Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 juin 2020

UN RAZ-DE-MARÉE ÉCOLOGISTE, VRAIMENT ?

ÇA RESTE A VOIR.

Le monde vibrionnant des éditorialistes, commentateurs, politologues, sondeurs de l'IFOP, politistes ou "enseignants à Sciences Po" (Paris, évidemment : on y compte environ 1.100 "profs à Sciences-Po") frétille d'avoir ressenti jusque sur leurs doigts de pied hypersensibles la "Grande Vague Verte", et se met à tirer des plans mirifiques sur la comète de la Grande Prise de Conscience des populations face à l'urgence du réchauffement climatique.

Les gens, nous dit-on à propos de la prise des grandes villes (Lyon, Strasbourg, Bordeaux, ...) par des candidats écologistes, ont désormais assimilé la nécessité pressante de lutter pour garder à la planète Terre une atmosphère encore vivable pour l'humanité (ce que les paresseux du bulbe persistent à appeler "sauver la planète", alors que la planète, elle s'en bat l’œil, du sort de l'humanité, parce que la planète, elle s'en sortira toujours, quel que soit son état bio-physico-chimique).

S'il y avait effectivement une prise de conscience générale, j'en serais ravi, convaincu moi-même que la poursuite des méthodes actuelles de prédation sur tous nos milieux naturels mène la dite humanité à sa disparition. Mais d'une part je n'en suis pas si sûr, et d'autre part je crois nécessaire de doucher les enthousiasmes prématurés que ces victoires municipales de valeureux guerriers de la biodiversité et de la défense de l'environnement ont suscités.

Oh je ne suis pas un grand analyste. Je me contente de regarder les chiffres. En l'occurrence, à l'occasion des élections municipales, je me suis amusé à recompter les voix obtenues par chaque candidat à la mairie de Lyon, non par rapport aux "suffrages exprimés", mais par rapport au nombre des inscrits, calculs que les journaux ne mettent presque jamais en évidence, les non-votants (alias les abstentionnistes) étant considérés a priori comme des non-citoyens, qui n'ont qu'à fermer leur gueule. Je persiste à penser que, en toute démocratie, l'abstention devrait inciter penseurs et responsables à s'interroger sur le sens de tout ça.

Or, comme on le sait, jamais l'abstention n'a été aussi forte, depuis 1958, à des élections municipales, encensées par la gent journalistique comme étant restée la plus populaire, le maire étant demeuré le seul responsable politique "à portée de baffe" (mais Gérard Collomb s'était mis depuis longtemps hors de portée des baffes).

Et pourtant, ce serait diablement intéressant de se demander par combien d'électeurs inscrits ont été finalement élus les édiles qui gouvernent nos villes. Je veux dire que le raisonnement par rapport aux inscrits – et non pas seulement aux suffrages exprimés – fait surgir la question de la légitimité des élus à gouverner. Sur le papier et selon la loi, les résultats étant ce qu'ils sont, Grégory Doucet sera le prochain maire de Lyon. Mais sa base est mince.

En ce qui concerne Lyon, je ne dissimulerai pas ma joie de voir sévèrement blackboulé une vieux politicard rompu à toutes les manœuvres qui, pour rester au pouvoir, s'est prêté à toutes les compromissions avec les pouvoirs économiques, et qui a fini par s'embrouiller complètement dans les fidélités à ses nombreux idéaux "humanistes", au point de ne plus savoir à quel Nord (Mallarmé, évidemment) se fier. Apprendre que dimanche soir, avant d'oser se montrer, Gérard Collomb a pleuré dans son bureau ajoute un grain de sel à ma jubilation.

Ma joie s'accompagne cependant d'un constat qui se charge de la modérer. Car quand je regarde les chiffres, je relativise le succès des écologistes. On me dit que Lyon a été submergé par une vague "verte" ? Qu'en est-il exactement ? Oh, le succès de Grégory Doucet ne fait aucun doute si l'on s'en tient aux "suffrages exprimés".

Mais regardons ce succès à l'aune des citoyens inscrits sur les listes électorales. Vous savez par quelle proportion d''inscrits monsieur Grégory Doucet sera élu au premier Conseil Municipal de samedi prochain ? Je vous le dis tout net : 22% des inscrits (et la maire du VIII° arrondissement, 14,18 % des inscrits). Bon, c'est sûr la petite majorité obtenue dans les urnes donne légalement les mains libre à Grégory Doucet (ville de Lyon) et à Bruno Bernard (Lyon Métropole). Mais difficile dans ces conditions de parler de raz-de-marée.

22 % !

Ça me fait de la peine de refroidir les enthousiasmes militants, mais je crois quand même qu'il est urgent de ne pas s'emballer et de rester attentif à l'action des équipes maintenant au pouvoir. Pour l'écologie, il va falloir attendre un peu que le gros du peuple s'y mette, et pas par défaut. Maintenant qu'ils sont au pouvoir, on pourra enfin juger sur pièces.

Voilà ce que je dis, moi.

Écrire un commentaire