Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 octobre 2015

L'ASPECT DES CHOSES

photographie

photographie

002 2.JPG

mercredi, 16 septembre 2015

PAS PHOTOGRAPHE, MAIS ...

1 006.JPG

PAS PHOTOGRAPHE, MAIS ...

1 001.JPG

mardi, 04 août 2015

MON ART ABSTRAIT

*************************

PATTEX 1.jpg

******************************

PATTEX 2.jpg

*******************

 

lundi, 03 août 2015

SENTINELLES DE LA LUNE

Photo prise le 2 août 2015, à 06 heures 16 minutes.

photographie

 

 

 

dimanche, 02 août 2015

MON ART ABSTRAIT

T1.JPG

mercredi, 22 juillet 2015

UN PETIT CROISSANT

Il faut calmer la colère des agriculteurs, en particulier des éleveurs : plus ils travaillent (= plus ils produisent), plus ils s'appauvrissent. Que croyez-vous qu'il faut faire ? Faire en sorte que les conditions de production de viande redeviennent satisfaisantes ? Que les éleveurs puissent vivre de leur métier ? Que nenni ! Pas question ! Vous n'y pensez pas ! Il faut éteindre l'incendie de la colère avant que la grogne sociale ne gagne d'autres secteurs de la société et ne finisse par devenir un problème politique.

François Hollande, Manuel Valls et Stéphane Le Foll sont d'accord : il ne faut surtout pas agir sur la réalité, ni s'attaquer aux causes du problème. Il faut empêcher la colère de s'exprimer. Il faut donc une bonne lance à incendie. Avec quelle eau l'alimenter ? Du liquide ! Ou plutôt des liquidités ! Plein de liquidités ! Hollande va « débloquer des crédits » ! Ensuite, on recommencera à ne pas s'occuper de la situation.

Maintenant, qu'est-ce qu'elle fait, la réalité ? Ne vous en faites pas : elle continue, le moteur ronfle à plein régime ! La situation peut continuer à empirer : Hollande continuera à colmater les brèches dans la coque du navire. Ecopez, les gars ! C'est pas fini !

************************************************

Photo prise le 19 juin 2015 à 22 heures et 9 minutes.004 1.JPG

lundi, 13 juillet 2015

DANSEURS NOIRS DANS LE CIEL

En regardant le ciel, ce soir d'été, en prenant ma photo, je pensais aux deux numéros de La Hulotte que l'excellent Pierre Déom a consacrés au martinet noir. Hommage donc au dessinateur émerveillé et talentueux.

photographie,lyon,martinet noir

 

 

photographie,lyon,martinet noir,revue la hulotte,pierre déom

Martinet s'apprêtant à becqueter du comestible. Admirons le coup de bec, mais surtout de crayon : Pierre Déom is the best.

photographie,lyon,martinet noir,revue la hulotte,pierre déom,boult-aux-boisLe bec de l'engoulevent (alias crapaud volant ou tète-chèvre) s'ouvre encore plus en arrière de l’œil (ci-contre).

Il faut regarder la photo ci-dessous en branchant le son (mais en se bouchant les oreilles, pour les tympans les plus fragiles).

009 2.JPG

samedi, 11 juillet 2015

UNE BIBLIOTHEQUE ...

... VUE DANS UNE FAÇADE DE TRANSISTOR

photographie

photographie

photographie

dimanche, 28 juin 2015

DÉTAILS 9

photographie

Trouvé dans un galet (façonné par Marc Averly, voir mon billet du 22 avril) de Phillyrea angustifolia L., autrement dit Filaire à feuilles étroites, qui fait partie de la famille des Oléacées. Cet arbuste sempervirent à l'écorce verruqueuse produit des drupes glauques, d'un noirâtre violacé, pruineuses, de forme sphérique et apiculées au sommet (mais pour être honnête, avouons que leur noyau est carrément ovale). 

Total respect, monsieur Averly.

jeudi, 25 juin 2015

DÉTAILS 8

T3.JPG

 Le dolichocéphale et

le brachycéphale.

T4.JPG

dimanche, 21 juin 2015

DÉTAILS 7

 

 

UN PEU D'ART ABSTRAIT

photographie

 

mardi, 16 juin 2015

PRENDRE LE BUIS PAR LA RACINE

B13.JPG

 

******************************************************************************

Comme une page de livre,

Avec les grains posés sur ses murs blancs,

Pour sabler son écume,

Ou sauver la blessure.

 

Tu as la chair de poule,

Quand je touche avec les mots connus

L’effort de tes entraves,

La peur de la délivrance.

 

Draps immobiles, pinceau nouveau,

Qu’il est bon de répandre

Un corps qui s’ouvre et se reprend, 

Puisant son âme à la violence.

 

Je suis malgré moi l'inutile émerveillé.

**********************************************************************************

photographie,poésie

 

 

mardi, 09 juin 2015

L'ASPECT DES CHOSES

« Sur cent femmes, il existe au moins une bonne demi-douzaine de créatures faibles qui, dans cette grande secousse, reviennent peut-être pour toujours à leurs maris, en véritables chattes échaudées craignant désormais l’eau froide. Cependant cette scène est un véritable alexipharmaque dont les doses doivent être tempérées par des mains prudentes » (c'est moi qui italique). 

 

Honoré de Balzac, Physiologie du mariage, Deuxième partie (Des moyens de défense à l’intérieur et à l’extérieiur), Méditation XXII (Des péripéties).

On trouve aussi le mot "alexipharmaque" dans Là-bas, de Joris Karl Huysmans, cher au cœur du personnage de Soumission, le dernier roman de Michel Houellebecq.

********************************************************************************

Les jours se suivent ...

6 JUIN 2014 22 2.JPG

6 JUIN 2014 23 1.JPG

6 JUIN 2014 26 2.JPG

6 JUIN 2014 27.JPG

À noter, ci-dessus, les quatre martinets, à peu près alignés verticalement (désolé pour le format).

CC1.JPG

CC6.JPG

CC10.JPG

... eh bien tant pis ! Profitons-en pour en profiter !

Ici, j'ai fait presque (à beaucoup près) comme Harvey Keitel dans le film Smoke (1994, Wayne Wang, scénario de Paul Auster), où il jouait un marchand de cigares qui s'échinait,photographie,littérature,honoré de balzac,physiologie du mariage,harvey keitel,paul auster,smoke film mais alors là tous les jours de toutes les semaines de tous les mois de toute l'année, à la même heure, à photographier son carrefour insignifiant pour en coller les tirages dans un album spécialement dédié, se disant peut-être : « Pas besoin de bouger. Le monde bouge déjà assez comme ça ». 

Je n'en suis pas encore là. J'ai peut-être tort.

Voilà ce que je dis, moi.

7 JUIL 2014 23 2.JPG

lundi, 08 juin 2015

L'ASPECT DES CHOSES

« Sur cent femmes, il existe au moins une bonne demi-douzaine de créatures faibles qui, dans cette grande secousse, reviennent peut-être pour toujours à leurs maris, en véritables chattes échaudées craignant désormais l’eau froide. Cependant cette scène est un véritable alexipharmaque dont les doses doivent être tempérées par des mains prudentes » (c'est moi qui italique).  

Honoré de Balzac, Physiologie du mariage, Deuxième partie (Des moyens de défense à l’intérieur et à l’extérieur), Méditation XXII (Des péripéties).

La "scène" dont parle l'auteur est celle, superbe et implacable, mais généreuse, que le mari vient de faire à son épouse, après avoir, dans un geste d'une grande noblesse dédaigneuse, chassé du placard où il se cachait et de son domicile, le « célibataire » qui tenait compagnie à celle-ci. D'où la recommandation au sujet du dosage. Il faut préciser que si le mari s'était absenté (l'étourdi !), c'était parce que, ayant acquis quelque certitude sur son "infortune" (chantant sûrement ces mots de Georges Brassens : « Eh oui, je suis cocu, j'ai du cerf sur la tête »), il avait programmé avec soin le moment fracassant de son retour. Et la « bonne demi-douzaine » (sur cent) de femmes ainsi dûment reconquises laisse à penser comment Balzac jaugeait l'efficacité d'un tel procédé. La plupart des femmes, dans son esprit, ont un goût inextinguible pour « l'eau froide », comme sa biographie tend à le prouver.

******************************************************************************   

EST-CE QUE ÇA PREND LA TÊTE ?

photographie,littérature française,honoré de balzac,physiologie du mariage,alexipharmaque,georges brassens,le cocu

 


8 7 JUIN.JPG5 20 AVRIL.JPG6 21 AVRIL.JPG4 20 AVRIL.JPG7 16 MAI.JPG4 14 AVRIL.JPG3 7 AVRIL.JPG1 6 JANVIER.JPG3 5 AVRIL.JPG2 19 FEVRIER.JPG

dimanche, 07 juin 2015

UN WEEK END DE PENTECÔTE

 

29 MAI 2015.JPG

24 - 25 mai 2015.

C'est écrit sur le calendrier mural.

Même que le projecteur est braqué dessus.

mardi, 02 juin 2015

DÉTAILS 5

DETAILS 6.JPG

"Est-ce l'Espagne en toi qui pousse un peu sa corne ?

Ou serait-ce dans tes tripes une bulle de jazz ?"

Claude Nougaro.

Mais Tonton Georges n'est pas d'accord. Il verrait plutôt une "Corne d'aurochs".

DETAILS 5.JPG

DÉTAILS 6

photographie

 

photographie

Ces quelques fleurs ...

(Saintpaulia, Tulipe, Jonquille).

photographie

lundi, 25 mai 2015

DÉTAILS 4

Ferme l’ombre en sortant de toi.

Laisse dans l’insu

Le souvenir des pas.

**********************************************************************************

 

VU A LA CROIX-ROUSSE.

Sommité de la statue de Joseph Marie Jacquard, sur la place de la Croix-Rousse. 

Où l'on voit que Jacquard avait des pellicules.

DETAILS 4.JPG

dimanche, 24 mai 2015

L'ASPECT DES CHOSES

photographie

 Deux photos d'un même objet (juré-craché : à preuve le semis de piqûres qui remonte à partir de la gauche).

photographie

vendredi, 22 mai 2015

DÉTAILS 3

photographie

 

photographie

 

 

jeudi, 21 mai 2015

DÉTAILS 2

DETAILS 2.JPG

mercredi, 20 mai 2015

DÉTAILS 1

DETAILS 1.JPG

mardi, 19 mai 2015

BOUCHONS

BOUCHON 1.JPG

Détails.

BOUCHON 3.JPG

BOUCHON 4.JPG

lundi, 18 mai 2015

L'ASPECT DES CHOSES

POT 2.JPG

 

Détails.

photographie

Vers la lumière,

quel que soit le moyen.

photographie