Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 mai 2015

POUR TEDI PAPAVRAMI 1

1/2 

PAPAVRAMI.jpgJe n’ai jamais mis les pieds en Albanie. Je connais fort peu d’Albanais. Un très curieux livre d’un nommé Rexhep Qosja (prononcer Redjep Tchossia, paraît-il), intitulé La Mort me vient de ces yeux-là. TBC EUROPA 1.jpgUne BD d’un nommé TBC, Europa, en deux épisodes, sur quelques mafias venues de par là-bas (on va dire Balkans) : plus brutal, plus noir et plus désespéré, j’imagine que c’est toujours possible, mais. 

Oh, et puis il y a les faits divers : quelques saisies d’héroïne dans les milieux albanais de la banlieue lyonnaise. Et puis un drôle de business, aussi : un immeuble destiné à la démolition dans un quartier en rénovation, squatté par une bande d’Albanais qui « louent » les « logements » à des compatriotes au tarif de 150 € la semaine. Et la police n’a pas le droit d’intervenir tant que personne n’a porté plainte. Mais est-ce qu’un sans-papiers porte plainte ? Ce serait étonnant, non ? Le monde actuel est décidément délicieux. 

2015 MAI 27 2.jpg

Le Progrès, 27 mai 2015 (p. 10).

Non, l’Albanie, ce n’est pas que ça, faut pas croire. Il y a le grand Ismaïl Kadaré et ses livres, Le Pont aux trois arches, Le Général de l’armée morte, Avril brisé, Les Tambours de la pluie, Qui a ramené Doruntine ?, …. Et puis il y a Tedi Papavrami. Il n’est pas écrivain. Il a quand même écrit un récit autobiographique, à l’incitation des quelques amis conseilleurs. Le livre s’intitule Fugue pour violon seul (éditions Robert Laffont, 2013). 

Ne pas s’attendre à de la littérature. L’ouvrage se veut un témoignage. Car l’Albanie dont il parle est celle d’Enver Hoxha (prononcer Hodja ?), alias « Oncle Enver », l’avatar albanais du « Guide Suprême », l’égal des Staline, Ceaucescu, Pol Pot, à l’échelle d’un pays de 3.300.000 habitants, grand comme la région Poitou-Charente (dixit l’auteur, je n'ai pas vérifié). Je veux dire leur égal dans la folie tyrannique, la joie sanguinaire et la férocité des méthodes policières. 

Le cher homme était même assez atteint pour quitter le Pacte de Varsovie, au grand dam du « Grand-Frère » soviétique, et se brouiller avec l’autre « Grand-Frère » Mao Dze Dong, et transformer son petit pays en forteresse retranchée du reste du monde, derrière ses barbelés. Ceux qui voulaient s’échapper de ce « paradis communiste » avaient tout intérêt à réussir du premier coup. Il va de soi que le niveau de vie et l’état économique et industriel du pays sont tombés plus bas que ceux du Burkina-Faso, ou même du Malawi. Ça explique peut-être les mafias.

Mais Tedi Papavrami n’était pas un gamin ordinaire : il appartient à l’espèce rarissime des enfants prodiges, des génies précoces. Ça ne s’explique pas : c’est comme ça. Lui, c'est le violon. Quelqu’un qui vous aligne aussi net les Caprices de Paganini à neuf ans, vous dites comme Victor Hugo dans William Shakespeare (2, IV, 3) : « A Pégase donné, je ne regarde point la bride. Un chef d’œuvre est de l’hospitalité, j’y entre chapeau bas ; je trouve beau le visage de mon hôte ». Il faut voir comment un gamin de onze ans est capable de vous envoyer dans la figure la Campanella de Paganini, en Grèce en 1982 (cliquez pour 10' 21" d'étonnement, ce n'est pas toujours « propre » dans les sautillés, mais bon). Il a onze ans. Et même pas peur.

J’ai commenté, il y aura bientôt un an (22-24 juin 2014) le livre de Nikolai Grozni, Wunderkind (« enfant prodige »), qui m’avait frappé de saisissement, par la terrible âpreté de l’aventure. Lui, c'était le piano. Le monde bulgare de l'époque soviétique, comme une jungle où n’évoluent que des fauves, qui n’attendent que l’occasion de s’entredéchirer, sous un ciel de pierre, dans un air irrespirable, au fond d'une bassine où bouillonne la noirceur. Un livre absolument glaçant et passionnant, avec au centre un Chopin hissé jusqu'au tragique. 

Avec Papavrami, l’ambiance est plus amène, parfois même pleine d'urbanité. Grozni détestait son père, n’aimait pas trop sa mère. C’était sans doute réciproque. La famille Papavrami, d’origine bourgeoise, est tolérée par le régime communiste, qui lui laisse la maison ancestrale, avec son jardin, ses mandariniers, son mur protecteur, ses souvenirs. Mais c'est une famille solide, à l'ancienne. Une famille, quoi.

L’équilibre, socialement et politiquement, est toutefois instable. Papa travaille au « lycée artistique », dans la section musique, où sa réputation d’excellent pédagogue du violon fait merveille, en même temps qu’elle le protège tant soit peu des rigueurs du régime. C’est simple : tout le monde le respecte, voire le craint.

Il est frustré dans sa carrière depuis la sortie du Pacte de Varsovie, qui l’a obligé à retourner à Tirana avant d’avoir achevé ses études à Vienne (où il a acheté un violon Bergonzi, dans lequel un luthier parisien ne verra plus tard qu'un faux). Mais la famille vit dans une bonne ambiance de tranquillité, dans une maison agréable, avec un jardin clos de murs.

Des privilégiés, somme toute. 

Voilà ce que je dis, moi.

samedi, 17 janvier 2015

TARAF DE HAÏDOUKS

Ils m'ont tué Cabu. Ils n'avaient pas le droit.

 

Pour ne pas trop penser à sa mort, à celle de  Wolinski et des autres, en ce moment, je me shoote à la musique. Une musique de joie et d’énergie, si possible. Le hasard faisant bien les choses cette fois, je suis retombé en triant quelques disques sur un album que je n’avais plus écouté depuis une éternité.

 

A l’époque, le groupe s’appelait « Les lăutari de Clejani ». Clejani est unecabu,wolinski,charlie hebdo,musique,lautari de clejani,taraf de haïdouks,roumanie,bucarest,panaït istrati,présentation des haïdoucs,ceaucescu,jazz,jam session,conducator,le vagabond des limbes,godard et ribera,bande dessinée commune située à proximité de Bucarest, au sud-ouest. En remettant le CD sur la platine, je me suis demandé pourquoi j’avais enterré si longtemps cette musique éclatante de vie. D’un autre côté, je me dis que c’est merveilleux de redécouvrir. Parce que vous avez de nouveau cette incroyable impression de « première fois » qui vous saisit. Cette musique, vous ne l’aviez jamais entendue auparavant. Vous êtes disponible. Tout neuf.

 

cabu,wolinski,charlie hebdo,musique,lautari de clejani,taraf de haïdouks,roumanie,bucarest,panaït istrati,présentation des haïdoucs,ceaucescu,jazz,jam session,conducator,le vagabond des limbes,godard et ribera,bande dessinéeSurtout qu’entretemps, (de 1988 à 1991) ils ont changé de nom. Moi, je les connaissais sous le nom de « Taraf de Haïdouks ». En français : orchestre de bandits d’honneur, « haïdouk » désignant un Robin des Bois à la roumaine. Relire à cette occasion Présentation des haïdouks, petit livre mémorable de Panaït Istrati. Ils ont eu leur heure de gloire. Pas d'erreur possible. Et c’est sûr, ce sont les mêmes. Le vieux Nicolae Neacşu, Ion Manole, Ion Fălcaru, d’autres, on les retrouve d’un CD à l’autre. Environ une douzaine, en formations variables suivant les morceaux.

 

J’ai passé grâce à eux des instants magiques, me replongeant dans descabu,wolinski,charlie hebdo,musique,lautari de clejani,taraf de haïdouks,roumanie,bucarest,panaït istrati,présentation des haïdoucs,ceaucescu,jazz,jam session,conducator,le vagabond des limbes,godard et ribera,bande dessinée ambiances exotiques datant d’avant la chute de Ceaucescu. Du coup, j’ai révisé les trois volumes que je m’étais procurés du temps de la célébrité de ces « haïdouks ». Dans celui de 1994 (« Bandits d’honneur,chevaux magiques et mauvais œil »), j’était littéralement tombé en extase en écoutant la plage 7 (« Cintec de Dragoste şi joc »). C’est une chanson d’amour, paraît-il. Mais quelle envolée, ma parole !

 

C’est étourdissant. Vous les entendrez, les deux compères, ils se relancent l’un l’autre, ils se répondent. Que disent-ils ? Je n'en sais rien, et je m'en fiche. Une « jam session » endiablée, rien d’autre. Ils se laissent aller à l’idée du moment, à la réplique qui fuse. Dans le jazz, on appelle ça l’improvisation. Et attention, ils sont déchaînés. La preuve que c’est excellent, c’est que les producteurs ont laissé les éclats de rire quand le morceau s’arrête. Ils sont tout étonnés d'avoir fait ça, de s'être donnés comme ça, ensemble. Des ambiances comme ça, ça ne se rencontre pas tous les jours, surtout en studio.

 

Le fin du fin, je l’ai trouvé sur Youtube. Un film de 1998 qui dure 44'16". C’est une chance unique, je vous assure. C’est enregistré par des Suisses qui s’y connaissent en sons musicaux et en technique d’enregistrement (c'est quand même en Suisse que Kudelski a inventé le Nagra et que Studer a fondé la marque Revox) : le son est parfait. Je veux dire que chaque instrument est individualisé au moment où il le faut.

 

Le plus formidable dans l’histoire, c’est qu’on les voit de près, chacun à son tour. Le vieux Neacşu qui n’a plus de dents et qui joue et chante « Balada conducatorului » (le Conducator en question s'appelait Ceaucescu) en tirant artistement un crin de cheval sur les cordes de son violon. Le cymbaliste barbu et le bassiste, les deux virtuoses de la « section rythmique ». Les deux accordéonistes qui, à deux minutes de la fin, réussissent à jouer strictement la même ligne mélodique effrénée. Les acrobaties ahurissantes de deux des violonistes, le grassouillet tout placide et l’enthousiaste tout nerf. Les interventions du flûtiste, Fălcaru je crois, avec son air un peu égaré de vagabond des limbes (aucun rapport avec la BD de Ribera et Godard).

 

Un des airs qui me touchent particulièrement est intitulé « Pe deasupra casei mele » (plage 4) : situé tout au centre du concert, il étonne et détonne. Son rythme balancé, ses modulations plus complexes entre couplets et refrain, ses quatre solistes successifs, contrastés et homogènes, ont un grand charme.

 

Je ne me lasse pas de visionner ces images qui me remplissent de joie. Ces musiciens se regardent, s’écoutent, se donnent. On les voit exulter, sérieux ou exubérants. La « Cintec de Dragoste » n’a pas autant d’éclat que la version mentionnée, mais ça déménage quand même.

 

Un film musical à la pêche insurpassable.

 

Je suis sûr que Cabu aurait adoré.

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

Les plages : 1 – Turcească ; 2 – Balada conducatorului (à 8’58") ; 3 – Rustem şi suite (à 16’46") ; 4 – Pe deasupra casei mele (à 21’07") ; 5 – Doina, hora şi briu (à 25’16") ; 6 – Cintec de dragoste ca la Roata (à 31’12") ; 7 – Tot Taraful (à 36’38").

 

mardi, 15 mai 2012

VOTE FRONT NATIONAL ? FAITES-LE TAIRE !

Ceux qui viendraient lire ce billet parce qu’ils pensent trouver l’expression d’une horreur absolue à l’égard des thèses du Front National doivent être prévenus : ils seront déçus. Ceux qui espéreraient au contraire y trouver un éloge des mêmes thèses en seront pour leurs frais. Mon propos est ailleurs.

 

 

Si MARINE LE PEN a des convictions et des « théories », ce que je peux en connaître me fait dire que tout ça manque de sérieux. En revanche, la muselière que le système politique, paraît-il républicain, accroche au museau de ces chiens d’électeurs du Front National me semble une grave anomalie.

 

 

Je veux ici m’étonner contre cette anomalie incompréhensible, s’agissant de ce qu’il faut appeler, faute de mieux, la démocratie. Ma question est la suivante : « Qu’est-ce que la représentativité ? ». Le principe par lequel le représentant représente. C’est bête, va-t-on me dire. Oui et non. Est-ce que les électeurs du Front National sont représentés politiquement ? Non. Ce n’est pas normal.

 

 

On est d’accord, MARINE LE PEN, c’est salissant, c’est vilain, c’est sûr que ça ne se fait pas, une immondice pareille. PIERRE MARCELLE, le beau démocrate de Libération, proposait même très récemment de l'interdire. Charlie Hebdo, roi de la bonne conscience et de la bien-pensance « de gauche », se contente, au milieu d'une page, de dessiner une grosse merde légendée MARINE LA PEN. Bel exemple de lucidité, sans doute « de gauche ».

 

 

Mais bon, c’est comme ça, et n'en déplaise à tous ces démocrates de bazar : MARINE LE PEN, ça fait 17,9 % au premier tour de la présidentielle. Je signale doucement que trois semaines après le premier tour, silence radio, c’est comme si MARINE LE PEN n’avait jamais existé. « Je vous assure, mon cousin, vous avez dit "bizarre, bizarre". – Moi, j’ai dit "bizarre" ? Comme c’est bizarre ».

 

 

Vomir le Front National, c’est devenu aujourd’hui le PGCD (plus grand commun dénominateur) de ceux qui forment le cordon sanitaire contre la « peste brune » appelé « front républicain ». JEAN-LUC MELENCHON participe à l’enfumage : admirez le héros de caméra que je suis, qui ose aller défier MARINE LE PEN dans son fief (le mot « fief », prononcé par un journaliste, a un délicieux parfum de moyen âge).

 

 

La fable, comme a raison de le susurrer MARTINE AUBRY, est évidemment destinée à occuper les petits enfants dans le bac à sable des médias (qui détestent le « populisme » d’où qu’il vienne, comme on sait, mais qui raffolent de son effet extraordinaire sur l’Audimat, et donc sur les tarifs imposés aux publicités).

 

 

L’hypothèse des « démocrates », c’est que les gens qui ont voté pour la LE PEN ne sont que des dégénérés. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’ils ne sauraient être considérés comme des vrais et bons Français. Et c’est vrai qu’à l’arrivée, on peut se demander. Le consensus. Zéro député Front National. On a tiré la chasse d’eau. Six millions de gens, d’abord traités en « citoyens » (avant l’élection), disparaissent dans la trappe. Escamotée, la « démocratie ».  

 

 

Réfléchissons un peu : comment les commentateurs expliquent-ils les 17,9 % de MARINE LE PEN au premier tour ? Primo – Par l’angoisse sociale de gens précarisés. Secundo – Par la peur de la mondialisation et le besoin de repli sur soi. Tertio – Par le sentiment du déclassement identitaire face à des populations venues d’ailleurs, avec des mœurs inassimilables (autrement dit, la xénophobie, il paraît).

 

 

Ce n’est peut-être pas faux. Mais il n’y a pas que ça. Pourquoi, en 2007, NICOLAS SARKOZY a-t-il réussi à « siphonner » les voix des électeurs de JEAN-MARIE LE PEN ? Parce qu’en utilisant ses thèmes dans ses discours, il a, en quelque sorte, promis de les traiter dans la réalité s’il était élu. Quoi d’étonnant à ce que ces électeurs se soient sentis trahis par le petit homme, cinq ans après ? Et le lui fassent payer ? Ça marche une fois, pas deux.

 

 

Si les gens qui veulent se faire élire se contentent d’être des hypermarchés, sur les rayons desquels ils promettent à toutes les catégories de la population qu’elles trouveront l’intégralité des variétés de yaourts, et qu’à l’arrivée, au lieu de la diversité des produits, on se retrouve dans un magasin soviétique, avec seulement des yaourts aux morceaux de mûres (« c’est comme ça et pas autrement », variante du célèbre « there is no alternative » de MARGARET THATCHER), c’est forcé qu’ils le désertent, l’hypermarché.

 

 

Les électeurs du Front National qui ont voté SARKO en 2007ont bien vu qu’il n’était qu’un de ces « camelots bavards qui vous débitent leurs bobards » (YVES MONTAND, Les Grands boulevards). Et ils n’ont aucune envie des morceaux de mûres. La vie politique française, c’est exactement ça.

 

politique,société,france,démocratie,chambre des députés,front national,élections législatives,marine le pen,jean-marie le pen,élection présidentielle,jean-luc mélenchon,martine aubry,parti socialiste,françois hollande,populisme,extrême droite,nicolas sarkozy,margaret thatcher

POUR L'EXPLICATION, VOIR CI-DESSOUS

 

On croit être dans « la vie Auchan ». En réalité, on est devant la vitrine de ce magasin de chaussures pour femmes contemplée avec stupéfaction au centre de Bucarest à l’été 1990, juste après la fin de CEAUCESCU et du « communisme » : à des dizaines d’exemplaires, rangés comme un bataillon de Coréens du Nord à la parade (ou comme les croix militaires du cimetière de Douaumont), un seul et unique modèle à haut talon, recouvert d’une sorte de papier à motifs roses. Une sorte d’uniforme, quoi.

 

politique,société,france,démocratie,chambre des députés,front national,élections législatives,marine le pen,jean-marie le pen,élection présidentielle,jean-luc mélenchon,martine aubry,parti socialiste,françois hollande,populisme,extrême droite,nicolas sarkozy,margaret thatcher

VOIR CI-DESSUS

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

A suivre.

 

 

 

 

 

 

samedi, 04 février 2012

LE FLEAU DU DROIT DE VOTE (3)

 

Les tribulations d’un bulletin de vote en Afrique et ailleurs.

 

Le Sénégal est une démocratie, c’est entendu. C’est en toute indépendance que le Conseil Constitutionnel de cette démocratie exmplaire a validé, au mépris de la Constitution, la candidature d’ABDOULAYE WADE à un troisième mandat (il a 80 ans bien tapés), tout en refusant celle de YOUSSOU N’DOUR, sans doute trop chanteur pour être assez avide de pouvoir. Ne pleurons pas trop sur ce dernier, qui possède à peu près tout ce qui se fait dans le pays en matière de musique et de spectacle On est entre puissants. Entre puissants, on se respecte. Habituellement. Enfin, c'est ce que dit la rumeur.  

 

Prenez la République Démocratique du Congo, c’est presque pareil : de nombreux témoins affirment que le camp du président sortant, JOSEPH KABILA, a bourré les urnes. Son adversaire de toujours, ETIENNE TCHISEKEDI, se proclame vainqueur mais, le jour où il va prêter serment dans un grand stade de Kinshasa, qu’est-ce qu’il fait, KABILA ? Eh bien c’est tout simple, il envoie les chars. C’est normal, c’est lui, le chef des armées. Et les armées, elles obéissent démocratiquement. 

 

 

Tout le monde se souvient de la Côte d’Ivoire, de LAURENT GBAGBO (il paraît qu’on prononce « babo »), d’ALASSANE OUATTARA, de l’armée française, des troubles dans le quartier de Yopougon, de la femme du président en place, SIMONE GBAGBO, de la filière cacao, d’un journaliste français, GUY-ANDRÉ KIEFFER, qui enquêtait sur le côté obscur du dit cacao, de la disparition du dit journaliste, je ne reviens pas sur tous ces événements palpitants. 

 

 

L'affaire ne nous dit pas ce que ça va devenir, car le plus beau brevet de démocrate qu'on peut adresser à un dirigeant, dans certains pays, c'est quand, battu aux élections suivantes, il laisse la place à son successeur, sans faire d'histoires. Pas comme GBAGBO. On verra OUATTARA à l'oeuvre. 

 

  

Bon, on ne va pas énumérer les « présidents à vie » des 59 pays africains. Surtout qu’ils ne sont pas tous des méchants, loin de là. Certains ne le sont qu’un tout petit peu, méchants. Quelques-uns, peut-être, pas du tout. Pas assez puissants pour faire du mal. Et même gentils, va savoir.  

 

L’affaire des « biens mal acquis » a révélé les incroyables fortunes accumulées (hôtels particuliers, châteaux, Rolls-Royce,...) par ces vampires du continent, ces nababs confortablement assis au sommet de tout qu’ils ont confisqué à leur propre population. Tout le monde a entendu des noms comme EYADEMA, MUGABE, SASSOU-NGUESSO, BIYA, DEBY et quelques autres, peu recommandables en général.

 

 

Ceux-là, si quelqu’un veut leur ôter le trône de sous le derrière, ça fait du boulot de force armée en perspective. Avis à la population : ils ne se laisseront pas faire. Si si, on vous l'a dit, le suffrage universel, c'est le fin du fin.

 

 

En Egypte, c’est génial : les Frères Musulmans, triomphalement élus, font désormais figure de grands démocrates et d’extrêmes modérés, depuis que les Salafistes ont obtenu aux élections démocratiques une minorité confortable à la Chambre. On ne rappellera pas les scores « soviétiques » et « brejnéviens », du temps de HOSNI MOUBARAK et de ZINE ELABIDINE BEN ALI, en Egypte et en Tunisie.  

 

Les tribulations d’un bulletin de vote dans les « grands pays ».

 

Cette appellation de « soviétique » et de « brejnévien », en ce qui concerne un score électoral, n’a absolument rien d’usurpé. Que ce fût en U. R. S. S. ou dans les pays du Pacte de Varsovie, aucun « chef bien aimé » n’aurait accepté d’être « élu » avec moins de 99,9 % des voix. Mais c’était pour montrer aux chiens capitalistes que tout un peuple adhérait unanimement à la doctrine du dit « chef bien aimé ».

 

 

La Russie de VLADIMIR POUTINE, on peut dire qu'elle est dans la continuité. A la différence près qu'aux dernières élections, on a l'impression que les urnes n'ont pas été bourrées de « bons bulletins », mais au contraire vidées, puisqu'il arrivait entre 50 et 60 % et que le bizarre, c'est que ça a fait très bizarre aux électeurs. 

 

 

La preuve, c'est que ça n'empêche pas les Russes de manifester en nombre, à pied pour se faire embarquer à trente par cellule, ou en voiture, en opération escargot, sur les boulevards extérieurs de Moscou, pour protester contre des fraudes massives. On a même vu une manifestation, dans je ne sais plus quelle ville, de jouets, avec des chèvres en plastique et des personnages Playmobil brandissant des pancartes portant un seul mot : « DEGAGE ». On est quasiment dans Le Dépeupleur de SAMUEL BECKETT.

 

NICOLAE CEAUCESCU en Roumanie, ENVER HODJA en Albanie, JOSIP BROZ TITO en Yougoslavie, WLADISLAW GOMULKA en Pologne, ERICH HONECKER en Allemagne de l’Est, bref, tous, ils ont mouché à la pèlerine du « grand frère » soviétique, et tous ils ont tâté du 99,9 %. Le 0,1 %, c’était pour les « malades mentaux » et « inadaptés » du régime, et autres gras pensionnaires des villages de vacances de Sibérie et de l’archipel du Goulag. 

 

 

Remarquez, aux Etats-Unis, GEORGE WALKER BUSH, malade mental (en tant que fondamentaliste chrétien), a bien accompli deux mandats de quatre ans chacun : c’est bien que des Américains ayant le droit de vote l’ont élu, même s’il est avéré que de jolies fraudes ont été commises en Floride, dont le gouverneur s’appelait JOHN ELLIS BUSH (dit JEB), propre frère du précédent. 

 

 

En Floride, en 2004, le recomptage des bulletins (les électeurs doivent perforer, parmi les cases prévues à cet effet, celle qui a leur préférence) avait donné lieu à des joyeusetés inédites. Je ne sais plus quelle expression les Américains avaient trouvée pour désigner les cases pas tout à fait perforées, mais ça voulait dire quelque chose comme case « enceinte », ou « au ventre gonflé ». On peut dire que ça a pinaillé et chinoisé à mort.

 

 

 

Qu'est-ce qui s'est passé en coulisse, quelle menace a pu être proférée, pour que JOHN KERRY et le camp démocrate mettent la queue entre les jambes et s'esbignent ? La fraude était flagrante, mais l'énormité des enjeux aussi. La limpidité de la démocratie américaine a tout d'un coup été troublée, mais pas trop. J'en conclus que la démocratie américaine échappe pour une large part au peuple américain. Et ce n'est pas le film sur JOHN EDGAR HOOVER, le grand prêtre du F. B. I. cornaqué en coulisse par les plus gros pontes de la mafia, qui va arranger l'image.

 

 

 

Voilà ce que je dis, moi.

 

 

 

 

 

vendredi, 20 mai 2011

ARCHITECTURE : HITLER A GAGNE

Il faudra bien qu’un jour on cesse de faire de Staline et Hitler des épouvantails, des incarnations d’un Mal définitivement enterré à des années-lumière de notre monde si heureusement né au chef d’œuvre qu’est la démocratie, dans l’histoire des sociétés humaines. Il faudra cesser de mettre les deux grands totalitarismes du 20ème siècle dans des parenthèses, comme des parois étanches qui en font des sortes d’exceptions historiques, des espèces de dérapages du flux normal de la grande Histoire : finalement des erreurs. Non :  Staline et Hitler ne sont ni des dérapages, ni des exceptions, ni des erreurs. Ils sont l’expression, la conclusion logique, l’aboutissement « normal » d’un système né avec l’Europe industrielle (ça fait 150 ans, ou à peu près).

 

Qu’ils en aient été de sinistres caricatures ne change rien : Staline découle en pire du terrorisme d’Etat mis en place par Lénine (après tout, il a commencé sa carrière en attaquant des banques avec la bande qu’il dirigeait) ; Hitler découle en pire des traités qui ont suivi la guerre de 1914-1918 et des errements de la République de Weimar. Alors, c’est vrai : les doctrines de l’un et de l’autre, dûment condamnées, sont enfermées dans les placards, dans les caves et dans les archives. Mais elles ne sont pas restées sans postérité, sans descendants, sans héritiers dans notre monde très moderne, très actuel, pour tout dire. Le monde que nous héritons du passé doit aujourd'hui beaucoup à Staline et Hitler, comme j’ai essayé de le montrer pour l’eugénisme dans ma note du 12 mai dernier.

 

Pour voir si je ne délire pas, je me tourne vers un témoin irréfutable : Albert Speer, l’architecte de HITLER, son seul confident, paraît-il. Evidemment inscrit au Parti nazi, dont il devient rapidement l’architecte en chef, il a une conception de l’architecture qui épouse étroitement les visions du Führer, mais celui-ci va y insuffler toute l’ampleur de sa démesure. Et c’est quoi sa conception ? Par exemple, il invente « la valeur des ruines » : dans 1000 ans, il faudra que les ruines laissées soient aussi belles que celles, visibles aujourd’hui, de l'antiquité grecque. Dans leurs cartons, qu’est-ce qu’ils ont comme projets, les deux complices ? Le Reichstag, paraît-il (cf. Wikipédia), une coupole treize fois plus haute que Saint Pierre de Rome (131 mètres, ça nous porte à 1703 mètres : étrange). L’arche triomphale aurait pu contenir dans son ouverture l’Arc de Triomphe de l’Etoile (49,54 mètres). Pour le futur stade des « jeux aryens » à Nuremberg (après suppression des Jeux Olympiques), 400.000 places prévues. Bref, l'architecture nazi, c’est de l’impérial, du monumental, du triomphal de masse. Bref : surenchère, démesure, volonté de puissance (tiens tiens !).

 

Il faut dire que Mussolini a tenté de rivaliser avec Hitler, mais il n’avait pas les moyens. Consolons-le en lui répétant, sur son bulletin scolaire, que l’intention y était : « Bien, mais doit mieux faire, s’il veut accéder à la plus haute marche ». Côté Staline, c’est pas mieux, à voir les palais soviétiques, la magnifique Loubianka, à Moscou, vous savez, le palais du KGB de sinistre mémoire, remplacé par le moderne et riant FSB, et diverses autres grandioses réalisations dans les « démocraties populaires ». J’ai vu de mes yeux, en 1990, ce que Ceaucescu avait prévu de construire en plein Bucarest : un immeuble-ville, après avoir détruit sans sourciller quelques dizaines d’églises, dont certaines du 18ème siècle. Dans le même temps, il projetait de rassembler la population roumaine dans quelques dizaines de méga-villes, pour restituer à l’agriculture toute la surface disponible, moyennant la destruction pure et simple de quelque 5000 villages. Quand je me tue à vous dire que Hitler, il est pas mort. Est-ce que le gouvernement roumain d’aujourd’hui, forcément démocratique, on vous dit, sait désormais quoi faire de ce machin (je ne vois pas d’autre terme) ?

 

Mais du côté de chez nous, les pays « libres», comme toute le monde dit, qu’est-ce qu’on voit, éberlué ? Qu’est-ce que c’est, l’Empire State Building ? Qu’est-ce que c’est, les tours de Kuala Lumpur ? Burj Khalifa à Dubaï (828 mètres) ? Le stade de Maracaña ? Qu’est-ce que c’est, le plus grand pont du monde ? Le plus gigantesque barrage du monde (en Chine : le « Trois gorges ») ? Le tunnel le plus long du monde (en Suisse : le « Gothard »)? Etc., etc., on n’en finirait pas. Bon, vous avez compris : surenchère, démesure, volonté de puissance. Quand je vous disais que Staline et Hitler ne furent que l’expression caricaturale d’un système industriel voué par nature au gigantisme et à la compétition illimitée du gigantisme !

 

Je vais aggraver notre cas, à nous autres, les sociétés « démocratiques », qui se donnent en spectacle désirable à « toutes les dictatures antédiluviennes » (qu’on se demande comment elles ont pu se perpétuer). C’est à propos d’une autre trouvaille architecturale, vous savez, celle qui, moyennant finance, vous permet de gagner la Côte d’Azur le plus rapidement (sauf en cas de bouchon, d’accident ou de chute de neige un peu imprévue). Allez, lecteur, ne te fais pas plus bête que tu n’es. C’est évidemment l'autoroute. Tu sais, estimable lecteur, de quand ça date, l’autoroute ? De 1924 (77 kilomètres entre Milan et la région des lacs). Et tu ne devineras jamais où ça a été inventé ? Allez, je te le dis : Italie. Et qui est au pouvoir ? Mussolini. Et qui va se mettre à en fabriquer à n’en plus finir ? Adolf Hitler. Et à quoi ça devait servir prioritairement ? Acheminer les armées, les camions, les blindés, les canons, les chars. Evidemment, aujourd’hui, plus personne ne se pose la question : l’autoroute, c’est tellement plus pratique (tiens, c’est comme l’ordinateur, l’internet, le téléphone portable, la musique portable, etc.). L’autoroute, on l’emprunte (et on la rend à la sortie).

 

Moralité ? Toute le monde a compris : l'architecture et l'autoroute, qui structurent de fond en comble l’espace et le territoire de nos si désirables démocraties, nous ont été léguées par Hitler.

 

L’excellent Philippe Muray (y avait longtemps…) parle quelque part des fameuses tours du World Trade Center. Il parle, à leur propos de cataclysme architectural. Je trouve que c’est bien vu. Mais si l’on va par là, il faut bien dire que la tour Eiffel s’inscrit dans la lignée, au chapitre de l’archéologie des cataclysmes architecturaux (tour qui, au passage, a été prolongée « ad vitam aeternam » en 1909, année prévue de sa démolition, quand ce sont des militaires qui se sont rendu compte qu’elle pouvait rendre d’éminents services). La Tour Eiffel inaugure l’ère des exploits architecturaux. Ils ne cesseront plus. Je passe sur les projets que Le Corbusier, heureusement, n’a pas eu le temps ou l’occasion de concrétiser, restés à l’état de dessins : Paris rasé, sauf les monuments touristiques, pour dégager l’espace et y construire de gigantesques tours pour y mettre les masses ; Rio de Janeiro réduit à un gigantesque immeuble continu (sur des kilomètres), avec, évidemment, l’autoroute passant sur le toit.

 

Surenchère, démesure, volonté de puissance. Vous vous rappelez la devise si sublime des Jeux olympiques ? « Citius, Altius, Fortius ». Je n’ai même pas besoin de traduire, je pense ? Ce que nous condamnons aujourd’hui dans les camps de concentration, c’est l’espace même dans lequel nous vivons. Un espace concentrationnaire. La seule différence, c’est que pour nous, c’est payant.

 

Staline et Hitler sont les paroxysmes de la civilisation industrielle. Nous en sommes les continuateurs. Les héritiers, en quelque sorte. 

 

Alors, vous croyez toujours qu’ils sont des aberrations de l'histoire ?