Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 mai 2024

PRO-PALESTINIEN ? ...

... OU PRO-HAMAS ?

Les manifestations récentes, qui ont transpiré des Etats-Unis vers la France — sans doute par capillarité affective —, ont semble-t-il consacré de fait le mouvement religieux terroriste Hamas comme seul représentant légitime du peuple palestinien. Le moins que je puisse faire, c'est de trouver cela au minimum surprenant, pour ne pas dire anormal. Et archi-faux, de toute évidence.

Et en même temps, je plains les Palestiniens eux-mêmes, parce que n'avoir que ce mouvement terroriste pour avocat commis d'office, c'est pas vraiment un cadeau, car le cadeau, il est carrément empoisonné. Je suppose que personne ne souhaite être défendu, devant le tribunal de l'Histoire, par une cohorte d'assassins, de violeurs et de bourreaux. 

On sait que la pauvre "Autorité palestinienne" de Mahmoud Abbas, du moins ce qu'il en reste de débris d'O.L.P et de Fatah, est complètement disqualifiée, sous les coups conjugués de sa propre incompétence et de sa corruption et de l'acharnement de Netanyahou à lui faire perdre la face pour mieux favoriser son ennemi déclaré (le Hamas). Cet ennemi déclaré n'a fait que croître et embellir depuis qu'il a pris, seul et par la violence, le pouvoir dans la bande de Gaza.

Le plus étrange, le plus stupéfiant, le plus incompréhensible dans les manifestations pro-palestiniennes qui ont secoué des universités des deux côtés de l'Atlantique, c'est que ces protestataires font semblant d'ignorer que le sort du peuple palestinien est bien le dernier des soucis des chefs du Hamas : pour eux, les gens ordinaires qui peuplent la bande de Gaza, travailleurs, mères, enfants, vieux comptent pour de la roupie de sansonnet. La seule motivation qui anime les chefs du Hamas, c'est l'exercice d'un pouvoir absolu qu'ils ont confisqué à leur profit exclusif. Et cela jusqu'à la disparition de l'Etat d'Israël.

Cela va même si loin, que les services "action" du groupe n'hésitent pas à supprimer toute voix discordante. Et il y a fort à parier que les chefs du Hamas, plus il y a de Palestiniens morts sous le tapis des bombes et obus, plus ils sont contents : « Allez-y, Juifs, tuez, massacrez les populations civiles palestiniennes. A la fin c'est vous qui serez couverts de merde, et nous qui tirerons les marrons du feu ». Et qu'ils sont en train de spéculer sur les éventuels avantages colossaux qu'ils pourraient obtenir de l'Etat hébreu en échange des otages qu'ils détiennent encore — et qu'ils ne sont pas prêts à lâcher de sitôt, selon toute vraisemblance.

Pendant ce temps, le haut Etat-Major du Hamas, bien à l'abri de chambres fortes dissimulées hors de portée de toute agression possible — quand ce n'est pas dans des hôtels cinq étoiles de la péninsule arabique —, sirote ses alcools de contrebande les doigts de pied en éventail, et savoure la profondeur de l'abîme qu'Israël achève (peut-être) de creuser sous ses propres pieds dans l'opinion universelle : « Honte à Israël, et vive les Palestiniens », entend-on de l'université Columbia-New-York à Sciences-Po-Paris. 

On ne sait pas trop l'ampleur de ce qu'Israël aura perdu à l'issue de cette aventure aveugle. On sait en revanche ce que les terroristes du Hamas a déjà gagné. Rien que ça est exorbitant.

Note : Il semblerait, d'après ce que j'entends, que les manifs françaises sont restées à peu près indemnes d'antisémitisme. Pourquoi ne pas le croire ? Ce qui est certain, en revanche, c'est que les actes et paroles antisémites ont été multipliées par deux, trois, voire quatre, depuis le pogrom (et non une "offensive", n'en déplaise à Mathilde Panot et à L.F.I.) du 7 octobre. Qui en France est antisémite ? J'ai ma petite idée là-dessus : suivez mon regard (car certaines vérités ne sont pas bonnes à dire).

lundi, 06 novembre 2023

ISRAËL RATE L'OCCASION DU SIÈCLE

L'Etat d'Israël vient de rater l'occasion du siècle. Du siècle ? Comment ça, baratineur de blog ? Eh bien pas la peine d'avoir Bac + 12 ou d'être sorti d'une Académie militaire pour s'en convaincre. A croire que les dirigeants de l'Etat hébreu semblent trop américanisés (je veux dire "mal dégrossis") pour comprendre les subtilités des guerres dites "asymétriques". Ils font pleuvoir des orages de bombes sur la population de Gaza. Du coup, les dégâts « collatéraux » parmi la population civile deviennent la règle, et le ciblage des méchants l'exception. C'est aveugle, criminel et con.

Ils ont beau savoir que les stratèges du Hamas, aidés en cela par les meilleurs stratèges iraniens, avaient derrière la tête une idée particulièrement tordue, ils font comme les Américains au Vietnam : le tapis de bombes. Suite à cette "stratégie" trop niaise pour être digne de ce titre, Israël est désormais, aux yeux de la plupart des pays normalement humanistes, un bourreau sanguinaire. Exactement le renversement des responsabilités attendu, souhaité et prévu par le Hamas.

Certains commentateurs vont jusqu'à égaler Netanyahou et Tsahal en cruauté aveugle à d'autres bourreaux dont les juifs furent eux-mêmes les victimes, en masse, en d'autres temps. On ne peut pas, hélas, donner complètement tort aux critiques qui s'abattent sur Israël. Pourtant, les terroristes du Hamas, par l'énorme pogrom commis le 7 octobre, avaient offert aux dirigeants israéliens une occasion en or, quasiment l'occasion du siècle, de retourner l'opinion mondiale en leur faveur. Ne pas avoir sauté sur cette occasion reste pour moi une énigme et une faute.

Vous imaginez le boulevard ouvert devant l'Etat d'Israël quand le monde a découvert, horrifié, l'étendue des massacres du 7 octobre ? Vous imaginez l'énorme opération de propagande gratuite qu'il aurait pu mener face au monde entier, à la tribune de l'ONU, et dont il aurait pu remercier le Hamas de la lui avoir offerte sur un plateau ? L'extraordinaire et idéal moment de se présenter en victime à la face de l'humanité ? Le voilà le grand mot que les Israéliens ont oublié de marteler : se présenter comme les victimes d'une haine exterminatrice. Quel tableau ! Quelle victoire ç'aurait été ! Et Hamas, Hezbollah et Iran l'auraient eu dans le baba ! La queue basse, les mollahs !!! A la niche les molosses !!!

Mais non, pour cela, il aurait fallu réfléchir, et non pas réagir dans l'instant, sous le coup de l'émotion, du scandale, de la souffrance, de la colère et de l'horreur. Il aurait fallu voir l'intention cachée derrière les actes des tueurs. En deux mots, il aurait fallu élaborer une vision politique de la situation ainsi créée, et non seulement se fier à une conception purement militaire, par définition incapable de parler autrement qu'avec le langage de la force. Avec au demeurant une efficacité très douteuse, précisément en termes militaires : à combien chiffre-t-on les hauts responsables du Hamas dégommés par l'armée israélienne ?

Pour réagir avec intelligence, il aurait fallu que les gouvernants israéliens sortent de la mécanique et de l'automatisme de la vengeance. Vous pouvez être sûr que, si Israël avait brandi comme un étendard les photos des hommes, des vieillards, des femmes, des enfants assassinés, aucun pays, fût-il acquis à la cause islamiste, n'aurait osé prendre le parti des assassins. Vous auriez vu le grand concert des nations se précipiter au secours de la nation attaquée dans sa chair. Israël aurait fait l'unanimité autour de lui. Vous imaginez, pour une fois, l'unanimité dans la compassion pour les juifs et dans la réprobation de leurs lâches ennemis ?

Au lieu que là, non seulement l'armée et tous les organes qui de défense et de sécurité ont été lamentablement pris en défaut, mais en répliquant comme des brutes en fonçant dans le piège tendu par le Hamas, ils ont 1 - fini par donner le beau rôle à celui-ci, 2 - réussi à faire oublier les actes barbares commis par celui-ci, 3 - revêtu aux yeux de tous le costume de l'ogre, du monstre, du grand méchant loup. 

Quel stupide et horrible gâchis ! C'est trop tard pour faire autrement. Israël est pris dans l'engrenage : il ne peut que poursuivre sur sa lancée et aggraver son cas aux yeux du monde. On saura plus tard l'ampleur de tout ce qu'a perdu Israël en réagissant comme il l'a fait. 

***

Note : maintenant, après cette terrible victoire des terroristes du Hamas, celui-ci a-t-il fait avancer la cause des Palestiniens ? Rien n'est moins sûr. Je persiste à penser, moi qui ne suis en rien géopoliticien, que la défense de la cause du peuple palestinien figure à peine comme un iota dans le programme du Hamas, même si celui-ci s'impose actuellement comme le vrai et seul représentant authentique, au détriment de l'Autorité palestinienne qui, dans la circonstance actuelle, se trouve, si c'est possible, encore plus disqualifiée qu'en temps ordinaire. [* Note : Je viens précisément d'entendre (16 novembre dans Les Matins de France Culture) que les gens du Hamas ont déclaré officiellement (ou au moins publiquement) que celui-ci avait besoin du sang des innocents pour affermir la ferveur révolutionnaire dans les rangs de la population palestinienne. Non seulement les terroristes n'en ont pas honte, mais ils s'en vantent.] 

A cet égard d'ailleurs, on peut dire que l'opération "assassinats" est pour le Hamas une réussite en termes de pouvoir et d'instrumentalisation de la cause palestinienne. Que la cause palestinienne, et même celle des prisonniers palestiniens en Israël, puisse être portée aujourd'hui par un mouvement composé de musulmans fanatiques et dont l'essentiel de la doctrine consiste en l'élimination pure et simple de l'Etat juif, c'est juste un échec tragique des forces de la Raison. Le Hamas représentant le peuple palestinien ? C'est ce qui pouvait arriver de pire à ce dernier. 

Et c'est de très mauvais augure pour l'avenir du peuple palestinien : la violence de Septembre Noir (J.O. Munich 1972) et du F.P.L.P. à laquelle s'ajoute la bouillie religieuse d'un islam haineux, tout ça annonce des lendemains qui ne chanteront pas (ci-dessous titres de tribunes parues dans Le Monde des 29-30 octobre et 9 novembre).

israël,hamas,arabes,palestine,guerre israélo-arabe,kibboutz,juifs,gaza israël,hamas,arabes,palestine,guerre israélo-arabe,kibboutz,juifs,gaza