Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 juin 2024

LA FRANCE QUI TOMBE

Pour introduire le présent billet, j'ai piqué dans le journal Le Figaro du 13 mai dernier le titre de l'éditorial de Vincent Trémolet de Villers.

2024 05 13 FIG FRANCE DEGRINGOLE.jpg

Inutile j'espère de préciser que l'objet de l'édito n'a rien à voir avec le propos que je m'apprête à tenir ici, puisqu'il parle de « situation économique et sociale proche de l'autodestruction ». Je reconnais cependant que mon idée a peut-être quelque chose à voir avec une autodestruction.

Car depuis dimanche 9 juin et les 32 % de la liste Jordan Bardella-Marine Le Pen aux élections européennes, je me sens très mal dans ma peau de Français. Comment ça ? Il se trouve un tiers des suffrages exprimés en faveur du clan Le Pen ? 

Certes, c'est Jordan Bardella qui figure en tête de liste pour siéger à Strasbourg et Bruxelles. Mais pour moi, Bardella n'est qu'un comparse, un homme de paille, une marionnette, un faux nez, un paravent, un masque. Complaisant et opportuniste, sans conviction ni corps de doctrine, sans contenu ni consistance, voilà en tout cas un drôle de personnage.

Remarqué au Parlement européen pour son absentéisme, pour la rareté de ses interventions et pour son inscription à une seule commission : celle dite "des pétitions", généralement rebaptisée "commission des planqués" par les autres députés européens. Son rôle exclusif et sa fonction dans les rangs du R.N. ? Représentant de commerce. Camelot si vous préférez ("bonnisseur de la bath", comme disait Jean Bruce pour OSS 117). Je veux dire que sa tâche est de faire du porte-à-porte (et pourquoi pas "portail-à-portail" ?) sur les réseaux sociaux et de conquérir de nouvelles clientèles par son pouvoir de séduction.

Un tiers des électeurs, donc. Je me dis : « Ce n'est pas possible ! » Et pourtant si ! Et j'en ai entendu, de ces électeurs, avec leurs "Mais on ne les a jamais essayés, alors pourquoi pas ?" Et je me dis que c'est ce genre d'eau usée qui sert de conscience politique à la majorité relative de mes semblables. Faut-il que la France soit tombée bien bas pour aller jusqu'à fouiller au fond de ses poubelles pour ramener au jour de vieilles idées vaguement effrayantes. 

Bien sûr, Marine a, dit-on, "dédiabolisé" le Front National, cet épouvantail et croquemitaine façonné par son père Jean-Marie, qui a longtemps joué le rôle du diable et rassemblé autour de sa personne tout ce que la droite radicale comptait de baroudeurs et autres aventuriers. Le premier tour de la présidentielle de 2002 montre que ce diable-là ne faisait déjà plus si peur que cela.

Le problème, avec le R.N., c'est sans doute moins Marine, qui après tout ne fait que dorer la pilule, comme les autres, c'est-à-dire mentir comme les autres, que les divers animaux carnassiers qui gravitent autour d'elle.

journal le figaro,le canard enchaîné,vincent trémolet de villers,charlotte cieslinski,jordan bardella,marine le pen,rassemblement national,élections européennes,élections législatives,jean bruce,oss 117,jean marie le pen,hubert bonnisseur de la bath,france,société,politique

Et l'article de Charlotte Cieslinski (Canard enchaîné du 12 juin dernier) montre — si elle dit vrai — qu'avec le haut terreau administratif, Marine semble arriver en pays conquis. Et ne parlons pas des eaux troubles de la police, où frétillent quelques autres poissons inquiétants.

2024 06 12 HAUTS FONCT. FACHOS TITRE.jpg

Alors, pourquoi ce triomphe annoncé ? Sans être spécialiste de quoi que ce soit, je voudrais mettre en avant trois facteurs.

1) L'immense médiocrité du personnel politique français. Je n'apprends rien à personne.

2) Les marges de manœuvre de plus en plus étroites laissées aux individus formant la classe politique par l'édification besogneuse et tatillonne de l'Europe communautaire.

3) L'impuissance de cette classe politique à imposer quelque régulation ou partage des richesses que ce soit à des puissances économiques et financières de plus en plus voraces.

Ce n'est pas "pour du beurre", mais bel et bien pour de vrai, le lent, constant, irrésistible grignotage de tous les bienfaits hérités des années fastes, des Trente glorieuses, des luttes syndicales, des conquêtes sociales, grignotage qu'on peut observer depuis trente ou quarante ans, et dont l'effet visible est d'augmenter sans cesse le nombre des pauvres. Il ne faut pas oublier que : « Qui sème la misère récolte la colère ». Tout le succès du parti de Marine découle de cette misère, de cette colère et de cette vérité primordiales.

Ceux qui déclarent qu'il faut tout faire pour empêcher le Rassemblement National d'accéder au pouvoir mentent, font semblant et mettent le doigt dans l'œil de leurs électeurs. Ceux qui proclament qu'il faut avant tout lutter contre la réémergence de la "bête immonde" savent qu'ils trompent leur monde. On ne lutte pas contre le Rassemblement National.

On ne lutte pas contre des idées : on fait ce qu'il faut pour que leurs conditions d'émergence ne soient jamais réunies. Je veux dire : quand on est un homme politique responsable, on agit pour procurer aux populations des conditions de vie correctes, une prospérité relative, un certain bonheur d'exister, de travailler, de prospérer dans un Etat de droit où règne la justice. Un homme d'Etat responsable se débrouille pour que les gens soient satisfaits de leur sort. Il travaille pour que soit effective une certaine redistribution des richesses.

Tout cela pour dire que la montée du Front National du père, puis du Rassemblement voulu par la fille dépend d'une logique implacable, et même d'une mécanique bien huilée. Marine, c'est l'enfant biologique de cette triple faillite.

P.S. : Du coup, j'irai peut-être voter cette fois.

mardi, 04 juin 2024

TRENTE-HUIT

38

NON, IL N'Y A PAS D'ERREUR, VOUS NE RÊVEZ PAS : IL Y AURA BIEN TRENTE-HUIT PANNEAUX D'AFFICHAGE.

2024 06 01 ELECTION TABLEAUX AFFICHAGE.jpg

Ce qui pose évidemment des problèmes insolubles aux maires de nombreuses petites (et parfois toutes petites) communes. « Vous nous voyez, ici à Saugy (Cher), 69 habitants au recensement de 1990 [vous pouvez vérifier], dépenser des sommes déraisonnables pour simplement nous conformer aux règles impérieuses du code électoral ? » Quelle idée aussi ! Trente-huit listes de candidats aux fauteuils d'élus au Parlement européen !!!

Tout le monde disait 38, alors moi, je suis allé sur le site du Ministère de l'Intérieur, je n'en ai trouvé que 37, dans l'arrêté du 17 mai 2024 paru au Journal Officiel, vous savez, celui où sont enregistrés les listes et chacun des individus figurant sur ces dernières.

En fait, il faut aller voir la "version consolidée" pour apercevoir la liste n°38 ("Liberté démocratique française"), celle menée par un nommé Patrice Grude. Parenthèse : l'ordre des listes (et des bulletins sur les futures tables) résulte du tirage au sort. J'avoue que j'ai passé un curieux moment à transcrire à la main (mon ordi ne "reconnaît" plus mon imprimante) le titre de toutes ces listes puis le nom de tous ceux et celles qui figurent en tête.

On se demande quand même ce qui ne va pas en France pour que tant de vocations politiques surgissent tout d'un coup, jusqu'à envahir le paysage de leurs appellations souvent énigmatiques, et parfois de leurs professions de foi nébuleuses ? 

Car pour les principales têtes de listes, au moins, c'est clair : on identifie sans problème les bobines de Marie Toussaint (liste n°6 : "Europe écologie"), Raphaël Glucksmann (liste n°27 : "Réveiller l'Europe"), Jordan Bardella (liste n°5 : "La France revient ! avec Jordan Bardella et Marine Le Pen"), Manon Aubry (liste n°4 : "France insoumise"), et même Valérie Hayer (liste n°11 : "Besoin d'Europe") ou François-Xavier Bellamy (liste n°18 : "La droite pour faire entendre la voix de la France en Europe"). 

Mais qui a entendu parler d'Edouard Husson (liste n°25 : "Non ! Prenons-nous en main") ? De Jean-Marc Governatori (liste n°35 : "Ecologie au centre") ? De M. Fidèl' (sic ! Liste n°1 : "Pour une humanité souveraine") ? Et ne parlons pas de Guillaume Lacroix (liste n°31 : "Europe Territoires Ecologie"), de Selma Labib (liste n°22 : "Pour un monde sans frontières ni patrons urgence révolution"), de Michel Simonin (liste n°16 : "Paix et décroissance") ou d'Olivier Terrien (liste n°9 : "Parti révolutionnaire communiste").

Cet ensemble polychrome et plein de bigarrures me ferait rire s'il n'avait pas un aspect carrément pathétique, voire désespérant. Du coup, je me demande ce que c'est, l'Europe, pour que, dans un de ses pays fondateurs, se produisent de telles aberrations. 

Bon, c'est vrai, cela fait bien longtemps que cette Europe, telle qu'elle s'est bricolée, d'abord à six, aujourd'hui à vingt-sept, ressemble davantage, à mes yeux, à une bicoque biscornue qu'à un bâtiment harmonieux. D'abord à cause de tout le personnel politique français et de la frilosité maladive qui le saisissait dès qu'il s'agissait de désigner les candidats à l'instance supranationale. 

Rappelez-vous la façon dont Rachida Dati avait réagi quand son copain Sarkozy, alors président, l'avait bombardée tête de liste pour les européennes. Elle l'a très mal pris. C'était un mauvais coup, une punition, un exil ! Et pas seulement elle : tout le monde ou presque y allait à reculons, à Bruxelles et à Strasbourg.

Tout le monde ou presque préférait l'eau trouble du bocal parisien à l'effectivité d'un vrai travail collectif de construction internationale. Tout le monde ou presque se sentait une âme territoriale et nationale et repoussait ce qui se présentait à tous les yeux comme une vague abstraction lointaine et sans consistance.

Les hommes (et femmes) politique français ne se sont que très rarement sentis personnellement concernés et engagés dans la "construction européenne". La population française elle-même ne savait pas trop à quoi se raccrocher, elle qui entendait de hauts responsables accuser le monstre froid et anonyme qui bombardait la nation de ses oukases bruxellois. 

Qui est en mesure de citer les noms de politiciens français, en dehors des sempiternels Jean Monnet, Robert Schuman, Simone Veil et Jacques Delors, qui soient partis flamberge au vent à la conquête joyeuse de l'Europe communautaire ? Les députés allemands, plus habitués sans doute au travail sérieux et de longue haleine, étaient tout étonnés quand, d'une mandature à l'autre, ils retrouvaient des visages de Français.

Aussi ne nous demandons pas pourquoi la France n'arrive plus à influer sur la marche du véhicule européen autant que par le passé. Disons en gros que la France dans son ensemble n'a jamais vraiment cru à une Europe où elle a eu très tôt l'impression de se dissoudre.

On comprend un peu mieux, dans ces conditions, la floraison foisonnante de la ribambelle de listes qui se soucient fort peu d'être ou non complètement hors-sujet. Qui, parmi les trente-huit têtes de liste, se trouve à ce point en manque de "visibilité" qu'il juge nécessaire ou vital de se montrer un peu pour capter un peu de la lumière que procure l'événement.

Par exemple, que vient faire dans les élections européennes une liste "Free Palestine" ? Elle porte le n°7 et est conduite par M. Nagib Azergui et est pour l'essentiel composée de gens aux noms à consonance "orientale". On me dira : "L'occasion [Gaza, la guerre, le Hamas] fait le larron". Soit, mais tout cela est-il bien sérieux ?

Ce que je comprends le moins, pour finir, dans ces élections et dans la façon dont s'est déroulée la campagne, c'est qu'elles consistent en la juxtaposition de vingt-sept élections nationales. Comment voulez-vous que le citoyen lambda, dans chacun des pays, discerne quelque enjeu européen collectif et communautaire dans le cercle limité de son horizon national ? Conserver des élections nationales pour nourrir des institutions supranationales, avouez qu'il y a de quoi rendre la chose incompréhensible.

Est-il absolument inenvisageable de changer le mode de scrutin ? Est-il impossible d'obtenir de la part des politiciens européens qu'ils s'entendent en amont des élections pour constituer les futurs groupes qui auront la charge de gérer au mieux les intérêts du "vieux continent" ?

Imaginez seulement tous les aimables politiciens obligés de se rencontrer, de se parler et de se comprendre, de faire connaissance en dehors de toute institution avec des gens parlant toutes les langues de l'Europe, de confronter idées et projets et de s'entendre par affinités politiques ou personnelles. Alors ça, je vous parie que ça aurait une autre gueule. Imaginez un réseau Erasmus au Parlement européen !

Et ça nous éviterait, en France (pour les autres pays, je suis dans l'ignorance), le ridicule achevé de voir arriver l'invraisemblable pullulation de candidatures plus fantaisistes les unes que les autres.

Beaucoup de raisons au total pour que je reste à la maison dimanche prochain.

lundi, 20 mai 2019

EUROPE : POURQUOI L'ABSTENTION ?

Les sondages se disputent à propos de tout, dès qu'il s'agit de l'Europe. Qu'on parle des sujets qui préoccupent le plus les populations, des programmes des différentes listes ou du taux d'abstention auquel il faut s'attendre, on ne sait plus à quels chiffres se vouer. Le seul constat unanime est sur la modestie et la timidité de ces chiffres, qui montrent une chose certaine : l'enthousiasme n'est pas au rendez-vous.

Tenez, précisément l'abstention : tout le monde se demande comment interpréter le faible intérêt des Français (mais il n'y a pas que nous) pour tout ce qui concerne la mise en place d'une structure administrative et politique qui ferait du continent un ensemble unifié, et pourquoi pas, une puissance comparable aux grands Etats du monde qui peuvent prétendre au statut de puissance à part entière.

J'ai évoqué ici même (8 mai dernier) le problème de l'Europe et le peu de motivation des Français pour se sentir parties prenantes de l'entreprise. Aujourd'hui, je vais un peu plus loin. Ma thèse est limpide : si les Français s'abstiennent autant à chaque élection européenne, c'est, au moins en partie, parce que tout le personnel politique français pratique, lui aussi, une abstention massive. Une abstention qui tient du militantisme. Les Français, en s'abstenant, ne font que suivre l'exemple donné par leurs politiciens les plus remarquables qui s'abstiennent avec une belle constance de désirer l'Europe qu'eux-mêmes promettent, dans leurs discours électoraux et autres déclarations de circonstance.

Avec une belle constance et une belle unanimité, ils n'ont cessé de nous dire : « L'Europe future est belle, elle est magnifique, mais ce n'est pas pour moi ». Autrement dit : faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Mais les Français comprennent bien ce qu'on ne leur dit pas. Ils pensent : « Ah, vous n'en avez pas envie autrement que dans vos paroles verbales, eh bien vous pouvez compter sur nous ».

L'abstention massive des Français aux élections européennes constitue un magnifique exemple de mimétisme comportemental, en même temps qu'une preuve de l'irresponsabilité de leurs politiciens : l'abstention, ils l'ont apprise en les regardant bien, les responsables politiques. Ils ne les ont pas regardés en train de glisser leur bulletin dans l'urne, ou de sortir de l'isoloir, ou encore de faire des discours pleins de verbes et d'adjectifs en l'honneur de la construction européenne.

Ils ont attentivement observés tous les équipages de ces "petits navires", et les ont vus en train de se faire des politesses, de se laisser la priorité et de "tirer à la courte paille" pour savoir qui, qui, qui aurait assez d'abnégation pour aller s'enterrer à Strasbourg et se faire élire au Parlement européen, ohé, ohé, chacun se disant en catimini et "in petto" : « Le dernier arrivé a gagné ». Le sort tomba régulièrement sur le plus jeune (ou le plus inexpérimenté, cf. la pauvre Loiseau).

Pour entraîner en masse les électeurs vers les bureaux de vote aux élections européennes, il aurait fallu que nos politiciens cessent de prêcher la populace du haut de leurs abstractions et de leurs grands principes. Il aurait fallu qu'ils abandonnent les discours purement incantatoires, dans lesquels eux-mêmes faisaient tellement semblant de croire qu'il sautait aux yeux qu'ils n'y croyaient pas. Il aurait fallu qu'ils prêchent par l'exemple et, pleins de combativité, considèrent les sièges au Parlement comme autant de ponts d'Arcole à conquérir de haute lutte en faisant fi de la mitraille d'adversaires dont on aurait senti que la seule ambition était de les prendre, ces sièges. Il aurait fallu qu'en faisant la preuve de leur envie d'Europe, ils donnent envie d'Europe à tout le monde. 

Il aurait fallu qu'ils aillent au charbon, qu'ils mouillent la chemise, qu'ils proclament la fierté et l'enthousiasme qu'ils auraient éprouvés à représenter le peuple français dans l'instance qui allait structurer l'édifice de la future (éventuelle) nation européenne. Il aurait fallu qu'ils prouvent par leurs actes l'envie qu'ils avaient de participer concrètement à l'invention, au façonnage, à la fabrication de ce nouveau corps politique. Il aurait fallu, tout simplement, qu'ils y croient. En matière de religion, c'est tout ce qui différencie les simples croyants et les fervents pratiquants : qu'est-ce qu'une religion qu'aucune pratique réelle ne vient soutenir et prouver ?

Au lieu de cela, ils ont constamment montré aux Français qu'ils voyaient dans l'éventualité d'une élection à Bruxelles-Strasbourg l'assignation à une corvée détestable, ingrate, obscure et peu valorisante pour eux, et surtout sans retombées gratifiantes sur leur avenir politique. Au lieu de cela, leur répugnance a fait en sorte qu'est sorti des mains de 34.000 fonctionnaires et d'une Commission non élue, une espèce de Golem monstrueux, qui échappe à présent à toutes les volontés. Un Golem horriblement compliqué, ingérable, une passoire ouverte à tous les vents des influences et à toutes les mâchoires des concurrences déloyales.

Quel ahuri pourrait avoir envie d'aller voter pour ce Machin ? D'autant plus repoussant que cette année, le paysage français a sorti le supermarché, que dis-je : l'hypermarché, trente-quatre liste ! Faut-il que le fromage ait un goût bien attirant pour tous les rats : Le Monde du vendredi 17 mai signale que le "budget par député" au niveau européen est de 2,6 millions d'euros, alors qu'au niveau français, un député ne coûte que 0,99 million (et on se plaint !) ; que les "frais de personnel" sont respectivement de 831 millions et de 175 millions ; que l'ensemble des assistants parlementaires coûtent 208 millions (Europe) et 112 (France).

Le Monde passe ainsi en revue un certain nombre de coûts liés à l'exercice de la "démocratie européenne : le budget par eurodéputé, qui est 2 fois et demie plus élevé qu'à l'Assemblée nationale ; les frais de traduction de toutes les langues dans les langues officielles, au prix de 145 euros la page et de 270 à 311 euros l'heure d'interprétariat ; les surcoûts dus aux invraisemblables et réguliers déplacements de Bruxelles (travaux en commissions, dossiers, hébergement, ...) à Strasbourg (assemblées plénières) ; les ressources "confortables" dont dispose chaque eurodéputé (6.825 euros de salaire + 320 par jour de présence + 4513 mensuels pour les frais généraux + 24.943 pour employer des assistants parlementaires) ; et cerise sur le gâteau : l'incroyable déficience des contrôles sur l'utilisation de toutes ces sommes (46 eurodéputés utilisent les services de plus de 10 assistants locaux dans leur pays d'origine : de vraies PME florissantes !). 

Et les eurodéputés sont à l'abri : Ingeborg Grässle, élue de la démocratie chrétienne et présidente de la commission du contrôle budgétaire le dit : « La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a dit que les frais des élus ne devaient pas être contrôlés parce que leur mandat est indépendant ». Génial ! Autrement dit, la dame est nommée à un poste (commission de contrôle) qui consiste à ne servir à rien. Encore bravo, l'Europe.

Non, vraiment, sans façons : non merci. Mon abstentionnisme a de beaux jours devant lui.

Et je me permets de le considérer comme un abstentionnisme éclairé

Voilà ce que je dis, moi.