Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

10/12

TUPINIERS 10.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

dimanche, 12 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

9/12

TUPINIERS 9.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

samedi, 11 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

8/12

TUPINIERS 8.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

vendredi, 10 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

7/12

TUPINIERS 7.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

jeudi, 09 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

6/12

TUPINIERS 6.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

mercredi, 08 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

5/12

TUPINIERS 5.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

mardi, 07 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

4/12

TUPINIERS 4.jpg

Note sur le dessin du cadre :

L'accoucheur humain n'aide à naître que de l'inachevé : il aura beau façonner et pétrir, l'œuvre échappera toujours.

L'être ainsi advenu, s'il est sage, fera semblant d'avoir été voulu.

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

lundi, 06 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

3/12

TUPINIERS 3.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

dimanche, 05 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

2/12

TUPINIERS 2.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

samedi, 04 novembre 2017

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

1/12

TUPINIERS 1.jpg

09:00 Publié dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, haïkus

jeudi, 02 novembre 2017

UNE VICTOIRE CATALANE

NOTULE EN PASSANT

L'affaire catalane nous apporte une nouvelle preuve de la puissance des médias sur les esprits, et spécialement, en l'occurrence, sur ceux des journalistes chargés de rendre compte des événements, heure par heure, dans la succession palpitante de rebondissements dont les gens raisonnables se disent déjà que certains envoyés spéciaux seront sur les rotules bien avant l'épilogue.

Mais cette affaire catalane a déjà obtenu un résultat tangible. Je veux dire un résultat audible. A la façon dont tous les gens de presse s'expriment, on est obligé d'admettre qu'ils sont doués pour les langues étrangères : à l'occasion du déchaînement catalaniste, en effet, ils se sont tous mis au catalan. La preuve ? L'effort qu'ils font pour prononcer le nom du président de la Catalogne à la façon des Catalans.

Il s'appelle Carlès (attention : ne dites surtout pas Carlos) Puigdemont. Attention, ça ne se pronnonce pas comme c'est écrit. Son nom n'a l'air de rien, comme ça, vu de France, mais les gens avertis savent désormais qu'il faut articuler « puitchdemonntt ». Le drôle de la chose, c'est que tous les journalistes que j'ai entendus parler de ça s'y sont mis comme un seul homme, le doigt sur la couture du pantalon, même les femmes attachées à la mode aujourd'hui vieillotte de la jupe. La Catalanie a gagné ! Comme quoi la langue est bien la meilleure des choses, tout au moins quand ce n'est pas la pire, comme disait je ne sais plus quel fabuliste bègue, bossu et grec. Bravo, la Catalanie ! En avant vers d'autres victoires, comme disait Ségolène Royal après s'être fait battre en 2007.

Moi qui avais eu du mal à prononcer « redjep tchossia » pour Rexhep Qosja (l'auteur albanais de La Mort me vient de ces yeux-là), ou « bichennté lizarazou » pour Bixente Lizarazu (footballeur basque, à ce qu'on m'assure), je me dis que la vie va devenir compliquée pour les journalistes des actualités internationales.

Rendez-vous compte : si les conférences de presse se déroulent non plus dans les quelques langues nationales avec lesquelles ils ont fait l'effort de se familiariser, mais dans les centaines de langues régionales que compte le territoire européen (comme il est arrivé récemment à Barcelone, où le chef de la police régionale, comme une réponse en bras d'honneur, a quitté la salle quand un journaliste téméraire a eu le culot de lui demander pourquoi il tenait à s'exprimer systématiquement en catalan, et non en espagnol), il va falloir que les fabricants de logiciels de traduction automatique investissent des fortunes pour se mettre en mesure de satisfaire les marchés qui s'ouvrent à eux. 

Moi, j'appelle ça une exceptionnelle campagne de communication. Ce qui était peut-être, tout bien considéré, le principal but recherché. 

mercredi, 01 novembre 2017

IL Y EUT UNE CROIX-ROUSSE

REVELLIN 2011.jpg

ANGLE NUITS-DUMONT-D'URVILLE 2011 (Photo prise au 20 mm.)

Noter qu'on a déjà pris soin de sectionner la vigne vierge à mi-hauteur.

REVELLIN 2017.JPG

ANGLE NUITS-DUMONT-D'URVILLE 2017

La boîte aux lettres a disparu.

L'angle n'est pas le même, mais le cœur y est.

photographie,lyon,croix-rousse

CHANTIER TRÈS BIENTÔT LIVRÉ, RUE CLAUDIUS-LINOSSIER 2017

photographie,lyon,croix-rousse

GROS OEUVRE TERMINÉ, ANGLE LINOSSIER-THÉVENET 2017

photographie,lyon,croix-rousse

DÉMOLITION TERMINÉE, ANGLE CHARIOT-D'OR-THÉVENET (LIVRAISON 2018 ?)

... ET CE N'EST PAS FINI : ATTENTION A CE QUI SE PRÉPARE RUE DU MAIL, RUE DE CUIRE, ETC.

*****************************************

Non, pas de regret du passé : juste la banalité immobilière qui marque la transformation d'un quartier, et qui fait monter les prix.

lundi, 30 octobre 2017

ÉGYPTE ET DROITS DE L’HOMME

Même les plus belles idées sont parfois défendues par des « bas-de-plafond », qui dès lors leur font courir le risque d’être disqualifiées dans l'esprit du plus grand nombre, et de n'être plus que des cadavres de slogans. Prenez les droits de l’homme, par exemple : qui ose aujourd’hui s’afficher en opposition ouverte et frontale avec ces grands principes ? Quel hurluberlu dictateur aurait le culot de publier qu’il condamne la liberté comme étant contraire à l’idée qu’il se fait de la dignité humaine ? Le dictateur soucieux de le rester ferme sa gueule sur les principes et s’efforce de ne pas faire trop de publicité quand il les piétine de ses grosses bottes dans la réalité. Le dictateur soucieux de le rester connaît, fût-ce par ouï-dire, l'existence des droits de l'homme, et il sait que ceux-ci sont prompts à lui tailler une réputation s'il fait mine de les ignorer. Or un dictateur, on ne le sait pas assez, ça tient à sa réputation : il tient à se faire respecter, au moins que les convenances soient respectées.

Prenez, je ne sais pas, moi, Saddam Hussein : quand il a gazé des milliers de Kurdes dans les années 1980, il ne l’a pas crié sur les toits. Prenez Kadhafi : lui, qui avait la dictature arrogante, ne détestait pas voir des photos de lui dans les magazines du « monde libre », mais quand il s’occupait de ses opposants, il se débrouillait pour que ça se passe dans l’intimité, sans témoins et à l’abri de toutes les curiosités mal placées. Dans les deux cas, malgré les précautions, les échos de diverses atrocités franchissaient la frontière et se mettaient à courir jusque dans les cercles, ONG et « associations » qui s’étaient donné l’humanisme pour raison sociale, faisant au dictateur une fâcheuse réputation.

Ces défenseurs des droits de l’homme ne cessaient d'alerter les médias. En vain. Tout le monde savait que ces gens n’étaient pas fréquentables, y compris les gens installés sur les échelons du haut des sociétés moralement insoupçonnables. Mais qui se disaient qu’il ne faut pas confondre les principes avec les affaires et la géopolitique, et que s’il ne fallait fréquenter que des gens fréquentables, le commerce international ne s’en remettrait pas. Pour dire le mot, ils se faisaient un raison.

Qu’est-ce qui a poussé l’équipe de George W. Bush à mettre le fusil sur l’autre épaule et à devenir des auditeurs attentifs des « cercles, ONG et associations » ? Certains racontent que les fabuleuses réserves de pétrole recelées par le sous-sol de l’Irak n’étaient pas étrangères à la décision d’intervenir. Pour décider les autres à faire de même, en général rétifs, Bush inventa, on s’en souvient, l’ « Axe du Mal » et les « Armes de Destruction Massive » : il fallait selon lui en finir avec un dictateur qui foulait aux pieds les « valeurs » et les « principes sacrés » sur lesquels étaient fondées nos démocraties. On voit encore aujourd’hui le caca que l’Amérique vertueuse et soi-disant droit-de-l’hommiste ("exporter la démocratie", qu'y disaient) a semé pour très longtemps dans la région.

En Libye, le même scénario s’est déroulé, à la nuance près que le prétexte fut, cette fois, le massacre imminent, par le dictateur, d’opposants bien intentionnés, et en général pacifiques ou tout au plus armés de pétoires, disait-on. Certains racontent cependant aujourd'hui que Sarkozy, qui flirtait plus ou moins, paraît-il, avec le dictateur, avait intérêt à éliminer la source de futurs ennuis judiciaires en France. Toujours est-il que, à cause identique, effets identiques : il a suffi à tous les groupes et groupuscules de la région de piocher dans les arsenaux surabondants de Kadhafi assez d’engins de mort pour constituer autant de petites armées incontrôlables. On voit encore aujourd’hui le caca que les vertueux ont encore une fois semé dans toute la bande saharo-sahélienne.

Dans les deux cas, on peut dire que, si les principes avaient raison, le terrain a montré qu’ils avaient tort : les principes sont une chose estimable, mais ils ne sont jamais confinés dans un éther abstrait ou dans un absolu hermétique à la bassesse des préoccupations humaines. Si le dictateur est une figure du Mal, on est bien obligé de se dire qu'il n'y a pas que le Mal : il y a aussi le Pire. Et dans le pire des cas, il n'y a pas de honte à laisser tomber les principes pour un peu de lucidité sur la réalité concrète. 

Alors l’Egypte, à présent. Que s’est-il passé ? Quelques vociférations peu audibles ont accueilli le maréchal Al Sissi, le président en place, lors de sa visite officielle en France. Moins en tout cas que celles qui avaient accueilli Kadhafi, quand Sarkozy l’avait laissé en toute liberté planter sa tente de bédouin du désert dans la cour du majestueux hôtel de Marigny, à deux pas de l'Elysée. Al Sissi est-il un dictateur comparable à ceux dûment estampillés tels par la « communauté internationale » ? Rien n’est moins sûr : l’Egypte n’est ni l’Irak, ni la Libye. Et surtout, elle pèse d'un poids décisif à cause de son emplacement stratégique.

Que son régime soit autoritaire, c’est le moins que l’on puisse dire. Qu’il n’aime pas les opposants quels qu’ils soient, cela paraît clair, comme il est clair que le président ne fait pas grand cas des libertés individuelles. Mais pourquoi ai-je traité au tout début de « bas de plafond » les glapisseurs des droits de l’homme (André Breton et les surréalistes dénonçaient, eux, les « glapisseurs de Dieu », qu'ils envoyaient « à la niche », en 1948) qui se sont manifestés lors de la venue d’Al Sissi ? Parce que, pour ne pas encourir ce reproche, le minimum aurait au moins été de jeter un œil sur la situation égyptienne. Le droit-de-l'hommisme peut être très myope, car il se montre souvent incapable d'envisager la suite des événements. En clair : incapable d'envisager le Pire. Eh oui, disons-le : le dictateur est parfois un pis-aller.

Si l’on s’en tient au cahier des charges juridiques que s’efforce de remplir une démocratie, Al Sissi est un usurpateur, arrivé au pouvoir suite à un coup d’Etat, donc il est illégitime. Mais qu’est-ce qui a amené l’armée égyptienne, en dehors de ses intérêts économiques (considérables), à chasser du pouvoir Mohammed Morsi, le président élu, donc seul légitime ? Oh, sûrement pas un motif valable aux yeux du droit-de-l’hommiste de nos contrées : juste une succession de petits coups de force (une suite de coups d'Etat en miniature, parfois pas si miniatures que ça) commis, une fois élu, par Morsi et ses acolytes islamistes, par lesquels ceux-ci confisquaient à leur seul profit l’intégralité des pouvoirs politique, législatif et judiciaire, et qui avaient jeté, il ne faut pas l’oublier, des millions de protestataires dans les rues, réclamant l'intervention de l'armée.

Ce que préparaient les Frères musulmans en Egypte ? Certainement pas l’établissement d’une improbable et grande démocratie musulmane, mais ni plus ni moins qu’une jolie dictature religieuse intégriste, dans un pays proche de l'Europe et peuplé de plus de quatre-vingts millions d’habitants. La question que je pose aux droits-de-l’hommistes à cheval sur les principes est : qu’est-ce qui est préférable ? Le Mal, ou le Pire ? Saddam Hussein, ou le chaos présent ? Kadhafi, ou l’anarchie généralisée ? Un ordre injuste ou cette instabilité qu'on observe, et qui rend le monde de plus en plus dangereux ? L’armée égyptienne a-t-elle bien fait d’intervenir ? Je réponds oui : il y a les principes, et puis il y a les réalités politiques. Bêler aux principes face à l’offensive de l’islam rigoriste, ce n’est pas seulement de l’inconscience : c’est une mauvaise action.

On a assez vu en terre française ce qu’est capable d’accomplir l’islam des fanatiques pour ne pas en rajouter dans la surenchère des principes et des idéaux (qui croit encore à l'expression « la France patrie des droits de l'homme » ? Redescendons sur terre). Je m’étonne en passant que le droits-de-l’hommiste chargé de ses nobles intentions ne soit pas descendu dans la rue tout récemment pour défendre l’état de droit, que met à mal la nouvelle loi voulue par Macron et adoptée par les députés que ce DRH a embauchés, et qui fait entrer dans le droit ordinaire des dispositions de l’état d’urgence, pérennisant et banalisant une législation d’exception. A tant faire que de combattre pour les droits de l'homme, autant commencer par chez nous, non ? Réponse : ben non ! Les Français sont trop occupés à trembler pour leur sécurité pour penser à protéger l'état de droit. L'état de droit, c'est bon pour les Egyptiens !

samedi, 28 octobre 2017

MON ART ABSTRAIT

001.jpg

Photographie Frédéric Chambe, prise rue commandant Charcot, à Lyon.

mercredi, 25 octobre 2017

#BALANCE TON PORC

C’est donc entendu : tous les hommes sont des cochons. Je sais, certains mauvais esprits, aussi facétieux que peu respectueux du courageux combat de la gent féministe (à ne pas confondre avec la « gent féminine », qui heureusement n'est pas une secte, puisque c'est une généralité) pour la conquête inachevée de tous les droits auxquels la modernité leur donne droit, certains esprits, donc, auront sûrement pensé aux deux derniers couplets de la chanson qu’on braillait, adolescents, dans le car qui nous emmenait « à la neige », et qui commençait par « Jeanneton prend sa faucille, larirette, larirette, et s’en va couper les joncs ».

L’avant-dernier couplet ? « La morale de cette histoire, larirette, c’est que les hommes sont des cochons ». Classique. Mais le dernier ? Je vais vous dire : la gent féministe a lancé une fatwa pour faire interdire ce texte, au motif qu’il porte atteinte aux « droits auxquels la modernité … etc. ». Ayant décidé de braver cet interdit, je rappelle ici les dernières paroles de la chanson : « La morale de cette morale, larirette, c’est que les femmes aiment les cochons ».

Il est donc question d’hommes, de femmes et de cochons. Cela tombe bien, les actualités médiatiques viennent de projeter le thème à la une de tous les journaux (et « réseaux sociaux », comme il est impératif d’ajouter aujourd’hui). Ainsi, tout le monde est aujourd’hui d’accord : monsieur Harvey Weinstein est un porc. Il a en effet honteusement et longuement profité de sa position de pouvoir pour se faire accorder des faveurs par d’innombrables femmes. Le cas s'est répandu comme un virus d'Ebola, et très au-delà des frontières d'Hollywood, au point qu'on a l'impression, au bruit médiatique retentissant qui a suivi, que tous les hommes sont des Weinstein.

La différence avec la chanson larirette, aujourd'hui, c'est que les femmes n'aiment plus les cochons. Il faudrait plutôt dire : un certain nombre de femmes. Pas d'affolement : c'est seulement, nous disent les gents féministe et journalistique, que « la parole des femmes se libère ». L'expression (« la parole libérée ») fait florès depuis quelque temps, menaçant tous les hommes (pour la pédophilie, il est recommandé, spécialement depuis quelque temps, d'être un curé ou un instituteur) qui se rendent coupables des nouvelles turpitudes à la mode. Jusqu'à quand est-on en droit de dire que « la parole se libère », et à partir de quand doit-on prévenir le gibier que « la chasse est ouverte » ?

Dans la présente affaire, la question est de savoir quelle est cette fameuse position de pouvoir qui a donné à Harvey Weinstein l’opportunité d’importuner tant de femmes jusque dans l’intimité de leurs dessous. Mais aussi pour quelle raison tant de femmes innocentes ont été mises en présence de ce porc doublé d’un prédateur. Tiens, j’apprends qu’il était producteur de cinéma. Et que les femmes en question allaient dans son bureau sans y avoir été contraintes. Pensez : elles désiraient obtenir un rôle dans un film financé par le dit Weinstein. Et tiens, justement, beaucoup d’entre elles ont fait une belle carrière dans le cinéma. Ça tombe plutôt bien, non ? On se dit qu'elles doivent être bien reconnaissantes au monsieur, qui leur a donné leur chance et mis le pied à l'étrier. Eh bien non, figurez-vous : elles n'ont même pas la reconnaissance du bas-ventre.

Pourquoi une jeune femme veut-elle « faire du cinéma » ? Pour aller vite, les deux raisons principales sont qu’elle a un talent de comédienne et qu’elle n’est pas « fatigante à regarder », comme dit aimablement mon ami Yves, qui ne dédaigne pas la litote (mon ami Alain préférait quant à lui : « elle est gentille », déjà plus ambigu). Cela paraît clair : très peu de premiers rôles féminins ont été tenus par des grosses ou des laides dans l’histoire du cinéma. C’est injuste et fou, mais que voulez-vous qu’on y fasse ?

Que demandent le cinéma en général, ses professionnels et ses spectateurs en particulier à une femme ? De séduire, de séduire et de séduire. Or, pour plaire aux spectateurs, il faut commencer par plaire à ceux qui vont faire le film, car c'est eux qui s'imaginent connaître et incarner le mieux les goûts du public. Imaginez que Gwyneth Paltrow se soit présentée à Harvey Weinstein en tenue de souillon, pas lavée et pas maquillée. Le monsieur ne l’aurait pas regardée. Pire, il ne l’aurait peut-être même pas vue. A la rigueur, si elle avait été en train de faire sa chambre d’hôtel quand il sortait de la douche, il lui serait arrivé la même chose qu’à Nafissatou Diallo avec DSK.

balance ton porc,harvey weinstein,machisme,féminisme,chiennes de garde,collectif la barbe,jeanneton prend sa faucille,tous les hommes sont des cochons,les femmes aiment les cochons,larirette larirette,hollywood,la parole libérée,gwyneth paltrow,festival de cannes,journal libération,journalistes,leurent joffrin,laurent joffrin mouchard,baudelaire le peintre de la vie moderne,nafissatou diallo,dsk,dominique strauss-kahn,bande dessinée,bd luka mezzomo lapière

GWYNETH PALTROW, UNE FEMME QUI A "RÉUSSI"

J’ignore dans quel état d’esprit était Gwyneth Paltrow en frappant à la porte du bureau, mais il m’étonnerait fort qu’elle ne se soit pas auparavant renseignée sur le bonhomme qui allait l’accueillir, auprès de femmes qui avaient avant elle fait la démarche. J’imagine aussi qu’elle savait deux ou trois choses sur les mœurs qui avaient cours dans le milieu professionnel où elle désirait s’insérer et si possible faire carrière.

balance ton porc,harvey weinstein,machisme,féminisme,chiennes de garde,collectif la barbe,jeanneton prend sa faucille,tous les hommes sont des cochons,les femmes aiment les cochons,larirette larirette,hollywood,la parole libérée,gwyneth paltrow,festival de cannes,journal libération,journalistes,leurent joffrin,laurent joffrin mouchard,baudelaire le peintre de la vie moderne,nafissatou diallo,dsk,dominique strauss-kahn

TOUTE LA PROBLÉMATIQUE EST LÀ

C'EST DANS LA SÉRIE "LUKA" (N°5), DE MEZZOMO ET LAPIÈRE (ED. DUPUIS, 2000)

Il n’y a qu’à ouvrir n’importe quel magazine « people » pour le savoir : les histoires de cœur y côtoient allègrement les histoires de cul. A moins d’être une oie blanche, une candidate-actrice sait ce qu’il faut faire de son corps : un argument de vente. Dans le pire des cas, c’est un mauvais moment à passer. « Puisque c’est le métier qui veut ça », doivent se dire beaucoup : que ne ferait-on pas pour « réussir » et briller de mille feux, comme des étoiles dans le ciel hollywoodien. Combien de ces starlettes se sont-elles fait prendre en photo sur la plage de Cannes en prenant soin de ne pas mettre trop de tissu sur leurs charmes ?

balance ton porc,harvey weinstein, machisme,féminisme,chiennes de garde,collectif la barbe,jeanneton prend sa faucille,tous les hommes sont des cochons,les femmes aiment les cochons,larirette larirette,hollywood,la parole libérée,gwyneth paltrow,festival de cannes

QUELQUES PORCS ACCOURUS POUR RENIFLER L'OIE BLANCHE

J'en conclus que Gwyneth Paltrow (et toutes ses consœurs concernées) est une vilaine ingrate, doublée d'une grande hypocrite : elle a au moins fait fructifier son investissement de départ, et le sacrifice qui allait avec.

Car le moteur des actrices de cinéma, ce que cette industrie est même en droit d’attendre d’elles, c’est qu’elles soient en mesure de susciter le désir, qui est une sorte d'assurance sur les bénéfices futurs.

balance ton porc,harvey weinstein, machisme,féminisme,chiennes de garde,collectif la barbe,jeanneton prend sa faucille,tous les hommes sont des cochons,les femmes aiment les cochons,larirette larirette,hollywood,la parole libérée,gwyneth paltrow,festival de cannes

LA VICTIME BELLA HADID A CANNES, CONTRAINTE PAR ON NE SAIT QUEL PRÉDATEUR DE SUSCITER LE DÉSIR DES PORCS, EN EXHIBANT UNE ADMIRABLE ABSENCE DE DESSOUS

Ce point est crucial pour le producteur, qui est d’abord un homme d’affaires, un financier qui compte bien faire que ses investissements lui rapportent le plus gros possible par l'afflux dans les salles obscures. Ce calcul repose précisément sur la capacité de l’actrice à provoquer le désir du spectateur (des millions et des millions de porcs, donc, selon la gent féministe).

Que nous apprend, dans ces conditions, « l’affaire Weinstein » ? Qu’il est urgent d’agir pour mettre fin une fois pour toutes aux agissements inqualifiables de la détestable gent masculine à l’égard de la gent féministe (je fais confiance aux femmes normales). Pour cela, je propose de donner force de loi à une suggestion faite un jour dans les médias par un de ces princes du journalisme auxquels une rumeur prête le pouvoir de gouverner l’opinion publique. Un prince que le monde entier ne nous envie pas, j'espère.

Cette Altesse Royale du papier journal, dont les visiteurs de ce blog savent combien il figure au nombre de mes objets de dévotion, a pour nom Laurent Joffrin (Mouchard de son vrai nom). J’ai en effet entendu ce maître donneur de leçons, un jour à la radio, formuler l’une de ces idées lumineuses qui tapissent de nos jours les murs de l’air du temps : pour en finir avec le harcèlement sexuel et les propos ou les gestes déplacés, il faut que les hommes cessent de désirer les femmes.

Je l’affirme : j’ai entendu le monsieur émettre la suggestion, pour pacifier les rapports entre les hommes et les femmes, que les premiers cessent une bonne fois de considérer les secondes comme des objets de désir. Laurent Joffrin a tout compris. Enfin un homme qui a compris ce que les femmes attendent depuis la nuit des temps : que les hommes cessent de les désirer. Oui, aussi stupéfiant que cela puisse paraître, j'ai bien entendu ce monsieur émettre cette idée, à propos de je ne sais plus quelle actualité, peut-être les problèmes des femmes égyptiennes dans les bus : la racine du mal réside exclusivement dans le fait que les hommes, tout au moins en général, désirent les femmes. 

Que les hommes aient besoin en permanence qu'on leur enseigne la civilité en même temps que la civilisation, je crois en effet que beaucoup en ont besoin, vu la rusticité des manières dont ils affublent l'expression de leur émoi face à la beauté des femmes, mais je suggère à la gent féministe, qui véhicule un tel négationnisme du désir, d’informer la gent féminine, soit la presque totalité des êtres humains femelles, du prochain nouvel état des choses. Je me permets cependant d’émettre un doute quant à la façon dont le message serait reçu par ces femmes normales ("la gent féminine", j'insiste lourdement), qui auraient sans doute du mal à se consoler d'anéantir tous les efforts qu’elles font chaque matin devant leur miroir pour façonner leur apparence, comme elles le font depuis la nuit des temps. 

Pourquoi se donnent-elles tant de mal ? Pour le savoir, pas besoin d'aller chercher Baudelaire et son Eloge du maquillage dans Le Peintre de la vie moderne (« ... se dorer pour être adorée ... »). C'est tout simple : la femme fait de son miroir le conseiller de son équilibre et de son bien-être intérieurs. Viennent en second les usages de la vie sociale : il s'agit, indirectement, d'agir sur le regard des autres, de le façonner pour l'amener à refléter les mêmes ondes positives, mais cette fois porteuses de respect ou d'envie, si possible d'admiration ou même de désir et, pourquoi pas, d'amour. 

En espérant ne rencontrer que des regards de femmes envieuses et d'hommes civilisés. 

En espérant aussi que, dans un  avenir proche ou lointain, des femmes perpétuent cette manie qui consiste, pour elles, à désirer que des hommes éprouvent un désir à leur endroit (et pourquoi pas à leur envers).

samedi, 14 octobre 2017

QU'EST-CE QU'UN POLITICIEN ...

... DANS LES DICTIONNAIRES ?

Qu’est-ce qu’un politicien, en France, aujourd’hui ? Comment définir les individus qui en ont fait un métier et qui y font carrière ? C’est entendu : à l’instar d’un bien connu, quoique très controversé, chef de l’éphémère « Etat français », ils ont un jour héroïquement choisi de « faire don de leur personne à la France ». C’est du moins, en substance et en filigrane, ce qu’on entend quand ils évoquent, de l'air de fierté modeste qui n'appartient qu'à eux, la noblesse et la profondeur des motivations qui les habitent. Tels Jeanne d’Arc, ils se sont sentis appelés à vouer leur existence au service de la nation. Ils obéissent à une véritable vocation, ce qui les autorise, pensent-ils, à affirmer qu’ils accomplissent une mission. On est prié de ne pas douter ou ricaner.

Ce portrait est un peu chargé, j’en conviens, si on le rapporte, par exemple, à la définition qu’en donne le petit Larousse 2005 (édition du centenaire confiée, pour la déco, à Christian Lacroix, s’il vous plaît, c'est très chic) : « Personne qui fait de la politique, qui exerce des responsabilités politiques ». Il est vrai que le PLI ajoute aussitôt : « adj. Péjor. Qui relève d’une politique intrigante et intéressée », mais sans insister davantage. Le Grand Robert observe à peu près une neutralité comparable. Le Nouveau Larousse illustré (en sept gros volumes, 1903-1907) va à peine plus loin dans la prise de risque (quoique …) : « Personne qui s’occupe de politique. (Ne se dit guère qu’en mauvaise part) : On voit des politiciens de village régenter le monde ». Peu glorieux, en somme.

On en apprend plus dans le Robert « historique » (1992), qui envisage le mot comme nom et adjectif : « est emprunté (1779), avec adaptation du suffixe, à l’anglais politician n. (XVI° s.) qui désignait autrefois une personne intriguant en politique avant de désigner une personne versée en politique (1628) et, surtout en américain, une personne qui fait profession d’activités et d’intrigues politiques. Politician est dérivé de politic adj. lui-même emprunté au XV° s. au français politique. ◊ Le mot apparaît chez Beaumarchais (1779), déjà avec une nuance péjorative, associé au dépréciatif politiqueur. Il ne sera repris qu’en 1865 sous la forme anglaise politician, francisée en politicien (1868), appliqué à un contexte américain avant d’être acclimaté (1898) au contexte français. Employé adjectivement (1899), il n’était pas encore très courant ni même très admis vers 1900, où l’on trouve la variante politicier. Politicien est devenu courant, tant comme nom que comme adjectif, aujourd’hui avec une nuance péjorative (politique politicienne) ». On a compris que nul, dans la classe politique, ne peut considérer, même aujourd’hui, comme un compliment d’être qualifié de « politicien ».

On appréciera "dépréciatif" et "nuance péjorative" à leur juste valeur. Tout cela, évidemment, n’est pas rien, mais l’origine du mot ne développe toutes ses fragrances subtiles et délectables (je veux parler des « connotations ») nulle part ailleurs que dans le Littré : « Nom, aux Etats-Unis, de ceux qui s’occupent de diriger les affaires politiques, les élections, etc. Une municipalité sans foi [à New-York] a, dans maintes rencontres, impudemment empoché l’argent des contribuables pour le partager avec les politiciens qui l’avaient nommée, L. Simonin, Rev. des Deux-Mondes, 1er déc. 1874, p. 677. Une autre cause de dissolution [des Etats-Unis] à ses yeux, c’est l’influence des politiciens, sortes de déclassés des carrières régulières, se faisant une profession lucrative de la politique, Journ. Offic. 6 fév. 1876, p. 1079, 2° col. Channing frémit à l’idée de confier aux politiciens le soin de former et de façonner l’esprit public : les politiciens, dit-il, ne considèrent les hommes qu’à un seul point de vue : comme les instruments de leur ambition ; ils n’ont pas le savoir, la réflexion, le désintéressement qui doivent présider à un bon système d’éducation, Paul Leroy-Beaulieu, Journ. des Débats, 25 août 1876, 3° page, 6° col. ».

On voit par là que, « le temps passant sur les mémoires » (Tonton Georges) et le mot s’acclimatant en terre française, celui-ci a bien pris soin d’édulcorer les miasmes infamants de sa substance héritée de la pas si lointaine Amérique : si le mot n’est pas un compliment, il n’en est pas injurieux pour autant. On peut sans doute le regretter. Et dire que les politiciens s’étonnent aujourd’hui d’être souvent vilipendés ou haïs par la population : qu’on leur donne à lire l’article du Littré, ils verront de quelle fange ils sont issus !

Et je me dis que si l’on rapproche le sens établi par le grand linguiste (ou plutôt : lexicographe) du portrait que Balzac dresse des journalistes parisiens dans Illusions perdues, quarante ans avant, on est saisi du résultat de l’opération : il n’y en a pas un pour racheter l’autre, et tous se traînent dans une veulerie et une vénalité propres à dégoûter l’honnête homme d’ouvrir encore un journal. Le plus étonnant dans tout ça est cependant si l’on se remémore ces deux origines quand on observe l’air d’autorité que se donnent les princes des journalistes (genre Alain Duhamel ou Laurent Joffrin, vous savez, ceux qu'on appelle "éditorialistes", au résumé des propos desquels se réduisent bien souvent les (soi-disant) "revues de presse") quand ils délivrent analyses et oracles du haut de la chaire où ils se sont hissés. Un air qui n’a d’égale que la suffisance, l’arrogance et la certitude qu’affichent nos politiciens quand on leur présente un micro.

C’est me semble-t-il dans Lazarillo de Tormès, délicieux roman picaresque espagnol de 1554, qu’on trouve le portrait d’un gueux qui, voulant paraître gentilhomme, est obligé de se couvrir le dos d’une cape ou de se présenter de face vers les autres, au motif que l’arrière miteux et mité de son habit lui laisse les fesses à l’air.

On ne devrait jamais oublier Lazarillo de Tormès quand on assiste au spectacle donné par journalistes et politiciens dans l’exercice de leurs fonctions. A quelle considération spéciale ont-ils la prétention d'avoir droit de la part du public ? On aimerait davantage d'humilité, si au moins c'était possible.

Voilà ce que je dis, moi.

dimanche, 08 octobre 2017

ILS SONT FOUS CES CATALANS

Bon, les Catalans ne veulent plus être espagnols : ils veulent redevenir des Catalanistes pur sucre pour restaurer la grande identité nationale catalaniste. Plus catalanissime qu’eux, tu meurs. Eh bien nous voilà beaux ! Je trouve que si l'idée n'est pas drôle du tout, c'est quand même une drôle d'idée. En fait, je n'ai jamais compris la manie séparatiste, d'où qu'elle vienne (les Slovaques d'avec les Tchèques, les Ecossais d'avec les Anglais, les Britanniques d'avec les Européens, les Lombards d'avec les Italiens, etc.).

La revendication identitaire m'est totalement incompréhensible, du seul fait qu'elle nécessite de s'élever contre quelque chose ou quelqu'un. Cela fait belle lurette que s'affirmer Français ne présuppose plus la haine de l'Allemand. Mais pour être "pour" sans être "contre", il faut rester sur une ligne de crête difficile à tenir. C'est pourquoi il faut être bien sûr de la solide consistance de soi. Quelle arrogance, après tout, cette façon d'imposer aux autres sa personne identitaire. Dans le temps, ça s'appelait "rouler les mécaniques". Se rendent-ils compte que tout ça ne m'intéresse pas, et même aurait plutôt tendance à m'énerver ? 

Me viendrait-il jamais l'idée de brandir mon drapeau d'une improbable "République croix-roussienne" (quoique chez nous sévisse une très folklorique "République des canuts") ? En France, il y a les Corses et les Basques, ensuite les Bretons et les Alsaciens sur un mode mineur, plus loin les Savoisiens, etc, jusqu'à l'entité matricielle : Clochemerle ? Avant l’ultime et logique « reductio a minima », selon la loi dialectique et maoïste du petit livre rouge "un se divise en deux" : moi, moi, moi seul. Et encore : aurons-nous longtemps envie de cohabiter avec nous-même ? Il y a des jours comme ça, en effet, où je m'insupporte gravement. A ce train-là, il y aura bientôt autant de nations que d'individus : vous imaginez sept milliards de nations représentées à l'ONU ? Et sait-on où peut s'arrêter cette logique de la scissiparité ? Sept milliards d'indiviDIEUX ?

Car le mot d’ordre qui semble se généraliser à tous les étages des sociétés ressemble à ceci : tous les liens sont des chaînes. J'ai bien dit : tous les liens, qu’ils soient conjugaux, familiaux, sociaux, politiques. Tout ce qui nous attache à quelque chose ou à quelqu'un est un obstacle à la libre expression de notre moi profond, de notre être essentiel. Dès lors, brisons toutes les chaînes qui nous lient et soyons enfin pleinement nous-mêmes. Enfin libres. Pleinement nous-mêmes, vraiment ? Libres, vraiment ?

Ce fantasme n'amène aucune "destruction créatrice", ce concept imbécile inventé par l'économiste Joseph Schumpeter (calqué sur ce qui est observable dans la nature : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, "imbécile" en ce qu'il transpose dans la sphère proprement humaine, dont la perspective est a priori "ouverte" et créatrice de nouveau à tout moment (on appelle ça l'Histoire), ce qu'il y a de cyclique, répétitif et déterminé dans la nature), c'est une maladie incurable : cette quête ne peut avoir de fin. 

Moi, ça me fait doucement rigoler, cette folie de vouloir se tricoter une identité plus petite que la grande, une identité somme toute plus ringarde, plus particulière, plus restreinte. Sans aller jusqu'à la fusion dans "le grand tout universel", il doit y avoir moyen de s'entendre sur un moyen terme. Mais "se tricoter" n'est pas tout à fait exact : ce serait plutôt "repriser", comme grand-mère faisait les chaussettes. C'est plutôt du genre "restauration à l'ancienne", "retour aux origines, aux vraies racines" et toutes sortes de blablas. Les Catalanistes, je les vois un peu comme ces militants matagrabolisés de la cervelle (voyez Rabelais) qui, se considérant comme seuls au monde et détenteurs d’une Vérité qui leur est propre, montent à l’assaut de l’injustice atroce qui leur est faite au seul motif qu’ils sont dans le seul Vrai qui vaille : le leur. Il y a du pathétique dans cette demande impérative de reconnaissance, qui lance à tout le monde (Europe comprise) cette commination : aimez-moi pour ce que je vous dis que je suis, ou je fais un malheur.

Je note l’extraordinaire indulgence des médias français, qui présentent Mariano Rajoy et le roi Felipe VI comme ayant tous les torts, comme des gens autoritaires et fermés à tout dialogue, et les indépendantistes comme des gens pacifiques présentant avec humilité de modestes revendications, alors même que les Catalans vivent dans un régime régi par la constitution espagnole, c’est-à-dire un texte qui définit la légalité. Je suis estomaqué de la connotation des termes employés par les journalistes français que j’ai entendus, qui légitiment avant tout examen les « aspirations » du « peuple catalan », alors même que, s’ils crient beaucoup plus fort que tous les autres réunis, les indépendantistes n’en restent pas moins minoritaires en Catalogne, et qu’ils compensent par le bruit des casseroles, les vociférations hypnotiques et les intimidations menaçantes. Il y a du putschiste dans toute cette attitude. Du bolchevique. Les médias français aiment peut-être les putschistes, mais seulement quand ça se passe ailleurs que chez eux.

Mais je note aussi l'incroyable bêtise politique du premier ministre espagnol Mariano Rajoy d'avoir offert sur un plateau le thème des "violences policières" aux séparatistes. Ce bas de plafond, au lieu de traiter l'affaire comme la bulle de savon qu'elle est en réalité, a trouvé le moyen de renforcer le camp des indépendantistes en allant faire entendre à Barcelone des bruits de bottes et donner au camp adverse l'occasion de diffuser sur tous les réseaux sociaux l'image des visages ensanglantés. Mariano Rajoy est à coup sûr, dans les choses d'un peu d'envergure, un nain politique et un grand niais.

Il n'empêche que, si la Catalogne devient un Etat indépendant, Carles Puigdemont, l'exalté fauteur de troubles en chef, devra inventer une monnaie (retour au peso en attendant l'éventualité d'une adhésion à l'Union européenne), constituer une armée, développer une diplomatie autonome lui permettant d'envoyer des ambassadeurs dans les pays qui l'auront reconnu officiellement, etc. Je lui souhaite bon courage.

dimanche, 01 octobre 2017

MACRON, TU CAUSES, ...

... TU CAUSES, ...

... C'EST TOUT CE QUE TU SAIS FAIRE !

Comme l'affirmait le philosophe Henri Bergson, pour avoir une idée de ce qu'un homme a vraiment dans la tête, il faut moins écouter ce qu'il dit qu'observer ce qu'il fait : Zénon d'Elée a beau découper verbalement la distance de l'archer à la cible en moitié, moitié de la moitié et moitié de la moitié de la moitié à l'infini, la flèche arrive quand même à son but. Ecoutez Emmanuel Macron : du grandiose, du flamboyant. Des projets pour l'Europe, il en a plein son sac. Pour parvenir à une société un peu meilleure (du moins dit-il, car en réalité : pour faire de la France un compétiteur au taquet dans la guerre économique mondiale qui est aujourd'hui devenue le seul avenir de l'humanité, quel que soit le prix de la "mise à niveau"), c'est pareil, il a plein de belles idées, ou plutôt de grandes idées. A moins que ce ne soient finalement que des grands mots. C'est vrai, dans le fond, les mots, c'est toujours plus facile que les choses. Et des mots, pardon, qu'est-ce qu'il nous en met ! On pourrait même dire à monsieur Macron que, s'il parlait moins, si on le voyait moins, si on n'entendait pas son nom s'incruster comme une tique dans tous les journaux papier, radio et télé, au point de les infecter, on ne s'en porterait pas plus mal. Au contraire. 

Parce que ce monsieur qui se targuait de raréfier la parole présidentielle pour lui rendre un peu de sa noblesse en la replaçant à une distance plus respectable de l'urgence de l'instant présent, il ne se passe pas un jour sans que sa bobine de jeune premier s'affiche dans les magazines et que les caisses de résonance des radio-télévisions s'emplissent des prophéties tombées de l'auguste bouche. C'est sûr, Emmanuel Macron occupe le terrain médiatique. Il plastronne. Il claironne. Il klaxonne. Face à ce flot de paroles verbales, les gens sérieux, parmi lesquels les autres chefs d'Etat européens, se tapotent le menton en attendant de voir venir un peu de concret : ils observent, et se demandent encore si ce jeune homme est en mesure d'entrer dans le dur des négociations, avec des propositions "intelligentes" (entendez : où tous les intérêts soient ménagés).

Cependant, je reconnais au moins que, quand il parle, je n'éprouve plus la véritable honte nationale qui me submergeait en tant que Français quand Hollande faisait entendre sa pauvre voix bégayante, découpant en tronçons méconnaissables les grandes phrases sorties de la plume de ses nègres : Macron sait être un orateur digne de ce nom. Il a dû avoir les félicitations du jury au Grand'O de l'ENA. En clair : Macron est une bête d'épreuve orale, il mouille la chemise, il fait le spectacle. En plus clair : Macron est dans la « com' » jusqu'au cou. Et mieux que ses deux prédécesseurs. Pour Hollande, cela va sans dire : ce n'était pas difficile. Mais idem pour Sarkozy, qui a déclaré pendant l'été : « Macron, c'est moi en mieux » (source Canard enchaîné).

En conclusion, RIEN N'A CHANGÉ. Macron a juste été assez habile pour saisir à temps une opportunité.

Pour l'omniprésence médiatique, Macron est en tout semblable à Sarkozy et Hollande. Ce qui veut dire que la cellule de com' gouverne la France en sous-main, en tandem avec les crânes d'œuf et les « conseillers » de la très HHHaute AAAdministration.

Pour ce qu'on sait de la politique réelle qu'il met en œuvre, on est dans la stricte continuité, en plus marqué : il faut que la France économique rejoigne à marche forcée le train de l'ultralibéralisme, en réduisant à sa plus petite envergure possible l'emprise de l'Etat sur la marche concrète des choses (et ce qui va avec : lutte contre les inégalités, redistribution des richesses produites, ...), et en privatisant le peu qui est encore du domaine public. Face au discours anesthésiant charriant les grands symboles, l'action des petites ou grosses mesures de restriction budgétaire.

Pour ce qui est de l'état de la vie politique en France, on est en mesure aujourd'hui de dire que, entre l'avant-Macron et le avec-Macron, rien n'a changé dans le fond de la gamelle, à ceci près qu'un parti godillot (recruté sur CV s'il vous plaît) a pris la place des deux mafias qui se disputaient le gâteau.

Quant à la prise de température de la société, on commence à être fixé, avec l'introduction dans le droit ordinaire de l'essentiel des mesures d'exception en vigueur pendant l'état d'urgence : le policier remplace le juge. Ce n'est pas une bonne nouvelle. Mais tant que la population dit "Amen", n'est-ce pas ?

La seule chose qui a changé, c'est la qualité de l'habillage. Je veux dire qu'aujourd'hui, il est plutôt flatteur pour l'ego national, le côté "smart" de la façon dont la bonne parole politique est distribuée aux Français. Avec Macron le bonimenteur, voilà la France enfin habillée pour l'hiver.

jeudi, 28 septembre 2017

TOURNÉ AU SOLEIL

 

photographie

lundi, 25 septembre 2017

ECRITURE

Quand la lumière en vient à l'écriture, ...

ECRITURE KALEIDOFORME.JPG

... ce n'est pas la photo qui est floue, ...

005 6.JPG

... c'est un ailleurs qui rend visite.

samedi, 23 septembre 2017

DÉTAIL

005.JPG

mercredi, 20 septembre 2017

COCORICO A L'ONU

Décidément, le journaliste français est incorrigible. On est habitué à ces journaleux, patriotards sportifs, qui résument fidèlement, semaine après semaine, les grandes compétitions mondiales à la façon, pitoyable ou glorieuse, dont les performances des petits Français honorent plus ou moins le pays. Cela va de l'enthousiasme le plus apoplectique à la déception la plus dépressive. Mais ça ne s'arrête pas là. 

Car le journaliste français n'a peur de rien et n'a de cesse que de repousser toujours plus loin les frontières virtuelles de l'hexagone. Ainsi, à l'occasion de l'Assemblée Générale de l'ONU, grosse fête mondiale où les chefs d'Etat des cent quatre-vingt-treize nations du monde sont invités à s'exprimer en réunion plénière, le journaliste français n'a rien trouvé de mieux que de réduire la grandiose cérémonie planétaire à une petite querelle de petites personnes. Même s'il est vrai que l'une des personnes est moins petite que l'autre.

Vous savez comment le journaliste français rend compte de l'événement ? En tout et pour tout, elle (c'est une dame) commence par le discours boute-feu de Donald Trump sur la Corée du nord et l'Iran (et autres Etats voyous), puis enchaîne sur la « réponse » vigoureuse apportée par le président français à son homologue américain. Point-barre. Extraordinaire : ce que retient le journaliste français de cette énorme chose qu'est la réunion de tous les pays du monde en un même lieu, c'est l'axe Trump-Macron. Ça, c'est de l'objectivité, coco ! Pensez-vous que les vastes problèmes du monde sont pris en compte ? Non, l'essentiel à retenir est que monsieur Macron a vertement répliqué à monsieur Trump. Ah mais !

Exeunt tous les autres représentants, à commencer par le Russe, le Chinois et autres personnages secondaires. L'Assemblée Générale de l'ONU, c'est l'axe Paris-New York, qu'on se le dise. La France toujours au premier plan, qu'on se le dise ! J'avoue que ça m'a bien fait rire : Tonnerre Grondant (le vaporisateur enflammé de la Corée du Nord) face à Tom Pouce (le pompier de service qui a la main sur l'extincteur). Ce que je trouve extraordinaire dans l'affaire, c'est que le journaliste français, en braquant sa caméra sur ce tandem (le feu et l'eau), fait disparaître le reste du monde d'un coup de baguette magique. Avouez que ça simplifie à merveille : l'art d'escamoter la complexité au profit d'une simplicité aveuglante. Le journaliste français fait des miracles.

La formidable grille de lecture posée par le journaliste français sur l'Assemblée Générale de l'ONU a malheureusement beaucoup à voir, j'en ai peur, avec des « éléments de langage » collectés auprès d'une officine directement branchée sur la ligne téléphonique de l'Elysée : « N'oubliez pas de faire valoir l'intervention de notre président, n'est-ce pas. - A vos ordres, monsieur le conseiller. Je n'y manquerai pas, monsieur le conseiller. »

N'est-ce pas qu'elle est belle, la presse française ?

C'était un aperçu de l'exercice de la noble profession de journaliste en France aujourd'hui. 

mardi, 19 septembre 2017

COULÉE PÉTRIFIÉE

Mon art abstrait.

COULEE PETRIFIEE.JPG

Tentative de péché de jeunesse.

samedi, 16 septembre 2017

POINTS CARDINAUX

2015 26 AVRIL.JPG

mercredi, 13 septembre 2017

RÉSERVOIR DE

B.JPG

A.JPG