Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 mars 2015

LES USURPATEURS

GEORGE SUSAN USURPATEURS.jpgSusan George maîtrise parfaitement le français. Elle a publié récemment Les Usurpateurs (Seuil 2014). Est-ce un bon livre ? Après lecture, je suis obligé de dire que oui, mais que mais. Et que, au-delà de la rudesse de son abord, il me semble important d'avoir au moins une idée de son contenu. Dans l’esprit de l’auteur, il fallait d'abord donner des éléments d’information à un public intéressé par les questions soulevées. Des questions touchant la démocratie, la mondialisation, mais surtout la confiscation de la première par la seconde. Rien de moins.

Il fallait aussi poser des jalons pour permettre de se repérer dans la forêt inextricable des institutions et des géants bancaires et industriels qui sont en train de façonner le monde à leur guise. Elle veut dénoncer les efforts gigantesques fournis par les nouveaux puissants de la planète pour mettre en place un ensemble d’instances d’organisation conçues pour pour "déréguler", "déréglementer", en somme régner sur le monde en le faisant fonctionner à leur profit (autrement dit en s'empiffrant sur la bête), au mépris de la volonté des populations et de l'avenir de la planète. Les Usurpateurs est un livre pour militants. 

Susan George croit aux vertus de l’action collective. C’est faire preuve d’optimisme. Elle ne méconnaît pas la difficulté. La conclusion commence en effet ainsi : « Merci, lecteur, de m’avoir suivie jusqu’ici. J’espère vous avoir apporté des informations complètes, fiables et pas trop rébarbatives à propos de l’usurpation d’autorité qui gangrène nos institutions et notre vie quotidienne » (p. 175). Elle le dit bien : au moins joue-t-elle cartes sur table. Disons-le, son livre est indispensable, mais résolument rébarbatif. 

Cela se voit d’ailleurs comme le nez au milieu de la figure. Ouvrez le livre à n’importe quelle page : vous tombez sur une rafale de mitrailleuse : AGRA, BEUC, CAM, ECHA, GRI, IBFAN, NHTSA, USCC ... La rafale des sigles et acronymes les plus imprononçables. C’est parfois si caricatural qu’elle s’est sentie obligée d’en établir un glossaire, qu’elle a situé à la fin : « Liste des sigles et acronymes les plus utilisés » (p. 185). Inutile de le cacher : ça rend la lecture pénible, et il faut s’accrocher pour arriver au bout. Mais enfin, on y arrive. 

Le projet est double : 1) Décrire « la manière dont les lobbyistes s’y prennent pour influencer nos dirigeants politiques et introduire des lois favorables à l’enrichissement du secteur privé » ; 2) Entrer dans le détail des « stratagèmes qui permettent d’élaborer, d’introduire et de renforcer le droit supranational » (p.179), au détriment évident des législations nationales ou plurinationales (Europe), a priori plus protectrices de la santé ou de l’environnement, mais qui constituent trop souvent, aux yeux des grandes firmes transnationales, des obstacles à la liberté du commerce, de l’innovation et du profit. 

Un livre éminemment utile, donc. Est-il efficace pour autant ? J'aimerais le croire ... D’autant plus utile que, selon son auteur, les entreprises transnationales (qu’elle abrège en ETN) « constituent aujourd’hui la première puissance collective mondiale, loin devant les gouvernements, qui leur sont d’ailleurs trop souvent inféodés ». Je voudrais croire que ce n'est pas encore tout à fait vrai, mais ... Je crois que non seulement elle n’a pas tort, mais que l’évolution récente de la situation est en train de lui donner raison de façon inquiétante. 

Le point de vue selon lequel elle développe ses idées est assez particulier : elle regarde les choses d’en haut. Je veux dire que, familière, du fait de son vieux militantisme (elle est née en 1934), des confrontations avec diverses instances du pouvoir, elle a fini par en connaître le moindre rouage par son prénom, et qu’elle se meut dans ce milieu pauvre en oxygène comme un poisson dans l’eau, si j’ose ainsi parler. C’est là que j’ai un peu de mal à la suivre. 

Mais l'intérêt de la démarche est dans l'espèce de dissection à laquelle elle se livre sur le fonctionnement des plus hauts étages où se meuvent les plus hautes élites mondiales. Elle nous fait voir les choses comme si nous occupions le fauteuil des gens au pouvoir. Quelqu'un qui est du sérail et assez au fait de son fonctionnement pour en faire bénéficier ceux qui n'en sont pas ne saurait être entièrement mauvais.

La notice de l’encyclopédie en ligne donne des indications sur le parcours et sur les hautes responsabilités que Susan George a exercées au sein du mouvement Attac, de Greenpeace, etc. Disons-le : une trajectoire courageuse, cohérente, digne d’estime. Pour résumer, elle a exercé ses responsabilités dans le milieu de ceux qu'on appelle les altermondialistes. 

Là où je la rejoins entièrement (à 200 %, comme disent drôlement les footballeurs avant un match important), c’est quand elle formule clairement le déni de démocratie en quoi consiste essentiellement la mondialisation telle qu’entendue par les directions des grandes firmes bancaires et industrielles, et quand elle voudrait alerter sur ce que j’appelle, quant à moi, la Grande Privatisation de Tout (GPT dans l’intimité) : « On commence à comprendre la sinistre signification de cette expression de " gouvernance mondiale". Elle est décidément entre les mains du secteur privé » (p. 170). Pour moi, si la GPT se réalise, on ne sera pas très éloigné d'une fin de monde (je n'ai pas dit la fin du monde).

J’ai parlé ici, récemment, des livres de Fabrice Nicolino (22 février) et de Naomi Oreskes et Erik M. Conway (26 et 27 février) : ils sont des illustrations de terrain de la thèse de Susan George, en ce qu’ils rendent bien visibles les conséquences concrètes des agissements de la grande industrie (chimique, agroalimentaire) d’ores et déjà mondialisée. Ils donnent en quelque sorte les preuves de ce qui pourrait passer pour les fantasmagories nées dans le cerveau d’une illuminée. 

Je n’entre pas dans les détails de l’ouvrage de Susan George. J’en retiens quelques éléments qui ne font hélas que confirmer les pires craintes que certains éprouvent face à l’évolution prochaine du monde, une évolution qui peut leur sembler irrésistible, mais dont l’auteur se refuse à accepter la fatalité. Je l'ai dit : c'est une optimiste.

Premier point : tout ce qui entrave les affaires, la production, le commerce et empêche les firmes transnationales de maximiser leurs profits pour le plus grand bonheur des actionnaires est à considérer comme l’ennemi à abattre. L’ennemi ? C’est, par exemple, le principe de précaution. Mais c’est aussi l’imposition de normes de sécurité alimentaire et de respect de l’environnement. Tout ce qui est réglementation ou effort de "régulation des flux" en vue de la préservation du bien public est à détruire dans les plus brefs délais. 

Deuxième point : le grand obstacle que les démocraties opposent à la liberté des affaires ainsi conçue réside dans la transparence qu’elles exigent (au moins en théorie) : les débats démocratiques se déroulent en public. Cette publicité est très néfaste à la "sérénité" du climat des affaires. Il n'est pas bon en effet que le bon peuple soit mis au courant de tous les tenants et aboutissants de ce qui se trame en haut lieu.

Or la négociation que la Commission Européenne a entamée avec les Etats-Unis pour définir les conditions d’une zone de libre-échange transatlantique, cette négociation se tient dans le plus grand secret, au point que les députés européens eux-mêmes (des élus !) ont le plus grand mal à obtenir des informations sur son degré d’avancement, sur les termes et les résultats déjà obtenus, sur les perspectives, etc. 

Soit dit en passant, ça donne une bonne indication de la marge de manœuvre et de décision qui est laissée à nos personnels politiques : au choix, des marionnettes ou des fantoches, réduites par les géants économiques mondiaux au statut de présidents de comités de quartier, voire de "capitaines de pédalo".

Qu’on se le dise : la plus grande liberté des affaires des riches et des puissants du monde va strictement de pair avec la plus grande opacité sur les dites affaires. S'agissant de la tradition de ces « hommes d'honneur » que la Sicile a célébrés et légués aux "forces du marché", on appelle cette opacité « l'omerta » et l'honorable société la « mafia » (voir mon billet sur l'ouvrage de Jean de Maillard, le 9 mars).

Les gens raisonnables, ceux qui ont les pieds sur terre et veulent qu’on puisse les y garder le plus longtemps possible ne veulent pas de ce monde que les riches et les puissants travaillent opiniâtrement à leur concocter. 

Voilà ce que je dis, moi. 

jeudi, 10 novembre 2011

L'EUROPE EST UNE SALOPE (1)

0 – L’EUROPE TELLE QU’ON LA RÊVAIT

 

 

ARTHUR RIMBAUD cite deux fois l’Europe dans un poème que j’ai su par cœur, il fut un temps (oui, les vingt-cinq strophes, parfaitement !) :

 

« Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues

Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,

Fileur éternel des immobilités bleues,

Je regrette l’Europe aux anciens parapets ! »

(vers 81 à 84)

 

« Si je désire une eau d’Europe, c’est la flache

Noire et froide où vers le crépuscule embaumé

Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche

Un bateau frêle comme un papillon de mai. »

(vers 93 à 96)

 

Mesdames et Messieurs, avant de poursuivre notre cahotant chemin, nous allons observer une minute de silence et nous incliner avec immense respect et profonde affection devant l’évocation de ce chef d’œuvre.

 

 

La pendule compte jusqu’à soixante.

 

 

A présent, reprenons.

 

 

1 – L’EUROPE, MAIS PAS LES PEUPLES

 

 

Jusqu’où il faut remonter pour y être, à la source des saloperies qu’on nous déverse dessus depuis quelque temps ? A la fin de la guerre ? Au Traité de Rome ? Au couple HELMUT KOHL / FRANÇOIS MITTERRAND ? Est-ce que c’est le bon, le digne, le traître JACQUES DELORS qu’il faut couvrir de nos excréments les plus frais ? Est-ce que c’est toute la bureaucratie bruxelloise qu’il faut brûler ? Ceux qu’on appelle les « eurocrates » ? 

 

 

Pour crier dans les rues : « MITTERRAND salaud ! Le peuple aura ta peau ! », c’est trop tard, toute la peau est déjà partie. Ce n’est pas un mal d’ailleurs, même si je sais que ça me viendra aussi, les vers, et que je ne trouve pas ça désopilant. Pourquoi ai-je voté oui à Maastricht, aussi ? C’est là qu’on aurait pu faire quelque chose, peut-être ? Même ça, ce n’est pas sûr. Mais Maastricht, c’est malgré tout un bon point de repère.

 

 

Déjà et d’une, c’est Maastricht qui nous a fait la monnaie unique. Si j’ai bien compris, hein ! Parce que pour comprendre le sac de nœuds, on a intérêt à se lever avant le jour et à faire provision d’aspirine. Et même là, il faudrait un traducteur.

 

 

Tiens, regardez ça ! Oui, oui, je l’ai gardé mon exemplaire. Je ne l’ai pas jeté dans la cheminée. Bon, c’est vrai, je n’ai pas de cheminée. Mais à la limite, c’est dommage : ça m’aurait peut-être fait plaisir de le voir brûler. Quoi ? Mais le « Traité », voyons : Traité établissant une Constitution de l’Europe, exactement. Pendant un mois avant le vote, je m’étais baladé avec le rectangle en plastique rouge d’ATTAC au revers de ma veste. Pour ce que ça a servi, de voter non.

 

 

Les Irlandais, ils ont été obligés de manger leur chapeau électoral. Il faut les comprendre : vous vous voyez aller au bureau de vote tous les dimanches quand il fait grand soleil et que les poissons vous attendent dans le petit étang sympa de Saint Quentin ? Autant vous en débarrasser une bonne fois. Et les Danois, combien de fois ils avaient voté, avant de… de quoi, au fait ? N’est-ce pas trois fois, qu’on les avait obligés ?

 

 

Vous voyez, on oublie même les fois où on nous a demandé notre avis. Ça veut sans doute dire une chose : mon avis, il a autant de valeur que la queue de ce vairon perdu dans la friture que Jeannot vient de me servir. Vas-y, Jeannot, comme disait GUY BEDOS ! La preuve, c'est que NICOLAS SARKOZY ne s'est pas gêné pour passer par-dessus le NON au référendum et l'avis de la majorité des Français et faire adopter Lisbonne aux béni-oui-oui de la chambre des députés. Je me dis que la démocratie représentative en est une autre, de belle saloperie.

 

 

2 – LE CHAR D’ASSAUT DES TEXTES

 

 

Donc le « Traité constitutionnel », vous vous souvenez ? Cent quatre-vingt-onze pages sur papier bible. Quatre-vingt-sept, rien que pour le Traité proprement dit. Quatre cent quarante-huit articles musclés, en pleine forme, surentraînés, pleins de jus, et prêts à vous expédier au tapis au début du premier round, l’arrêt de l’arbitre faisant foi.

 

 

Et des articles que je peux comprendre au premier coup d’œil, il n’y en a pas beaucoup. Par exemple : « Le présent traité est conclu pour une durée illimitée » (c’est l’article IV – 446). Ça, ça va. Il y en a quelques autres, mais à vue de nez, ça fait 0,5 % du total. Pour les 99,5 % restants, vous avez bien un petit meuble à caler, non ?

 

 

Parce que moi, pour citer l’académicien, le si élégant et mondain JEAN D’ORMESSON : « Ce patagon, j’y entrave que pouic ! ». J’aime bien citer JEAN D’ORMESSON. Ce que j’aime avec lui c’est qu’on est bien servi et qu’on est sûr de la qualité de la viande … euh non, de la langue. Toujours cette maudite langue qui fourche !

 

 

Quoi qu’il en soit, une langue riche en saveurs populaires, si proche des gens, si pure de toute sophistication maniérée, si éloignée de toute afféterie salonnarde, si dénuée de tout gongorisme mignard, si châtiée de tout byzantinisme esthétisant, que c’en est un vach’te plaisir.

 

 

Pour revenir au « Traité », prenez l’article II – 68, qui traite de la « protection des données à caractère personnel ».

 

1. Toute personne a droit à la protection des données à caractère personnel le concernant.

 

2. Ces données doivent être traitées loyalement, à des fins déterminées et sur la base du consentement de la personne concernée ou en vertu d’un autre fondement légitime prévu par la loi. Toute personne a le droit d’accéder aux données collectées le concernant et d’en obtenir la rectification.

 

3. Le respect de ces règles est soumis au contrôle d’une autorité indépendante.

 

 

Eh bien me voilà rassuré, n’est-ce pas ? Mais moi je ne veux pas de « rectification ». Je veux l’effacement pur et simple. Mais bon, on ne va pas chipoter sur des détails. Je me demande seulement ce que ça veut dire, juridiquement, « loyalement ».

 

 

Pareillement, je me demande ce que ça peut bien recouvrir, « autorité indépendante ». Est-ce qu’on demande au C. S. A. d’être indépendant ? Ce qui serait drôle, c’est que la loi qui l’a créé soit respectée ! Et je n’ai pris qu’un article pratiquement pas subdivisé. Est-ce que vous connaissez le III – 282 ? Le III – 404 ? Bref, pas la peine d’insister, je pense.

 

 

En tout cas, l’Europe, c’est bien avant ce « Traité » que tout le monde aurait dû dire STOP. Le premier jour où on a commencé à NE PAS COMPRENDRE ce qui se passait. Le grand tort des six premiers peuples de l’Europe communautaire, c’est qu’ils ont laissé faire. Quelle que soit l’occasion, il faut REFUSER de ne pas comprendre.

 

 

Dès que les peuples, dans les premiers grands cols, ont été lâchés par le peloton de tête (les crânes d’œuf des « concepteurs » de l’Europe), ils auraient dû se mettre en travers de la route, et crier : « STOP ! On veut comprendre. On bougera pas de là avant que vous ayez tout bien expliqué ! ». FRANÇOIS MITTERRAND a bien roulé le « peuple français » dans la farine, avec son Maastricht ! Personne n’y a rien compris, à Maastricht, excepté le quarteron de sournois qui avait son projet bien ficelé dans la tête.

 

 

3 – LE CHAR D’ASSAUT EN ACTION

 

 

Ce que j’en ai compris, je vais essayer de l’expliquer. En gros, ce projet, je le résumerai de la façon suivante : « Aller le plus vite possible, le plus loin possible de la comprenette des peuples, pour aboutir au « machin » le plus compliqué possible, pour qu’il ne soit précisément plus possible, d’une part, de revenir en arrière, et d’autre part, d’y comprendre quoi que ce soit ».

 

 

Suite et fin après-demain à 9 heures.

Parce que demain, c'est le onze novembre, jour férié.

Demain, ça s'appellera "hymne à la politique". A la fin, je donnerai rendez-vous, à tous ceux qui penseront comme moi à l'auto-génocide européen de 1914-1918, devant les monuments aux morts de la Grande Guerre. Avec un aiguillage vers mon blog de 2007 KONTREPWAZON, et clic, dans la colonne de gauche, sur la catégorie "Monuments aux morts". Merci pour eux.

 

 

 

vendredi, 24 juin 2011

PROFESSION MENTEUR (2)

L’expression « langue de bois » avait sans doute trop servi : est-elle devenue obsolète pour autant ? La langue de bois, on sait, c'est la leçon que le politicard vient réciter plus ou moins bien, et débiter avec un air de conviction plus ou moins vraisemblable devant micros et caméras. En général, c'est très bien rodé. La langue de bois, c'est le mensonge-à-tout-faire, le mensonge-prêt-à-l'emploi, la leçon permanente de mensonge.

 

 

 La différence, c’est qu’elle ne dépend pas des circonstances,  forcément variables : tout politicien est conditionné, il l'a apprise par coeur, longuement, et il est prêt à la dégainer dès que se présente un micro ou une caméra. Il faut reconnaître d’ailleurs que certains sont passés maîtres dans l’art de la manier. Quand tu as pris ta carte du parti, que tu as vaillamment gravi les échelons pour arriver à une position « en vue » (au fait, comment elle a fait RACHIDA DATI ?), il convient que tu prennes conscience de tes devoirs, et surtout des restrictions qui vont avec.

 

 

C’est le vieux principe énoncé par HENRI LABORIT dans Eloge de la fuite : la hauteur de la position que tu conquiers t’est accordée en échange de l’adhésion à la structure qui te la confère, et de la force de légitimation que tu lui donnes. En clair : plus tu donnes de légitimité au parti (en démontrant tes aptitudes et compétences), plus le parti te le rendra en reconnaissance sociale. Et plus tu seras puissant (par exemple chef de « courant » au Parti Socialiste). Et plus ta bouche devra être close sur tout ce qui est à « ne pas dire ».

 

 

C’est pourquoi il faut cesser de voter. Je suis désormais un abstentionniste militant. J’ai personnellement cessé de voter après 2005 : vous vous rappelez ? Ce pavé que certains essayaient de vendre sous le nom de « traité constitutionnel » pour l’Europe. Je regrette même d’avoir cru que ça servirait à quelque chose, de voter « non ». Naïf, je me baladais même avec, épinglé à mon revers, le petit rectangle de plastique rouge frappé d’un très joli « non » au-dessous du sigle d’ATTAC. J’ai donc voté. Je m'en veux. Je n’avais pas encore compris. Enfin, je voulais encore y croire.

 

 

Car, quand NICOLAS SARKOZY a été élu, j’ai vu que j’avais eu tort. On n'a surtout pas demandé aux Français de revoter : le traité a été adopté entre gens « responsables », qui ont encore le culot de s’appeler les « représentants du peuple ». Les Hollandais ont revoté, et dans le « bon » sens, cette fois. Les Irlandais ont aussi revoté, me semble-t-il. Et tous ceux qui avaient dit « merde » à cette Europe-là l’ont eu dans le cul. Excusez-moi, je me laisse aller. En Italie aussi, les députés viennent de voter la confiance à BERLUSCONI, au mépris des deux condamnations populaires dont il vient d’être l’objet dans les urnes.

 

 

Le sinistre individu N. S. dont je viens de parler a fait campagne, en 2007, sur le thème « Je ne vous mentirai pas ; je ne vous trahirai pas ». Quand il a prononcé la première phrase, il avait déjà enfreint sa promesse. On a vu, là encore. Tant qu’il restera un bout de mur debout de ce qui s’appela naguère « la France », ce monsieur continuera infatigablement à conduire son TRACTOPELLE, qu’il ose appeler « REFORME », pour tout abattre et araser. Il ne restera rien de ce que quelques nostalgiques appellent « service public » (santé, éducation, justice, etc.). Et il ose, en plus, prétendre que ce n’est pas une trahison.

 

 

Quand je regarde vers la gauche, qu’est-ce que je vois ? Le dernier en date qui fut aux « responsabilités », comme on dit, était LIONEL JOSPIN. Ce triste sire, en cinq ans de « responsabilités », a davantage privatisé que ses prédécesseurs ALAIN JUPPÉ et EDOUARD BALLADUR réunis ! Si ce n’est pas trahir, cela ! Mais il a suivi l’exemple de FRANÇOIS MITTERRAND. Ce n’est pas une excuse pour autant.

 

 

Je ne parle pas de mademoiselle LE PEN, que je refuse d'appeler par son prénom, produit incompétent d’un marketing politique échevelé. Je ne parle pas du parti des marionnettes écologistes, qui va sans doute donner à l’invraisemblable NICOLAS HULOT le titre de « candidat vert » (comme mensonge, difficile de faire mieux). Je ne parle pas de JEAN-LUC MELANCHON, qui est enfin parvenu à ratiboiser ce qui restait du moignon du Parti Communiste. Je ne parle pas des divers trotzko-trotzkistes dont on voit encore de loin en loin éclater les bulles de gaz intestinaux à la surface du marigot médiatique.

 

 

Tous ces petits poissons bavards (un comble !) savent bien qu’ils ne seront jamais aux « responsabilités ». La raison pour laquelle ils bataillent, ce sont les « postes » qu’ils pourraient décrocher après avoir négocié avec les puissants la cession de leurs « parts de marché », je veux dire leur « score » aux élections. Ils ne sont certainement pas en train de combattre pour la réalisation de leurs idéaux. Chacun est dans sa cuisine à réchauffer son plat principal, les entrées et desserts étant sujets aux « variations saisonnières ». Et puis à essayer de caser sa marchandise sur le marché.

 

 A suivre. Il y a encore quelques comptes à régler.