Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 août 2018

OISEAUX DE FEU

MON ART ABSTRAIT

photographie

lundi, 27 août 2018

CINQUANTE NUANCES DE ROUILLE

MON ART ABSTRAIT

photographie

photographie

photographie

Ça travaille fort, sur la péniche ! Mais ça y est, tout ce qui est métal est terminé. On peut passer à l'habillage.

dimanche, 26 août 2018

MARQUISE

MON ART ABSTRAIT

AA.JPG

AB.JPG

« Marquise, si mon visage

A quelques traits un peu vieux...... ».

 

AC.JPG

photographie

 

mercredi, 22 août 2018

INCANDESCENCE

MON ART ABSTRAIT

003.JPG

Je mets au défi quiconque de trouver où et comment obtenir cette image.

Cette image, dans laquelle il m'arrive de voir la tête d'un gorille qui ouvre largement la gueule (ça n'engage que moi), a pour moi le mérite de rendre visible quelque chose dont j'ignore absolument la signification, et qui n'en a peut-être aucune.

A l'image du monde actuel, que plus personne n'est en mesure de comprendre, et dont plus personne n'est en mesure de maîtriser la marche : le pilote a sauté en parachute. Le tableau de bord de l'appareil est notre moderne "Pierre de Rosette", et il n'y a plus de Champollion pour la déchiffrer.

Ou plutôt, il y a tellement de Champollion armés des dards acérés de leurs sciences dites "humaines", que le cerveau humain est noyé sous un Niagara de traductions diverses, hétéroclites et contradictoires, et que l'on n'entend plus que la cacophonie de leurs interprétations et de leurs prophéties, comme à l'époque d'une certaine Babel. 

Voilà où nous en sommes : on y est, dans la tour de Babel, n'en déplaise à George Steiner (auteur d'un mémorable Après Babel, Albin Michel, 1978). Enfermés à l'intérieur. Et le concierge a jeté la clé à l'égout. 

Et Dieu dit : « Démerdez-vous ! ».

A moins que ce ne soit : « Allez au diable ! ».

photographie

mercredi, 15 août 2018

BANDE

003.JPG

lundi, 13 août 2018

COUCHER DE SOLEIL

004.JPG

Photo obtenue en appuyant seulement sur le déclencheur.

mercredi, 01 août 2018

QU'EST-CE QUE LE TEMPS ?

008.JPG

Les effets du temps qui passe,

au cimetière de Loyasse 

(Lyon 5).

lundi, 23 juillet 2018

DÉTAILS

001.JPG

Allez, un indice.

002.JPG

mardi, 17 juillet 2018

VARIATIONS SUR UN THÈME

MON ART ABSTRAIT : PÉRIODE DIVISIONNISTE.

A.JPGB.JPG

C.JPG

D.JPG

E.JPG

F.JPG

vendredi, 13 juillet 2018

UNE SORTE DE VITRAIL

Un matin d'été à la Croix-Rousse, avec le soleil en face.

007.JPG

jeudi, 12 juillet 2018

PHOTOGRAPHIE

photographie

mardi, 03 juillet 2018

QUELQUE PART, LE MOULIN

001.jpg

Vu d'au-dessus.

002.jpg

A mi-hauteur.

003.jpg

Vu d'en bas.

Allez, je cafte [22 juillet] : c'est le moulin de Keriolet.

dimanche, 01 juillet 2018

QUELQUE PART, LA POTERNE VÉGÉTALE

photographie

samedi, 30 juin 2018

QUELQUE PART, LE THUYA

photographie

.

vendredi, 29 juin 2018

QUELQUE PART, LE BIDON

photographie

photographie

jeudi, 28 juin 2018

QUELQUE PART, LA VÉRANDA

034.JPG

dimanche, 24 juin 2018

LE FOND DU PUITS

QUELQUE PART DANS DES RÉGIONS DE TERRE ARGILEUSE

PUITS1.JPG

A vue de nez, il y a à peu près huit ou dix mètres.

PUITS2.JPG

Un peu glauque, non ?

Les nappes phréatiques ne sont plus ce qu'elles étaient.

vendredi, 22 juin 2018

LUEURS

002.JPG

mercredi, 20 juin 2018

MOUCHE

J'aime bien les variations sur un thème.

MOUCHE.JPG

Une fin d'après-midi.

photographie

photographie

lundi, 11 juin 2018

EAU MINERALE

MON ARCON

(temporain)

SALVETAT1.JPG

SALVETAT2.JPG

SALVETAT4.JPG

Juste quelques variations sur le thème.

samedi, 09 juin 2018

PHOTOGRAPHIE

001.JPG

samedi, 02 juin 2018

ESENŢĂ DE ROM 1990

SOUVENIR DE ROUMANIE

ESENTA DE ROM 1990.JPG

Acheté à Tulcea, dans le delta du Danube, en 1990.

Jamais utilisé dans les pâtisseries maison.

L'évaporation ? Evidemment, gros malin !

vendredi, 01 juin 2018

GOUTTES

MON ART ABSTRAIT

001.JPG

002.JPG

samedi, 26 mai 2018

COMBIEN DE CERISES ?

Le temps du muguet, le temps d'apprendre à vivre, le temps des amours, il est toujours joli le temps passé une fois qu'ils ont cassé leur pipe. 

Je vous présente, en "écriture inclusive" s'il vous plaît (et un peu suggestive), "Le temps de la/des cerise/s". Comme dit Sempé : « Rien n'est simple, tout se complique ».

003.JPG

Les premières cerises siamoises que je vois (il y avait bien deux noyaux). Pourtant, c'est acheté chez un producteur bio de Saint-Rambert-d'Albon.

De quoi rappeler les frères Tocci, de célèbre mémoire.

photographie

samedi, 12 mai 2018

PHOTOGRAPHIE

Voilà, c'est fini, le coup d’œil dans le rétroviseur. C'est fini, le petit retour sur ma petite collection de petites considérations sur la façon dont le vaste monde marche aujourd'hui.

En fait, si j'ai remis en ligne des propos tenus ici depuis 2011, c'est que je viens de passer par des moments pas drôle [oups ! pardon : pas drôles]. Je n'en dirai évidemment rien ici, parce que ça ne regarde que moi et ceux qui savent. La vie reprend son cours, presque comme avant. Pour mon petit compte personnel, je trouve néanmoins intéressante la relecture, de façon compacte et en continu, de ces trente et un billets choisis parmi ceux que j'ai consacrés, en six ou sept ans, à l'observation de l'état du monde, dans ses diverses modalités : politique, économique, écologique, sociologique, philosophique, climatologique, etc. Et cela renforce une impression qui reste d'habitude fragmentaire et fugitive, parce que liée à une circonstance, à un moment ou à un contexte particuliers : s'il n'y a pas de "convergence des luttes", comme le scandent les incantations de quelques poignées de rêveurs endurcis, il y a indéniablement convergence des facteurs d'alarme. C'est pourquoi j'aimerais aujourd'hui faire entendre (visuellement) le tocsin. Ci-dessous un détail photo du tocsin (fabriqué en Chine).

006.JPG

Contrairement à une première et fausse impression, cette photo est d'une netteté impeccable. Ce qui m'intéresse ici, c'est justement le contraste entre le caractère fuyant des ombres sombres, qui sautent aux yeux tout en semblant vouloir échapper au regard, et la géométrie parfaite des orbes dont on devine les cercles concentriques, autour d'un centre qui est là, mais restera le grand absent définitif.

Je ne me fais guère d'illusions, comme on peut s'en douter, sur le retentissement qu'un tel tocsin peut avoir sur la marche du monde.