Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 janvier 2017

VU DE MA CAPSULE SPÉTIALE

014 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

"Le silence éternel des espaces infinis m'effraie" (Blaise Pascal).

Heureusement : 

"Le vacarme intermittent des petits coins me rassure" (Oulipo, "littérature antonymique").

mercredi, 28 décembre 2016

AU DIABLE VERT-VERRE

004 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

samedi, 17 décembre 2016

LUMIÈRE

Mon art abstrait.

003 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

vendredi, 16 décembre 2016

VARIANTES DE LUMIÈRE

BEC, OISEAU, PLUME, VENT.

BEC.JPG

photographie

TRAIT.JPG

VENT.JPG

Photographies Frédéric Chambe.

***

Unter der Flut

fliegen, an

gehöhten schwarzen

Opfersteinen vorbei,

 

die unendlich geerdete Schwermut

in den

Fahrwerkschächten,

 

berauschte Flugschreiber im

Sehnsuchtsgehänge,

 

künftige Fundstücke, silbrig,

im

schädligen Cockpit,

 

Sichttunnels, in

den Sprachnebel geblasen,

 

Selbstzündblumen

an allen Kabeln,

 

im großen, unausgefahrenen

Felgenring deinen

genabten Schatten,

Saturn.

 

PAUL CELAN

Lichtzwang (1970).

***

Voler sous

le flux, près

des pierres levées

noires, sacrificielles,

 

la mélancolie infiniment mise à la terre

dans les

logements de train d'atterrissage,

 

des enregistreurs de vol grisés dans

la suspension de la nostalgie,

 

de futurs objets trouvés, argentés,

dans

le cockpit crânien,

 

des tunnels de visibilité, soufflés

dans le brouillard du langage,

 

des fleurs d'auto-allumage

à tous les câbles,

 

dans le grand anneau verrouilleur,

pas encore sorti, ton

ombre à moyeu,

Saturne.

 

PAUL CELAN

Contrainte de lumière.

 

 

jeudi, 15 décembre 2016

LUMIÈRES

007.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

mercredi, 14 décembre 2016

LUMIÈRE DU DEDANS

Mon art abstrait.

001.JPG

004.JPG

Photographies Frédéric Chambe.

 

dimanche, 11 décembre 2016

ÇA FAISAIT DES BULBES …

Qui peut dire où vont les fleurs ?


Moignon d'amaryllis (non, pas ci-dessus !).

V002 2.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

**********************************************

**********************************************

PERMIS DE TUER

Il paraît que des féministes manifestent en ce moment, au nom de toutes les femmes, disent-elles, en faveur de Jacqueline Sauvage, meurtrière de son mari. Elles ont envoyé au chef de l'Etat (un certain François Hollande) une lettre dans laquelle elles lui réclament une grâce totale pour la condamnée. Hollande lui en avait déjà octroyé une, mais partielle. Cela ne suffit pas : les féministes veulent voir Jacqueline Sauvage sortir de prison séance tenante. Elles considèrent que la détention fait subir une injustice à toutes les femmes. On se demande où elles vont chercher ça.

C'est entendu, monsieur Sauvage était un sauvage. Pendant quarante ans il a battu sa femme Jacqueline, et j'imagine ce qu'il a fait à ses filles. Elle a enduré au-delà de ce qu'on peut se représenter. Au bout de quarante ans de souffrances, Jacqueline en a eu assez : elle a tué monsieur Sauvage.

Pour dire le vrai, je n'ai pas suivi le procès. Sur le peu d'informations dont je dispose, je ne peux que rester perplexe. Moi, ce qui m'impressionne, c'est cette expression : "quarante ans", qui revient en boucle. Je me dis que ce n'est pas très raisonnable de passer quarante ans auprès d'un mec violent et abusif. Quoi, Jacqueline Sauvage, en quarante ans, n'a pas eu un seul moment creux pour se plaindre à quelqu'un ? Une voisine ? Une assistante sociale ? Un employé de mairie ? Quoi ? En quarante ans, elle n'a pas eu une seule fois l'idée de pousser la porte d'un commissariat pour déposer une "main courante" ? Pour déposer plainte ? Qui peut croire ça ? Ce que je retiens, c'est que Jacqueline Sauvage, pendant quarante ans, a fermé sa gueule. C'est aussi simple que ça. Les sociologues et psychologues peuvent bien débarquer avec leurs explications, supputations et suppositions, ils n'excuseront rien. Entre comprendre et justifier, il y a un fossé que comblent allègrement les bonnes âmes militantes.

Car il reste qu'elle a tué son mari. Au bout de quarante ans. Moi, ce qui m'interpelle, c'est donc cette durée : quarante ans. Pourquoi ça ? Parce que c'est cette durée qui sert d'argument à un groupuscule de féministes pour introduire une demande de grâce totale auprès de la présidence de la République pour Jacqueline Sauvage. Qu'est-ce qu'elles demandent, ces femmes, en réalité ? Elles exigent que soit accordé un permis de tuer aux femmes qui ont fait l'erreur d'épouser un homme violent, un homme qui se venge sur elles, pendant quarante ans, des humiliations et frustrations que lui fait subir la société.

Ce qui me laisse tout effaré, c'est que, dans les éléments de langage des féministes qui poussent des hurlements de louves jusque dans les médias pour obtenir une grâce totale pour Jacqueline Sauvage, c'est ce "quarante ans" qu'elles utilisent comme argument pour faire valoir une "légitime défense" totalement imaginaire, une "légitime défense" qui exonérerait la condamnée de tout crime. Car on ne peut pas sortir de là : ce que Jacqueline Sauvage a commis s'appelle un crime. Que monsieur Sauvage ait commis des délits de violences sur sa femme ou sur ses filles, sans doute des crimes sexuels, ne change rien au fait qu'il est mort et que c'est sa femme qui l'a tué. A la limite, on pourrait reprocher à celle-ci une "non-dénonciation de crime", parce que quarante ans, cela s'appelle de la complicité. Je ne sais pas quels sont les arguments de l'accusation qui ont le plus porté, mais je me dis qu'un jury d'Assises a décidé de la condamner. Cela veut au moins dire que les débats n'ont pas tourné en sa faveur. Les féministes peuvent-elles tenir compte de ça ?

Qu'on le veuille ou non, il y a du consentement au mal dans le silence de quarante ans de Jacqueline Sauvage.

Voilà la cause ahurissante que défendent les féministes qui réclament la grâce totale pour Jacqueline Sauvage : il y a de l'appel au meurtre dans cette demande. Et si la grâce lui est accordée, bien des femmes risquent de se sentir autorisées à y voir un permis de tuer. 

mercredi, 07 décembre 2016

A VUE D’ŒIL

005.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

samedi, 03 décembre 2016

VIEUX CHAUDRON

Voici comment se présente, vue de près, la surface du vieux chaudron en cuivre, où la grand-mère, pleine d'alacrité, voire épineuse à l'occasion, fabriquait ses gelées et confitures de groseilles, cassis, etc.

CHAUDRON1.JPG

CHAUDRON2.JPG

Photographies Frédéric Chambe.

jeudi, 01 décembre 2016

LA VIE DANS LA VITRE APRÈS LA FERMETURE

Le Chesterfield.

LE CHESTERFIELD.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

« Ce ne sera pas vraiment la fortune. Ils [Jérôme et Sylvie] ne seront jamais présidents-directeurs-généraux. Ils ne brasseront jamais que les millions des autres. On leur en laissera quelques miettes, pour le standing, pour les chemises de soie, pour les gants de pécari fumé. Ils présenteront bien. Ils seront bien logés, bien nourris, bien vêtus. Ils n'auront rien à regretter.

Ils auront leur divan Chesterfield, leurs fauteuils de cuir naturel souples et racés comme des sièges d'automobile italienne, leurs tables rustiques, leurs lutrins, leurs moquettes, leurs tapis de soie, leurs bibliothèques de chêne clair.

Ils auront des pièces immenses et vides, lumineuses, les dégagements spacieux, les murs de verre, les vues imprenables. Ils auront les faïences, les couverts d'argent, les nappes de dentelle, les riches reliures de cuir rouge.

 

Ils n'auront pas trente ans. Ils auront la vie devant eux ».

 

On trouve ça dans les dernières pages de Les Choses, de Georges Perec, le mémorable "prix Renaudot" 1965.

A comparer avec les dernier mots du Soumission de Michel Houellebecq : « Un peu comme cela s'était produit, quelques années auparavant, pour mon père, une nouvelle chance s'offrirait à moi ; et ce serait la chance d'une deuxième vie, sans grand rapport avec la précédente.

Je n'aurais rien à regretter ».

Autre différence : sorti début janvier 2015 (je l'ai acheté le 6, la veille de), c'était trop tard pour le Renaudot (ou trop tôt, c'est selon).

*********************

*********************

Rions un peu.

Entendu le soir de la victoire de Fillon à la primaire, un juppéiste de la plus belle eau (qui ?) déclarant : « Il va de soi que tous les amis d'Alain Juppé se rassemblent dès maintenant pour se ranger devant ... euh ... derrière François Fillon ».

Comme le chantait Claude Nougaro : « Les p'tits bruns et les grands blonds, Quand ils sont entre garçons, Les p'tits bruns et les grands blonds Rient comme des fous, sont comme des frères ».

*******************

Pour compléter la photo ci-dessus.

photographie,lyon,croix-rousse,perec les choses,georges perec,prix renaudot,michel houellebecq,houellebecq soumission,littérature,divan chesterfield,jérôme et sylvie,claude nougaro,les petits bruns et les grands blonds,françois fillon,alain juppé

 

samedi, 05 novembre 2016

QUELQUES NUANCES DE GREY

Mon art abstrait.

004.JPG

Photographies Frédéric Chambe.

3 TÊTE2 1.JPG

jeudi, 03 novembre 2016

FLEUR DE BOIS

X007.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

mardi, 01 novembre 2016

COMPOSITIONS NUANCÉES

Z006 BIB.JPG

Photographies Frédéric Chambe.

007 2.JPG

Pas du jaune, pas du rose, pas du gris : des surfaces, des cloisonnés de nuances.

« Car nous voulons la Nuance encor,

Pas la Couleur, rien que la Nuance ! ».

P. V.

lundi, 24 octobre 2016

OMBRE

004 1.JPG

L'ombre du droséra sur le mur.

Photographie Frédéric Chambe.

dimanche, 23 octobre 2016

DANS SON JUS

008.JPG

Taille du panneton : 28 x 34 mm.

Poids de la clé (avec sa chaîne) : 449 g.

Longueur : 191 mm.

Largeur de l'anneau : 65 mm.

photographie

Ce n'était pas la clé du paradis. De toute façon, il est perdu, comme le veut la définition du paradis.

samedi, 22 octobre 2016

FLOTTAISON

005 2.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

« Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème

De la Mer, infusé d'astres et lactescent,

Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême

Et ravie, un noyé pensif parfois descend ».

A. R.

vendredi, 21 octobre 2016

EFFLORESCENCE

Ce qu'il advient du vivant : mou et un peu gluant dans un premier temps (voir ici 12 octobre).

photographie,poésie,françois villon,ballade des pendus

Photographie Frédéric Chambe.

« Quand de la chair que trop avons nourrie,

Elle est piéçà dévorée et pourrie,

Et nous les os devenons cendre et poudre.

Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ».

F. V.

(Je n'oublie jamais que le poème commence par : « Frères humains ».)

jeudi, 20 octobre 2016

INCANDESCENCES

photographie

007.JPG

On dit aussi : "couleurs chaudes".

Photographies Frédéric Chambe.

dimanche, 16 octobre 2016

CHAIR DE POULE GÉOMÉTRIQUE

FLASH FEX 4.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

samedi, 15 octobre 2016

MONOCHROME SUCRÉ

Mon Arcon (-temporain, parce qu'il n'y a pas de raison que).

Couleur non brevetée, non déposée à l'INPI, accessible à tous car de fabrication aisée.

GELEE COING 2.JPG

Photographie Frédéric Chambe.

mercredi, 12 octobre 2016

L'ORANGER DES OSAGES

Qulques aspects du fruit (immangeable, paraît-il, je n'ai pas essayé) qui pousse sur un oranger des Osages vu au parc de la Tête-d'or.

002 2.JPG

002 1.JPG

006.JPG

Photographies Frédéric Chambe, 10/11 octobre 2016.

samedi, 01 octobre 2016

VERROTERIE

Mon art abstrait.

003.JPG

photographie

Photographie Frédéric Chambe, 30 septembre 2016.

mercredi, 28 septembre 2016

PETIT D'HOMME

GASTON 3.JPG

 

lundi, 26 septembre 2016

TEXTURE

002 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe, 11 septembre 2016.

samedi, 24 septembre 2016

VERROTERIE

Mon art abstrait.

002 1.JPG

Photographie Frédéric Chambe (21 août 2016).