Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 novembre 2021

ÉLISE ET LES NOUVEAUX PARTISANS ...

2021 TARDI ELISE.jpg

... par JACQUES TARDI ET DOMINIQUE GRANGE.

1

Je viens de lire le dernier livre de Jacques Tardi. Ce prodigieux dessinateur, d'Adèle Blanc-Sec (rien que le choix de ce nom !!!) à Brindavoine (ce nom !!!) et de la Commune de Paris (selon Vautrin) à la Guerre des Tranchées en passant par quelques adaptations de polars de Léo Malet ou Jean-Patrick Manchette, a trouvé un style, un trait capables, quand il lui prend l'idée de transposer des polars en B.D., de faire vivre intensément personnages, situations et actions de la façon la plus expressive tout en restant fidèle comme c'est pas permis aux contours et à la ligne définis par les auteurs (vous pouvez vérifier avec La Position du tireur couché par exemple).

Pour ma part, je lui sais particulièrement gré de la façon dont il fait apparaître, dans les nombreux volumes qu'il consacre à cette immense boucherie de la civilisation, la vie réelle des "poilus" de 14-18, du paysan devenu bidasse promis à l'abattoir jusqu'au général cynique (Berthier, je crois), qu'il fait déclarer sur toute une vignette que c'est tout à fait volontairement qu'il a fait tirer par l'artillerie française sur une tranchée française où les soldats rechignaient à partir à l'attaque. 

De mon côté, si j'ai commencé à collectionner les photos de monuments aux morts de la Grande Guerre, je ne le dois pas à Jacques Tardi : l'horreur s'est imposée d'elle-même quand je me suis mis à lire les noms gravés dans les villes et villages que je traversais. C'était une prise de conscience, cela se passait en 1976 dans la région des Causses : La Cavalerie, Creissels, Roquefort etc., dans des circonstances qui ont pris avec le temps une petite couleur "historique". C'est quand j'ai vu que certaines familles avaient perdu quatre, cinq (ou davantage) membres et que les poils de mes bras se sont hérissés que j'ai eu une idée presque physique de l'horreur de ce qui s'était passé entre 1914 et 1918.

bande dessinée,b.d.,b.d. l'hebdo de la bd,professeur choron,jean-patrick manchette,cavanna,cabu,wolinski,gébé,charlie hebdo,jacques tardi,120 rue de la gare,léo malet,dominique grange,prison petite roquette,larzac 73,adèle blanc-sec,brindavoine,c'était la guerre des tranchées,manchette la position du tireur couché,monuments aux morts,tardi élise et les nouveaux partisans,claire etcherelli élise ou la vraie vie,mai 68,gauche prolétarienne,la cause du peuple 

Jacques Tardi en 1988, photographié par Jean-Marie Huron lors de sa venue à Lyon pour une signature de 120, Rue de la gare, chez Adrienne Krikorian, fondatrice de la librairie Expérience, rue du Petit-David.

Cette guerre m'est apparue comme l'événement fondateur, comme l'éblouissant révélateur : le triomphe imbécile de la technique et de l'industrie capitaliste, avec pour conséquence l'écrasement de tout ce qu'il y a d'humain en l'homme, corps et âme, comme l'a montré toute la suite du XXème siècle (Auschwitz, Hiroshima, etc.). Toute ma vision du monde en a été affectée, et de façon définitive. Quelques lectures (avec Günther Anders pour chef-pilote) ont achevé de me faire tomber du côté de ceux qui refusent cette réalité où rayonnent les fausses promesses d'un progrès réduit à l'univers matériel et à l'émerveillement prosterné, infantile et fatal devant des "prouesses" techniques qui surpassent tout ce que peut réaliser le pauvre humain, et dont il devient de fait le serviteur quand ce n'est pas la victime.

La force des livres de Tardi sur la première guerre mondiale réside dans sa volonté de décaper le vernis qui tend à faire de simples ouvriers et paysans envoyés au front de magnifiques héros, et des anciens combattants en béret rouge, poitrails couverts de médailles et autres porte-drapeaux à cheveux blancs d'authentiques patriotes.  Selon moi, l'une des lignes de conduite qui sous-tend tout le travail de Jacques Tardi est de ne pas se payer de mots. Ça tombe bien : moi non plus. D'où peut-être sa parenté (fraternité ?) spontanée avec des auteurs de polars ou "noirs" comme Léo Malet ou Jean-Patrick Manchette, qui n'y vont pas avec le dos de la cuillère avec l'humanité grouillante. D'où, accessoirement, l'évidence de son beau geste quand il a refusé la Légion d'Honneur offerte par je ne sais plus qui.

bande dessinée,b.d.,b.d. l'hebdo de la bd,professeur choron,jean-patrick manchette,cavanna,cabu,wolinski,gébé,charlie hebdo,jacques tardi,120 rue de la gare,léo malet,dominique grange,prison petite roquette,larzac 73,adèle blanc-sec,brindavoine,c'était la guerre des tranchées,manchette la position du tireur couché,monuments aux morts,tardi élise et les nouveaux partisans,claire etcherelli élise ou la vraie vie,mai 68,gauche prolétarienne,la cause du peuple

Le docteur Grange et sa fille. Tardi a-t-il travaillé d'après photo ?

Alors venons-en à ce bouquin, Elise et les nouveaux partisans (Claire Etcherelli a publié en 1967 une Elise ou la vraie vie qui eut son heure de gloire : y a-t-il un rapport ?).  Disons-le d'entrée : Elise, le personnage principal, n'est pas exactement la compagne de Tardi, mais sa trajectoire suite de très près celle de Dominique Grange, qui est, elle, son épouse (depuis 1983, encyclopédie en ligne). Elle est fille d'un grand médecin qui avait son sombre cabinet d'oculiste (on ne disait pas ophtalmo) Boulevard des Belges. C'est chez ce docteur charmant et compétent que mes parents m'envoyaient me faire examiner les yeux : c'était le confrère et ami de l'excellent docteur Paliard. J'avais donc quelques raisons.

bande dessinée,b.d.,b.d. l'hebdo de la bd,professeur choron,jean-patrick manchette,cavanna,cabu,wolinski,gébé,charlie hebdo,jacques tardi,120 rue de la gare,léo malet,dominique grange,prison petite roquette,larzac 73,adèle blanc-sec,brindavoine,c'était la guerre des tranchées,manchette la position du tireur couché,monuments aux morts,tardi élise et les nouveaux partisans,claire etcherelli élise ou la vraie vie,mai 68,gauche prolétarienne,la cause du peuple

Ceci pour dire que Dominique Grange vient d'un milieu bourgeois, c'est-à-dire confortable. Mais qu'elle a très tôt pris les chemins de traverse, elle qui s'est trouvée en résonance profonde et décisive avec les propos alors subversifs de sa prof de philo (non nommée, mais on apprend par ailleurs qu'il ne s'agit de personne d'autre que Jeannette Colombel, dont il m'est arrivé de croiser la route, en particulier à la fin de sa vie, à la terrasse de la Brasserie des Ecoles) au lycée Edgar Quinet : le temps de la guerre d'Algérie et des porteurs de valises du F.L.N., de La Question d'Henri Alleg, etc.

bande dessinée,b.d.,b.d. l'hebdo de la bd,professeur choron,jean-patrick manchette,cavanna,cabu,wolinski,gébé,charlie hebdo,jacques tardi,120 rue de la gare,léo malet,dominique grange,prison petite roquette,larzac 73,adèle blanc-sec,brindavoine,c'était la guerre des tranchées,manchette la position du tireur couché,monuments aux morts,tardi élise et les nouveaux partisans,claire etcherelli élise ou la vraie vie,mai 68,gauche prolétarienne,la cause du peuple

Elle a même commencé à apprendre l'arabe, à Quinet, avec un prof originaire de Sétif, à quoi son père a mis fin parce que ce n'était « pas au programme du bac ». Le prof d'arabe non plus n'est pas nommé, mais je connais quelqu'un qui doit pouvoir combler cette lacune.

Le bouquin de Tardi est bâti sur le scénario écrit par Dominique Grange qui, en gros et dans les grandes lignes, raconte sa vie, qui fut mouvementée, inséparable de l'extrême-gauche agissante, et par là même violente, sans aller toutefois jusqu'à la lutte armée. Le livre s'ouvre d'ailleurs sur la violence que le préfet Maurice Papon fait s'abattre, le 17 mars 1961, sur les foules basanées qui envahissent le pavé parisien aux cris de « Algérie algérienne, F.L.N. vaincra, etc. ».

bande dessinée,b.d.,b.d. l'hebdo de la bd,professeur choron,jean-patrick manchette,cavanna,cabu,wolinski,gébé,charlie hebdo,jacques tardi,120 rue de la gare,léo malet,dominique grange,prison petite roquette,larzac 73,adèle blanc-sec,brindavoine,c'était la guerre des tranchées,manchette la position du tireur couché,monuments aux morts,tardi élise et les nouveaux partisans,claire etcherelli élise ou la vraie vie,mai 68,gauche prolétarienne,la cause du peuple

Comme d'habitude, Tardi n'épargne rien au lecteur de la réalité physique de la violence et de ses effets sur les corps, non plus que celle qui, le 8 février 1962, sous les ordres du préfet Roger Frey cette fois, se déchaîne contre la manifestation convoquée par les syndicats et le P.C.F. et qui causa, au "métro Charonne", 9 morts et 250 blessés.

bande dessinée,b.d.,b.d. l'hebdo de la bd,professeur choron,jean-patrick manchette,cavanna,cabu,wolinski,gébé,charlie hebdo,jacques tardi,120 rue de la gare,léo malet,dominique grange,prison petite roquette,larzac 73,adèle blanc-sec,brindavoine,c'était la guerre des tranchées,manchette la position du tireur couché,monuments aux morts,tardi élise et les nouveaux partisans,claire etcherelli élise ou la vraie vie,mai 68,gauche prolétarienne,la cause du peuple

 

Avait-il besoin de rappeler le sombre rôle du même Papon pendant l'Occupation ? Avait-il besoin d'appeler « flicards » les policiers lancés par lui sur une population finalement pacifique, dont le tort était de braver le couvre-feu en ces temps de guerre d'Algérie ? Ce qui est indéniable, c'est que le scénario de Dominique Grange se veut une action militante : qu'on n'attende pas d'elle la neutralité de l'historien. Le recul des années n'a rien refroidi des convictions brûlantes de l'ancienne guerrière de la Gauche Prolétarienne.

A SUIVRE

Les commentaires sont fermés.