Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 mars 2018

À QUOI ÇA SERT ?

30 novembre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (9).

Pour faire suite aux billets du 16 au 19 novembre (L'humanité en prière). 

LA UNE.jpg

Eh bien voilà, les scientifiques s'étaient mis à 15.000, pourtant. Qu'en est-il de ce cri de détresse, quinze jours après ? Qu'est-ce que ça a changé dans la vie quotidienne des gens ? Qu'est-ce que ça a fait bouger dans la tectonique des habitudes installées ?

RIEN !

La vie a repris le dessus. La voix désagréable a été couverte par le flux des nouvelles. On a entendu les journalistes réduire la visite du pape en Birmanie à la simple omission d'un mot tabou dans ses discours (« François, une fois au Bangla Desh, va-t-il enfin prononcer le mot "rohingya" ? », proféré ce matin même ; sous-entendu : "Allez François, vas-y, montre que t'en as, te dégonfle pas, fais-leur la leçon, à ces salauds ! On s'en fout de la réalité concrète du terrain et des problématiques propres à la Birmanie ! Y a qu'un truc qui nous intéresse, nous : les incantations aux droits de l'homme !" Pauvres journalistes, quand même, pauvres caricatures ! Que savons-nous de la Birmanie (Burma en anglais, Myanmar en birman) ? Aung Sang Suu Kyi, ancienne héroïne Nobel de la paix, les militaires sanguinaires, les moines bouddhistes fanatiques et les Rohingyas. C'est un peu court, je trouve, pour un pays de cinquante millions d'habitants et de 135 groupes ethniques).

On a entendu d'autres journalistes, certainement très versés en matière de balistique aéronautique, souligner que l'altitude de 4.500 km. atteinte par la fusée intercontinentale nord-coréenne (trajectoire "en cloche") permettait en théorie à Kim Jong Un d'atteindre, avec une distance de 13.000 km., n'importe quel point du territoire américain (trajectoire "tendue"). On a entendu Emmanuel Macron s'indigner, face à des étudiants burkinabés "anti-impérialistes", que ceux-ci formulent à son adresse une demande relevant en réalité du président du Burkina Faso (« Mais je ne suis pas président du Burkina Faso ! », s'est-il enflammé, avec pas mal de pertinence selon moi).

Ou, si vous préférez, au choix et dans le désordre : des marchés aux esclaves en Libye ; l'offensive de la robotisation dans le secteur bancaire ; les dépassements d'honoraires des médecins ; le criminel croate qui se suicide en plein tribunal, au moyen d'une fiole de poison dont tout le monde se demande comment il se l'est procurée ;

information,journal le monde,stéphane foucart,journalistes,15.000 scientifiques,écologie,sauver la planète,georges brassens,ronsard mignonne allons voir si la rose,ô vraiment marâtre nature,jacques chirac,emmanuel macron,burkina faso,brexit,esclaves libye

l'impossible procès de l'amiante ; la facture du Brexit ; la toute nouvelle Golf Polo (qui "se rebiffe", selon Le Monde !!! Attention les yeux !). Notre attention ne sait plus où donner du cerveau. Et que fait-il, le pauvre encéphale, de cette masse de données que lui déverse notre curiosité pour tout ce qui se passe ailleurs que chez nous, ailleurs qu'autour de nous et ailleurs qu'en nous ? Grave question posée aux individus ordinaires, dans le fond, que celle du "droit à l'information".

Chacun devrait se poser cette question : « Que fait en moi tout ce monde qui n'est pas moi et, surtout, sur lequel je ne peux rien ? ». Chacun devrait se demander ce que ça lui apporte, de savoir sans cesse ce qui arrive, d'un bout à l'autre de la planète, à des gens qu'il ne connaîtra sans doute jamais, en des lieux où il ne mettra sans doute jamais les pieds. Chacun devrait se demander pourquoi tous les médias le bombardent jusqu'à plus faim de tout ce qui n'est pas lui, ses soucis, ses problèmes et, éventuellement, à qui profitent ces entreprises d'oblitération de sa propre existence.

A cause des informations, chacun devrait normalement s'inquiéter de la présence en lui de toutes sortes de parasites exogènes, exotiques, voire exoplanétaires, qu'on lui a jour après jour injectés à haute dose, et qui lui pompent jour après jour de l'attention, quand ce n'est pas de l'empathie (ce mot si chargé de positivité vertueuse aujourd'hui), pour le gaver de quoi, en retour, de ce monde qui défile sous ses yeux fascinés comme sur un écran de cinéma ?

Des substances nourrissantes, vraiment ? Ne serait-ce pas plutôt, tour à tour ou tout ensemble, de l'émotion, de la compassion, de la culpabilité et je ne sais quels autres chocs à l'estomac (car ce n'est pas au cerveau mais aux tripes, en réalité, que s'adressent ces pseudo-informations que sont les images : rappelons-nous toujours "le poids des mots, le choc des photos") ? En tout cas, certainement un puissant véhicule de propagande (ou, si vous préférez, de manipulation et de formatage des esprits), qui sert à occuper de plus en plus de "temps disponible" dans nos cerveaux.

Oui : que faisons-nous de l'information, ce produit industriel et commercial qui ne nous concerne concrètement et directement que par exception quasi-miraculeuse ? Que change à notre vie d'être au courant de la tragédie des Rohingyas ? Je dirais : rien, sinon un poids supplémentaire à porter, à la rigueur, quand nous rentrons des courses le cabas plein. Mieux : que pouvons-nous en faire ? Comment agir, à partir de ce qu'elle nous apprend, l'information, en dehors du chèque que, bouleversés par les images d'une catastrophe et impatients de manifester notre solidarité, nous envoyons en toute confiance à destination des victimes via des organismes de collecte même pas toujours bien identifiés ?

A quoi nous sert-elle, cette information, tout bien considéré ? Est-ce que chacun d'entre nous n'en sait pas finalement trop par rapport à ce que ses faibles moyens d'agir lui offrent ? A quoi sert de savoir quand on n'a pas de pouvoir sur les choses et les êtres dont nous apprenons les malheurs ? Est-ce que ça suffit à "faire société" ? Est-ce que, vraiment, ça fait du "vivre ensemble" ? Non ! On sait que tout ce qui tape à l'estomac a la durée du feu de paille. On ne peut en faire une structure pérenne. L'émotion ne saurait en aucun cas recoller à elle seule les morceaux de ce qui fut la nation française.  Le 11 janvier 2015, ce puissant cortège du refus qui a martelé en silence les chemins de la France, mais qui n'a pas eu de lendemain, pèse trop sur nos mémoires pour qu'il nous reste une illusion là-dessus.

Le coup de l'émotion, on supporte un moment, on ne peut pas en faire un état de conscience durable, sous peine de devenir fou. Ou mort. Il faut que le cerveau serve à quelque chose de temps en temps, et reprenne ses droits et le volant. A quel nombre infime d'individus capables d'intervenir sur le réel l'information est-elle réellement utile ? Oui, l'information est vraiment, en même temps qu'un spectacle fait pour agglutiner de l'audimat, un savoir inutile au plus grand nombre. Je dirais même nuisible, dans la mesure où, encombré de cet inutile, chacun n'a plus assez de temps ou de disponibilité intérieure pour se consacrer à son essentiel à lui. Est-ce parce qu'on a appris comment vivent les autres, ailleurs, et quelles sont leurs souffrances, que l'on se sent davantage membre de l'espèce humaine ?

Un savoir inutile. On en a un bel exemple avec le manifeste des scientifiques : un gros pavé a donc été jeté dans l'étang de l'actualité. Malheureusement, l'actualité n'est pas un étang : c'est un océan. Le plouf provoqué par la une du Monde, c'est vrai, a fait du bruit pendant deux, trois jours. Et puis quoi ? Les gens vaquent à leur quotidien de travail, de loisir, de routine. Les décideurs vaquent à leur quotidien de travail, de loisir, de routine. Les industriels vaquent à leur quotidien de ... Bref, la planète vaque à ses occupations et s'entête à "regarder ailleurs" pendant que "la maison brûle" (grand geste oratoire de Jacques Chirac à je ne sais plus quelle conférence, autrefois).

L'eau gigantesque du flux des nouvelles s'est refermée sur le pavé (un grain de sable infinitésimal, en fin de compte). Quinze jours après, rien n'a changé ! Le pavé du cri d'alarme a fait un plouf de cri d'alarme ordinaire dans l'océan des informations ordinaires. Son trou dans l'eau s'est refermé (on est loin des "copains d'abord" : « Oui mais jamais au grand jamais Son trou dans l'eau ne se refermait »). On est passé de l'ère du : « Personne n'est irremplaçable » à celle du : « Tout est jetable ».

Qu'est-ce qu'on parie, que le thème – bien ancré dans le "sociétal", lui – des « violences faites aux femmes », des « agressions sexuelles », du « sexisme ordinaire », de « l'égalité hommes-femmes », de « l'écriture inclusive », du « machisme » en général et de la « domination masculine » en particulier, tout ça s'apprête à avoir un impact incomparable sur les consciences, sur les comportements et sur l'état de progressive congélation morale de la société ? Ça, c'est un vrai sujet. Ah que voilà du concernant bien épais ! Le creusement des inégalités entre riches et pauvres ? L'accaparement des ressources ? La dégradation des écosystèmes et de la planète ? Voyons, soyons sérieux : il y a plus important ! On en recausera quand il sera temps ... On a des priorités absolues, que diable : nos valeurs, l'égalité, la non-discrimination, la solidarité, la tolérance, tout ça ...

Pour le moment, il n'y a rien de plus important dans le monde que la « condition de la femme » et tous les péchés masculins qui vont avec, on vous dit. En regardant venir notre fin, entretuons-nous tous, membres de l'espèce humaine. Ce sera plus amusant, plus sportif et, somme toute, plus facile. Et sous le regard satisfait des vrais puissants, des vrais nantis, trop heureux que les masses de gens dont ils fabriquent les conditions de vie oublient que ce sont eux les vrais responsables et passent leur temps à se taper sur la figure entre eux. Inquiets d'une éventuelle « convergence des luttes », ils disent à tous les groupuscules : "Battez-vous, tuez-vous, les enfants, mais ne me faites pas mal". Ce qui cloche, dans la "convergence des luttes", et qui rassure les vrais nantis, c'est le pluriel au mot "luttes". Ça marche toujours aussi bien, "diviser pour régner".

Eh oui, c'est très utile, les luttes parcellaires, pour que la lutte essentielle, la lutte globale disparaisse du paysage et des préoccupations. Après ça, demandons-nous qui a tué la gauche, aujourd'hui morte et enterrée, à la grande satisfaction d'une myriade de petites gauches minables, fermées, égoïstes, communautaristes et concurrentes entre elles. Chacune, dans son pré carré, a confisqué pour son compte l'étendard « progressiste » au bénéfice de ses revendications particulières, et se moque éperdument de contribuer à "éparpiller façon puzzle" le problème central en une multitude de « causes à défendre » qui sont en fait périphériques. 

Personne n'est assez fort, ensuite, pour reconstituer en un tout cohérent la photo ainsi découpée : toutes ces gauches rabougries sont composées de petits boutiquiers qui défendent âprement le stock des denrées spécifiques qui sont leur moyen d'existence. Toutes ces gauches rabougries se soucient de LA gauche comme de leur première chaussette. C'est ce gros mensonge qui l'a tuée, la gauche. Et au passage, ces petits spectacles occupent assez de place à l'avant-scène pour occulter habilement l'accaparement des richesses (huit individus possèdent autant que la moitié de l'humanité) et le massacre de la planète, questions autrement vastes.

Voilà : ce cri d'alarme au sujet de l'environnement et de la Nature n'en était pas un, c'était une information. Parfaitement : juste une information. A peine une virgule dans la masse des données qui circulent. Et comme telle, il a eu le destin des trombes d'informations que régurgite, non : que vomit en permanence l'énorme, l'insatiable, l'inépuisable bouche médiatique (ou je ne sais quel autre orifice) : la poubelle, le soir même. « Ô vraiment, marâtre Nature, Puisqu'une telle fleur ne dure Que du matin jusques au soir ! ». Le destin de l'information ne diffère guère, dans le fond, de la rose de Ronsard.

Subjugués par le spectacle plein de fraîcheur de l'événement qui surgit à jet continu sur les écrans de nos instants, à peine le nouveau tout neuf est-il apparu que, hormis quelques feuilletons soigneusement entretenus quelque temps par les journalistes (le pape et les Rohingyas en est un), il devient aussitôt le précédent fané du suivant tout neuf qui le pousse vers la déchetterie de nos mémoires. Un savoir éphémère, un savoir avorté (aussitôt mort que formulé), un savoir inutile parce que nous ne pouvons rien en faire. Voilà le destin de tout le savoir élaboré par 15.000 scientifiques, une fois « promu » au rang d' "information". Après ça, demandons-nous gravement à quelle hiérarchie de valeurs obéit notre époque.

De profundis, le cri d'alarme. A dans pas longtemps ! Oh, je ne me fais pas de souci, on se reverra bientôt. Combien seront-ils, la fois prochaine, les scientifiques, à signer la piqûre de rappel, je veux dire l'appel d'urgence numéro n ? Parions : 30.000 selon les organisateurs, 3.000 selon la police. Décidément, j'en reste à cette conviction : tout le monde est au courant de ce qui pend au nez de l'humanité. Tout le monde sait et tout le monde voit. Mais ça ne sert à rien. Tiens, la preuve que ça ne sert à rien, c'est par exemple que le glyphosate vient de repartir bon pied bon œil pour cinq ans en Europe, du fait d'un vote positif de l'Allemagne : il paraît que le ministre (CDU-CSU) avait un compte à régler avec la ministre de l'écologie (Les Verts), et qu'il s'est senti les mains libres du fait des bisbilles dans la formation du nouveau gouvernement Merkel.

Savoir ce qui nous attend tous dans pas très longtemps ne sert à rien ! Allons-y ! Après nous, le déluge ! 

Voilà ce que je dis, moi.

Note : je me permets de signaler aux éventuels lecteurs de cette "suite" que, par rapport à son premier état (en deux billets de dimensions modestes), elle a pris un sacré embonpoint, comme on le voit à présent, du fait des multiples rameaux adventices que j'y ai greffés, au fur et à mesure que j'ai perçu l'occasion de leur développement. Quand on relit, voyant ce qui "manque", on tente de compléter. J'espère que l'intelligibilité de l'ensemble « n'en souffre pas avec trop de rigueur » (Tonton Georges, La Tondue).  

jeudi, 29 mars 2018

L’HUMANITÉ EN PRIÈRE 4

19 novembre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (8).

LA UNE.jpg

4/4

PRIONS !

Ce qui manque à tous ces beaux et grands rêveurs ? Oh pas grand-chose, presque rien : juste l'exercice du pouvoir ! Eh oui, ceux qui veulent que ça change ne peuvent rien, à part rêver, vouloir et crier. Quant à ceux dont on croit et espère qu’ils peuvent quelque chose, ils sont ligotés par tant de liens qu’eux non plus ne peuvent pas grand-chose, à part pérorer lors de conférences internationales. On voit ce qu’il en est de la COP 21 deux ans après : il a suffi qu’un Américain halluciné s’en retire pour que tout se mette à pédaler dans la semoule. Aux dernières nouvelles, on se reverra en 2018 en Pologne pour la COP 24, pour analyser où l'on en est de la production de CO2. On a raison, il faut prendre son temps, rien ne presse, y a pas le feu. C'est peut-être ça, après tout, "avoir la vie devant soi" ? 

« QUE FAIRE ? » J’ai envie de dire à Paul Jorion : « Cesse de rêver, Paul ! ». Je ne peux plus entendre tous les « y a qu'à », les « il faut », les « on devrait », les « il est grand temps de », autant d'exhortations incantatoires dont les « penseurs », patentés ou non, gargarisent très volontiers le gosier de leurs raisonnements conclusifs. C'est fou, le nombre de gens qui ont besoin de se rassurer à tout prix à coups d'exhortations solennelles. C'est fou, le nombre de mouches du coche qui se rêvent en cochers. « Arrêtez de faire semblant » : oui, arrêtez d’alimenter dans les masses la machine à espérer. Rendez-leur plutôt le sens du tragique, que les promesses du « Progrès » technique et matériel leur ont fait perdre.

Apprenez-leur que, dans tout ce que fait l'homme, en particulier les objets techniques produits par son génie particulier, il y a quelque chose qui le dépasse et lui échappe, une part irréductible de son action sur laquelle il n'a pas de prise. Les hommes font l'histoire, mais ne savent pas grand-chose de l'histoire qu'ils font ou des conséquences à moyen ou long terme de leurs actions. Pour ce qui est de détruire, l'humanité s'est rendue aussi capable que la "Nature" en colère (énergie nucléaire, industrie chimique, en attendant mieux). Rendez aux humains, si ce n’est pas déjà trop tard, le sens des limites. Rendez-les à leur finitude, à leur précarité.

Cessez de chanter pour eux le culte du surhomme à qui rien n'est impossible, pourvu qu'il en ait la volonté et qu'il s'en remette avec une entière confiance aux outils magiques que d'ingénieux ingénieurs confectionnent pour le plus grand bien de certains comptes en banque. En l’état actuel des choses, seul un bon gros désespoir générateur de colère me semble en mesure de faire bouger le monde. De faire trembler d'un joli "Big One" la surface du globe. Le résultat ne serait peut-être pas bien joli, mais pas pire que les suites de l’illusion qui alimente l’attente de « lendemains qui chantent » : gare, quand ils déchanteront ! Je n'aime pas la violence, mais je la vois venir.

« QUE FAIRE ? » Les 15.000 scientifiques, dans leur solennel « Avertissement à l’humanité », ne font pas autre chose que rêver, quand ils proclament qu'ils veulent mettre les décideurs en face de leurs responsabilités. Ils annoncent fièrement qu’ « il est possible de vaincre n’importe quelle opposition, aussi acharnée soit-elle, et d’obliger les dirigeants politiques à agir ». C’est très beau. Seulement ils y voient une condition préalable : « Grâce à un raz de marée d’initiatives organisées à la base ». Ah bon ! Mais c'est toujours la même question qui se pose : ton "raz de marée d'initiatives", COMMENT ON FAIT, TOTO ? Le pékin de base aura beau se dire : « Vivement le raz de marée ! », l'indécrottable individu, s'il ne se laisse pas embarquer à son tour dans le rêve, aura bien du mal à se voir en costume de raz de marée (voir plus haut "ensemble tout devient possible" et "convergence des luttes"). Il faudrait déjà qu'il se sente partie prenante d'un sort commun, ce qui est loin d'être acquis. A propos de "sort commun", c'est curieux que plus personne ne parle depuis fort longtemps de « l'espèce humaine » (Robert Antelme, 1957, ci-contre).ANTELME ROBERT.jpg

« QUE FAIRE ? » L'avertissement des scientifiques propose ensuite une liste de treize préconisations parfaitement sensées, numérotées de "a" à "m". Je retiens, entre autres, qu’il convient de stopper « la conversion des forêts, prairies et autres habitats originels », restaurer les écosystèmes endémiques, « ré-ensauvager des régions », « adopter des instruments politiques adéquats », « réduire le gaspillage alimentaire », « réduire le taux de fécondité » humaine, réorienter nos régimes alimentaires, sensibiliser les enfants, etc. Là encore, c'est très beau, mais j’arrête : on peut l’attendre longtemps, le raz de marée. "Adopter des instruments politiques adéquats" : mais de quelle planète débarquent-ils ? Encore une fois : comment on fait ? On a compris : il y a dans le monde, en plus de gens sérieux comme Paul Jorion, 15.000 scientifiques tout aussi sérieux, qui sont prêts à faire un vœu chaque fois qu’ils voient une étoile filante et à y croire dur comme fer. Tous ces gens ont une vraie foi chevillée au corps. On a compris : le texte publié dans Le Monde est juste une PRIÈRE à réciter à genoux. A se demander si ce sont bien des scientifiques.

ALMAMY 2.jpg

« QUE FAIRE ? », alors ? Comme le proclament les flyers des médiums guérisseurs de nos boîtes aux lettres, « il n’y a pas de problèmes sans solutions ». Malheureusement, à l'image des "sorciers" africains qui font chez nous commerce de leur art, tous ces braves scientifiques ont chopé la sale manie, inventée par les bureaucrates, d'appliquer à tous les sujets l'immuable schéma « constat-causes-solutions » appris sur les bancs de l’ENA, quand ils rédigent leurs sacro-saintes « notes de synthèse » à l'usage des décideurs. La méthode n’est pas inutile, mais vouloir à toute force positiver pour finir sur une perspective optimiste (« à chaque problème sa solution ») a quelque chose de pathétique. Et si, après tout, il y avait des problèmes sans solutions ? Car les scientifiques posent sur l'état de la planète un diagnostic exact et rigoureux, c'est vrai ; ils en pointent les causes avec une perspicacité inattaquable, c'est vrai ; mais ils fracassent immanquablement le nez de leurs "Solutions" sur la muraille de la réalité du monde tel qu'il va. Parce que, s'il y a des solutions, elles sont entre les mains de la décision des politiques, et accessoirement des populations qui les élisent.

Or, dans le cas présent, les solutions sont connues et archi-connues de tous (la première de toutes, qui conditionne toutes les autres, est de cesser de rechercher la croissance à tout prix), et tout le monde sait qu'elles resteront lettres mortes, et que personne n'aura le courage héroïque qu'il faudrait pour les mettre en œuvre. Quelle abnégation il faudrait pour un renoncement général aux "bienfaits" du "progrès" (car dans le fond du fond, c'est de cela qu'il s'agit, et qu'on ne me parle pas de "développement durable", cette imposture caractérisée qui n'envisage que de reculer l'échéance) ! Et ce n'est pas seulement à cause d'un « manque de volonté politique », cette ritournelle que les médias ressassent, sur fond d'actions et d' « associations » militantes. Produire à tout prix et faire consommer à tout prix, voilà sur quel socle est bâti le monde actuel dans son intégralité (ou presque) : qui peut rayer cette réalité d'un trait de plume ?

«  QUE FAIRE ? » Manque de volonté politique ? Bien sûr ! Par exemple, les responsables européens, en instaurant la règle de l'unanimité pour toutes les grandes décisions qui risqueraient d'en chatouiller quelques-uns, ont clairement décidé de ne rien faire. Eh oui, c'est parce que, les solutions connues et archi-connues, personne n'en veutL'exemple des paradis fiscaux ("Paradise papers") montre à hurler que ceux-ci sont si structurellement inscrits dans l'intestin et dans les moindres neurones de l'économie mondiale, et que tous les acteurs, légaux ou non, en ont tellement besoin, qu'il est absolument inenvisageable de songer à les supprimer. Non, personne ne veut des solutions. Car le manque de volonté au plus haut niveau est fort bien secondé par les volontés populaires — encore plus que dans les pays nantis — dans les pays qui aspirent à vivre mieux sur le plan matériel. Résultat : personne n'est en mesure, même avec la plus féroce volonté du monde, de maîtriser la machine globale, parce que tout le monde veut qu'elle continue à fonctionner. 

Ce "Système" d'une force incommensurable à la nôtre, bien que l'homme l'ait élaboré collectivement, reste presque indifférent à toute volonté particulière (cause de la "honte prométhéenne" selon Günther Anders) : la machine s'est largement affranchie de l'humanité pour rouler pour son propre compte et avancer vers son accomplissement, dans lequel le sort de celle-ci a autant de poids qu'une virgule. La mondialisation, cette invention de forces disparates mais mues par une même logique puissante, échappe à tout le monde, à commencer par ceux qui l'ont voulue, qui n'y voyaient que l'occasion unique et inespérée de développer toujours davantage leurs affaires. Le but des acteurs principaux : ne pas se faire éjecter de la course, ne pas se faire écraser, et pour cela : avancer obstinément dans la même direction, en calculant au mieux les opportunités. De quoi accélérer l'accomplissement.

« QUE FAIRE ? » Non, messieurs, tout le monde sait ce qu’il faut faire, et si les décideurs ne le font pas, c’est d’abord qu’ils ne veulent abandonner aucune de leurs prérogatives, aucune parcelle de leur pouvoir, aucune part de leur gâteau, aucun symbole de leur prestige. C’est ensuite que les populations elles-mêmes, soit tiennent au relatif confort acquis et à leur manière de consommer (leur infinitésimale part du gâteau), soit n'ont qu'un seul but : acquérir les mêmes choses, que leur montrent les médias mondialisés et dont ils sont encore injustement privés. Et l'on sait que les opinions publiques (c'est-à-dire les échantillons représentatifs des populations, augmentés des dérisoires "leaders d'opinion" qui tartinent leurs éditoriaux dans toutes sortes de médias), consultées par sondages, tiennent les décideurs par le bulletin de vote

Le décideur un peu démocratique qui ne se plierait pas à ces exigences populaires (somme toute humainement compréhensibles) serait vite éjecté de la scène publique. Ceux qui veulent « changer radicalement de mode de vie » pour sauver ce qui peut l’être sont une infime poignée, héroïque si l’on veut, mais sans poids. Et je crains fort que le bruit qu’ils s’efforcent de faire ne suffise pas à compenser leur insignifiance en termes de pouvoir.

A mon tour de poser la question "QUE FAIRE ?". J'y réponds : jouissons à notre gré de ce qui nous reste.

Si je traduis en Desproges, il faut comprendre : « Vivons heureux en attendant la mort ». Ce n'est pas déraisonnable.

mercredi, 28 mars 2018

L’HUMANITÉ EN PRIÈRE 3

18 novembre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (7).

3/4

LA SUBVERSION PAR LA TECHNIQUE

Revenons aux bienfaits et méfaits de la technique : tout outil peut, à l'occasion, se transformer en "arme par destination" (comme disent les juristes pénalistes) : marteau ou tournevis, ou encore « un coup de bûche excessif » fera très bien l'affaire pour « estourbir en un tournemain un noctambule en or massif » (tonton Georges). Parmi les maux, les vices et les tragédies dont souffre notre "Modernité", beaucoup sont aimablement fournis par les mêmes instruments qui ont façonné notre si splendide, si brillant et si confortable cadre de vie. Tous les Comités d'Ethique sont de grossiers alibis flasques, de vulgaires rustines gélatineuses pour faire semblant de boucher des trous : certes oui, on peut dire que la technique est la MEILLEURE des choses produites par l'humanité. 

Mais la technique est aussi (et dans le même mouvement) la PIRE. Demandez donc à Günther Anders et à son concept de « honte prométhéenne » ce qu'ils en pensent : comment pouvez-vous être heureux et fier d’avoir créé un objet (il pensait à la bombe atomique) dont la puissance dépasse allègrement  toutes vos capacités de contrôle ? Comment se fait-il que nous soyons comme des bambins béats devant des objets qui surpasseront bientôt nos capacités de compréhension ?

Georges Friedmann, déjà, connu comme sociologue du travail, était plus raisonnable, qui s'inquiétait de ce que la technique a forcément des effets non négligeables sur la structure même de la société et sur la représentation du monde qu'elle induit. Ce que Günther Anders reproche à la technique quand l'homme laisse libre cours à son génie inventif et innovant est très simple : plus l'objet fabriqué contient d'ingéniosité et de complexité, moins son utilisateur est capable d'en comprendre le fonctionnement, donc de rester pleinement maître de ses actes. Il est juste dépassé. Par l'objet, par tout l'amont industriel devenu invisible dans l'objet fini, par tout son quotidien, façonné par l'accumulation de ce type d'objet.

Essayez donc de réparer votre télévision, votre IPhone, votre tablette numérique, pour voir. Essayez donc d'intervenir en quoi que ce soit sur vos objets connectés, tiens, pour voir. Cela s'appelle de l'incompétence. Les ravis du numérique sont tous (ou presque) des incompétents. Ils se contentent de biberonner la nouveauté à la mamelle des GAFA, nourrices modernissimes. Et de compter, en cas de besoin, sur les petites mains des techniciens spécialistes, auxiliaires puériculteurs.

Quand le juge estime que l'automobiliste aurait pu éviter l'obstacle qui s'est invité tout d'un coup dans son champ de vision, il lui colle une amende pour un motif très simple :  « défaut de maîtrise du véhicule ». Je pose la question : sur lequel des objets qu'il utilise quotidiennement, voire en permanence, son utilisateur a-t-il la maîtrise ? C'est exactement ce que reprochait à la technique Günther Anders dès les années 1950 : nous ne parvenons plus à maîtriser les objets produits à grands renforts de neurones dans les laboratoires de "Recherche et Développement". Défaut de maîtrise ! Nos objets nous échappent.

Nous ne pouvons plus soutenir le rythme, ne serait-ce que pour esquisser un effort d'adaptation. Par le simple geste de l'achat, nous voilà promus au rang d' « utilisateurs », c'est-à-dire, ni plus ni moins, de « consommateurs » réduits à la passivité. Aussi frénétique que soit notre usage de l'objet, le seul fait de l'utiliser est un acte d'obéissance, de soumission, d'allégeance, puisqu'il entraîne un lien de dépendance, de la conception au mode d'emploi, en passant par la réparation éventuelle : il nous échappe. Cela signifie que ce sont ces objets qui nous agissent. Ils ont pris l'initiative, et nous suivons.

Notre seul choix d'hommes libres : dire oui ou non à ce programme. Ceux qui disent oui sont mus soit par leur contexte professionnel, forcément impérieux, soit par l'idée qu'ils se font des avantages procurés, dont ils seraient bien bêtes de se passer, « c'est tellement pratique ! ». Bref : ils adhèrent. Celui qui dit non a au moins la satisfaction de se dire qu'il reste libre, lui. Malheureusement, il se trouve dans un environnement de plus en plus généralement gouverné par ces objets. A quoi bon entretenir son petit lopin en agriculture biologique, quand celui-ci est cerné par des terres bourrées de chimie ? Il n'y aura pas d'îlots préservés. Rendez-vous, vous êtes cernés.

Les tribus primitives avaient un peu plus de sagesse que nous, quand elles prenaient le temps qu'il fallait pour soumettre la moindre nouveauté à de longs palabres et à un examen détaillé des implications et conséquences possibles. Elles savaient que le risque dont chaque nouveauté est chargée était la déstabilisation de tout le corps social, du fait que la nouveauté porte en soi l'invalidation de l'existant. La nouveauté nous fait trouver ringard, vermoulu, arriéré, périmé ce que nous avons, ce que nous savons, ce que nous mangeons, ce que nous pensons, et même ce que nous sommes. La nouveauté, même à dose raisonnable, vient démentir ce qui était. Pour notre malheur, plus bornés que l'humanité primitive, nous avons perdu ce savoir élémentaire. L'humanité "moderne" est devenue intestinale : capable d'avaler de la nouveauté à dose massive pour l'excréter toujours plus vite. Tout est devenu jetable. Nous faisons du monde que nous n'exploitons pas encore (ou plus du tout) une énorme décharge. Vider / remplir / vider / remplir : voilà l'horizon.

Or s'il n'y a pas la durée, il n'y a pas de vrai : qu'est-ce qu'une vérité dans un monde de changements permanents, rapides et profonds ? Qu'est-ce qu'une vérité à "obsolescence programmée" ? Pour qu'un peu de vrai puisse s'établir, il faut lui donner sa chance, lui laisser un peu de temps, voir s'il convient, pour qu'on puisse placer en lui une confiance un peu durable. La durée est une condition essentielle du vrai. Plus une vérité est précaire, moins elle est une vérité, et plus nous devenons inquiets et vulnérables. Demandons-nous en passant qui a intérêt à raccourcir sa durée de vie : à coup sûr, ceux qui travaillent d'arrache-pied à alimenter en carburant le moteur de l'innovation technique. A programmer l'obsolescence accélérée du vrai.

L'innovation technique est l'ennemie du vrai, puisqu'elle ne cesse de démentir (croyons-nous) le cadre de nos certitudes et de nos repères. Nous avons pris la stabilité et la durée en horreur. Or, plus une situation est instable, plus elle est conflictuelle et incontrôlable. Et plus elle peut devenir dangereuse : un Vrai qui se fragmente voit se multiplier des "vrais" parcellaires qui s'affrontent. Quand plus rien n'est assez fort pour unifier un corps, celui-ci devient un champ pour la bataille que se livrent ses parties.

Ceci au moins est vrai pour tout, de la mésentente conjugale et du divorce à la coexistence entre les peuples. La technique n'est que l'un des facteurs de l'instabilité (et de l'insécurité) qui monte partout mais, c'est sûr, elle joue les premiers rôles dans le fait que nous bazardons de plus en plus vite le vrai à la poubelle. Conséquence : l'insécurité (militaire, économique, climatique, identitaire, ......) grandit à tous les étages de notre magnifique building, et dans tous les compartiments. Le building tremble sur ses bases.

On nous en rebat les oreilles : seuls ceux qui sauront s'adapter seront sauvés. S'adapter ! Le commandement unique de l'époque actuelle ! On ne vous dit pas à quoi, mais "Adaptez-vous" ! Soyez réactif ! Mobile ! Labile ! Fluide ! Plastique ! Si vous n'avez pas de "projet personnel", tout est prévu pour vous forger, sur mesure et à la demande, une personnalité adaptée et adaptable. Si possible, débarrassez-vous de votre "moi", ce lourd bagage qui vous embarrasse. On vous passera dans la machine à profiler pour conformer vos "données personnelles" aux exigences du marché du moment.

Matériellement gavés, nous jetons ce que nous avons, nous désirons ce que nous n'avons pas encore (et dont des marchands avisés se hâtent de remplir nos poches et nos cerveaux). Nous devenons tous des Hans im Schnokeloch de la chanson alsacienne (« Er hat alles was er will, und was er hat das will er net, und was er will, das hat er net », "il a tout ce qu'il veut, mais ce qu'il a il n'en veut pas, et ce qu'il veut il ne l'a pas"). Hans est un homme profondément malheureux. Il est certain que le vrai, s'il ne dure pas un peu, a tôt fait de devenir du faux. Si nous ne construisons plus rien de durable et que nous choisissons l'écoulement accéléré des instants, où le suivant infirme et abolit le précédent, cela revient à dire que nous nous enfonçons dans l'erreur en même temps que dans l'inconnu. L'humanité a besoin de durée pour prendre le temps de voir venir son avenir. Plus on va vite, plus on est aveugle. 

Nous avons fait de l'innovation, du changement (ah, l'inoubliable slogan « Le changement c'est maintenant » d'un certain François Hollande), de l'invention perpétuelle d'une nouvelle nouveauté, le moteur à explosion de notre histoire. Et notre histoire elle-même, qui a pris cette histoire au pied de la lettre, explose : aucun spécialiste, aucun devin ne comprend ce qui arrive à l'humanité sous la poussée de la technique devenue folle. L'avenir est de plus en plus futur et imprévisible, donc dangereux. L'ébranlement des structures est devenu notre structure. Au bénéfice de qui ? Devinez : qui tiendra les leviers de la technique tiendra la société. Et les hommes qui la composent. Au reste, c'est ce qui est en train de se passer, avec le règne des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). La lutte qui est en train de se dérouler sous nos yeux est une énorme lutte pour le POUVOIR.

Notre obsession — en vérité un culte idolâtre — de l'innovation compétitive à outrance est l'incarnation parfaite de la Subversion permanente, que combattaient encore, il n'y a pas si longtemps (mai 1968, Raymond Marcellin, c'était hier), toutes les forces de l'ordre. Mais que fait la police ? Personne n'a-t-il donc aperçu ce danger ? D'où vient ce consentement massif au bouleversement de nos bases existentielles ? D'où vient que les humains acceptent avec une telle unanimité de se laisser emporter par ce torrent furieux ? Car quel ordre social (voire politique) résisterait à cet ouragan ? L'espèce tout entière n'a même pas le temps de s'adapter à son nouvel environnement que celui-ci a déjà changé. Le programme est écrit : les gagnants de la compétition seront un nombre infime, et ils laisseront à l'énorme masse des perdants gougouttes et miettes à se partager. Fraternellement, n'en doutons pas ! Personne n'a des yeux pour voir ça. Vous ne trouvez pas ça terrible ?

«  QUE FAIRE ? » Au rythme actuel des innovations, personne ne peut dire dans quel état sera la société dans deux ans : elle est emportée dans un tsunami technologique qui fascine et envoûte les foules, mais qui nous fabrique une réalité presque totalement inconnue, humainement et concrètement, que nul ne peut décrire, et qui est en train (TGV : à très grande vitesse) de réduire à néant nos points de repère et d'ancrage, sociaux et autres, pour y substituer des artefacts (algorithmes) autrement puissants dans la connaissance intime et dans le contrôle de la population (données personnelles). Un terrible pouvoir se profile à cet horizon-là.

Le pire, c'est qu'il y a apparemment une majorité de gens pour s'en féliciter et s'y livrer pieds et poings liés, consentants et enchantés, comme s'ils étaient ravis de vivre dans un roman de science-fiction. L'innovation nous submerge avant même que nous ayons pris le temps de réfléchir aux conséquences que les plus récentes, pas encore digérées (au fait, à quoi il sert, le Comité Consultatif National d'Ethique ?), entraînent sur la conduite de nos vies : si ce n'est pas une folie, j'aimerais qu'on me dise ce que c'est.

Jorion, lui, est persuadé que si des gens assez nombreux arrivent à construire les conditions d'une volonté collective forte, tout est encore possible. Tiens, comme c'est bizarre, c'était le slogan électoral de Nicolas Sarkozy en 2007 : « ENSEMBLE, TOUT DEVIENT POSSIBLE ! ». Ce mot d'ordre séduisant est un pur et simple slogan, une incantation magique, comme le constatent jour après jour les bonnes volontés qui appellent à la « convergence des luttes ». Fédérer les volontés, touchant l'avenir de la planète ? Je veux bien, mais cette belle question "que faire ?" bute forcément sur cette autre, plus problématique : "comment on fait, Toto ?". Les leaders syndicalistes eux-mêmes l'ignorent. Voilà une belle équation à quelques milliards d'inconnues.

«  QUE FAIRE ? » Je ne crois pas que c'est en devenant l'infatigable militant prêt à tous les sacrifices pour faire triompher la cause que celle-ci triomphera en effet. Au reste, pour être plus antipathique qu'un "militant pour la bonne cause", il faut une ambition et une volonté de nuire opiniâtres.

J'en dirai peut-être un mot prochainement : pour aller très vite, je reproche au militant de faire beaucoup de mal à force de circuler dans son seul tunnel, et d'être guidé par le mépris de tout ce qui n'est pas lui, au point de jeter à la poubelle neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf causes (= 9.999 tunnels), toutes également respectables, pour en défendre une seule, la dix millième, celle qui le concerne, lui, à l'exclusion de toutes les autres, au motif qu'il se permet de la juger la seule noble et la plus importante - et de quel droit, cette hiérarchie entre les causes, je vous prie ? 

L’ultralibéralisme sauvage a contaminé le monde – bénévole mais plein de gnaque – des associations de militants : concurrentes déchaînées les unes des autres, elles se livrent une lutte sans merci pour atteindre le micro ou la caméra d’un média de masse ou l’oreille compréhensive d’un puissant bien disposé. La compétition fait rage. Il est entendu que celle qui gagne (celle qui se voit offrir un créneau pour délivrer son message, voire pour faire voter une loi favorable) est celle qui a su tisser le réseau le plus serré et le plus nombreux, et qui a placé aux meilleurs endroits ses agents d’influence.

L’action d’un militant, qu’il le veuille ou non, nuit à toutes les causes autres que la sienne. Le mépris, il est là : le militant, bien souvent intoxiqué de sa propre croyance, est un égoïste viscéral, doublé d’un monomaniaque intolérant, alors même qu'il endosse les frusques rutilantes de l'altruisme le plus déclamatoire. Le fait de sélectionner une seule cause dans la horde innombrable des causes possibles est une imposture. Sous l'appellation généralement valorisante de "militant", se cache le fanatisme d'un adepte qui ne voit plus le monde qu'à travers les lunettes tendues par son idole. Qui entend une seule voix et devient sourd à toutes les autres.

De cette espèce carrément imbuvable, je ne sauve que les individus qui militent pour une cause autre que la leur, ou bien pour une cause plus vaste, plus ample, plus haute qu'eux-mêmes, où les intérêts de leur petite personne ne sont en rien impliqués. Les individus d'exception, pour lesquels l'unité de l'espèce humains n'est pas fragmentable en « causes » particulières, et pour qui l'universalisme des valeurs est encore un besoin vital et inentamable. Ceux-là seuls sont "Justes" parmi les militants.

Moralité, pour sauver la planète, il ne faut pas compter sur les militants, à moins d'une campagne généralisée de "déradicalisation". Ce n'est pas gagné.

mardi, 27 mars 2018

L’HUMANITÉ EN PRIÈRE 2

17 novembre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (6).

15000 scientifiques,avertissement à l'humanité,défense de l'environnement,écologie,écologistes,gabriel zucman la richesse cachée des nations,paul jorion se débarrasser du capitalisme,journal le monde,stéphane foucart,que faire,jorion vers un nouveau monde,nicolas sarkozy,ensemble tout devient possible

Ceci n'est que la moitié supérieure de la "Une" du Monde du mardi 14 novembre 2017. Rien que la moitié, mais toute la moitié.

2/4

SOLUTIONS : LES RÊVES ET LA RÉALITÉ

N’en déplaise aux 15.000-scientifiques-issus-de-184-pays, si l’humanité finit par bouffer tout le fromage planétaire, ce ne sera, au fond, que pure logique : la logique du monde occidental, riche, vorace et en moyenne bien portant, étendue à tous ceux qui en étaient écartés. Autrement dit, la logique d’une disparition programmée : un occident qui n'a pour projet que de substituer, partout dans le monde, notre économie de gaspillage à la traditionnelle et raisonnable - mais aléatoire - économie de subsistance. Car ils sont bien gentils, les 15.000 scientifiques, mais qu’est-ce qu’ils proposent pour éviter le désastre ?

Ils proposent le même genre de solutions que Gabriel Zucman pour la finance folle (La Richesse cachée des nations), que Paul Jorion pour le capitalisme (Se Débarrasser du capitalisme …), et que tous ceux qui, dans le dernier chapitre de leurs ouvrages critiques, tentent régulièrement de répondre à la question « QUE FAIRE ? » et nous tendent la guirlande fleurie de leurs propositions : il faut bien finir une critique sur du positif, n'est-ce pas. Ouvrir sur un avenir meilleur. Fournir des perspectives. Proposer des "solutions". Car il est convenu, entre gens civilisés, de ne pas donner prise à la contre-attaque : « C'est bien joli, vous critiquez, vous critiquez, mais qu'est-ce que vous proposez à la place ? ».

Mais cette contre-attaque, c'est juste pour intimider grossièrement l'adversaire : comme s'il fallait forcément, avant toute dénonciation de quoi que ce soit, concevoir et élaborer un modèle complet de remplacement clé en main. Un moyen classique de faire taire les mauvais coucheurs, quoi : selon les historiens, pour accomplir la Révolution française, ça a pris minimum cinq ans (Robespierre, 9 thermidor), maximum une centaine (III° République). En 1789, le scénario n'était pas écrit, c'est le moins qu'on puisse dire, et les Etats Généraux ont bien été précédés par l'exposé de doléances, que je sache. Il faut laisser à l'histoire le temps de se faire. Quand quelque chose est critiquable, il faut commencer par dire ce qui ne va pas, non ? Ce n'est pas parce que vous trouvez que quelque chose cloche que vous ne pourrez ouvrir le bec qu'après avoir mis tout un nouveau "Contrat social" noir sur blanc, non ?

Mais, en général bons princes, les critiques se plient à la convention. Ce n'est peut-être pas ce qu'ils font de mieux, mais c'est parce qu'ils pensent que, s'il est possible de faire quelque chose, on ne peut pas se permettre de ne pas le faire. Et qu'on ne peut pas rester là-devant les bras ballants et les deux pieds dans le même sabot. Louable volontarisme, où l'on reconnaît la morale d'un Théodore Monod : « Le peu qu'on peut faire, il faut le faire ». Il ajoutait : « Sans illusions ». Il y a de l'héroïsme dans ce "sans illusions". Hommage, classique et obligatoire, à l'énergie de l'optimisme et à l'inépuisable inventivité de l'homme. Quant aux propositions, disons-le, elles sont toutes frappées du sceau du bon sens (qualité « fleur-de-coin ») et d’une raison de roc, mais elles sont toutes carrément mirobolantes, de la cave au grenier et du sol au plafond. Eh oui, ce serait si simple ! Au comptoir, ça se dit : « Y a qu'à ! ». A l'université, on dit : « Il faut ! », et en général : « D'urgence ! » (ou variantes variées : « Il est impératif », « Il est du devoir d'un responsable », etc.).

« QUE FAIRE ? » Tout le monde a des idées sur ce qu’il faudrait faire pour que le monde tourne plus rond. Mieux : tout le monde sait ce qu’il faut faire, même et surtout les premiers responsables de la situation, qui savent tellement à quoi s'en tenir qu'ils ont déjà pris leurs précautions pour se mettre à l'abri en cas de. Qu'est-ce qu'il propose, Zucman ? Des sanctions contre la finance folle, des tarifs douaniers, un cadastre financier mondial, un impôt sur le capital, un impôt sur les sociétés, … Tout ça est bel et bon ("rien que du bon", aurait dit le Gotlib de Superdupont allant sauver la nouille française), mais en attendant que ça tombe, le financier fou se cure la dent creuse en souriant. Tiens, au moment des "Paradise papers", ça ne vous fait pas drôle de réentendre Sarkozy, en 2009 je crois, proclamer que "les paradis fiscaux, c'est fini !" ?

Jorion, lui, voudrait que le capitalisme tienne compte de l’environnement, accepte le principe d’une régulation, cultive une véritable « science » économique, cesse de favoriser la concentration de la richesse, etc. Là encore, "rien que du bon", mais autrement dit : il faudrait que les capitalistes cessent de capitaliser : les capitalistes, eux, un rien narquois, attendent Jorion tranquillement. Car, malheureusement, et c'est toujours la même chose pour les solutions, Zucman et Jorion oublient de nous dire comment on fait. C'est un peu embêtant. Oui, je sais, ce qui compte, c'est d'agir, et si possible d'agir en nombre. Ouais ! J'ai pratiqué ça, il fut un temps. Mais il y a une différence entre agir au sommet, agir à la base et exhorter "à la cantonade" les troupes éventuelles (pour les "galvaniser", n'en doutons pas, la galvanisation est un procédé qui a bonne presse).

Je note, à propos de l'efficacité des actions parties de la base, qu'il a fallu un mort à Sivens pour que le projet de barrage consente à se laisser modifier (pas "supprimer", notez bien). Rendement de ces fameuses "actions parties de la base" : zéro virgule miettes. Car s'il faut des morts pour faire avancer la cause de la planète, il va falloir que les défenseurs de l'environnement acquièrent sans tarder une mentalité de martyr. Si la mort de Rémi Fraisse est un « accident », à quand les djihadistes de l'écologie prêts au sacrifice de leur vie ? Qui est "prêt à mourir pour que vive la planète" ?

« QUE FAIRE ? » Paul Jorion, l’homme qui passe pour un devin depuis qu’il a prédit l’effondrement financier lors des « subprimes » de 2007-2008, va jusqu’à découper son avant-dernier livre (Vers un Nouveau monde, Renaissance du livre, 2017, le dernier vient de paraître, ça ne traîne pas) en « 1) Le monde tel qu’il est », « 2) Le monde tel qu’il devrait être ». "Le monde tel qu'il devrait être" : on nage en plein rêve ! Ce livre, qui voudrait être une plate-forme politique, n’est rien d’autre que l'espoir plein de lui-même d’un adolescent bien informé. Le genre d'idéalisme compact qu'on a à dix-huit ans. C'est pourtant le même Jorion qui déclarait encore il y a peu que les puissants accepteront de faire quelque chose pour sauver le monde, mais seulement si ça leur rapporte. Allez comprendre.

Il est vrai que Paul Jorion avoue une grande faille dans son raisonnement en ce qu’il est un admirateur ahurissant de la technique, cette preuve de la prodigieuse créativité et de l'ingéniosité humaines. Selon lui, la technique est totalement neutre, et ses effets bénéfiques ou néfastes dépendent exclusivement de l’usage qui en est fait. C'est manifestement faux : plus la technique est puissante et sophistiquée, plus les sociétés humaines en subissent les effets en profondeur. Si c'est ça, être neutre ! A l'exemple de Macron ("ni droite ni gauche"), Jorion plaide pour le "ni Bien ni Mal" en matière de technique.

Certes, le Mal n’est pas dans les choses (disons : dans la Nature), on est d'accord, mais il existe, à l’égal du Bien, dans toutes les fabrications humaines, avant même leur fabrication, potentiellement : dès la conception, l’objet recèle le meilleur et le pire des intentions humaines, en ce qu’il rendra tous ses usages possibles, positifs comme négatifs. Je n'irai pas jusqu'à affirmer, comme Günther Anders, que, "parce que c'est possible, cela doit être fait" (je cite de mémoire), mais on sait à quoi on peut s'attendre en matière d'intentions humaines.

Je crois, quant à moi, que si l'on a les bienfaits de la technique, il faut aussi, comme on fait dans les livres de compte (dépenses / recettes), en compter simultanément les méfaits, et cesser de parler bêtement, par exemple, de « destruction créatrice », célèbre niaiserie de Schumpeter, qui repose sur la conception opiomaniaque de l'irrésistible avancée de l'humanité vers le Bien. Comme tout le monde, j'aime le Bien. Mais quant au Mal, contrairement à beaucoup, je crois qu'il est vital de le reconnaître et de le nommer là où il est : en nous. Nous le côtoyons ici et maintenant. Où que nous allions, nous le portons en nous. En matière de technique, il n'y a pas de bienfaits sans des méfaits équivalents. Schumpeter pensait que les premiers compensaient largement les seconds, ce qui justifiait le sacrifice de l'existant au nom de la "croissance économique". Cela aussi, c'est manifestement faux. Ce qui est curieux, c'est que, face à chaque merveilleux apport de la technique, personne ne pose la question de savoir ce que cet apport nous enlève, et même dont il nous prive peut-être. C'est le point aveugle de l'estampille flamboyante du « Progrès ».

Mon théorème implicite ? Dès le moment que vous disposez d'une technique, vous pouvez être sûr que tous ses usages seront mis en œuvre, les meilleurs comme les plus funestes. Les "Docteur Folamour" sont des humains comme vous et moi : impossible de les retrancher. L'ivraie pousse toujours au milieu du bon grain. Axe du Bien et Axe du Mal sont des fatrasies nées dans des cerveaux malades et vénéneux. Je crois infiniment plus juste et plus subtile l'image du Tao : il y a du Mal dans le Bien et réciproquement (peu importe ici ce que veulent vraiment dire "yin" et "yang"). Cette idée s'applique particulièrement bien à tout ce que produit le génie technique des hommes. 

15000 scientifiques,avertissement à l'humanité,défense de l'environnement,écologie,écologistes,gabriel zucman la richesse cachée des nations,paul jorion se débarrasser du capitalisme,journal le monde,stéphane foucart,que faire,jorion vers un nouveau monde,nicolas sarkozy,ensemble tout devient possible,günther anders,l'obsolescence de l'homme,georges friedmann,théodore monod,georges brassens

Excellente raison, de mon point de vue, pour considérer ce génie technique avec méfiance et en peser toutes les "trouvailles" avant d'estimer qu'elles répondent à des "besoins" effectifs. Tous les vrais besoins des hommes sont comblés dès aujourd'hui si l'homme le décide. Les nouveautés actuelles surfent sur le fait que beaucoup de gens (une minorité globale quand même) attendent fiévreusement la nouveauté de demain, au simple motif qu'ils ont de quoi vivre. Ils sont juste assez riches pour ne pas trop s'en faire, mais plus oisifs ou intérieurement démunis, donc ils s'ennuient, regardent la télévision et ne savent pas quoi faire de leur existence, dont ils pressentent qu'elle est devenue plus ou moins superflue et vide de sens. Ils passent beaucoup de temps à consommer de la raison de vivre.

Car il n'y a pas de raison pour que les raisons-de-vivre ne deviennent pas des marchandises comme toutes les autres marchandises. Les raisons de vivre pullulent dans les supermarchés du désir. Avec des durées de vie extrêmement variables : de l'extrême précarité d'une chaussette à l'imputrescibilité de l'âme, c'est au choix de chacun. Quand ils en ont usé une, la plupart des gens attendent avec impatience qu'on leur propose la suivante, si possible rutilante et pas trop chère. C'est pourquoi on les appelle des "consommateurs". Rares sont ceux qui préfèrent l'indélébile à l'effaçable. 

lundi, 26 mars 2018

L’HUMANITÉ EN PRIÈRE 1

16 novembre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (5).

LA UNE.jpg

LE MONDE, MARDI 14 NOVEMBRE

**********************************

1/4

CHANGER DE MODE DE VIE ?

Ils sont 15.000, cette fois, à avoir signé le message : un gros paquet de lanceurs d'alerte ! En vingt-cinq ans, reconnaissons-le, il y a eu un net progrès : en 1992, ils n’étaient que 1.700. Mais qui ça, « ils » ? Les scientifiques, voyons, et issus de 184 pays ! Et ils alertent sur quoi ? Toujours la même chose : l’avenir de la planète en général, et de l’humanité en particulier, qui leur paraissait déjà dramatiquement bouché il y a un quart de siècle, et pour lequel, aujourd’hui, ils n’ont plus trouvé de mots un peu nouveaux et assez forts pour réveiller encore une fois les attentions endormies et les consciences anesthésiées. Alors ils se sont dit qu'en s'y mettant à 15.000, leur voix aurait plus de chances d'être entendues et porterait plus loin. L’espoir fait vivre, paraît-il.

Car la situation, depuis ce temps (rétrospectivement béni), n’a cessé de se dégrader sur tous les fronts de l’environnement, excepté la couche d’ozone, qui a décidé de cesser de disparaître. Mais il n’y a pas que le réchauffement climatique, ce fléau dû à la débauche d’énergie consommée par des industries de plus en plus gourmandes et par de plus en plus de milliards d’individus, autant dans les « tâches » de production que de consommation : il y a aussi les forêts éradiquées (la déforestation a repris au Brésil), les vertébrés raréfiés (moins en nombre d’espèces (biodiversité) qu’en stock de chacune), l’eau douce rationnée (quelques guerres de l’eau pointent à l’horizon).

L'industrialisation à outrance de la pêche est en train d'envoyer les poissons marins dans un passé révolu (on prend des poissons de plus en plus petits, donc de plus en plus jeunes, au mépris de leurs cycles de reproduction, cf. Gilles Bœuf), et l'industrialisation à mort de l'agriculture d'exterminer les insectes (80% de moins en trente ans, du moins en Europe, comme en témoignent tous les jours les pare-brise de nos voitures). L'industrie totale est en train de convaincre le vivant de foutre le camp et de quitter le navire. Il ne reste guère que la population humaine (mais aussi la ruminante), les températures et les zones côtières mortes (dixit l'Avertissement des 15.000) pour croître, multiplier, en rétrécissant l'espace vital disponible, et à grandes enjambées pour arriver plus vite à la chute finale.

La planète va mal, on le sait : cela fait vingt-cinq ans que les gens qui savent nous le répètent à satiété, nous le rabâchent au point de nous soûler à force de sinistres prophéties. Aujourd’hui, tout le monde est au courant, même ceux qui ne sont pas au courant. Tout le monde, même ceux qui sont aux commandes – enfin, quand je dis « aux commandes », c’est façon de parler : qui peut se vanter d’être aux commandes de la machine incontrôlable qui gouverne la marche du monde ? Une machine faite de myriades de volontés tendues vers un même but : la croissance, l'efficience, la concurrence exacerbée, la productivité et la consommativité.

Et puis pire : que peuvent ceux qui savent, quand ceux qui auraient le pouvoir de faire ne font pas ? Car ceux qui savent ne datent pas d’hier, et ils ne sont pas restés inactifs, depuis le premier pavé jeté dans la mare de la richesse universelle promise, en 1962 (Rachel Carson, Printemps silencieux, et sans parler de Jacques Ellul, Günther Anders et les autres). Rendons-nous compte : trente ans exactement avant le « message d’alerte » de 1992 ! Et encore vingt-cinq ans depuis ! Et je ne compte pas les tentatives intermédiaires, comme La Gueule ouverte, de Pierre Fournier et ses copains d'Hara Kiri. Ce ne sont pas les voix qui ont manqué. Malheureusement, on le constate avec une amertume de métronome, ceux qui savent ne sont pas ceux qui peuvent, et ceux qui peuvent sont excessivement durs d’oreille. 

Bon, c’est vrai, admettons : la « communauté scientifique » (comme on dit) a pris son temps pour tendre l’oreille à ces premiers vagissements de la cause, le train était un peu lourd pour la toute petite locomotive, mais il s'est mis en mouvement, tiré par des locos plus nombreuses et de ce fait plus puissantes, et il a trouvé aujourd’hui son rythme de croisière et avance crânement, de jour en jour plus sûr de son fait. Depuis, si on voulait énumérer les voix "autorisées" (je veux dire "qui savent de quoi elles parlent") qui se sont élevées, on n’en finirait pas : elles se présentent en bataillons serrés. La rubrique "Planète" du journal Le Monde, par sa qualité remarquable, est une preuve que le thème a largement infusé dans l'ensemble du bocal de la société.

De plus en plus de gens abordent le sujet de front dans les conversations, de moins en moins de gens osent s’afficher climatosceptiques (qui trouve normale l'énormité toute récente d'une tempête tropicale sur l'Irlande, pays situé entre 52° et 56° de latitude nord ?). Les gens qui savent sont de plus en plus nombreux à être au courant du désastre qui vient. Même les puissants font mine de tomber la veste pour se mettre au boulot, et mettent en scène le magnifique pavage de leurs bonnes intentions (COP 21) : c'est dire si la pression est forte (sûrement des élections en ligne de mire). Mais qu’est-ce que ça change ?

C’est sûr, on n’a pas le droit de faire la fine bouche : d’un certain point de vue (par rapport à ce qui était), nous allons dans le bon sens. Mais d’un autre point de vue (par rapport à ce qui vient), le doute est diablement permis. Le journal Le Monde (daté mardi 14 novembre), qui publie l’appel des scientifiques, formule en effet cette exigence (et c’est en « une ») : « "Pour éviter une misère généralisée et une perte catastrophique de biodiversité", les scientifiques appellent l’humanité à changer radicalement de mode de vie ». Pas moins. Malheureusement, c’est précisément là que le bât blesse le baudet, qui n’en peut plus de braire dans le désert.

Ça veut dire quoi, changer de mode de vie ? C'est très simple : cesser de produire et de consommer comme des fous. Pour nous, c'est devenu tellement naturel et évident que nous l'avons oublié : consommer, c'est faire disparaître (il n'y a que la masse astronomique de nos déchets à ne pas disparaître). L'humanité est devenue un intestin. Remplacer un téléphone parce qu'il a deux ans ("Mais il est vieux, votre téléphone !", me disait, toute faraude et pleine de commisération, cette très jeune employée de la boutique Orange) est tellement entré dans les mœurs, que contester ce simple fait ressemble à une atteinte aux droits individuels.

Changer de mode de vie, ça commence par un truc impossible : cesser  de considérer comme un simple geste sans conséquence l'achat, la possession et l'usage de chacun de nos objets techniques quotidiens, tous éléments de notre confort, dont la plupart ont comme point commun d'être des machines, mues par l'électricité ou l'essence (même électrique, il n’y a pas de voiture propre : il faut bien que le courant soit produit quelque part, et c'est dans ce quelque part, charbon, pétrole ou nucléaire, qu'est le problème). Nous avons le plus grand mal à nous dire que cette possession et cet usage sont en soi un problème, à cause de toutes les implications énergétiques qui en découlent : ils nous rendent tellement de services pratiques et efficaces qu'il n'y a guère que nos fonctions naturelles (dormir, manger, excréter) qui ne sont pas dans la dépendance des machines (et encore). 

Nous ne tenons aucun compte des conditions de leur production ou de leur destin de rebuts car, pour tout ce qui n'est pas "dormir, manger, etc.", ces objets se sont rendus indispensables, alors comment pourrions-nous envisager de nous en passer ? Ils ont assisté à notre naissance et nous tiennent lieu de milieu naturel bien davantage que les mécanismes de la biosphère, le cycle de l'eau, la photosynthèse et le rythme des saisons. Prétendre nous les interdire reviendrait à arracher sa prothèse à un unijambiste. C'est même plus qu'un besoin : nous y sommes aussi "accros" que le camé à sa piqûre. Sans eux, la vie nous semble impossible. Qu'on pense seulement à la panique quand un de ces appareils décide de se mettre en grève, alors imaginez le gros "black out" électrique que certains redoutent pour cet hiver. La Panne, quelle Angoisse !

« Quoi ? C'est ça, changer de mode de vie ? Vous voulez que je jette mon aspirobot ? Mon lave-linge ? Mon mixer ? Mon smartphone ? Mais vous n’y pensez pas ! » Eh oui ! Nous avons conscience, dans le meilleur des cas, de la catastrophe à venir mais, à part une élite morale composée de gens soucieux d’appliquer à leur existence la sobriété et la frugalité qu’ils jugent globalement nécessaires (Pierre Rabhi fait figure d’icône en la matière), qui parmi nous est prêt à renoncer aux facilités que lui procurent tous ces objets du quotidien qui lui épargnent tant de sueur et de fatigue, et qui lui procurent, disons-le, le plaisir d'avoir l'impression de maîtriser la situation ? George W. Bush l’avait d’ailleurs fièrement et martialement affirmé en septembre 2001 : personne n'a le droit de modifier quoi que ce soit de nos manières de vivre ! Il est vrai qu'il s'adressait aux seuls Américains, ces gavés de l'abondance (sauf les pauvres).

Et si les gens au pouvoir sont du même avis, c’est qu’ils savent que, s’ils prônent le « changement radical » réclamé par les scientifiques, ils peuvent tirer un trait sur leur réélection. Horresco referens ("je frémis rien que d'y penser") ! Ne nous leurrons pas : l’écrasante majorité des populations qui « vivent bien » aujourd’hui ne renoncera à aucun élément de son cadre confortable, tandis que celles qui « ne vivent pas bien » n’auront de cesse, ou bien de rétablir une situation dont le sort les a provisoirement chassés, ou bien d’acquérir coûte que coûte les éléments de ce confort. Avant les décideurs, ce sont les populations elles-mêmes qu’il faudrait convaincre. Et ce n’est pas gagné.

Car si notre mode de vie, à nous occidentaux, est horriblement coûteux, il demeure tout à fait enviable pour tous ceux qui n'en jouissent pas, et même pour les cohortes de pauvres que nos sociétés fabriquent allègrement. Quand je compare mon cadre de vie avec celui d'un SDF ou d'un habitant du Malawi (capitale Lilongwe), je suis plutôt satisfait de mon sort matériel. Nous avons fait ce qu’il fallait pour y parvenir. Nous y avons mis le temps, en boulottant, il faut le dire, le fromage des autres quand le nôtre a rétréci en Europe. Mais s’il est enviable, il ne faut pas s’étonner qu’il donne envie à tous ceux qui en étaient privés de s'asseoir à la table de la bombance perpétuelle.

D'autant que notre « morale démocratique » nous interdit de voir dans cette envie des pays pauvres la catastrophe qu'elle entraînera fatalement dans la réalité : le fromage planétaire, maintenant que tous les démunis du monde se sont vu reconnaître le droit légitime d'y croquer à leur tour, aura fini de fondre dans un avenir pas très lointain. C'est la morale du gâteau : plus on est de fous, plus vite il est avalé. C'est la loi, si le partage est équitable. Heureusement pour la Terre et pour nous, pourrait-on dire, il est encore très loin d'être équitable, et ça nous donne un peu de temps pour voir venir. A part quelques écervelés, l'homme n'est pas si partageux qu'il veut bien le dire, surtout quand il possède. Si j'étais cynique, je dirais merci aux inégalités.

C'est sans doute ce que se disent ceux qui possèdent infiniment plus que moi.

dimanche, 25 mars 2018

QU’EST-CE QU’UN ÉCOLOGISTE ? 4/4

20 octobre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (4).

4

Alors tout bien considéré, qu'est-ce qu'un écologiste ? C'est un être malheureux, mécontent d'être malheureux, malheureux d'être mécontent. Selon moi, c'est un désespéré qui aime la vie, et qui est désespéré pour cette raison : il regarde le monde réel avec un peu trop de lucidité. C'est quelqu'un qui se raconte qu'il est peut-être encore possible d'arrêter la machine infernale et qui, pour la même raison, persiste à chercher, écrire, s'égosiller, courir, gesticuler, se démener, bref : "faire quelque chose", tout en étant persuadé que non, au point où l'on en est arrivé, c'est cuit, mais qui a verrouillé cette certitude dans le cabinet secret de tout au fond, dont il a jeté la clé au motif qu'il ne faut pas injurier l'avenir. "On ne sait jamais", se dit-il à la manière de ceux qui "n'y croient pas", mais que ça n'empêche pas, semaine après semaine, de remplir leur grille de loto.

Et puis s'il fallait cesser de vivre à chaque fois que meurt un proche, on serait mort depuis longtemps, se dit-il. Voilà : est un écologiste quelqu'un qui se prépare à porter deuils après deuils et qui, pour continuer à sourire à la vie, fredonne sans se lasser : « J'ai des tombeaux en abondance, Des sépultures à discrétion, Dans tout cimetière de quelque importance, J'ai ma petite concession. » (tonton Georges). D'une certaine manière, ce que je fais ici même présentement, c'est un peu "remplir ma grille de loto" : on ne sait jamais ! C'est vous dire l'état d'esprit.

Le tableau de la « mouvance » (« sensibilité » se porte aussi assez bien cette année) écologiste que j'ai essayé depuis quelques jours de dresser est sûrement incomplet, partiel et partial. J’ai seulement voulu en parcourir ce qui m’en a semblé les principaux aspects. Quel avenir ce tableau sommaire des préoccupations écologiques laisse-t-il entrevoir pour la planète ? J’ai envie de dire que, s’il y a une indéniable prise de conscience au sein de la communauté scientifique et parmi un certain nombre de voix en mesure de résonner dans les médias (je n'ai pas dit : en mesure de faire bouger les choses), le rapport des forces en présence et la lenteur pesante de l'évolution des consciences (ne parlons pas des intérêts en jeu, qui font résolument barrage) laissent mal augurer de nos lendemains. 

Qu’est-ce qui autorise un tel pessimisme ? D’abord la faiblesse structurelle due à l’inorganisation du camp des défenseurs de l’environnement. J'ai dit pourquoi hier, en parlant de la relation au pouvoir. Car les défenseurs sont multiples et hétérogènes, aussi multiples et hétérogènes que les problèmes qui menacent la survie de la vie sur terre. Car il n'y a pas que le réchauffement climatique dans la vie, il faut varier les plaisirs : il y a aussi l'agonie des sols cultivables de la planète, due à un productivisme agricole halluciné, qui consomme frénétiquement toutes sortes d'intrants chimiques (voir les travaux de Claude Bourguignon, ingénieur agronome) ; il y a, depuis trente ans en Europe, la division par cinq (- 80 %) des effectifs d'insectes volants, vous savez, ceux qui s'écrasaient sur les pare-brise, forçant l'automobiliste à s'arrêter souvent pour le nettoyer (je vous parle d'un temps que les moins de ...), catastrophe pour laquelle les scientifiques incriminent les mêmes intrants ; il y a la déforestation massive de certaines régions au profit de plantations autrement plus rentables (palmier à huile, eucalyptus, végétaux OGM, ...) ; il y a l'acidification de la surface des océans, qui rend problématique la survie des récifs coralliens et des planctons ; il y a l'empoisonnement de la chair des hommes par toutes sortes de molécules chimiques, qui n'est sûrement pas étranger à l'explosion des maladies chroniques, dont le cancer (les spécialistes parlent d'une épidémie : voir Notre Poison quotidien, de Marie-Annick Robin, La Découverte, 2013) ; il y a la mortalité humaine due à la pollution : neuf millions de personnes en 2015, selon une étude qui vient de paraître dans The Lancet, la grande revue scientifique britannique. Il y a ... Il y a ... Il y a ... Tout ça, ça fait des combats disparates, des luttes manquant de cohérence, des résistances tirant à hue et à dia. Cela ne fait pas une force.

Le changement climatique reste quand même la menace la plus globale et la plus visible (voir les ouragans récents, dont le dernier, certes dégradé en "tempête tropicale", a frappé l'Irlande (une tempête tropicale sur l'Irlande !!! Et peut-être bientôt « un oranger sur le sol irlandais », salut Bourvil), après avoir suivi une trajectoire qui sidère les météorologistes !), mais la guerre des hommes contre la planète a bien d'autres visages. Et cette guerre a été déclarée il y a un peu plus de deux siècles, quand les progrès techniques et le machinisme naissant ont opéré le passage d'une économie de subsistance à une économie de production de masse. Il paraît clair que l'accroissement de la puissance économique a été fidèlement suivie comme son ombre par un accroissement identique et synchrone de la pollution et de la dégradation des environnements. En bout de course, plus les pays du monde ont été nombreux à s'industrialiser, plus se sont multipliés les agents destructeurs. Plus l'homme a créé des richesses, plus il a nui à la nature. 

C’est maintenant indéniable : la gravité et l’intensité des pollutions découlent directement de la croissance industrielle. C’est l’industrie sous toutes ses formes qui nous a donné les agréments dont nous jouissons depuis toujours. C’est l’industrie qui, pour nous offrir tant de biens, a opéré, dans le même mouvement, la dévastation de la biosphère, dont nous voyons aujourd’hui la gravité. La pollution est directement le prix que nous faisons payer à la planète pour acheter notre confort. Plus nous vivons confortablement, plus nous sommes nuisibles : voilà l'équation. 

Pour être sûr de la chose, il suffit de regarder les changements intervenus en Chine depuis quarante ans : plus le pays s'est enrichi et industrialisé, plus massives ont été les pollutions. La Chine a expérimenté en quatre décennies ce que les pays anciennement industrialisés ont fait en deux siècles. Les atteintes à l'environnement sont à la mesure de la démesure du pays (l'Inde suit à petite distance : à eux deux, une petite moitié de l'humanité). Peut-être pour ça que c’est en Asie que la prise de conscience est la plus rapide au niveau de la population, peut-être aussi des dirigeants. C'est d'autant plus urgent que, si la planète pouvait supporter le "développement" à l'époque où il concernait cinq cent millions de "privilégiés", elle menace de crever la gueule ouverte au moment où chacune des sept milliards de fourmis qui encombrent sa surface se mettent à rêver de "vivre à l'américaine". 

Quid des populations occidentales ? Laquelle (moi compris) est prête à renoncer à quoi que ce soit de son confort et de ses facilités quotidiennes ? Quid des industriels, lancés dans la féroce compétition mondiale ? Lequel est disposé à se rogner les griffes pour faire plaisir aux écologistes ? Quid des financiers, traders et autres spéculateurs, dont l’unique obsession est de faire grimper toujours le taux de leurs profits ? Lequel de ces vautours est prêt à dire : « J’arrête » ? Tout cela fait système : chacun des éléments tient à tous les autres et n’existe que parce que les autres existent. En un mot, chacun des éléments est solidaire de tous les autres. Quand une machine est ainsi construite, allez donc la mettre en panne ou, simplement, la ralentir dans sa marche.

Qu’y a-t-il en face de ce monstre compact ? Des forces dispersées, plus ou moins vaguement organisées. Le GIEC ? On demande aux scientifiques de conduire des recherches et de produire des rapports. Pas de prendre les décisions que ces rapports appelleraient. Les ONG ? Elles peuvent avoir une influence éventuelle, c’est certain, mais ont-elles seulement le pouvoir d'infléchir la trajectoire ? Greenpeace tire un feu d’artifice dans l’enceinte de la centrale nucléaire de Cattenom ? La belle affaire : c’est mauvais pour l’image d’EDF, mais quoi d'autre ? Tout le monde a déjà oublié.

Les associations de militants ? Mais chacun des GPI ("Grands Projets Inutiles", genre ND des Landes, Lyon-Turin, …) voit se former à chaque fois des associations à objet spécifique, déconnectées de toutes les autres : comment ces forces éparpillées pourraient-elles se fondre en un ensemble qui pourrait rivaliser en cohérence et en puissance, mettons avec un animal aussi stratégiquement structuré que le Forum de Davos (on pourrait encore mieux parler du groupe Bilderberg, ou même de la Trilatérale, qui en est l'émanation), où les membres de la fine fleur des élites mondiales se tiennent par la barbichette, se serrent les coudes et ricanent au spectacle des petits agités qui prétendent les empêcher de danser en rond ? Les vaguelettes de surface n'ont jamais mis en danger les gros navires. Pour s'en persuader, il n'y a qu'à observer la vitesse à laquelle la limace européenne s'achemine vers l'interdiction du glyphosate. Sans parler de la brusque volte-face du clown américain en matière de réchauffement climatique.

Que peut-on faire en définitive pour s'opposer efficacement au processus global de cet ordre des choses ? D'excellents esprits disent, au motif qu'il faut toujours "finir sur une note d'espoir" : « Il ne faut pas se décourager. Il faut garder l'espoir. Tout est toujours possible. Nul ne connaît l'avenir. » (Hubert Reeves, Paul Jorion et plein d'autres volontaristes). Mais je ne suis pas volontariste. Je suis de l'avis de Günther Anders parlant d'Ernst Bloch, l'auteur de Le Principe Espérance : « Il n'a pas eu le courage de cesser d'espérer ». Je crois au contraire qu'il faut avoir le courage de cesser d'espérer : l'espoir est une telle machine à entretenir l'illusion qu'il rend aveugle sur ce qui est possible, ici et maintenant. Cette philosophie n'est pas confortable, j'en conviens, mais c'est la seule qui vaille : cessons de nous projeter dans l'avenir, et occupons-nous du présent, si c'est possible.

Et au présent, que peut-on faire ? Pas grand-chose, je le crains. Et si lentement ! La tâche est démesurée, et chacun se demande par quel bout commencer et quel fil il faudrait tirer pour faire obstacle au pire. Toutes ces montagnes à soulever ! Et pour obtenir quel résultat ! Et si encore la "croissance" se déroulait dans une atmosphère paisible et tranquille ! Mais pensez-vous ! Partout, c'est la concurrence, la compétition, le conflit, la guerre. Non, franchement, tout bien considéré, c'est mal parti. La destruction fait partie du programme.

D’accord, je ne suis pas un optimiste, mais j’ai le pessimisme un peu argumenté malgré tout. Non, ça ne me console pas. Bien obligé de faire avec. Ce qui me console, c'est ce rouge du domaine Gallety 2015 (un Saint-Montan) qui arrosait l'autre jour un sublime brie à la truffe de chez Galland, en même temps que les amygdales de quelques lurons pas tristes. 

Voilà ce que je dis, moi.

samedi, 24 mars 2018

QU’EST-CE QU’UN ÉCOLOGISTE ? 3/4

19 octobre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (3).

3

A part ça, aucun voyageur du train fou qui nous emporte ne pourra dire que le signal d’alarme était en panne : les sentinelles font leur boulot et ne cessent d’actionner la sirène. Ce qui inquiète, c’est plutôt qu’il n’y a pire sourd que celui qui refuse d’entendre, et que le signal d’alarme donne massivement l’impression de pisser dans un violon des Danaïdes, ce qui est, on l'admettra, peu convenable.

Après le consortium des scientifiques voués à ces recherches, véritables écologistes professionnels (au sens propre) et la foule des porte-voix et haut-parleurs de bonne volonté (essayistes et journalistes), vient la foule bigarrée, gesticulante et enfiévrée de tous les gens qui, ayant entendu hurler la sirène, se disent qu’il y a peut-être encore quelque chose à faire pour sauver la mise à l’humanité. Pour ceux-là, de deux choses l’une : soit ils mettent en application le précepte bouddhiste qui veut que, si tu veux transformer le monde, commence par toi-même, soit, mus par un altruisme fulminant qui se souvient du marxisme ("transformer le monde"), ils tournent leurs efforts vers l'extérieur et la réalité concrète. Les premiers sont des sortes de militants « au jour le jour » qui ne se laissent abuser ni par les mirages de la consommation, ni par les corps déjà faisandés des doctrines à la mode, se contentent de faire et de satisfaire leurs besoins, sans plus : ils sont les militants d'eux-mêmes, ce qui après tout n'a rien de déshonorant. L'avantage, avec eux, c'est qu'ils laissent toujours les lieux aussi propres qu'ils souhaitaient les trouver en entrant.

Mais il y a aussi et surtout les innombrables altruistes qui, ne se contentant pas de « penser global, agir local », s'enrôlent dans des entreprises (associations, ONG, ...) assez fortes, pensent-ils, pour faire passer les intentions dans la réalité. Ceux-là, soucieux de mettre en accord leurs principes et leur propre vie, n’hésitent pas à, comme on dit, s’ « engager ». Faisant preuve parfois d’un réel courage physique, ils s’enchaînent à des voies ferrées qui doivent voir passer un convoi de déchets nucléaires en provenance ou à destination de La Hague ; ou alors ils font irruption dans une parcelle expérimentale de l’INRA pour y faucher un essai de culture de maïs transgénique, avec le tribunal en ligne de mire ; ou alors ils occupent illégalement des terres cultivables et protégées, mais expropriées, pour empêcher la construction d’un aéroport international, au risque de s’en voir chassés à coups de bâtons par la maréchaussée ; etc.

Disons cependant que ces entreprises-là (Notre-Dame-des-Landes, Sivens, plateau de Bure, tunnel Lyon-Turin, etc.) sentent bien souvent l’amateurisme, l’improvisation, la fête, bref, l’absence d’une structure pérenne, d'une cohérence des motivations et d’une organisation à la hauteur de l’enjeu, capables d'en remontrer aux puissants et aux forces installées, voire de les faire plier (le souvenir du Larzac hante ces couloirs).  Il y a de l’artisanat, de l’insurrection, voire de la jacquerie dans ce genre de mouvement, autrement dit : du feu de paille (pas toujours). Les gens en face le savent, qui attendent avec un sourire carnassier les troupes envoyées par ces autorités spirituelles (« Le pape ? Combien de divisions ? »).

Tout autrement se présente la multinationale écologiste, genre WWF ou Greenpeace, qui lance des campagnes de « sensibilisation » à grands coups de publicité, de lobbying ou de démarchage de rue. Quelle que soit la noblesse de la démarche qui a présidé à la fondation de ces entreprises d’écolo-business, je leur ferai le reproche qu’on fait à toutes les grandes organisations : une part démesurée de la collecte des dons passe en général dans les frais de fonctionnement (personnels, locaux, administration, études spécifiques éventuelles, campagnes publicitaires), laissant les cacahuètes et les queues de cerises pour l'action proprement dite, ce qui laisse à penser qu’à partir d’une taille donnée, de telles entreprises sont vouées à travailler plus à leur propre perpétuation qu’au but qu’elles se sont fixé au départ. Des structures qui ne roulent plus que pour elles-mêmes, en quelque sorte, et où la part de moyens assignée à leur raison d'être initiale est de plus en plus réduite. Le genre de raisonnement qui m’a toujours dégoûté de financer l’UNICEF, par exemple, dont certains cadres en mission en Ethiopie avaient la réputation de vivre sur un pied de nababs.

L'allumé, le sérieux, le militant : voilà mon trio de tête des écologistes. Celui qui croit dur comme fer, celui qui sait de source sûre, celui qui agit à tout prix. De la conviction, de la volonté, du courage, de l'opiniâtreté, c'est certain, mais fort peu de pouvoir en définitive. Le grand mot est lâché : où que se tourne l'écologiste, il se heurte à un pouvoirA méditer. Je me demande en effet si le problème essentiel de la question écologique aujourd'hui n'est pas la relation que tous les pouvoirs en place entretiennent avec elle. Dans le tableau chiffré que se font les puissants (éminents capitalistes ou hauts dirigeants politiques) de l'horizon désirable et des objectifs à atteindre, l'état de santé de l'eau, des sols, de l'air et des hommes n'entre que très loin après la virgule, du côté de l'infinitésimal. 

A se demander si les pollutions actuelles ne sont pas tout bonnement le résultat logique d'un exercice du pouvoir, mais augmenté de l'énormité des pouvoirs de la technique, que le chef s'est appropriés pour les soumettre à sa seule volonté. Car la technique a des affinités naturelles avec le pouvoir, puisque ses effets sont essentiellement d'augmenter la puissance : depuis le simple outil primitif (l'homme du magdalénien moyen (-15.000 à - 10.000), se servait déjà d'un "propulseur" pour accroître la force de sa sagaie) jusqu'à nos machines les plus démesurées, la technique a servi à démultiplier le pouvoir de l'homme : tout objet technique recèle un pouvoir.

Quoi de plus évident que la technique soit mise au service de celui qui détient déjà un pouvoir ? De même, celui qui adopte un objet technique se soumet au pouvoir de celui qui l'a mis au point. Et moins l'utilisateur maîtrise l'objet, plus il en passe, contraint et forcé, par les volontés de celui qui l'a fabriqué, comme on le voit à la manière dont les millions de possesseurs de smartphones consentent à se laisser tondre sur le dos leurs données personnelles par des entreprises très avisées et très organisées : il est déjà là, le totalitarisme consenti.

A se demander aussi si la relation au pouvoir ne définit pas par nature l'écologiste-type : comme il ne tient pas à dominer la nature, mais à vivre en harmonie avec elle (« Maître et possesseur de la nature », dit au contraire Descartes), on peut en déduire que le pouvoir n'a pas d'attrait à ses yeux, et qu'il ne tient pas à l'exercer. Ecologie et exercice du pouvoir reposent sur deux visions du monde diamétralement opposées.

Voilà qui expliquerait la faiblesse intrinsèque des mouvements écologistes, partis "verts" etc. : un "parti" écologiste est autant un reniement de soi-même qu'une contradiction dans les termes, puisqu'un parti politique cherche, au minimum, à participer au pouvoir, et si possible à le conquérir. EELV (Duflot, Placé, Baupin et compagnie) s'y est brulé les ailes. Est-il envisageable de conquérir quelque chose que l'on ne désire pas ? Comment accéder au pouvoir quand on ne veut pas l'exercer ? La contradiction n'est pas mince : agir sur les choses (ici la protection de la nature) est impossible si l'on n'exerce aucun pouvoir. Si l'on ne veut pas du pouvoir pour soi-même, reste à faire en sorte d'amener la personne qui l'exerce à prendre les bonnes décisions. Voilà l'alambic où se distille la vie terriblement compliquée des écologistes.

Voilà qui expliquerait le spectacle des batailles de chiffonniers que les écologistes du parti "vert" donnent à la population chaque fois qu'ils se réunissent en congrès : chez eux, la relation au pouvoir est éminemment problématique.

Voilà encore qui expliquerait que les écologistes aient tant de mal à faire valoir leurs arguments face aux pouvoirs en place, et à faire prendre corps à leurs idées dans la réalité concrète, ce qui fait comprendre que la raison écologique soit si souvent vouée à l'échec. Les écolos, dans la perspective universaliste qui est la leur, ont en vue ce que je persisterai toujours à appeler l'« intérêt général ». Les pouvoirs en place (économiques, mais aussi politiques, bien sûr, vu qu'ils marchent ensemble) sont presque toujours animés par la volonté de défendre des intérêts au moins parcellaires (avec en vue un marché ou une réélection), le plus souvent carrément particuliers. Tiens, revoilà ce vieux tandem des frères ennemis "intérêt général / intérêts particuliers" ! Là, entre encore en jeu la relation que chacun d'eux a au temps : aux premiers, le très long terme, avec l'examen qui va avec, obligatoire et préalable, des conséquences possibles ; aux seconds, l’œil fixé sur le profit à tirer, qu'il soit immédiat ou prochain, pour le reste, c'est "on verra bien". Aux uns l'avenir, aux autres le présent. Le heurt est inévitable. Les deux camps sont a priori, comme les deux gauches selon Manuel Valls, "irréconciliables".

vendredi, 23 mars 2018

QU’EST-CE QU’UN ÉCOLOGISTE ? 2/4

18 octobre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (2).

2

Face à ces militants foutrement déconnectés du réel, les vrais écologistes. Je veux dire les gens normaux, spectateurs sidérés de la rage autodestructrice de l’espèce humaine, de plus en plus massive et précipitée, qui fait ses dégâts dans les recoins les plus reculés de la planète (on a trouvé d'intéressantes concentrations de pesticides dans des animaux des abysses des grandes fosses océaniques, à 8000 mètres de profondeur). Ces écologistes sont d'abord, je le répète, des gens normaux, effarés, abasourdis, qui veulent en savoir plus sur le désastre qui s'annonce, pour savoir à quelle sauce ils vont être mangés, et qui grappillent comme ils peuvent, à droite et à gauche, les myriades d’informations disséminées sur tous les canaux disponibles. Ils reçoivent par exemple en pleine figure le fait que l'Anses (autorité de sûreté de quelque chose) vient d'autoriser le sulfoxaflor, alors même que beaucoup de responsables eux-mêmes commencent à regarder de travers les néonicotinoïdes tueurs d'abeilles et autres insectes. 

Ils rassemblent donc informations et documents, mais c'est pour en faire quoi ? Ils ne savent pas toujours bien. On les trouve épars en provenance des forêts qui disparaissent ; des glaces du grand nord qui fondent plus vite que leur ombre, menaçant de submersion tout ce qui vit à proximité du littoral ; des eaux de surface des océans qui s’acidifient et se peuplent de continents de plastique ; de l’air que nous respirons dans les villes, qui améliore sans cesse le rendement de la mortalité humaine prématurée ; des camps d'extermination des insectes ouverts en plein air par les tenants de l'agriculture industrielle et productiviste ... j’arrête l’énumération.

Les causes de ces phénomènes se trouvent – c’est désormais certain (voir La Contamination du monde, de François Jarrige et Thomas Le Roux, Seuil, 2017) – dans toutes les cathédrales industrielles qui nourrissent de molécules sans cesse nouvelles, et toutes plus ingénieuses et subtiles les unes que les autres, l’air que nous respirons, le sol que nous foulons, les plantes et animaux que nous mangeons, les objets dont nous nous servons – molécules peu à peu incrustées et accumulées dans la moindre cellule de notre corps, avec des effets que les industriels, avec une belle et curieuse unanimité, s’échinent à nier en bloc : « Prouvez scientifiquement que c'est dû à la nocivité de nos produits ! », proclament-ils dans une attitude de dignité outragée, tout en dépensant des fortunes dans des stratégies destinées à rendre dociles les décideurs au moment de la délibération et de la signature. L'examen des "Monsanto papers", dont on trouve le détail des turpitudes dans Le Monde, est à cet égard tout à fait instructif : on reste ahuri d'apprendre que des "scientifiques" vendent leur signature, leur âme et leur honneur à l'entreprise, en acceptant qu'un article mitonné dans la cuisine de cette dernière soit publié sous leur nom dans des revues "à comité de lecture".

Des esprits avisés font remarquer fort justement que ce serait plutôt aux industriels d’apporter la preuve scientifique de l’innocuité de leurs produits et de leurs inventions. Malheureusement, ces derniers ont pour eux la force de l'évidence de la chose nouvellement créée, chargée de belles promesses d'avenir. De plus, ils sont passés maîtres dans l’art de renverser les rôles et d’inverser la charge de la preuve. Ils sont aidés en cela par le consentement massif des populations qui, bénéficiant déjà de toutes les facilités matérielles offertes par ces produits et ces inventions, au confort desquels ils sont tellement accoutumés, se feraient hacher menu plutôt que d'y renoncer. Tout en entretenant sans le dire, vu la contradiction, une mauvaise conscience douloureuse, qui leur procure juste le sentiment de culpabilité suffisant pour les rendre réceptifs à toutes les campagnes de propagande (« T'es responsable ! Fais un geste pour ta planète ! Trie tes déchets ! Mouche ton nez ! Dis bonjour à la dame ! »), chacun étant invité à se dire : oui, c’est moi qui suis nul, je ne fais pas ce qu’il faudrait, je dois essayer de m'améliorer, mea maxima culpa, etc.

Les premiers écologistes sont évidemment ceux qui, dûment payés pour ça du fait de leur compétence professionnelle, collectent l’information là où elle se trouve : sur le terrain. Le thème de la pollution a ouvert depuis les années 1970 d’innombrables champs de recherche aux scientifiques et à leurs laboratoires. Ils sont en effet ceux qui établissent de façon indubitable, en les mesurant avec rigueur et précision, la réalité et l’origine des nuisances qui, autrement, ne pourraient tout au plus être considérées que comme du « ressenti ». Le GIEC (1500 chercheurs du monde entier, au bas mot) et ses rapports impitoyables sont l’émanation directe de leurs longs travaux. Concernant le « changement climatique », l’humanité peut en effet se fonder sur ceux-ci pour tenter de prévenir le pire, puisqu’elle dispose d’une masse de données qui sont autant de preuves. En prend-elle le chemin ? Je pose seulement la question, de crainte de la réponse.

Viennent ensuite les nombreux autres vrais écologistes qui se sont donné pour tâche de faire un peu de publicité à ces travaux austères et plutôt confidentiels, et d’en diffuser dans le plus large public possible l’essentiel de la substance. Je veux parler des gens – assez divers et nombreux aujourd’hui, appelons-les des « passeurs », pour faire une concession au vocabulaire à la mode – qui écrivent des livres sur le sujet et des journalistes spécialisés qui publient des articles.

Parmi eux, pêle-mêle et à des titres divers : Rachel Carson (Printemps silencieux), Naomi Oreskes et Patrick Conway (Les Marchands de doute), Jacques Ellul (Le Bluff technologique), Lewis Mumford (Les Transformations de l’homme), Günther Anders (L’Obsolescence de l’homme), Paul Jorion (Le Dernier qui s’en va éteint la lumière), Servigne et Stevens (Comment tout peut s’effondrer), Marie-Monique Robin (Notre Poison quotidien), Hervé Kempf (L’Oligarchie ça suffit), Fabrice Nicolino (Un Empoisonnement universel),  etc … j’en oublie car je n’en finirais pas.

Je citerais volontiers dans la liste le nom de Stéphane Foucart (Le Monde), s'il ne venait pas de pondre un article bien étrange sur les OGM, dont il fait semblant de réduire le problème à son aspect « recherche scientifique », alors qu’il me semble clair que l’essentiel n’est pas dans les risques sanitaires potentiels, mais dans l’inéluctable brevetabilité du vivant promue par Monsanto et consort, qui ne vise à rien de moins qu’à la confiscation de toutes les semences, c’est-à-dire à l’appropriation privée et rémunératrice de toutes les sources de l’alimentation humaine et animale. Bien sûr, monsieur Foucart, qu'on n'est pas contre les recherches scientifiques en génétique (encore que cela pourrait prêter à discussion).

Le but final ? Interdire légalement à tout jardinier, à tout paysan, à tout cultivateur, où qu'il soit sur la planète, d'utiliser des semences autres que celles sorties des laboratoires, qu'un Grand Livre Officiel des Semences Autorisées répertoriera en détail, avec leur carte d'identité génétique. Avec une police des semences aux aguets et au taquet. De quoi richement alimenter ad vitam aeternam les comptes bancaires des actionnaires, aux dépens des populations laborieuses, rendues au servage, dont le métier est de produire ce qui nourrit l'humanité.

Quant à Stéphane Foucart, j'attends d'en savoir plus pour être sûr qu'on peut quand même lui faire confiance : ses articles jusqu'ici ont toujours été très affûtés.

jeudi, 22 mars 2018

QU’EST-CE QU’UN ÉCOLOGISTE ? 1/4

17 octobre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (1).

1

Il y a deux sortes d’écologistes : ceux dont la presse parle, parfois en abondance à la suite d'une action spectaculaire (Greenpeace à Cattenom, manif de brebis en plein centre de Lyon, ...), et, qui plus est, sous l’angle du conflit entre les « pro » et les « anti », du genre de ce qui nous fabrique de gentils « débats de société », dont nul n'a que faire mais qui permettent de passer le temps et de s'être trouvé pour un temps une raison de vivre, avant la suivante. Et puis il y a ceux dont on ne parle dans la presse « de référence » que sous forme de dossiers et d’articles plus ou moins digestes pour le vulgum pecus, qui ne feront jamais grimper l’audimat et qui, pour cette raison, ne seront qu’exceptionnellement mis en vedettes.

La « COP21 » de Paris en 2015 appartient à cette catégorie des exceptions qui confirment la règle : un événement soigneusement mis en scène, et devenu spectaculaire parce que les participants officiels le voulaient ainsi. Les vrais écologistes sont, on l'a compris, du côté le moins visible : à cette occasion, ils ont été noyés dans la masse et le protocole. Il est bien entendu faux de croire que tous les chefs d'Etat présents se sont convertis à l'écologie à cette occasion : il n'y a ni baguette magique, ni Saint-Esprit. D'autant que la COP21, si elle abordait le problème le plus global, laissait de côté d'autres problèmes, eux aussi cruciaux, au premier rang desquels l'empoisonnement du vivant avec les développements des industries chimiques.

Comment définir les premiers de ces écologistes ? Ce sont d’abord des emmerdeurs : leur premier objectif semble en effet de venir emmerder les diverses catégories d’individus qui ont affaire aux confettis de nature sauvage que la civilisation concède à l’exigence de « préservation de la qualité du milieu ». Les emmerdés, de leur côté, sont régulièrement, entre autres, les bergers. Le qualificatif d’écologistes, dans ce cas, repose sur l'exigence de réintroduction pour rebiodiversifier l'environnement. Ce sont eux qui ont tout fait pour que l’ours s’acclimate de nouveau dans les Pyrénées, plus récemment le lynx dans le Jura ou les Vosges (combien et par qui ces animaux ont-ils été payés ?). Ce sont eux qui se dressent contre les fusils des chasseurs quand ceux-ci font mine de vouloir tuer des loups, au motif que les bergers d’alpage se plaignent des terribles déprédations qu’ils commettent dans leurs troupeaux de brebis.

Soyons clair et net : ces « écolos » n’ont rien compris à la biodiversité qu’ils affirment favoriser. Ils croient être des défenseurs des droits de la nature. La biodiversité, ce n’est pas le loup dans les Alpes quel qu’en soit le prix à payer. La biodiversité, pour savoir ce que c'est, demandez à Gilles Bœuf, le bouillant professeur temporaire au Collège de France (chaire "développement durable") : c’est tout un système complexe de dépendances en chaîne : la façon dont s’organisent les innombrables éléments minéraux, végétaux et animaux qui font qu'il y a de la vie dans un environnement donné à un moment donné. Introduisez l’écrevisse américaine dans les rivières françaises, elle aura vite fait de déblayer le terrain à son seul profit. Le loup dans les Alpes ne fera jamais une biodiversité à lui tout seul. Médiatiquement parlant, le loup en France peut aujourd'hui, à la grande rigueur, passer pour un abcès de fixation destiné à détourner de l'essentiel l'attention du grand nombre. En vérité, écologiquement, le loup est aujourd'hui une nuisance.

C’est ainsi que, dans ses Mémoires, Saint-Simon évoque la chasse au loup que pratiquaient certains seigneurs de la cour de Louis XIV, dans la décennie 1700 ou un peu après, dans l’Orléanais, quand l’animal y était signalé faisant des dégâts. De même, c’est ainsi que, dans les régions d’Inde où pullulait le tigre, l’urbanisation galopante a restreint son aire de développement et que, comme le fauve s’en prend aux humains, ceux-ci se voient contraints de le pourchasser.

Le loup a disparu de France pour l’exacte même raison : les sociétés humaines ont partout étendu leur emprise, au gré de l’expansion industrielle et de la prolifération humaine, engloutissant dans un passé révolu tout ce qui préexistait, jusqu’à faire oublier l’entier du contexte naturel, historique et technique qui entourait la possibilité même de l’animal. C’est bête, hein, vous vous rendez compte,  tout ce qu’il faudrait désinventer, tout ce qu’il faudrait faire retourner au néant pour reconstituer à l’identique les circonstances d’avant la disparition ! Pour restaurer à l’identique le même système de relations, disons le mot : le même écosystème ! Et avec le même mode de vie que les Français de l’époque, odeurs comprises, s’il vous plaît ! Voilà qui s’appellerait « faire table rase ». Pour le coup, on aurait vraiment le « retour à la bougie ».

C’est dit : dans le fond du fond, ces gens-là ne sauraient en aucun cas être qualifiés d'écologistes. Il faudrait les inculper pour faux et usage de faux. La preuve, c'est que ce sont eux qui se rendent le plus visibles, à l'occasion de leurs actions. En réalité, la "nature" qu'ils prétendent défendre est une vue de l'esprit. Tout au plus sont-ils, contrairement à d'autres, d'authentiques réactionnaires : que tout soit comme autrefois (c'est la définition du mot). Mais je les soupçonne de vouloir garder, bien cachée au fond de la grange où ils viendraient de rentrer la fenaison (biologique) pour les bêtes cet hiver, une mobylette avec une bonne réserve de mélange deux temps (à 6%).

Soyons sérieux : ces écologistes en mie de pain rêvent tout éveillés. Ils rêvent d’îlots d'un passé irénique et idyllique, perdus dans l’océan d’un présent bouleversé, îlots qui seraient miraculeusement préservés du fracas de l'histoire en marche derrière la muraille infranchissable de leurs bonnes intentions, elles-mêmes inscrites dans la loi. Entre les loups et les brebis d’alpage, je vote brebis : en tant que carnivore, je n’aime pas la concurrence déloyale que me livre l’animal. Cette race d’écologistes se caractérise donc par un crétinisme qui serait inoffensif s’il n’était vindicatif et revendicatif. Avec eux, la pollution mondiale et le réchauffement climatique sont tranquilles, et peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

On observe cette logique policière de l’îlot miraculeusement préservé dans la démarche militaire de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a décidé d’abolir le pot d’échappement dans un délai rapproché : d’un côté, on demande très poliment aux industriels les plus polluants s'ils verraient un inconvénient à ce qu'il leur faille réduire leurs émissions sales de 10% ou 20%, mais en leur accordant de larges délais pour se mettre aux normes (en attendant le climat climatique, il ne faut pas nuire au climat des affaires), pendant que de l’autre, on caporalise tout le reste de la population pour la faire marcher droit, et gare aux tribunaux pour les rétifs. C'est sans doute ce qu'on appelle l’écologie démocratique.

mercredi, 21 mars 2018

THERMOMÈTRE HUMANITAIRE

25 octobre 2016

Lettre ouverte à ceux qui pensent que ça va aller mieux.

Pour avoir une idée de l'état de santé du monde, je propose de prendre sa température. Pour cela, pas de meilleur thermomètre que de constater la prolifération des lieux en état d'urgence humanitaire.

Quand il a fondé les « Restaurants du cœur », en 1985, cette structure reposant pour la plus grande part sur la générosité de la population et sur le bénévolat militant, Coluche rêvait du jour où ils seraient appelés à disparaître. Il pensait que ce jour-là, on n’aurait plus besoin de cette béquille conçue pour apporter à ceux qui n’ont presque rien de quoi manger.

Coluche rêvait en effet. Dans sa naïveté (!), il ne voyait pas (ou plutôt faisait semblant) que ce qui était en train de se mettre en place, c’était un système global, pour dire vite, ultralibéral et impitoyable, faisant du commerce des biens le nec plus ultra de la civilisation mondialisée, et de la dérégulation de tout ce qui pouvait l’entraver une nécessité absolue.

Résultat, trente ans après, le nombre des gens qui ont besoin des Restos du cœur a explosé. Plus fort encore : d’autres associations s’y sont mises, comme la Banque alimentaire, en plus de celles dont c’était déjà le « métier » (Secours populaire, Secours catholique, Emmaüs, etc.). La pauvreté en France n’a cessé de croître, pour atteindre en 2013, selon l’INSEE (vérifié sur le site), le nombre ahurissant de 8,6 millions. Et François Hollande nous déclare "les yeux dans les yeux" que « la France va mieux ». Pour s'assurer de la justesse du diagnostic du docteur Hollande, il suffit d'imaginer ce qui se passe le jour où les associations qui s'occupent des pauvres cessent de fonctionner. Pas besoin, j'espère, de faire un dessin.

Même chose dans tous les pays riches : l’anglais a inventé l’expression « working poors » pour désigner ces gens qui parfois ne gagnent pas de quoi payer un logement, et qui habitent dans leur voiture. Résultat, les urgences se multiplient, les intervenants (plus ou moins désintéressés) prolifèrent, les appels aux dons affluent de tous les horizons. Et il suffit de se promener sur le plateau de la Croix-Rousse pour constater que les mendiants de toutes sortes sont de plus en plus nombreux.

Il n’y a pas besoin de lire les 900 pages de Le Capital au 21ème siècle de Thomas Piketty (ce que je ne suis pas mécontent d'avoir pourtant fait) pour savoir que les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres sont de plus en plus criantes, quoi qu’en disent les moyennes obtenues par le moyen des statistiques, qui voudraient nous convaincre que, globalement, « la pauvreté a reculé dans le monde ».

Voilà donc le thermomètre que je propose pour prendre la température de l’état du monde : regarder le nombre des associations humanitaires qui se sont fondées dans le monde, les effectifs des gens qui agissent en leur sein, la taille des populations au secours desquelles elles interviennent. Les humanitaires se démènent comme des diables en Grèce, à Lampedusa, à Calais, et ne savent plus où donner de la tête. Le bénévolat (ce travail gratuit dont Le Monde a souligné récemment qu'il est "créateur de valeur") est en plein essor. J'imagine le jour où un tiers de l'humanité viendra au secours d'un autre tiers, exclusivement composé de victimes d'un troisième tiers, celui des bourreaux. Belle répartition des rôles en perspective.

S’il fallait mesurer la bonne volonté des hommes sur terre, il n’y aurait apparemment aucun souci à se faire, il suffit de regarder le Téléthon, et les innombrables opérations à visée altruiste (par exemple "courir pour elles"). Trois références suffiront à le prouver : 2004 à Sumatra, 2010 à Haïti, 2015 au Népal. La bonne volonté des hommes sur terre est si grande que les canaux acheminant les secours se retrouvent engorgés et les secours eux-mêmes passablement désorganisés. Haïti, à cet égard, fait office de caricature, tant les ONG, les associations humanitaires, l’ONU et autres se sont marché mutuellement sur les pieds dans un désordre proche de l’anarchie.

Ce n’est donc pas un problème de bonne volonté, et l’altruisme a de beaux jours devant lui, quoi qu'on en pense. Mais s’il en est ainsi, il est permis de se demander comment on en est arrivé là.

Comment il se fait que les associations à visée humanitaire ont continué à pulluler et les grandes ONG humanitaires à croître comme des start-up, jusqu’à devenir des multinationales puissantes, opérant leur recrutement de cadres dirigeants dans les grandes écoles, et managées comme des entreprises entrées en concurrence, jusqu’à rendre quasi-automatique aujourd’hui le recours des journalistes à un vocabulaire devenu facile parce qu’il semble évident, mais qui ne l’est pas du tout (« humanitaire », « associations », « ONG »). Et jusqu’à rendre haïssable le vocable même d’ « humanitaire » par saturation.

Comment en est-on arrivé là ? Mais c’est juste que le monde, ignorant superbement les appels à la « fraternité » (ah qu'elle est belle, la campagne pour la « fraternité générale » lancée actuellement !), à la « solidarité », à l’interdiction de toute « discrimination », de tout « amalgame », de tout « racisme », de toute « xénophobie », en gros toutes les pommades verbales qu’on répand sur les plaies ouvertes dans l’espoir de bâillonner les souffrances, ce monde, qui a pour tort unique d'être le monde réel, persiste dans sa volonté de faire le mal et, contre toute raison, d'étendre, d'approfondir et d'accentuer ce mal.

Moralité : les incantations comminatoires à base de grands mots et de « nos valeurs » sont devenues des gadgets, des hochets puérils, totalement déconnectés de la réalité, ce qui est après tout le propre de l’incantation. Le pire, c’est que ceux qui, refusant de manier la pommade consolante, s’entêtent à mettre les vrais mots sur les choses, sont renvoyés d’office aux poubelles de l’histoire, notés d’infamie sous les appellations aussi aisées qu’indémontrées de « conservateurs », de « réacs », quand ce n’est pas de « fachos ».

Le compassionnel est devenu un aboiement d’adjudant. L’émotion est devenue un mode de gouvernement (de domestication) des masses. Plus le monde va mal, plus ceux qui disent qu’il va mal se muent en boucs émissaires, qu’une magie sémantique métamorphose sous nos yeux en « bourreaux » de « victimes » innocentes. Il faudrait pourtant voir les choses en face, et se demander pourquoi le monde a de plus en plus besoin de l'humanitaire.

La vraie fonction de l’humanitaire est, en fin de compte, de cacher aux foules la nature épouvantable du monde qui est en train d’advenir. C’est une sorte de division du travail : aux uns (Monsanto, Apple, E.I., Assad, Poutine, …) la Terreur et le Mal, aux autres (ONG, humanitaires, altruistes, tous les Pangloss, tous les "rassurants", tous les "consolants", …) les pansements sur les jambes de bois. Les infirmiers de la catastrophe prennent le plus grand soin à « ne jamais prendre parti ». Au prétexte que ça les disqualifierait auprès des belligérants, qui les accuseraient de travailler pour leur ennemi. Comme si on admonestait Satan parce qu'il fait le Mal, alors que c'est précisément ce pourquoi il existe : « C'est pas bien, mon petit, de faire le Mal. Allez, ça ira pour cette fois, mais ne recommence pas. ».

C’est-à-dire qu’ils se condamnent à ne jamais nommer les causes du Mal. Ils s’interdisent par principe toute analyse un peu politique. Ils ont la tête dans le guidon et le nez au ras des pâquerettes (ils ont un dos d'une souplesse à toute épreuve). Ils s'en tiennent au service d'urgence, de plus en plus saturé. Cette façon de faire a pour effet de s’en tenir au traitement de la conséquence (les souffrances), en ne se mêlant surtout jamais de la cause (la cruauté, la guerre). 

Le monde humanitaire est un hôpital. « Surtout ne nous mêlons pas de ça ! », geignent-ils sur les plateaux de télévision. Et d'en appeler au « crime de guerre » chaque fois qu'un hôpital est pris pour cible très intentionnelle par les bombardiers. Ils en sont ainsi réduits à l’imprécation incantatoire : « Comment peut-on être d’une telle cruauté ? ». Avec gémissements aigus et suppliques à Poutine (qui se marre bien, sous son masque d'impassibilité). Une variante sans doute des Suppliantes (Euripide). Aujourd'hui le beau rôle.

Les associations et ONG humanitaires, en s’interdisant d’intervenir sur autre chose que les malheurs, la souffrance des gens, se coupent les bras face à l’origine du Mal. Réduites à l’impuissance, réduites au traitement des urgences, elles assistent, comme nous tous, à la montée de la violence dans le monde. A cet égard, l’humanitaire constitue un thermomètre crucial. Un symptôme si vous voulez. Car pendant qu'on nous bombarde de cris d'alarme, les causes du malheur bombardent les populations. Et moi, qu'est-ce que j'y peux ?

C'est certain, la prospérité des organisations humanitaires est directement proportionnelle à celle des malheurs dans le monde. De quoi se demander si les situations seraient pires si les ONG et autres associations caritatives n'existaient pas. Car cette prospérité seule devrait, en soi, alerter les gens ordinaires. Qui devraient se dire qu'il y a de la dénégation du réel dans le réflexe humanitaire.

Faire appel à l'émotion, à l'empathie et aux bons sentiments, comme nous y invite l'humanitarisme à tout crin (« Mais on ne peut pas rester là à savoir ça et à ne rien faire ! Il faut faire quelque chose ! »), c'est nier la réalité bien concrète des intérêts et de la géopolitique.

C'est vouloir vider l'océan à la petite cuillère pour le vider dans le tonneau des Danaïdes.

Il faut redire ce que disait Coluche au début des Restos du cœur : c'est quand toutes les associations humanitaires seront devenues inutiles et amenées à disparaître que l'humanité pourra se dire sans risque d'erreur qu'elle « va mieux ». En attendant, il y a du mouron à se faire.

Voilà ce que je dis, moi.

mardi, 20 mars 2018

LE NIAGARA DES MIGRANTS A VENIR

15 juin 2015

Le « migrant » s’est installé à l’avant-scène de l’actualité. Et pas seulement en Méditerranée : les Rohingyas, ces musulmans de Birmanie, ne connaissent pas un sort plus enviable que les Soudanais, Erythréens ou Syriens pressurés dans des filières de passeurs sans scrupules, et qui risquent leur vie dans des embarcations improbables. Je note d’ailleurs que le Bangladesh, l’Indonésie et la Malaisie éprouvent à l’égard des migrants une belle absence d’états d’âme dans leurs réactions. A comparer avec les réactions des Européens, moins inhumaines quoi qu’on en dise. 

Il n’y a jamais eu autant de « migrants » dans le monde, dans toute l’histoire de l’humanité. Depuis quelques années, c’est un flux, un flot, un Niagara de migrants. Leur point commun ? Ils fuient. Parce que la vie, là où ils vivaient, ne leur est plus possible. C’est à cause de la guerre. La question est : pourquoi la guerre ? 

Deux causes, les premières à la portée de ma petite compréhension. La première découle, je crois, assez directement de la guerre froide : la montée de l’islamisme radical. Disons-le : un islamisme combattant. Ça remonte à l’affrontement Russie-Etats-unis en Afghanistan. Les Russes ont piétiné pendant dix ans face à des Afghans (et brigades internationales islamiques) gracieusement armés (et entraînés par sous-traitants interposés) par les Américains. Les Russes quittent l’Afghanistan la queue entre les jambes. Début de la fin de la « guerre froide ». Les combattants aguerris d’Afghanistan se retrouvent chômeurs. Ils cherchent une guerre à faire. Un employeur.

J’avoue que les causes profondes de la résurgence de l’Islam m’échappent pour une large part. Je note cependant que les Russes quittent l’Afghanistan en 1979, au moment où Khomeiny installe la révolution islamique en Iran. Les Américains sont qualifiés de « Grand Satan ». Il y a polarisation : l’Islam devient une arme politique de riposte contre la domination occidentale. Khomeiny est un génie politique. Sa révolution islamique a essaimé largement (FIS, GIA, AQMI, GSPC, … : l’ingéniosité acronymique n’a pas de limite). 

Survient Ben Laden, Al Qaïda, 11 septembre et tout ce qui s’ensuit. C’est la deuxième cause : l’incompétence américaine, magnifiquement incarnée dans le gnome George W. Bush, qui commence par lancer l’armée américaine sur l’inextricable Afghanistan (pays jamais colonisé). En 2003, il sublime la catastrophe en lançant à coups de mensonges son armée sur l’Irak. Consigne impérative : éliminer tout ce qui s’apparente à une parenté baasiste, le parti Baas (Hafez El Assad en Syrie, Saddam Hussein en Irak) étant affublé par les néo-conservateurs américains de toutes sortes de défroques diaboliques. 

C’est là que le responsable américain (que son nom ne soit plus !) signe l’arrêt de mort de la paix au Moyen-Orient : il rend à la vie civile, sans indemnité, non seulement toute l’armée irakienne, mais toute l’administration irakienne, au prétexte que tous ces gens étaient des émanations pestilentielles du baasisme.

De Gaulle était aussi cynique, mais plus intelligent : en 1945, il avait laissé en place l’administration de Vichy, gardant, entre autres Maurice Papon, préfet collaborationniste, et un grand nombre de ses semblables. L’administration, l’armée, la police, sont les colonnes vertébrales des Etats : on ne peut s’en passer. Ça fait partie du bréviaire du dirigeant de « grande nation ». Résultat : des masses de militaires professionnels aguerris se retrouvent chômeurs. Ils cherchent une guerre à faire. Un employeur.

George W. Bush et son général félon ont détruit l’Etat irakien. Merci, monsieur Bush. Daech a été conçu et mis en œuvre par les plus géniaux experts militaires de l’armée de Saddam Hussein (voir l’impressionnant article sur le colonel Haji Bakr, dans Le Monde du 26 avril), que Bush a, d’un trait de plume, renvoyés dans leurs foyers. 

Là-dessus arrive le « Printemps arabe ». En Tunisie, belote, rebelote, capot et dix de der. Bravo. Ailleurs ? Fiasco sur toute la ligne : Egypte, Libye, Syrie, Yémen, partout, c’est le régime sévère de la mise au pas de la population. Disons la guerre, et pas froide, la guerre ! L’ordre règne en Egypte, tant bien que mal. Mais alors le Yémen, la Syrie et la Libye, pardon, le souk intégral ! La merde ! Le caca ! Grâce au grain de sel « humanitaire » de Sarkozy-BHL-Brown jeté sur la queue de Kadhafi. Fallait-il laisser massacrer Benghazi ? Non, sans doute, mais je constate ce qui en découle : la pétaudière, la guerre partout, le chaos, la violence. 

Maintenant ajoutez à ce maelstrom que les populations ont partout de plus en plus de mal à vivre ensemble : Dinkas et Nuers au Sud-Soudan, Hutus et Tutsis au Burundi, chiites et sunnites, Serbes et Bosniens, etc. Ajoutez la déliquescence et la corruption qui ont fait des Etats, en de nombreux points du globe, en particulier en Afrique, des fruits pourris jusqu’au cœur. Ajoutez la corne de l’Afrique (chebabs de Somalie), la région du lac Kivu (RDC), peuplée de bandes armées se livrant au trafic de ressources minières, la Centrafrique (Sélékas contre anti-Balakas), le nord du Nigéria (Boko Haram) et tout le coin (Niger, Cameroun, Tchad), le sud algérien et le Mali. Résultat de cette addition : la souffrance, la mort, l’insécurité. La vie devenue invivable. La fuite comme seul espoir de survie.

La conclusion de tout ça ? Elle est évidente : on n’est qu’au début d’une gigantesque vague de migrations qui a commencé à déstabiliser notre monde. Peut-être même le chambouler. On nous annonce 500.000 migrants à l’assaut de l’Europe en 2015 (source OMI, Organisation Maritime Internationale). Et ce n’est qu’un début. 

On n’a pas fini d’entendre les appels à notre générosité, à notre solidarité. Il n'a jamais servi à rien d’élever un « Barrage contre le Pacifique ». On n’arrêtera pas le Niagara d’une humanité chassée de chez elle par la cruauté, la famine ou la guerre. Sans parler de la fertilité, par exemple, des femmes nigériennes qui, avec le secours de notre belle médecine, va amener 50.000.000 en 2050, la population d'un pays dont l'essentiel du territoire consiste en un désert. L'Europe n'a qu'à bien se tenir. Si les guerres s'étendent, comme ça en a pris le chemin depuis 2001, je ne vois pas ce qui pourrait tarir le flot des migrants.

Gare à nous : notre solidarité n'aura pas de limite. De gré ou de force.

Voilà ce que je dis, moi.

lundi, 19 mars 2018

ANNONCE

Je me rends compte que dans ce blog, qui se voulait au départ (mars 2011) culturgénéraliste, il y a quelques incontournables qui manifestent leur présence insistante et régulière. Je les regroupe aujourd'hui dans la catégorie "L'état du monde". Les questions écologiques y tiennent une place à laquelle je ne me serais pas attendu a priori.

Pour des raisons indépendantes de ma volonté, qui m'éloignent pour un temps de ce poste de "travail", je remets en ligne, à partir de demain, la série de billets (au nombre de vingt et un), publiés de façon irrégulière, et rédigés au sujet de l'image que je me fais de l'état du monde, histoire d'avoir un aperçu du tableau d'ensemble : j'ai essayé de faire apparaître la multiplicité et la convergence des facteurs qui contribuent à nous préparer un avenir de plus en plus radieux. Les dangers qui menacent la planète et l'humanité ne se présentent pas en ordre informe et dispersé : qu'il s'agisse de pratique écologique de l'agriculture, de pillage des ressources, d'inégalités économiques, d'organisation industrielle de toutes les activités humaines (l'homme transformé en machine), de mode de vie, de relations entre les gens, etc., tout cela fait système (comme le révélait déjà dès son titre Le Système technicien de Jacques Ellul). Ce n'est pas brillant, comme on le constatera. Et encore, je suis bien loin d'aborder l'intégralité des problèmes. Mais je ne suis qu'un vil pessimiste.

J'ai ajouté à ces vingt et un billets un bon nombre (trente et un, une paille) de ceux qui, en remontant le temps (de 2011 à 2016), abordent le même sujet, mais d'une façon plus connexe, et surtout comportant un certain nombre de considérations ou commentaires oiseux, lourds, digressifs, inutiles ou dépassés. Sans parler du style, dont je pense aujourd'hui qu'il tombe trop volontiers, dans la facilité ou la complaisance. Tout ça fait un respectable paquet, auquel je n'ai rien changé. J'aurais pu ajouter des pièces à ce dossier déjà assez consistant pour plomber le moral  : je crois que s'il est vrai que "la dose fait le poison" (affirmation que plusieurs auteurs ici s'efforcent de battre en brèche avec des arguments somme toute valables), cela suffira. Car j'aurais pu ajouter, pour évoquer l'état intellectuel et moral du monde présent et de celui qui nous est promis, l'état de décomposition de ce que les amateurs honorent de l'appellation "Art Contemporain" – et que j'appelle plus raisonnablement "l'Arcon" –, ou l'état de déliquescence irréversible dans lequel se trouve le "marché du travail".   

On s'apercevra peut-être que le ton adopté, le style général des propos n'ont aujourd'hui plus grand-chose à voir avec la sorte d'entrain, presque de désinvolture, qui était le mien dans les débuts.

samedi, 10 mars 2018

MON PRINTEMPS DE LA POÉSIE 7/7

LIVRE TRADUIT D'UN PUR DE LANGUE VII

 

A visiter l’insu,

on est couvert de vie.

 

L’effort d’avoir, avec son origine,

la peau du corps d’appui,

c’est tout au bord de la limite.

 

C’est peut-être ici,

l’art qui fabrique,

l’œil qui recuit l’idée par plaques,

avec ses faux abords,

– et le vrai du recours,

c’est la grâce.

 

Il vient, le murmuré,

le trémulé du temps,

le vibré d’anche avec ses ailes.

 

Il laisse un nom plus corporel,

un arbre à nuit :

ça pousse en bord,

désigné court de trace.

 

L’envers de son,

ça s’appelle,

ça bat du cœur dans un trou.

 

Le bruit qui dort,

est-ce qu’il fait limite ?

 

Dans le bondé du cœur désert,

on entend ça,

c’est la foule en couleur. 

 

 

 

 

STRETTE

 

L’enfant, s’il joue la comédie,

C’est du sommeil intense,

C’est la vie profonde.

 

Il nage en clair dans le trou d’os :

C’est la foudre occipitale.

 

Regarde en lisière,

c’est un visage en gravité

qui fait du devenu à force de brisure.

 

Pris dans le rut des choses,

Il use un corps sexé contre les autres âmes.

 

Il a creusé dans les contours,

Il apprend le spectacle.

 

Le devenu, c’est la fabrique,

La main du corps pénible

Où dormait la formule.

 

Dans le vibré de soi,

Car il faut du beau,

De la vie-vite en source pleine.

 

Au fond du trou de deuil,

Couché en chien de force,

Il a cousu la voix minuscule,

Avec son fleuve amer.

 

Le chien d’ailleurs défend ses yeux.

Je vis dedans,

La voix cousue en cœur.

 

Couvert de vie,

Avec les nerfs complices,

C’est le nom du désordre,

Avec du sel entre les vies.

 

L’enfant reconstitue le poids de la matière,

Le cœur des formes.

Le pur de langue,

C’est lui le respiré.

 

Dans la cour du vrai,

C’est perspicace, le courant pur.

 

On fait du fruit,

On a de l’invisible.

Où est la douane occipitale ?

 

On fait constat de poésie,

Le besoin digne au fond d’ici.

 

On sort d’avoir.

On est le désert d’eau,

L’animal avec son rêve.

 

Tourné vers ce qu’il pense,

Le visage a fait l’insu de soi.

Il reste en trou,

Avec son grave.

 

A quoi la forme sert,

Dans le bruit dur,

Au fond d’ici ?

 

Encore un dernier corps,

Pour faire la route ?

 

Couvert de vie,

Le nom dépose en trace,

Autre lieu sûr.

 

Travail en bord, travail en tige,

Ça vient à la fabrique,

Il y a du construit.

 

Dans l’hiver de la personne,

Ça continue à creuser,

Ça vient se dire.

 

On est en vif,

En fort de forme,

Le soi du sexe.

 

Ce qui se rit en sombre,

Avec travail extrait de soi,

La lèvre à morsure, c’est la joie.

 

Le nom fait son être,

Ça fait le beau dans le visage.

Il a traduit le pur de langue.

 

Il y a du sanglot sur l’écran.

C’est là le respiré, la frontière.

Combien on perd,

A retenir le lourd de l’air.

 

En corps de vie,

A bout de traces,

Qu’est-ce qui résonne ?

 

A coups de creux,

le corps fait sombre.

Il fait du beau,

Avec lumière.

 

Il y aura le format d’homme.

On est encore en soi,

Dans le front bas,

Ou bien la boule à fruit.

 

La voix d’en bas,

Le rameur long,

C’est ça l’hiver de parole ?

 

Le captif a fait du sourd,

Avec des trous plein le sujet.

 

Coule en portrait,

Ce qui éprouve.

 

As-tu ton assaut ?

Alors fais ton pire,

Avec le cœur ficelé,

La couleur de faux.

 

Et puis c’est la cour du vrai,

Dans la cloche à plongeur.

Est-ce qu’il fait si froid,

Dans l’appel,

Qu’on l’entend pas ?

 

Il est pris dans la parole.

Il s’est noué, le respiré.

Si ça voulait dire ?

 

En dur de chose,

Il faut du respiré dedans,

Ça tient du noyau.

 

Il est dessus la fracture,

Ça coule en hésité,

Le noir de geste.

 

L’hiver de la figure,

Le soi du cri d’avant,

C’était quand, la torture ?

On ne sait plus :

Ça fait du beau, le vent vivant.

 

Au noir de vrai, ça se dépouille,

L’insu de soi qui foisonne.

 

Saignement, mouriture,

Il fait le jus, c’est la trace.

 

Le soi, c’est pris dans l’image.

Il traîne en louche.

Il est correct.

Il a sa fatigue :

Il a mal à son vrai.

 

Si c’est dodu, la formule,

Qui est cet autre ?

 

Allons à moi, corps de frousse.

Allons à coups de moi,

Dans le ténu, vers l’otage,

Couvert de vie,

Tout seul avec son bruit.

 

Il bat a coups de cœur

L’insu de la personne.

 

Est-ce que c’est ça,

La forme des choses ?

Est-ce qu’on s’y trouve ?

 

On fait du cœur avec son bruit.

On l’a trouvé le complice.

C’est ici la fabrique,

La peau des limites,

L’effort au fond d’ici.

 

Il coule en murmuré,

L’arbre à nuit,

A coups de bruit.

 

Alors il peut dormir,

Ouvert, avec la peau des limites.

 

Dans le trou d’os,

C’est la foule en couleur,

Qui découle.

 

Tout au bord.

 

 

 

 


CODA

 

C’est dans le dur de moi :

Je bats à coups de bruits

Mon cœur défait du pire.

Dans le couteau de moi,

Ça fait de la peau pure.

C’est dans le gros de ça

Qu’on sent le sel qui coule.

C’est fort de goût, le sûr.

 

Dans le cousu,

Je suis le ruminé complice,

Le réservoir inclus.

La photo dépolie,

Ça fait une entrée double.

Je me disjoins, je sors.

Je cherche un bruit : le pur.

La fenêtre à venir.

 

Je livre au corps secret

Mon verre avec ma lèvre.

Hésité jusqu’au noir,

J’ai convaincu l’air pur.

Dans l’induit, ça passe outre,

Et ça verse au concert.

Le décousu, le dû,

L’œil aime à son insu.

 

Dans le moi que je dis,

Ça reste tu, ça dort.

Tu entends les coups sourds,

La voix au fond d’ici,

Le cœur en bout de bruit.

C’est dans le tu qu’on est.

Vers tu, ça se complique :

Elaboré le pur.

 

Le moi de la fabrique

A fait son dû, parole.

L’insu du soi d’avant,

Il a de quoi porter.

Il a le devenu,

Celui qui part en bloc.

Complet de mes fantômes,

Je suis le murmuré.

 

Corps étrange à la source,

Je fais de l’étranger.

Ma langue, à coups de bruits,

Cherche ailleurs à combler,

C’est l’autre avec ses robes,

C’est l’autre densément

Je comprends la coulure :

Elle émerge le jour.

 

Le sédiment du ciel,

C’est l’autre voix du corps.

J’ai dans le pur le noir,

La condition des formes.

Le mur est toile en dur.

Des corps peints, des contours,

En court ça se dessine.

Ce sera bleu, qui chante.

 

En dépoli, sorti,

En étranger de bruit,

Ça s’émancipe en traits.

C’est donné, la tournure.

C’est cœur d’abois, le dire.

Reste à signer l’air pur

Avec les doigts d’après,

Compteurs des grains du fruit.

 

Il est dans le donné,

Le sorti, le complice,

Celui qui naît déçu.

Il a du droit, des preuves.

Il ira vers le brut,

Conduisant clair ailleurs,

Limite ouverte à suites,

Bruit d’avenir voulu.

 

Il a vu ce qu’il vit.

Il sait, pour la forêt :

C’est le fort du secret

Qui s’alimente au doute.

Dedans, c’est du construit,

Avec du vent vibré,

Le bleu entre les tempes.

Il sédimente en fruits.


POSTLUDE

 

C’est au fort de toi que je donne

Le cru, le pauvre, avec des ouvertures.

Avec toi, qui me déplaces,

J’apprends le dru, le très formé,

Le fort lisse avec ses avens.

Qui j’ai voulu, c’est dans l’aveu,

Ce toi, ça vient du cœur du fond.

Dans le poids du travail ourdi

(c’est un réseau de voix rusées),

c’est devenu le vrai, ce ventre,

le compris de la source.

Avec le noir devant,

Le nénuphar est une antenne,

Et je comprends ce qui s’efforce,

C’est en deçà que je bourgeonne.

Très confondu avec mon livre,

Je te fais des mains croustillantes.

 

FIN

vendredi, 09 mars 2018

MON PRINTEMPS DE LA POÉSIE 6/7

LIVRE TRADUIT D'UN PUR DE LANGUE VI

 

Avec le moi d’ici,

en remettant

le temps d’avant

qui se déchire,

je t’ai refait le déroulé,

le temps d’avoir du sens,

comme un sas de vent

avant soi la cassure.

 

Tout mon secret,

la rue d’après,

le venin vite,

tout le support,

ça fait confort.

 

Le noir de corps

frappe au décor.

La rue d’après,

ça rend sourd.

On se tait en couleur,

sac de soi,

la vie par plaques.

 

Volute au mur de mal.

La vie rutile.

Dans le corps intérieur,

le noir se ferme,

c’est en lui-même.

 

Au cœur de gris avec cadavre,

on fait papier d’accord.

C’est en dépouille,

ce qu’on sait du semblable.

C’est l’hiver, ou la personne ?

 

L’impur de voir

a fait sa goutte,

une eau creuse,

avec surface.

 

Vêtu de l’œil,

pour la similitude,

on a la volupté sans frais.

 

Bar de nuit,

citron-fraise,

un coup dur.

 

Après la suie, la promenade.

La vie foisonne.

 

Dans le fruit direct,

on a trouvé du vertige,

ça coule en peur

avec les autres tiges.

J’ai vu mon corps cousu,

ma tête en cerisier,

en fruit direct.

 

Dans la moisson,

c’est peur de l’engrenage,

avec vie de forme,

hissé la tige en dur

jusqu’aux traces à pourquoi.

 

J’ai la couleur en cru,

le noir en papier fort,

malgré la trace

dans la cloche à pourquoi.

 

On suivait l’acte,

respect d’encore,

de ventre fait,

ça se balance

avec mort de vie,

en fruit direct.

 

Le fort se met en fruit.

C’est l’hiver en personne.

C’est déduit des contours.

 

Il a sa silhouette.

Il parcourt la nuit,

beaux yeux gris,

la frontière en peau peinte.

 

Le pour de quoi devient du corps.

Après l’afflux,

ça fait complice.

 

C’est en vie qu’on foisonne,

et c’est l’hiver de la personne,

en fruit direct.

 

On a du lourd de soi,

en bout de branche.

Insulte à devenir.

 

Quand je serai complet,

le pouvoir dense.

La douleur, mais en vrai,

capable à supporter.

En parcourant de nuit,

on comprend l’engrenage.

 

La trousse à nourriture.

 

J’ai le devis d’angoisse.

Hiver, hiver,

il vit dans la personne.

 

C’est secret, la pourriture.

C’est deviné, le jus.

J’ai tout trié.

 

Tombeau en fruit direct.

Dans la peur,

j’ai pris le respirable.

 

La montagne à jalousie,

la fabrique à formule.

 

C’est en parcours de nuit

qu’on fait de la dépouille.

 

Il fait du couteau dans l’orgueil,

il a son dominé, sa volupté.

Il tend ses traces

avec respect du vent.

 

On saura recevoir

le nerf du cœur.

 

Il ne dira que pour les gouttes.

C’est un sang qui passe.

 

Quand tu te réduis à l’impur.

 

A raturé en retour.

C’est du tendu,

à coups de rire.

 

Visage en plis dans l’eau drôle.

Tu fais ton dieu par mégarde.

Le nettoyé se livre au premier corps.

Tu te retournes, mais ça obéit.

A la façon du trou qui porte,

tu sens qu’on a mal à son vrai.

 

Quel odieux dieu,

l’hiver de la personne.

Dans son sable,

l’otage a pris le geôlier.

 

On se nomme en abstrait.

Le soi, c’est métaphore.

Le corps, ça va se dire.

 

Il s’inhumait en plaisir,

avec vertige impérieux,

le fort correct avec fatigue.

 

Décision de l’aimer.

Amour ce qui touche,

à collision d’affronts,

à frivolités fortes.

Qui tu retiens,

dans ton courage à risque ?

 

Alors la terreur.

Pris conscience en frousse.

C’est en lui.

 

Quand tu me tiens,

c’est la formule.

Qui est cet autre ?

La trace est en embuscade.

Tendu à coups de rire,

c’était en force,

le coup parti.

 

Ce fut un coup d’aile,

il est tout seul dans son voyage.

Il se porte en otage,

sable autant que sablier,

ça coule en délité,

il dit son vertige.

 

Qu’est-ce qu’il est ténu,

le fil du frein !

 

C’est venu dans l’apparence.

Avec ses taches.

Tourné vers après.

Vaguement lâche.

 

Mais c’est dans la cage,

le craint qui sévit.

 

L’hiver en poche.

Où elle va, la personne ?

 

Couvert de vie,

tout seul avec son bruit.

 

Il fait son cœur.

 

Très lourd de traces,

on vient de loin,

on cherche à devenir.

 

Il est approché.

C’est en touchant,

dans son langage,

qu’il a formé.

 

Couvert de vie,

on a du mal à devenir.

 

Il faut aussi la surface,

la saveur, la plage.

 

On accumule en abstrait.

Qu’est-ce qu’on apprenait ?

 

Dans la formule au sable,

c’est obéir au présent.

 

On se tient court de front.

C’est cousu dans son hiver.

C’est un horizon,

un éternel.

 

Dans l’étranger, ça respire.

Le bruit du cœur,

ça fait son poids.

 

J’entends la vie venir.

Elle devient seule.

Mais en entier.

 

En sable pour les traces.

 

C’est en soi, la personne.

 

Couvert de vie,

aux frais des pendules.

 

L’écran des gouttes

accumule en abstrait.

 

Le bruit de tout, le cœur,

on veut ce qui se brûle.

 

Dans  le seul de soi,

ça consume.

C’est consommé, le sable.

 

Qu’est-ce qu’on prend ?

L’eau des traces,

lourd à vitesse,

le sec de cendre.

 

Accroché à ses traits,

on reste en coin de table.

 

Rideau de gouttes,

on voit avec les dents

l’insu de la personne.

 

Il bat dans sa pendule,

le bruit avec son cœur.

Il broie du seul.

 

Le bibelot fait son travail.

Pas dans le drôle en force,

mais dans le mur de quoi,

avec citerne occipitale.

 

Etre avec ses ratés,

à cette vitesse,

c’est court de front.

 

De l’âme en récusé

à l’aigre de la bouche,

il dort en creux.

 

Dénoncé en faux-corps,

l’enchevêtré désir.

 

C’est le surplus fabriqué,

avec la liqueur froide.

 

Il bat son bruit avec son cœur,

ça fait plus d’ombre,

et ça revient, appartenu.

 

Dans l’insu de sa personne,

l’œil qui pique.

 

Le faux-corps fait son geste.

Il fait ligament de soif

(on dira que c’est désir).

 

Entre les poussières,

le bruit de la vitesse.

 

L’ailleurs de soi,

c’est doux, mais ça bégaie.

Il fait du cœur, mais de loin.

 

Il bat dans son horloge,

le cœur qui sait que rien.

 

Il croit que ça débute.

Qu’est-ce qui compte ?

 

Il croit au temps qui part.

Est-ce que c’est mal ?

 

Il y a du mal.

Qu’est-ce qu’on perd ?

 

Il fait la digression,

on ne saura rien

des péchés de la mère.

 

A quoi on a mal ?

Qui est le donateur ?

Il se rend à son temps,

c’est promis sans presser.

 

L’instant s’ajoute à lui.

Ne parlons pas de vie normale.

 

Moins aboli que le présent,

il se donne un longtemps.

 

Avec du bois de soi,

il fait comme on doit faire.

 

Ai-je un esprit ?

 

Corps dans sa coque,

le regard fait son vide.

 

C’est le désert d’hiver.

Le dévolu se tasse.

 

On oublie ce qu’on a,

on n’a pas ce qu’on doit.

 

Au premier bout des traces,

il a du lourd d’effort.

 

Il se déplace.

Il nage animal avec son jour.

 

C’est du reclus en déposé.

 

Il fait masse.

Il fait dire.

 

On n’a pas la place.

On marche entre les corps.

 

Dans les sons de soi,

ça fait du fort.

 

Il ne dit pas pourquoi

ça fait du désir.

 

On ne sait pas

si c’est pénible.

 

Il y a du construit.

Qu’est-ce qui se prépare ?

 

On est dans les habitudes,

ou bien c’est la forme des choses ?

 

Est-ce que c’est mal ?

 

Dans le su, le fruit de soi,

le dit n’est pas le cru.

 

L’insu se défait,

il devient double.

Il fait un autre,

un refrain vague.

 

Il sort en buée,

en lignes creuses.

Il voudrait faire ou devenir.

 

Dans le dépôt des traces,

on voit celui qui va,

on ne sait pas le moi qui veut.

 

Alors le vu devient tordu,

un corps en vague,

avec un vide.

 

On n’explique pas.

Dans ce qu’il dit,

il ne sait pas.

 

On fait des plans,

de l’autre en construit,

de l’ailleurs défini.

 

Si c’est mal, ce qui sera,

on ne sait pas.

 

L’insu, c’est ce moi trouble,

avec désir à dire.

 

Si ça résiste à l’après,

c’est moins pénible.

 

On a cru,

ça fait du reste.

 

Si tu dis quoi,

tu fais du reste.

 

Dans ton habit en entier,

tu fais du lourd.

 

Lent sur le sens,

tu ne sais pas tout.

 

Qu’est-ce qu’on croit ?

 

Il faut du beau.

Est-ce qu’on s’y trouve ?

 

Avais-tu cette ombre ?

C’est ça que tu deviens.

 

Tu fais le choix des choses,

comme un loup dans les choix.

 

As-tu le corps en moins ?

Veux-tu vraiment ce visage,

en ailleurs qui convient ?

 

Le tir à balle,

c’est encore du repentir,

ou bien ça venge.

 

La vie en clou,

dans le corps terminé.

 

Est-ce que tu dois quelque chose ?

 

En autre quoi,

c’est l’art,

ça fait du beau.

 

L’insu de soi,

dans l’urgent,

c’est le beau du complice.

 

On sait d’avant

ce qui blesse à découvert.

 

Quand tu fais ta joie,

respire.

 

Sorti de mon sac,

je prends l’amour,

j’anticipe.

 

Il y a long devant,

c’est la course.

 

Dans sa voix apprentie,

il s’est posé.

 

Couvert de vie,

ça monte au vertige,

avec droit au désir.

 

Si tu te dis,

ça fait complice,

ça retient l’eau de l’autre.

 

Il bat son cœur avec son bruit.

 

L’aire à repos,

le blanc de la couture.

 

Il a du cuir en surface.

 

Il dit pour quoi faire ?

Ce n’est pas un numéro,

ça existe en durée.

 

Il fait du bruit avec sa peur.

 

Couvert de vie,

son arbre boit d’avance

à même il est, le courant d’heure.

 

Dans le noir, il conduit.

Si ça disloque,

il donne en fourre-tout

les mots qu’on exige.

 

Il fait du cœur avec son bruit.

C’est mesuré.

 

Dans le noir du fruit,

c’est là qu’il dort.

 

Il fait corps.

Il fait beau.

Il a du fort en devenir.

 

Tout en nuit,

dans le froid, ça hésite.

 

Il a du noir.

Ailleurs, c’est la limite.

 

Il bat de l’heure

autour du trou.

C’est libre d’aile.

Labeur extrusif.

 

Il y a du fort dans ce trouble.

 

L’idée, elle est en bruit,

ça fait du lourd de traces.

Elle est en cœur dans le battu,

la vie complice.

 

Tout en fond, c’est la cuve,

avec sons vigoureux.

 

C’est de la voix qui s’étale,

ça se promène en soi,

le corps de forme.

 

L’idée, elle bat,

elle compte,

elle est venue en noir

nager dans le précis des traces.

jeudi, 08 mars 2018

MON PRINTEMPS DE LA POÉSIE 5/7

LIVRE TRADUIT D'UN PUR DE LANGUE V

 

Le corps du vide,

à bout de traces,

ça résonne.

 

Il y en a qui nage,

et la citerne efforce.

 

Avoir été celui,

c'est un dépôt sous l'écorce.

Dans le regard à la coque,

on a du fort qui passe.

 

Pas de sable avec pierre,

aucun recours dans le jour d'os.

 

On sait qu'on marche,

et dans le cru du désert d'eau,

on sait qu'on vide

à coups de masse

le corps de dune,

racine de ruines

au bout du vent qui coule.

 

En dépôt dans le vague,

un alphabet se déplace.

Le pur de langue

se donne en respiré.

 

Né en cage,

dans le passé.

Trouvé vide,

en bout de jour.

Déplacé dans son vague,

à coups de creux.

 

Le travers est pénible.

L'effondré reste en désir.

Il faut progresser.

Vers il paraît, ça veut dire.

Il faut du beau.

 

Dans la cour du vrai,

le corps fait son ombre.

L'avais-tu, ce qui devient ?

Le souvenu, le tir à balle,

c'est de l'ailleurs à repentir.

 

On a fondu ensemble.

Les sons du sombre,

on a compris la danse.

La voix partie en fleur.

 

On a l'autorité des traces.

En devenu d'hiver,

la foule ambiante.

Pourquoi plus ?

Si tu mens à la source,

la vie divise.

 

Si j'ai l'hiver en consumé,

je fais la force,

je mets le doute,

à court d'ombre.

Pourquoi l'entier ?

 

A fond dans le mordu,

baiser calculé au plus juste.

Il y a du beau,

qui fait lumière.

 

Ce qui est à jeter,

du bord du monde.

Ce qui résiste,

inflammation,

non la crête du vague,

ni le cadavre en action.

 

Ce qui pousse au regard.

Il y a la poussée.

Il y a le format d’homme.

C’est un récipient,

ça va s’ouvrir.

 

Il a l’air métallique.

Le corps de citerne,

avec un cou de sang.

Sous le discours,

la forme du visage.

Le trou savant.

Le fond de vérité.

 

La cour du vrai

ne fait pas d’éclat

dans le détenu.

Ce qu’il détient

fait de l’œil.

 

L’hiver de parole.

On ne sait pas que ça se voit.

C’est là comme un front bas.

On sait qu’on va mentir.

 

C’est l’hiver de parole.

On emporte avec soi

l’accessoire de soi.

Besoin désir,

envie d’envie.

 

On tourne en travail,

on ne peut pas atteindre.

On va mentir à volonté.

On va confondre.

On n’est pas en sécurité.

 

Qu’est-ce qui hésite,

dans le propre nom ?

Tu couches les mots,

tu brosses, tu brocantes.

Tu vas dans l’assoupi

combler le spectateur.

Tu te vois à l’écran.

Mais c’est du formel.

 

Alors tu hivernes.

C’est du sommeil à gros,

c’est plein d’insectes,

avec travail de grouillement.

Ton âme était trop nue.

 

La couverture à plis,

ou bien le sac d’embrouilles,

ou bien la foule à bruit.

Cousu avec parois,

le couloir fait son corps.

 

Ma voix, c’est un bras mort,

un couloir liquide,

on voit beaucoup dormir,

avec du froid,

le dos fait des épaules.

Rien ne court.

 

J’ai l’hiver de parole.

Je suis l’outre.

Je sais tourner.

Je n’avertis pas quand je tombe.

Dans le froid, ça débute.

 

Je suis pour la vacuité.

En cours de possible,

la porte m’ouvre.

Où je serais,

si je n’étais pas sourd ?

 

Je suis tout en étreinte,

en vigilant,

dans le captif,

le cru furtif.

Ma foule obtuse,

en pur de langue,

a fait ses trous dans le sujet.

 

Tu fais du temps,

la vie dans la couleur,

ça coule en portrait.

Envers moi, tu éprouves.

Qui t’a suivi ?

 

Dans l’hiver de parole,

c’est là, le front bas.

Qui est rapace ?

Qu’est-ce qui console ?

On est en foule obtuse,

en force feinte.

 

Le cœur courant,

la ficelle à bas prix.

On joue l’hiver en fond sonore.

La voix est cartonnée.

C’est un travail de son.

 

L’effort au pire.

La flaque de faux.

L’hiver a la parole.

C’est du dédain,

le cœur ficelle,

la farce en seul.

 

Gare à tant pis,

la cour du poétique,

le fort du vrai,

ça découle avec sang.

 

Cousu dans la parole,

l’albatros vit seul.

En train de boire à son sommeil,

il forme un vide,

un corps de silhouette de soi

sur fond de chanson.

Avec le corps mineur,

il trime, il fait du contenu.

 

Rien sur le vivre,

rien en matière à défiler.

Dans l’hiver de parole,

il fait du trop.

 

Encore avec le sien,

la ficelle à bas prix,

il fait du menti,

de la voix cartonnée.

 

On a du clandestin,

peu musical,

pas courageux destin.

Amant, ce qui se fait,

à la voix, les coups sourds.

 

Au fond d’ici,

c’est la ficelle,

le froid de la parole.

Dans le couru du vent,

on fait du sec.

On devient mort,

le même à respirer.

Le cousu d’os,

la foule obtuse.

 

La cour du vrai,

dans la cloche à plongeur.

C’est qu’il fait froid,

au fond de la parole.

Le menti serti dans du vrai,

le creux de la famine.

 

Il fait du froid dans ma parole,

je mendie à cause de ça.

Je fais mon minuscule.

Dans le couloir des sons,

c’est la voix voulue

qui manque à mon appel.

 

C’est au pourtour,

le filet d’encre,

la voix couleur.

Vrai comme un soi

qui vient avec.

 

Le sourd de veille

se fait rapace.

Le bec de voix

cherche un désir.

 

On a peur du fond,

dans le menti du corps.

Il est en train de souvenir.

Hiver ivre en parole.

 

Qu’est-ce qui est fertile ?

Le tu de la figure ?

Le vent qui fait le respiré ?

Le pur de langue ?

Dans le cousu du minuscule,

toute la matière.

 

La voix sinue en marge.

On a du corps en trop,

et c’est la vie rapide.

Autour du trop,

ça reste à dire.

 

Un peu de peau

dans le vibré de vivre.

Le corps mineur

est fort de feinte.

L’induit de soi

dans l’oubli couche

fait son retard de cœur.

 

Tordu de soi,

le cousu coule

en voix couleur.

Là dans la force,

il a du trop, le poétique.

 

Dans le désert de foule,

un clown avide.

On ferme en cloche

un corps mendiant

qui se dévide.

On cherche en roche.

Entre les frères en peu,

surgit le vide.

 

C’est juste un cortège,

qui fait la voix

dans le nu du pourtour.

Avec son mort en couche,

c’est le total d’hiver

qui se plie en parole.

 

L’honneur du pauvre,

c’est dans le tu du cœur,

la ficelle à respire.

Pour le rien du vide.

C’est toi la farce.

 

Non à dormir,

non à mentir en voix,

non à tension de la figure

autour du trop qui siffle.

 

A la couleur du feint,

le vu du mort en couche

devient douleur du confus terminé.

 

Et ça s’entend, le contenu,

avec le thème en corps de voix.

Tout vient autour,

et ça s’amuse.

 

Dans le central à poudre d’os,

il fait son temporal.

C’est trop tard pour l’avantage.

Dans le froid d’aile, avec vertige,

le lourd a cassé.

 

Si c’est du vivre sur du rien,

le soi, c’est clandestin.

C’est devenu loquace, on dit,

le pur de langue en dur de chose.

 

Il fait le respiré du beau,

avec muscle à terre entière.

Il est réduit au corps interne.

A la vitesse du poétique,

il se mime, tiré de son destin

jusqu’au désert de foule.

 

Le fou de silence, l’auteur de quoi,

dans le triste de la figure,

l’hiver de pauvre, en minuscule,

avec du creux pour immerger

l’intestin clos, corps à plongeur.

 

Le petit sourd a la raison,

c’est son éternité rapace.

Dans le noyau du fond d’ici,

coule en cousu la voix d’ici.

 

L’insecte en mineur de fond

(c’est le scolyte avec rayons),

il fait musique d’effort,

il fait travail, il entrevit son corps.

Il doit du son de soi au poétique.

 

Avec lampyre en grappe,

autour des noms fusés du vide,

il attend la fracture à parole,

ce qui découle en hésité,

le fil de voix de soi où ça résiste.

 

La vie foisonne,

et c’est l’hiver de la personne.

 

A la volée de voir,

il faut des gestes.

 

On a furieux,

le grand vivant.

On se retient de foi.

On dresse un doigt.

 

La vie fait ses racines.

A la volée, les joncs.

Faut voir le travail des ruines.

 

Tout autre communique.

Déboîté, le furieux.

La vie se dresse,

et c’est le geste de personne.

 

Il court le vivant,

racine en vase,

il suit la fuite,

et c’est inextricable,

hiver de la personne.

 

Il y a trop.

On s’y marche.

C’est gluant défait.

Il fait ventouse,

un pied noir.

 

Coulé en foi dans sa glu,

le corps désert.

Il fait hiver,

revu en cru.

 

Qui veut quoi que je fais ?

Que veut qui que je nomme ?

Que peut quoi que je dise ?

 

Un signal à savoir.

Un silence d’œil.

Un coup de permanence.

 

La mue d’ignorance.

Le gel.

Le noir de geste.

 

Est-ce qu’on sait quoi,

quand on scrute ?

Tu veux voir volonté ?

C’est quand, la racine ?

 

Quand ça moissonne,

c’est en bruit.

 

C’est dans l’hiver, le fruit,

la couleur pauvre,

le donné.

 

Dans le pris du plaisir,

ça fait cloison.

La vie foisonne,

et c’est l’hiver de la personne.

 

As-tu vécu ?

C’est en murmure.

J’ai mon cadavre en pire.

 

C’est dans le tu

qu’on foisonne.

Avec hiver en face.

Avec savoir qui interroge.

 

C’est dans le tu de la foison

qu’on vit en cri.

Comment les gens ?

 

Quand on entend,

ça fait énorme.

C’est dans le tu de toi

que j’attends de savoir.

 

Quoi franchir ?

On fait cœur,

on fait bruit.

J’ai du cri avec mort d’avenir.

 

Du cru de moi,

qui attend, su, le soi,

le tu de toi,

l’hiver de la personne.

 

La vie de moi murmure.

C’est quand je crois à quoi ?

Dans le défait de moi,

ça reste en racine.

 

Il y a du fort,

ça fait du beau,

construit de vent vivant.

 

On me vit comme un comme,

c’est de l’interrogé.

A la vue d’écriture,

on a dit ce qu’on sait.

 

S’il fait du ventre,

c’est dans son propre noir.

Il reste près du tu,

l’insu de soi qui le foisonne.

 

Si j’ai le noir du mal,

ça fait mur.

 

Le moi de la dépouille,

le corps du vrai,

la soie de la personne

qui coule en croix,

la vertu du vrai noir,

l’instant d’encore avec l’écrit.

 

Mouru sans voix,

si c’est le manifeste,

avec l’encouru

(si c’est le risque de l’insu),

ça fait son tort malgré le soi.

 

C’est moi qui coule en tu,

c’est dur de gris d’en avoir plus.

Avec savoir,

le papier reste.

 

Il a du corps vorace.

En gros d’amour,

ça frappe au vivant,

ça veut que ça revienne,

en savoir plus.

 

Si j’ai voulu le quoi,

c’est le rien qui renvoie.

Dans la cour du vrai,

ça joue du cœur,

ça devient mur de mal.

 

J’ai dur de ventre,

à court de court,

l’imminent fait centre,

et je le suis.

 

Ma courroie d’air,

c’est dans le fissuré.

 

En cru d’insu,

en envie d’ire,

j’ai dépourvu l’impire,

le quoi du grand,

quand meurt de soi

l’insecte ou le grossir.

 

Avec le court de la cassure,

j’ai du malgré dans l’injure,

j’ai fait le douloureux.

 

Avec le toi de moi,

le rabais de front bas,

le sas que j’insupporte,

on a défenestré le vent.

mercredi, 07 mars 2018

MON PRINTEMPS DE LA POÉSIE 4/7

LIVRE TRADUIT D'UN PUR DE LANGUE IV

 

Le comédien, en corps d’enfant,

meurt à la plume,

acculé à l’hilarité.

Le prédateur attend,

dans son lieu sûr,

le bout du compte.

 

En retenu, en succédé,

le devenu de l'infraction

comprend le legs

avec son dépôt nul.

 

C'est un oiseau d'hilarité

qui se tient devant le vide.

Sous l'aile, avec dédain,

l'aliment vraisemblable du secret.

 

On n'y va pas au précipice.

Avec du lourd dans l'idée,

le nom veut léguer son lieu sûr

au fond d'ici.

 

Avec la mémoire,

on fait un corps-type,

émergé du mort-né.

Couvert de vies en essayage,

le prédateur a fait concret,

des bruits de table.

C'est un banquet.

Il met fin à l'éternité.

On entrera dans les contours.

 

Le trou de tout,

c’est pas de l’appétit.

On fabrique en devenu,

ça fait de l’émergé,

la partie chaude en apparence.

L'enfant joue au devenu.

Mais il n'a pas la source.

 

Comptoir de vain,

des tas de vies.

Ca coagule, pris dans la masse.

On est en gel dans la fabrique.

Le lourd avec des ailes

a voulu dire

avant de consommer.

 

Dans le trou d'os,

l'occipital d'apparence,

banquet de vies à retourner

avant le quand d'éternité.

 

Dans le corps-type en écriture,

on a fourni le chaud.

C'est l'appétit de bruits.

On vient pour consommer

le courant dur,

l'hiver de la personne.

 

Avec jamais,

le retourné de l'essayage,

autour du trou.

Est-ce qu’on a vu le vent,

tiré l’escroc de soi,

escorté la limite ?

Le corps d’escorte ?

Qui sera le fils,

s’il nage en vrai

dans le trou d'os ?

 

Il erre entre les morts nés.

A court de vie,

il se désigne, il se nomme.

Mais il s'est trompé de foule.

Il a tenu dans son gel

le lourd avec les ailes.

 

Il est devenu, sans avoir,

le vent d'à-peu-près.

Voyage après le désert d'eau,

il nage en corps

dans le trou d'os,

la tanière occipitale

avec ivresse opératoire.

 

C’est le couvert de vie

qui reste en devenu.

Avec la soif dans le sourire.

Il imprévoit d’être plus loin.

Il court au fond d’ici.

Il s’amuse.

 

Travail en bord,

suspendu aux marges.

On attend d'être invité.

Silhouette en suie,

avec trous dans les contours.

Format de vie,

mais celle qu'on cache.

Travail en tige,

avec temps d'incubation.

Vrillé dans le courant dur.

 

La pierre à souche,

et la formule à faire,

ça fait beaucoup d’écriture.

C’est arrivé en bord,

le pur de langue,

le dur mort en délivré.

On a tenu à devenir.

 

Travail dedans la nuit,

dans la couleur du corps,

on est le visité de son vivant.

 

Dans le damier organique,

il déduit le trop-perçu.

Avec le caractère qui finit,

c'est le pourquoi du rien

qui se souligne au fond d'ici.

Dans l’après du parcours,

qui va compter ?

 

Travail en suie,

avec vie déclarée.

On perpétue la précédente.

Le prédateur voit bien,

la silhouette est vernie,

ça brille avec surface.

Dans le travail en proie,

la personne a fait forme.

Avec le corps complet,

le toit de tuile,

on se reçoit dans le trou d'os.

 

La joie d'ici est suspendue.

Le bras s'oriente,

l'effort déplace,

ça devient du visage,

tout un travail d'écorce.

Ce n'est plus vague,

ça veut dire.

 

Au fort des lignes,

on a du mal.

Il y a du construit,

avec des traces.

Le devenu fait son ailleurs.

Le soir convient.

As-tu cette ombre ?

 

On fait le choix des choses,

Avec idée entre les traces,

On n'est pas né à condition.

C'est tout de suite autrement,

le défi dans les apparences.

On entre avec muscle.

On comprendra.

 

Muni du semblant,

on se bascule en soi,

on met la forme,

avec travail.

 

La voûte est ronde.

Les couleurs sont confondues.

Avec la vie, la correctrice.

Imaginons la peur,

en corps coulé,

corps copulé,

ciseau des tectrices.

C'est un ciel.

 

Le dos du lent

retourne à son portique.

Il a du froid dans l’effort.

Il fait avec son moi,

monument d’imparité,

le nageur dans l'eau drôle.

La force est contenue

dans le trou d'os.

On ne savait pas qu'il faisait.

 

La courbe d’huile est en retard.

Au fond de la citerne en quoi,

si ce n'est pas le sec de l’énergie...

Je ne dis pas ce qui devient.

Je m'éclos. C’est mon aventure.

J'entends la forficule.

 

Tour du sommeil

en quarante-cinq lampes.

Le corps se vide.

A bout de traces,

le bord en boule.

Derrière le trop d'hiver,

on a des jours.

 

Il a mouru, le corps des traces.

Il a raison, l'effort sans masse.

Il a pris le dépôt en marche.

Il s'habitue, il se déplace.

Avec le vide en laisse,

dans son hiver avec la coque.

 

En vide, il est le souvenu.

Il est d'ici, le désert dur.

La cour du vrai

dépose en alphabet

le respiré de la frontière.

 

Entre deux vagues de lignes,

j'ai le ciel creux,

avec sa dune en place.

L'effort de corps

se voudrait vague.

 

Le mal déplie les habitudes,

on confond l'horizon avec plus tard.

On monte à bord des formes.

A travers, ça dérive.

 

Au bout du corps sans masse,

le désert d'eau,

le mort sans trace.

Au bord du construit,

on dérive, on répare.

Dans la pendule,

ça fait du cœur

au fond d'ici.

 

A bord des traces,

on se déplace avec effort.

L'hiver du vent,

au bout du temps d’ici,

résonne en suie

dans le courant de la personne.

 

Ai-je un noyé ?

C'est non, dit le regard en torse.

On est venu,

la dune en marche,

sans laisser le corps

dans son désert d'écorce.

 

Corps dans sa coque.

Il nage avec son jour,

dans son désert d'hiver.

Corps pris dans sa cosse.

Il faut monter à bord

pour marcher dans les traces.

Corps dans sa suie,

avec progrès, pour la musique.

Le dévolu, avec sa place,

inscrit son vide.

 

Il reste un son sans masse,

un doigt de plaisir sans voix.

Dans l'autre cas,

on creuse en vif

dans les contours.

Avec le vif, on fait du songe.

Il faut du fort.

 

La forme en douce,

un corps de fort,

projet défait,

dessin libéré de quoi ?

 

Je dors en frousse,

le cœur court après moi,

j'existe en douce.

 

A force d'ombre,

en vision crise,

je compte en clair,

à la chaux vive.

 

J'ai du final

dans les nageoires.

Trouver le trou dans l'origine,

ça ne délivre pas du grave.

 

Il y a du gel.

On ne sait pas ce qui se nomme.

Le caractère est trou,

à travers du pénible.

Un os de forme.

On se répare.

 

Il faut du beau.

Comme un loup de visage,

dans le choix des choses,

on se doit un ailleurs,

le temps a trouvé son ombre.

 

Autour de l'os de forme,

voir comment ça danse.

On voit, à fleur de son,

le capturé, le tu, le coi.

La flore occipitale

vient de source chaude.

 

Les poissons courts,

en trébuché de soi,

font de l'ivresse.

Ils jouent avec la conscience.

On est au confin.

 

S'il y avait du déplaisir,

on sait que ça bascule.

Autour de l'os de forme,

on s'entraîne à consentir.

 

On est le devenu, le divisé,

le possesseur de quoi,

le trébuché du tour à tour.

 

Dans la cour du vrai,

le soi du sexe, avec désir,

et le trouvé, avec son doute,

incite au corps.

 

De l'effondré aux habitudes,

il y a du construit.

Qu'est-ce qui se répare ?

 

Rendez-vous en fin de ruine.

Il faut du beau,

la ruine est un caractère.

 

On fait le choix des choses

avec un corps qui se devient.

On fait du repentir

avec le dos dur,

mais le visage apprenti.

 

Friture dans la cour du vrai.

Courir en moins,

dans le sec de nage,

la fleur occipitale.

 

On danse avec le tu,

le dit de moins,

ce qui rit en sombre.

Depuis la capture,

on a cueilli.

 

On a gardé le son des traces.

Dans la pensée, on a des chances.

A la surface, on voit le fond triché,

la couleur molle en conséquence.

 

Trait dur, cœur court,

la parodie défait, refait

le coup de l'ombre,

la ruine en cours.

 

Il fait le destiné,

le mort en contre,

un tour de forme avec du digne.

Mais il faut plus de libre.

 

En répété, en prolongé,

on a grossi la solitude.

Dans son respect,

travail tiré de soi,

ça consiste en deux lèvres,

la joie.

 

L'introuvé, dans sa cache,

depuis le corps du vif,

la sonde à cris,

attend sa forme.

 

L'arrêt du son,

friture en ligne,

à fond l'effet.

 

C'est toi le double

à court d'acquis.

Vis ton mortel

en fort de trace.

Ton résistant se porte

avec du trapu dans les pointes.

 

La frontière à bout d'acte,

la tour de vie touche au bord,

la boussole en pierre.

 

Avec la mort nocturne,

l'étrangère en bruit,

il reste un lien.

Je me respire en suie,

un ornement du nu

qui se retient au mur d'après.

 

Tu comprends pur

le choix des choses.

Avec odeur de vie.

 

Donne ton nom en entier,

avec urgent,

le blanc s'accroche.

Mû par son nom,

le mort en suspendu.

C’est son être qui rit dans l’encore.

 

En eau drôle,

à refrain de fabrique,

l'oiseau s'éparpille.

En alouette à voix,

l'envers du vent s'aiguise.

 

Il s'agit de serrer du soi-même.

Il s'agit de fatigue,

au bord du courant dur.

Je regarde occipital.

Le seul blotti qui prend son être,

c'est un peut-être avec du temps.

 

L'assourdi part en souffle,

il appartient au coi,

l'introuvé thoracique,

il sait le tu,

il attend dur.

 

Le droit d'y voir,

dans le désert de forme.

Dans l'effondré,

c'est la dérive.

Le réparé fait sa carcasse.

Il faut du beau,

peut-être du visage.

 

C'est dans le désert d'eau,

la flore occipitale.

Le temps maintient le ciel

en ordre vague.

Dans son hiver,

le fond des traces

n'a pas la force.

 

Trouble-moi,

dit son ombre.

A coups de forme,

on est monté.

Jusqu'en lumière,

on a joué.

 

Dans l'acquis du non-dit,

le muscle fait semblant.

Il faut que l'autrement du mort

progresse en sorte de matière.

L'indécis reste libre,

mais ce n'est pas un monopole.

A court de chair,

le digne se défait.

 

Il y a du construit.

Un courant dur traverse.

Le fort est basculé,

le songe a suivi son réel

à court de chair.

Dans le mécanique des contours,

on a trouvé de quoi.

 

Le pur de langue,

c'est le respiré.

Il a trouvé en dur

le quoi des choses.

Il voulait de l'insu,

du tu, de l'étranger.

Il restait des liens.

 

Le pur de langue,

c'est un muscle.

Avec le beau de l'ordre vague,

il faut du fort.

Il a le respiré.

Le dur de mort,

en terre entière,

avec des noms,

il a l'envers,

avec poème en peur.

 

Le pur de langue,

il a tout fabriqué.

 

Avec sa peur.

 

Entre deux fatigues,

sans se regarder.

Il a tout son temps, le thoracique.

Dans le seul du profond,

le dur de soi résonne.

 

Un cœur monnaie courante.

Dans l'hiver de la parole,

on se retient d'amour.

Le désert d'eau,

le cœur de libre,

la ficelle à bas prix.

 

Qu'est-ce qui répond ?

Le regard ? Le reflet ?

La voix blanche ?

On voit l'intime.

Mais dans l'écran,

l'actif de vie,

c'est le confort qui déborde.

 

Au promené,

le corps extrême a débranché.

Pourquoi l'intense ?

Le délivré.

Le cours de l'air

ne fait pas nul.

Pour un ouvert,

combien de fissurés ?

 

A moitié eau,

le paysage en tort.

A fleur de flaque,

le débranché.

Dans la fenêtre,

un sommeil fort.

Qui tu vois dans la foule ?

 

Avec redit de la parole,

j'ai fait l'intense.

On est rebelle.

Vêtu d'extrême,

le devoir onirique.

On fait du corps

comme on branche un sommeil.

 

Là où le pied d'espace,

au cœur de moi,

franchit le sec.

mardi, 06 mars 2018

MON PRINTEMPS DE LA POÉSIE 3/7

LIVRE TRADUIT D'UN PUR DE LANGUE III

 

Où suspendre l'abandon ?

Le vase olivâtre et vain ?

Il est lucide.

Il a quelqu’un sur la chair

(il dit à vif),

c'est la vive à tendresse.

 

Le comédien se fait servir.

Il se sert.

Il consiste à flotter.

L'enfant consiste en soif.

Reconstitué, posé moineau,

il fait le fil de lame.

Il joue à l'abandon.

 

Il vaut mieux l'automne.

Il veut un front.

Le trou de nage occipital.

Pétri violent,

le dos d'armure.

La corde à loin.

Il boit à la citerne,

au fond du lieu.

Il joue ses illusions.

Il a besoin du comédien.

 

Ca serpente en lucide.

Mais pas avant la vie.

C’est quand, la prochaine ?

L'illusion encore vierge.

Pas longtemps.

Ca peut mourir avant,

en attendant la bouche.

 

On a beaucoup nié,

en espérant la chair,

celle qui fuit.

On a pétri avant de dire,

avant la bouche à mots,

les frottés à la chair,

pour grossir la foule.

 

S'il dit c'est vain,

ça fait violent,

tout lent à revenir.

Pour les diverses mères,

en équilibre à la seconde,

ça fait de l'appétit.

Des bouts d'hiver,

des corps d'ennui.

L'intime est vide.

 

L'enfant dans le violent,

construit du désordre.

Il joue à l'ennui.

Le comédien connaît le mieux.

La foule inclut son corps,

sa dérive en bord de vie,

son déni, son désaxé.

 

Pour celle que je connais

(l'ivresse à dénoyer),

il a fallu du sel,

de l'eau violente.

Le vrai d'hiver,

c'est le corps médiocre,

le bord du vide.

 

Pour celle que je connais,

il faut pétrir.

J’ai vu sur ses mains d'ennui,

les traces de l'équilibre,

mais sans vertu.

On n'a qu'un corps salé.

 

Dans le cours de l'ordre,

j’ai deviné le caustique.

Dans le corps nu du vide,

j'ai trouvé le violent d'ennui.

Pour celle que je connais

(c'est le mieux pour un bord),

j'ai respecté cet hiver.

 

Celle que je connais

meurt en appétit.

Elle fait de son corps un bruit.

Un son d'artère avec des noms.

Le nombril est ouvert.

Le ciel est atteint.

Le temps se retient.

L'équilibre a rejoint le violent.

 

Les mains sur le vide,

j'ai dit aux diverses chairs

un poème d'ennui.

Pour celle que je connais,

j'ai redressé le corps,

dénoyé d'avoir bu.

 

Dans le cours violent,

sur le fil de lame,

j'ai redressé l'hiver de parole.

Un peu d'ordre entre les vides,

avec les diverses claires.

Tout près du bord et du déni.

Ce n'est pas pour l'intime,

l'étang salé avec ses morts.

Le trou de nage occipital

flanque son enfer dans le médiocre.

Il est né cassé.

 

L'enfant reconstitué

revient du comédien au corps.

Avec les mains du vide,

il a dénoyé,

compté jusqu'au nul,

après avoir bu son caustique.

Il faut laisser.

Le cou se casse.

L'ordre est petit.

La bouche a fondu ses lettres.

On a pétri violent.

 

Je n'ai pas vu la poésie.

Avec ses façons de fontaine,

ça coule en tort.

Il faut d'autres sillages.

D'autres sortes.

Nager dans l'eau drôle,

ça fait du sang de soi.

Il faut compter la tête.

 

Je n’ai pas cessé l'aurore.

Le trou de nage est dégrisé

avant d'avoir la vie.

Couchée dans son langage,

l'herbe à force

et la terre à figure.

Avant d'avoir la mienne.

 

Couvert de vie.

 

La vie est vraisemblable.

J'ai acheté le don d'errer,

ça fait barrière,

mais ça guide.

Le creux de la matière,

le poids des formes,

les impressions de vertige.

 

Je déferai mon infini.

Entre deux drames,

j'essaie des ventres.

J'entasse les moyens.

J'ai la raison.

Couvert de vie,

j'ai la lisière.

 

Rien de continu,

c'est par instants,

j'entasse, j'attends.

 

J'erre entre les moyens.

Ce n'est pas bête, l'inaction.

A partir du moment,

c'est le premier marasme.

Le vers vibre, inoculé.

Je tourne autour du spasme.

Je prends l'écoute.

 

La vie est vraisemblable.

C'est l'existence.

C'est l'âpreté.

La colonie des bêtes.

On s’est fait en soif.

Pris dans l'instant,

c'est en soi ferme.

 

Dans la cour de vrai,

soumis au cœur,

les appétits.

On s’est fait vraiment.

On a couru.

C'est perspicace.

Pas de confident.

 

Autour de la vie pire,

on a défait mon infini.

Après tout, l'appétit,

pourquoi le poids fait mal ?

Infirme à l'autre bout.

 

Le courant dur,

c'est qu'on affirme.

On écoute en carré,

la douane occipitale.

En prélevé sur le vertige,

on fait de la raison.

On en tire un propos.

C'est pour mieux faire.

 

Il y a des dégâts,

mais on a l'écoute.

On pourrait peser,

mais c'est mal.

Le temps, on le voit pas.

Ca fait la poésie.

Une sorte de dégât.

L'idée du bonheur.

 

L'œil en barrière

gère le moi,

c’est secret.

Il y a la raison.

C'est un métier.

Constat de nuit.

Plus libre en horizon.

 

La douane occipitale

a besoin de ses ruines,

pour garder son vertige.

Mais c'est invisible.

 

J'ai proposé la poésie.

J'ai écouté la fête avec le moi.

J'ai deviné les solitaires.

Avec le front de rien,

ça ne veut plus.

On fait entendre.

 

Je demeure en besoin.

C'est quand j'écoute,

que je prends la raison.

C'est quand tout le monde a,

que je déduis.

Ca fait constat de nuit.

Comme un métier.

Je vis en dire.

Si tout le monde a.

 

J'ai le fruit marin,

le besoin digne,

dans le dégât.

C'est l'idée du bonheur.

Tout le monde est en ça.

La poésie, c'est à midi.

Toute en vertige.

 

Quand la frontière est dans le moi,

le solitaire est poursuivi.

A la façon du fruit,

c'est dit.

 

Le métier de l'horizon,

l'appétit couvert de vie.

Un métier pour l'apparence.

Il ne veut plus, le solitaire.

Il demeure,

encore un peu détruit.

Le métier d'idée

ne sort pas du secret.

 

Au bord d'avoir,

on veut saisir la caresse,

même en seul.

Tout le jaloux du moi,

il fait un vent, du c'est-à-dire.

Courageuse en faute,

la foule accède au mal.

Le moi fallu

cultive un corps

au fond d'ici.

 

Tout le moral du faux

cultive un moi,

dans son jadis perdu.

Il paraît clair

quand c'est puni.

Mais il revient.

 

Dans le quoi du jaloux,

c'est en faute.

Il a du calme avec métier.

L'accroupi aquatique,

c'est du corps incompris.

On est dans le perdu.

 

Le c'est-à-dire du jeu,

on le corrige en vent.

Ca devient comment faire

pour avoir la caresse.

Tout le perdu du quoi

se tait dans la foule,

dans le moi triste.

 

Tout le puni devient pourquoi,

et le moral accède au vertige.

Je tiens l'idée de cette solitude.

 

Dans le jaloux du faux,

on a le désert d'eau.

Le comédien s'attroupe.

L'enfant reconstitue.

 

Le trou de nage occipital

cultive un horizon.

Il pense avec,

mais pas assez longtemps.

Cousu en clair

sur le corps du puni,

le calme a perdu moi.

 

Tout en jadis,

l'encore du jeu de soi

vadrouille en pénitence.

C'est un désert.

La foule accède au seul.

C'est l'attroupé qui s'enfuit.

 

Dans la cour de vrai,

ça vient du corps caresse.

Au fond d'ici,

je rends la science au solitaire.

 

Dans son désert appris,

le vent n'est pas facile.

Il faut le tri moral des sortes,

- j'entends la science.

Je prends avec.

 

Au fond d'ici,

le c'est-à-dire.

 

L'idée, si je la rends,

je reste au fond d'ici.

Assis dans le désert de foule,

dans l'accident moral,

solitaire avec du vertige.

Autoportrait en science.

 

Il fait du vent,

de l'hôpital de sens.

Avec son animal,

la vie du premier corps,

la vie de l'existence.

 

Serpent de suie,

le visage a dû parvenir.

Odeur de panse,

au fond d'ici.

Premier sens du sommeil.

A qui doit-on se repentir ?

 

Au bord du mauvais rôle,

j'ai la coulée.

La vie dormie,

c'est le visage,

du côté qui sait.

 

J'ai la vie sans.

J'apprends le temps,

le vent dans l'animal.

Traduit du premier quoi,

le vers vibre

avec le soi du rêve.

 

Longtemps seul,

mon vertige.

Pour qu'il soit en désert,

il va à ce qu'il pense.

La foule accède au vent.

Le rêve a pris.

 

Sous la morale en tuile,

la route à mots.

Une sorte de poésie.

Je lui dois un visage.

Celui qui vit.

 

Trou dans l'écume,

indice de bois,

structure en surface.

 

Travail en suie

dans le soi pâle.

L'insu du sale,

il fait sa silhouette,

trou des contours.

Visage en sommeil,

à qui dois-je ?

 

Le douanier des traces

a le sens du péché.

On erre entre les gestes.

Silhouette en suie.

Au fond d'ici.

Le trou dans les contours.

 

Il est sonore, cet âge,

et le langage en sort,

avec du requinqué,

pour la vieillesse.

Un peu en lumière,

on fait tranquille.

 

Dans la misère adverse,

ça manque en figure.

Ce sera la vie grave.

 

Le trouble a du sens.

Planté de trous,

franchi d’armures et chevaux,

dans la vitesse de l'eau,

le douanier des traces.

 

Mais il faut débrouiller.

Dans le trou de l'image,

la forme fait.

La mère adverse

a la vie grave.

Le trou dans l'eau

n'a rien à déclarer.

 

Comme un théâtre,

où le voilà visage,

voici celui qui doit.

C'est trop de forme,

avec trop d'ombre.

Qu'est-ce qui se tait ?

Pas la lumière,

ni le profond.

 

Dans le profond du vrai,

ça murmure,

le trou du sens,

il se refait.

Voilà le doux,

c’est du facile,

s’il fait son climat.

 

Le comédien fouille

entre ses tempes.

L'enfant reconstitué

traduit la cour du vrai.

Le douanier de trace

- le corps de nage occipitale -,

fabrique en langue

un lieu pour soi.

Du conscient trouble.

 

On sait à quelle vitesse ?

Et si je communique ?

Le corps est corrigé.

L'animal est prêt

(le dingo des tropiques

vit en société

et n'aboie jamais).

Il n'est pas dans l'hiver,

le temps du vrai de soi.

Il est au fond d'ici.

 

La vitesse du cou,

dans le trou de nage,

c'est le corps du sang.

L'occipital fait route.

 

Dans le perdu mimé,

le temps du trop,

avec sa poésie

- c'est le verbe être.

Tiré de son destin,

avec la peau qui pique,

dans la citerne autour.

 

Je marche en bord,

couvert de suie,

j’attrape un fond d'ici,

mais ce n'est pas la forme,

avec l'encore du temps,

le trop animal qui fragmente.

 

Il sort de son avenir

du compliqué.

C'est du visage en creux,

de la vitesse en traits.

 

Face à la mère adverse,

combat à l'intérieur du nom.

L'aliment de l'abandon.

Le désert d'eau,

le territoire en sec.

On tourne en biais.

 

La poudre émet les traces.

Ce qui survit

se crée sans avenir.

Le loup des choses en tort

erre entre les formes.

 

L'enfant cassé en blanc

devient musique.

Le comédien attrape un corps

entre ses tempes.

Il consiste en trop.

Couvert de vie,

le prédateur.

 

C'est la vie mitoyenne.

Celle qu'on a,

la cerclée en dedans.

Là où on est semblable,

on devient l'aliment,

dans la vie vraisemblable.

 

L'idée, c’est dans le corps désert,

la minute à secret,

le territoire aux traces.

La lutte a vidé les noms,

déposés en lieu sûr,

loin de leur amertume.

 

Vite au grenier du sens,

on revient des contours,

le prédateur en bloc,

douanier des traces,

Il est le visité.

 

On fouille en nage occipitale

la citerne à froid sûr,

la stèle de vie-vite.

Dans l'aliment du corps secret,

on a déposé l'amertume.

 

Le travail au secret

dans le vide avec lourd.

L'ami dédain,

le complice en angoisse.

Du mal avec l'autre.

Et le travail en suie.

 

Pourquoi tout le givre en oiseau ?

Le travail d'aile avec corps,

on suit le prédateur.

On veut vider les noms de leur combat.

Le témoin dépose ses minutes.

Lieu sûr au fond d'ici.

 

La vie sort de son legs.

Infraction par les aliments.

Couvert de vie,

le nom se tient en aile,

avec tout son travail de corps.

lundi, 05 mars 2018

MON PRINTEMPS DE LA POÉSIE 2/7

LIVRE TRADUIT D'UN PUR DE LANGUE II

 

Pour y monter,

passer par l’infirmité.

   Mais pour trouver la mère,

détacher une à une

les ventouses.

Brûler sa propre cendre.

Le ventre céramique

a vernissé la cicatrice.

 

L’objet de l’art,

c’est la vie-vite.

Il reste en doute,

mais c’est ouvert.

Il reste en sursaut

le corps de la matière.

Alors c’est du présent,

pris en soi-même.

 

La poésie comme on fera

sera dans la photo

comme un ventre où ça brille.

On claquera des dents

si ça refuse de s’ouvrir.

 

Bien avant la naissance,

on a ressemblé.

On prendra part ailleurs,

on fera soi la profondeur.

 

On aura dit la vie-vite

qu’on a trouvé dans l’organique

l’âme instinctive.

 

L’infirmité,

sursaut de la matière,

aura trouvé sa mère.

 

Dans l’urne assouvie,

la cendre aura brûlé,

verni le visage

(ou bien verni sans le visage),

y compris la dorure.

On rassemble soi-même,

frivole à force de transmis.

 

Veux-tu ratisser ?

Il y a trop de feuilles.

 

Est-ce que tu peux haïr ?

Sois cher,

montre-toi.

Garde-toi bien,

grandis, nourris ton être.

Continue à faire.

 

Tout est petit dans le jardin.

Crois quand tu dis.

Avec le fond du noyau,

enterre le reste.

 

Le geste est sombre.

La nuit a peur.

On te dit d’avoir peur.

La nuit massive aussi.

 

Tu offres le geste :

garde la pulpe.

Tu te nourris,

tu respires.

Sois cher.

La vie résout.

Une sorte de poésie

a l’air de s’inventer.

On passe en éternel

tout ce qui fait hurler.

Cœur de forge,

où ça coule en dur.

 

L’épilogue du père et de la mère,

hors de leur propre détresse,

c'est leurs tempêtes et leurs cruautés.

Si tu es en paix à regarder le monde,

tu gardes les regrets

(c'est déjà beaucoup à supporter).

 

Encore un ventre,

avec des os.

Maladie en hiver.

 

On est dans un couloir,

on est en cage.

En tout cas c’est un crime.

On s’afflige.

On est flou.

 

Il y a des larves,

pour qu’on aille à la pêche.

 

C’est en sommeil, la main.

Le jeu pudique, le lendemain.

Un espace à chercher.

 

Qu'est-ce qui nous fait ?

On pousse, on geint, on demeure.

Est-ce malgré soi ?

 

On frotte.

On attend l’amer,

le lucide.

 

Qu’est-ce qui me tient ?

Je marche ensemble.

Coiffé courtois,

je nage occipital.

 

Barbe en rocher,

bourgeon de dune.

Le bouquet mou.

Je vis en tiède,

je tiens un bout.

 

Le bon de l’œuvre,

c’est la mare écoulée.

Le fardeau vole,

et le vol est spectacle.

 

Quelqu’un dans l’assemblée,

dans sa tanière occipitale,

se fait à ma place.

Ce qui me coiffe,

c’est le fardeau.

 

Qu'est-ce qui me tient ?

Dans l'assemblée où je marche,

je suis ensemble.

Les dunes épointées,

leur courtoisie courante,

la mare occipitale,

ça bourgeonne en bouquets mous.

 

Je vis en tiède.

Sous le fardeau,

j'ai le spectacle.

En bout de compagnie,

je tiens des mots fermés,

ceux qui n’ont pas servi en corps,

mais ça germe.

 

Derrière les volets,

les corps merveilleux.

Dans la mare occipitale,

le dytique et la notonecte

font des fruits.

 

Qu’est-ce qu’on entend ?

Le ver dans le fruit,

la fièvre à la viol-vie cuite.

On est dans le soi d’ici à là-bas.

Le gobelet un peu fébrile.

Le creux du soi d’ici.

Le dévidoir de centimes.

Tout en fantaisie perdue.

 

Le creux de joie d’ici.

La compagnie qui signifie.

Le ver dans le fruit d’ici.

Il dit le quotidien.

Il perd de vue.

Il parle de palissades,

de chantiers éteints.

 

Qu’est-ce qui sert ?

Ce qu’on entend ?

La vie prépuce ?

L’ankylose ou la perte ?

 

En compagnie du corps,

on dévide les centimes.

C’est le chantier,

le fruit véreux,

le quotidien.

 

Pas de paroles :

les mots sont,

les sons phrasent.

 

Qu’advient-il quand on peut ?

S’il faut rester pour être,

ça devient dur de tenir.

Ou alors on l’a bien connu.

On est le rendez-vous.

 

Le carnet à souche.

La pierre à formule.

L’action en compagnie.

C’est un palier avec des choix.

Le pénible est connu.

On fait des traits.

On confond. On étale.

On fait erreur.

 

Dans la cour close,

ça souffle.

Rendez-vous en compagnie.

On fait des progrès.

On se plaint.

On additionne.

 

La formule, on fait pas semblant.

Dans la citerne occipitale,

la pierre a souffle.

Qu’est-ce qu’on veut ignorer ?

 

Il est clos, pierre à pierre.

Il n’est pas en courage,

il est en songe.

Il fait du trait

sur le palier du choix.

 

S’il confond,

il a dur à tenir.

Il a du songe.

Il défend la formule.

Il a perdu le souvenir.

Déjà la mare occipitale.

La nage d’ignorance.

Il a beau signer l’air

de la main qui affronte.

 

Le rendez-vous,

la pierre à souche.

Feu la formule.

La fabrique à songe,

ou l’action cannibale ?

 

C’est en progrès.

Je fais des traits.

J’ai confondu les souffles.

Je n’étais pas en courage.

 

Dans la citerne occipitale,

le trou de nage,

pour être en libre.

La forficule en finit

(travail de nuit) :

elle agite en vain sa pince,

à quand le trou d’oreille ?

 

Pour le souffle à venir,

c’est un palier.

On compte entier

le corps pénible.

 

On ignore à quoi tend

le signal aparté.

Ma force attend le parricide,

mais ne lèvera plus la main.

C’est l’hiver à la formule.

Il a intérêt, le destin !

 

C'est l'hiver de parent.

C’est part en part l’hiver.

Le fer à souche.

Il suffit qu'il soit

(distance à parcourir)

pour devenir quoi ?

En plein courant,

le fond de cale,

si c’est possible.

 

A soi parent,

l’hiver de forme.

En plein contrat,

le rideau front.

L’effort vibré d’encore,

rendu à la distance,

si c’est possible.

 

On atteint en frisson,

on recompte les gouttes.

On a mis des anneaux.

Quelque chose de fort,

le droit de se détacher.

Laissant le rêve en goût,

c’est loin à parcourir.

 

Un brin de mèche,

en fort de soi,

- le fort du goût, le rêve -

a parcouru la main de brèche.

Est-ce que ça montre

par quel fond c’est devenu partout ?

 

Et ça montre si c’est possible.

Si c’est quel soi qui rit,

quel caractère en cri,

quel mètre on a couru.

On vibre en main très longue,

on fait l’effort de recompter.

 

On est devenu si.

A condition d’encore.

En plein parent,

c’est devenu le goût :

on apprend le possible.

 

La misère à mesure,

le poids de la méduse

en plein sombre.

D’ailleurs et d’ombre,

au demeuré du corps,

l’enfant reconstitué.

 

D’ailleurs et d’orifice,

le corps en médusé.

Le soi parent panache,

le moi qu’il dit en braille

a quelque chose de fort.

 

D’ombre et dépossédé,

à soi maturité,

le plein du fond en détaché,

avec le toi dans la surface.

 

Il tombe en fleur,

l’enfant médusé.

Le toi reconstitué

a quelque chose de fort.

Juge impossible.

 

Dans le soi sombre

avec parent dépossédé,

en source pleine.

Le jour en fraude,

corps en surface,

et l’orifice en source pleine.

 

Le jour en demeuré

panache avec blessure

dans le fond de soi sombre.

L’enfant reconstitué

la brasse en vue de guérison

du corps momentané,

avec la source pleine.

 

D’ailleurs et d’orifice,

on entend les fleurs franches

et l’arrivée de la surface en clair.

D’ailleurs et d’eau coulée,

la guérison arrive en source,

et donne à l’ombre, en demeurée,

le baiser d’orifice

la mélodie attentive.

 

Dans le sombre où je déteste,

je peine au corps médusé.

Mais en fidèle ailleurs,

le corps prétexte a fait fleur.

Dans le cri des orifices,

l’enfance au demeuré

se blesse au blanc,

le baiser, l’ombre en surface,

le fond en fraude.

 

Reconstitué sans bagage,

l’enfant surface a repeint l’officine.

Quelque chose de fort s’en détache.

Je suis le cours de ce complice,

l’inégal relief souterrain,

les contours du moment,

l’infirmité des sons dans la façade.

Il y a de l’aimable.

 

 

C’est une infirmité à vivre.

Pas tout à fait un crime.

Comme une fabrique.

Vécue pour la sonorité

la flamme est dans les plis.

Corps fendillé.

Une lourdeur compliquée,

un pétrole à profondeur.

 

C’est un souterrain à conduire.

Pas exactement une aubaine.

Presque une offrande.

On compte les fleuves.

C’est minuscule.

Et jamais en façade.

 

C’est une secousse à deuil,

pas forcément de la mémoire.

Une sorte d’amphore.

Une figure en façade.

Un genre de chien à l’intérieur

(qui est le thylacine ?

où l’otocyon se conçoit-il ?).

 

C’est un format de l’existence.

Jamais plus de deux

à comparaître.

Jamais plus d’un fleuve dans le deuil.

Comment porter ?

Combien offrir ?

 

La naissance incurve.

C’est un autre souci qui fonde.

Dans le trou de mon deuil,

j’entends claquer la voix façade,

la voile enfreinte au neuf du corps.

Jamais je n’ai.

 

Si je porte, j’entends.

Si j’ai voulu, c’est la mémoire.

Il y a de l’ailleurs dans l’autre.

En habit de voix,

ce sont les chiens.

Ils ont le deuil en souterrain,

la porte des contours.

 

C’est ce moi forcené ?

Je suis le nain lardé,

à coups de coups,

dans le matin vibré ?

Un kriss en lame nue,

à nu de voiles ?

On confie sa vie,

et puis on la dispute.

Et puis on la confisque.

 

L'autre souci,

en grotte occipitale,

nage en marin dans la citerne.

Le marmot nain

consiste à définir.

On ne sait pas combien il faut un autre.

C'est le rire de l'existence.

Un bras fort dans l'eau drôle.

La lame est ronde.

 

Quelques points du passé.

Du descendant à la défense.

Du fou d'amour

au processus de danse.

De la concubine au bonheur.

On dort dans le souci.

C'est le nain forcené qui cogne.

On a des vies à convoyer.

 

Entre gargouilles, on se convie.

Le bonheur est introuvé.

Encore demain je suis.

Je vis dedans.

C'est un fou, c’est la demande.

Le matin, il consiste.

 

C'est dans l'autre souci

qu'on serait fort de rire.

Mais est-ce que les yeux sont en voile ?

On s'est forcé à savoir.

Pourtant, dans le profil de chat,

ça s'entrelace en autre.

Il y a du travail.

 

Le lieu s'énerve au passage.

Il est en existence.

Pourquoi on est réduit à la vie ?

L'occipital aussi ?

Je suis matin,

avec du froid.

Couvert de vie,

le comédien.

Le marmot nain syllabe.

Avec le grain du lieu,

ça fait un bruit de sans défense.

 

J'ai midi cousu.

C'est le complice.

J'ai la pilosité,

l'énervement.

De profil, le lieu en carcasse.

A son tour d'ignorer

le pourquoi de l’emballage.

Couvert de vie,

le courant dur,

comme un complice.

 

Je possède l'hiver du lieu :

c'est l'ignorance.

On a cousu le corps en cage.

C'est un délai physique.

Toujours trop court,

le vrai ne saigne pas.

J'ai la fonction du trait,

couvert de vie,

le front dans les coutures.

 

En possédé,

j'ai le profil.

Le trou de nage occipitale,

c'est la carcasse,

avec la même excuse.

En séparé dans le trop court,

je fais du vrai malgré.

Ensuite on a donné.

 

Dans l'eau de mer,

le comédien sans illusions.

Ca serpente dans ses illusions.

Il pense au prochain.

Commence à pétrir violent.

A se frotter la poche à air.

 

A coups de torsions,

dans les méduses,

l'enfant reconstitue.

Il fait la faille.

 

C'est dans son désert d'eau.

Il faut un moteur.

Il a pétri  violent.

Il joue au moineau,

à l'envolée.

dimanche, 04 mars 2018

MON PRINTEMPS DE LA POÉSIE 1/7

LIVRE TRADUIT D'UN PUR DE LANGUE I

Je ne suis pas poète. J'avais pourtant donné quelques courts extraits d'un ouvrage que, faute de mieux, j'avais appelé "poétique". Cet ouvrage, achevé en 2003, était le distillat d'une épreuve morale qui a creusé en moi des ravines et labouré le champ de ce que j'étais pour y semer un grain que j'ignorais alors. Enracinée dans la mort de quelqu'un, cette écriture a vu naître celui que je suis devenu. Son caractère expérimental n'échappera, je pense, à personne (sachant ce que je pense, en matière d'art, de tout ce qui ressemble à de l'expérimental : on n'est pas à une contradiction près). Elle a eu l'honneur d'assez "déconcerter" (c'est le terme qu'il avait employé dans la lettre qu'il avait pris la peine de m'envoyer) le défunt Paul Otchakovsky-Laurens pour que ce grand éditeur de poésie s'abstienne avec courtoisie de la publier. Ce manuscrit, je le donne à partir d'aujourd'hui dans son intégralité. Sans illusion. Sans état d'âme. Comme un état de fait. 

Techniquement, la composition de l'ensemble repose sur un pari sonore : priorité aux consonnes. Et sur le corollaire de ce pari : l'éviction aussi totale que possible des "e" muets. Je précise que cet aspect formel est moins le résultat d'un choix qu'il ne s'est imposé, comme s'il avait fallu donner aux mots la rudesse d'un flot tourmenté, à l'image de mon âme à ce moment. Quant au titre, il s'est donné tel quel, de lui-même. Il en résulte peut-être une musique âpre à l'oreille, mais comme on proteste contre un destin : on sait que c'est en vain et on le fait quand même. Le tout, du moins est-ce ainsi que je me raconte l'histoire, est moins fait pour être lu que pour être parlé.

Le corps du texte se déroule en continu sur soixante-quatorze pages, auxquelles s'ajoutent une dizaine d'autres, pour la "strette", la "coda" et le "postlude". L'ensemble a été ici segmenté – au hasard – en sept (trop) longs tronçons à peu près égaux. 

****************************************************

Besoin désir ?

Ou bien envie d’envie ?

 

Envie d'ouvrir,

mais c'est compris :

il faut attendre.

 

Une envie faite à réfléchir.

On entend, ça gronde.

On absorbe, en raideur,

le démarré de quoi ?

 

L’autorité, ça sait,

et c’est toujours ailleurs.

C’est déjà dans un ordre.

J'affiche un air,

quelqu'un d’ailleurs saura.

 

Imprimé à contrebande.

Un peu, pas tout à fait.

C’est un peu sincère.

On se garde à point.

 

On calcule avec nombres

(y compris celui des gravats).

Ça fait des plans, des empilements,

des tas de conditions.

Alors, par quoi commencer ?

 

Quand on voulait, c’était ouvrir,

c'est pas le mien, peut-être.

Construit à cause.

Un peu blindé, la pierre à souche.

Du vrai qui sait qu’on meurt.

 

Avec l'envie d'aller,

d'en prendre un autre.

On n'en manque pas.

Mais c'est sans preuve.

Qu'est-ce qu'on a donc ?

 

Envie d'éveil.

Je crois l'avoir.

Alors je pousse encore,

mes tisons font la fièvre,

mais j'ai donné sans preuve,

j’en suis réduit.

 

C'est que s'il faut que oui,

on sort de soi,

ça ne prend pas.

Hors du somnolé, on se confie.

On s'expose en envie.

 

Quelque part, quelqu’un sait ?

Mais quand même il faut.

C'était l'envie. Qui est là ?

Lui aussi, ça doit rester.

Il faut que oui.

 

Tout retenu dans le pli,

perché tout près.

Sans forcer la main,

sans faire esprit.

 

Voilà, ça vient se dire.

Pas trop de peine.

Qui vient symboliser ?

Qui fait priorité ?

C'est l'envie.

Mais du coup, ça fait tout.

Tout vient ensemble.

On a pas mieux.

 

Trier, ça éternise.

Avec le temps,

ça fait du vent.

 

On a voulu savoir,

mais c’est au saut du lit.

Et pour savoir un peu,

on fait du doute.

 

Dans le clair du dessin.

C'est l’attention, avec du mou.

Est-ce que ça rend heureux ?

 

Envie d'ouvrir, allez,

quelqu'un qui fasse.

Si on peut pas, alors quoi ?

 

Etrange et bas, le sûr se tait.

Je dis les bribes.

Mais l’entier ne cesse pas.

Le temps vient après tout ça.

 

J’entends l’existence.

C'est en forme de fin,

dans le conflit, on entre en parole.

On n’est peut-être pas.

 

Ecrit à l’endroit fort,

transparent sur l’opaque.

Sans repentir, entre la forme et la fin.

 

En action pure de langue,

forme à tout prendre.

On fait de la personne,

en vie, du foisonné.

 

C'est le cœur contre,

on doit s’y rendre.

La formule est en presque.

 

Ce n’est pas là, le diverti.

Qu'est-ce qu’on a ?

Ce n’est pas net.

Pourtant c’est fort aimé.

Mais dans ce cœur,

on se repasse le plat d’idée.

 

Qui veut ouvrir ?

Qui se fait en dedans,

avec des trous de formes ?

Il faudra bien nommer.

 Laisser partir.

D’après moi, ça se fait.

 

Quand j'ouvrirai, ça servira ?

Qui a voulu, en conscience ?

Ce qu’on laisse à deviner,

ça se donne en peur enivrée.

 

Visage en roue voilée,

en vérité sur quoi ?

C’est rapiécé,

comme un visage.

 

Pas de mais.

Rien que la glace.

Pour la galerie,

ça se rassemble,

le coup de pouce est à la peine.

C’est à la source. Ca brille.

On s’incline.

Un avenir ou deux.

Il faudra, tu devras.

 

A peine entré, c’est là qu’on va.

On a repris le cours,

ceux qui prétextaient.

On dévide.

 

Quand on aura vu, on rejoindra.

Dans deux temps, ça peut jouer.

Tout dépendra des comédiens.

 

On appuie à peine.

C’est lent.

On attend, pour l’exprimer,

les témoins oculaires.

On attend, pour agir,

la nécessité, les analyses.

 

Il ne faut pas dormir.

On entrevoit : ça mûrit,

beaucoup à la fois.

Il n’est pas en secret.

On essaie d’apercevoir :

qui se dérobe ?

 

Tout le monde accroché.

Au cœur du lieu, ce serait pur.

Au lieu du coeur, ce serait dur.

Qu’est-ce qu’on refuse ?

 

Si on demande un délai,

l'angoisse aura changé,

la fermeture est annoncée.

Il faudra défaire et laisser.

 

Si ça décompose,

on comprend quoi ?

Un visage à montrer.

 

Un seul en apparence ?

C'est la vie grosse,

un tour de soif.

 

Qui ravitaille en apparences ?

On sent la durée suspendue.

On est pour la joie.

 

Tout tombe,

tout se redresse,

les mots, les attirails.

Et puis, avec superbe,

on choisit son métier.

Parce qu’il faut gagner,

ce serait ça, la vertu.

 

Les prémices de vieux.

Les frissons qui vont avec.

On se libère de rien,

rapport à tout ce qui précède.

Qui a tout donné ?

C’est quoi le sacrifice ?

Mouture fine.

 

      Voilà qu’il s’éveille en cuir.

Il ouvre les placards.

Il verse un peu de conscience

dans son cadavre de nuit.  

Il entre en souvenir.

Ce qui tombe en premier,

ça joue dans le courant.

Mais ça se tient.

Tout n’est pas rose :

c’est la lisière.

Mais ça sent clair.

 

Il est vêtu.

Cela prouve, évident.

Il faudra bien sortir.

Il a fait des enfants.

Il se délivre avec les yeux :

quand il les ferme,

il n’est pas dans l’obscur,

c’est la vie profonde.

 

C’est du sommeil intense.

En habit de surmenage,

il a mis son visage en gravité.

Le visage est brisé.

Il a plaisir en grimace,

il a fontaine de traits.

Il renouvelle son identité.

 

Tu es gâté,

soyeux.

Tu creuses,

tu photographies.

Tu jettes les cris par la fenêtre.

Tu ne fais pas la guerre.

Tu fais des tartines.

 

Tu ne sais pas quoi devenir.

Un voyage, un visage, un ordre ?

Dire par quel moyen :

mais on risque un racontar,

tu seras aveugle ou saoul.

 

Pas de chef de physionomie.

Tu vois l’avenir se remplir de ça.

Tu retournes à l’entrée, au salon,

où boivent les enterrés.

Tu ne sais pas comment finir.

 

Pour trois quarts d’humanité,

l’amertume.

Tu regardes.

Tu ne sais pas comment t’en tirer.

 

Je vois le cœur.

J’ai la césarienne.

J'envie les désirs des mort-nés.

Il y a une sorte de poésie.

 

On pénètre en rétro,

c’est le propre corps.

On est sonneur de quoi,

le corps dehors ?

Un peu de monticule,

un petit bord :

on mourra propre.

Je suis né sans effets,

pourquoi il est fait, ce ventre ?

 

J'envie les désirs des mort-nés.

Impuissant par la mère,

quoi remuer ?

Avec un peu sa honte,

sous la surface en chair.

 

Entre deux, de très loin,

les corps s’assemblent,

mais sans virer au gai.

Entre deux, j'ai vécu à cent francs.

Avouer, décider, se tromper :

comment se fabriquer ?

Comment s’extraire ?

 

J’envie les désirs des mort-nés.

J'enterre ma honte.

J’ai décidé de me tromper.

Je n’ai pas trop de honte.

Je ne suis pas forçat.

Je ne suis pas sourd.

 

J’envie les désirs des mort-nés.

Complots d’opérette,

parturitions d’opérette.

Je nais de force.

Je peux fabuler.

C’est une sorte de poésie.

Je fabrique en vie propre.

 

Avec la frontière du corps,

dire adieu au corps maternel.

Est-ce qu’on est sûr ?

Qui fabrique la vivante,

l’entrée dans la matière ?

 

On se trompe en espoir ?

Alors c’est l’obstruction ?

Qu’est-ce qui est vivant,

hors du corps maternel ?

 

Les envies des mort-nés.

La fuite, l’utérus des pensées.

On se force à fabriquer.

C’est vraiment du désir ?

On s’extrait de la matière,

malgré la parturiente ?

Rien de plus obstiné.

Tout un effort,

la vie faite à l’extrusion.

 

Il y eut une pensée,

il y eut un problème.

Ce fut le jour du temps,

le sourd consume.

Avec sens et joyeux d’avoir,

le monde adonne.

Un jour loin.

 

L'exception éphémère

(on a compris dedans,

c'est l'effet-mère).

Elle a pu s'oublier

(la vraie qui se renonce,

avec la clé de la semence).

La poésie des profondeurs.

On accepte seulement.

 

Qui se prend pour ?

Où ça s'installe ?

L’éternité pouvait.

On a douté.

Un écroulement.

Alors c'est la vie-vite.

 

Il fallait un ventre.

On fait du refus,

mais à moitié.

En-four-né cuit à point.

On ouvre les dents.

On comprend comment c’est,

avec le face-à-face.

 

La porte claque,

on refait l’auparavant,

la vie profonde,

vite organique.

La vie-vite,

en-four-née.

Oh qui dira les torts,

si la vie-vite ?

On reprend tout,

mais à la diable.

Rien ne ressemble.

 

Quelle est la poésie ?

L’infirmité en sursaut ?

La matière en tort ?

L’instinctif insu ?

 

Une âme extraite animale

n’a plus à penser.

Forme des dents,

le vent du centre.

On fait complet

avec le sang du ventre.

 

Avant la profondeur,

on doutait du sérieux.

L’infirmé s’use en silex

à chercher son âme.

La poésie semble au refus.

Et s’il fallait assouvir ?

 

Devenu l’urne-mère,

cendre à transmettre,

dorure incomprise.

La poésie, après l’impossible,

c’est quand on creuse en trop,

ça lave en souterrain l’enfance.

 

Il fallait un ventre.

On eut le refus.

En-four-né, la vie s’ouvre.

L’homoncule cuit à point.

On fera semblant de comprendre.

On ressemble à la photo,

qui n’est pas l’âme.

 

On l’a pris ailleurs,

l’air de la profondeur.

On l’a trouvé avant naître,

on transmet en vie-vite.

 

La poésie de reproduction

fabrique sa honte.

On opercule, et c’est trop tard.

Reste l’infirmité,

le sursaut de la matière.

 

Il n’y a pas à penser,

ni à savoir.

Le ventre ne s’ouvre pas,

quand on ne prend pas part.

Dans l’urne-mère,

ça brûle.

Les dents claquent,

on se transmet les torts.

 

A qui revient la profondeur ?

L’âme instinctive a mal.

Qui s’est moqué de l’utérus ?

Avant la naissance,

le doute a ratissé,

pas à pas, un pas vide.

On a trouvé l’organique,

mais c’est ailleurs.

Le lieu de poésie

reste en photo.

vendredi, 02 mars 2018

PHOTOGRAPHIE

001 1.JPG

jeudi, 01 mars 2018

PHOTOGRAPHIES

PLACAGE2.JPG

Avec la lumière venue du monde extérieur.

PLACAGE1.JPG

La même, avec la lumière intérieure.

mercredi, 28 février 2018

L'ARCON A LA CROIX-ROUSSE

Vu à la Croix-Rousse.

Il y en a sûrement qui pensent que c'est de l'art.

NARDOU 7.JPG

"Blues for mama".

NARDOU 8.JPG

"Born to be wild".

NARDOU 9.JPG

"Bad girl".

NARDOU 10.JPG

"Let's dance" (sur une reproduction du Saint-Sébastien de Guido Reni qui sert, paraît-il, d'emblème à un groupe de pression porté par l'air du temps).

Ci-dessous, l'argumentaire censé justifier le travail de l'artiste.

NARDOU 2 ARGUMENTAIRE.JPG

En lisible : « L'exposition est une sélection de pièces de ma dernière série "BARBARIE", c'est un écho au féminin, une proposition décalée à la fois mélancolique, surannée, cruelle et déviante, une parenthèse féministe et poétique.

Mes travaux de broderie (depuis 2014) explore [sic !] le fil, dans un mélange parfois rétro mais résolument contemporain de broderie graphique, croisée, tissée, géométrique, typographique, sur des supports photographiques détournés (cartes postales, affiches vintages).

Mes dernières créations sont une palette de broderies typographiques décalées, ironiques et parfois abstraites. Une variation de broderies (à la main) sur des imageries obsolètes et rétro qui, en détournant leur sens virtuel premier, offre une lecture intime, étrange, violente et contemporaine ».

Je m'en voudrais de dire quoi que ce soit de l'usage de l'adjectif comme tapis de bombes, de commenter cette prose et de citer le nom de son auteur.

J'ai failli inscrire ce billet dans ma série "Des nouvelles de l'état du monde", et puis ...  

09:00 Publié dans L'ARCON | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art contemporain, arcon

vendredi, 23 février 2018

UN PETIT TOUR SUR LES PENTES

VI/VI

De la Croix-Rousse, pour descendre à Lyon (c'est comme ça qu'on dit), une recette parmi bien d'autres. 

z3CELU.JPG

Descendre l'escalier de la rue Célu (Jeanne-Marie, 1780-1846, pas celle de Rimbaud – Les Mains de Jeanne-Marie –, mais la fabricante d'étoffes de soie : une de ces cibles honnies que visaient sans doute les canuts en 1831 et en 1834).

z6CELU.JPG

Rue Célu, jeter un œil en passant sur un peu de verdure jalousement protégée.

z9BODIN MOTTET DE GERANDO.JPG

Hésiter entre la rue Bodin (1788-1876, conseiller municipal, président du tribunal de commerce, administrateur des hospices, qui fut propriétaire du sol de la rue : comme les cimetières, les rues de nos cités sont pleines de noms de toutes sortes de gens indispensables) et la rue Mottet-de-Gérando (1771-1828, conseiller municipal et député, et trajet de la ligne 6).

z15BELLEVUE.JPG

S'arrêter un instant sur le balcon de la place Bellevue et jouir du coup d’œil.

z20BODIN GROGNARD.JPG

Rue Bodin, lever les yeux sur le haut de la rue Grognard (1748-1823, négociant et bienfaiteur du Musée, on ne le sait pas assez),

z21GROGNARD.JPG

puis sur le bas : la rue de Magneval (1751-1821, conseiller municipal et député, comme tout le monde) et, plus loin, la rue des Fantasques (nom d'origine inconnue, mais on trouve dans l'Almanach de 1745 cette intéressante mention : "On nomme ce chemin ainsi parce que c'est un endroit fort écarté, servant de promenoir à des gens d'un caractère particulier, qui veulent éviter la compagnie") et le Rhône.

z29COLBERT.JPG

Au bout de la rue Bodin, saluer les arbres de la place Colbert (ce monsieur n'a pas besoin d'être présenté).

z31ST SEB.JPG

Emprunter résolument la montée Saint-Sébastien (ce saint jeune homme, un peu masochiste si l'on en juge par les multiples photos des siècles passés, n'a nul besoin d'être présenté).

z32ST SEB COLBERT.JPG

Tourner un instant la tête à droite (la cour des Voraces, cet emblème touristique incontournable, n'est pas loin).

z36FANTASQUES.JPG

Quitter la montée Saint-Sébastien pour prendre le virage vers la rue des Fantasques.

z38COUR RECRE MICHEL SERVET.JPG

Se souvenir que ce long rectangle bitumé, en contrebas, fut une cour de récréation, à une époque où billes, agates et bigarreaux changeaient de poche avec fureur.

z43ADAMOLI.JPG

Ne pas s'attarder dans la rue Adamoli (1707-1769, conseiller du roi, maître des ports et passages de Lyon, il donna sa bibliothèque à l'Académie de Lyon).

z49DANS L'ESCALIER.JPG

Prendre l'escalier sans dénomination d'où l'on domine ce qui fut le préau des garçons de l'école de la place Michel-Servet (1511-1553, qui finit brûlé vif parce que sa façon de croire en Dieu défrisait les autorités de l'époque), préau d'où l'on apercevait, à travers un croisillon de bois losangé, ce qui fut la cour des filles, dans l'arrondi de laquelle (ici visible) les maîtresses faisaient tourner les punies (ça ne s'appelait sans doute pas la "tournante" : « Adélaïde, à la récréation, vous tournerez ! – Oui maicresse »).

z59DANS L'ESCALIER.JPG

Mesurer le changement d'altitude.

z66DANS L'ESCALIER.JPG

Se contenter de passer devant ce qui fut l'école des filles.

z71ESCALIER.JPG

Constater qu'on est arrivé en bas.

z78CROIX PAQUET.JPG

Ne pas s'attarder place Croix-Paquet (du nom du monsieur qui obtint en 1628 la permission – confirmée deux ans plus tard en Conseil d'Etat – de "restablir une croix en la place" qui avoisinait sa maison).

z79FEUILLANTS.JPG

Apercevoir la place Tolozan à travers la Grande rue des Feuillants (du nom d'un monastère disparu).

z84FEUILLANTS ROYALE.JPG

Se souvenir de la rue Royale, autrefois la rue des soyeux, où l'on pouvait même observer, à travers une vitrine, le travail de deux linotypistes assis devant leur clavier « elaoin sdrétu » (drôle de formule dont le grand Franquin avait fait, pour le "Petit Noël", une merveilleuse "machine à faire plaisir"), et le fonctionnement particulier de ces machines et de leur "volant" latéral, dont la forme intriguait au plus haut point les enfants qui passaient devant. 

z85PETITE FEUILLANTS.JPG

Se souvenir de la Petite rue des Feuillants où était sise, en plus de quelques entrées traboulantes, la boutique où l'on louait les skis pour le week-end.

Traverser le plus vite possible et sans trop regarder la pauvre "place Tolozan" (1726-1811, dernier prévôt des marchands, qui fit construire le bel immeuble du n°19) et gagner le nouveau pont Morand (dans lequel passe la ligne A du métro).

z86PANORAMA CROIX ROUSSE.JPG

Une fois sur la rive gauche, apprécier la vue sur les pentes est de la Croix-Rousse avant de poursuivre sa route.

****************************

Note : j'achève ici une série de six "bambanes" sur les pentes de la Croix-Rousse. A vrai dire, il en reste quelques-unes au programme. Mais ça suffit, je crois, pour se faire une idée assez précise de la physionomie de ce qu'on appelle "Les Pentes" (par opposition au "Plateau") de la "Colline qui travaille" (par opposition à la "Colline qui prie"). 

mercredi, 21 février 2018

UN PETIT TOUR SUR LES PENTES

V/VI

Descendre de la Croix-Rousse aux Terreaux, on a l'embarras du choix.

11PLANTEES.JPG

1 Un amical salut au 24 rue des Pierres Plantées, à la chambre haut perchée (ici au soleil) et au jardin à hauteur du premier étage, invisible derrière le mur clair (à gauche).

12JBSAY.JPG

2 Dans ce sens, la rue Jean-Baptiste Say descend. On ne jette pas un regard sur la montée de la Grande-Côte, devenue un grand boulevard.

lyon,croix-rousses,pentes de la croix-rousse,rue des pierres plantées,rue pouteau

3 On laisse aussi la rue De Sève, la place Colbert et la montée Saint-Sébastien.

15POUTEAU.JPG

4 On préfère passer par la rue Pouteau (à cause de la lumière).

516POUTEAU.JPG

18POUTEAU.JPG

6 Le bas du premier escalier.

24POUTEAU SOROKINE.JPG

7 Au bas du deuxième escalier, vécut autrefois Sorokine, peintre lituanien et vaguement clochard dont la dent unique et proéminente démeublait magnifiquement le sourire crachotant (« Comprénez-vous ? », avec un roulement d'r), dans ce qui était alors un gourbi encombré d'un invraisemblable fourbi de planches, de poussière et de poésie. La modernité a mis le holà à ce désordre.

28CHARDONNET.JPG

8 Un crochet par la place Chardonnet (je n'ai pas vérifié si la traboule entre la place – au n°2, en face – et la rue en dessous – Burdeau – est encore ouverte).

27CHARDONNET MERMET.JPG

9 Vue dominante sur le sombre passage Mermet.

35BURDEAU.JPG

10 L'immeuble était occupé par je ne sais quelle congrégation, aujourd'hui délogée ou éteinte, et possédait une entrée directe (méconnue mais palpitante) dans le haut de l'église Saint-Polycarpe.

39THIAFFAIT.JPG

11 Passage Thiaffait.

44THIAFFAIT.JPG

12 Ci-dessus et ci-dessous, le même vitrail demi-lune, vu du passage Thiaffait, puis de l'église (pourrait-on se douter qu'il y a là une église ?).

1366POLYCARPE.JPG

47THIAFFAIT.JPG

14 Le sombre passage Thiaffait, devenu pimpant jardin des modes.

1548THIAFFAIT.JPG

lyon,croix-rousses,pentes de la croix-rousse,rue des pierres plantées,rue pouteau

16 Dans l'église Saint-Polycarpe, trop « insérée dans le tissu urbain » (édifiée au XVII° siècle, il a fallu construire autour d'elle), la lumière concrète ne peut vraiment venir que d'en haut. Y a-t-il encore un musicien pour s'asseoir de temps en temps à la console de l'orgue Augustin Zeiger, "le plus ancien et le plus important de la ville de Lyon" ?

59MERMET.JPG

17 Le passage Mermet, vu de la rue René Leynaud (poète et journaliste, fusillé par les Allemands en juin 1944).

62MERMET.JPG

18 Je n'ai jamais vu ouverte cette porte latérale de l'église.

61MERMET.JPG

19 Ce qu'on voit du passage Mermet en tournant le dos à l'escalier.

55RLEYNAUD.JPG

20 Vers la rue des Capucins, par la voie officielle (ça traboule).

75STE MARIE TERREAUX.JPG

21 Rue Sainte-Marie-des-Terreaux, on tient le bon bout.

lundi, 19 février 2018

PAS PHOTOGRAPHE, MAIS ...

Mon art abstrait.

photographie