Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 juin 2024

TRENTE-HUIT

38

NON, IL N'Y A PAS D'ERREUR, VOUS NE RÊVEZ PAS : IL Y AURA BIEN TRENTE-HUIT PANNEAUX D'AFFICHAGE.

2024 06 01 ELECTION TABLEAUX AFFICHAGE.jpg

Ce qui pose évidemment des problèmes insolubles aux maires de nombreuses petites (et parfois toutes petites) communes. « Vous nous voyez, ici à Saugy (Cher), 69 habitants au recensement de 1990 [vous pouvez vérifier], dépenser des sommes déraisonnables pour simplement nous conformer aux règles impérieuses du code électoral ? » Quelle idée aussi ! Trente-huit listes de candidats aux fauteuils d'élus au Parlement européen !!!

Tout le monde disait 38, alors moi, je suis allé sur le site du Ministère de l'Intérieur, je n'en ai trouvé que 37, dans l'arrêté du 17 mai 2024 paru au Journal Officiel, vous savez, celui où sont enregistrés les listes et chacun des individus figurant sur ces dernières.

En fait, il faut aller voir la "version consolidée" pour apercevoir la liste n°38 ("Liberté démocratique française"), celle menée par un nommé Patrice Grude. Parenthèse : l'ordre des listes (et des bulletins sur les futures tables) résulte du tirage au sort. J'avoue que j'ai passé un curieux moment à transcrire à la main (mon ordi ne "reconnaît" plus mon imprimante) le titre de toutes ces listes puis le nom de tous ceux et celles qui figurent en tête.

On se demande quand même ce qui ne va pas en France pour que tant de vocations politiques surgissent tout d'un coup, jusqu'à envahir le paysage de leurs appellations souvent énigmatiques, et parfois de leurs professions de foi nébuleuses ? 

Car pour les principales têtes de listes, au moins, c'est clair : on identifie sans problème les bobines de Marie Toussaint (liste n°6 : "Europe écologie"), Raphaël Glucksmann (liste n°27 : "Réveiller l'Europe"), Jordan Bardella (liste n°5 : "La France revient ! avec Jordan Bardella et Marine Le Pen"), Manon Aubry (liste n°4 : "France insoumise"), et même Valérie Hayer (liste n°11 : "Besoin d'Europe") ou François-Xavier Bellamy (liste n°18 : "La droite pour faire entendre la voix de la France en Europe"). 

Mais qui a entendu parler d'Edouard Husson (liste n°25 : "Non ! Prenons-nous en main") ? De Jean-Marc Governatori (liste n°35 : "Ecologie au centre") ? De M. Fidèl' (sic ! Liste n°1 : "Pour une humanité souveraine") ? Et ne parlons pas de Guillaume Lacroix (liste n°31 : "Europe Territoires Ecologie"), de Selma Labib (liste n°22 : "Pour un monde sans frontières ni patrons urgence révolution"), de Michel Simonin (liste n°16 : "Paix et décroissance") ou d'Olivier Terrien (liste n°9 : "Parti révolutionnaire communiste").

Cet ensemble polychrome et plein de bigarrures me ferait rire s'il n'avait pas un aspect carrément pathétique, voire désespérant. Du coup, je me demande ce que c'est, l'Europe, pour que, dans un de ses pays fondateurs, se produisent de telles aberrations. 

Bon, c'est vrai, cela fait bien longtemps que cette Europe, telle qu'elle s'est bricolée, d'abord à six, aujourd'hui à vingt-sept, ressemble davantage, à mes yeux, à une bicoque biscornue qu'à un bâtiment harmonieux. D'abord à cause de tout le personnel politique français et de la frilosité maladive qui le saisissait dès qu'il s'agissait de désigner les candidats à l'instance supranationale. 

Rappelez-vous la façon dont Rachida Dati avait réagi quand son copain Sarkozy, alors président, l'avait bombardée tête de liste pour les européennes. Elle l'a très mal pris. C'était un mauvais coup, une punition, un exil ! Et pas seulement elle : tout le monde ou presque y allait à reculons, à Bruxelles et à Strasbourg.

Tout le monde ou presque préférait l'eau trouble du bocal parisien à l'effectivité d'un vrai travail collectif de construction internationale. Tout le monde ou presque se sentait une âme territoriale et nationale et repoussait ce qui se présentait à tous les yeux comme une vague abstraction lointaine et sans consistance.

Les hommes (et femmes) politique français ne se sont que très rarement sentis personnellement concernés et engagés dans la "construction européenne". La population française elle-même ne savait pas trop à quoi se raccrocher, elle qui entendait de hauts responsables accuser le monstre froid et anonyme qui bombardait la nation de ses oukases bruxellois. 

Qui est en mesure de citer les noms de politiciens français, en dehors des sempiternels Jean Monnet, Robert Schuman, Simone Veil et Jacques Delors, qui soient partis flamberge au vent à la conquête joyeuse de l'Europe communautaire ? Les députés allemands, plus habitués sans doute au travail sérieux et de longue haleine, étaient tout étonnés quand, d'une mandature à l'autre, ils retrouvaient des visages de Français.

Aussi ne nous demandons pas pourquoi la France n'arrive plus à influer sur la marche du véhicule européen autant que par le passé. Disons en gros que la France dans son ensemble n'a jamais vraiment cru à une Europe où elle a eu très tôt l'impression de se dissoudre.

On comprend un peu mieux, dans ces conditions, la floraison foisonnante de la ribambelle de listes qui se soucient fort peu d'être ou non complètement hors-sujet. Qui, parmi les trente-huit têtes de liste, se trouve à ce point en manque de "visibilité" qu'il juge nécessaire ou vital de se montrer un peu pour capter un peu de la lumière que procure l'événement.

Par exemple, que vient faire dans les élections européennes une liste "Free Palestine" ? Elle porte le n°7 et est conduite par M. Nagib Azergui et est pour l'essentiel composée de gens aux noms à consonance "orientale". On me dira : "L'occasion [Gaza, la guerre, le Hamas] fait le larron". Soit, mais tout cela est-il bien sérieux ?

Ce que je comprends le moins, pour finir, dans ces élections et dans la façon dont s'est déroulée la campagne, c'est qu'elles consistent en la juxtaposition de vingt-sept élections nationales. Comment voulez-vous que le citoyen lambda, dans chacun des pays, discerne quelque enjeu européen collectif et communautaire dans le cercle limité de son horizon national ? Conserver des élections nationales pour nourrir des institutions supranationales, avouez qu'il y a de quoi rendre la chose incompréhensible.

Est-il absolument inenvisageable de changer le mode de scrutin ? Est-il impossible d'obtenir de la part des politiciens européens qu'ils s'entendent en amont des élections pour constituer les futurs groupes qui auront la charge de gérer au mieux les intérêts du "vieux continent" ?

Imaginez seulement tous les aimables politiciens obligés de se rencontrer, de se parler et de se comprendre, de faire connaissance en dehors de toute institution avec des gens parlant toutes les langues de l'Europe, de confronter idées et projets et de s'entendre par affinités politiques ou personnelles. Alors ça, je vous parie que ça aurait une autre gueule. Imaginez un réseau Erasmus au Parlement européen !

Et ça nous éviterait, en France (pour les autres pays, je suis dans l'ignorance), le ridicule achevé de voir arriver l'invraisemblable pullulation de candidatures plus fantaisistes les unes que les autres.

Beaucoup de raisons au total pour que je reste à la maison dimanche prochain.

Les commentaires sont fermés.