Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 juillet 2017

LE PETIT GRÉGORY

On trouve une scène formidable de cynisme dans le réjouissant film "C'est arrivé près de chez vous" (1992), de Rémy Belvaux, avec un impeccable Benoît Poelvorde en inventeur d'un nouveau cocktail, qu'il baptise "le petit Grégory". Attention, il faut prêter l'oreille : l'ébriété de Poelvorde, très bien imitée, trouble son élocution.

lundi, 03 septembre 2012

QUOI DE NEUF DANS LES NOUVELLES ?

Pensée du jour : « Le but inavoué de ces articles étant de flatter les puissants, je chanterai les magnats de la presse. C'est une conduite avilissante : je m'en promets mille prospérités ».

 

ALEXANDRE VIALATTE

 

 

 

DÉCÈS DU JOUR

 

 

Désolé, j’ai une très mauvaise nouvelle : Java est morte. Elle avait 67 ans. La plus vieille femelle en captivité dans un zoo européen. Je vous présente la malheureuse. C’était au parc de la Tête d’Or, au temps de sa splendeur.

 

ELEPHANT TÊTE D'OR.jpg

AU PARC DE LA TÊTE D'OR

 

Elle habitait là depuis 1964. On pense que la tuberculose l’a tuée. Le centre vétérinaire de Marcy l’Etoile rendra prochainement les résultats de ses analyses. Des engins de levage ont été dépêchés sur place à cette fin. L’éléphant avait été donné par le cirque Amar (et j’en aurais, des choses à dire, sur le cirque Amar !).

 

*

 

LE TOURISME ORIENTAL ET LE SANG

 

 

Pour la Syrie, j’emprunte à un très vieux sketch de ROBERT LAMOUREUX : « Et l’année suivante, BACHAR EL ASSAD était toujours vivant ». Attendons l’année prochaine. D’ici là, le nombre des réfugiés, des morts et des blessés aura eu le temps d’exploser, comme le proclame la presse : le journaliste sociologiquement ordinaire aime à faire exploser les nombres.

 

BACHAR EL ASSAD.jpg

 

Quoi, je me permets de rire ? Que voulez-vous que je fasse, avec la foule de ceux qui sont cramponnés au signal d’alarme et qui écrasent le frein ? Alors qu'ils sont aussi nombreux et forts, ceux qui enfoncent la pédale d'accélérateur ? C'est pour ça que le train de la mort continue, cahin-caha, vaille que vaille, son bonhomme de boulot.

 

*

 

ROMS EN VILLEGIATURE EN FRANCE

 

 

En France, pour les vacances, les Roms continuent à privilégier le départ sur les routes. Ces GM (Gentils Membres) d’un nouveau genre y sont incités par ceux qu’on appellerait GO au Club Méditerranée (Gentils Organisateurs), qui veillent à ce que la tradition du voyage, propre à cette population, ne se perde pas.

 

 

éléphant,zoo,parc de la tête d'or,java,cirque amar,bachar el assad,syrie,robert lamoureux,roms,expulsions de roms,club méditerranée,humour 

Une tradition d’autant plus symbolique qu’elle est inscrite dans le drapeau qu’elle s’est choisi librement en 1971.

 

 

En revanche, la science et la police se perdent en conjectures sur la composition réelle (et la fonction, sans doute religieuse) d’une mystérieuse « ESENȚǍ DE ROM » : serait-ce une sorte de teinture-mère obtenue par distillation de quelques individus de l'ethnie en vue de quelque expérience philosophale ? Un arôme destiné à la pâtisserie ?

 

ROM 2.JPG

PEU LISIBLE, MAIS JE GARANTIS L'AUTHENTICITE

 

Aucune hypothèse n’est écartée. Et que signifie cette date du 15 mai 1990 qui figure sur l’étiquette ? Mystère. En tout cas, le Rom est partout. Ci-dessus la photo suspecte.

 

 

Quoi ? Je ris du malheur des autres ? Et alors, la foule des grandes âmes et des bonnes consciences (de gôôôôche, comme par hasard) est si compacte que je n’aurais pas pu y introduire une feuille de papier à cigarettes (si j’avais eu du papier à cigarettes), et encore moins à m’y faire une place sans être dans la minute écrasé.

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

lundi, 06 août 2012

QUOI DE NOUVEAU DANS LES NOUVELLES ?

Le soleil est revenu, hier matin. Du coup, il a fait chaud. Très chaud. Est-ce que ce sera bon pour la vigne ? Parlons de la SYRIE.

 

 

Je n’aimerais pas vivre en Syrie en ce moment. Les plages sont polluées et il y fait beaucoup trop chaud. Rendez-vous compte, 40 ° l’après-midi. Et puis le sable y est de qualité assez moyenne. Et puis la clim de l’hôtel marche seulement quand elle l’a décidé. Et puis le champagne qu’on y sert est d’origine douteuse, je veux dire chinoise. Et puis ils ne savent pas ce que ça veut dire, servir frais. L’Iran a bien essayé de remédier au problème, mais leur produit ne contenait ni alcool ni bulles.

 

 

Pour tout dire, leur ruse a été vite éventée : ils prétendaient faire rentrer des devises en recyclant la pisse de leurs chameaux. Mais y a-t-il seulement des chameaux en Iran ? C’était peut-être de l’huile de vidange passée en centrifugeuse, il paraît qu’ils en ont beaucoup là-bas, des centrifugeuses. Et puis, dans les hôtels syriens, le personnel, très courtois et stylé au demeurant, n’est pas formé correctement. Pensez donc, accomplir son service sans gants blancs. A croire qu’ils préfèrent se salir les mains à des besognes inavouables.

 

 

Et puis, en Syrie, l’hygiène corporelle laisse à désirer. Bon, je comprends bien leur souci d’économiser l’eau, mais ça finit par sentir la chair en décomposition, ce qui n’est pas bon pour le tourisme. On ne peut rien contre l’odeur de cadavre, sous ces latitudes.

 

 

Bon, j’arrête. Ce n’est pas que ça n’aurait pas été amusant. J’aurais mis BACHAR EL ASSAD en maître-nageur implacable d’une piscine olympique remplie d’une eau vaguement rougie, et ajustant à la kalachnikov le premier qui se laisserait aller à pisser dans l’eau. Et puis je me suis dit que ça devenait laborieux, lourd, voire fâcheux. Au sens de MOLIERE. Pourtant, l’humour noir, je suis à fond pour.

météo,syrie,été,champagne,iran,centrifugeuse,guerre,bachar el assad,molière,les fâcheux,humour noir,alexipharmaque,louis-ferdinand céline,le petit nicolas,sempé et goscinny,kofi annan,onu,ratko mladic,orphée aux enfers,jacques offenbach,sarkozy,khadafi,pataphysique

IL EST PAS MIMI, EN MAÎTRE-NAGEUR ?

 

L’humour noir, c’est un souverain antidote au poison sentimentaliste, à la dégoulinade humanitaire, au grand épanchement douloureux étalé par tous ceux qui sont, pour leur bonheur et leur sécurité, très loin de ce qui s’appelle un « champ de bataille ». Tous ceux qui peuvent donc éprouver des « bons sentiments », et surtout le faire savoir. Et tout ce qui est antidote, surtout pour la tête, je suis pour : ce n'est pas pour rien que j'ai baptisé ce blog ALEXIPHARMAQUE. Contrepoison, si vous préférez. Contre tous ceux qui proclament : « Voyez comme je suis bon ! ».

 

 

Rappelons-nous ce que LOUIS-FERDINAND CÉLINE découvrit à Paris, en décembre 1914, hospitalisé au Val-de-Grâce après les deux graves blessures reçues à Poelkapelle (une balle ricochante (= avec ébarbures de plomb) et un éclat d’obus non loin du rocher, autrement appelée partie pétreuse de l’os temporal) : l’insouciance, la veulerie et le mépris de « l’arrière » et des « planqués » pour la mort de ceux qui étaient au front. On peut dire que ça lui a ouvert les écoutilles.

 

 

Les apitoiements de toutes les bonnes âmes sur les victimes civiles de la guerre de Syrie, sont le meilleur moyen de ne rien comprendre à ce qui se passe en réalité. Franchement, dans le monde, qui est prêt à se déclarer, à froid, partisan de la guerre et adversaire de la paix ? Tout le monde est d’accord pour que le sang ne coule pas. Tout le monde est pour la paix. TOUT LE MONDE EST POUR LA PAIX.

 

 

Seulement voilà, le sang coule quand même. Acroire qu'il ne peut pas s'empêcher. Je serais à la place des grands sentiments humanitaires, je serais profondément vexé, et j’annoncerais à grands renforts de trompettes que, pour punir les couleurs de sang (couleurs = ceux qui le font couler, ndlr), je me lance dans une grande BOUDERIE. Ils seraient tous bien attrapés, comme dirait le petit Nicolas, de SEMPÉ et GOSCINNY. Et que je ne cesserai que quand, … que lorsque, … que si … Et voilà tout. C’est vrai, il faut savoir leur parler, aux dictateurs.

 

 

La vérité ? Je ne la connais certes pas, mais je me dis que si le sang continue à couler malgré les bouderies de vierge effarouchée de KOFI ANNAN et de l'ONU (je suis injuste : on ne peut raisonnablement en vouloir à un combattant qu’on envoie au combat avec des menottes aux mains, rappelons-nous Srebrenica, et l’interdiction faite aux casques bleus de s’opposer par la force aux troupes fanatisées de RATKO MLADIC), c’est bien que des volontés (et des stratégies) extrêmement puissantes sont en train de s’affronter sur le terrain syrien, et que le vulgum pecus dont je fais partie en est réduit au rôle de spectateur paralytique.

 

 

Et ça, je ne peux plus. Je ne peux plus jouer ce rôle du « saule pleureur de victimes innocentes ». Trop c’est trop. Trop de victimes. Je ne peux plus m’apitoyer. Personne ne peut m’obliger à passer ma vie à pleurer sur le sort des victimes. Devant ma radio ou ma télévision. En tant qu’individu individuel, je ne peux que proclamer fièrement mon incapacité à agir sur les événements qui font l’histoire, et ma fierté à me proclamer « spectateur 100 % pur gros porc ». A ma grande honte. Mais, à la réflexion, la honte se dissipe.

 

 

D’ailleurs, franchement, le feuilleton syrien me saoule au point que j’ai décidé de quitter la salle de projection avant la fin. Je suis désolé pour vous qui mourez, vous qui souffrez, vous qui êtes torturés à mort, vous qui avez perdu un fils, une jambe ou la tête. Je ne peux strictement rien pour vous. Toute cette affaire n’est pas de mon ressort. Je ne suis pas décideur. Elle ne me concerne donc pas. Du ressort de quel citoyen de base est-elle, d’ailleurs ? L’ « opinion publique » ? Laissez-moi rire. C’est bon pour l’Orphée aux Enfers d’OFFENBACH, une œuvre qui va gaillardement sur ses 160 ans :

 

« Qui je suis ? Du théâtre antique

J’ai perfectionné le chœur ;

Je suis l’Opinion Publique,

Un personnage symbolique,

Ce qu’on appelle un raisonneur.

Le chœur antique en confidence

Se chargeait d’expliquer aux gens

Ce qu’ils avaient compris d’avance

Quand ils étaient intelligents.

Moi je fais mieux, j’agis moi-même,

Et, prenant part à l’action,

De la palme ou de l’anathème

Je fais la distribution. »

 

 

En gros, OFFENBACH a mis sur la scène cette voix de mazzo-soprano pour qu'elle figure l'énorme BLA-BLA ambiant. L’opinion publique n'existe pas. C'est un bruit de fond. Ce sont les journaux, les radios, les télévisions qui la font, l’opinion publique. A la limite, les journaux, les radios et les télévisions (ajoutons internet), je leur en veux de me mettre ce spectacle sous les yeux et les oreilles. De me l’imposer, leur opinion publique.

 

 

 

Qu’est-ce que ce bourrage de crâne peut finir par créer dans le dit crâne ? C'est fait pour terrasser de terreur. Je vais vous dire : c'est fait pour inspirer la peur, la culpabilité, la certitude de l’impuissance devant le réel que d’autres nous façonnent à leur gré. Et pour finir, la soumission à je ne sais quelle fatalité.

 

 

Je vois bien ce qui risque d’arriver, avec l’histoire syrienne : chaos, islamisme, guerre totale, vu le nombre de pays importants impliqués dans l’affaire, mais je vais vous dire : comme je n’y peux rien, j’estime avoir le droit, que dis-je, j’estime avoir le DEVOIR DE M’EN FOUTRE. Expliquez-moi à tire-larigot que l’ordre du monde se joue là, et pas ailleurs.

 

 

Que ce qui est imposé aux Syriens est terrible. Eh bien je vais vous dire, l’ordre du monde, JE LE COMPISSE, JE LE CONCHIE. A quoi ressemblerait le monde, aujourd'hui, si SARKOZY n'avait pas envoyé ses Rafales sur Benghazi ? Qu'est-ce qui peut m'obliger, moi, citoyen basique, à ne pas supporter les morts d'ailleurs ? En quoi il me concerne, franchement, l'ordre du monde ?

 

 

Pour une raison qui n’est peut-être pas excellente : pendant que la caméra mondiale est braquée en permanence sur la Syrie, il n’y a plus personne pour regarder les violences en Somalie, le viol industriel qui règne au nord-ouest de la République Démocratique du Congo, les violences au Sud-Soudan, j’arrête là. Quel être raisonnable aurait la prétention de croire qu'on peut faire régner l'ordre et la paix sur notre planète ?

 

 

Ce qui m’étonne, c’est que les foules spectatrices soient toujours convaincues, qu’il est possible de sauver les autres (« Mais faites quelque chose ! », entend-on depuis les débuts de cette autre atrocité que constitue l'action humanitaire). Donc qu’il faut les sauver. Comme SARKOZY qui, en déclenchant la foudre contre KHADAFI, a réussi à déstabiliser gravement tous les pays de la région sahélienne. Là encore, je ne peux que conspuer cette maxime chère à ma tante A. (voir hier) : « Quand on veut, on peut ».

 

 

Vous comprenez pourquoi je me suis tourné vers la ’pataphysique ? C’est parce que

PATAPHYSIQUE COLLEGE.jpg

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

 

samedi, 18 février 2012

ENVOYEZ UN DEPUTE AU DEPUTOIR

Considérations oiseuses sur la vie politique moderne.

 

 

C’est beau, une chambre des députés, vous ne trouvez pas, avec ses sièges en hémicycle, les uns à gauche, les autres à droite pour respecter les clivages sacrés hérités de l’histoire, avec son velours rouge, ses appariteurs, ses rituels républicains, ses discours et débats, ses duels au couteau, au pistolet, au canon de 75,  ses rigoles en pente prévues pour l’écoulement du sang jusqu’au trou d’évacuation donnant sur un gros bidon qui devait être régulièrement renouvelé ? L’inconvénient de ce système était la fréquence anormale des élections et la consommation excessive de citoyens éligibles.

 

 

Certains vieux parlementaires ayant échappé par miracle aux épouvantables étripades de cette époque héroïque racontent qu’un boucher parisien avait passé un contrat avec l’institution pour collecter le sang après les séances particulièrement houleuses, et qu’il en fabriquait un renommé « boudin de député » absolument délectable, que les meilleures « fines gueules » de la capitale se disputaient, le sang de député étant particulièrement riche du fait d'un protocole très étudié de nourrissage.

 

 

Passons sur ces temps hélas révolus. Je serais quant à moi assez curieux de goûter. Comme quoi il ne faudrait pas laisser perdre certaines traditions. Je ne m’interdis pas de revenir à l’occasion sur telle ou telle recette permettant d’accommoder au mieux le « boudin de député ». Bref, venons-en au sujet du jour.

 

 

Quel architecte sera assez audacieux pour dessiner des plans pour qu’un bâtiment accueille quarante-quatre millions de représentants du peuple ? Car quarante-quatre millions d’électeurs ayant le droit de vote, cela fait, si je compte bien, quarante-quatre millions de citoyens éligibles. Vous vous rendez compte ?

 

 

 

élections,député,assemblée nationale,politique,société,élection présidentielle,législatives,politique-fiction,humour,littérature,humour noir

FRANÇOIS SCHUITEN, ARCHITECTE PARLEMENTAIRE ? 

 

Qu’on se le dise, élire un député constitue à n’en pas douter une censure imposée au peuple. Elire qui que ce soit est un stratagème imaginé pour faire taire la population. Pour l’empêcher de dire ce qu’elle a sur le cœur. Désigner le mandataire ne sert qu’à museler le mandateur. Je m’étonne que ce point de vue ne soit pas plus répandu de nos jours.

 

 

C’est vrai que, s’il a fallu un territoire de plus de 500.000 km² pour loger tout le monde, on se rend vite compte qu’on ne va pas pouvoir construire un monument contenant quarante-quatre millions de sièges. Même en compressant chaque citoyen éligible sous forme de brique empilable. Pourquoi un tel monument ? Pour les débats parlementaires, voyons !

 

 

Imaginez ça : un bureau de vote aussi grand qu’un parlement. Encore plus fort : un parlement aussi grand que la nation. Un seul endroit pour décider de qui et de quoi. Un vaisseau spatial de mille kilomètres de côté, comme dans Le Monde des Ā, d’ALFRED ELTON (A. E.) VAN VOGT, ce roman de science-fiction qui s’efforce de modifier les échelles dans l’esprit des lecteurs, sans rien modifier d’autre dans les histoires.

 

 

C’est vrai qu’un romancier, s’il veut vendre quelques exemplaires, a intérêt à ne modifier qu’un ou deux paramètres des codes narratifs, pas plus. Sinon, ça devient de la littérature expérimentale, et on tombe vite dans des Finnegan’s wake, voire des Tombeaux pour cinq cent mille soldats. Et l’on ne peut plus remonter du fond du trou. Passons.

 

 

Le territoire entier comme parlement, on a pu voir ça, éventuellement, sur des confettis politiques du genre de Genève au temps de Calvin, ou sous l’arbre à palabres des villages de la brousse africaine aux temps anciens. En France, 65.000.000 d’habitants, 44.000.000 d’électeurs potentiels (soyons poli, il faut dire « inscrits »), vous imaginez ça ? Impossible. Rigoureusement inenvisageable.

 

 

Et un pays de 300.000.000 d’électeurs ? Dans la célèbre fourmilière géante du Japon (ce n’est pas un gag, c’est une vraie fourmilière avec de vraies fourmis), qui détient ce record d’habitants au m², heureusement, les fourmis n’ont pas le droit de vote, sans ça, c’est l’anarchie. De toute façon, je l’ai dit il y a quelques jours ici même, plus on est nombreux, moins l’individu existe. Quand le nombre des individus tend vers l’infini, l’importance de chacun tend vers zéro.

 

élections,député,assemblée nationale,politique,société,élection présidentielle,législatives,politique-fiction,humour,littérature,humour noir 

 

Mais chez les fourmis, il n’y a pas d’individus, ou plutôt, ils sont interchangeables. Chez la fourmi, pas d’état d’âme, pas de conflit œdipien, pas de jalousie amoureuse, pas de duels fratricides, on se demande même si c’est bien humain, une fourmi. Rien qu’une fonction sociale. Pas une personne, juste une fonction. Au moins, tout le monde est utile, les seuls chômeurs, ce sont les morts.

 

 

La société capitaliste a remédié à cette carence manifeste : elle a inventé l’individu inutile, autrement dit la personne démunie de toute fonction. La société humaine capitaliste est peut-être la seule à avoir inventé l’individu qui ne sert à rien. Elle a longtemps dépensé beaucoup d’énergie à pourchasser à coups de lois, voire à persécuter à coups de police ces gens superflus qu’elle avait elle-même créés.

 

 

Comme on ne peut toujours pas les faire disparaître, malgré tous les perfectionnements techniques à disposition et l'évolution favorable des mentalités – pourtant ce n’est pas l’envie qui en manque à certains, mais il paraît que ça ne se pratique pas encore beaucoup, du moins officiellement et en public –, on  les annihile, on les anesthésie, on les achète avec des R. M. I., des R. S. A., des Restos du Cœur et des Banques alimentaires. Comme ça au moins, on est sûr qu’ils ont honte et qu’ils se tiennent tranquilles.

 

 

Comme le chante sobrement FÉLIX LECLERC, « l’infaillible façon de tuer un homme, c’est de le payer pour être chômeur, et puis c’est gai dans une ville, ça fait des morts qui marchent ». Et surtout, on leur fait croire qu’ils gardent envers et contre tout leur « dignité » en leur laissant le droit de vote, il ne faut pas exagérer : bouche inutile, certes, mais s’agissant d’élections, chaque voix compte. Même celle des « morts ».

 

 

Les seuls qui sont interdits de vote, chez nous, ce sont les S. D. F. Ben oui, quoi, tu reçois une carte d’électeur seulement si tu habites. Si la police peut te retrouver à une vraie adresse, répertoriée. A la mairie, sur la liste, tu ne peux pas te faire enregistrer comme habitant sous le pont Lafayette. C’est trop précaire, comme adresse. C’est sujet à divers aléas.

 

 

D’abord et d’une, où est-ce qu’elle est, la clé ? Et la porte ? Tu ne peux même pas fermer les fenêtres pour arrêter les courants d’air. On a donc bien raison de faire comme s’ils n’existaient pas, les S. D. F. Je vais vous dire : électoralement, les S. D. F., c’est du vent. C’est vrai qu’il y a onze députés représentant les Français de l’étranger, mais qui aurait l’idée de donner des députés aux S. D. F. ? Ils n’en ont pas besoin, ils se suffisent à eux-mêmes, en quelque sorte.

 

 

Conclusion, seuls les citoyens en état de marche sont habilités à députer. Divagations à suivre. Ça s’appellera peut-être « des électeurs qui députent », « députer » étant un verbe (si si !) du premier groupe, dont je propose la définition suivante : « envoyer au députoir ».

 

 

Puisqu’on parle d’urnes, jetez donc un œil sur la « Gazette de Solko n° 18 », et pendant que vous y êtes, sur « les Dupondt sont en campagne ».

 

 

Voilà ce que je dis, moi.