Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 avril 2018

ISLAM DE FRANCE ET ANTISEMITISME

Il y a beaucoup de gens que je n'aime pas du tout, dans la liste hétéroclite et copieuse (un vrai "inventaire à la Prévert", y compris le raton-laveur) des signataires du "Manifeste des 300" sur le "Nouvel antisémitisme". Mais sur le fond, le salopard auteur du texte (je me refuse à citer son nom) et tous ceux qui y ont apposé leur signature ont raison, je suis contraint de le reconnaître : la France est redevenue une terre d'antisémitisme depuis que le nouvel islam conquérant a fait reconnaître ses droits "religieux" par ce qui n'est plus une "République laïque". Je plains terriblement les pauvres Tarek Oubrou (imam de la mosquée de Bordeaux), Dalil Boubakeur (mosquée de Paris) et autres dignitaires sûrement respectables et bien intentionnés (je dis ça, mais je n'ai pas la preuve) de se sentir obligés de monter au créneau, parce qu'ils ne veulent pas d'une "stigmatisation" de l'ensemble de la communauté musulmane. 

Je comprends leur visée diplomatique : ils ne veulent se mettre personne à dos. Mais leurs dénégations pleines de craintes diverses pour l'avenir (qui pourraient, à la limite, être interprétées comme des menaces, voire un chantage) ne doivent pas occulter la réalité actuelle de l'islam de France : si l'on peut parler aujourd'hui du retour d'un antisémitisme de masse, nous le devons exclusivement à l'incroyable espace que s'est ouvert l'islam sur le territoire français. Nous le devons à l'empiétement progressif et méthodique d'un islam rigoriste et rétrograde sur l'ensemble des libertés dont nous jouissons encore aujourd'hui en France, et dont la moindre n'est pas celle de ne croire en aucun dieu (l'islam interdit au croyant de ne plus croire – crime d'apostasie – et le droit de ne croire en rien est, pour les musulmans, un acte d'impiété, un blasphème, un outrage à dieu, un sacrilège digne des pires supplices). 

S'il reste des antisémites de France en France, c'est à l'état groupusculaire et résiduel qu'ils survivent tant bien que mal, quelque part dans les extrêmes-droites (avec des allumés d'extrême-gauche rouge-brun ou islamo-gauchistes qu'on se demande comment ils ont atterri là). Il n'y a pas de nouvel antisémitisme chez les Français d'extraction européenne. Il n'y a pas de problème de laïcité en France. Il n'y a que trois problèmes : l'islam, l'islam et l'islam.

Parce que, derrière tous les musulmans bien intentionnés qui ne demandent qu'à s'intégrer, il n'est pas difficile, pour qui sait écouter et regarder, de discerner, dans le brouillard artificiel qu'ils s'efforcent de répandre autour de leurs agissements, le militantisme et l'activisme de tout un tas de gens aussi discrets qu'ils se veulent efficaces (et qui se tirent la bourre, entre salafistes, wahabites, frères musulmans, adeptes du tabligh, sectes diverses, etc., etc.) auprès des populations venues du Maghreb, d'ailleurs et même de France.

Ces gens travaillent. Et leur grande force (j'allais dire leur supériorité), c'est qu'ils ont l'éternité devant eux. Pensez, par comparaison, à l'inimaginable volontarisme actif (et sacrificiel) des premiers évangélistes chrétiens qui ont répandu le catholicisme en Europe du deuxième siècle de notre ère à Charlemagne (pour aller vite), pour faire de notre continent la patrie d'une civilisation qu'on est bien obligé de reconnaître supérieure à tout ce qui s'est fait auparavant et partout ailleurs en matière de civilisation (puisqu'elle a fini par englober toutes les autres : appelons-la la civilisation du rayonnement intellectuel, de la technique régnante et de la marchandise).

Marcel Gauchet le redit dans Le Désenchantement du monde : « Le christianisme est la religion de la sortie de la religion ». C'est peut-être en cela que la civilisation européenne a fini par dominer le monde (abâtardie, hélas, par la prise de pouvoir de l'Amérique sur l'ensemble du monde, y compris sur la "vieille Europe", engluée dans les "valeurs" et la "morale"). Je crois en la supériorité de la civilisation européenne sur toutes les autres formes de civilisation.

Entre autres signes de la supériorité de la civilisation occidentale (je n'ai pas dit "américaine", je devrais peut-être dire "européenne"), j'en vois une preuve dans le fait que le rôle de la basse dans la Neuvième de Beethoven est tenu par un certain Kwangchul Youn, dans le concert retransmis sur France Musique le jeudi 26 avril 2018. J'en avais vu une autre dans le fait qu'un Japonais avait consacré dix ans de sa vie à copier méticuleusement la Crucifixion de Grünewald au musée Unterlinden de Colmar. Si ça ne s'appelle pas du rayonnement universel, j'aimerais qu'on me dise ce que c'est.

Les responsables politiques français sont trop lâches : à les entendre, notre civilisation est sur la défensive et n'a plus rien à apporter au monde, sinon une immense repentance et une éternelle culpabilité pour le mal qu'elle a fait au monde en même temps que tout le bien qu'elle lui a apporté. Bien et mal sont rigoureusement inséparables dès le moment qu'une culture devient dominante pour imposer son style et tout son bagage à toutes les autres. Je ne reconnais presque plus rien de la civilisation européenne dans ce que l'américanisation frénétique de nos objets et de nos esprits en a fait.

Au sujet de l'islam, les responsables politiques français sont trop lâches pour dire la vérité à ce sujet et affronter de face la réalité du problème de l'offensive en cours – car c'est d'une offensive qu'il s'agit –, qui prend, tour à tour et selon les circonstances, le visage aimable du musulman bien intégré (par exemple CFCM, pourquoi pas ?) et le masque hideux du fanatique prêt au djihad et au sacrifice de sa vie (pourvu que ce soit aux dépens de celle des autres). Les deux ne sont peut-être pas interchangeables, mais ils sont issus du même tronc de la même plante. S'ils étaient dotés d'un minimum de courage et de lucidité, les responsables politiques français se rendraient compte de la réalité de la menace que fait peser cet islam conquérant sur l'avenir de la France.

Ils feraient ce constat qu'une majorité de musulmans, en France, déteste les juifs, et cela pour une raison bien connue : la domination colonialiste de l'Etat d'Israël sur l'ensemble de la Palestine, qui ne laisse aux Palestiniens que des lambeaux de plus en plus réduits de territoire. Et la situation ne cesse de s'aggraver (essor incessant de la colonisation de la Cisjordanie, essor inexorable des partis fondamentalistes,  ultra-religieux et d'ultra-droite en Israël). Et plus la situation s'aggravera là-bas, plus les musulmans présents sur le territoire français prendront fait et cause pour leurs "frères". Les juifs de France n'ont pas fini d'avoir des soucis. Et l'on peut bien s'en douter : après les juifs, on trouvera un jour dans la ligne de mire les Français de la France chrétienne ou athée.

On entend déjà bien, ici ou là, de temps en temps, résonner des « sales Français », dans la bouche de gens qui savent pourtant très bien, le moment venu, sortir la même carte d'identité que les "sales Français". Tout dépend du contexte et des circonstances, "musulman" étant une identité éminemment plastique puisque, du guerrier assoiffé de sang au père tranquille attaché à ses "cinq piliers", en passant par le voyou, le buveur d'alcool et le mangeur de porc, il y a, par définition, TOUT dans la collection d'islams qu'on nous présente quand il y a débat. Et pour moi, qui ai lu tout le Coran (dans la traduction si prudente et modérée de Jacques Berque), ce n'est pas tel ou tel verset qu'il faut jeter à la poubelle, c'est l'ensemble de ce mélange d'invraisemblable salmigondis et de bouillie indigeste. Un mélange dont suintent, à presque toutes les pages, la haine des chrétiens et des juifs. Presque tout le Coran (si l'on excepte de timides appels à la tolérance) est antisémite et antichrétien.

Ce n'est sans doute pas pour rien que le même Tarek Oubrou, invité chez Alain Finkielkraut, avait porté plainte contre son interlocuteur juif, Georges Bensoussan, qui avait osé proférer cette vérité active dans bien des familles : « Les petits musulmans tètent l'antisémitisme avec le lait de leur mère ». Il semble bien, en l'occurrence, que ce soit ce dernier qui ait raison. Il n'y a pas d'islam de France, il n'y a qu'une religion en phase conquérante, qui apporte avec elle l'antisémitisme omniprésent au Proche-Orient et qui pousse ses avantages en s'appuyant sur les faiblesses mêmes que lui offre le ventre mou de la démocratie. La terre française rejette, historiquement et viscéralement, la foi musulmane, aussi fort qu'elle rejette aujourd'hui, malgré les délires de BHL (le très oubliable auteur de L'Idéologie française, 1981), l'antisémitisme.

jeudi, 02 mars 2017

COMBIEN DE MEHDI MEKLAT ?

Je ne m’étendrai pas sur l’histoire qui a suivi la révélation des messages clandestins diffusés sur Twitter par le bondyblogueur devenu malheureusement célèbre Mehdi Meklat. Je n’ai pas prêté attention (ni de près, ni de loin, ni du tout) aux péripéties qui ont accompagné, puis suivi la naissance et l'existence du Bondy blog (suscité par deux Suisses altruistes venus sur place lors des émeutes de 2005). Je veux juste poser une question, parce que je n’ai pas entendu qui que ce soit la poser dans les médias que je fréquente (côté touiteur-fessebouc-etc., je suis réseau zéro : je suis entré en réticence).

Certes, Mehdi Meklat est une figure qui a émergé précisément après les émeutes de 2005 grâce à un indéniable talent (paraît-il) dans le maniement du verbe, ce qui a, semble-t-il, décidé de sa vocation de "journaliste". Certes, grâce à lui et à son pote Badrou (Badroudine Saïd Abdallah), on a raconté que les « banlieues difficiles » avaient pris la parole, parce que ces deux jeunes donnaient enfin une voix à des gens qui en étaient privés depuis toujours.

Je n’éprouve pas la curiosité de découvrir le contenu des dizaines de milliers de messages que Mehdi Meklat a postés. Il paraîtrait, d’après ce que j’en ai appris, qu’on peut difficilement faire mieux en matière de haine antisémite, homophobe et misogyne. Aller y voir de plus près ne m’a pas effleuré l’esprit. Je laisse le monsieur à ses dérives et à ses repentirs, véridiques ou simulés.

Non, s’il est vrai que son entourage et pas mal de ses proches étaient parfaitement au courant de ce que Mehdi Meklat pouvait dire sous pseudonyme, la question que je me pose est la suivante : combien approuvaient les propos ? Dans la communauté qui gravitait autour du Bondy blog et de Mehdi Meklat, ces propos font-ils exception ? Ou au contraire, ne sont-il que le reflet d'opinions largement partagées ?

Car il me semble qu’en grattant un peu les croûtes de l’affaire, on a des chances de tomber de nouveau sur une drôle de plaie, un non-dit un peu purulent et malodorant, du genre qu’il faut soigneusement recouvrir quand on parle des « banlieues difficiles » ou des « jeunes issus de l’immigration ». Un tabou qu’il est interdit de dévoiler sous peine de passer pour un fauteur de guerre sociale, d’être accusé  d’ « incitation à la haine raciale », au motif que la « discrimination » ou la « stigmatisation de toute une communauté », à cause de quelques « brebis galeuses », eh bien c’est très vilain.

Il n’y a pas si longtemps, Georges Bensoussan, de confession juive, a pris une magnifique volée de bois vert, après son débat avec Tarek Oubrou, imam de Bordeaux estampillé "musulman modéré", sur l’antenne de France Culture (dans l’émission Répliques d’Alain Finkielkraut), parce qu’il y a déclaré : « Dans les familles arabes en France, tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de la mère ». Pour l’avoir dit, Bensoussan se retrouve en correctionnelle pour les motifs que je viens de citer : stigmatisation d’une communauté, incitation, etc. Eh oui, le droit français ne connaît que des individus : désigner un groupe entier, c’est s’exposer à une sanction de la loi.

Et pourtant, je continue à me demander si Mehdi Meklat ne serait pas, en définitive, qu’un symptôme. Le symptôme visible, du fait de sa notoriété particulière dans son milieu (et en dehors), d’un mal beaucoup plus général et banal, qui touche en réalité en beaucoup plus grand nombre qu’on ne le dit les gens qui constituent tout le terreau sur lequel il a poussé. Oui, autour du Bondy blog (et ailleurs),

combien de Mehdi Meklat ? 

Pourquoi n’aurait-on pas le droit de se demander, si antisémitisme il y a, dans quels secteurs de la société celui-ci s’est répandu ? Et si Mehdi Meklat n’est pas la partie émergée d’un iceberg ? Le genre d’iceberg qui fait dire à Benyamin Netanyahou que la France est un pays antisémite ? Mais je ne me sens pas concerné : qu’est-ce qui est vraiment et viscéralement antisémite, en France aujourd’hui, en dehors de quelques nostalgiques du Troisième Reich ?

Pour répondre à la question, je suggère de regarder du côté de Mehdi Meklat et de tous ses semblables plus ou moins avérés, et de se demander qui, en France, prenant fait et cause pour la cause palestinienne, met dans un seul sac la totalité du peuple d’Israël, comme s'il n'existait dans le pays aucune force qui soit favorable à la paix et à la formation d'un Etat palestinien autonome (mais comme on dit, faut pas rêver : la droite israélienne et les pro-colonisation se voient pousser des ailes depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche : Netanyahou n'a pas fini de s'en prendre à l' "antisémitisme" en France).

S’il en est ainsi, d’abord, il faut que le Français normal se désolidarise de cette partie de la population. Ce que je fais ici. Mais par ailleurs, s’il en est ainsi, il est à craindre que Georges Bensoussan, en tenant les propos qui ont permis de l’envoyer au tribunal, est moins dans l’islamophobie que dans le vrai.

Nous vivons des temps difficiles.

Voilà ce que je dis, moi.