Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 janvier 2017

LA NIAISERIE VÉGÉTALOPHILE

J'entends régulièrement des énormités, y compris (et pourquoi pas ?) sur France Culture. Hier matin, ce fut le tour d'une madame Pelluchon, qui se présente comme philosophe (et pourquoi pas ?), d'entonner le refrain des droits des animaux, et de déplorer les traitements que les hommes leur font subir. Qu'ils soient animaux de laboratoire ou d'élevage, ils souffrent, ce dont plus personne de raisonnable ne doute. Mais bon, est-ce une raison pour déraisonner ?

Là où je vois la niaiserie bêtassonne nimber le cerveau et les paroles de madame Pelluchon de l'auréole de la douce béatitude, c'est quand elle dit qu'il faudrait (ah, qu'ils sont délicieux, ces vœux pieux, ces doux rêves !) que les éleveurs reviennent à l'élevage extensif, plus traditionnel et plus humain (ben voyons, il suffit sans doute de leur demander gentiment pour qu'ils obtempèrent !), et qu'on fasse disparaître ces odieux camps de concentration et d'extermination de plus en plus démesurés que l'industrie de la viande construit dans toutes les campagnes, où porcs, bovins ou volailles, réduits à l'état de "minerai" (sic), s'entassent les uns sur les autres sans savoir ce qu'est un brin d'herbe, et sans jamais voir la lumière du jour, jusqu'à l'instant fatal où ils monteront à l'échafaud.

Protester contre ça est assez juste, mais franchement, autant expulser ses urates dans un violon (c'est Faustroll qui se permet de faire ça, mais ce n'est pas dans un violon, c'est parce que le fond de son as est un crible, cf. I,6 : « Du bateau du docteur, qui est un crible »). Car c'est ignorer (ou le feindre) le principe de réalité, c'est ignorer qu'un système, surtout aussi solidement organisé et durablement implanté que la "filière viande", ne se change pas à coups de "il faudrait". C'est une simple déclaration de bonnes intentions, qui a l'avantage de donner de ceux qui la font l'image pieuse et valorisante des âmes immaculées, celles face auxquelles les gens ordinaires se sentent spontanément coupables.

Si les caméras cachées introduites dans plusieurs abattoirs par l'association végane L214 ont fait scandale, c'est bien parce cette réalité apparaît scandaleuse à une partie importante de la population. Là où les végétariens (madame Pelluchon l'est depuis 15 ans, s'est-elle vantée), végétaliens et autres véganes se mettent le doigt dans l’œil jusqu'à l'anus, c'est quand ils placent le problème sur le terrain moral et tirent de leur constat la seule conclusion qui vaille à leurs yeux : convertissez-vous au végétal, cessez de manger de la viande. Je dis pourquoi pas, mais pourquoi cette soudaine exclusivité ? A-t-on demandé l'avis des végétaux ? Qui se portera au secours de cette autre grande cause ? Qui dira la souffrance de la feuille de laitue réduite à l'impuissance, écrasée sous le marteau-pilon de molaires converties à l'abstinence carnée ? Plus crucial et plus général : que mangeront les hommes ?

Je réponds à ces gens sûrement très moraux, déontologiques, éthiques et tout et tout qu'une entrecôte bien saignante, avec ou sans sauce poivre vert, me fait un effet bœuf ; qu'un steak tartare (attention : non haché mais coupé au couteau) me paraît tout le contraire d'un coup vache ; qu'un morceau de veau pris dans le bas de carré, longuement mijoté avec un bout de gras, deux ou trois tomates pelées et une pincée de fleur de sel, me tire des soupirs de contentement ; qu'un poulet soigneusement rôti éveille chez mes papilles une concupiscence irrésistible, à laquelle précisément je ne vois pas de motif sérieux de résister. J'ajoute que je ne convie pas n'importe quelles viandes dans mon assiette, et que je ne me les procure pas n'importe où.

Quoi qu'il en soit, ces végétalophiles, madame Pelluchon en tête, ont tout faux. Tout simplement parce qu'ils s'en prennent au seul effet, en se gardant bien de remonter à la cause. La conclusion qu'ils en tirent est forcément erronée, puisqu'ils font d'une solution et d'un choix purement individuels une loi générale. Leur réaction, en plus d'être stupidement policière et morale, s'en prend par erreur à une cible qui n'est pas la bonne : s'ils la bombardaient, on parlerait de "dommages collatéraux". Il n'en serait pas de même s'ils consentaient, dans leur dénonciation de l'élevage industriel, à porter leur attention plutôt sur "industriel" que sur "élevage". Ils verraient que le fléau n'est pas dans la viande, mais dans la viande de masse.

Et ça leur permettrait d'englober dans leur refus tout un système fondé sur le productivisme effréné et l'industrialisation à outrance de toute la filière agricole, culture et élevage confondus, à commencer par l'usage déraisonnable qui y est fait des pesticides, des OGM (eh, Pelluchon, ton tofu, il est au soja biologique, tu es sûre ?) et autres antibiotiques, autant de substances que nous absorbons les yeux grands fermés. Cela leur permettrait de s'en prendre à tout un système, et non, bien en vain, à un seul de ses aspects.

Peut-être, après tout, le système productiviste leur convient-il dans son organisation et ses orientations cardinales. Peut-être aussi n'ont-ils pas aperçu le monstre Léviathan derrière le chiffon rouge de la "souffrance animale", ce rideau de fumée choquant et douloureux, mais avant tout affectif et sentimental. Il y a de la bêtise pusillanime dans leur façon de présenter les choses, car ils n'ont pas compris que le scandale qu'ils dénoncent à juste titre est un corollaire on ne peut plus logique et nécessaire du système qui l'a produit.

Un gars de la Confédération paysanne déclarait, toujours hier matin sur France Cu, à propos de l'épidémie de grippe aviaire dans le Gers (qui va voir plus d'un million de canards abattus), que les industriels du secteur se frottent les mains en se disant qu'une fois disparu le dernier élevage fermier dans la région, ils détiendront le monopole sur la filière, et pourront remplir à leurs conditions les rayons des grandes surfaces de leur daube de bas étage.

L'industrialisation de l'agriculture (l'industrie agro-alimentaire est une réalité, en même temps qu'elle est un système complet, qui conditionne et organise l'existence des éléments qui le composent) est mauvaise en soi. C'est le système industriel de production de nourriture qui est à changer en totalité, et non telle ou telle de ses modalités. La cause animale est une noble cause, je suis d'accord, mais en fait de réforme, madame Pelluchon et ses coreligionnaires, en prêchant le végétarisme, en se contentant de s'exprimer dans l'espoir de "changer les mentalités" (la belle blague !), proposent un réformette, même pas cosmétique, d'un système qui est mortifère dans son entier.

Et en même temps que j'écoute le sermon de ces curés moralisateurs, j'entends le ricanement satisfait des industriels, qui ne sont pas près de se laisser convaincre de revenir à l'élevage extensif traditionnel, et qui sont en train de se payer leur fiole en murmurant : « Cause toujours ». Le perroquet Laverdure (Zazie) dirait approximativement la même chose :

« Tu causes, tu causes, c'est tout c'que tu sais faire ».

mardi, 24 mai 2016

L'ORDURE OGM

Donc, Bayer propose aux actionnaires de Monsanto de leur verser au total 55 milliards d’euros s’ils veulent bien lui vendre leurs actions – à 37 % au-dessus du cours de Bourse. Le mouvement naturel du capitalisme est (pour aller vite) depuis longtemps de concentrer la puissance. Cela pour éliminer la concurrence et établir dans la mesure du possible une situation de monopole. Cela pour dicter la loi et maximiser les profits en fixant les prix. Cela se passant sur un soi-disant « marché », où la fable de la « concurrence libre et non faussée » raconte au bon peuple le conte de fées du « juste prix ». 

Monsanto et Bayer se tirent la bourre dans le domaine de la chimie, plus précisément de l’agrochimie, et encore plus précisément dans le domaine des OGM. Ne parlons pas du glyphosate, ce composant principal de l’insecticide-vedette de Monsanto, dont la France est spécialement friande. 

Stéphane Foucart, qui intitule « Un savant à notre goût » sa chronique « Planète » du Monde daté 24 mai, évoque le cas de M. Boobis (« consultant pour des organisations financées par des entreprises commercialisant le fameux glyphosate »), un scientifique qui est à l’origine du message très rassurant sur le sujet, en totale contradiction avec les conclusions du CIRC, collège de spécialistes du cancer, exempts de ce qu’il est convenu d’appeler « conflits d’intérêts ». 

C’est un truc « controversé », vous savez, ce genre de trucs sur lesquels diverses agences (CIRC, EFSA, OMS, …) composées de savants très savants s’étripent par « rapports » interposés ? Tant qu’il y a « controverse » entre scientifiques, au moins les politiques, responsables et autres décideurs ne sont pas mis en face de cruelles décisions à prendre pour protéger la santé des simples citoyens. Et pendant que les abeilles meurent en masse, les actionnaires se frottent les mains. Faire régner le doute, c'est métier, et qui peut rapporter gros à ceux qui l'exercent : voir à ce sujet l'excellent livre d'Oreskes et Conway Les Marchands de doute.

Ne parlons que des OGM. Sont-ils indispensables ? Sont-ils nocifs ? Laissons les scientifiques débattre de cette grave question. Quand on y verra plus clair, il sera bien temps de prendre une décision. En attendant, laissons la « controverse » prospérer, croître et embellir. Et n’approfondissons pas trop la question de savoir si les scientifiques embarqués dans les diverses agences en bisbille sont ou non financièrement et personnellement intéressés au prorata des résultats des recherches qu’ils mènent, telles qu’ils apparaissent dans les « rapports » publiés. Laissons de côté la question de savoir dans quelle mesure ils sont désintéressés.

Se laisser hypnotiser par la « controverse » scientifique sur les OGM, c’est suivre un chiffon rouge qui vous détourne de l’essentiel. Le plus grave n’est peut-être pas dans le « Roundupready » de Monsanto (bien que ça ne soit pas très sympathique). Le plus grave est dans les brevets qui posent la griffe d’une grande transnationale sur l’agriculture mondiale, c’est-à-dire sur l’alimentation de l’humanité. Je veux dire dans la confiscation, dans l’accaparement, par des gens surtout occupés de profits et de dividendes, des ressources collectives concernant un besoin essentiel des hommes. 

La « controverse » scientifique sur les OGM est l’arbre qui empêche de voir l’immense forêt de la Grande Privatisation de tout. La logique ici à l’œuvre aboutit à installer une barrière de péage devant tous les gestes de la vie quotidienne qui sont encore à l’abri de la dictature du « Marché ». Un certain nombre de gens qui voient un intérêt financier potentiel dans tout ce qui ne leur rapporte encore rien ont bien l’intention de s’approprier tout le vivant. 

L’ordure OGM est peut-être moins dans les manipulations génétiques que dans les panneaux « Propriété Privée, Défense d’entrer » que des bandits en costume trois-pièces sont en train de planter devant tout ce qui ressemble au Bien Commun. 

Voilà ce que je dis, moi.

mercredi, 21 octobre 2015

CLIMAT : L'ARBRE ET LA FORÊT

L’arbre du climat cache la forêt de l’état de la planète.

Bien sûr, les gaz à effet de serre. Bien sûr, la production d’énergie par l’exploitation des fossiles arrachés au sous-sol. Bien sûr, le CO² (mais on oublie souvent le méthane CH4, le dioxyde d’azote N2O et encore plus souvent le trifluorure d’azote NF3, aux effets 17.200 fois supérieurs à ceux du CO² – heureusement, la production n’a rien à voir). 

C’est très bien de lutter contre le réchauffement climatique et la libération dans l’atmosphère de toutes sortes de gaz à effet de serre. Indispensable. Surtout que les yeux des responsables politiques de la planète ont eu bien du mal et mis bien du temps à s’ouvrir, du fait de l’action puissante d’une troupe de marchands de sable réunis en lobbies redoutablement efficaces pour prolonger le sommeil des décideurs. 

Je ne dis donc pas qu'il ne faut pas lutter. La vérité oblige cependant à dire que s’il n’y avait que ce problème du réchauffement, il y aurait de quoi entretenir un relatif optimisme. Ce n’est hélas pas le cas. Est-ce que l’espèce humaine marche vers sa propre extinction ? Certains ne sont pas loin de le croire. Paul Jorion en parle explicitement, mais il n’est pas le seul. 

Je citerai seulement le bouquin de Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Comment tout peu s’effondrer (Seuil, 2015, voir mes billets du 22 au 24 juin), où ils énumèrent dans la première partie les caractéristiques du véhicule dans lequel l’humanité est embarquée. Voici ce que cela donne dans les têtes de chapitres : « 1 – L’accélération du vénicule [avec en sous-titre : "Un monde d’exponentielles"] ; 2 – L’extinction du moteur (les limites infranchissables) ; 3 – La sortie de route (les frontières franchissables ; 4 – La direction est-elle bloquée ? ; Coincés dans un véhicule de plus en plus fragile ». La métaphore est certes exploitée bien lourdement, mais elle donne quand même à réfléchir. 

Laissons de côté toutes les guerres chaudes qui se mènent en maints endroits, ainsi que tous les problèmes politiques, géopolitiques, géostratégiques divers, qui introduisent pourtant une redoutable instabilité dans les relations internationales.

Pour ne parler que de l’état de la planète, on peut commencer par citer ce qu’on n’appelle plus (peut-être à tort) l’ « explosion démographique », principalement en Inde (qui s’apprête à doubler la Chine), et en Afrique (les projections pour 2100 tablent sur un total de 4,2 milliards). Combien d’humains en 2100, Madame Irma ? Et combien d’humains entassés dans de gigantesques mégapoles échappant à tout contrôle ? 

Et cette population, il faudra bien l’abreuver, mais aussi arroser les champs qui permettront de la nourrir. Y aura-t-il de l’eau pour tout le monde ? Qui tiendra les robinets ? Les propriétaires accepteront-ils de partager ? Les constructeurs de barrage feront-il barrage aux gens situés en aval ? Pourquoi croyez-vous qu’Israël s’accroche au plateau du Golan comme un morpion à son poil ? Parmi les raisons stratégiques, la première est sans doute le besoin qu’il a de maîtriser la source d’approvisionnement du territoire en eau. 

Et puis il y a les océans. Quid de l’acidification, qui induira la disparition du plancton ? Quid de ces continents virtuels faits de bouts de plastique qui flottent entre deux eaux, et qu’on retrouve dans le ventre des albatros morts ? Quid de la disparition des barrières corallières ? Des mangroves côtières, indispensables zones intermédiaires entre la terre et les humeurs océaniques, parfois dévastatrices ? Quid de l’appauvrissement des mers, aux populations halieutiques surexploitées par d’énormes bateaux-usines ? 

Et puis il y a la voracité des bétonneurs qui font main basse sur le sable des côtes pour construire toujours plus d’orgueilleux gratte-ciel, redessinant jusqu’au massacre les dites côtes sans se soucier de la vulnérabilité du littoral que leur goinfrerie provoquera.

Et puis il y a les forêts, ces « puits à carbone », paraît-il. Combien de pays se hâtent d’en faire disparaître de copieuses portions pour les remplacer par des plantations d’hévéas ou de palmiers à huile, parce que ça rapporte davantage en devises ? Mais Ségolène Royal a obtenu de Nutella l’assurance indignée que l’huile de palme que nécessite sa pâte à tartiner est issue de cultures écologiquement responsables et commercialement équitables. 

Et puis il y a l’agriculture industrielle qui extirpe toute vie des sols qu’elle colonise, à coups de pesticides et autres intrants agro-chimiques, les rendant de plus en plus stériles et rétifs à nourrir l’humanité. Et puis il y a les OGM certifiés et dûment brevetés (on appelle ça la « propriété intellectuelle ») de Monsanto, Bayer CropScience et Syngenta, et disséminés dans le monde entier par ces apprentis-sorciers qui n’en ont rien à faire de la santé humaine. Et puis il y a l’industrialisation galopante des élevages bovins, la gestion informatique des troupeaux d’ovins, les batteries de veaux, cochons, couvées soignées préventivement à grands coups d’antibiotiques. 

Et puis il y a les populations humaines, en bout de chaîne alimentaire, qui mangent les produits de cette agriculture, et qui cumulent les saloperies qui y ont été mises. Qui avalent toutes sortes de trucs et de machins terriblement savants, en toute confiance ou parce qu’ils n’en peuvent mais. 

Je m’arrêterai là dans l’énumération non exhaustive. 

Non, il n’y a pas que le réchauffement climatique. Il y a aussi du souci à se faire. 

Ce qui est pratique, dans le réchauffement climatique, et qui fait oublier tout le reste, c'est que la responsabilité est partagée par plusieurs milliards de personnes, c'est-à-dire tout le monde, autrement dit : personne. Si tout le monde est coupable, nul ne l'est. Comment faire, quand le coupable est anonyme et abstrait ? Et ça évite de regarder le problème en face.

Le problème ? Le mode de vie à l'occidentale, dévoreur d'énergie. Réservé à une petite partie de l'humanité (l'occident capitaliste, matérialiste, colonialiste), ce mode de vie est une verrue sur la joue de la planète : c'est laid, mais pas mortel. Multiplié par sept (l'humanité entière), c'est un fléau. Nous faisons semblant de ne pas voir que c'est la façon dont nous vivons qui, étendue à la planète, condamne celle-ci à l'asphyxie. 

Il n'y a pas de croissance propre. Si la COP21 ne se préoccupe que de rendre la croissance accessible aux pays pauvres et émergents, elle est déjà programmée pour un échec.

Qui, sur Terre, serait aujourd'hui prêt à se priver de tous les avantages, à toutes les facilités, à tout le confort que procure la technique ? Moi non plus, je n'ai aucune envie de vivre dans la frugalité.

Le cœur du chaudron où mijote le problème est là, et pas ailleurs.

Voilà ce que je dis, moi.

jeudi, 16 mai 2013

AH ! FAIRE SOCIETE !

 

VEYRON 56 15.jpg

***

 

« Vivrensemble ! Vivrensemble ! Ouais ! Ouais ! » Un joli slogan, coquet, seyant, qui fait très bien sur la banderole, et que les défileurs des rues manifestantes ne rechignent jamais à gueuler de tout leur enthousiasme, y compris dans le mégaphone badgé CGT. Une mode qui se porte ample, près-du-corps ou moulante : tous les goûts sont dans l’égout. Corollaire : toute la nature est dans la nature. Et comme il y a de moins en moins de nature, il ne reste plus que l’égout.

 

Non, sérieux, qui est-ce qui en veut, aujourd’hui, du « vivrensemble » ? Qui en veut vraiment ? La vie fait à tout le monde des trajectoires parallèles. Or les parallèles ne se rencontrent qu’à l’infini. Oh si, ça s’entrecroise bien à l’occasion, mais chacun avance sur ses rails. On s'entrecroise moins qu'on ne se frôle.

 

Le lien social, aujourd'hui, c'est l'effleurement, comme le prouve le téléphone portable, qui autorise votre ami à interrompre votre conversation, au risque de perdre le fil, et qui montre qu'à ses yeux, vous n'avez pas l'importance vitale qu'il vient de vous déclarer les yeux dans les yeux. Les conséquences peuvent être beaucoup plus embêtantes si vous étiez en train de faire l'amour avec votre petite amie. Faire société ne fait plus sens. Pourquoi sommes-nous ensemble ? Tout le monde se le demande. Pourquoi ceux-ci et pas ceux-là, après tout, puisque « je le vaux bien » ?

 

Après tout, la vie privée donne l’exemple : pourquoi épouser celle-ci plutôt que celle-là ? De toute façon, ne nous marions pas, parce que ça finira par un divorce. Ou alors, marions-nous avec des gens de même sexe, pour surfer sur la vague du dernier cri de la modernité. Vivons le temps que nous pourrons avec quelqu’un, tant que ça nous satisfait. Après ? « Vous vous changez ? Changez de Kelton », disait une vieille pub pour des montres. Au fait, qu'est-ce que c'est devenu, Kelton ?

 

Même chose avec les gens : vous en avez marre « de lui voir tout le temps le nez au milieu de la figure » (Tonton Georges) ? Changez ! De montre, de voiture, de look, de compagnon ou de compagne, de smartphone, ce que vous voulez, mais changez. Tout le monde est interchangeable : pas besoin de se gêner. Faire société ? C’est quoi, cette fatrasie ?

 

De toute façon, le « faire société » se délite, alors comme il faut bien vivre, jetons les valeurs communes (la nation) ; jetons-nous dans « l’associatif » pour retrouver de la proximité et du semblable homogène, et laissons privatiser les biens communs. Privatiser : le bien commun est devenu un investissement rentable.

 

HÔTEL DIEU 3.jpgGérard Collomb, « grand-maire » de Lyon, a vendu le quartier Grolée à Cargill, 49 immeubles de la rue de la République au fonds d’investissement du duc de Westminster. Entre-temps, il a eu l’occasion de vendre l’Hôtel-Dieu, monument historique avec son dôme de Soufflot, pour en faire un hôtel de luxe : de l’Hôtel-Dieu à l’hôtel de luxe.HÔTEL DIEU 4 PROJET.png Moralité ? Pas de moralité. On brade le bien commun. On privatise. Les dirigeants donnent l’exemple : on ne veut plus « faire société ». Ci-dessus (côté quai) l'état d'origine, et ci-contre (côté rue Bellecordière), l'état futur (!!!) de ces vénérables bâtiments.

 

Regardez la Grèce. Sans parler d’une fille Onassis qui, à 28 ans, vend l’île de Skorpios héritée de son (arrière ?) grand-père, parce qu’elle en a marre de son pays, ce qui est son droit, le gouvernement a vendu l’Acropole, non, pas celui d’Athènes, quand même, mais celui d’une petite ville à côté de Corfou sur l’Adriatique, pour y laisser construire un hôtel de luxe. Remarquez, ils ont bien vendu le port du Pirée aux Chinois.

 

Regardez les semences agricoles : Monsanto vient d’obtenir un arrêt superbe de la Cour Suprême des Etats-Unis pour commercialiser en toute liberté (et surtout en toute exclusivité) ses variétés inventées et dûment brevetées, et s’apprête, après de gros efforts de lobbying, à en inonder l’Europe. On appelle ça la privatisation du vivant.

 

Où en reste-t-il, du bien commun ? En vérité, je vous le dis : il est à vendre. C’est bien la preuve qu’il ne reste plus grand-chose pour « faire société », non ? D’abord, on est trop nombreux. Ensuite on est trop différents. Enfin on est trop indifférents. Comment voulez-vous « faire société » ?

 

On en est là. Avouez que ça commence à faire beaucoup, pour ce qui est de « faire société » : la décomposition est en voie d’achèvement. Un : pulvérisation du « corps social » en « associations » et autres « communautés » (geek, religieuses, orientation sexuelle et autres petites ou grandes manies, …). Deux : dissolution de la nation et de son histoire dans le grand bain mondial indifférencié. Trois : la grande privatisation du bien commun. Et c'est pas fini.

 

Et on parle encore de « société ».

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

vendredi, 04 mai 2012

LES MALHEURS D'ADOLF OGM

Résumé : les multinationales des OGM ont peut-être du souci à se faire.

 

 

Mille paysans indiens de l’Etat d’Andra Pradesh (ainsi que du Madhya Pradesh) ont obtenu d’un tribunal le versement, par BayerCropScience, de 850.000 euros d’indemnités, parce que la récolte 2011 (coton transgénique) a été inférieure de moitié à ce qu’elle aurait dû être. De MOITIÉ. C’est ce qui s’appelle déchanter.  

 

 

C’est une excellente nouvelle, car une firme OGM est une entreprise de vol organisé, et qui plus est de vol légal, puisque la brevetabilité du vivant a été avalisée (par qui précisément, au fait ?), au moyen d’arguties juridiques subtilissimes.

 

 

Et c’est d’autant plus du vol que le paysan qui s’est converti à la religion OGM est juridiquement contraint d’acheter chaque année ses nouvelles semences, au lieu de faire ce qu’on a toujours fait de tradition immémoriale, réserver 10 % de la récolte pour la semaison suivante.

 

 

M. Adolf « OGM » Monsanto a été obligé de reconnaître, en 2009, que son coton Bollgard est désormais totalement vulnérable au ver rose, dans le Gujarat. Du coup, je raffole du ver rose. Des chercheurs indiens pensent que le coton transgénique résiste très mal aux bactéries, ce qui va faire forcément baisser la productivité. Le potentiel des semences hybrides va baisser.

 

 

Une certaine « frisolée » (un virus) est apparue sur les nouvelles semences hybrides OGM. Depuis que je sais ça, je ne peux plus me passer de frisolée. Les « parasites suceurs » s’en donnent à cœur joie, alors même que les semences traditionnelles y résistaient très bien. Sans compter que les semences transgéniques consomment plus d’eau que les autres, ont besoin de plus de nutriments, et conduisent par là à l’épuisement des sols, d’où la nécessité d’un surcroît d’engrais.

 

 

Tout ça coûte cher au paysan : en 2006, des milliers d’entre eux, acculés à la faillite, se sont suicidés en avalant des pesticides (voir là-dessus le très instructif film de MARIE-MONIQUE ROBIN, Le Monde selon Monsanto, 2008, disponible en DVD).

 

 

En plus, techniquement, il semble que le maniement de ces semences soit compliqué et nécessite un savoir-faire spécifique, car chacune des 780 variétés OGM distribuées en Inde est conçue pour un sol précis, et doit accepter une proportion précise de semences non OGM pour éviter les résistances aux gènes insecticides des OGM. J’espère que vous suivez. Comme dirait SEMPÉ : « Rien n’est simple, et tout se complique ».

 

 

Il a donc fallu dix ans pour que les gens ordinaires et quelques autorités indiennes mesurent les problèmes que posent les semences OGM, dont on promettait, dans les publicités massives qui ont permis d’installer le marché, qu’elles étaient justement faites pour les résoudre, les problèmes.

 

 

Ben ça tombe bien, parce que figurez-vous qu’en dix ans, les semences locales ont eu le temps de disparaître, ou peu s’en faut. Vous voyez que ça sert vraiment à quelque chose, de déclencher des « controverses scientifiques » ! Dix ans pour que le masque commence seulement à tomber. Tout ce qui peut nuire aux OGM, en particulier l’observation de leurs effets pervers, doit être considéré comme une bonne nouvelle. Mais tout ce temps perdu, quel gâchis ! 

 

 

Pendant ce gâchis, que se passe-t-il aux Etats-Unis, berceau de cette avancée scientifique décisive que sont les OGM ? Eh bien, il semble qu’on y suive un chemin analogue. Le rendement stagne. La rentabilité de la culture du coton baisse, parce que les coûts augmentent. On se heurte au mur de la connaissance technique, alors qu’on promettait la plus grande facilité d’emploi.

 

 

Et puis on se rend compte que, si le coton « Bt » est efficace contre une chenille spécifique, il reste plusieurs dizaines de ravageurs. Le coton « Bt » a laissé le champ libre à ces derniers, qu’on connaît beaucoup moins bien, donc contre lesquels il est plus difficile de lutter. On recourt donc de nouveau aux pesticides classiques, dont les OGM devaient précisément nous débarrasser. Bref, les OGM n’ont rien amélioré, et en plus, ils ont semé le souk. Et en plus, ils ont foutu par terre une filière traditionnelle efficace. Encore bravo, monsieur Adolf OGM !

 

 

En attendant, n'oublions pas que

 

 

 

biotechnologies,manipulations génétiques,ogm,monsanto,inde,paysans,mon 810,coton bt,marie-monique robin,le monde selon monsanto,sempé

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

jeudi, 03 mai 2012

DES NOUVELLES D'ADOLF OGM

Un peu de douceur dans ce monde de brutes. Oh, ce n’est pas grand-chose, presque rien, mais on ne sait jamais : une hirondelle, après tout ne pourrait-elle pas faire, aussi, le printemps ? Un petit fait anodin ne pourrait-il pas, à son tour, annoncer un renversement de tendance ? De quoi s’agit-il ? Que s’est-il passé ?

 

 

Ça se passe en Inde. Ça fait dix ans que Monsieur Adolf OGM s’est installé avec tambours et trompettes dans les exploitations agricoles de l’Inde (Monsanto, BayerCropScience, …). Dix ans, ce n’est pas si mal, pour voir ce que ça donne sur la durée. 

 

 

J’ai fait passer dans ce blog quelques notes consacrées au sujet, dont une, très subtilement et très pertinemment (ben oui, quoi) intitulée : « Faut-il tuer Adolf Monsanto ? ». Avouez que c’était bien vu, quand même. Enfin, « c’est mon opinion, et je la partage », comme disent Dupont et Dupond, mais HERGÉ avait lu Les Mémoires de Monsieur Prudhomme, de HENRI MONNIER. 

 

 

 

prudhomme 1.jpg

C'EST CE MONSIEUR PRUDHOMME QUI DECLARAIT :

« LA MER ? UNE TELLE QUANTITE D'EAU FRISE LE RIDICULE. » 

 

Je ne veux surtout pas, et pour cause, entrer dans les aspects scientifiques du débat. J’ai pendant de longues années fait partie de jurys d’examen en « biotechnologie ». J’en ai gardé d’excellents souvenirs poétiques, d’une délicieuse poésie, hermétique pour moi, mais non sans un charme secret, qui émanait des travaux des candidats. La musique propre à cette langue enchante encore mon oreille : « hotte à flux laminaire », « boîte de Petri », « électrophorèse », « anticorps monoclonaux », et tant d’autres trouvailles harmonieuses, pour ne pas dire célestes.  

 

 

Mon propos était de montrer que le premier intérêt des firmes OGM n’est pas de faire progresser la qualité ou la quantité de la nourriture mondiale, ni même d’assurer la sécurité alimentaire future des pays pauvres, mais de faire prospérer des entreprises industrielles, dont le premier souci est de « générer » (je sais, ce n’est pas beau) des bénéfices – quelles que soient les conséquences, bien évidemment, pourvu que la machine crache du cash.

 

 

Et pour que le crachat soit le plus gros possible dans le porte-monnaie, rien de mieux qu’un empire. L’ « imperium ». L’objectif de Monsanto est de cet ordre-là : fonder un empire. Est-il comparable au 3ème Reich ? Parlons de l’OGM Reich, si vous le voulez bien. Le nazisme et le stalinisme ont inventé le totalitarisme politique. Il est presque logique que la modernité ait inventé le totalitarisme économique, moins terrifiant, moins visible, donc infiniment plus habile.  

 

 

La ruse a remplacé la terreur. C’est vrai, comme c’est très vilain de verser du sang, on se contente de privatiser le vivant. De breveter des éléments de la nature. De les confisquer au profit de quelques-uns. D’introduire dans toutes les agricultures du monde les gènes brevetés. De rendre ainsi le paiement de la dîme obligatoire et régulier.

 

Le rêve génétiquement modifié, à l’image des monarchies pétrolières, c’est la RENTE. Rentier : tu ne fais rien, tu te contentes de respirer, et l’argent rentre. Enfin, pas tout à fait rien : tu fais bosser des chercheurs, parce qu’il faut préserver la rente future et rester concurrentiel. Mais en gros, c’est ça. Une rente discrètement introduite dans le paysage normal et entrée dans les mœurs. Mais ce n’est certes pas un thème capable de captiver ou de mobiliser les foules. D’autant qu’il adopte pour ses déplacements la blouse respectable, couleur de muraille blanche, des hommes de laboratoire. 

 

 

Les détails scientifiques sont juste là pour amuser les gogos et obscurcir le paysage, pour, en quelque sorte, occuper le terrain avec une belle, bonne, grosse « controverse scientifique », vous savez, ce rideau de fumée qui permet de retarder des décisions politiques ou sanitaires contrariantes pour la prospérité de l’empire industriel et de ses actionnaires.  

 

Malheureusement, tout serait allé pour le mieux pour BayerCropScience et pour Monsanto, s’il ne s’était pas trouvé que, malgré toutes les précautions juridiques, c’est bel et bien au plan scientifique que la durée de dix ans semble apporter des arguments à ceux qui contestent les bienfaits des OGM.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

La suitetfin à demain.

 

 

mercredi, 14 mars 2012

OGM : LE DOUTE PROFITE AU CRIMINEL

Oui, on a bien lu : le doute ne doit plus profiter à l'accusé, mais au criminel. On pourrait même dire : au criminel impuni, voire encouragé par les puissants. Puisqu'il fait partie des puissants.

 

 

J’aurai le triomphe modeste, je vous promets, et je ne clamerai pas, d'un air victorieux : « Je vous l'avais bien dit ». Les aimables lecteurs qui auront l’obligeance et la vaillance de se reporter à mes billets des 28 février et 1 mars le constateront d’eux-mêmes : ce blog est véritablement d’avant-garde, pour ne pas dire prophétique. Mais j’ai juré d’avoir le triomphe modeste. Pour les lecteurs qui n’aiment pas regarder dans le rétroviseur, petit rappel des faits.

 

 

Les deux jours précités, j’abordais le problème des OGM en affirmant nettement qu’il ne fallait surtout pas entrer dans la « controverse » scientifique, parce que, selon moi, elle fait partie de la STRATEGIE de firmes mondiales comme Monsanto ou BayerCropScience, et que cette stratégie est purement commerciale, et vise à aplanir les obstacles qui se présentent face au rouleau compresseur de la conquête mercantile du monde.

 

 

L’obstacle, en la matière, étant les résultats obtenus de façon rigoureuse dans les laboratoires des scientifiques, qui remettent en question l'innocuité de certains produits et de certaines innovations, il s’agit donc, pour les industriels, qui sont aussi des marchands, de tout faire pour le franchir ou le contourner, cet obstacle que constitue la vérité. En l’occurrence, il s’agit de neutraliser la vérité. De la rendre inopérante dans la durée. Le plus inopérante possible, le plus longtemps possible.

 

 

Or, il vient de sortir un livre consacré, précisément, à ce sujet. Le titre est en lui-même, sans le savoir, une approbation, bref, en un mot comme en cent, un éloge sans fioritures de ma propre argumentation, rendez-vous compte : Les Marchands de doute. Les auteurs sont beaucoup plus savants que moi : NAOMI ORESKES, de l’université de Californie, à San Diego, et ERIC M. CONWAY, du Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

 

 

Editions Le Pommier, 29 euros, c’est vrai, mais attention, 512 pages, on entre dans le respectable et l’argumenté. Plus documenté, tu meurs.  CLAUDE ALLÈGRE peut aller se rhabiller, avec ses impostures médiatiques énoncées avec l’aplomb le plus imperturbable (qui est souvent, soit dit en passant, l’ineffaçable marque du mensonge et masque de la bêtise) et ses « courbes scientifiques » qu’il a lui-même retravaillées au stylo-bille.

 

 

Un titre formidable. Le mien (la « stratégie de la controverse ») est trop compliqué. Les Marchands de doute, ça situe tout de suite le problème sur le terrain juste : le FRIC. Mais je l’ai dit, les auteurs sont beaucoup plus savants que moi. En particulier, ils mettent le doigt sur ce qui fait le lien entre des événements qui n’ont, en apparence et pour le commun des mortels, aucun lien.

 

 

Pensez donc, ils vont du tabac au réchauffement climatique, en passant par les pluies acides et le trou dans la couche d’ozone. Rien à voir, direz-vous, entre tous ces terrains de discussion. Eh bien détrompez-vous ! Mais commençons par le commencement : le tabac.

 

 

Pour le tabac, on est dans les années 1950. Certains scientifiques commencent à être emmerdants : ils pointent une sorte de concomitance et de proportionnalité entre d’une part la consommation de tabac et d’autre part la survenue de cancers des voies respiratoires, bronches et poumons principalement.

 

 

Pour l’industrie du tabac, il est « vital » (!) de neutraliser l’information scientifique qui commence à se répandre dans le public et, plus grave, dans les sphères politiques, où se prennent les décisions concernant la santé publique. Il est vital que des masses de gens continuent, l'esprit tranquille, à s'adonner à l'inhalation de fumées diverses, et au remplissage des caisses de Philip Morris et d'AJ Reynolds.

 

 

Deux vecteurs s’avèrent indispensables pour contrer le danger : la meilleure des agences de communication (ce sera Hill and Knowlton), et des scientifiques prestigieux et politiquement sympathisants. La stratégie consiste à semer le doute sur les résultats de la science. Comment ? On amplifie artificiellement des incertitudes souvent réelles mais limitées, et puis on valorise à tout bout de champ le doute ainsi créé en se servant des réseaux politiques, économiques et médiatiques.

 

 

La « stratégie du tabac » fut d'une efficacité redoutable et, à ce titre, servit de modèle : l’industrie cigarettière américaine ne commença à perdre des procès que dans les années 1990. Quarante ans de gagnés, quarante ans de profits. Oui, un sacré délai, tout entier consacré aux profits. C’est d’ailleurs le but principal de la manœuvre.

 

 

 

La stratégie fut simplement décalquée et recyclée quand il s’est agi d’autres controverses scientifiques, concernant l’environnement, le réchauffement climatique, et tcétéra. S'étonnera-t-on d'apprendre que les tenants de cette stratégie appartiennent aux couches les plus conservatrices et les plus réactionnaires de la population ?

 

 

Les Marchands de doute le dit : certes, le doute fait partie intégrante de la démarche scientifique, mais en l’occurrence, il est, tout simplement, instrumentalisé. « Vous pouviez utiliser cette incertitude scientifique normale pour miner le statut de la connaissance scientifique véritable ».

 

 

Un « mémoire » produit par l’un des dirigeants de l’industrie du tabac en 1969 titrait : « NOTRE PRODUIT, C’EST LE DOUTE ». Et le doute, en la matière, reste le meilleur moyen de contrer l’ensemble des faits et, dans le fond, d’anéantir la réalité de ces faits.

 

 

Je n’ai parlé, fin février-début mars, que des OGM. Soyons sûrs que la stratégie actuelle de Monsanto et des climato-sceptiques ne diffère en rien de celle qu’expose Les Marchands de doute, de NAOMI ORESKES et ERIC M. CONWAY.

 

 

L’aspect le plus redoutable de ce doute-là, qui n’a rien de scientifique, c’est qu’il est EFFICACE. Et s’il est efficace, c’est pour une raison très précise : il interdit au politique de prendre la décision d’interdire le produit.

 

 

Avec ce doute-là, oui, IL EST INTERDIT D’INTERDIRE. Tiens, ça me rappelle quelque chose. Drôle de retournement des choses, vous ne trouvez pas ?

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jeudi, 01 mars 2012

OGM : MAIN BASSE SUR LE VIVANT (fin)

Résumé : l’industrie des OGM, Monsanto en tête, a réussi un fort joli coup en imposant un débat scientifique. Car, pendant que la controverse occupe le devant de la scène et s’étale dans le temps, les entreprises ont tout loisir de conquérir des marchés, selon la stratégie bien connue du FAIT ACCOMPLI. Les Israéliens, en poursuivant à marche forcée la colonisation de Jérusalem-Est et de portions toujours accrues de la Cisjordanie, ont fort bien compris la force impressionnante de cette stratégie qui, simultanément, produit un effet d'irréversibilité apparente, et crée des objets de concessions éventuelles dans la perspective de négociations futures. Revenons aux OGM.

 

 

OGM MONSANTO 1.jpg

C'EST VRAI QUE MONSANTO N'A PAS QUE DES OGM A SON ACTIF 

 

La CONTROVERSE, ça fait donc partie de la STRATEGIE. Regardez ce qui s’est passé au sujet du réchauffement climatique, avec l’offensive à coups de millions de dollars des climatosceptiques américains contre les scientifiques du GIEC : qui parle encore du Protocole de Kyôto et de son application ? Ils sont arrivés à imprimer dans les opinions publiques qu’il y avait un DOUTE, que c’étaient des hypothèses, qu’on n’en savait rien. Tant qu’il n’y a pas de preuve tangible du danger, on continue comme avant.

 

 

Pour les OGM, c’est exactement la même manœuvre. Tant que personne n’a dûment, clairement et scientifiquement PROUVÉ qu’ils étaient néfastes, nocifs et dangereux, Monsanto continuera donc comme avant, imperturbablement, à VENDRE ses marchandises. La controverse est dans ces deux cas une stratégie GAGNANTE.

 

 

C’est bien pour ça qu’il ne faut surtout pas y entrer, dans la controverse. La controverse scientifique, qu’on se le dise, est un simple bocal. Ou un miroir aux alouettes, si vous préférez. De toute façon, les conclusions ne pourront pas être tirées avant que quelques dizaines d’années aient laissé aux OGM le délai suffisant pour produire (ou non) leurs effets.

 

 

Aussi n’est-ce pas sur le terrain scientifique qu’il faut se placer (voir ma phrase d’introduction, avant-hier, eh oui, il fallait tout ça). Si vous commencez à produire des arguments de type scientifique, les « gens en face » ont déjà préparé les réponses, et vous, en scientifique honnête, vous avez besoin de temps pour vérifier leur exactitude. C’est tout ce qu’ils demandent, les « gens en face ». Vous êtes ligoté dans le bocal du piège du filet de la souricière du guêpier de la controverse.

 

 

Il faut voir les choses autrement. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai commencé ce billet sur le thème de la domination américaine. « Américaine » n’est d’ailleurs pas tout à fait exact : il faudrait plutôt parler de la domination de la multinationale Monsanto sur un marché mondial précis. Enfin, il y a tant de portes de communication entre la firme et l’Etat américain, qu’on finit par ne plus savoir. C’est ce qu’explique très bien le film Le Monde selon Monsanto, de MARIE-MONIQUE ROBIN (DVD arte video). Outil indispensable.

 

monsanto, ogm, écologie, nature, manipulations génétiques, giec, protocole de kyoto, le monde selon monsanto, marie-monique robin,  

L’un des exemples intéressants qui montrent clairement les intentions de Monsanto, ce sont les réglementations adoptées par les instances européennes depuis deux ou trois ans. Pour la « Commission » (la « grosse commission », forcément), de deux choses l’une, soit on est agriculteur, soit on est semencier. Elle a interdit d’être les deux à la fois, comme ça se pratique depuis le Néolithique.

 

 

C’est très simple, parce que c’est écrit sur le papier de la « grosse commission » : l’agriculteur agriculte, le semencier semencie. Le premier, chaque année, achètera au second. Fini, le torchon dans les serviettes et inversement. Fini, de réserver 10 % de sa récolte pour l’année suivante, comme le paysan avait toujours fait.

 

OGM MAIS.png

DESOLE, JE NE PEUX PAS FAIRE PLUS LISIBLE 

 

L’agriculteur est un producteur de choses qui se mangent. Le semencier est un producteur de choses dont le premier a besoin pour faire des choses qui se mangent. Pour te faire dûment inscrire comme semencier, une condition impérative : avoir inscrit tes semences dans un registre prévu à cet effet.

 

 

C’est là que l’action des lobbies à Bruxelles se fait délicieusement sentir. Une semence ne sera dûment enregistrée dans le registre que s’il est prouvé scientifiquement qu’elle est stable. Or la Nature étant ce qu’elle est, d’une année sur l’autre (eau, ensoleillement, etc.), rien de plus variable et instable que la qualité des semences.

 

 

Oui, seules les semences obtenues en laboratoire peuvent prétendre, paraît-il, à une stabilité satisfaisante selon les critères de la « grosse commission ». Et, cerise sur le gâteau, si une semence contient une seule séquence génétique d’un organisme officiellement breveté (breveter du vivant, il faut le faire !), elle appartient à la firme qui l’a fabriquée. Il suffira d’une contamination en plein champ pour que la séquence en question se répande. Résultat ? Cela s’appelle : « Par ici la bonne soupe ! ».

 

 

Il paraît que dans les complexes de cinéma, en Hollande ou en Angleterre (et sans doute ailleurs), la totalité des films projetés vient des Etats-Unis ? « Par ici la bonne soupe ! », disent les producteurs américains. L’agriculture européenne passera dans quelque temps sous la coupe exclusive des marchands d’OGM ? « Par ici la bonne soupe », s’exclament le conseil d’administration et les actionnaires de Monsanto.

 

 

 

PICSOU.jpg

PORTRAIT EXCLUSIF DE L'ACTIONNAIRE DE MONSANTO 

 

La logique mise en œuvre dans ce genre d’opérations, dans tous les processus qui ressemblent à ça, la seule logique, tout le monde la connaît : est bon, est beau, est moral ce qui rapporte le maximum. Ici, il faut que le vivant crache le maximum de pépètes. Pour cela, il faut que tout le BIEN COMMUN appelé NATURE depuis la nuit des temps, tombe dans l’escarcelle personnelle de quelques firmes.

 

 

Le Téléthon, le Généthon, quoi qu’on en pense par ailleurs, ont, me semble-t-il et sauf erreur, réussi à ce que les découvertes sur le génome humain ne puissent jamais être brevetées. J'espère que ça reste et restera vrai. Mais malheureux ! On avait oublié le végétal ! Monsanto a réussi le tour de force de faire admettre la « brevetabilité du vivant » : la confiscation pure et simple, au bénéfice de quelques-uns, de ce qui avait toujours appartenu à tout le monde.

 

 

Face au rouleau compresseur des groupes de pression richissimes mis en place par des multinationales richissimes, la petite Europe fait figure de ventre mou, d’ectoplasme flasque. Ecoutez donc un nommé MARTIN PIGEON raconter les coulisses bruxelloises, et vous aurez une vue plongeante sur ce qu’on est bien obligé d’appeler non la marche normale des choses, mais des FRIPOUILLERIES.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Je garde pour une autre fois la question de la corrélation entre toutes les substances neurotoxiques et l'explosion des maladies neurodégénératives (Parkinson, Alzheimer, ...). Les curieux peuvent aller écouter l'émission Terre à terre du 10 décembre 2011.

 

http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-maladi...

 

 

Cela dure une petite heure, mais ça en vaut la peine. Et ça fait peur.

 

 

 

 

 

 

 

 

mardi, 28 février 2012

OGM : CONFISQUER LE VIVANT

Il n’y a pas lieu de débattre scientifiquement des OGM. « Nous l’allons montrer tout à l’heure », comme aurait dit LA FONTAINE (Le Loup et l’agneau). C’est juste une histoire de pognon et de domination. D’appropriation de la vie par une secte avide de pouvoir, façon scientologie (« Eglise mon c… », dirait Zazie, soit dit en passant).

 

 

Je ne sais pas si vous suivez les péripéties politiques, législatives, judiciaires et sanitaires des OGM en France (et en Europe). Vous avez peut-être vu la belle (enfin disons, pas laide) NATHALIE KOSCIUSKO-MORISET : elle a été tout récemment promue porte-parole du récemment proclamé candidat NICOLAS SARKOZY.

 

ogm,monsanto,bayercropscience,la fontaine,le loup et l'agneau,nathalie kosciusko-moriset,nicolas sarkozy,zazie,france,europe,mon 810,écologie,paul françois,michel sardou,martin luther,jean calvin,2è guerre mondiale,amérique,américains

L'ANCIENNE CONSEILLERE ECOLOGIE DE L'UMP 

 

Avant que son ministère de l’écologie soit ainsi supprimé, elle a eu le temps de claironner que le Mon810, maïs génétiquement modifié par la firme Monsanto, allait être de nouveau interdit par décret, suite à l’annulation de la précédente interdiction par le « Conseil d’Etat » (institution suprême), annulation incompréhensible pour le commun des mortels.

 

ogm,monsanto,bayercropscience,la fontaine,le loup et l'agneau,nathalie kosciusko-moriset,nicolas sarkozy,ump,zazie,france,europe,mon 810,écologie,paul françois,michel sardou,martin luther,jean calvin,2è guerre mondiale,amérique,américains

LES RAISONS DE LA COLERE 

 

Accessoirement et entre parenthèses, la firme Monsanto vient d’être condamnée à Lyon pour avoir intoxiqué PAUL FRANÇOIS, agriculteur en Charente, qui avait inhalé par accident du « Lasso », parce qu’il avait confondu – quel étourdi, quand même ! – les flacons de son eau de toilette préférée et de son pesticide favori. Fermez la parenthèse.

 

ogm,monsanto,bayercropscience,la fontaine,le loup et l'agneau,nathalie kosciusko-moriset,nicolas sarkozy,ump,zazie,france,europe,mon 810,écologie,paul françois,michel sardou,martin luther,jean calvin,2è guerre mondiale,amérique,américains

PAUL FRANÇOIS

 

Cela tient du feuilleton, et même de la série américaine. Ça tombe bien, puisque ça vient précisément d’Amérique. « Dis papa, c’est loin, l’Amérique ? – Tais-toi et nage. » Visiblement, ce n’est pas assez loin. Ils auront vraiment tout exporté, les Américains. Et MICHEL SARDOU peut bien chanter : « Si les Ricains n’étaient pas là, vous seriez tous en Germanie », cela n’empêche pas qu’ils nous en ont fait bouffer, de l’innovation américaine, du rêve américain, de l’ « american way of life ».

 

 

Bon, c’est vrai que, si les guerres de religion en Europe n’avaient pas chassé des milliers, puis la misère des millions d’Européens pur sucre, il n’y en aurait pas eu, des Etats-Unis. Mais si l’Eglise catholique n’avait pas été intimement corrompue et pourrie jusqu’à l’âme, il n’y aurait pas eu de Réforme, pas de MARTIN LUTHER, pas de JEAN CALVIN, et donc pas de guerres de religion. On peut continuer longtemps la chaîne des « si ».

 

 

Il reste que les Etats-Unis étant au 20ème siècle la plus grande puissance, dans tous les domaines, ils se sont permis de TOUT exporter. C’est même à exporter que leur a servi la 2ème Guerre Mondiale, finalement, si on regarde ce qui a suivi. Si j’avais été historien, c’est peut-être comme ça que j’aurais aimé la raconter, moi, la guerre. Mais je vois déjà quelques fronts se plisser et quelques sourcils se froncer, alors j’arrête.

 

 

Les Américains, ils ont TOUT exporté. Cela a commencé avec les chewing gums que les GI’s lançaient aux civils qui regardaient passer les jeeps. Cela a continué avec le cinéma, les appareils ménagers, la télévision, les programmes de télévision, bref, avec l’industrie américaine, avec la culture américaine, avec le mode de vie et le mode de pensée américains.

 

 

C’est bien normal, dans ces conditions, que ça continue avec les OGM, non ? Or dans ce domaine, l’habileté diabolique des promoteurs de ces marchandises (car elles font d’abord et avant tout l’objet d’un commerce), c’est d’avoir su effacer purement et simplement le caractère industriel et commercial de l’entreprise, et de l’avoir fait migrer subrepticement vers la controverse scientifique.

 

ogm,monsanto,bayercropscience,la fontaine,le loup et l'agneau,nathalie kosciusko-moriset,nicolas sarkozy,ump,zazie,france,europe,mon 810,écologie,paul françois,michel sardou,martin luther,jean calvin,2è guerre mondiale,amérique,américains

C'EST SI BEAU QUE ÇA, LA SCIENCE ? 

 

Pourquoi est-ce habile ? Parce que, quand on entre dans un débat scientifique, on doit laisser la parole aux spécialistes, en gros, aux hommes de science spécialisés en génétique. Cela revient à les laisser s’étriper dans le champ hermétiquement clos des revues spécialisées. Et accessoirement, à maintenir les « profanes » à distance, et d’empêcher les « mouvements d’opinion » de nuire aux affaires (voir mediator, amiante et autres belles réussites industrielles).

 

 

Le Radithor a bien été vendu en flacon jusqu’au début des années 1930, avant qu’on se rende compte des rapides dégâts du radium, matière évidemment hautement radioactive, sur la vie humaine. On aurait tort de se gêner. L’amiante ? Le sang contaminé ? Fables. Calembredaines.

 

 

Placez une bonne controverse au milieu de la scène, et vous avez quelques siècles, devant vous, pour la liberté du commerce. Car le vrai scientifique souffre d'une maladie incurable : il est honnête, contrairement à tout ce qui a quelque chose à vendre. Il se soucie avant tout d'établir des faits. C'est une sorte de malédiction, quand il se trouve face à un margoulin. Par-dessus tout, l'établissement des faits.

 

 

ogm,monsanto,bayercropscience,la fontaine,le loup et l'agneau,nathalie kosciusko-moriset,nicolas sarkozy, ump,zazie,france,europe,mon 810,écologie,paul françois,michel sardou,martin luther,jean calvin,2è guerre mondiale,amérique,américains

L'ETIQUETTE GAGNE A ÊTRE LUE

« EAU RADIOACTIVE CERTIFIEE »

(produit fabriqué de 1918 à 1928 par Bailey Radium Laboratories Inc.)

 

Cela revient à noyer le poisson, le très gros poisson naïf et mal informé de l’opinion publique, auquel on intime l’ordre de passer son chemin et d’attendre les trente ou cinquante ans qui seront nécessaires pour aboutir à des conclusions qui fassent enfin consensus entre les spécialistes. L’autorité de la Science en sortira renforcée, tout au moins si les lobbies ne finissent pas par avoir le dessus et la peau des empêcheurs de s’enrichir en rond. 

 

 

Pendant ce temps, qu’est-ce qu’ils font, les industriels et les commerciaux de Monsanto et autres BayerCropScience ? Ils ne restent pas inactifs, ils parcourent le monde, ils prospectent les marchés, ils signent des contrats. En un mot, ils VENDENT leurs OGM. C’est comme ça que ça fonctionne : pendant que la controverse scientifique prend le temps d’enfumer les esprits et de détourner l’attention, les OGM prennent celui de s’installer dans les sols et dans les pratiques agricoles.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

Les courageux peuvent aller voir, sur le même sujet, mon billet du 11 juin 2011 : « Faut-il tuer Adolf Monsanto ? ».

 

 

La suite-et-fin à demain.

 


 

samedi, 05 novembre 2011

BISPHENOL LEGAL = POISON OFFICIEL

Ou : « Comment on instrumentalise un DEBAT SCIENTIFIQUE ».

 

 

Petit 1 – On sait désormais, depuis qu’a éclaté l’affaire SERVIER, que l’industrie pharmaceutique dans son ensemble prétend œuvrer au bénéfice de la santé des populations, alors que le premier bénéfice visé est d’ordre actionnarial : ce n’est pas l’efficacité sanitaire qu’on cherche, mais la rentabilité, le rendement par action, la profitabilité, les bénéfices, bref, les picaillons, la fraîche, le flouze, le pèze, la brocaille, et tout ce qui est convertible en or.

 

 

Remarquez, on le savait déjà depuis, par exemple, le travail de PHILIPPE PIGNARRE (Le Grand secret de l’industrie pharmaceutique). On sait d’ailleurs que cette industrie est de plus en plus incapable de découvrir ou d’inventer de nouvelles molécules efficaces, comme si, pendant que le rendement des investissements en Recherche et Développement tend vers zéro, les profits, eux, tendaient vers l’infini.

 

 

Petit 2 – On sait maintenant, au sujet d’entreprises comme Monsanto,  Syngenta (Novartis), Pioneer Hi-Bred, Bayer CropScience, que les industries biotechnologiques, qui prétendent avoir pour objectif la suffisance alimentaire de l’humanité en 2050, visent essentiellement à s’assurer ad vitam aeternam une rente viagère monstrueuse, une fois qu’elles auront breveté toutes les semences génétiquement modifiées par leurs soins, autrement dit une fois qu’elles se seront approprié tout le vivant.

 

 

Quelle que soit la validité des études scientifiques qui promeuvent ce genre de semences, validité dont il est légitime a priori de douter, la principale objection à faire à l’usage généralisé des O. G. M. est d’ordre économique et moral et en bout de course, politique. Qui oserait s’arroger le droit de privatiser toute la nature, tout le vivant et, pourquoi pas tant qu’on y est, toute l’humanité ?

 

 

Que ceux qui contestent une telle assertion regardent ce qui se passe à Bruxelles et mettent le nez dans la façon dont les réglementations européennes sur les semences se mettent en place (voyez pour cela ma note du 11 juin).

 

 

3 – On sait enfin (« Attendez-vous à savoir », disait la renommée GENEVIEVE TABOUIS) qu’il en sera de même très bientôt pour l’industrie chimique, à cause du BISPHENOL A. Monsieur ANDRÉ CICOLELLA, de Réseau Environnement Santé, a beaucoup contribué à faire connaître le Bisphénol A.

 

 

J’ai évoqué ici même le 4 octobre le cas du Bisphénol A, pour faire écho à la remise en question de la certitude héritée de GALIEN, l’ancêtre de la pharmacie, qui a légué à tous ses successeurs le dogme suivant : « LA DOSE FAIT LE POISON », encore largement en vigueur dans les « milieux autorisés ».

 

 

C’est sur la base de ce dogme que toutes les autorités sanitaires, depuis qu’elles existent, ont défini ce qu’on appelle un « seuil », ou « D. J. A. » (Dose Journalière Admise), au-delà duquel la santé humaine risquerait d’être affectée par un produit déterminé. Il semble qu'on s'achemine de plus en plus vers une formule plus proche de la vérité, du genre : « LE POISON FAIT LE POISON », quelle que soit la dose.

 

 

Bilan d'étape, sans rire :

 

Ces trois branches industrielles, qui veulent continuer à prospérer financièrement, font tout pour empêcher que soient rendues publiques les nuisances éventuelles des innovations qu’elles vendent au prix fort. Elles redoutent que se fasse jour dans l’opinion publique, puis, plus gravement, chez les décideurs, la méfiance sur l’innocuité de ce qu’elles présentent comme des progrès indéniables. S’agissant de ces industries, ne serait-on pas fondé à parler d’organisations criminelles (qui mettent en circulation, sciemment et impunément, des poisons) ?

 

 

Elles ont donc adopté systématiquement une unique stratégie pour peser de tout leur poids sur la puissance publique et retarder la fermeture du robinet à fric. Cette stratégie porte un nom.

 

 

LA CONTROVERSE.

 

 

La trouvaille est géniale. Rien de plus démocratique et rationnel en apparence que l’arme de la controverse. Rien de plus malhonnête et pervers que cette arme entre les mains des avocats de ces industries. Car il faut distinguer le scientifique, en gros, un ahuri qui regarde surtout dans son microscope et dans son tube à essai, et le décideur (administratif ou politique), qui occupe une position comparable à celle d’un verrou : c’est lui qui a le pouvoir d’ouvrir ou de fermer le verrou.

 

 

Le scientifique n’avance rien dont il ne soit sûr. Ça tombe bien, le décideur ne décide (dans la théorie bleu ciel, on suppose qu’il est honnête) qu’en toute certitude. Un seul cas est susceptible de retenir sa main d’agir sur le verrou. Vous avez deviné : c’est la CONTROVERSE. Car si l’industriel réussit à planter dans le paysage de la certitude scientifique quelque chose qui ressemble à un doute crédible, la main du décideur, qui allait fermer le verrou sur le Bisphénol A, s’arrête en pleine action. Le décideur attendra la fin de la controverse. Dans dix ans ou plus.

 

 

Ce n’est pas ici le lieu d’entrer dans la subtilité des raisonnements scientifiques et des arguments répliqués par les industriels. Je ne tiens pas à vous chasser par l’ennui chers lecteurs (on m’a dit de flatter pour attirer du monde). Pour rester le plus clair possible, et pour résumer l’excellent et complet article de STEPHANE FOUCART, dans Le Monde daté du 29, qui prend le temps, lui, d’entrer dans les détails, je me contenterai de schématiser les deux logiques qui s’affrontent.

 

 

A ma gauche, sur le ring, les scientifiques [oui, c'est un ring particulièrement vaste], qui conduisent des recherches, obtiennent des résultats, publient ces résultats dans des revues. Bref, qui travaillent. Au fil du temps et des avancées, se forme ce qu’il faut appeler un CONSENSUS au sein de la communauté scientifique.

 

 

C’est le cas à propos du Bisphénol A : tous les connaisseurs sont d’accord pour admettre que cette molécule a des effets inquiétants. Cela s’appelle le « consensus de Chapel Hill » (2006). Les quarante spécialistes en question affirment qu’ils ont établi quelques certitudes, c’est tout.

 

 

A ma droite, sur le même ring, les belliqueux, je veux dire les industriels, ainsi que leur produit, le Bisphénol A, qui entre dans la composition d’objets largement commercialisés, donc qui génère des profits non négligeables.

 

 

Pour eux, il est nécessaire de continuer à vendre ce produit pour que l’argent continue à entrer dans la caisse. Il est même nécessaire de continuer à tout prix, fût-ce celui de la santé des foules, à cause de tous les industriels qui ont besoin du Bisphénol A dans les marchandises qu'ils fabriquent.

 

 

Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer sur le pré, en champ clos, les armes à la main. Il est donc logique que ces logiques entrent en guerre. En réalité, seuls les industriels veulent la guerre. La guerre n'intéresse pas les scientifiques : ils veulent juste établir un  savoir. Les industriels ne veulent pas savoir, mais accroître leurs avoirs.

 

 

Et le moyen principal qu’ils ont trouvé, dans toutes leurs guerres contre la science et pour le profit, c’est d’introduire, pour anéantir le CONSENSUS scientifique, l’idée de CONTROVERSE. La controverse, c’est l’idée magistrale ! Elle tient de l’art de la guerre chez les Chinois. Et c’est très efficace.

 

 

Médiator, Mon 810, Bisphénol A, trois produits, une seule stratégie : la CONTROVERSE. Notons en passant que c’est aussi la stratégie adoptée par les climatosceptiques qui ont jeté le discrédit sur les travaux du G. I. E. C. (réchauffement climatique). Mais il y avait aussi une sombre histoire, soi-disant, de "complot".

 

 

Il n’y a pas de meilleure stratégie : si vous affirmez à grands coups de publicité que les scientifiques sont des cons, personne ne vous suivra. Autant vaudrait être la « vox clamans in deserto » (ouf, j'ai réussi à la placer, celle-là). Il faut être un peu plus subtil, et dépenser l’argent autrement.

 

Recette pour créer de la controverse :

 

Faites pratiquer en laboratoire indépendant des contre-analyses assez crédibles pour être prises au sérieux, et vous jouez sur du velours. Dans le cas du Bisphénol A, dit STEPHANE FOUCART, les contre-analyses « répondent à des critères très précis, dits "de bonne pratique de laboratoire" », dont le protocole, fixé dans les années 1950, est aujourd’hui complètement obsolète. Comme par hasard, c’est ce protocole qui sert de point de repère officiel au décideur. Mais allez fairre saisir ces subtilités retorses aux téléspectateurs !

 

 

Mais comme le décideur n’a que ce point de repère, vous avez gagné une bonne grosse CONTROVERSE, qui vous les fait gagner, vos dix ans de délai. Qu’au passage et en plus, il ait fallu distribuer des mensonges, des prébendes, des postes confortables (ça s’appelle « corruption »), si ça ne fait pas de bien, ça ne peut pas faire de mal. Et c'est moins voyant.

 

 

La CONTROVERSE est donc le nec plus ultra de la stratégie négationniste des industriels pour jeter le trouble dans les esprits, en particulier ceux des décideurs. Rien de mieux pour empêcher qu’une quelconque décision soit prise à l’encontre des intérêts des industriels. Rien de mieux pour paralyser un centre de décision. Car pendant que le décideur attend la fin de la controverse, libre à vous d’écouler votre saloperie sur les marchés.

 

 

Pas d’affolement : vous avez tout votre temps.

 

 

Voilà ce que je dis, moi.