Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (3)

Pensée du jour : « L'estomac d'un Espagnol ne dure pas à notre forme de manger, ni le nôtre à boire à celle des Suisses ». Michel de Montaigne, Essais, III, 13 

 

GUYOT 2 HERESIES.JPG 

 

 

Résumé : les autorités catholiques de Rome ont passé beaucoup de temps et d'énergie à lutter contre les formes incorrectes de la foi, pour empêcher les populations de croire en Dieu d'une manière hétérodoxe, voire incontrôlable. C'est ce que déclare en 1847 l'abbé GUYOT, auteur d'un Dictionnaire des hérésies.

 

 

Il va même jusqu’à énumérer les sectes qui selon lui ont d'ores et déjà démembré la doctrine luthérienne : synergistes (pour qui « l’impulsion de la grâce est accompagnée de la coopération de la volonté humaine »), substantiaires (pour qui  « le péché originel est devenu la substance même de l’homme »), osiandrites, indifférents (emmenés par MELANCHTON), stancaristes, majoristes (qui « renouvelaient le semi-pélagianisme », ce sont des choses qui gagnent à être sues), antinomiens (qui « conclurent à la suppression de toute foi religieuse »), syncrétistes (dont les promoteurs furent persécutés, apprend-on non sans un certain effroi, par les protestants eux-mêmes), hubérianistes (selon qui « tous les hommes sont justes »), origénistes, millénaires, invisibles, ubiquistes (qui se sont opposés, il faut le savoir, aux sacramentaires), piétistes (vulgaires « dévots fanatiques »), anabaptistes, sociniens, ainsi qu’une « foule d’autres sectes, aussi peu constantes dans leur forme respective que l’astre des nuits ».

 

 

Comment voulez-vous, sous ce Niagara de sectes, que MARTIN LUTHER continue à respirer ? Certes, l’abbé GUYOT, charitablement, se livre à cette énumération avec une visible et onctueuse délectation sadique : visiblement, ce déluge qui semble emporter la grande hérésie vers les ténèbres n’est pas pour déplaire au saint abbé.

 

 

Il faut reconnaître, quand vous regardez le protestantisme, vous ne savez plus où donner de la tête. Cela grenouille (de bénitier) à qui mieux-mieux. C’est de l’enchevêtrement de vers de terre dans lequel une éléphante normale ne reconnaîtrait pas ses souriceaux, ni le pommier les cerises tombées à son pied.

 

VERS GROUILLANTS 1.jpg

Hélas, là où l’abbé GUYOT se met les deux gros orteils dans les deux yeux jusqu’à la pendule de grand-papa, c’est que MARTIN LUTHER, non content de ne pas être mort des dissidences qui ont fractionné sa nouvelle religion, en est sorti plus remuant et ressuscité que jamais. Les sectes protestantes sont, non pas des meurtres du père, mais autant de gouttes de sa semence.

 

 

Chacune des sectes énumérées ci-dessus pas loin porte le même ADN que MARTIN LUTHER. Pauvre abbé GUYOT, quand même. Il ne s’est même pas rendu compte que, loin de faire disparaître le protestantisme, la pullulation des sectes scissipares du luthéranisme en avait étendu la contagion partout sur la planète, à commencer par les tout nouveaux Etats-Unis.

 

 

Il reste qu’on trouve dans le livre du bon abbé des noms de sectes d’un ardent effet poétique. J’aime assez celles qu’il rassemble sous l’appellation de « Bulgares ». Ce ne sont que « patarins », « turlupins » « cathares », « bogomiles », « joviniens », « albigeois ». Et que pensez-vous des « pétrobrusiens » ? Ne sont-ils pas délicieux ? GUYOT fulmine contre toutes sortes de « manichéens », de « henriciens », de « novateurs », condamnés en 1176 « au concile de Lombez, dont les actes se lisent au long dans Roger de Hoveden ». Je signale par ailleurs aux amateurs d'anecdotes lexicales que, à partir du mot « bulgare », le français a formé « bougre » pour désigner tout homme qui se livrait à la sodomie.

 

 

Que reproche aux « bulgares » Notre Sainte Mère l’Eglise Catholique, Apostolique et Romaine ? De proclamer la vérité d’erreurs aussi manifestes que les suivantes : « Que les maris qui vivaient conjugalement avec leurs femmes ne pouvaient être sauvés ; que les prêtres qui menaient une mauvaise vie ne consacraient point ; qu’on ne devait obéir ni aux évêques, ni aux ecclésiastiques qui ne vivaient point selon les canons ; qu’il n’était point permis de jurer en aucun cas, et quelques autres articles qui n’étaient pas moins erronés ».

 

 

On croit rêver, n’est-ce pas ? Ainsi – si j’ai bien compris –, le mari ne doit pas remplir de « devoir conjugal », et le clergé doit marcher au son du canon. Et je ne parle pas des « frérots » ou « fraticelles », ni des « dulcinistes », et encore moins des « apostoliques » (franchement, on ne sait plus à qui se fier) : « Pour lors, ils avaient secoué toute honte : ils disaient qu’on n’est parvenu à l’état de liberté et de perfection que quand on peut voir sans émotion le corps nu d’une personne de sexe différent ». Le Ciel me préserve de secouer un jour toute honte !

 

 

Si l’on m’y pousse, je révélerai toutes les turpitudes commises par les « abécédaires » ou les « omphalophysiques » (nom par lequel on a probablement voulu désigner les « hésichastes », mais cela va sans même le dire). A la lettre « O » du dictionnaire, on trouve par ailleurs dénoncés les « ophites », les « opinionistes », les « orbibariens » et – accrochez-vous aux poignées et aux barres – les « optimistes ». Je vous jure que c’est vrai : c’est page 257. Je ne suis donc pas le seul à dénoncer les optimistes. Cela me fait chaud au coeur, et je me sens moins seul.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.


 

mardi, 14 août 2012

A BAS LES HERETIQUES ! (1)

Pensée du jour : « Le peuple ressemble à des boeufs, à qui il faut un aiguillon, un joug et du foin ». VOLTAIRE, 17 avril 1765

 

 

Monsieur M.-T. GUYOT écrivait ceci, en 1847 : « La pensée est l’électricité de l’âme : plus que l’électricité matérielle, elle foudroie, brûle, renverse, anéantit, et les ruines qu’elle amoncelle dans la région de l’intelligence sont souvent irréparables.

Qui préviendra ses égarements, arrêtera ses ravages ? Qui la dégagera des nuages de l’erreur et l’obligera de n’imprimer dans l’esprit de l’homme que les caractères de la vérité ? Est-il sur la terre une puissance qui ait reçu mission de diriger la pensée avec une rectitude infaillible ? ».

 

 

On voit ici la hauteur de l’auteur, l’altitude de l’attitude et le mérite de la guérite. Accessoirement la force de ses ambitions et la conviction de ses espoirs. On attend fiévreusement la réponse à ses questions. On est suspendu, non à ses lèvres, mais à sa plume. Y a-t-il une puissance en laquelle on puisse se fier totalement ?

 

 

Et la réponse tombe, carrée, imputrescible et pleine d’une certitude rassurante : « Oui, l’Eglise catholique, l’unique dépositaire de la vérité religieuse ». L’Eglise catholique ? Bon sang, mais c’est bien sûr ! J’avais, étourdi comme je suis, omis de préciser que, en 1847, Monsieur M.-T. GUYOT était abbé. Son livre, qui vise à redresser et corriger toutes les erreurs qui peuvent se glisser dans les articles de la vraie foi, est publié par la Société de Saint-Victor pour la propagation des bons livres. Son titre ? En toute simplicité Dictionnaire universel des hérésies, des erreurs et des schismes.

 

 

Inutile de dire qu’on sort de sa lecture heureux et fier d’être chrétien (zim, boum, boum, si toutefois on est chrétien), et encore mieux, dans la seule obédience qui puisse se targuer de détenir LA vérité, la seule : la catholique, apostolique et romaine (zim, boum, boum, si toutefois on est catholique, apostolique et romain).

 

 

Certes, « catholique » signifie « universel », mais il n’y a malheureusement pas que les catholiques à déclarer leur religion universelle (« Il n’y a de Dieu que Dieu », vocifèrent les musulmans, plus acharnés que tous les autres réunis, parce qu’ils ont une revanche à prendre sur leur propre histoire, paraît-il).

 

 

Les autres « grandes » religions, en particulier l’Islam, ont la même fâcheuse tendance à se prétendre aussi universelles que les autres. Entre les grandes religions, disons qu'il y a au moins conflit d'universalité. Comme il y a trois religions dites du Livre, qui sont trois religions REVELEES, il faudrait, pour faire la paix, trois univers. Comme ça, pas de dispute. Le problème, c'est qu'on n'en connaît qu'un seul, d'univers. Dans la surface des religions universelles, il y a donc surpopulation, il y a donc concurrence. On ne sait plus à quel universel se rattacher. A se demander si l’universel existe, puisqu'un seul ne suffit pas.

 

 

S’écarter de cette voie catholique, apostolique et romaine, large, lumineuse mais rude à l’occasion (quelqu’un l’a bien promulgué, dans une de ces formules dont il avait le secret quand il était premier ministre : « La route est droite, mais la pente est forte », je sais, le bon sens pèse des tonnes), c’est risquer de se perdre, que dis-je, de se fourvoyer dans les brouillards et les ténèbres de la confusion. C'est ce que n'ont pas manqué de dénoncer les docteurs de l'Eglise. Et ils s'y sont pris très tôt.

 

 

Qu'est-ce qu'une HERESIE, me demanderez-vous ? C'est très simple : « Une erreur volontaire et opiniâtre, opposée à un dogme révélé et enseigné comme tel par l'Eglise catholique ». Je trouve que ça ne tourne pas autour du pot.

 

 

L’embêtant, avec la vérité, avec le dogme, si vous voulez (ça renvoie à la même chose, dans la pratique), réside dans le complément de nom et l’adjectif qualificatif. « Eglise catholique », c’est simple et franc du collier : ça veut dire, très simplement, « assemblée universelle ». Mais quand on passe à « Eglise catholique, apostolique et romaine », on sent qu’on n’en est pas venu là sans quelques bisbilles et diverses échauffourées. Par exemple, le grand schisme de 1054. L’adjectif qualificatif et le complément de nom introduisent forcément des subdivisions. Et par principe, la subdivision présuppose la division, le conflit, voire la guerre de religions.

 

 

Si vous gravez « VÉRITÉ » au fronton du temple que vous venez de construire, tout va bien aussi longtemps que TOUT LE MONDE y vient. Mais dès qu’un sale type (on dit aussi un « concurrent ») s’avise d’en construire un autre à côté du vôtre et qu’il attire une partie de votre clientèle, votre affaire périclite. Forcément. Et ça relativise salement la VÉRITÉ que vous aviez gravée.

 

 

Certains diront que deux vérités valent mieux qu'une. Je rétorque que rien n'est moins sûr. La concurrence est finalement une forme larvée de la guerre. Certains diront qu'une seule VÉRITÉ, c'est le totalitarisme. Je suis obligé d'admettre que c'est possible, et peut-être probable. Mais la concurrence garantit-elle la liberté ?

 

 

C’est pareil pour les marques de supermarché et de téléphones portables. Quand vous êtes face à l'inflation des marques, vers laquelle va se porter votre CROYANCE ? Du coup, en tant que MARQUE d'une FOI, pour vous différencier des concurrents, vous êtes contraint d’ajouter au nom et au logo de la marque des qualificatifs et des compléments du nom. C’est certes plus précis, si l’on veut, mais en même temps, vous entrez dans une sorte de mêlée, dont vous ne savez pas dans quel état vous allez sortir. Après, vous êtes obligé de vous fier aux statistiques.

 

 

Tenez, le protestantisme, pris globalement. Supposons que vous partez d’ « Eglise ». Jusque-là, tout va bien. On ne risque rien, ça veut dire « assemblée ». Ajoutez quelque chose, mettons « de Jésus-Christ ». Jusque-là, rien de suspect, n’est-ce pas ? Mais dès que vous tombez sur « Eglise de Jésus-Christ des saints », le flou s’installe, personne ne me contredira.

croyance,église,religion,foi,catholicisme,protestantisme,pape,congrégation,hérésie,catholique,protestant,hérétique,universel,schisme,vérité,jésus christ,église de jésus-christ des saints des derniers jours

EN TOUT CAS, TELLEMENT PROPRES SUR EUX QUE ÇA FAIT PEUR

 

Alors, si par hasard on aboutit à la formule complète : « Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours » (c'est comme ça que s'intitulent eux-mêmes les mormons), inutile d’insister, vous avez tellement de compléments du nom et d’adjectifs que vous comprenez aussitôt que vous êtes dans le bi du bout de la chaîne de production. Toutes les sectes plus importantes se trouvent (au moins théoriquement) en amont.

croyance,église,religion,foi,catholicisme,protestantisme,pape,congrégation,hérésie,catholique,protestant,hérétique,universel,schisme,vérité,jésus christ,église de jésus-christ des saints des derniers jours

FIEF DES MORMONS A SALT LAKE CITY

Pour un peu, les mormons se prendraient pour la Belle-au-Bois-Dormant. Cela ne me donne pas trop envie d'aller la réveiller, la princesse.

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.