même journal) contre l'opposition binaire censée résumer le conflit entre les exigences de l'économie et celles de l'écologie. Sans vouloir jouer les rabat-joie, on peut dire que c'est pas gagné, tant l'antagonisme rend les adversaires irréconciliables.

2024 02 22 ECOLO CONTRE ECONOMIE 2.jpg

D'autres voix croiront sans doute accomplir un  devoir sacré en lançant le vibrant et sempiternel plaidoyer pour une désormais mirifique "transition écologique" du mode de production de l'agriculture française. Là encore, je veux pas doucher les enthousiasmes, mais à voir la façon dont évoluent les rapports de forces, on est à peu près fixé sur le résultat des courses. 

2024 02 22 PLAIDOYER ECOLO 2.jpg

D'ailleurs, le gouvernement, soudé comme jamais autour du premier ministre et du président de la république, fait tout ce qu'il peut pour répondre aux attentes du "monde agricole" (comprenez : "déférer aux ultimatums de la  F.N.S.E.A.") avant la tenue du salon de l'agriculture, comme le note un titre du journal Le Progrès du 23 février 2023. 

2024 02 23 ECOLO MOINS 10 MILLIARDS 2.jpg

Moralité 1 : les écologistes savent sur quel mur ils vont se casser le nez. Moralité 2 : Ils connaissent par cœur la physionomie de l'ennemi à abattre. Moralité 3 : Le pouvoir de nuisance des industriels de l'agriculture est intact. 

mardi, 20 février 2024

LES COULISSES DU CONSEIL CONS

CHEZ LES SAGES DE LA RUE DE MONTPENSIER.2024 02 16 FABIUS.jpg

Laurent Fabius est un homme courtois, civil, affable. La preuve ? Vous voulez découvrir dans quelles conditions sont élaborées les décisions du Conseil Constitutionnel (dont il est le président) ? Rien de plus facile : il vous invite à visiter le vaste atelier des machines où les lois relevant de sa compétence sont examinées.

Sur la photo ci-dessus, il présente les augustes membres du Conseil ainsi que les petites mains qui œuvrent dans l'ombre et s'affairent anonymement pour débroussailler le chemin et permettre aux titulaires de prendre leurs décisions en toute connaissance de cause. Il n'hésite d'ailleurs pas à "mettre-les-mains-dans-le-cambouis" lorsqu'il aperçoit la moindre anicroche. 

Le visiteur peut constater par lui-même avec quel soin méticuleux les machines sont entretenues et avec quel souci de perfection les lieux sont maintenus dans un excellent état de propreté. Ainsi acquiert-il la certitude qu'aucune poussière, aucune impureté, aucun élément adventice ne viennent souiller la majesté de ses arrêts et jeter le plus petit doute sur leur légitimité. Le visiteur en ressort rassuré.

***

La société Daimler Truck a fourni la photo au journal Le Monde du 16 février, où je l'ai piquée . J'ai eu l'idée saugrenue de voir une certaine ressemblance (voir ci-dessous) entre le vieux politicard français et Michael Brecht, président du conseil des salariés de l'usine de Gaggenau (Bade-Wurtemberg). Je me suis dit qu'entre présidents de quelque chose, il y avait motif à permutation, y compris à ma façon rudimentaire.

conseil constitutionnel,leurent fabius,sages de la rue de montpensier,humour,lauréline fontaine la constitution maltraitée

lundi, 19 février 2024

A BAS LES HOMMES !

J'ai commencé à acheter le journal Le Monde en 1968, plus précisément après le choc qu'ont été pour moi les "événements de mai". Si je me souviens bien, c'étaient encore les 24 pages voulues par le fondateur Hubert Beuve-Méry pour que n'importe quel homme curieux de s'informer puisse en venir à bout dans la journée.

Presque 100% de texte sur une surface de papier nettement supérieure à ce que le journal est devenu, question de format. C'est ça, le "Journal de Référence", certes un peu austère, mais du sérieux, du solide et du nourrissant.

Aujourd'hui, ce n'est plus qu'un souvenir. Il faut paraît-il au public des dessins, des photos, des couleurs, des publicités, de la mode, du luxe, bref : toutes sortes de meubles visuels qui satisfassent le besoin de futilité qui anime l'homme moderne.

Il a bien fallu que je subisse et que je m'habitue à toutes les évolutions, car Le Monde, ça restait quand même Le Monde : une référence. Mais est-on bien sûr que cette situation somme toute enviable perdure ?

2024 02 09 VIOLEUR BENOÎT JACQUOT.jpg

2024 02 10 VIOLEUR JACQUES DOILLON.jpg

La réponse n'est plus aussi évidente. Car la France est bien malade. Vous voulez un symptôme ? Je croyais que ce genre de pratique journalistique était réservé aux journaux "people", aux feuilles à scandales et autres torchons. Eh bien pas du tout ! Même le journal Le Monde s'y est mis : le "journal de référence" est en voie de torchonnisation accélérée. Pensez, sans remonter très loin (je pense, entre autres, à la spectaculaire  rage d'Adèle Haenel au simple prononcé du nom de Roman Polanski), à l'offensive massive contre Gérard Depardieu, pour cause de.

Le Monde s'est apparemment fait le partenaire et le relais actif des milices hargneuses dont l'unique raison sociale est désormais : « Vengeance ! ».

 

2024 02 08 JUDITH GODRECHE.jpg

Regardez-la, l'oiselle, comme elle est belle, avec les yeux perdus dans le ciel. A regarder cette photo de Florence Brochoire (Le Monde du 8 février), je lui délivre spontanément le diplôme d'oie blanche, d'immaculée conception et de virginale entité supraterrestre. Une photo qui, mise en regard des titres d'articles (voir plus haut), hurle : « Innocente ! » aux oreilles des immondes salauds qui ont osé flétrir la jeunesse de la jolie fleur au moment même où ses charmes ne demandaient qu'à s'épanouir. « How dare you ? », disait en d'autres circonstances la petite Greta Thunberg : comment osez-vous ?

Eh bien moi, je trouve précisément que l'ordure, l'immonde et l'excrément, ici, sont du côté du journal qui ose publier une image qui, en soi et confrontée aux titres des articles, est une claire mise en accusation publique des prédateurs mentionnés comme tels. J'en conclus que le journal Le Monde s'est converti à la délation, putasserie ordinaire  qui gangrène des pans de plus en plus larges de la société, façon réseaux sociaux.

Regardez bien cette formulation : « Benoît Jacquot : la prédation sous le couvert du cinéma ». "Sous le couvert" ! Oui, mesdames et messieurs, ce déchet humain qui se dit cinéaste ne fait pas des films pour célébrer l'art cinématographique, mais pour procurer à ses appétits bestiaux la chair fraîche de brebis trop ignorantes encore pour se méfier des horribles penchants des messieurs qui "pervertissent la jeunesse" (cf. Socrate). 

Pourtant, à y regarder de plus près, j'ai l'impression que l'affaire est un peu plus compliquée que ça. Que Jacquot (comme Doillon) ait été sensible au charme juvénile de la donzelle, c'est indéniable, et ce n'est pas nouveau. Mais en général, tout se finit dans la correction et le respect, il y a les freins, le surmoi, le qu'en-dira-t-on, et puis il y a surtout la loi. Tout ça dit : « Pas touche ! ». C'était en d'autres temps. L'époque présente a dérivé allègrement vers la libre expression des désirs par des individus affranchis des antiques contraintes.

Ecoutez Brassens : « ... et je ne suis pas chaud pour tâter de la paille humide des cachots » (La Princesse et le croque-note). Ecoutez Ferré : « Quand sous ta robe il n'y aura plus le Code Pénal » (Petite). Ecoutez Serge Reggiani : « Il suffirait de presque rien pour que je te dise "je t'aime" » (Il suffirait de presque rien). 

Les vénérables de la chanson française savaient se tenir et ne pas céder trop facilement à la tentation. Jacquot, Doillon et consort, c'est une autre génération. Je pense aussi à Patrick Font qui, quand il faisait des colos, laissait les adolescentes lui monter sur les genoux (« ... et même pire ... »). Il a payé pour ça. 

Mais avant de condamner, je veux en savoir plus. Par exemple, on me dit que la petite Judith Godrèche a vécu en couple avec le cinéaste. Ah bon ??? En couple ??? Une fille de quatorze ou quinze ans ??? Avec un mec âgé de trente-neuf ans ??? Ah bon ???

Alors moi je demande la comparution des parents : ont-ils porté plainte pour détournement de mineur ? J'espère au moins qu'il leur a fallu de solides raisons pour ne pas le faire. Et elle, Judith, pourquoi n'a-t-elle jamais pensé à porter plainte contre ses propres parents, qui l'ont laissée errer, abandonnée au milieu des flots ? Qu'ils soient plus ou moins psys, qu'ils se soient séparés, que la jeune Judith en ait été déboussolée, je veux bien. Mais  cela ne les dégage en aucun cas de leurs responsabilités de parents, que je sache !

Ben non : qu'est-ce qu'ils ont fait, les parents de Judith Godrèche ??? Ils ont laissé faire !!! Voilà !!! Va, ma fille, vis ta vie à ta guise ! Tu veux faire du cinéma ? Mais vas-y franco ! Et fais ce qu'il faut pour faire carrière !!! Nos voeux t'accompagnent. Vous les trouvez pas sympas comme tout, les parents ? Ouverts à toutes les perspectives, à toutes les expériences, à toutes les aventures ? En voilà, du parent moderne !

Et puis je vois autre chose : Judith Godrèche (avec la meute qui est en train de se former derrière elle) crache aujourd'hui sur Benoît Jacquot et Jacques Doillon ? La belle affaire, vraiment ! Si cette dame a pu imposer son nom dans le monde du cinéma et devenir une actrice fêtée et récompensée dans les festivals et autres cérémonies, n'est-ce pas aussi parce que ces vilains lui ont donné sa chance ? Mis le pied à l'étrier, comme on dit ?

Sa carrière, elle la doit sans doute à son talent, c'est entendu. Mais pas que : elle la doit à des personnes. Or comment se faire choisir par les bonnes personnes ? Il faut bien faire quelque chose, non ? Taper au moins dans le bon œil ? C'est incontournable : sur le marché des jeunes actrices, la concurrence est extrêmement rude. Qu'est-ce qu'on n'est pas prêt(e) à faire pour avoir une chance de percer ?

Pensez seulement à toutes ces filles (les "starlettes") qui se mettaient très volontiers à poil sur les plages du festival de Cannes sous l'œil d'une meute de photographes, dans l'espoir de décrocher un contrat : personne ne les contraignait. C'est ce que reproche le gros mafieux russe (géorgien ?) Rachmiel Dekanidzé à son ami Josif, tombé raide amoureux de l'hystérique, schizophrène et droguée Béa, au point de mettre tout le réseau en danger. Cela finira dans un bain de sang.

JOSIF IL PLEUT DES PETITES ACTRICES.jpg

Bon, je sais bien que c'est de la fiction (série Luka, de Mezzomo et Lapière, vol.6, "Les actrices ne font pas le printemps"), mais on ne peut pas dire que c'est tout à fait faux.

Et puis il y a encore un autre aspect à examiner : qu'est-ce que c'est, le cinéma, finalement ? J'espère que tout le monde tombera d'accord pour dire que c'est une extraordinaire usine à fabriquer du rêve, le merveilleux instrument qui nous sert à façonner nos autres vies, une énorme machine à projeter sur grand écran les désirs de toutes sortes qui sommeillent en chacun de nous.

Le voilà, le moteur, le carburant et le pilote, le maître et le valet, le remède et le poison, le tyran et l'esclave : DÉSIR, et pas besoin pour ça du tramway de Tennessee Williams. Ôtez le désir, il n'y a plus de cinéma. Et même pire : plus de littérature, plus d'art, plus d'amour, en un mot : plus grand-chose. Allez, autant dire plus rien, quoi ! Une telle humanité vous donnerait envie de vivre ? Eh ben pas moi. Or, qu'est-ce qu'il fait, principalement, le désir ? Ben c'est un peu ballot : il circule. Toutes les cultures du monde sont une démonstration permanente de cette vérité. 

Alors vous l'imaginez, à l'arrivée au studio, l'écriteau sommant tous les gens intervenant sur le film : « On est prié d'accrocher manteaux et désirs à la patère avant d'entrer sur le plateau » ? Oui, je sais, faut pas confondre la personne et la fonction, mais qui dira où passe la ligne de démarcation à l'intérieur d'un bonhomme. Non, c'est trop idiot. Il faut faire avec, voilà tout. Comment elles feront, maintenant qu'un puritanisme sourcilleux est en train de gagner la France, les "petites actrices", pour se faire attribuer des rôles ? Comment ils feront, les cinéastes, casteurs et autres chasseurs de talents cachés, pour trouver la perle rare ?

Ensuite, qu'il se passe des trucs, des machins, des bidules entre les êtres vivants ici présents, quoi de plus compréhensible ? J'ajoute : quoi de plus normal ? Même Judith Godrèche, j'ai un peu de mal à gober son histoire : n'a-t-elle tiré de ses expériences aucun épisode lumineux ? N'a-t-elle pas été un peu contente, heureuse de vivre son aventure à certains moments ? Peut-on croire à ce noir absolu ? Qu'est-ce qu'ils comprennent à tout ça, les amateurs d'autodafés ? Ce qui me choque le plus dans toute cette histoire, c'est le caractère tranchant et tranché des réactions. Vous la voyez, la foule debout, dans l'amphithéâtre romain, hurlant sa haine, le pouce en bas ?

Encore un mot, au sujet du chœur des inquisiteurs, y compris ceux qui battent leur coulpe (Télérama, Cahiers du cinéma) parce qu'ils ont fermé les yeux sur les turpitudes des mâles dominants. Je trouve incroyable et inadmissible l'unanimité du jury médiatique qui cloue Jacquot et Doillon au pilori : où et quand est-ce qu'on entendra prononcer le mot de cet immense principe, pilier de l'état de droit : « La parole est à la défense » ? Même Klaus Barbie, un criminel d'une autre dimension, y a eu droit (c'était en 1987).

Mais non, dans ce consensus terrorisé, personne n'ose plus bouger une oreille et ouvrir une bouche qui s'inscrirait en faux face au Niagara des forces dominantes. Les uns sont tout blancs, les autres sont tout noirs !!! Vous l'entendez, le George W. Bush, l'intégriste qui se cachait derrière le président U.S. ? « Je ne veux voir que deux têtes : l'Axe du Bien et l'Axe du Mal. Celui qui n'est pas avec nous est contre nous. Pas d'entre-deux : si t'es pas ami, t'es ennemi. »

Plus de débat entre adversaires courtois et démocrates, mais un état de guerre entre ennemis cherchant à détruire l'autre, vécu comme une menace. C'était la logique de Carl Schmitt, un des penseurs du nazisme. Il m'arrive cependant de me rassurer (on fait ce qu'on peut) en me disant qu'après tout, cette unanimité de la vox populi émane probablement d'un groupe de personnes assez homogène et fonctionnant dans le bocal médiatique parisien, où tout le monde respire le même air. Mais de quels pouvoirs ne disposent-ils pas !!! Et quelle propagande !!!

Je laisse à d'autres le soin de s'interroger sur les mirobolantes « nouvelles masculinités » chères à l'écrivain Ivan Jablonka, et de promettre le fer et le feu aux affreux attardés « masculinistes », aux infâmes « mâles blancs suprémacistes », « virilistes », « prédateurs ». Et vous ne pouvez pas savoir à quel point d'hilarité désopilée me porte la seule idée de passer moi-même pour un de ces monstres.

samedi, 17 février 2024

J.O. PARIS 2024 ...

... TOUT LE MONDE SUR LE PONT ! A VOS POSTES DE COMBAT !

On a beaucoup glosé, débattu et controversé au sujet des bouquinistes des quais de Seine qui, dans un premier temps, ont été virés d'un trait de plume autoritaire, avec leurs "boîtes" si typiques, au nom de la sécurité (enfin, c'est la raison qui était alléguée) et qui, dans un dernier temps, ont été graciés par sa Majesté Jupiter junior (Jupiter senior restant définitivement indétrônable). Maintenant, les pouvoirs publics ont-ils pensé à quelques autres menus problèmes qui pourraient se poser, touchant l'immobilier parisien ?

2024 02 16 J.O. AIRBNB 2.jpg

Voilà un presque-titre trouvé dans le journal Le Monde daté 16 février 2023, p.17. Avec mon esprit mal tourné, je me suis juste amusé à ajouter un petit mot au titre original et à changer deux lettres. 

mercredi, 14 février 2024

L'ENFER DE MATIGNON

Ce n'est pas moi qui ai inventé l'expression "L'Enfer de Matignon". Qui fut le premier ex-premier-ministre à le dire ? Peu importe. Seule compte la réalité.

Ce qui est sûr, c'est que les témoignages se sont accumulés au fil du temps : des nuits blanches, raccourcies ou interrompues en plein milieu du sommeil paradoxal (le meilleur, paraît-il) ; jamais un moment à soi ; et pour couronner le tout, une collection de subordonnés indisciplinés pour qui être nommé ministre ne signifie pas servir dans une équipe pour servir le pays, mais mettre les doigts dans une prise qui, si le rocher est bon et franc, permettra de grimper plus haut et, pourquoi pas, d'atteindre le sommet.

On l'a donc compris, pour briguer le poste de premier ministre, il faut appartenir à la catégorie des masochistes amateurs de l'extrême, ou à celles des naïfs intégraux, des utopistes incorrigibles, des exaltés sourds à tous les conseils avisés, des apprentis-dictateurs aveugles sur leurs propres capacités, des humoristes catastrophistes, etc.

Et cela explique que la longévité du "locataire" (ironie : un des très rares locataires en France à être richement rétribué pour occuper les lieux) de l'hôtel Matignon soit en général très très très mesurée. Toujours est-il que le poste de premier ministre use prématurément le titulaire.

Ce qui fait que l'actuel occupant de l'Elysée, M. Emmanuel Macron, est constamment à la recherche de l'homme au profil impeccable, c'est-à-dire assez fort pour tenir bon face au stress ou aux agressions pendant une durée pas trop ridicule (façon Edith Cresson, de célèbre mémoire) ; mais aussi pas assez fort pour que lui vienne l'idée saugrenue qu'il pourrait prendre la place du président.

La photo ci-dessous, prise en secret par Brigitte Macron, montre Emmanuel Macron dans un de ces moments où la presse n'est pas invitée, où les nerfs du président le trahissent un bref instant, et où il confie son désarroi de façon émouvante contre l'épaule de Jacques Attali, l'homme aux cent plumes qui sait tout, qui a tout compris mais qui, dans les circonstances les plus difficiles, sait trouver les mots qui essuient les larmes les plus grosses.

VALLEE COBRAS P.49 DEFINITIF.jpg

Hergé, "Les Aventures de Jo, Zette et Jocko", La Vallée des cobras, p.49 (texte à peine retouché).

dimanche, 11 février 2024

MAHMOUD DARWICH, POÈTE

Mahmoud Darwich est Palestinien. Comme Ibrahim Sousse, qui aurait pu faire une grande carrière de pianiste, Mahmoud Darwich aurait sans doute préféré se consacrer entièrement à sa propre vie, à ses amours, à ses amitiés et à l'écriture. Mais voilà, il est Palestinien. Et s'il écrit, c'est comme entre les parenthèses de temps que l'action lui laisse. Il est un militant, alors quoi de plus logique que ce qu'il écrit se permette de refléter l'urgence, la simple et brutale réalité des événements ?

Mais Mahmoud Darwich est un poète : ce qui compte, c'est la voix qui émerge de cette réalité pour se faire entendre avec force. Cette voix est belle, cette voix est grande. Elle appelle à la résistance, au point de se souvenir d'Aragon ("Ballade de celui qui chantait dans les supplices") : « Si c'était à refaire, Je parcourrais cette longue route ».

Oui, cette voix est belle, et cela sans doute parce que l'auteur accepte le plus souvent de ne pas nommer le trivial, mais d'en filtrer l'arôme, la saveur et la silhouette comme dans un filigrane d'authenticité. Le pluriel est de mise, quand on veut éviter de réduire au particulier : « Quand les martyrs vont dormir, je me réveille et je monte la garde pour éloigner d'eux les amateurs d'éloges funèbres ».

Cette voix est belle, qui fait entendre le chant d'un être pleinement vivant : la passion, la vibration, la femme, les amis, les rêves mêmes illuminent le livre et accompagnent le combat de l'homme : « Ô mes amis, laissez un seul mur pour les cordes à linge, une nuit pour les chansons ». On entend au loin l'appel au plaisir : « Je veux davantage de vie ».

Le livre est tout entier bruissement, fourmillement, mouvement d'un peuple astreint à la quotidienneté du rire et des larmes, comme rêvé. Impatience de celui qui sent une terre promise à portée de sa main. Vision d'un possible futur, désillusion quand il est mis en face de la fraternité refusée : « Frère, ô mon frère ! qu'ai-je fait pour que tu m'assassines ? »

Cette voix est celle d'un homme qui chante. Un lyrisme sans ostentation baigne la plupart des poèmes, ou les gonfle d'un souffle ample et inspiré : « Ils dorment au-delà de l'horizon rétréci, sur le versant où la parole s'est pétrifiée. Ils dorment dans une pierre modelée avec les ossements de leur phénix ».

Un lyrisme qui ne fuit pourtant pas l'évocation de l'hostilité ou de la violence : « La blessure a-t-elle besoin de son poète Pour dessiner une grenade à l'absence ? » Mais sans complaisance déplacée : « La poésie et la prière nous seront secourables. Et nous, nous avons le droit d'éponger la nuit des belles femmes, de discuter de ce qui Peut écourter la nuit de deux étrangers guettant l'arrivée du nord à la boussole ».

Mahmoud Darwich sait qu'il ne faudrait pas qu'après le retour en terre promise, ce qu'il a chanté pour accompagner ce retour devienne pour autant caduc : si je me réduis à ce que je cherche, que deviendrai-je quand je l'aurai trouvé ? L'auteur, sans cesse, pressent l'invention d'un futur peut-être heureux, à condition que.

Mahmoud Darwich dit ailleurs : « Dis-moi, notre poème a-t-il été vain ? — Non, je ne le pense pas. —  Alors pourquoi la guerre devance-t-elle le poème ? — Nous demandons à la pierre de nous donner le rythme ; nous ne l'obtenons pas. — Les poètes ont des dieux anciens ».

***

Note : J'ai écrit ce petit texte en octobre 1991. Je venais de me laisser saisir par la lecture de Plus rares sont les roses, traduit par l'excellent Abdellatif Laâbi, publié aux Editions de Minuit en 1989. Le hasard vient de me faire rouvrir le numéro de revue où ce texte a paru. A la lumière des actuels événements qui bouleversent une nouvelle fois le Proche-Orient, il m'a semblé opportun de lui donner une deuxième vie, malgré ce que j'y vois aujourd'hui de maladresses, omissions et balourdises.

Mahmoud Darwich est mort en 2008. Le Hamas, avec le 7 octobre, a donné un élan irrésistible à la propagation de la haine entre les Israéliens et les Palestiniens en inspirant aux premiers une réaction de vengeance tellement démesurée qu'un point de non-retour semble cette fois atteint. Que reste-t-il de possible ? Que resterait-il à dire au poète Mahmoud Darwich, face au spectacle de l'invincible désolation ?