Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 novembre 2017

L’HUMANITÉ EN PRIÈRE 3

Des nouvelles de l'état du monde (7).

3/4

LA SUBVERSION PAR LA TECHNIQUE

Revenons aux bienfaits et méfaits de la technique : tout outil peut, à l'occasion, se transformer en "arme par destination" (comme disent les juristes pénalistes) : marteau ou tournevis, ou encore « un coup de bûche excessif » fera très bien l'affaire pour « estourbir en un tournemain un noctambule en or massif » (tonton Georges). Parmi les maux, les vices et les tragédies dont souffre notre "Modernité", beaucoup sont aimablement fournis par les mêmes instruments qui ont façonné notre si splendide, si brillant et si confortable cadre de vie. Tous les Comités d'Ethique sont de grossiers alibis flasques, de vulgaires rustines gélatineuses pour faire semblant de boucher des trous : certes oui, on peut dire que la technique est la MEILLEURE des choses produites par l'humanité. 

Mais la technique est aussi (et dans le même mouvement) la PIRE. Demandez donc à Günther Anders et à son concept de « honte prométhéenne » ce qu'ils en pensent : comment pouvez-vous être heureux et fier d’avoir créé un objet (il pensait à la bombe atomique) dont la puissance dépasse allègrement  toutes vos capacités de contrôle ? Comment se fait-il que nous soyons comme des bambins béats devant des objets qui surpasseront bientôt nos capacités de compréhension ?

Georges Friedmann, déjà, connu comme sociologue du travail, était plus raisonnable, qui s'inquiétait de ce que la technique a forcément des effets non négligeables sur la structure même de la société et sur la représentation du monde qu'elle induit. Ce que Günther Anders reproche à la technique quand l'homme laisse libre cours à son génie inventif et innovant est très simple : plus l'objet fabriqué contient d'ingéniosité et de complexité, moins son utilisateur est capable d'en comprendre le fonctionnement, donc de rester pleinement maître de ses actes. Il est juste dépassé. Par l'objet, par tout l'amont industriel devenu invisible dans l'objet fini, par tout son quotidien, façonné par l'accumulation de ce type d'objet.

Essayez donc de réparer votre télévision, votre IPhone, votre tablette numérique, pour voir. Essayez donc d'intervenir en quoi que ce soit sur vos objets connectés, tiens, pour voir. Cela s'appelle de l'incompétence. Les ravis du numérique sont tous (ou presque) des incompétents. Ils se contentent de biberonner la nouveauté à la mamelle des GAFA, nourrices modernissimes. Et de compter, en cas de besoin, sur les petites mains des techniciens spécialistes, auxiliaires puériculteurs.

Quand le juge estime que l'automobiliste aurait pu éviter l'obstacle qui s'est invité tout d'un coup dans son champ de vision, il lui colle une amende pour un motif très simple :  « défaut de maîtrise du véhicule ». Je pose la question : sur lequel des objets qu'il utilise quotidiennement, voire en permanence, son utilisateur a-t-il la maîtrise ? C'est exactement ce que reprochait à la technique Günther Anders dès les années 1950 : nous ne parvenons plus à maîtriser les objets produits à grands renforts de neurones dans les laboratoires de "Recherche et Développement". Défaut de maîtrise ! Nos objets nous échappent.

Nous ne pouvons plus soutenir le rythme, ne serait-ce que pour esquisser un effort d'adaptation. Par le simple geste de l'achat, nous voilà promus au rang d' « utilisateurs », c'est-à-dire, ni plus ni moins, de « consommateurs » réduits à la passivité. Aussi frénétique que soit notre usage de l'objet, le seul fait de l'utiliser est un acte d'obéissance, de soumission, d'allégeance, puisqu'il entraîne un lien de dépendance, de la conception au mode d'emploi, en passant par la réparation éventuelle : il nous échappe. Cela signifie que ce sont ces objets qui nous agissent. Ils ont pris l'initiative, et nous suivons.

Notre seul choix d'hommes libres : dire oui ou non à ce programme. Ceux qui disent oui sont mus soit par leur contexte professionnel, forcément impérieux, soit par l'idée qu'ils se font des avantages procurés, dont ils seraient bien bêtes de se passer, « c'est tellement pratique ! ». Bref : ils adhèrent. Celui qui dit non a au moins la satisfaction de se dire qu'il reste libre, lui. Malheureusement, il se trouve dans un environnement de plus en plus généralement gouverné par ces objets. A quoi bon entretenir son petit lopin en agriculture biologique, quand celui-ci est cerné par des terres bourrées de chimie ? Il n'y aura pas d'îlots préservés. Rendez-vous, vous êtes cernés.

Les tribus primitives avaient un peu plus de sagesse que nous, quand elles prenaient le temps qu'il fallait pour soumettre la moindre nouveauté à de longs palabres et à un examen détaillé des implications et conséquences possibles. Elles savaient que le risque dont chaque nouveauté est chargée était la déstabilisation de tout le corps social, du fait que la nouveauté porte en soi l'invalidation de l'existant. La nouveauté nous fait trouver ringard, vermoulu, arriéré, périmé ce que nous avons, ce que nous savons, ce que nous mangeons, ce que nous pensons, et même ce que nous sommes. La nouveauté, même à dose raisonnable, vient démentir ce qui était. Pour notre malheur, plus bornés que l'humanité primitive, nous avons perdu ce savoir élémentaire. L'humanité "moderne" est devenue intestinale : capable d'avaler de la nouveauté à dose massive pour l'excréter toujours plus vite. Tout est devenu jetable. Nous faisons du monde que nous n'exploitons pas encore (ou plus du tout) une énorme décharge. Vider / remplir / vider / remplir : voilà l'horizon.

Or s'il n'y a pas la durée, il n'y a pas de vrai : qu'est-ce qu'une vérité dans un monde de changements permanents, rapides et profonds ? Qu'est-ce qu'une vérité à "obsolescence programmée" ? Pour qu'un peu de vrai puisse s'établir, il faut lui donner sa chance, lui laisser un peu de temps, voir s'il convient, pour qu'on puisse placer en lui une confiance un peu durable. La durée est une condition essentielle du vrai. Plus une vérité est précaire, moins elle est une vérité, et plus nous devenons inquiets et vulnérables. Demandons-nous en passant qui a intérêt à raccourcir sa durée de vie : à coup sûr, ceux qui travaillent d'arrache-pied à alimenter en carburant le moteur de l'innovation technique. A programmer l'obsolescence accélérée du vrai.

L'innovation technique est l'ennemie du vrai, puisqu'elle ne cesse de démentir (croyons-nous) le cadre de nos certitudes et de nos repères. Nous avons pris la stabilité et la durée en horreur. Or, plus une situation est instable, plus elle est conflictuelle et incontrôlable. Et plus elle peut devenir dangereuse : un Vrai qui se fragmente voit se multiplier des "vrais" parcellaires qui s'affrontent. Quand plus rien n'est assez fort pour unifier un corps, celui-ci devient un champ pour la bataille que se livrent ses parties.

Ceci au moins est vrai pour tout, de la mésentente conjugale et du divorce à la coexistence entre les peuples. La technique n'est que l'un des facteurs de l'instabilité (et de l'insécurité) qui monte partout mais, c'est sûr, elle joue les premiers rôles dans le fait que nous bazardons de plus en plus vite le vrai à la poubelle. Conséquence : l'insécurité (militaire, économique, climatique, identitaire, ......) grandit à tous les étages de notre magnifique building, et dans tous les compartiments. Le building tremble sur ses bases.

On nous en rebat les oreilles : seuls ceux qui sauront s'adapter seront sauvés. S'adapter ! Le commandement unique de l'époque actuelle ! On ne vous dit pas à quoi, mais "Adaptez-vous" ! Soyez réactif ! Mobile ! Labile ! Fluide ! Plastique ! Si vous n'avez pas de "projet personnel", tout est prévu pour vous forger, sur mesure et à la demande, une personnalité adaptée et adaptable. Si possible, débarrassez-vous de votre "moi", ce lourd bagage qui vous embarrasse. On vous passera dans la machine à profiler pour conformer vos "données personnelles" aux exigences du marché du moment.

Matériellement gavés, nous jetons ce que nous avons, nous désirons ce que nous n'avons pas encore (et dont des marchands avisés se hâtent de remplir nos poches et nos cerveaux). Nous devenons tous des Hans im Schnokeloch de la chanson alsacienne (« Er hat alles was er will, und was er hat das will er net, und was er will, das hat er net », "il a tout ce qu'il veut, mais ce qu'il a il n'en veut pas, et ce qu'il veut il ne l'a pas"). Hans est un homme profondément malheureux. Il est certain que le vrai, s'il ne dure pas un peu, a tôt fait de devenir du faux. Si nous ne construisons plus rien de durable et que nous choisissons l'écoulement accéléré des instants, où le suivant infirme et abolit le précédent, cela revient à dire que nous nous enfonçons dans l'erreur en même temps que dans l'inconnu. L'humanité a besoin de durée pour prendre le temps de voir venir son avenir. Plus on va vite, plus on est aveugle. 

Nous avons fait de l'innovation, du changement (ah, l'inoubliable slogan « Le changement c'est maintenant » d'un certain François Hollande), de l'invention perpétuelle d'une nouvelle nouveauté, le moteur à explosion de notre histoire. Et notre histoire elle-même, qui a pris cette histoire au pied de la lettre, explose : aucun spécialiste, aucun devin ne comprend ce qui arrive à l'humanité sous la poussée de la technique devenue folle. L'avenir est de plus en plus futur et imprévisible, donc dangereux. L'ébranlement des structures est devenu notre structure. Au bénéfice de qui ? Devinez : qui tiendra les leviers de la technique tiendra la société. Et les hommes qui la composent. Au reste, c'est ce qui est en train de se passer, avec le règne des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). La lutte qui est en train de se dérouler sous nos yeux est une énorme lutte pour le POUVOIR.

Notre obsession — en vérité un culte idolâtre — de l'innovation compétitive à outrance est l'incarnation parfaite de la Subversion permanente, que combattaient encore, il n'y a pas si longtemps (mai 1968, Raymond Marcellin, c'était hier), toutes les forces de l'ordre. Mais que fait la police ? Personne n'a-t-il donc aperçu ce danger ? D'où vient ce consentement massif au bouleversement de nos bases existentielles ? D'où vient que les humains acceptent avec une telle unanimité de se laisser emporter par ce torrent furieux ? Car quel ordre social (voire politique) résisterait à cet ouragan ? L'espèce tout entière n'a même pas le temps de s'adapter à son nouvel environnement que celui-ci a déjà changé. Le programme est écrit : les gagnants de la compétition seront un nombre infime, et ils laisseront à l'énorme masse des perdants gougouttes et miettes à se partager. Fraternellement, n'en doutons pas ! Personne n'a des yeux pour voir ça. Vous ne trouvez pas ça terrible ?

«  QUE FAIRE ? » Au rythme actuel des innovations, personne ne peut dire dans quel état sera la société dans deux ans : elle est emportée dans un tsunami technologique qui fascine et envoûte les foules, mais qui nous fabrique une réalité presque totalement inconnue, humainement et concrètement, que nul ne peut décrire, et qui est en train (TGV : à très grande vitesse) de réduire à néant nos points de repère et d'ancrage, sociaux et autres, pour y substituer des artefacts (algorithmes) autrement puissants dans la connaissance intime et dans le contrôle de la population (données personnelles). Un terrible pouvoir se profile à cet horizon-là.

Le pire, c'est qu'il y a apparemment une majorité de gens pour s'en féliciter et s'y livrer pieds et poings liés, consentants et enchantés, comme s'ils étaient ravis de vivre dans un roman de science-fiction. L'innovation nous submerge avant même que nous ayons pris le temps de réfléchir aux conséquences que les plus récentes, pas encore digérées (au fait, à quoi il sert, le Comité Consultatif National d'Ethique ?), entraînent sur la conduite de nos vies : si ce n'est pas une folie, j'aimerais qu'on me dise ce que c'est.

Jorion, lui, est persuadé que si des gens assez nombreux arrivent à construire les conditions d'une volonté collective forte, tout est encore possible. Tiens, comme c'est bizarre, c'était le slogan électoral de Nicolas Sarkozy en 2007 : « ENSEMBLE, TOUT DEVIENT POSSIBLE ! ». Ce mot d'ordre séduisant est un pur et simple slogan, une incantation magique, comme le constatent jour après jour les bonnes volontés qui appellent à la « convergence des luttes ». Fédérer les volontés, touchant l'avenir de la planète ? Je veux bien, mais cette belle question "que faire ?" bute forcément sur cette autre, plus problématique : "comment on fait, Toto ?". Les leaders syndicalistes eux-mêmes l'ignorent. Voilà une belle équation à quelques milliards d'inconnues.

«  QUE FAIRE ? » Je ne crois pas que c'est en devenant l'infatigable militant prêt à tous les sacrifices pour faire triompher la cause que celle-ci triomphera en effet. Au reste, pour être plus antipathique qu'un "militant pour la bonne cause", il faut une ambition et une volonté de nuire opiniâtres.

J'en dirai peut-être un mot prochainement : pour aller très vite, je reproche au militant de faire beaucoup de mal à force de circuler dans son seul tunnel, et d'être guidé par le mépris de tout ce qui n'est pas lui, au point de jeter à la poubelle neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf causes (= 9.999 tunnels), toutes également respectables, pour en défendre une seule, la dix millième, celle qui le concerne, lui, à l'exclusion de toutes les autres, au motif qu'il se permet de la juger la seule noble et la plus importante - et de quel droit, cette hiérarchie entre les causes, je vous prie ? 

L’ultralibéralisme sauvage a contaminé le monde – bénévole mais plein de gnaque – des associations de militants : concurrentes déchaînées les unes des autres, elles se livrent une lutte sans merci pour atteindre le micro ou la caméra d’un média de masse ou l’oreille compréhensive d’un puissant bien disposé. La compétition fait rage. Il est entendu que celle qui gagne (celle qui se voit offrir un créneau pour délivrer son message, voire pour faire voter une loi favorable) est celle qui a su tisser le réseau le plus serré et le plus nombreux, et qui a placé aux meilleurs endroits ses agents d’influence.

L’action d’un militant, qu’il le veuille ou non, nuit à toutes les causes autres que la sienne. Le mépris, il est là : le militant, bien souvent intoxiqué de sa propre croyance, est un égoïste viscéral, doublé d’un monomaniaque intolérant, alors même qu'il endosse les frusques rutilantes de l'altruisme le plus déclamatoire. Le fait de sélectionner une seule cause dans la horde innombrable des causes possibles est une imposture. Sous l'appellation généralement valorisante de "militant", se cache le fanatisme d'un adepte qui ne voit plus le monde qu'à travers les lunettes tendues par son idole. Qui entend une seule voix et devient sourd à toutes les autres.

De cette espèce carrément imbuvable, je ne sauve que les individus qui militent pour une cause autre que la leur, ou bien pour une cause plus vaste, plus ample, plus haute qu'eux-mêmes, où les intérêts de leur petite personne ne sont en rien impliqués. Les individus d'exception, pour lesquels l'unité de l'espèce humains n'est pas fragmentable en « causes » particulières, et pour qui l'universalisme des valeurs est encore un besoin vital et inentamable. Ceux-là seuls sont "Justes" parmi les militants.

Moralité, pour sauver la planète, il ne faut pas compter sur les militants, à moins d'une campagne généralisée de "déradicalisation". Ce n'est pas gagné.

vendredi, 07 avril 2017

PAUL JORION ET LA TECHNIQUE

JORION SE DEBARRASSER.jpgJ'ai commencé la lecture de Se Débarrasser du capitalisme est une question de survie, de Paul Jorion, l'anthropologue-financier-spécialiste de l'intelligence artificielle qui a immiscé ses diverses grandes aptitudes et ses compétences éminentes en plein cœur du territoire sacré de la tribu des arriérés mentaux qui persistent à se gonfler d'importance avec le titre soi-disant honorifique d' "économistes".

Ces prétendus "économistes" persistent, contre toute vraisemblance, à présenter l'économie comme une "science exacte" : c'est une des plus belles impostures intellectuelles qui aient jamais réussi à s'installer dans les institutions humaines, dont tout le corps argumentatif n'a pour but que de légitimer "scientifiquement" l'appropriation du bien de tous par quelques-uns. Tout ce que dit Jorion de cette confiscation est juste.

Là où je m'éloigne des propos de cet homme à l'intelligence hypothético-déductive très au-dessus de la mienne et aux connaissances infiniment plus diversifiées, c'est quand il dit que "la technique est neutre". Cela me surprend de sa part. A mon avis, rien n'est plus faux. Il adopte le raisonnement de tous ceux qui disent également que "la science est neutre", et qui professent que "tout dépend de l'usage qui en est fait".

Günther Anders dit pourtant, parlant de la technique, et je suis d'accord : « Ce qui peut être fait doit être fait. », autrement dit : si l'on veut le bienfait de l'innovation, il faut en accepter, même à son corps défendant, le méfait, comme par exemple avec l'énergie nucléaire : aucun progrès ne se fait sans une perte ou une menace symétrique.

La médecine pourrait aussi servir d'exemple : capable de sauver bien des vies mais, pour cela, responsable de la "bombe" démographique que ses grands principes et son efficacité ont fait exploser. On ne voit pas comment la technique pourrait échapper à ça : le Mal est le partenaire nécessaire du Bien. L'un ne saurait aller sans l'autre. La technique véhicule, à égalité, le Bien et le Mal, comme toutes les inventions humaines, car ce n'est pas l'invention, mais l'intention qui compte. Passons.

A la page 30 de son dernier livre, Paul Jorion cite les noms de quelques grands contempteurs de la technique, dans l'essence de laquelle ils voient incarnée une forme du Mal : « En ce sens, je me distingue de penseurs comme Jacques Ellul, Bernard Charbonneau, Günther Anders, etc., pour qui la technique est précisément tout sauf neutre ». Ayant lu divers ouvrages de ces trois auteurs, je me dis que c'est eux qui ont raison, et que Paul Jorion commet ici un erreur. Car il pense que la technique est au service exclusif d'une préoccupation humaine fondamentale : éviter les efforts auxquels l'homme peut échapper, grâce à son ingéniosité. En résumé : se faciliter la vie (confort, etc.). C'est évidemment vrai, mais.

Mais je crois qu'il n'est pas pertinent pour autant de placer la science et la technique dans un ciel éthéré où le savoir et l'ingéniosité régneraient en divinités tutélaires, rayonnantes et indifférentes à leur environnement. Car la science et la technique apparaissent dans un univers déjà constitué. Appelons ça, faute de mieux, "organisation sociale". Les découvertes, inventions et innovations atterrissent dans une société toute structurée, selon un certain ordre ou, pour mieux dire, une hiérarchie sociale donnée.

Paul Jorion étant, à la base, anthropologue, il ne devrait pas être imperméable au fait que la moindre innovation technique est nécessairement mise en service en fonction de la répartition des pouvoirs dans la société où elle apparaît, en particulier dans un temps de propriété intellectuelle, de brevetabilité des moindres trouvailles, et où le service Recherche et Développement (R&D) de toutes les entreprises de pointe attire comme un aimant l'argent des entrepreneurs soucieux de conquérir de nouveaux marchés et des investisseurs avides de futurs profits.

La technique, dans le monde qui est le nôtre, est indissolublement liée à l'économie capitaliste. C'en est au point que la jonction de la technique et de l'argent a fini, après deux siècles, par constituer la colonne vertébrale de notre civilisation. La technique est désormais inséparable de l'argent, donc de ceux qui le détiennent. Or, et ce n'est pas Jorion qui dira le contraire, le pouvoir, aujourd'hui, est moins entre les mains des instances politiques que dans celles des instances directoriales des grands groupes transnationaux.

Encore ce matin, j'ai entendu je ne sais plus quel candidat à la présidentielle considérer que son rôle, s'il était élu, serait de tout faire pour que la France s'adapte en urgence aux mutations technologiques qu'on voit à l'œuvre dans le monde. Traduction : courir après l'inventivité des bureaux R&D, dont les GAFA (Google, etc.) actuels et futurs tiennent les leviers. Ce qui veut dire rester dans l'urgence permanente, et implique autant de bouleversements de la société qu'il y aura d'innovations, sans jamais prendre le temps de réfléchir aux conséquences.

S'il en est ainsi, le pouvoir politique n'a pas fini de courir après le pouvoir économique et le pouvoir financier, ni la société tout entière d'en être le jouet. Et la technique n'a pas fini de façonner notre monde et notre vie à son gré, et à celui des gens qui la financent et qui en promeuvent la marchandisation (la vogue actuelle est aux "objets connectés" : achetez, braves gens, et le pire, c'est que les gens y vont).

J'ai du mal à comprendre la conception de Jorion, qui fait de la technique un en-soi admirable, qui prouve sans cesse, selon lui, la fertilité du génie humain, mais qu'il isole de la situation concrète dans laquelle elle se manifeste. En particulier, il semble faire comme si la technique était indépendante des rapports de pouvoir. Un paradoxe, quand on sait qu'il soutient, au grand dam des "économistes" orthodoxes, que les prix se fixent moins en fonction de l'ajustement miraculeux d'une offre et d'une demande que de rapports de forces.

Sans aller jusqu'à parler comme Günther Anders (voir citation plus haut), je crois que la technique, pas plus que la science, n'est neutre. C'est bien à cause de notre technique que tant de sociétés et de cultures primitives (sans "", au diable les précautions oratoires ou lévi-straussiennes) ont été modifiées en profondeur, puis désorganisées, au point de disparaître. Ce qui montre au passage que la technique et les usages qui en sont faits sont inséparables : ce qui peut être fait sera fait. 

La technique n'est pas seulement une manifestation du génie propre de l'homme : faite aussi pour amplifier l'efficacité du geste, elle amplifie du même coup le pouvoir de celui qui l'accomplit et, plus encore, de celui au service de qui le geste s'accomplit. Là où Günther Anders me semble plus proche de la vérité que ne l'est Jorion, c'est quand il soutient que l'homme, au XX° siècle, est devenu un apprenti-sorcier en mettant au point des inventions totalement incommensurables avec ses capacités cognitives, irrémédiablement limitées. J'ajoute que tout se passe comme si l'homme avait fait de la technique une espèce radicalement nouvelle de transcendance, aussi radicalement insaisissable que Dieu. 

Tout se passe en effet comme si la technique s'était autonomisée, avait pris la clé des champs, échappé à tout contrôle et roulait pour son propre compte : n'est-on pas en train de mettre au point des machines capables d'apprendre par elles-mêmes ? La pulvérisation du champ de la connaissance en une infinité de domaines et de disciplines toujours plus "pointus" interdit désormais qu'une quelconque vue d'ensemble puisse en être donnée : chaque spécialité poursuit sa recherche sans se soucier en rien de ce que font toutes les autres, et personne ne se soucie d'opérer la synthèse de ce puzzle de plus en plus inintelligible. Personne ne songe à dresser la cartographie du savoir humain, dans sa multiplicité et sa globalité, d'une façon qui permette de donner un sens à cette totalité. Qui peut dès lors se targuer de comprendre quoi que ce soit au monde actuel ? Le monde tel qu'il se fait échappe même aux plus puissants : que comprend Donald Trump au monde tel qu'il est ?

Soutenir la neutralité de la technique me semble juste une aberration. Paul Jorion dit (toujours p.30) : « Je vois plutôt le développement technique comme le prolongement du processus biologique », et plus loin : « Au fond, la technique était inscrite dans le biologique ». J'avoue : là, je ne comprends pas. Mystère et boule de gomme. Et je me dis que l'analogie est toujours une dangereuse figure de rhétorique, puisqu'elle se fonde sur l'adage "Tout est dans tout, et réciproquement".

La volonté de Paul Jorion, dans Se Débarrasser ..., d'en appeler à un changement radical me voit partagé entre, d'un côté, le plaisir de constater chez lui une combativité inentamée et la certitude que le rapport des forces en présence fait irrésistiblement pencher la balance en faveur du système en place. Son projet est de promouvoir un "socialisme authentique" (= non stalinien). Autrement dit : une révolution. J'ai le malheur de ne pas croire un instant à cette hypothèse.

Car si un "système" est l'ensemble des interactions qui induisent un réseau d'interdépendances entre les éléments qui le constituent, ce système est d'autant plus intouchable qu'il est vaste et complexe. Or il suffit d'observer le fonctionnement de l'Europe (non démocratique) à 27 membres pour se rendre compte que, plus on est nombreux à décider, plus la décision est paralysée. Plus les acteurs du système sont nombreux, plus ils gaspillent de l'énergie à négocier des compromis, presque toujours forcément des accouchements de souris. Les possibilités d'agir sur la marche du monde pour en corriger la trajectoire en fonction d'une volonté politique sont de jour en jour plus limitées. J'en conclus que, dans un contexte de mondialisation effrénée et de dérégulation des échanges de toutes sortes, la planète ne peut qu'accoucher d'un être aussi paralytique que l'est l'ONU depuis lurette.

Pendant cette paralysie de l' "Entente politique mondiale", soyons sûrs que les acteurs économiques particuliers (GAFA, actionnaires, bureaux de R&D, etc.), non seulement ne restent pas inactifs, mais continuent à agir, à accroître leur puissance, à grossir, au travers de "fusions-acquisitions" toujours plus gigantesques (Bayer bouffant Monsanto dernièrement), à étendre leurs réseaux, à renforcer l' "effet-système" de leurs liens multiples et, finalement, à rendre impossible le moindre mouvement de l'un des éléments du système par rapport aux autres, pris qu'il est dans les rets d'un filet dont aucun regard ne peut mesurer les dimensions. Toute "révolution", fût-elle pacifique, devient de jour en jour plus impensable.

Il suffit, pour se convaincre de l'inégalité dans le rapport de forces, de suivre un peu les tergiversations et contorsions funambulesques auxquelles la Commission européenne nous a habitués, à propos, entre autres, du glyphosate, face à la puissance de feu des lobbies industriels.

Paul Jorion refuse de rendre les armes et d'avouer la défaite : attitude noble. Un baroud d'honneur, alors ? Cela ressemblera tout au plus à la mort héroïque de la Légion étrangère à Camerone en avril 1863. On pourra toujours commémorer la bataille. Je ne dis pas qu'il a tort mais, comme dit le cardinal de Retz, nous verrons ce qu'il en est à la fin "par l'événement". Mais quel mémorialiste racontera l'histoire de Paul Jorion en guerre contre l'usurpation du pouvoir de l'argent sur le sort de l'humanité ?

Voilà ce que je dis, moi.

vendredi, 16 septembre 2016

MISE AU POINT

Les curieux qui se hasardent sur ce blog avec une certaine régularité ont peut-être remarqué que les billets traitant de « l’actualité » et du monde comme il va se sont raréfiés, et même, plus généralement, que les billets « rédigés » ont presque disparu depuis le début de l’été, et même avant, le plus souvent remplacés par des photographies (qui valent bien sûr ce qu’elles valent, sans plus quoique sans moins). C'est parce que j'ai l'impression d'achever un tour de piste, et que je n'ai guère envie de recommencer en me répétant ad vitam aeternam, ad libitum et même usque ad nauseam.

Je l’avoue : j’ai de plus en plus de mal à me lancer dans des diatribes contre tout ce qui cloche en France, en Europe et à travers le monde. Et pourtant ce ne sont pas les occasions qui manquent, à commencer par les farces sportives qui se sont relayées pendant les derniers mois pour empêcher les gogos de penser à leur propre destin. Roland-Garros, Tour de France, Jeux Olympiques (et pire : les paralympiques, avec leur rugby-fauteuil (quid des placages ?) et leur sprint pour aveugles). Je précise que je n'ai strictement rien contre les handicapés, que je connais d'assez près : j'en veux juste au spectacle omniprésent, omnipotent, asservissant.

Ne parlons pas des grands « débats » soigneusement montés en mayonnaise par les sphères médiatique et politique (une déclaration de candidature à la primaire de la droite, une non-déclaration très attendue à la primaire de la gauche, une rixe sur une plage corse, la démission surprise d’un jeune loup du gouvernement, etc.). Toujours le spectacle ahurissant d'acteurs qui se démènent sous les yeux de foules invraisemblablement prosternées devant des "exploits" de plus en plus micrométriques. 

Oui, je l’avoue : j’ai de plus en plus de mal. Oh ce n’est pas que la colère ait disparu, bien au contraire : elle est intacte, et même renforcée par certains avis qui convergent (l'extraordinaire phrase de Bernard Moitessier à la fin de La Longue route : « Je porte plainte contre le Monde Moderne ») et aiguisée par les nouvelles qui nous viennent d’à peu près partout, que ce soit de la politique (de plus en plus petite et dérisoire), de l'état de la société française (de plus en plus disloquée), du système économique (de plus en plus dans l’aliénation mentale), du diagnostic posé sur la santé de la planète (de plus en plus de mains sur le signal d’alarme, mais paralysées par des forces de plus en plus contraires).

C’est plutôt une sorte de lassitude : tout le monde (ou à peu près – je parle des gens de bonne foi) est d’accord, tant qu’on en reste au diagnostic : les démocraties sont en danger, et pas seulement pour des raisons extérieures (Daech, Al Qaïda, …), mais aussi à cause d’un essoufflement physiologique qui remet en cause jusqu’à leur existence. C'est quand il s'agit d'adopter des solutions que le consensus vole en éclats et que la Bête "moderne" freine des quatre fers.

Le changement climatique, la pollution, la dévastation de la nature conduisent avec une tranquille certitude et une bonhomie placide l’humanité vers son cataclysme. Quant à l’économie, elle est impatiente de régner sans partage et sans contre-pouvoir, entre les griffes de mastodontes financiers hallucinés et de mastodontes industriels plus puissants que des Etats (les fameux GoogleAppleFacebookAmazon, le colosse Bayer dévorant le mammouth Monsanto), le tout exerçant impunément sa dictature. Je ne parle pas de l’infinité des moyens de contrôle des individus pour les traquer dans tous les moments de leur vie (avec leur consentement empressé), et pour leur imposer la consommation de marchandises comme ultime raison de vivre.

Et pour dire le degré de lassitude, je viens même de cesser d’acheter et de lire la presse écrite, qui était pourtant depuis lurette une habitude invétérée, quasi-addictive. Ce n’est pas qu’on ne puisse trouver quelque article intéressant dans Le Monde, touchant les sciences, l’écologie, quelque interview d’une personne qui a vraiment, pour une fois, quelque chose à dire, quelque chronique nourrie d’un propos consistant, quelque reportage en des contrées plus rares.

Mais le tout-venant de l’actualité politique, le pêle-mêle de l’actualité économique, ajoutés à l’insupportable suffisance et la prétendue « neutralité » journalistique qui, à travers le filtre déformant de son langage expurgé, catégorisé, stéréotypé, jette sur le monde la myopie de ses regards « informés », et interdit de soumettre les propos des responsables et des élus au crible de la critique, tout cela finit par donner la nausée.

Ras-le-bol.

Alors, pour ne pas perdre tout espoir, je me replonge l'esprit dans La Comédie humaine, du Cabinet des antiques à Ursule Mirouët, de "Deux jeunes mariées" à mademoiselle de Cinq-Cygne (Une Ténébreuse affaire), de la demoiselle Cormon de La Vieille fille à M. Bonnet, dans Le Curé de village ; je me baigne l'oreille des harmonies sonores écloses pour le plaisir de l'auditeur, de Janequin, Certon et Sermisy, jusqu'à Mahler, Reger et Messiaen, en passant évidemment par Monteverdi, Bach et Beethoven ; et je me rafraîchis le regard en découpant dans le visible (vieilles plaques photographiques comprises) quelques îlots de choses plaisantes pour mon usage.

Voilà ce que je dis, moi.