Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 octobre 2012

MA PETITE HISTOIRE DE LA CURIOSITE (2)

Pensée du jour : « La femme est bien dans son droit, et même elle accomplit une sorte de devoir en s'appliquant à paraître magique et surnaturelle ; il faut qu'elle étonne, qu'elle charme ; idole, elle doit se dorer pour être adorée ».

 

CHARLES BAUDELAIRE

 

Résumé : il y a dans toute curiosité une insoumission à l’ordre du monde et à une autorité suprême (Jéhovah, Dieu, Allah, le Cosmos, ...), et le curieux est un contrevenant, immanquablement chassé du paradis de l’obéissance. Dès lors, il est obligé de se battre dans l’espoir de reconstituer le bonheur perdu. C’est ce qu’on appelle la liberté (voir l’extraordinaire chapitre des Frères Karamazov consacré au « Grand Inquisiteur »). 

 

Mais si l’on fait abstraction de la circonstance somme toute extérieure que constitue le serpent de la Genèse (le principe du Mal qui s’oppose à celui du Bien), comment expliquer la naissance de la curiosité ? Satan est une trouvaille trop commode pour expliquer quoi que ce soit, je trouve. Pourquoi Adam et Eve abandonneraient-ils le confort absolu où Dieu les a placés dans un endroit où le temps ne passe pas ? Je me dis qu’il faut au moins un début de raison, non ? 

 

Cela dit, l’image que je me fais d’un tel paradis a quelque chose à voir avec le règne animal. Ne faut-il pas être un complet abruti (je parle d’aujourd’hui) pour considérer le jardin d’Eden comme un paradis perdu ? Si Adam et Eve avaient été de bons chiens (domestiques, n’exagérons pas), ils auraient léché le nez de leur seigneur et maître quand celui-ci posait un sucre sur leur truffe pour qu’ils le chopent au commandement. Dieu ne voulait que des chiens domestiqués.

 

Il s’est donc passé quelque chose. Mais quoi ? L’animalité, c’est sûr que l’homme s’en est un peu extrait, et qu’il a tenté, tant que faire se peut, de couper les ponts. D’ailleurs, ceux qui suivent un peu l’actualité peuvent se rendre compte que les débats sur le « genre » (il faut savoir que le « genre » a remplacé définitivement le « sexe », notion reconnue par tous les savantasses un peu vieillotte et même carrément dépassée), tellement à la mode aujourd’hui, tournent finalement autour de ce qu’il reste d’animalité dans l’humanité.  

 

Dit autrement : autour de ce qu’il reste de « nature » dans la « culture ». Le « sexe » est naturel, exclusivement naturel. Alors que le « genre » est culturel, exclusivement culturel. Il est universitairement et médiatiquement dangereux aujourd’hui de risquer d’être considéré comme un visqueux « essentialiste » : vous êtes impitoyablement classé sur le rayon marqué « has been ».

 

 

Cette « vérité », c’est SIMONE DE BEAUVOIR qui l’a instaurée : dans sa doctrine, en effet, « on ne naît pas femme, on le devient ». Phrase devenue le chef d’œuvre indéboulonnable des trouvailles du féminisme actuel. Le dogme par excellence. Et l’escroquerie du siècle : l’être humain, qu’est-ce qu’il fait d’autre, femme ou homme, que devenir humain ?  

 

Je suis désolé pour la fondatrice du désastreux féminisme moderne, mais il faudrait dire : « On ne naît pas HUMAIN, on le devient ». Et qu'on ne me baratine pas sur le "moment historique". Ce n’est pas pour rien qu’il faut 18 ans pour devenir majeur. La phrase de BEAUVOIR est ce qu’on appelle, en rhétorique, un « truisme ». Et c’est là-dessus que pétaradent les « Chiennes de garde » et autres « Collectif la barbe ». 

 

 

C’est sûrement une jolie formule, « on ne naît pas femme, on le devient », mais c’est quand même une magnifique imposture, en même temps qu’une belle saloperie. Qui sert à renvoyer le bon sens dans l’archéologie, voire la paléontologie du savoir, comme un morceau de la mâchoire de Lucy. C’est vrai, une femme ne naît pas femme : elle naît juste avec un sexe fendu, au lieu de la tige qui pousse aux garçons. 

 

« Essentialiste », c’est l’équivalent moderne de la « vipère lubrique » des procès staliniens, le mot étant à prendre pour une accusation, « essence » étant synonyme de « nature ». Les « genristes » voudraient bien que l’homme soit le seul être vivant qui se fabrique entièrement lui-même. Ils ont une foi inébranlable dans un invraisemblable idéal de la liberté humaine. On peut voir exposé ce genre de problématique dans Les Particules élémentaires, de MICHEL HOUELLEBECQ.

 

 

Pour le « genriste », qu’on se le dise, le désir donne un droit. Phrase à méditer : le désir donne le droit. Quel droit ? « Tout est possible, tout est réalisable », disait une publicité pour une compagnie d'assurances. Droit à l'enfant, au mariage « pour tous » (délicieuse trouvaille pour faire avaler du n'importe quoi), à mourir dans la dignité, etc. On n'imagine pas l'énormité du gisement des « droits » qui attendent juste d'être mis au jour et correctement exploités.

 

Je me suis laissé embarquer dans ma digression. Je reviens au paradis. Pour qu’Adam et Eve aient tous deux l’ardent désir de croquer dans le fruit de l’arbre de la connaissance, il a quand même fallu autre chose que ce fantasme de serpent. Et moi, je finis par me demander si ce désir n’est pas venu du fait que le premier homme et la première femme n’avaient en fin de compte qu’une confiance limitée dans leur Créateur. On les comprend un peu, à la réflexion. Car je me dis que l’absolu de l’intégrité de la pureté de la divinité de Dieu, quand on observe le monde terrestre, il ne saute pas aux yeux.  

 

Je veux dire que, dans l’esprit des premiers homme et femme, il s’est glissé comme un léger doute. Peut-être une sourde inquiétude. Quelque chose comme une question. Bon, je crois que maintenant, on peut laisser tomber Dieu, Adam, Eve et le paradis terrestre. C’était juste un détour pour introduire ce point d’interrogation. On peut maintenant s’en passer.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.

 

samedi, 18 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (5/5)

Pensée du jour : « Concluons qu'il faut croire en une trinité une, en une unité trine. Une et unité à cause de l'essence une, trine et trinité à cause des trois je ne sais quoi (propter tres nescio quid) » Saint Anselme

 

 

« Tout ça qui a commencé, Il faut bien que ça finisse ! », écrivait JEAN TARDIEU. C'est certain, il faut savoir finir par terminer un parcours, fût-il théologique, et pour ainsi dire métaphysique (à moins qu'il ne fût 'pataphysique, puisque tout est 'pataphysique).

 

 

Cette petite série sur les hérétiques qui ont empoisonné l'air des centaines de théologiens romains dans les siècles des siècles (amen), disons-le tout de suite, doit s'achever. Aussi ne dirai-je rien des agonistiques, des circuiteurs, des catropites et autres coropites, que sais-je, des donatistes et des semidulites, des barallots et des barboriens, des lampétiens et des latitudinaires.

 

 

Que voulez-vous ? Des clanculaires et des cléobiens ? Des calixtins (qui sont de vulgaires luthériens mitigés) et des sampséens ?  Allez, pour faire bon poids, des scotopites et des caïnites (Cush, l'ami de Corto Maltese, et Corto Maltese lui-même, font partie de cette branche : « Nous autres caïnites cherchons toujours le paradis perdu pour le rendre à notre Mère », il y aurait pourtant bien des belles choses à dire des caïnites).

 

religion,société,croyance,catholique,hérésie,poésie,littérature,doctrine,foi,théologie,hérétique,corto maltese,jésus christ,prophètes,stercoraire,communion,digestion,bousier

CUSH DIT : "CORTO MALTESE EST UN BENI KAÏN" 

 

Il y en a d'autres, comme les hésitants, simple variante d'eutychiens acéphales, les hélicites, simples moines relâchés qui dansaient en rond, d'où leur nom (hélice), les danseurs, simple secte apparue en 1373 à Aix-la-Chapelle, les protoctistes, pour qui l'âme a précédé le corps (dieu du ciel, faut-il être bête !), et même les prophètes, rendez-vous compte. Les infernaux, convaincus que l'âme de Jésus-Chist, durant son séjour sépulcral, descendit aux enfers et y fut tourmentée (a-t-on idée !). Cette fois, j'arrête.

 

 

 

Pour ainsi parler, l'hérésie buissonne à perte de vue, prolifère comme la vermine, foisonne, pullule, fourmille, pleut, grouille. Plus on en tue, plus il en vient. Heureusement, l'époque moderne a résolu ce problème une fois pour toutes : elle a éradiqué le religieux. Plus de religion ? Plus d'hérésie. CQFD. Nous voilà bien débarrassés. Fini les hérésies ! A pu, hérésies !

 

 

 

N'est-ce pas un progrès définitif, d'être débarrassés des hérésies, que ce soit dans la peinture, dans la musique, dans la sexualité, dans les institutions ? C'est pourquoi nous devons rendre grâce à notre ultra-modernité (« C'est l'Ultra-Moderne Solitude », chante ALAIN SOUCHON) d'avoir fait disparaître le diable de l'intolérance, et pour cela inventé la dilution du paradis et de l'enfer, l'abolition du Bien et du Mal dans le grand chaudron du N'IMPORTE QUOI.

 

 

 

Cependant, je ne voudrais pas clore cette modeste incursion dans le domaine des problèmes épineux que ne cesse de soulever toute croyance religieuse, sans manifester une tendre et respectueuse révérence à l’égard d’une hérésie dont le bien-fondé ne semble pourtant, sur le plan doctrinal, devoir susciter aucune réprobation apostolique et romaine. Je veux ici célébrer l’hérésie stercoraniste (de stercus (= caca) : le bousier est stercoraire).  

 

 

Ici, sachez quand même que je vous épargne un développement sur la chaise papale qu'on appela la chaise stercoraire (« Duos habet et bene pendentes », disait le cardinal chargé de vérifier, à la fin du conclave et de la main, la virilité du nouvel élu, en lui tâtant les couilles), car ça nous entraînerait un peu loin. 

 

 

Le stercoranisme offre un superbe exemple magistral de l'ingéniosité créative et poétique développée par toutes sortes de catholiques au cours de l'histoire pour frapper la VRAIE FOI au défaut de la cuirasse, à coups de détournements incontrôlés d'articles dûment estampillés par la marque DELAFOI (dont le siège est à Rome (Italie), seule habilitée à les propager (s'adresser en cas de besoin à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, filiale de Vatican, la maison mère). En somme, transcrite en termes commerciaux, une hérésie est une vulgaire CONTREFAÇON.

 

 

Qu'on se le dise, pour être sûr que l'article de foi que vous achetez a été visé par les autorités chargées de la VRAIE FOI dans l'Eglise Apostolique et Romaine, vérifiez qu'il porte bien l'estampille officielle DELAFOI. Le Comité International Olympique (CIO) a bien retenu la leçon, qui a interdit, dans l'enceinte olympique londonienne, les préservatifs non contractuels.

 

 

La raison ? Il paraît qu'ils étaient trop généreusement dimensionnés par rapport à ce qu'est devenu au fil du temps l'organe du sportif mâle de haut niveau, du fait même de sa pratique. Cela reste bien sûr à vérifier, même si l'évolution et la sélection naturelle rendent la chose plausible. Ces propos n'engagent que ceux qui les entendent. Revenons au « geotrupes stercorarius », autrement dit au bousier mange-merde.

 

religion,société,croyance,catholique,hérésie,poésie,littérature,doctrine,foi,théologie,hérétique,corto maltese,jésus christ,prophètes,stercoraire,communion,digestion,bousier


 

IL EST PAS BEAU, MON BOUSIER ? 

IL PART JUSTE FAIRE SES COURSES AU SUPERMARCHÉ (IL A REPÉRÉ UNE BELLE BOUSE) POUR REMPLIR SON GARDE-MANGER.

 

Pour renouer avec l'hérésie des stercoranistes. La question qu’ils soulevèrent est délicate : que devient le corps du Christ dans la Communion, quand l’hostie (hostia = la victime) a été ingérée par le fidèle ? Subit-elle, comme tous les aliments, le destin digestif de finir dans une cuvette de chiotte, mélangée à l’étron profane expulsé par les parties les plus basses du croyant ? La conscience du croyant s'insurge, se cabre et se révulse devant une perspective aussi infâme.

 

 

L’abbé Guyot saisit bravement la question à bras-le-corps et le taureau par les cornes. Il n’esquive pas, il attend l’adversaire en faisant front crânement. Certains égarés, dit-il, ont prétendu que « le corps de J.-C. dans la sainte Eucharistie, reçu à la communion, était sujet à la digestion et à ses suites, comme tous les autres aliments ». C’est là que le croyant sincère frissonne, qu'il n'ose se représenter les "suites" dont il est question, et que l’homme pieux se signe aux quatre points cardinaux.

 

 

Heureusement et le plus tranquillement du monde, l’abbé GUYOT, à qui il ne faut pas la faire, ajoute : « les Pères savaient bien qu’à la première altération éprouvée par les espèces eucharistiques dans l’estomac, la présence substantielle de J.-C. cesse ; que, par conséquent, son corps est à l’abri de toute décomposition, puisqu’il s’évanouit ».

 

 

Passons sur le « J.-C. », qui pourrait passer pour une familiarité déplacée. Restons-en au fait qu'on ne saurait plus fortement planter la dignité de la vérité dans le cadavre de l’erreur. Nous resterons donc sur cette image définitive, puissante et sans réplique d'un Jésus Christ qui s'évanouit. Dans l'estomac du croyant. C'est comme je vous le dis.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Fin.

vendredi, 17 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (4)

Pensée du jour : « Frappé d'une balle qui, pénétrant dans la poitrine, traversait le poumon et sortait par le dos, cet officier a survécu à cette mortelle blessure ». Général Trochu 

 

 

On apprend qu’un certain VIGILANCE fut condamné parce qu’il condamnait le culte des saints, la vénération de leurs reliques et le célibat. Cet homme devait se tenir honorablement quand il était à table ou au lit. On apprend qu’il ne faut surtout pas confondre les « vaudois » et les « valésiens » : alors que les premiers, très banalement, exécutent à l’instant même où ils le prononcent leur vœu de pauvreté, les seconds n’admettent dans leurs rangs que des eunuques, sauf quelques hommes « entiers », à qui ils interdisaient l’usage de la viande jusqu’à ce qu’ils se fussent mutilés.

 

 

Je ne vais pas insister sur les appellations fleuries dont Notre Sainte Mère l’Eglise Apostolique et Romaine a affublé les innombrables croyants de la VRAIE FOI (ils se déclaraient tous catholiques) qui avaient le malheur, soit d’ajouter, soit de retrancher, soit encore de modifier si peu que ce fût le moindre cil, la virgule la plus modeste ou l’accent le moins grave au plus mince article de la dite foi.

 

 

Car ce sont, sachons-le, les théologiens officiels de l’Eglise qui ont baptisé chaque hérésie du nom qu'elle porte. Et leur imagination lexicale fut sans bornes, comme essaie de le montrer la présente série de notes, qui pourtant ne donnent de l’ensemble que la minuscule partie émergée de l’iceberg théologique et doctrinal. Ils ont fait montre, au cours de siècles, d'une véritable constance dans l'invention poétique.

 

 

Je me demande s’il n’y a pas un germe du petit père STALINE (JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI) dans le centralisme catholique. Ou alors du jacobinisme. A force de larguer à grands coups de conciles et de tatanes dans le derrière, hors de la communauté des croyants, les Coptes (ou Cophtes), les Syriaques, les Orthodoxes, et autres variantes locales de ce que les autorités appelaient la VRAIE FOI, le catholicisme romain ressemble à un arbre qui se serait élagué lui-même.

 

 

Jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un moignon de tronc, avec certes quelques racines, mais dépourvu de tout branchage et de tout feuillage. Jusqu’à devenir un arbre sec. Un arbre mort. Certes, cette vigilance dogmatique et doctrinale a donné à l’appareil clérical une puissance nonpareille à une certaine époque (entre autres, en faisant affluer les picaillons dans les coffres de la maison-mère). Mais elle a fini par assécher la source même de son esprit.

 

 

Reste qu’il est amusant de penser que des foultitudes de petites gens se sont ingéniées à faire chier la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (naguère présidée par Monsieur RATZINGER, alias BENOÎT XVI), à justifier la rémunération d’un innombrable et compact agrégat de fonctionnaires aussi pontificaux que sourcilleux, et à donner du boulot pendant des siècles aux dizaines de milliers de membres d’une corporation qu’on pourrait appeler des « contrôleurs de conformité » (autrement dit des flics de la pensée et de la conscience), ne serait-ce qu'en stimulant leur créativité poétique.

 

 

Car il y a indéniablement une force poétique dans les noms de baptême accordés par Rome à tout ce qui faisait mine de s'écarter de la ligne. Que pensez-vous de caucaubardite, nom qui fut donné à une branche des eutychiens ? Des manifestaires, ainsi nommés parce qu'ils croyaient criminel de dissimuler leur doctrine quand ils étaient interrogés ? Des tropites, pour qui le Verbe divin, du fait de son incarnation, cesse d'être une personne divine ? Des rebaptisants, qui renouvelaient le baptême de gens déjà baptisés, mais par des gens qu'ils considéraient comme hérétiques ?

 

 

N'y a-t-il pas une authentique imagination poétique pour nommer psatyriens les égarés qui pensaient que Jésus Christ n'était pas Dieu, mais une créature ? Parherméneutes, ceux qui interprétaient à leur guise les Ecritures en faisant foin « des explications de l'Eglise et des docteurs orthodoxes » ? Aquatiques, ceux qui « regardaient l'eau comme un principe coéternel à Dieu » ? Et les pneumatiques ? Et les condormants ? Et les familistes ? Et les jovinianistes ? Et les ethnophrones ? Tout ça déborde d'une inventivité poétique proprement héliconienne, ne trouvez-vous pas ?

 

 

Passons sur les naturalistes, qui expliquent les miracles par des causes naturelles ; sur les mutilés de Russie, qui pratiquaient l'automutilation, et dont les lubies menaçaient les marins de la flotte impériale ; sur les métangismonites, qui soutenaient que « le Verbe est dans son Père comme un vaisseau dans un autre ». On reste confondu devant des extravagances, je devrais dire des vésanies aussi manifestes.

 

 

Le tort des hérétiques, donc ? Leur imagination. Car il en fallait, pour imaginer que la Sainte Trinité est formée de trois substances égales (trithéistes) ou que les sacrements sont inutiles, au motif que « des effets incorporels ne peuvent être communiqués par une cause matérielle et sensible » (ascodroupites). Les inquisiteurs ne furent que le paroxysme fanatisé de cette POLICE CATHOLIQUE chargée de faire le ménage dans le troupeau.

 

 

La réflexion que m’inspire la notion d’hérésie définie par les autorités catholiques, c’est qu’elle suppose un sentiment très aiguisé de la hiérarchie, quasi-militaire, parmi les croyants. Grosso modo, l’Eglise ne peut faire aucune confiance dans les fidèles de base (le vulgum pecus) pour ce qui est de la vérité de la foi : dès qu’on leur laisse la bride sur le cou, les croyants partent dans tous les sens et, surtout, ils se permettent d’improviser des articles de foi qui n’ont pas reçu le visa des autorités romaines. Il ne faut pas rigoler : il y a la brebis de base, qui n'a qu'à suivre, puis les brebis en chef, puis les chef-brebis, etc. ... jusqu'au pape.

 

 

Car si on laissait faire, ce serait l’anarchie. Il est donc nécessaire, pour guider tout le troupeau mondial dans la même direction, de fixer d’en haut le contenu de la foi. C’est d’ailleurs la question du « libre examen » qui (entre autres) va creuser le fossé le plus profond entre catholiques et protestants, en accordant à tout croyant le droit de décider lui-même de sa relation à Dieu.

 

 

Quand chacun peut décider pour son propre compte du contenu et des modalités de sa foi, on assiste à l’atomisation de la grande Eglise en petites chapelles éparpillées et autonomes. Exactement ce qui s’est passé avec la prolifération des sectes protestantes. C'est un certain JOSEPH SMITH qui a fondé la secte des mormons. Un certain CHARLES TAZE RUSSELL la secte des témoins de Jéhovah (vous savez, ceux qui vont toujours par deux, mais qui n'entrent jamais, tout comme les testicules). Un certain LAFAYETTE RONALD HUBBARD la scientologie, la secte mercantile qui voudrait passer pour une Eglise, et qui tente de se faire admettre comme religion. 

 

 

En fait, je vais vous dire, c'est la multiplication des Papes qu’a reçu pour mission de prévenir et d’empêcher la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Et la besogne n’a pas manqué. La multiplication des pains suffit aux catholiques.

 

 

Les aphthartodocètes furent-ils d’authentiques eutychiens ? L’hérésie colarbasienne eut-elle tort de considérer l’alphabet grec comme la perfection et la plénitude de la Vérité (à cause de : « Je suis l’α et l’ω » (l’alpha et l’oméga)) ? Les saccophores n’étaient-ils qu’une bande d’hypocrites ? En tout cas, personnellement, j’assure qu’aucun conflit de m’oppose aux corrupticoles, aux hétérousiens, aux gomaristes, et autres métangismonites, pas plus qu’aux hypsistariens, aux infralapsaires et autres mammillaires, chez qui le jeune homme qui voulait épouser une jeune fille n’avait pourtant qu’à lui « mettre la main sur le sein », une véritable incitation à peloter les jolies femmes dans la rue.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Suitetfin demain.


 

jeudi, 16 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (3)

Pensée du jour : « L'estomac d'un Espagnol ne dure pas à notre forme de manger, ni le nôtre à boire à celle des Suisses ». Michel de Montaigne, Essais, III, 13 

 

GUYOT 2 HERESIES.JPG 

 

 

Résumé : les autorités catholiques de Rome ont passé beaucoup de temps et d'énergie à lutter contre les formes incorrectes de la foi, pour empêcher les populations de croire en Dieu d'une manière hétérodoxe, voire incontrôlable. C'est ce que déclare en 1847 l'abbé GUYOT, auteur d'un Dictionnaire des hérésies.

 

 

Il va même jusqu’à énumérer les sectes qui selon lui ont d'ores et déjà démembré la doctrine luthérienne : synergistes (pour qui « l’impulsion de la grâce est accompagnée de la coopération de la volonté humaine »), substantiaires (pour qui  « le péché originel est devenu la substance même de l’homme »), osiandrites, indifférents (emmenés par MELANCHTON), stancaristes, majoristes (qui « renouvelaient le semi-pélagianisme », ce sont des choses qui gagnent à être sues), antinomiens (qui « conclurent à la suppression de toute foi religieuse »), syncrétistes (dont les promoteurs furent persécutés, apprend-on non sans un certain effroi, par les protestants eux-mêmes), hubérianistes (selon qui « tous les hommes sont justes »), origénistes, millénaires, invisibles, ubiquistes (qui se sont opposés, il faut le savoir, aux sacramentaires), piétistes (vulgaires « dévots fanatiques »), anabaptistes, sociniens, ainsi qu’une « foule d’autres sectes, aussi peu constantes dans leur forme respective que l’astre des nuits ».

 

 

Comment voulez-vous, sous ce Niagara de sectes, que MARTIN LUTHER continue à respirer ? Certes, l’abbé GUYOT, charitablement, se livre à cette énumération avec une visible et onctueuse délectation sadique : visiblement, ce déluge qui semble emporter la grande hérésie vers les ténèbres n’est pas pour déplaire au saint abbé.

 

 

Il faut reconnaître, quand vous regardez le protestantisme, vous ne savez plus où donner de la tête. Cela grenouille (de bénitier) à qui mieux-mieux. C’est de l’enchevêtrement de vers de terre dans lequel une éléphante normale ne reconnaîtrait pas ses souriceaux, ni le pommier les cerises tombées à son pied.

 

VERS GROUILLANTS 1.jpg

Hélas, là où l’abbé GUYOT se met les deux gros orteils dans les deux yeux jusqu’à la pendule de grand-papa, c’est que MARTIN LUTHER, non content de ne pas être mort des dissidences qui ont fractionné sa nouvelle religion, en est sorti plus remuant et ressuscité que jamais. Les sectes protestantes sont, non pas des meurtres du père, mais autant de gouttes de sa semence.

 

 

Chacune des sectes énumérées ci-dessus pas loin porte le même ADN que MARTIN LUTHER. Pauvre abbé GUYOT, quand même. Il ne s’est même pas rendu compte que, loin de faire disparaître le protestantisme, la pullulation des sectes scissipares du luthéranisme en avait étendu la contagion partout sur la planète, à commencer par les tout nouveaux Etats-Unis.

 

 

Il reste qu’on trouve dans le livre du bon abbé des noms de sectes d’un ardent effet poétique. J’aime assez celles qu’il rassemble sous l’appellation de « Bulgares ». Ce ne sont que « patarins », « turlupins » « cathares », « bogomiles », « joviniens », « albigeois ». Et que pensez-vous des « pétrobrusiens » ? Ne sont-ils pas délicieux ? GUYOT fulmine contre toutes sortes de « manichéens », de « henriciens », de « novateurs », condamnés en 1176 « au concile de Lombez, dont les actes se lisent au long dans Roger de Hoveden ». Je signale par ailleurs aux amateurs d'anecdotes lexicales que, à partir du mot « bulgare », le français a formé « bougre » pour désigner tout homme qui se livrait à la sodomie.

 

 

Que reproche aux « bulgares » Notre Sainte Mère l’Eglise Catholique, Apostolique et Romaine ? De proclamer la vérité d’erreurs aussi manifestes que les suivantes : « Que les maris qui vivaient conjugalement avec leurs femmes ne pouvaient être sauvés ; que les prêtres qui menaient une mauvaise vie ne consacraient point ; qu’on ne devait obéir ni aux évêques, ni aux ecclésiastiques qui ne vivaient point selon les canons ; qu’il n’était point permis de jurer en aucun cas, et quelques autres articles qui n’étaient pas moins erronés ».

 

 

On croit rêver, n’est-ce pas ? Ainsi – si j’ai bien compris –, le mari ne doit pas remplir de « devoir conjugal », et le clergé doit marcher au son du canon. Et je ne parle pas des « frérots » ou « fraticelles », ni des « dulcinistes », et encore moins des « apostoliques » (franchement, on ne sait plus à qui se fier) : « Pour lors, ils avaient secoué toute honte : ils disaient qu’on n’est parvenu à l’état de liberté et de perfection que quand on peut voir sans émotion le corps nu d’une personne de sexe différent ». Le Ciel me préserve de secouer un jour toute honte !

 

 

Si l’on m’y pousse, je révélerai toutes les turpitudes commises par les « abécédaires » ou les « omphalophysiques » (nom par lequel on a probablement voulu désigner les « hésichastes », mais cela va sans même le dire). A la lettre « O » du dictionnaire, on trouve par ailleurs dénoncés les « ophites », les « opinionistes », les « orbibariens » et – accrochez-vous aux poignées et aux barres – les « optimistes ». Je vous jure que c’est vrai : c’est page 257. Je ne suis donc pas le seul à dénoncer les optimistes. Cela me fait chaud au coeur, et je me sens moins seul.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.


 

mercredi, 15 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (2)

Pensée du jour : « Ceux qui ont les lèvres déliées, dures et enflées près des dents canines, comme les porcs, méprisent l'honneur et ont l'âme basse ». Giambattista Della Porta, 1586 

 

 

La secte protestante fonctionne en religion comme le groupuscule trotskiste en politique : tant que vous n’êtes pas arrivé à un parti dont les cotisants se réduisent à un seul membre (ajoutons ses femmes et ses  enfants), il vous reste des possibilités de scission. N’hésitez pas à en profiter : tant qu’il reste du fractionnement en vue, tous les espoirs vous sont permis.

 

 

Dans un parti politique, comme dans une religion, on n’est jamais trop peu nombreux. Prière et merci de méditer cette phrase. Et de retrouver la chanson de GEORGES BRASSENS qui traite du problème de façon lapidaire, complète et philosophiquement irréprochable.

 

 

Ensuite, ce qui fait la force d’une secte protestante (en particulier américaine, mais pas seulement), c’est l’argent. On ne se doute pas de l’intensité du caractère décomplexé du protestant face à l’argent. Plus le protestant possède d’argent, plus ça le rapproche de Dieu. Ma parole, je te jure que c'est vrai !

 

 

Cette conviction l’amène à développer des stratégies auprès des riches, à creuser parallèlement au fleuve de la fortune bancaire de ces « élus » (au sens mystique, comme au sens politique), de minuscules canaux de dérivation, des ruisseaux de contournement, comme des drains posés dans une plaie qui suppure et qui pue, faits pour recueillir le moindre excès d’odeur malsaine qui pourrait émaner de la dite fortune. La secte protestante, à l’égard de l’argent, a le nez bouché.

 

 

C’est pourquoi, mes bien chers frères, il est vital de revenir avec ferveur, dévotion et zèle, dans le sein de Notre Sainte Mère l’Eglise Apostolique et Romaine, et de se garder comme de la peste de toute dérive en direction de ces courants hérétiques que l’on a vu fleurir depuis les origines. Et c’est donc à une visite édifiante et parénétique que j’invite pieusement mon lecteur.

 

 

Passons rapidement sur quelques épigones futiles, qui n’ont laissé que leur pauvre nom couler au fond des abîmes avec la pauvre barque que leur pauvre illusion a cru pouvoir mettre à flot au nez de leur créateur. JEAN DE PARIS fut dominicain, au 14ème siècle. Qu’est-ce qui lui a pris, soudain, en se levant, ce 22 juillet 1389, à 4 heures 32, d’affirmer que « J.-C. prend la substance du pain de telle manière que le Verbe de Dieu est uni au pain » ?

 

 

Tentative hérétique, évidemment vouée à l’échec, comme ne tarda pas à le lui faire savoir l’évêque de Paris. On sent, encore aujourd’hui, sur quel fond de vérité catholique fut fondée la décision de l’évêque de condamner cette théorie qui remettait en question le dogme de la transsubstantiation. Je note que l’abbé GUYOT écrit « transsubstantation », ce qui pourrait à bon droit passer pour une hérésie, quoique dans un ordre différent. Mais c'est peut-être juste une coquille.

 

 

Pour l’abbé GUYOT, en tout cas, une question essentielle est réglée : l’hérésie protestante n’existe plus, au moment où il écrit, que sous une forme larvaire, et son avenir est salement compromis. Le protestantisme n’en a certainement plus pour longtemps.

 

 

A propos de JEAN CALVIN, il conclut son article par ces mots définitifs : « Cette hérésie ne vit plus que dans le peuple, grâce aux discours des pasteurs, qui roulent uniquement sur la morale et jamais sur le dogme ». Le calvinisme n’en a visiblement plus pour longtemps. Par ailleurs, j'en déduis que le dogme est le sang qui coule, quon se le dise, dans les veines de l'Eglise Catholique.

 

 

Quant à l’hérésie de MARTIN LUTHER, les carottes sont quasiment cuites : « S’il n’est pas mort, depuis sa transformation en rationalisme pur, [le luthéranisme] n’existe plus que dans de faibles portions des masses, parmi quelques vieux croyants d’une orthodoxie ingénue et enfantine, qui lisent encore la Bible, récitent des prières, chantent des cantiques, écoutent dans un temple les prédications de leurs ministres, salariés pour annoncer à leurs dupes une doctrine qu’ils ont reniée dans leur cœur ». C’est donc clair : notre Sainte Mère l’Eglise Catholique, Apostolique et Romaine a triomphé de la principale hérésie à laquelle elle ait eu à faire face depuis les origines : le protestantisme.

 

 

Quelle perspicacité était celle de l’abbé GUYOT ! Il n’y a qu’à voir ce qu’il en reste dans le monde actuel, du protestantisme. Alors c’est vrai, le bon abbé analyse l’agonie de la doctrine luthérienne à travers le prisme de la floraison invraisemblable des SECTES auxquelles il a donné naissance. Il oublie simplement que toutes ces sectes se revendiquent PROTESTANTES. Voire LUTHERIENNES. Et que si LUTHER a gagné, c'est exactement à cause de ça.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.


 

mardi, 14 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (1)

Pensée du jour : « Le peuple ressemble à des boeufs, à qui il faut un aiguillon, un joug et du foin ». VOLTAIRE, 17 avril 1765

 

 

Monsieur M.-T. GUYOT écrivait ceci, en 1847 : « La pensée est l’électricité de l’âme : plus que l’électricité matérielle, elle foudroie, brûle, renverse, anéantit, et les ruines qu’elle amoncelle dans la région de l’intelligence sont souvent irréparables.

Qui préviendra ses égarements, arrêtera ses ravages ? Qui la dégagera des nuages de l’erreur et l’obligera de n’imprimer dans l’esprit de l’homme que les caractères de la vérité ? Est-il sur la terre une puissance qui ait reçu mission de diriger la pensée avec une rectitude infaillible ? ».

 

 

On voit ici la hauteur de l’auteur, l’altitude de l’attitude et le mérite de la guérite. Accessoirement la force de ses ambitions et la conviction de ses espoirs. On attend fiévreusement la réponse à ses questions. On est suspendu, non à ses lèvres, mais à sa plume. Y a-t-il une puissance en laquelle on puisse se fier totalement ?

 

 

Et la réponse tombe, carrée, imputrescible et pleine d’une certitude rassurante : « Oui, l’Eglise catholique, l’unique dépositaire de la vérité religieuse ». L’Eglise catholique ? Bon sang, mais c’est bien sûr ! J’avais, étourdi comme je suis, omis de préciser que, en 1847, Monsieur M.-T. GUYOT était abbé. Son livre, qui vise à redresser et corriger toutes les erreurs qui peuvent se glisser dans les articles de la vraie foi, est publié par la Société de Saint-Victor pour la propagation des bons livres. Son titre ? En toute simplicité Dictionnaire universel des hérésies, des erreurs et des schismes.

 

 

Inutile de dire qu’on sort de sa lecture heureux et fier d’être chrétien (zim, boum, boum, si toutefois on est chrétien), et encore mieux, dans la seule obédience qui puisse se targuer de détenir LA vérité, la seule : la catholique, apostolique et romaine (zim, boum, boum, si toutefois on est catholique, apostolique et romain).

 

 

Certes, « catholique » signifie « universel », mais il n’y a malheureusement pas que les catholiques à déclarer leur religion universelle (« Il n’y a de Dieu que Dieu », vocifèrent les musulmans, plus acharnés que tous les autres réunis, parce qu’ils ont une revanche à prendre sur leur propre histoire, paraît-il).

 

 

Les autres « grandes » religions, en particulier l’Islam, ont la même fâcheuse tendance à se prétendre aussi universelles que les autres. Entre les grandes religions, disons qu'il y a au moins conflit d'universalité. Comme il y a trois religions dites du Livre, qui sont trois religions REVELEES, il faudrait, pour faire la paix, trois univers. Comme ça, pas de dispute. Le problème, c'est qu'on n'en connaît qu'un seul, d'univers. Dans la surface des religions universelles, il y a donc surpopulation, il y a donc concurrence. On ne sait plus à quel universel se rattacher. A se demander si l’universel existe, puisqu'un seul ne suffit pas.

 

 

S’écarter de cette voie catholique, apostolique et romaine, large, lumineuse mais rude à l’occasion (quelqu’un l’a bien promulgué, dans une de ces formules dont il avait le secret quand il était premier ministre : « La route est droite, mais la pente est forte », je sais, le bon sens pèse des tonnes), c’est risquer de se perdre, que dis-je, de se fourvoyer dans les brouillards et les ténèbres de la confusion. C'est ce que n'ont pas manqué de dénoncer les docteurs de l'Eglise. Et ils s'y sont pris très tôt.

 

 

Qu'est-ce qu'une HERESIE, me demanderez-vous ? C'est très simple : « Une erreur volontaire et opiniâtre, opposée à un dogme révélé et enseigné comme tel par l'Eglise catholique ». Je trouve que ça ne tourne pas autour du pot.

 

 

L’embêtant, avec la vérité, avec le dogme, si vous voulez (ça renvoie à la même chose, dans la pratique), réside dans le complément de nom et l’adjectif qualificatif. « Eglise catholique », c’est simple et franc du collier : ça veut dire, très simplement, « assemblée universelle ». Mais quand on passe à « Eglise catholique, apostolique et romaine », on sent qu’on n’en est pas venu là sans quelques bisbilles et diverses échauffourées. Par exemple, le grand schisme de 1054. L’adjectif qualificatif et le complément de nom introduisent forcément des subdivisions. Et par principe, la subdivision présuppose la division, le conflit, voire la guerre de religions.

 

 

Si vous gravez « VÉRITÉ » au fronton du temple que vous venez de construire, tout va bien aussi longtemps que TOUT LE MONDE y vient. Mais dès qu’un sale type (on dit aussi un « concurrent ») s’avise d’en construire un autre à côté du vôtre et qu’il attire une partie de votre clientèle, votre affaire périclite. Forcément. Et ça relativise salement la VÉRITÉ que vous aviez gravée.

 

 

Certains diront que deux vérités valent mieux qu'une. Je rétorque que rien n'est moins sûr. La concurrence est finalement une forme larvée de la guerre. Certains diront qu'une seule VÉRITÉ, c'est le totalitarisme. Je suis obligé d'admettre que c'est possible, et peut-être probable. Mais la concurrence garantit-elle la liberté ?

 

 

C’est pareil pour les marques de supermarché et de téléphones portables. Quand vous êtes face à l'inflation des marques, vers laquelle va se porter votre CROYANCE ? Du coup, en tant que MARQUE d'une FOI, pour vous différencier des concurrents, vous êtes contraint d’ajouter au nom et au logo de la marque des qualificatifs et des compléments du nom. C’est certes plus précis, si l’on veut, mais en même temps, vous entrez dans une sorte de mêlée, dont vous ne savez pas dans quel état vous allez sortir. Après, vous êtes obligé de vous fier aux statistiques.

 

 

Tenez, le protestantisme, pris globalement. Supposons que vous partez d’ « Eglise ». Jusque-là, tout va bien. On ne risque rien, ça veut dire « assemblée ». Ajoutez quelque chose, mettons « de Jésus-Christ ». Jusque-là, rien de suspect, n’est-ce pas ? Mais dès que vous tombez sur « Eglise de Jésus-Christ des saints », le flou s’installe, personne ne me contredira.

croyance,église,religion,foi,catholicisme,protestantisme,pape,congrégation,hérésie,catholique,protestant,hérétique,universel,schisme,vérité,jésus christ,église de jésus-christ des saints des derniers jours

EN TOUT CAS, TELLEMENT PROPRES SUR EUX QUE ÇA FAIT PEUR

 

Alors, si par hasard on aboutit à la formule complète : « Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours » (c'est comme ça que s'intitulent eux-mêmes les mormons), inutile d’insister, vous avez tellement de compléments du nom et d’adjectifs que vous comprenez aussitôt que vous êtes dans le bi du bout de la chaîne de production. Toutes les sectes plus importantes se trouvent (au moins théoriquement) en amont.

croyance,église,religion,foi,catholicisme,protestantisme,pape,congrégation,hérésie,catholique,protestant,hérétique,universel,schisme,vérité,jésus christ,église de jésus-christ des saints des derniers jours

FIEF DES MORMONS A SALT LAKE CITY

Pour un peu, les mormons se prendraient pour la Belle-au-Bois-Dormant. Cela ne me donne pas trop envie d'aller la réveiller, la princesse.

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.


 

lundi, 09 avril 2012

ALORS, L'ISLAM : TOTALITAIRE ?

L’Islam est-il totalitaire par nature ? Evidemment non, mais il faudrait y regarder de plus près. Y a-t-il des musulmans qui ont des visées totalitaires ? La réponse est : oui.

 

 

Rien qu’à la façon dont se sont instaurées les trois religions du « Livre », tiens, on peut s’en apercevoir. Je ne vais pas remonter aux origines de la religion juive. Ici, le peuple se confond avec la religion qu’il pratique. Et si je ne me trompe pas, il n’y a jamais eu de prosélytisme juif. Aucun juif, sauf erreur de ma part, n’a jamais essayé de faire que d’autres se convertissent au judaïsme.

 

 

Il me semble même plutôt que les juifs (à la fois en tant que peuple et que croyants) ont toujours cherché à préserver l’homogénéité (la « pureté », si l’on veut, du « peuple élu ») de leur communauté et de leurs dogmes. La philosophe HANNAH ARENDT insiste assez sur cette caractéristique des juifs (vivre entre soi) dans sa préface au monumental Les Origines du totalitarisme.

 

 

Il est de notoriété publique que le mariage entre des hommes ou des femmes juifs et des « goyim », c’est compliqué (je pense à la modeste comédie La Vérité si je mens). La ligne directrice des juifs, c’est plutôt la logique du « vase clos » : restons entre nous, ne nous mélangeons pas. Une preuve en est donnée par la floraison d’établissements confessionnels (Ozar Hatorah, entre autres) réservés aux juifs.

 

 

En passant, je signale que le seul concept d' « école coranique » me fait frémir. Mais pas plus que celui d' « école catholique » : en France, pourtant, les écoles catholiques ensiegnent autre chose que la Bible, et sont obligées de respecter les programmes imposés par le ministère de l'Instruction Publique (je déteste l'expression "éducation nationale").

 

 

La façon dont le christianisme est arrivé et a fini par s’imposer dans l’antiquité est toute différente : Jésus, c’est l’homme de la paix et de l’amour, jusqu’au sacrifice de soi. Bon, qu’il soit « fils de Dieu », pourquoi pas ? L’essentiel est que le message du christ est essentiellement pacifique.

 

 

A cet égard, certains analystes vont jusqu’à le considérer comme le seul vrai chrétien dans l’histoire. Car le véritable fondateur du christianisme, c’est un soldat qu’on appellera plus tard Saint Paul. Qui prendra au pied de la lettre l’expression : « Allez enseigner toutes les nations ». Ce premier prosélytisme massif se déroule de façon pacifique pendant plusieurs siècles. C’est la période des persécutions et des martyrs.

 

 

Le christianisme change de nature en devenant avec Constantin un rouage de l’Etat, un instrument du pouvoir, en quelque sorte. Dès lors, il a eu vocation à s’étendre par le prosélytisme et la conversion. Le christianisme, pacifique au départ, est devenu guerrier, quand le temporel et le spirituel se sont fondus pour exercer le pouvoir. Inutile de revenir sur les conversions forcées, massives qui ont accompagné les conquêtes coloniales, par le « bois » et le « fer » (la croix et l’épée). La terreur, quoi.

 

 

Pour l’Islam, c’est différent, dès le départ. Les Kuraïchis (tribu bédouine à laquelle appartenait Mahomet) persécutèrent celui qui prétendait parler au nom d’Allah, et le chassèrent de La Mecque en 622 (début de l’hégire, qui est aussi celui du calendrier musulman).

 

 

Mais le 10ème jour du mois de ramadan de l’an 8 de l’hégire (= 11 janvier 630), il se met à la tête d’une armée de 10.000 hommes et conquiert la ville, dont il fait le centre absolu de la nouvelle religion. L’Islam a donc démarré dans l’histoire par un acte de guerre, même si la légende prétend que la bataille s’acheva sans qu’une goutte de sang eût été versée. Il y a du guerrier potentiel dans tout musulman. Il ne faut jamais l’oublier.

 

 

Aujourd’hui, les musulmans qui interprètent au pied de la lettre l’appel au « djihad » formulé dans le Coran sont nombreux. Cela donne les massacres de chrétiens dans le nord du Nigéria. Cela donne les violences contre les coptes dans l’Egypte « révolutionnaire ».

 

 

Cela donne diverses persécutions dans les pays du Proche et du Moyen Orient, en particulier en Irak, où les chrétiens préfèrent s’exiler. J’aurais tendance à en conclure que les musulmans, en général, n’aiment pas les chrétiens. Et je ne parle pas de l’antisémitisme, largement partagé parmi les musulmans.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.

samedi, 07 avril 2012

ISLAM ET TOTALITARISME

Résumé : le père CHARLES PALIARD parle d'islamisation rampante, et on est en 1987.

 

 

2 ) – Le deuxième signe est tout récent. C’est de mon ami R. que je le tiens. Partant pour se rendre sur son lieu de travail, il monte dans le bus, et s’assied à une place libre. Son attention est d’abord attirée par l’odeur épouvantable qui émane de l’homme qui lui fait face. Il n'a pas dû prendre de douche ni changer de vêtements depuis trois semaines. Mais l’olfactif laisse bientôt place à l’auditif, car l’homme marmonne entre ses dents, sans s’arrêter.

 

 

L’homme a une barbe très dense, très fournie. Il est vêtu d’une longue robe. Autant dire qu’il est en uniforme. Et ce qu’il dit a de quoi inquiéter le plus équanime des philosophes : « Si j’avais un flingue, je t’éclaterais la tête ». Le discours ne s’adresse pas précisément à R., l’homme parle, en quelque sorte « à la cantonade », et les passagers ne sont pas tranquilles, c’est le moins qu’on puisse dire.

 

 

Il évoque des « voyages ». Dans l’ensemble, selon mon ami, les propos sont extrêmement décousus, passant sans prévenir d’un sujet à l’autre, mais en même temps extrêmement cohérents, se tenant fermement à une ligne directrice.

 

 

Ces deux qualificatifs accolés m’ont fait penser à un ouvrage très célèbre, mais très peu lu, qui possède ces mêmes caractéristiques de style : à la fois « décousu » et « cohérent » : un certain Mein Kampf, d’un certain ADOLF HITLER.

 

 

3 ) – Le troisième signe est donné régulièrement, dans les journaux qui parlent de la situation des pays ayant connu la « révolution », en Tunisie par exemple. Tiens, dernièrement, voilà quelques propos lus dans Le Monde. Je précise qu’ils sont tenus dans les milieux salafistes, mais pas par la tendance des « quiétistes », pas drôles du tout, mais qui ne feront de mal à personne, mais par la tendance « djihadiste » qui, elle, regroupe les gens qui sont entrés en guerre contre la civilisation européenne et occidentale.

 

 

Le cheikh tunisien s’appelle AL KHATIB IDRISSI. Il déclare : « Toute personne qui fait obstacle à la charia n’est pas musulmane ». Bon, disons que c’est, dans son cahier des charges, le minimum syndical. Mais il ajoute : « Il ne faut pas diviser la société musulmane ». Et là, il faut lire entre les lignes. Il s’efforce de faire croire qu’il existe une « oumma » (communauté des croyants), et que cette communauté est unie. C’est bien entendu une fumisterie, à voir le nombre de schismes que l’Islam a connus.

 

 

Quant au « il ne faut pas », il peut apparaître comme une menace proférée à l’encontre de ceux qui prendraient la responsabilité d’être des « diviseurs ». Le sous-entendu me paraît clair : rangez-vous derrière MA bannière. Comme les centristes français, qui appellent au « rassemblement », à condition que ce soit derrière leur personne.

 

 

Et puis, après les chefs, il faut toujours regarder les troufions qui forment les troupes. Madame LE PEN est en elle-même « inoffensive », entre autres qualificatifs qu’on peut lui appliquer. Il en va tout autrement des fronts bas qui constituent la base de ses troupes et qui grenouillent dans son entourage. En Tunisie, c’est la même chose. Ainsi, quand on interroge WAEL R. sur ce qu’il est prêt à faire, il répond : « Nous ne souhaitons pas en arriver là, mais nous sommes prêts à mourir et à tuer ». C’est tout simple, c’est très net. Cela veut dire : « Je suis prêt au sacrifice ». Sous-entendu "de moi", mais aussi "de tous ceux qui ne sont pas d'accord".

 

 

4 ) – Le quatrième signe, il est donné par des témoins obscurs, fondus dans la « société civile », qui racontent, ici, que des religieuses, en France, ont été obligées de partir de leur établissement, chassées par des pressions constantes et quotidiennes ; là, qu’on interdit à un enfant de serrer la main d’un autre au motif qu’il est chrétien. Pauvres exemples infinitésimaux. Mais il y en a combien des comme ça ?

 

 

Et je ne parle pas de la banalisation, dans le paysage de nos rues, des femmes qui circulent impunément voilées. Le problème de l’Islam (surtout l’Islam militant), c’est qu’il doit s’afficher. C’est peut-être ça qui le rend inassimilable, après tout ?

 

 

5) – Le dernier signe qui me semble confirmer la thèse de l’offensive islamiste sur le territoire français est donné par l’écrivain BOUALEM SANSAL, dont je commentais il y a peu Le Village de l’Allemand. L’auteur, qui est algérien, je le rappelle, voit les islamistes partis à la conquête du monde. Il assimile le discours islamiste au discours nazi.

 

 

Et quand, en réunion publique, il s’adresse à un public français, il prévient les gens : vous ne vous rendez pas compte, dit-il, de ce qui est en train de se passer dans vos banlieues. Les dirigeants français font semblant de ne pas voir ce qui arrive, et gardent la tête dans le sable.

 

 

Le minuscule coup de balai qui vient d’avoir lieu, dans la foulée de l’affaire MOHAMED MEHRA, ressemble à un message pré-électoral : il faut se dire qu’ils sont plus de trois, les imams qui prêchent la haine dans les mosquées.

 

 

La stratégie fait penser à celle de MAO TSE TOUNG, avant qu’il prenne le pouvoir en Chine, en 1949 : il avait étendu son emprise, progressivement, sur les campagnes. Résultat, au bout d’un certain temps, les villes sont « tombées comme des fruits mûrs ». Remplacez « campagnes » par « banlieues », et attendez. Oh, ce n’est pas pour demain. Mais songez que cette stratégie est à long terme. Disons même que c’est la stratégie de l’éternité.

 

 

Les cinq points énumérés ci-dessus présentent malheureusement, en même temps qu'une importance en soi dérisoire, un caractère précis : la convergence. Vous avez remarqué ? Ils vont tous dans le même sens. Les responsables français, je pense, sont correctement informés. Ils savent.

 

 

Mais ils pètent tellement de trouille à l’idée de mettre le feu aux banlieues qu’ils font tout leur possible pour laisser le couvercle sur la cocotte. Oui, « il ne faut pas faire des amalgames », « il ne faut pas stigmatiser ». Mais qu’est-ce qui les empêche d’appeler un chat un chat ? Et d’agir en conséquence ? 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.


 

vendredi, 06 avril 2012

MUSULMAN ET TOTALITAIRE ?

Avant de commencer, je veux dire qu’on n’a pas assez noté, à mon avis, que, parmi les quatre victimes militaires que MOHAMED MERAH a flinguées pour de bon, trois portent des noms arabes : ABEL CHENNOUF, MOHAMED LEGOUAD, IMAD IBN ZIATEN. Le quatrième – est-il encore vivant, au fait ? – porte un nom latin, LOÏC LIBER, et la peau noire de sa naissance guadeloupéenne. Il est donc pour le moins étonnant qu’on n’ait plus parlé que de crimes « antisémites ». Cela ressemble à une confiscation du deuil.

 

Je signale que l’armée française compte, aux dernières nouvelles, environ huit mille recrues « issues de l’immigration » et musulmanes, une « intégration » sans tambour ni trompettes, un recrutement bien plus discret, mais combien plus efficace que les légions d’Al Qaeda (vous connaissez le refrain de PIERRE PERRET, qui ne parlait pas des camps d’entraînement du Waziristan : « Les jolies colonies de vacances (…) tous les ans, je voudrais que ça recommence, youkaïdi aïdi al qaïda »).  

 

 

Pourquoi je voulais le faire remarquer particulièrement ? Tout simplement, parce que ce type qui a tué des enfants juifs, soi-disant  pour venger les enfants palestiniens tués par les Israéliens, il a commencé par tuer des types aussi musulmans que lui. Des Français, peut-être, qui servent dans l’armée française, peut-être, mais qui sont d’origine arabe, et de religion musulmane. Si quelqu’un peut m’expliquer ce sac de nœuds, il est le bienvenu.  

 

 

Maintenant, venons-en au sujet du jour. Y a-t-il une « offensive islamiste » en France ? La réponse est « oui ». Je me réfère à ce qui se passe en Tunisie, en Egypte, en Syrie, en Lybie, et maintenant au Mali, où l’offensive islamiste est patente, avérée, officielle. Il n’y a pas de raison pour que l’Europe, en particulier la France, où vivent beaucoup de musulmans, reste en dehors de ce mouvement de fond.  

 

 

Mais il n’y a pas que ça. Il y a aussi un certain nombre de signes.  

 

 

1 ) – Le premier me vient d’un prêtre catholique qui s’appelait CHARLES PALIARD. Moi qui suis athée, je dis tout de suite, à son sujet, que je n’ai jamais vu personne d’aussi peu doctrinaire, d’aussi peu dogmatique. D’aussi peu crispé sur une idéologie. Et pour tout dire, d’aussi ouvert. Certaines mauvaises langues diraient « d’aussi œcuménique ». 

 

 

Curé dans la paroisse de Saint Priest, il est mort en 1992. Ses propos datent donc de bien avant, mettons vingt-cinq ans, et s’ils étaient dépourvus de crainte ou de haine, ils étaient très nets : il parlait de l’islamisation rampante à l’œuvre dans cette ville de la banlieue lyonnaise, où la population d’origine arabe est nombreuse.  

 

 

Il ne semble pas que le processus à l’œuvre, qu’il constatait il y a vingt-cinq ans se soit interrompu. Bien au contraire, l’Islam, en France, a pris de la place, de plus en plus de place. Le mouvement s’est amplifié, a crû et embelli, est devenu tellement visible qu’il a fini par poser un vrai problème (voile, prières en public, etc…), au point d’envahir le devant de la scène. 

 

 

Quand on regarde ainsi le phénomène sur la longue durée, il est raisonnable de s’interroger, et même de s’inquiéter. Et de se dire, rationnellement et posément, que la France, non seulement n’est pas à l’abri d’une « offensive islamiste », mais qu’elle constitue pour celle-ci un terrain de jeu privilégié, sans doute à cause, d’une part, du nombre d’adeptes, d’autre part, de la place qu’y tient la laïcité, dont les musulmans – et même pas les plus radicaux – ne veulent à aucun prix.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.

jeudi, 05 avril 2012

BOUALEM SANSAL CONTRE L'ISLAMISME

Là commence l’errance du frère aîné, qui veut refaire tout le père-iple du père, parce qu’il veut comprendre. Comprendre qui c’était, comment il a fait pour devenir ce qu’il fut, rouage dans une machine à exterminer pour commencer, pour finir « cheikh » respecté dans un minuscule bled algérien, où il est finalement massacré.

 

 

Le livre n’est pas seulement raté parce qu’il est « à thèse », mais aussi à cause de la forme de « journal » que l’auteur a choisie : le frère aîné, doué et brillant, rédige le journal de sa quête à la recherche du père dans une langue très maîtrisée ; mais le cadet, qui a failli virer voyou, en tenant lui-même son journal, ne peut espérer fournir au lecteur des outils d’analyse un peu sophistiqués, sous peine que le récit perde totalement en crédibilité : son niveau d’instruction l’interdit. Il en reste à l’instinct, aux réflexes primaires.

 

 

Ce qui manque donc au livre, pour devenir satisfaisant, c’est un point de vue englobant, plus élevé, capable d’entrer dans la question avec un peu de subtilité et d’intelligence. C’est tout à fait regrettable, car du coup, le récit reste à l’état de rudiment.

 

 

L’aîné, qui découvre la Shoah, a mené un recherche jusqu’au bout, pour « comprendre », comme dit le commissaire du quartier, Com’Dad, une recherche qui l’a conduit au suicide par asphyxie aux gaz d’échappement dans son propre garage. Il doit, comme il dit, « payer sans faute », pour son salaud de père.

 

 

Il faut bien dire que l’exposé de la découverte du nazisme du père par le fils a quelque chose de terriblement scolaire. L’auteur nous inflige ce que tout le monde sait sur des pages et des pages, et ne craint pas de donner l’impression d’un cruel ressassement.

 

 

Là où le récit acquiert de la force, à peu près au centre du livre, c’est quand Rachel explique la logique des nazis « de l’intérieur », comme un processus industriel rationnellement mis en place et en œuvre. L’examen froidement méthodique des capacités respiratoires d’un bébé et d’un adulte pour calculer les quantités de gaz « zyklon b » et le temps qu’ils mettront à mourir dans la chambre à gaz a quelque chose d’hallucinant, et pour tout dire, de très « culotté ».

 

 

Mais la thèse de BOUALEM SANSAL est découpée à la hache : que ce soit en Algérie ou dans les banlieues françaises, les islamistes djihadistes préparent pour l’humanité un système comparable à celui que les nazis ont fait subir au peuple juif, aux tziganes et à toutes sortes de « dégénérés » et d’ « Untermenschen ».

 

 

L’équation « islamistes = nazis » est aussi carrée que ça. Ce que confirme BOUALEM SANSAL lui-même, interviewé sur Youtube ou Dailymotion. On en pense ce qu’on veut évidemment. Par exemple, en Tunisie, RACHED GHANNOUCHI, le chef du parti islamiste Ennahda, a annoncé qu’il renonçait à inscrire la charia dans la constitution. En Egypte, ce n’est pas gagné, loin de là.

 

 

En tout cas, ce qui est clair, ce qui est sûr, c’est que, dans de nombreux pays musulmans, et à un moindre degré dans certaines banlieues françaises, des individus fanatiques, des groupes de musulmans extrémistes s’efforcent de grignoter du terrain jour après jour sur le territoire de la République. Et je n’ai qu’à moitié confiance, pour ce qui concerne la France, dans un gouvernement quel qu’il soit pour faire face au problème.

 

 

S’il y a un problème, ni MITTERRAND, ni CHIRAC, ni JOSPIN, ni SARKOZY ne l’ont résolu. Et ça fait trente ans que ça dure. Ça a commencé quand l’Etat français a démissionné de ses responsabilités en abandonnant la gestion « sociétale » (religion, activités culturelles ou sportives, etc.) des populations musulmanes aux « associations ». C’est-à-dire aux musulmans eux-mêmes. Les gouvernants auraient voulu entretenir un bouillon de culture anti-français, ils ne s’y seraient pas pris autrement. Appelons ça de la lâcheté, et puis n’en parlons plus.

 

 

Et Monsieur NICOLAS SARKOZY a la mirobolante idée de fusionner les Renseignements Généraux et la DST pour faire la DCRI (donnée à son pote SQUARCINI) en même temps que des économies, deux services qui n’avaient ni la même finalité, ni le même mode de fonctionnement, ni la même « culture ».

 

 

Cela donne la catastrophe policière du groupe dit « de Tarnac », et cela donne la catastrophe policière et humaine de MOHAMED MEHRA, à Toulouse et Montauban. Encore bravo. Au fait, pourquoi le tireur d’élite a-t-il reçu l’ordre (on ne fait pas ça sans en avoir reçu l’ordre exprès) de viser la tête ? Est-ce que ça ne serait pas pour l’empêcher de parler ?

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

mercredi, 04 avril 2012

UN ALGERIEN JUGE LES ISLAMISTES

Je viens de lire Le Village de l’Allemand, de BOUALEM SANSAL. Pourquoi, me dira-t-on ? Eh bien l’occasion s’est présentée lors d’un précédent article au sujet de l’Islam. On trouve sur Internet un certain nombre de vidéos. J’ai visionné à tout hasard une interview de l’auteur, à propos de cet ouvrage, paru en 2008.  

 

 

Le journaliste lui demandait s’il n’exagérait pas en faisant dans son livre un parallèle strict entre les islamistes algérien des GIA et les nazis des camps de la mort. L’auteur répond par la négative : il voit dans le projet des musulmans les plus radicaux (les « djihadistes ») se profiler une vision totalitaire de la société.

 

 

<object width="480" height="360"><param name="movie" value="https://www.youtube.com/v/uqKLHNNpsGc?version=3&amp;h... name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="https://www.youtube.com/v/uqKLHNNpsGc?version=3&amp;h..." type="application/x-shockwave-flash" width="480" height="360" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true"></embed></object>

 

 

J’ai voulu en avoir le cœur net, en lisant le bouquin. Intuitivement, j’ai tendance à lui donner raison (voir le prêche plein de bonnes intentions totalement inopérantes (« nous devons nous maintenir vigilants ») d’ABDELWAHAB MEDDEB dans Libération du 2 avril, où il prononce lui-même le mot de « totalitaire », sans être forcé).

 

 

Ceci n’est pas exactement une note de lecture, et pour une raison simple : sur le plan romanesque, le livre est assez raté, alors que, par son sujet, il pose une question grave.

 

 

Comme bien souvent, quand un romancier se lance dans un livre « à thèse », le résultat est littérairement décevant, quand il n’est pas carrément nul. L’art fait toujours (ou presque) mauvais ménage avec la démonstration. Et aussi avec le militantisme. Car Le Village de l’Allemand (2008, disponible en Folio) est un roman « engagé ».

 

 

L’auteur s’insurge en effet, très fortement, contre l’infiltration de « guerriers » de l’Islam dans les banlieues françaises, depuis un certain (?) nombre d’années. On ne peut pas lui donner complètement tort. MARINE LE PEN a évidemment tort de souffler sur les braises des antagonismes, mais il y a de la vérité quand elle parle de « fascisme vert ».

 

 

Oui, il y a des « fascistes verts » en France. Que leur nombre (très faible) fasse « courir un risque à la République », c’est un fantasme d’une autre paire de manches, dont je me garderai de franchir le pas (comme dirait le Maire de Champignac). Mais on ne peut nier qu’il y a en France, aujourd’hui, des fanatiques.

 

 

Leur objectif est d’étendre leur emprise à visée totalitaire sur des parties de la population, disons pour aller vite, « d’origine maghrébine ». Ils se considèrent comme des soldats en guerre contre la civilisation européenne. J’en reparlerai prochainement.   

 

 

Alors le bouquin de BOUALEM SANSAL, maintenant. Rachel et Malrich sont deux frères, nés de mère algérienne et de père allemand. Aïcha Majdali, du village d’Aïn Deb, a épousé Hans Schiller. Rachel est la contraction de Rachid et d’Helmut ; Malrich, celle de Malek et Ulrich. La vraisemblance de tout ça est relative, mais enfin bon.

 

 

Le père pourrait s’appeler le père-iple, tant sa trajectoire est compliquée, avant de débarquer dans ce tout petit patelin. Il fut officier SS, en poste dans différents camps de la mort. A la Libération, il suit une filière compliquée d’exfiltration des anciens nazis, qui passe par la Turquie, l’Egypte, et qui l’amène en Algérie, où il rendra quelques « services », avant d’être remercié et de prendre une retraite bien méritée, sous le nom de Hassan Hans, dit Si Mourad. Bon, pourquoi pas, après tout ?

 

 

L’action du bouquin se passe pendant la sale guerre que se livrent le gouvernement algérien et les islamistes du GIA (60.000 à 150.000  morts selon les sources). C’est dans cet affrontement que le couple arabo-allemand est massacré, dans une tuerie collective nocturne. Rachel fait le voyage, et tombe sur les papiers laissés par son père.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

J’ai essayé de faire court, mais ça finit demain.

 

samedi, 24 mars 2012

L'ISLAM DE FRANCE : UN MYTHE ?

Résumé : l'espace public, en France, est envahi par des controverses autour de l'islam. Pour le citoyen ordinaire (et athée) que je suis, l'air est contaminé par des débats de nature insupportablement religieuse.

 

 

J’entends déjà les chiens de garde, souvent de gauche, hurler à l’islamophobie. Fausse route, selon moi, les amis ! Il n’y a pas d’islamophobie en France, qu’on se le dise. Et ce n’est pas les profanations de tombes musulmanes (mais surtout juives, soit dit en passant) qui me feront changer d’avis.

 

 

Ou alors, pour être équitable, et puisque le joli terme de phobie a tant de succès de nos jours, si certains disent qu’islamophobes nous sommes, il faut qu’ils reconnaissent la part de christianophobie, voire de francophobie (siffler la Marseillaise lors d’un match de football France-Algérie), et même de sémitophobie, qui anime ces islamophiles et un certain nombre de musulmans. C'est une vraie question : les musulmans de France sont-ils antisémites ou non ? Combien y a-t-il de francophobes ?

 

 

C’est une histoire de réciprocité. Au moment où les Européens sont mis en demeure de construire des mosquées, j’attends qu’on me dise combien d’églises catholiques, combien de temples protestants, combien de synagogues ont été construits en terre d’Islam depuis cinquante ans. Il me semble que dans les pays à majorité musulmane, tout ce qui est chrétien a tendance à être pourchassé (même racine latine que persécuté). Le nombre de chrétiens qui en ont été chassés me laisse augurer le pire. De quel côté est l’intolérance, nom de dieu ?

 

 

Si les européennes qui vont visiter l’Arabie saoudite sont obligées de se couvrir, qu’attendent les Européens pour exiger que les femmes arabes qui débarquent en Europe enlèvent leur voile, montrent leurs cheveux ou portent un chapeau ? Qu’attendent les Européens pour exiger l’application de la très simple règle de la RÉCIPROCITÉ ? Je ne vois aucune raison pour la refuser.

 

 

Les musulmans, dans cette circonstance, adoptent – et je trouve ça révélateur d’un « mode d’être » – la même stratégie que les homosexuels et les féministes : d’une part la revendication de droits, souvent agressive, et d’autre part les hurlements d’orfraie face à des « phobies » supposées, le plus souvent purement imaginaires, mais bien commodes quand on est devant les tribunaux, pour prendre la posture de la victime.

 

 

Car c’est un autre point commun, que PHILIPPE MURAY nommait très justement « l’envie du pénal », qui pousse tous ces gens à demander que justice leur soit publiquement et officiellement rendue par l’autorité judiciaire. Une justice où les dédommagements pécuniaires sont rarement refusés. 

 

 

J’aimerais cependant que tous ces gens qui crient qu’ils souffrent collectivement de l’injustice qui leur est faite, aient quelque chose de positif à proposer. C’est vrai ça, ils demandent, réclament, revendiquent, se répandent sur les ondes en considérations fielleuses, en proclamations atrabilaires, en protestations négatives. Vous n’avez pas remarqué l’uniformité de ce ton agressif et mécontent ? Ceux qui exigent du respect de la part d'autrui devraient s'attendre à ce qu'autrui exige, là aussi, la RÉCIPROCITÉ.

 

 

J’aimerais demander à tous ces individus (ne parlons pas du caractère le plus souvent collectif et « identitaire » (nous les …) des revendications) qui s’estiment lésés de quelque manière dans la façon dont les autres les considèrent dans la société, s’ils ont si envie que ça de vivre avec ces autres. Ils réclament beaucoup de ces autres, mais eux, qu’ont-ils à leur offrir ? Quel est leur projet de vie en commun avec eux ? Que souhaitent-ils leur apporter dans l’existence collective ? En quoi de concret consiste leur projet de vie en société, s’ils en ont un ?

 

 

J’aimerais à l’occasion entendre sortir de leur bouche des propos enfin POSITIFS. Il faut dire que c’est lassant, à la longue, d’entendre seriner, de « débat » d’idées en « débat » de société, les aigreurs d’estomac de ces soi-disant « mal-aimés ».

 

 

Dans la circonstance présente, où je retiens quand même que c’est un homme qui s'appelle MOHAMED qui a commis les crimes, il ne s’agit évidemment pas de « stigmatiser » tous les basanés musulmans de France. Les responsables de tout bord savent trop le risque qu’ils prendraient à allumer une mèche qui ferait exploser quatre millions de personnes, où quelques allumés du bulbe jouent le rôle d'étincelle à retardement.

 

 

Il est important de ne pas étendre à tous les musulmans de France l’horreur qu’inspirent les crimes de MOHAMED MEHRA. Comme disent avec componction, la mine grave, les « responsables » politique, « il ne faut pas faire d’amalgame ». Quelques dizaines, sans doute pas beaucoup plus, la veulent, la guerre. Mais éviter de mettre tous les musulmans de France dans le même sac, ça ne suffit pas. Il faut de l'explicite, du concret, du positif.

 

 

MUSULMANS, vous voulez vivre en paix avec tout le monde ? MONTREZ-LE. Plutôt que de sauter comme des cabris en « mettant en garde contre les amalgames », allez-y, dénoncez MOHAMED MEHRA, proclamez qu’il contrevient au Coran, qu’il n’est pas musulman, je ne sais pas, mais dites, affirmez clairement que celui-ci n’est pas des vôtres, que vous ne faites pas partie de cette engeance. Dénoncez les extrémistes, salafistes ou djihadistes qui appellent à la guerre de civilisation.

 

 

Vous adhérez au mode de vie à l’européenne ? MONTREZ-LE. Désolidarisez-vous publiquement, collectivement et en masse de tout de qui en est la négation. Tiens, et si vous organisiez, pour tous les musulmans de France, une grande manifestation nationale à Paris, de Bastille à République, ou de République à Nation, pour affirmer que l’Islam est une religion de paix. Et pendant qu’on y est, que les Arabes de France ne sont pas des sémitophobes. Tiens, chiche !

 

 

Dites-le, que vous aimez la France et les Français. Et pour faire bonne mesure, dites-le, que vous aimez les juifs. Tiens, chiche ! Sacré défi, non ?

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vendredi, 23 mars 2012

MOHAMED MEHRA, MUSULMAN DE FRANCE ?

Musulmans de France, avant toute autre considération, vomissez publiquement et officiellement MOHAMED MEHRA ! Dites une bonne fois qu'il n'est pas musulman. C’est une condition pour vivre en paix.

 

 

Introduction 

 

En France, les homosexuels de tous les nombreux sexes, les femmes de tous les innombrables « genres », y compris le genre féministe, les musulmans de toutes les multiples religions musulmanes réclament l’égalité de traitement avec les autres sexes, les autres genres, les autres religions.

 

 

Tous ces gens crient à l’égorgement, voire au crime historique, quand on fait mine de s’en prendre, par exemple et au hasard, aux cinq prières de l’Islam, quand elles ont lieu dans la rue ; ou bien quand une des deux lesbiennes d’un couple se voit refuser l’autorité parentale par un tribunal ; ou encore quand une agence de publicité lance (c’était il y a déjà un moment) une célèbre campagne de publicité pour la crème fraîche semi-épaisse Candia « Babette » :

 

 

« Babette, je la lie, je la fouette,

et parfois elle passe à la casserole ».

 

BABETTE BLEUE.jpg 

 

Dans les trois cas, la catastrophe, mes amis ! Si vous aviez vu les chiens (et les chiennes) de garde se déchaîner en concerts d’aboiements rageurs et haineux. Le paradoxe, qui n’est pas du tout amusant, c’est que tous ces gens avaient l’énorme culot de se présenter comme des « victimes » et de hurler à la « stigmatisation ».

 

 

Il est aussi arrivé que les critiques de mode ne soient pas tendres, mais alors pas tendres du tout, avec certaines manifestations publiques de la dernière mode vestimentaire coranique. Pourtant, nombreuses étaient les voix qui acclamaient les superbes modèles, inspirés par Allah, retouchés par son prophète, caractérisés par l’ampleur des lignes, la profondeur des plis, le moiré des tissus.

 

 

Et cette fente dans les étoffes, si habilement conçue pour donner tout son éclat à l’intensité du regard, soulignée par le trait charbonnant du khôl du meilleur goût, ah, quelle trouvaille ! Ah, cette fente dans les étoffes, qui fait trépider le cœur du fiancé le soir des noces : « Vais-je dénuder Vénus en personne ? Vais-je tomber sur un boudin moustachu ? ». On ne dira jamais assez combien il est nécessaire de préserver le mystère de l’amour jusqu’au dernier moment.

 

 

Bon, je cesse de tourner autour du pot tout en noyant le poisson, c’est de l’Islam que j’avais l’intention de parler. Pour dire mon ras-le-bol. Islam par-ci, musulman par là, mosquée par ailleurs : la nausée, je vous dis ! On nous fait bouffer de l’imam, de l’UOIF, du CNCM, du DALIL BOUBAKEUR, de l’islamisme fondamentaliste, du Frère Musulman et du salafiste jusqu’à nous en fourrer dans les trous de nez.

 

 

Plus possible d’écouter la radio ou de regarder la télévision sans se faire apostropher sur le « nécessaire dialogue des religions ». Plus possible de déambuler en ville sans tomber sur ces insultes ambulantes que constituent des femmes couvertes de tissu et des hommes habillés d’une grosse barbe et d’une longue robe. Je me dis : « Il est en train de se passer quelque chose ».

 

 

Je vais vous dire, moi, le « dialogue des religions », je m’en tape, pour la bonne raison que les religions, toutes les religions, déjà et d’une, je m’en tape. Et que j’estime avoir le droit de vivre et de marcher dans la rue sans me faire bassiner par des religieux, quelle que soit la mitre dont ils sont coiffés.

 

 

L’Europe n’a pas réussi, après de longs siècles de travail guerrier, à se laïciser, pour que des outrecuidants, le plus souvent venus d’ailleurs (c’est le simple constat d’une vérité de fait), viennent piétiner en rangs serrés le devant de la scène médiatique. Si les outrecuidants parviennent à y rester, sur le devant de la scène, c’est qu’il se passe quelque chose. Quoi ?

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A finir demain.

samedi, 17 mars 2012

INTEGRISTE, MAIS SEULEMENT EN PUBLIC

Tiens, je vais vous en narrer une bien bonne sur les musulmans. L’action se passe en Egypte. On sait que les Frères Musulmans et les « Salafistes » se sont partagé les sièges de députés.

 

frères musulmans,intégristes musulmans,islam,salafistes,égypte,catholicisme,monseigneur lefebvre,député égyptien,anwar al bilkimy,moubarak,religion

ÇA, C'EST AVANT L'HISTOIRE 

 

Pour être clair, disons que les salafistes sont à l’Islam ce que Monseigneur LEFEBVRE est au catholicisme : tous prêchent le retour à la pureté des origines de la religion. Il est vrai que, plus les siècles passent, plus ce que fut la pureté originelle se couvre de brumes, de brouillards, voire de purées de pois. La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X du catholique ne vaut-elle pas le retour des salafistes à Mohamed et aux cinq premiers imams ? Qui va être habilité pour authentifier la source ? On sera sans doute d'accord : tout ça est de la reconstruction a posteriori. Du fantasme.

 

 

L’individu qui se déclare salafiste (« salaf » veut dire « ancêtre », paraît-il) a donc l’interdiction stricte, formelle et absolue de modifier quoi que ce soit à ce que le créateur a voulu faire de lui. Il n’a pas le droit de modifier le plus petit atome qui le compose. D’où, sans doute, la pilosité, qui tend, en particulier sur les joues et le menton, vers l’infini. Le même genre de sottise que celle qui pousse les Témoins de Jéhovah à refuser les transfusions sanguines et la crémation, à cause de la Résurrection des Corps au Jour du Jugement.  

 

 

Voici l’histoire : ANWAR AL BILKIMY a donc été élu député. Un jour, le visage couvert de bandages et de pansements, il déclare à la télévision qu’il a été sauvagement agressé dans sa voiture par une bande armée qui lui a, au surplus, volé 100.000 livres (égyptiennes, comme la télévision). Résultat, un déluge de témoignages d’amitié et de solidarité.

 

frères musulmans,intégristes musulmans,islam,salafistes,égypte,catholicisme,monseigneur lefebvre,député égyptien,anwar al bilkimy,moubarak,religion

N'EST-CE PAS, QUE ÇA FAIT VRAI ?  

 

Seulement voilà, tout est faux. Le personnel de l’hôpital où a été soigné ANWAR AL BILKIMY a prévenu les autorités, qui ont ouvert une enquête judiciaire, qui a ému violemment le parti salafiste Al Nour, qui a demandé des explications au député, qui, sous les diverses pressions qui commençaient à s’exercer, est passé aux aveux.

 

 

Et vous savez quoi ? Ce député à cheval sur la loi coranique, ce député faisant la leçon à tout le monde, ce député, tout simplement, s’est fait refaire le nez. Dans une opération de chirurgie esthétique. Honnêtement, je ne suis pas sûr que le Coran dise explicitement si de telles opérations chirurgicales sont autorisées ou interdites. Mais ce qui est sûr, c’est que c’est si mal vu parmi les siens que c’est rigoureusement interdit.

 

frères musulmans,intégristes musulmans,islam,salafistes,égypte,catholicisme,monseigneur lefebvre,député égyptien,anwar al bilkimy,moubarak,religion 

 

Ce qui a le plus de mal à passer, dans la population, c’est que le monsieur a englouti dans l'opération l’équivalent de quatre ans de salaire d’un Egyptien moyen, d’autant plus que la pauvreté a littéralement explosé depuis la chute de MOUBARAK, et que la violence et la délinquance se sont répandues. Inutile de dire qu’il a été obligé de démissionner illico de son parti et de son mandat de député, c’est bien le moins.

 

 

Il a été, pour faire bonne mesure, obligé de présenter des excuses solennelles et publiques « aux médecins de l’hôpital, à son parti, à tous les membres du Parlement, aux médias, aux forces de sécurité et au peuple égyptien ». Il me semble qu’on a oublié les femmes et les ratons laveurs, mais bon. Il y a des femmes qui n'aimeront pas la phrase précédente, je m'excuse auprès d'elles.

 

 

Ce qui me fait le plus plaisir dans cette histoire, c’est que, si celle-ci a fait scandale, c'est que d’autres se sont sans doute déroulées en coulisses mais sans en sortir. La bulle qui éclate à la surface prouve l’accumulation de gaz dans l’épaisseur de la vase au fond de l’étang. C'est bien connu, il n'y a pas de fumée sans vase.

 

 

Tiens, dans le « Proxi » (épicerie arabe) de la rue d’Austerlitz, le gérant a placé juste en vitrine, bien visible, une étagère avec un ébouriffant alignement de flasques de divers alcools forts. Et le gars que j’en ai vu sortir, très barbu et très gandoura grise, portait une grosse bouteille d’une boisson gazeuse américaine dans la main droite, et dans la manche gauche de son vêtement, il s’efforçait de dissimuler la petite bouteille de whisky achetée en même temps.

 

 

 

frères musulmans,intégristes musulmans,islam,salafistes,égypte,catholicisme,monseigneur lefebvre,député égyptien,anwar al bilkimy,moubarak,religion

PUB RIGOUREUSEMENT GRATUITE

 

 

La religion, d'accord, mais surtout comme signe extérieur. Tout dans l'affiche, rien à l'intérieur. C'est curieux, mais c'est comme ça que m'apparaissent tous ces gens qui tiennent à faire savoir à tout le monde qu'ils sont pieux, en arborant des symboles, des vêtements, des barbes ou des ratons laveurs.

 

 

J’en conclus qu’il ne faut pas confondre le principe et la réalité. Le Coran, c’est pour le principe. Pour votre gouverne, je rappelle que le principe, c’est ce qui se respecte quand on est en public. Si vous êtes en public quand la réalité se met à contredire le principe, vous êtes mal, honte à vous, shame on you. Vous méritez les fers, l'estrapade, le pilori, l'ostracisme, le bûcher, la flagellation et, pour finir, l'infamie infamante.

 

 

D'ailleurs, « Enfer et damnation, je suis fait », s’exclame Blondeaux Georges Jacques Babylas, régulièrement dénoncé en public à la fin des enquêtes du commissaire Bougret (« Ah, patron, c’que vous êtes fort ! », s’exclame le brave Charolles, béat d’admiration). La présente allusion, qui ne se trouve pas dans le Coran (pourtant j'ai bien cherché), s’adresse exclusivement aux bienheureux et aux initiés, bienheureux parce qu’initiés, cela va sans dire.

 

frères musulmans,intégristes musulmans,islam,salafistes,égypte,catholicisme,monseigneur lefebvre,député égyptien,anwar al bilkimy,moubarak,religion

ALLEZ, JE VOUS DONNE UN INDICE 

 

Et j’en conclus qu’être musulman, y a pas de sot métier. « L’islam, ça mène à tout, à condition d’en sortir ». Il va de soi que le présent apophtegme, empreint de la componction et de la nitescence que confère la sagesse populaire, vaut pour toute autre croyance religieuse.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.