Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 février 2020

LEÇON DE POLITIQUE

1976 09 30 WOLINSKI.jpg

Cours Magistral de Politique Intérieure Française par Monsieur le Professeur Georges Wolinski, publiée dans l'hebdomadaire Charlie Hebdo, le 30 septembre 1976 : le Président Giscard d'Estaing explique à Monsieur Raymond Barre la raison pour laquelle ses décisions suscitent une levée de tous les boucliers.

La question qui me vient à l'esprit est la suivante : « Emmanuel Macron aurait-il malgré tout raison, puisqu'on voit justement se lever tous les boucliers ? ». Autrement dit : « Quand on gouverne, faut-il attendre que tous les boucliers se soulèvent pour savoir qu'on est dans le vrai ? ». La réponse, dans les années 1950-1960, aurait été : « Certes, il y a des classes sociales, mais au-dessus, il y a le sentiment d'appartenance au peuple français ». Ce qui produit le plus souvent des conclusions qui satisfont tout le monde à moitié.

Aujourd'hui, il n'en est rien : le peuple français s'est scindé en une multitude d'îlots qui forment un archipel (Jérôme Fourquet, L'Archipel français) : le Président de la République élu en 2017 essaie de nous faire croire qu'il est autre chose qu'un directeur d'hypermarché soucieux de satisfaire jusqu'aux plus infimes compartiments de sa clientèle.

1976 06 17 WOLINSKI.jpg

Toujours Wolinski, dans Charlie Hebdo du 17 juin 1976.

Emmanuel Macron en revient aux rodomontades politiques, étant entendu que vouloir faire de la politique aujourd'hui revient à se livrer à de simples rodomontades, puisque l'économie a définitivement relégué la politique au rang de simple remorque de son char triomphal.

C'est en tant que P.-D. G. de l'entreprise "France" – et directeur du service comptabilité – que monsieur Macron a entrepris une réforme du système de retraite dont la principale finalité est de faire des économies (sur le dos des futurs retraités).

Mais quelle prescience dans le regard de Wolinski : n'est-ce pas précisément Macron qui a parlé de "start-up nation" ? Et ce n'était pas il y a un demi-siècle, il me semble ! 

vendredi, 24 janvier 2020

2020 : NI RICHESSE, NI JUSTICE !

La richesse, c'est pour les riches. Les autres, ils peuvent crever : 2153 milliardaires possèdent autant que 60% des humains (rapport Oxfam).

1973 02 05 WOLINSKI 1.jpg

1973 02 05 WOLINSKI 2.jpg

1973 02 05 WOLINSKI 3.jpg

Ci-dessus les trois vignettes qui concluent un de ces raisonnements percutants quoique méticuleusement tarabiscotés dont Wolinski détenait le secret en quasi-exclusivité. La page a été publiée le 5 février 1973 dans Charlie Hebdo. Beaucoup de gens pouvaient à l'époque espérer améliorer leurs conditions de vie. Quand on relit ça aujourd'hui, on se dit que non seulement les conditions de vie qu'on nous annonce pour l'avenir ne vont certainement pas aller en s'améliorant, mais que de plus en plus de gens sont en train de comprendre que "la justice sociale" dont parle le petit Pompidou de Wolinski apparaît sous les traits d'une pauvresse qui se fait détrousser comme au coin d'un bois : « Croyez-moi, quand on est riche, on se fout bien de la justice sociale ! ». 

Meilleurs vœux, hein ! Et bonne année, hein ! Et surtout la santé, hein, parce que la santé ...

mercredi, 22 janvier 2020

2020 : RETRAITES, DES AVANCÉES ?

1972 08 14 WOLINSKI.jpg

Gribouillis pondu sur un coin de table par Wolinski, et paru parmi d'autres le 14 aoüt 1972, dans Charlie Hebdo, dans la série des "couvertures auxquelles vous avez échappé cette semaine". Le bonhomme est supposé s'appeler Edgar Faure. Un demi-siècle après, la vérité du propos de ce dessin reste d'évidence. S'agissant des retraites, la réforme impulsée par Emmanuel Macron semble pilotée par les crânes d’œufs en chef du Ministère des Finances, avec comme seul impératif catégorique : "faire des économies" (ils appellent ça "contraction des dépenses"). Le gouvernement de la France ne siège pas à Matignon : il est à Bercy. L'entreprise France (vous savez, la "start-up nation") est gouvernée par le service comptabilité. 

vendredi, 20 décembre 2019

MACRON ET LES RETRAITÉS :

(Pour le calendrier de l'Avent, mais au palais de l'Elysée : si Macron a sa réforme, ce sera le "Petit Jésus en culotte de velours" pour lui et la grimace pour tout le monde.)

« FEU A VOLONTÉ ! »

Pour la réforme des retraites, quelles sont au juste les intentions de Macron ? Elles sont très claires, et depuis fort longtemps : en finir avec le « modèle social à la française ». On trouve cette confidence dans la bouche de l'intéressé en personne, dans le livre du journaliste indépendant Marc Endeweld, L'Ambigu Monsieur Macron (Points, 2015). Il n'était pas encore Président. Il n'emberlificotait pas encore la Vérité dans les tortillons de ses lubies ultralibérales. Bon, c'est vrai que la Vérité ne risquait pas grand-chose : il n'était pas aux commandes.

Ce qu'il veut ? Son Nord Cardinal ? Son Projet Général ? Diminuer à toute force la « Dépense Publique ». Pour cela, réduire l'envergure des interventions de l'Etat à ses seules fonctions régaliennes (défense, police, justice, ...) et laisser tout le reste aux « forces du marché » (en français : privatiser tout ce qui formait le Bien commun depuis la Libération). Moyennant quoi, tout de même, c'est sous Macron que la dette publique de la France vient de franchir le seuil des 100 % : on ne fait pas toujours ce qu'on aurait voulu.

En pensée, il se situe dans la droite ligne des intentions de Nicolas Sarkozy, qui avait entrepris, entre autres et sans compter son invention des ruineux PPP (Partenariats Public-Privé), la « Réforme de l'Hôpital », dont on voit les brillants résultats dix ans après sa mise en œuvre : six cents médecins viennent de lancer un appel : « L'hôpital se meurt ». Et ce n'est pas Agnès Buzyn (que je crois finalement de bonne foi) qui l'empêchera de mourir : elle ne fait qu'obéir aux ordres et ne pouvoir que ce qu'elle peut dans un jeu politique qui la dépasse.

Pour Macron, 13,8% du P.I.B. pour supporter le poids des retraités, c'est insupportable. Son obsession cardinale s'est fixée sur ce chiffre diabolique. Il s'est fixé pour mission de l'abaisser drastiquement. Moins cher coûteront les retraités, mieux le pays se portera, semble se dire monsieur Macron. Leur paupérisation figure dans son programme.

Pour préparer l'opinion à ce coup de sabre, il a mitonné quelques « éléments de langage ». D'abord présenter le système des retraites à la française comme un maquis inextricable. Pensez : quarante-deux « Régimes Spéciaux », dont chacun est doté d'avantages spécifiques concernant l'âge de départ, la durée de cotisation ou le "taux de remplacement", sans compter les clauses "idiosyncrasiques". 

Soit dit en passant, on reste ébahi d'ahurissement en entendant le chroniqueur Brice Couturier accuser les différentes corporations d'utiliser leur « Pouvoir de Nuisance » pour arracher des avantages particuliers dans les négociations sociales : ce chien de garde consciencieux de ses maîtres fait purement et simplement abstraction des conditions concrètes d'exercice de la profession (amplitudes journalières, pénibilité, vie de famille, etc.).

S'ajoute à cela une belle imposture qui consiste à dénoncer le maquis inextricable des "régimes spéciaux" en passant sous silence le fait qu'ils représentent, en tout et pour tout, 10 % du montant total des pensions de retraite. Dix pour cent !!!!!! Je vais vous dire : le tintouin magistral orchestré autour du "scandale" que représentent les régimes spéciaux m'apparaît ridicule tant il est disproportionné.

Autre « injustice » (deuxième élément de langage) dénoncée par Macron et consort : l'inégalité de traitement, suivant que l'on a travaillé dans le "privé" ou dans la bienheureuse "Fonction Publique", ce repaire bien connu de tous les privilégiés qui vivent en parasite aux frais de la princesse en en foutant le moins possible.

C'est vrai qu'a priori, entre un calcul sur les six derniers mois d'activité et les vingt-cinq meilleures années, on a tendance à se dire que les travailleurs du privé subissent un horrible sort qu'ils n'ont pas mérité. Mais on passe allègrement sur les différences salariales entre les deux secteurs.

Pour vous dire, moi qui fus fonctionnaire mais qui ai travaillé dans le privé au cours de mes études, je touche royalement 30,74 € tous les deux mois de la Sécurité sociale pour les huit trimestres que me valent tous les "petits boulots" accomplis. Bon, c'est ça ou rien, alors ...

Alors la « Retraite par Points » maintenant. La solution miracle ? Oui, on vous dit : tout le monde sera traité de la même manière. Fort bien. Moi je ne peux pas m'empêcher d'entendre l'adjudant qui vocifère : « Je ne veux voir qu'une tête ! ».

D'abord, on nous dit que ce système définitivement juste, il est universel. Moi je dis qu'il y en a qui sont plus universels que d'autres. La preuve ? Les policiers ont déjà obtenu la promesse qu'il ne sera rien changé à leur régime à eux.

Bon, mettons cela sur le compte de leur « Pouvoir de Nuisance » (Brice Couturier). Mais va-t-on toucher au régime des sénateurs, qui ont déjà prévenu que ça ne se passerait pas comme ça ? Et les routiers ? Bon, je ne vais pas énumérer : le "répertoire opérationnel des métiers et des emplois" (R.O.M.E.) comprend plus de 10.000 appellations de métiers et d'emplois (14 familles de métiers, 110 domaines professionnels). Est-il seulement raisonnable de croire qu'il est possible de "ne voir qu'une tête" ?  

Reste la question du « point ». Là, on entre dans le crucial. D'accord, toutes les heures travaillées seront comptabilisées et rapporteront quelque chose, mais quelle sera la valeur du point ? Et sera-t-elle constante ? Et qui la fixera ? En appliquant quelle règle ? Je n'évoque même pas l'avenir promis aux "pensions de réversion".

Ma conviction intime est la suivante : le gouvernement, guidé par le fringant premier de la classe qui nous sert de président, a la volonté farouche de faire passer son système universel de la retraite par points pour faire du montant des retraites de toute la population une   

VARIABLE D'AJUSTEMENT.

Tous les bavardages à propos de tel ou tel aspect de la réforme ne sont que des "paroles verbales" destinées à détourner l'attention générale de cet objectif ultime de Macron : faire dépendre le montant des retraites futures des circonstances du moment.

En clair : rendre ce montant modulable à volonté.

Fini le montant fixe assuré jusqu'à la mort de la personne. Si la réforme voulue par Macron passe, ce que toucheront les futurs retraités suivra les variations de la courbe suivie par la conjoncture. Qu'une crise survienne, que la situation économique de la France se dégrade, qu'une force politique intolérante accède au pouvoir, quoi de plus facile que de raboter comme il faut la valeur du point ?

Je signale qu'en ce qui concerne la fonction publique, que beaucoup de gens envient, et même jalousent, le salaire des fonctionnaires dépend de la valeur du point d'indice, qui n'avait pas cessé d'augmenter depuis la Libération. Je ne sais pas depuis quand ce point d'indice est au point mort, mais il ne faut pas se demander pourquoi le pouvoir d'achat des fonctionnaires a diminué.

Quand la valeur du point est laissée à la discrétion d'une autorité, il ne faudra pas s'étonner que l'autorité se serve de ce pouvoir pour faire des économies sur le dos des personnes concernées. Et je ne vois pas pourquoi il n'en serait pas de même pour la valeur du point de retraite dans l'avenir.

En réalité, il y a fort à parier que Macron, en mettant en marche son bulldozer de la retraite par point, s'en tient à un pur raisonnement comptable. Ce n'est pas pour rien que ce phraseur talentueux mais impénitent est passé par la banque et par le ministère de l'économie. 

Je me souviens que René Haby (ancien ministre de l'Education) avait mis en route (1975) sa réforme du « Collège unique » pour promouvoir l'égalité des chances et pour que soit aboli l'injuste système des « filières » : il fallait à tout prix « réparer l'ascenseur social ». Plusieurs dizaines de réformes (Legrand, Devaquet, et toute la kyrielle) ont proclamé qu'elles étaient destinées à atteindre ce noble objectif.

Quand ce n'était pas celui-ci, elles promouvaient et promettaient de « travailler autrement » pour « apprendre à apprendre » (réformes "pédagogiques", autrefois chères à Philippe Meirieu, qui s'en est bien repenti depuis). 

Résultat ? D'une part, l'école française, quarante ans après, n'a jamais été aussi inégalitaire (chaque individu est vissé à vie à son statut social d'origine). D'autre part, en ce qui concerne la transmission des savoirs, jamais l'école française n'a été autant à la dérive. La cause ? Derrière la noblesse des buts recherchés, cherchez le comptable (le crâne d’œuf de Bercy : c'est lui qui décide). Affichez avec ostentation la noblesse des intentions, mentez sur tout le reste.

Du côté de l'hôpital, inutile de revenir sur la loi HPST voulue en son temps par Sarkozy et défendue par Bachelot. Le but affiché ? Rationaliser l'organisation de l'hôpital. Résultat ? L'étranglement financier, la suppression des lits, les personnels en "burn out" qui quittent le navire.

Cherchez le comptable, vous aurez le coupable.

Pourquoi en serait-il autrement avec la réforme des retraites ? La noblesse du but affiché ? Instaurer un régime où il n'y ait pas de place pour l'injustice. La réalité du but visé ? Faire des économies. Le résultat ? Pas besoin de vous faire un dessin.

CHERCHEZ LE COMPTABLE, VOUS AUREZ LE COUPABLE.

Hollande était un sous-chef de bureau sournois. Sarkozy était un caporal teigneux. Macron, lui, est un comptable sourcilleux : il veille à l'équilibre des comptes, quelle que soit la réalité tangible.

Voilà ce que je dis, moi. 

POST SCRIPTUM : Il ne fait guère de doute qu'il entre une autre donnée dans les calculs de monsieur Emmanuel Macron : quand, dans la population générale, on aura pris conscience que les retraites "statutaires", les retraites ordinaires et normales sont destinées à laisser la place à ces retraites restreintes, les plus prudents, les plus prévoyants accepteront de consacrer un partie supplémentaire de leur rémunération en période d'activité à augmenter ce "pactole". Devinez qui sera le plus en mesure de sacrifier une partie de sa rémunération pour cela. Devinez dans quel genre de poches ira ce supplément. Et devinez qui se frotte les mains et se lèche les babines dans cette perspective. C'est humain : quand il y a du pognon à se faire ...