Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 avril 2018

3-LA PLANÈTE DES RICHES

 28 décembre 2017

Des nouvelles de l'état du monde (15).

3/5

Violence écologique et violence économique.

Sur les vraies inégalités, les cent auteurs du rapport n’y vont pas de main morte. Ils ont étendu à tous les pays la collecte – déjà copieuse – des données rassemblées en 2013 par Thomas Piketty dans son magistral Le Capital au XXI° siècle, à l’exception de ceux, souvent africains, où les données sont difficiles à obtenir, quand elles existent. Je ne fais d’habitude guère confiance aux économistes, tout au moins à la foule écrasante de ceux qui décrètent que leur discipline ressemble en tout à la physique, à la chimie ou à l'astrophysique, et qui voudraient bien déguiser l’économie en science exacte.

Cette masse d’imposteurs fait simplement abstraction de cette vérité : rien de plus politique que la « science » économique, puisque toutes les théories sont porteuses de choix de société, que les choix de société s'opposent, et parfois violemment, comme ils l'ont toujours fait dans l'histoire, et qu'on ne peut en aucun cas éliminer les rapports de forces qu'ils supposent. Ce sont ces rapports de force qui font qu'aucune théorie n'est en mesure de rendre prédictibles les faits économiques : c'est qu'ils fabriquent l'histoire sous nos yeux, et bien malin qui pourrait dire comment elle tournera. Les économistes qui veulent à tout prix détacher les mécanismes économiques à l'oeuvre de la réalité des rapports de forces au sein des sociétés et entre les sociétés sont de vulgaires malfaiteurs.

la planète des riches,lutte contre les inégalités,laurent joffrin,journal libération,journal le monde,warren buffett,gérard filoche,parti socialiste,benoît hamon,crif,érinnyes,twitter,journalistes,ultralibéralisme,boris vian,une bonn'paire de claque,écologie,pierre bourdieuthomas piketty,le capital au 21° siècle,cahuc et zylberberg le négationnisme économique,15000 scientifiques

Cahuc et Zylberberg (Le Négationnisme économique), qui traitent de négationnistes leurs "collègues" qui parlent d' « économie politique » (Bernard Maris, Paul Jorion, Thomas Piketty et autres "économistes atterrés" ou "hétérodoxes"), sont les premiers coupables du négationnisme qu'ils dénoncent. Ils nous font le coup de l'arroseur arrosé ! Quoi qu'il en soit, que 100 économistes parviennent à se mettre d'accord est déjà une performance en soi. Comme le dit l'économiste Anne Fretel ce matin sur France Culture, le consensus entre collègues n'arrive que par exception : il suffit qu'il y en ait quatre autour de la table pour que la vaisselle se mette à voler (ça, c'est moi qui l'ajoute). Alors pour une fois que 100 économistes décident de marcher ensemble, saluons cette manif d'un nouveau genre ! 

Comme les 15.000 scientifiques récemment qui criaient : «  Au feu ! » à propos du climat, les 100 économistes, sur les inégalités, crient : « Au fou ! ». Il serait d’ailleurs intéressant de mettre les deux démarches bout à bout, tant elles font résonner les mêmes tonalités inquiétantes. Car après tout vous avez sous les yeux un bon schéma logique : les scientifiques vous décrivent, avec rigueur professionnelle, des phénomènes qui se produisent dans la réalité : ils constatent des faits. Des faits qui sont les conséquences de causes.

Or que font les 100 économistes dans le rapport qu'ils publient ? De leur côté, ils vous expliquent pourquoi on en est arrivé là : ils analysent justement les causes de ces dégâts faits à l'environnement et à la nature, désignant par leurs conclusions, sans même avoir besoin de le dire, les responsables de la situation. Constat, cause, je laisse de côté le chapitre des solutions, toutes aussi pertinentes et sensées les unes que les autres, mais toutes débarrassées de l'insupportable poids des choses réelles : « Dis, Toto, c'est bien joli tout ça, mais comment on fait ? ». 

Bon, pour ce qui est des faits et des causes, là au moins on est sûrs. Incroyable, pour une fois, les sciences "dures" et l’économie sont d’accord. Elles sont même complémentaires : la violence physique faite à la planète ressemble à la violence économique faite aux hommes, et les deux se conjuguent pour promettre le pire. Continuer comme ça tient du suicide : assez lentement pour que la chose échappe à l’attention du plus grand nombre, mais assez incontestablement pour que le pire ait le plus de chances de se produire.

Le Monde, en publiant à quelques semaines de distance le rapport des économistes et le cri d'alarme des scientifiques (voir ici même du 16 au 19 novembre, sous le titre "L'humanité en prière", billets remis en ligne du 26 au 29 mars 2018), invite à considérer ce bel ensemble de données comme un tout cohérent, alors que d'habitude, la science ne se mêle pas d'économie. Pas plus que l'économie ne se mêlerait des affaires de la science, si elle n'avait pas une tendance de fond à mettre de beaux habits de rigueur méthodologique pour faire croire qu'elle a obtenu le diplôme qui permet de la ranger parmi les sciences exactes. De toute façon, l'économiste se mêle assez rarement de physique nucléaire. Ce qui reste, c'est que des démarches de sciences dures et d'économie convergent. Peut-être est-ce la première fois ? 

Sciences dure (écologie, biodiversité, ...) / Economie (rapports de forces, ...) : en finir avec cette division artificielle du travail permet précisément d'en mettre en évidence la logique globale : l'accroissement vertigineux des inégalités tel qu'il se produit aujourd'hui est évidemment à mettre en relation immédiate avec les divers aspects de la destruction de la nature sous les coups de l'appétit gargantuesque des modes de vie des pays développés (et émergents, en attendant les autres). Dit en d'autres termes : ce sont les résultats des activités observées par nos 100 économistes qui ont provoqué le cri d'alarme des 15.000 scientifiques. Une fois n'est pas coutume, les sciences exactes et l'économie se trouvent complémentaires.

Le pillage des ressources se joint, sans doute pour en finir plus vite, à la rapacité de quelques consortiums déjà richissimes, qui hurlent dès qu’il s’agit de partager (« il ne faut pas nuire au climat des affaires »), de payer des impôts aux Etats redistributeurs (« optimisation fiscale »), d'en finir avec les paradis fiscaux (dont les Etats eux-mêmes, qui utilisent leurs "services" pour les transactions "sensibles", ne sont pas près d'organiser l'élimination), d'assainir le système bancaire international (séparer banques d'affaires et banques de dépôt) ou de poser des limites ("régulation") à la frénésie d'industries gourmandes en ressources.

Sur trois jours (15/17-12-2017), le journal Le Monde fait du rapport des économistes un compte rendu détaillé, bourré de graphiques parlants. Ils disent en gros que les inégalités se sont tellement creusées qu’ils craignent désormais une déstabilisation des sociétés dont les structures institutionnelles sont établies. Et des sociétés fragiles, ce n’est pas ce qui manque.

Cela n’empêche pas Laurent Joffrin de se féliciter, dans son papier, de ce que l’Europe apparaisse quasiment comme un modèle de vertu. On est content pour lui, et l’on a envie dans la foulée de lui demander l’adresse du fournisseur de ses verres de lunettes. Il y a lieu selon lui d’aller « gais et contents » « voir et complimenter », non pas l’armée française ("En revenant de la revue", par Georgius), mais les pays européens qui, comme un village breton, résistent encore et toujours à l’envahisseur, ultralibéral et financier cette fois. Drôle de résistance quand même, est-on en droit de suggérer.

Joffrin, en particulier, sait gré à nos riches d’Europe de modérer leur voracité. Il les remercie de se montrer aussi raisonnables : les 10% les mieux lotis ne captent en effet, rendez-vous compte, que 37% du revenu national. Bel effort. Grands seigneurs, ils laissent 63% de ce même revenu national à 90% de va-nu-pieds qui ne le méritent sans doute pas. Et certains auraient le culot de s’en offusquer ? De crier à l’injustice sociale ?

En gros, il nous dit que ça pourrait être pire. Ben oui, quoi, un gros tiers du magot national pour un dixième de la population, quoi de plus égalitaire ? Vous voudriez vivre au Proche-Orient, où les 10% de nababs, poussahs et vizirs confisquent 61% de l'argent qui rentre ? Aux Etats-Unis (54%) ? Soyons sérieux : merci à nos riches ! Oui, ça pourrait être pire. En définitive, si l'Europe peut paraître vertueuse en la matière, c'est uniquement par un bel effet de contraste. Tous les manuels de zoologie sont d’accord : le Joffrin domestique est un animal heureux, quoi qu’il arrive. Peu importe à ses yeux que l’Europe devienne de plus en plus inconsistante au plan international, pourvu qu'elle reste un havre égalitaire (avec neuf millions de pauvres en France et treize en Allemagne).

Mais laissons Laurent Joffrin à sa niaiserie professionnelle. Faisons-lui juste remarquer que le ton adopté fait fi avec un aplomb grandiose des conclusions tirées de leur rapport par les économistes eux-mêmes, à commencer par le gros titre de une adopté par Le Monde pour introduire le thème : « Inégalités : enquête sur un fléau mondial ». Je lis bien, c’est écrit « fléau ». Je répète : le Joffrin domestique est un animal heureux. Il tombe peut-être assez de miettes de la table pour pour qu'il se taise et continue à ronronner.

0TITRE.jpg

01TITRE.jpg

Essayons d’être un peu sérieux. Je me souviens d’un titre du Monde diplomatique, peut-être à l’époque où j’étais abonné : « Les riches n’ont plus besoin des pauvres ». Impossible de retrouver la date précise, ça devait être au cours des années 1990. En tout cas ça remonte à loin. Mais si ce que le titre affirmait était déjà vrai, ça l’est encore plus vingt ans après. Car cela s’aggrave : on peut dire qu’aujourd’hui les riches ont largué les pauvres, abandonnés à leur sort. Salauds de pauvres : débrouillez-vous ! Les 500 personnes les plus riches du monde en 2017 vous saluent bien, du haut des 23% d'augmentation de la valorisation boursière de leurs avoirs en un an.

Comptons pour du beurre les rustines humanitaires, dont la fonction n’est pas d’agir sur le cours des choses, mais de panser dans l’urgence les maux les plus criants, les plaies les plus béantes, les conséquences les plus voyantes de l'actuelle marche du monde vers son destin promis, l’urgence étant le moteur et le carburant unique de leur raison d’être et de leur argumentation (« Mais il faut bien faire quelque chose ! On ne peut pas rester là à ne rien faire ! », voir ici, 25-10-2016, "thermomètre humanitaire").

Faisons, faisons, faisons donc ! Surtout ne nous fatiguons pas de faire, faire et faire : de nouvelles plaies s'ouvrent tous les jours, combien se referment ? Quand pourra-t-on supprimer les camps de réfugiés ouverts depuis parfois des dizaines d'années ? Est-ce en faisant, faisant, faisant de l'humanitaire ? En général, tant qu'on n'agit pas sur la cause d'un fait, il a des chances de se reproduire ou de perdurer : face aux ouragans, tornades et typhons, dus à l'augmentation de la température de surface des océans, on peut construire des digues et des protections, mais il paraîtrait qu'agir sur le réchauffement lui-même ne serait pas inutile, si toutefois il en est encore temps. Et ça commence à se savoir, mais. L'action humanitaire a un côté désespéré.

Je ne critique pas : je me contente de mesurer les malheurs du monde à l’aune humanitaire, étant entendu que plus on entend sur les ondes les sigles « HCR, CICR, CCFD, UNICEF, MSF » et autres ONG ou associations caritatives, plus ça veut dire que l’état du malade empire. Eh oui, si l’état d’urgence humanitaire s’aggrave et se généralise, c’est que l’état du monde est de plus en plus préoccupant, c’est aussi bête que ça.

Et selon les informations (entre beaucoup d'autres, l'appel de 15.000 scientifiques ou le rapport de 100 économistes), ce n’est pas près de s’arranger.

Voilà ce que je dis, moi.

Les commentaires sont fermés.