Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 mai 2024

PRO-PALESTINIEN ? ...

... OU PRO-HAMAS ?

Les manifestations récentes, qui ont transpiré des Etats-Unis vers la France — sans doute par capillarité affective —, ont semble-t-il consacré de fait le mouvement religieux terroriste Hamas comme seul représentant légitime du peuple palestinien. Le moins que je puisse faire, c'est de trouver cela au minimum surprenant, pour ne pas dire anormal. Et archi-faux, de toute évidence.

Et en même temps, je plains les Palestiniens eux-mêmes, parce que n'avoir que ce mouvement terroriste pour avocat commis d'office, c'est pas vraiment un cadeau, car le cadeau, il est carrément empoisonné. Je suppose que personne ne souhaite être défendu, devant le tribunal de l'Histoire, par une cohorte d'assassins, de violeurs et de bourreaux. 

On sait que la pauvre "Autorité palestinienne" de Mahmoud Abbas, du moins ce qu'il en reste de débris d'O.L.P et de Fatah, est complètement disqualifiée, sous les coups conjugués de sa propre incompétence et de sa corruption et de l'acharnement de Netanyahou à lui faire perdre la face pour mieux favoriser son ennemi déclaré (le Hamas). Cet ennemi déclaré n'a fait que croître et embellir depuis qu'il a pris, seul et par la violence, le pouvoir dans la bande de Gaza.

Le plus étrange, le plus stupéfiant, le plus incompréhensible dans les manifestations pro-palestiniennes qui ont secoué des universités des deux côtés de l'Atlantique, c'est que ces protestataires font semblant d'ignorer que le sort du peuple palestinien est bien le dernier des soucis des chefs du Hamas : pour eux, les gens ordinaires qui peuplent la bande de Gaza, travailleurs, mères, enfants, vieux comptent pour de la roupie de sansonnet. La seule motivation qui anime les chefs du Hamas, c'est l'exercice d'un pouvoir absolu qu'ils ont confisqué à leur profit exclusif. Et cela jusqu'à la disparition de l'Etat d'Israël.

Cela va même si loin, que les services "action" du groupe n'hésitent pas à supprimer toute voix discordante. Et il y a fort à parier que les chefs du Hamas, plus il y a de Palestiniens morts sous le tapis des bombes et obus, plus ils sont contents : « Allez-y, Juifs, tuez, massacrez les populations civiles palestiniennes. A la fin c'est vous qui serez couverts de merde, et nous qui tirerons les marrons du feu ». Et qu'ils sont en train de spéculer sur les éventuels avantages colossaux qu'ils pourraient obtenir de l'Etat hébreu en échange des otages qu'ils détiennent encore — et qu'ils ne sont pas prêts à lâcher de sitôt, selon toute vraisemblance.

Pendant ce temps, le haut Etat-Major du Hamas, bien à l'abri de chambres fortes dissimulées hors de portée de toute agression possible — quand ce n'est pas dans des hôtels cinq étoiles de la péninsule arabique —, sirote ses alcools de contrebande les doigts de pied en éventail, et savoure la profondeur de l'abîme qu'Israël achève (peut-être) de creuser sous ses propres pieds dans l'opinion universelle : « Honte à Israël, et vive les Palestiniens », entend-on de l'université Columbia-New-York à Sciences-Po-Paris. 

On ne sait pas trop l'ampleur de ce qu'Israël aura perdu à l'issue de cette aventure aveugle. On sait en revanche ce que les terroristes du Hamas a déjà gagné. Rien que ça est exorbitant.

Note : Il semblerait, d'après ce que j'entends, que les manifs françaises sont restées à peu près indemnes d'antisémitisme. Pourquoi ne pas le croire ? Ce qui est certain, en revanche, c'est que les actes et paroles antisémites ont été multipliées par deux, trois, voire quatre, depuis le pogrom (et non une "offensive", n'en déplaise à Mathilde Panot et à L.F.I.) du 7 octobre. Qui en France est antisémite ? J'ai ma petite idée là-dessus : suivez mon regard (car certaines vérités ne sont pas bonnes à dire).

mardi, 15 mai 2018

ISRAÉLIENS-PALESTINIENS

La guerre n'est pas près de finir en Palestine. Les ennemis s'entendent à merveille pour continuer à faire couler le sang. D'un côté, un Netahnyaou aux prises avec la justice et dirigeant, avec une extraordinaire habileté, un gouvernement d'extrême-droite qui ne tient que parce qu'il continue à faire monter la pression colonisatrice en Cisjordanie occupée ; de l'autre, d'une part un Mahmoud Abbas et un gouvernement OLP réduits au silence parce qu'ils sont  corrompus jusqu'au trognon, d'autre part un Hamas dirigé par des gens presque aussi corrompus, qui veulent rester les seuls à exercer le pouvoir là où ils sont.

Ce qui est nouveau malgré tout, c'est que l'Israélien fait tirer avec des armes de guerre sur des gens armés de pierres (non, hélas, ce n'est pas nouveau), pendant que le chef palestinien du Hamas enflamme la jeunesse du territoire de Gaza et l'envoie sciemment à la mort. Je suggère au chef palestinien de se placer très ostensiblement en tête du cortège qu'il appelle à marcher vers la frontière. 

Tous ces gens qui détiennent le pouvoir au Proche-Orient, ne tiennent en aucune manière à ce que la situation évolue, se disant que le premier qui fait un pas vers l'autre a perdu la partie. "Mieux vaut mourir", se dit la jeunesse palestinienne (qu'est-ce que vous voulez répondre à un désespéré ?). "Mieux vaut qu'ils meurent", se dit l'homme pieux aux papillotes, persuadé que le sol qu'il foule de ses pieds s'appelle de toute éternité « Terre Promise » et que c'est à lui seul qu'il appartient (qu'est-ce que vous voulez répondre de pertinent à quelqu'un qui est convaincu de ça ?). 

Une terre sans horizon, avec dessus deux peuples pétrifiés dans le granit de la haine, de l'injustice et de la violence.