Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 juin 2024

LA FRANCE QUI TOMBE

Pour introduire le présent billet, j'ai piqué dans le journal Le Figaro du 13 mai dernier le titre de l'éditorial de Vincent Trémolet de Villers.

2024 05 13 FIG FRANCE DEGRINGOLE.jpg

Inutile j'espère de préciser que l'objet de l'édito n'a rien à voir avec le propos que je m'apprête à tenir ici, puisqu'il parle de « situation économique et sociale proche de l'autodestruction ». Je reconnais cependant que mon idée a peut-être quelque chose à voir avec une autodestruction.

Car depuis dimanche 9 juin et les 32 % de la liste Jordan Bardella-Marine Le Pen aux élections européennes, je me sens très mal dans ma peau de Français. Comment ça ? Il se trouve un tiers des suffrages exprimés en faveur du clan Le Pen ? 

Certes, c'est Jordan Bardella qui figure en tête de liste pour siéger à Strasbourg et Bruxelles. Mais pour moi, Bardella n'est qu'un comparse, un homme de paille, une marionnette, un faux nez, un paravent, un masque. Complaisant et opportuniste, sans conviction ni corps de doctrine, sans contenu ni consistance, voilà en tout cas un drôle de personnage.

Remarqué au Parlement européen pour son absentéisme, pour la rareté de ses interventions et pour son inscription à une seule commission : celle dite "des pétitions", généralement rebaptisée "commission des planqués" par les autres députés européens. Son rôle exclusif et sa fonction dans les rangs du R.N. ? Représentant de commerce. Camelot si vous préférez ("bonnisseur de la bath", comme disait Jean Bruce pour OSS 117). Je veux dire que sa tâche est de faire du porte-à-porte (et pourquoi pas "portail-à-portail" ?) sur les réseaux sociaux et de conquérir de nouvelles clientèles par son pouvoir de séduction.

Un tiers des électeurs, donc. Je me dis : « Ce n'est pas possible ! » Et pourtant si ! Et j'en ai entendu, de ces électeurs, avec leurs "Mais on ne les a jamais essayés, alors pourquoi pas ?" Et je me dis que c'est ce genre d'eau usée qui sert de conscience politique à la majorité relative de mes semblables. Faut-il que la France soit tombée bien bas pour aller jusqu'à fouiller au fond de ses poubelles pour ramener au jour de vieilles idées vaguement effrayantes. 

Bien sûr, Marine a, dit-on, "dédiabolisé" le Front National, cet épouvantail et croquemitaine façonné par son père Jean-Marie, qui a longtemps joué le rôle du diable et rassemblé autour de sa personne tout ce que la droite radicale comptait de baroudeurs et autres aventuriers. Le premier tour de la présidentielle de 2002 montre que ce diable-là ne faisait déjà plus si peur que cela.

Le problème, avec le R.N., c'est sans doute moins Marine, qui après tout ne fait que dorer la pilule, comme les autres, c'est-à-dire mentir comme les autres, que les divers animaux carnassiers qui gravitent autour d'elle.

journal le figaro,le canard enchaîné,vincent trémolet de villers,charlotte cieslinski,jordan bardella,marine le pen,rassemblement national,élections européennes,élections législatives,jean bruce,oss 117,jean marie le pen,hubert bonnisseur de la bath,france,société,politique

Et l'article de Charlotte Cieslinski (Canard enchaîné du 12 juin dernier) montre — si elle dit vrai — qu'avec le haut terreau administratif, Marine semble arriver en pays conquis. Et ne parlons pas des eaux troubles de la police, où frétillent quelques autres poissons inquiétants.

2024 06 12 HAUTS FONCT. FACHOS TITRE.jpg

Alors, pourquoi ce triomphe annoncé ? Sans être spécialiste de quoi que ce soit, je voudrais mettre en avant trois facteurs.

1) L'immense médiocrité du personnel politique français. Je n'apprends rien à personne.

2) Les marges de manœuvre de plus en plus étroites laissées aux individus formant la classe politique par l'édification besogneuse et tatillonne de l'Europe communautaire.

3) L'impuissance de cette classe politique à imposer quelque régulation ou partage des richesses que ce soit à des puissances économiques et financières de plus en plus voraces.

Ce n'est pas "pour du beurre", mais bel et bien pour de vrai, le lent, constant, irrésistible grignotage de tous les bienfaits hérités des années fastes, des Trente glorieuses, des luttes syndicales, des conquêtes sociales, grignotage qu'on peut observer depuis trente ou quarante ans, et dont l'effet visible est d'augmenter sans cesse le nombre des pauvres. Il ne faut pas oublier que : « Qui sème la misère récolte la colère ». Tout le succès du parti de Marine découle de cette misère, de cette colère et de cette vérité primordiales.

Ceux qui déclarent qu'il faut tout faire pour empêcher le Rassemblement National d'accéder au pouvoir mentent, font semblant et mettent le doigt dans l'œil de leurs électeurs. Ceux qui proclament qu'il faut avant tout lutter contre la réémergence de la "bête immonde" savent qu'ils trompent leur monde. On ne lutte pas contre le Rassemblement National.

On ne lutte pas contre des idées : on fait ce qu'il faut pour que leurs conditions d'émergence ne soient jamais réunies. Je veux dire : quand on est un homme politique responsable, on agit pour procurer aux populations des conditions de vie correctes, une prospérité relative, un certain bonheur d'exister, de travailler, de prospérer dans un Etat de droit où règne la justice. Un homme d'Etat responsable se débrouille pour que les gens soient satisfaits de leur sort. Il travaille pour que soit effective une certaine redistribution des richesses.

Tout cela pour dire que la montée du Front National du père, puis du Rassemblement voulu par la fille dépend d'une logique implacable, et même d'une mécanique bien huilée. Marine, c'est l'enfant biologique de cette triple faillite.

P.S. : Du coup, j'irai peut-être voter cette fois.

samedi, 07 février 2015

ÇA C’EST UN HOMME

Non, ce titre ne renvoie pas à Manuel Valls. Car lui, l'homme au menton en avant, sa spécialité, c’est de jeter des pavés. Je veux dire « dans la mare ». Prenez le dernier épouvantail qu’il a brandi sous le nez des Français dans l’espoir de faire croire, dans les quartiers défavorisés, qu’il pense à eux. Nuit et jour. « Apartheid », qu’il dit.

 

Manuel Valls n'est qu'un fauteur de guerre : c’est sûrement le mot qu’il fallait prononcer pour développer la haine des habitants de ces quartiers contre l’Etat français et le reste de la population. Et il fait d’une pierre deux coups, avec le message contenu dans cette petite bombe verbale que je décrypte ainsi : « Honte sur vous, Français, de pratiquer chez vous aujourd’hui ce système que vous avez dénoncé violemment avant-hier quand il sévissait en Afrique du Sud ».

 

L’emploi du mot apartheid, en plus de s’apparenter à la fois à l’effet d’une flamme sur un baril de poudre et à une entreprise de culpabilisation de masse des Français, relève tout simplement du mensonge. Je connais un seul pays au monde qui pratique l'apartheid, depuis la libération de Madiba (surnom de Nelson Mandela en Afrique du Sud) par Frederik de Klerk : c’est Israël, qui pratique impunément, au quotidien, la négation du peuple palestinien.

 

En France, parlez d’inégalités criantes, de déni de justice ou autres chefs d’accusation, tant que vous voulez, mais d’apartheid, il n’y a point, monsieur Valls. L’usage que vous avez fait du terme est proprement indigne (de même que le mot « ghetto », que son abus ressassé a vidé de son sens). Et le pire, c’est que vous l’avez utilisé dans une pure opération de com’.

 

Excellente illustration de ce que sont devenus le discours, le personnel et l’action politiques aujourd’hui en France : de la camelote publicitaire. Dont les "éléments de langage" ressemblent furieusement à des coups de klaxon. Concert d'avertisseurs sonores : un résumé de la vie politique en France. 

 

On pourrait à bon droit affubler Manuel Valls (avec ses collègues) du patronyme du célèbre OSS 117 : Bonnisseur de la Bath, un nom qui, traduit de l’argot, donne : « Vous nous la baillez belle, monsieur le premier sinistre ». Cette veulerie n’a rien à envier à celle d’un certain Nicolas S., de ministre mémoire (« Casse-toi pauvre…, Kärcher, les magistrats comme des boîtes de petits pois, etc. »).

 

Gageons qu’il ne lui viendrait pas à l’esprit de s'inspirer de l’attitude d’un homme qui mérite au superlatif le nom d'homme, et dont on ne parle pas assez. J’aime assez quelques livres de l’écrivain, sans toutefois les placer dans mon panthéon personnel. Mais ce que j’admire le plus, chez ce bonhomme, c’est son parcours, cahoteux et chaotique certes, mais noble dans la trajectoire. On y trouve une ascension de l'Everest, un passé de révolutionnaire, un passé d'ouvrier, une passion pour l'Ancien Testament, des livres, ... Il s’appelle Erri de Luca. C’est un Napolitain.

 

Je ne veux pas résumer sa vie : l’encyclopédie en ligne lui consacre une notice assez fournie. Juste évoquer les dernières péripéties en date de son existence. Quand on parle de Bure (déchets nucléaires), de Notre-Dame-des-Landes (aéroport), de Sivens (barrage), on a une idée du champ dans lequel elles se déroulent. On appelle ça les GPU (Grands Projets Inutiles).

 

Le GPU contre lequel s'est élevé Erri de Luca est à coup sûr le plus gros (prévision de 26 milliards d’euros d’argent public) : c’est le tunnel Lyon-Turin. Il a rejoint les contestataires du Val de Susa (côté italien) pour une raison précise, qui n’est pas la folie de la démesure du projet, qui pourtant se suffirait à elle-même.

 

La raison est scientifique et technique, et concerne la santé publique. Car ce que ne crient pas sur les toits les promoteurs du tunnel, c’est que la roche, côté italien, est composée, entre autres, de pechblende. Il faut savoir que c’est en analysant un fragment de pechblende que les Curie ont mérité le Nobel de chimie en 1903 : c’est de là que vient l’identification de quelques charmants éléments, comme polonium, radium, etc. Passons sur la poussière d’amiante crachée par les percements exploratoires. Pas besoin de longs discours : on a compris. Si l’on veut empoisonner le Val de Susa, et toute sa population avec, creusons !!

 

Le problème, c’est que la compagnie chargée du percement a eu connaissance de propos qu’Erri de Luca a tenus dans les médias : « Je reste persuadé que ce projet est une entreprise inutile et je continue à penser qu’il est juste de la saboter ». Plainte au pénal. Le procès se tient en ce moment à Turin, un tribunal qui ne rigole plus dès qu’il s’agit du tunnel.

 

En attendant son procès, Erri de Luca a pris le temps d’écrire un opuscule (La parole contraire). J’extrais quelques phrases : « Si j’avais employé le verbe "saboter" dans le sens de la dégradation matérielle, après l’avoir dit je serais allé le faire » ; « Si je suis déclaré coupable de mes paroles, je répéterai le même délit en criminel endurci et récidiviste ». Moi j’appelle ça avoir de la tenue.

 

Ça, c'est un homme ! Ça s'appelle se tenir debout ! Ça c'est de la dignité. Sans esbroufe. Des questions, monsieur Valls ?

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

Note : l'idée de ce billet m'a été fournie par le petit article (Le Canard enchaîné, 4 février) de l'excellent Jean-Luc Porquet, qui n'a plus l'ami Cabu pour l'illustrer. Il n'a pas fini de me manquer, celui-là, nom de dieu.